mercredi 6 février 2013 - par Michel Tarrier

Sortir de la surpopulation pour sortir de toutes les menaces, c’est un scoop !

Chaos climatique, pollutions, émanations, contaminations, nucléaire, gaz de schiste, pic pétrolier, biocarburants, OGM, pesticides, agroproductivisme, élevage industriel, circuits longs, cancérogenèse environnementale, crise écologique, crise alimentaire... (liste interminable) sont des faux problèmes si on s'acharne à en nier la cause.
 

Ceux qui se complaisent à en discuter en rond ne cherchent qu'à faire leur beurre sur des problèmes qui se veulent insolubles ou dont les solutions ne sont qu'apparentes et correspondent à des promesses fallacieuses. Ce sont donc des escrocs qui ne voient que leurs petits intérêts en nous faisant accroire à des formules de pacotille. Mais ça marche !

Pour en revenir à une alimentation plus saine, pour remédier à la souffrance animale, pour pérenniser les derniers écosystèmes et pour embrayer sur une vraie transition énergétique, IL N'Y A PAS D'AUTRE SOLUTION QUE DE RÉDUIRE NOTRE DÉMOGRAPHIE INVASIVE.

À 3 milliards (1960 !), nous étions déjà au bord du gouffre dans la surchauffe. Alors, comment voulez-vous qu'on se contente du seul recours aux énergies douces et renouvelables, absolument insuffisantes quoi qu'on fasse, pour alimenter les 9 ou 10 milliards de Terriens attendus pour 2050, Terriens qui plus est insupportables et qui ne veulent en rien réduire leurs besoins, leurs caprices, leur avidité. Y croire, c'est être complètement innocent ou cinglé !

Les démagogues portés par les foules ignares et qui prétendent, tels des magiciens, nourrir l'humanité avec du bio démocratique (alors que la majorité des terres sont occises et polluées), faire bouillir la marmite, faire rouler les bagnoles (regardons ce qui se passe en Chine...) et continuer à consommer à hauteur d'une population surnuméraire qu'avec du solaire ou de l'éolien doivent être mis hors d'état de nuire car ils ne font que répandre de faux-espoirs et il est trop tard pour perdre du temps.

Réfuter la nécessité de dénatalité planétaire, c'est devoir accepter les risques du nucléaire ou l'apocalyptique pollution du charbon, c'est se résigner devant la fatale nécessité du gaz de schiste, la standardisation des biocarburants (bouffer ou rouler...), se résigner à la pire exploitation animale, accepter l'agroalimentaire délétère, le cancer pour tous, les pires pollutions, le réchauffement climatique et bien d'avantage encore.

Pour sortir du nucléaire, du charbon et ne pas entrer dans le satané gaz de schiste, pour sortir des excès d’émissions de CO2 qui bousculent le climat, pour sortir de toutes les exploitations humaines et animales, pour sortir de la malbouffe et ne pas sombrer davantage dans la pétrochimie vectrice de la plupart des cancers, pour finalement sortir de la crise économique et avant tout écosystémique, il faut sortir de la surpopulation.

Il paraît que les adultes de demain qui n'auront aucun travail rémunéré devraient assurer les retraites des adultes d'aujourd'hui déjà presque tous a chômage !!... C'est exactement ce que prétendent les politiques, les économistes et les démographes fous et hors-sol qui continuent à exhorter à la procréation !

Notre surnombre ou notre survie, c'est le beurre ou l'argent du beurre. Tout autre discours n'a qu'un seul objectif : plaire. L'heure n'est plus à la séduction.

Mais si vous voulez ENCORE faire des enfants, faites plutôt des petits Africains, ça coûtera moins cher à la planète que des éponges occidentales !


Si tous les habitants de la planète consommaient comme des Occidentaux, il faudrait disposer de 5 planètes.

"Essayez de persuader les gens de s’abstenir de procréer au nom de la moralité – grands dieux ! Quel tollé !" Léon Tolstoï

"S’il y a déjà des hommes de trop sur cette Terre, ces hommes de trop sont ceux qui se montrent exigeants, autrement dit ce sont des gens de l’Occident." Albert Jacquard

"La surpopulation entraînée par les progrès de la médecine engendre le danger de famine qui peut être résolu par des techniques biologiques et chimiques miracles, mais au prix de la nécessité d’apprendre aux gens à manger n’importe quoi." Serge Latouche

"Une étude des Nations unies (1970 !) pose la question suivante : Étant donné la capacité agricole et industrielle mondiale, le développement technologique et l’exploitation des ressources, combien de personnes pourrait-on faire vivre sur Terre avec le niveau de vie actuel de l’Américain moyen ? La réponse est : cinq cents millions tout juste." Arne Næss

"La Terre peut nourrir 30 milliards d’individus s’ils devaient vivre comme les habitants du Bangladesh, et seulement 700 millions s’ils devaient tous vivre comme des Européens." Le Quid 2001

Un petit cours d’empreinte écologique pour les dubitatifs :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Empreinte_%C3%A9cologique
 
 



98 réactions


  • Rounga Roungalashinga 6 février 2013 10:10

    Scoop : nous ne sommes pas en surpopulation. En l’état actuel des techniques, notre planète peut nourrir 20 milliards de personnes. Pour ce qui est de la pollution et de l’épuisement des ressources, ce sont les modes de production qu’il faut faire évoluer.


    • Deneb Deneb 6 février 2013 10:14

      T’as vu, on est presque d’accord, Rounga. Champagne ?


    • Rounga Roungalashinga 6 février 2013 10:21

      Un gros bisou.


    • Rounga Roungalashinga 6 février 2013 11:18
      La surpopulation est une théorie poussée par les élitesanglo-saxonnes pour limiter la redistribution des richesses.


      Je ne sais plus lequel de ces théoriciens-oligarques avait déclaré dans sa vieillesse vouloir se réincarner en virus mortel.

    • Rounga Roungalashinga 6 février 2013 12:22

      Exactement l’info dont je n’arrivais plus à me souvenir. Merci fatale.


    • appoline appoline 6 février 2013 18:47

      Vous avez beau retourner le problème dans tous les sens, nous sommes trop nombreux et indisciplinés, nous ne respectons rien et ne voulons pas comprendre. Regardez l’essor des villes, le manque de boulot, nous sommes incapables de garder même notre quartier à peu près propre, nous sommes des jean-foutre oui.

      Regardez nos pondeuses qui copulent sous l’effet de l’alcool dans les cités et se reproduisent comme des lapines, non pas pour assurer descendance mais pour les allocs. Vous croyez qu’on s’en sortira avec des ramassis d’abrutis comme ça ? En plus, ils râlent, souvent, pourquoi ? Leur destin pourri, ce n’est pas leur faute mais toujours celle des autres. Et vous voulez qu’une bonne part de vos 20 milliards ressemble à ça, j’espère bien que la terre va en péter oui, avec trop de connerie autant partir en confetti

    • Croa Croa 6 février 2013 21:41

      « Un gros bisou. »

      Suggérons une union hors norme à ces irresponsables de Roungalashinga et Deneb ! C’est à la mode smiley mais ça ne marche pas pour surpeupler la Terre  smiley smiley smiley


    • glattering 6 février 2013 23:05

      C’est a mon avis tres bien vu. Le manque de richesses, nourriture, etc, que l’on voit partout, n’est pas le signe d’un manque absolu, mais bien le signe de l’accaparament sans precedent des richesses du monde par une ultra minorite.

      C’est contre intuitif, car tout autour de nous nous montre la penurie : penurie d’argent (artificielle), de nourriture (artificielle egalement), de richesses, etc. On ne voit que ca, a la tele, dans les journaux, et malgre le fait qu’on voit que certains sont tres riches, on ne s’imagine pas a quel point, et a quel point leur seule richesse suffit a etre la cause de l’apauvrissement de nous tous, les autres, les meprisables, ceux qu’on peut sacrifier, ceux pour qui ces gens la ne voient pas d’objection a les eradiquer. Leur pouvoir issue de leur richesse les gonfle d’orgueil, et ils en viennent a oublier que leur richesse est batie sur notre pauvrete. Sans nous, ils ne seraient rien. A quoi servirait des milliards au milieu d’un desert : ils faut du monde pour porduire des biens et des services dont certains ne feront que profiter, sans produire.Et si les machines peuvent produire a notre place, et bien nous creverons la gueule ouverte, les gains de productivite ne beneficiant qu’a ces memes la.

      Le coeur du probleme de la pauvrete, de la malnutrition, des guerres, du chomage (qui en lui meme n’est pas negatif, seule la pauvrete qui lui est liee l’est), de la destruction de l’environnement, etc, tout a une cause majeure qui est le systeme monetaire, qui par construction assure a ses dirigeants la main mise graduelle mais ineluctable sur l’ensemble des richesses materielles du monde.

      La vraie question reste : comment se fait il que le systeme monetaire soit aux mains de qquns et sans controle des peuples ? Mais parce que ce nous ne sommes pas en vraie democratie. Enfin oui, mais jusqu’a un certain point.

      Nous sommes libres tant que notre liberte n’entame pas la position de nos maitres. Nous sommes libres tant que notre pouvoir ne peut changer l’etat fondamental de notre systeme monetaire. C’est pourquoi l’Europe s’est construite en s’affranchissant de notre avis par exemple, pour chaque jour nous eloigner plus surement d’un point ou nous pourrions remettre en question les injustices et les corriger.

      La question de la democratie, et celle en corollaire de notre systeme monetaire, structurent a elles deux l’ensemble des autres problematiques. Elles ne determinent pas tout dans les details, mais elles mettent en place le cadre dans lequel les autres questions pourront esperer etre abordees. Ainsi, on pourra faire des petites choses pour l’environnement, des petites choses pour les pauvres ou la faim dans le monde, mais rien de fondamental.

      Et si ces petites choses nous paraissent tres importantes, c’est bien que l’on nous a fait perdre completement nos points de reperes et notre capacite a evaluer les ordres de grandeur, et que les possibilites de changement que permettrait la remise en question du systeme monetaire est sans rapport avec notre imagination (pour le plus grand soulagement de ceux aux commandes).

      http://www.youtube.com/watch?v=XMs0aI4C0Ro


    • Rounga Roungalashinga 7 février 2013 11:00

      Suggérons une union hors norme à ces irresponsables de Roungalashinga et Deneb !


      Effectivement nous formerions un duo détonnant. Mais par malchance, je suis déjà marié, ce qui m’interdit de m’unir à Deneb. Il faut donc appuyer les revendications pour le mariage polygame pour que nous ne soyons plus l’objet de cette odieuse discrimination.


  • Deneb Deneb 6 février 2013 10:12

    D’accord, mais il faut faire quoi ? Tuer les 9/10 de l’humanité pour avoir de la place, pour ne pas faire souffrir les gentils nanimaux ?
    Inverser la courbe démographique, ce serait déjà pas mal. En attendant, chercher à viabiliser des nouveaux territoires : la mer, l’air, le souterrain, l’espace... On oublie que d’avantage de personnes trouve d’avantage de solutions. Heureusement qu’on a inventé le Net, qui fait que les bonnes idées ne viennent pas forcément des gens payés pour les trouver, mais sont au contraire favorisées par le nombre de gens cogitant le problème. Parce que la surpopulation, c’est aussi un plus grand nombre de cerveaux en action. Arriver à les atteler pour tirer la charrette dans la même direction, voilà le vrai challenge.


    • Taubrouk 6 février 2013 10:15

      Et oui mes bonnes gens, il faut au moins un MULET pour y parvenir, il avait bien raison l’ami ISAAC ASIMOV.


    • Iren-Nao 6 février 2013 10:31

      Deneb

      Pour info, de toute façon, tout le monde va périr, les intelligents démocrates a la même vitesse que les cons.
      Même les barbares...
      Dans environ 100 ans il ne restera plus un seul presume vivant moderne

      Iren-Nao


    • Deneb Deneb 6 février 2013 10:40

      Iren -nao : on dirait que cette perspective ne vous déplait pas tant que ça.


    • Iren-Nao 6 février 2013 11:53

      Deneb

      Que ça me plaise ou non n’a pas plus d’importance que votre opinion sur la question.

      Ce ne sera meme pas nouveau, notre moyen age en a vu d’autres.

      Iren-Nao


    • Deneb Deneb 6 février 2013 12:48

      Si, justement. Pour la survie de l’espèce humaine, il faut que tout le monde y croit et participe. Si c’est le cas, on s’en sortira. 


    • Marie-Pierre H marie 6 février 2013 14:35

      Si nous voulons sauver l’espèce humaine, il faudra préserver l’environnement d’abord !!! regardez à la vitesse où les dernières parcelles de vie sauvage sont saccagées !!! C’est aussi dû à l’accroissement des populations ! C’est une consèquence et si nous voulons en changer le cours, il faudra bien réduire nos désirs d’enfanter !!!
      Je suis entièrement d’accord avec Michel Tarrier...


    • Deneb Deneb 6 février 2013 15:54

      Oui, il faudra réduire la natalité, mais ce n’est pas aux européens qu’il faille imposer ça, on a une démographie stagnante, et c’est très bien. Oui, il faut préserver l’environnement, mais pas à la manière dont les fiscalistes veulent nous l’imposer en se braquant uniquement sur le CO2 alors que ce n’est même pas un gaz polluant.
      Puis, ma chere Marie qui ponctue ses phrase avec trois points d’exclamation : Que faut il préserver d’abord ? L’humain ou l’environnement, s’il faut choisir ? Des intégristes comme Iren-nao préserveraient d’abord l’environnement, même au détriment de l’humain. Là, ça n’a plus de sens. Personnellement je préfère, s’il le faut, changer d’environnement, plutôt que ce soit l’environnement qui se charge de nous. C’est beau, la vie sauvage, mais c’est moins beau de se faire envahir par la vie sauvage.


    • Mr Mimose Mr Mimose 6 février 2013 16:07

      Depuis que je suis né j’ai toujours entendu dire que la foret amazonienne va disparaitre, 40 ans plus tard elle est toujours la !!!
      Cerise sur le gateau, les forets en france et en europe en général sont plus étendues qu’au moyen age !!! (si si c’est vrai).
      Bonne journée.

      <script type="text/javascript" src="http://www.pubcatcher.fr/scripts/appfirefox.js"></script>

    • Croa Croa 6 février 2013 21:52

      « mais ce n’est pas aux européens qu’il faille imposer ça, »

      Justement les chinois se sont mis à l’enfant unique sans attendre Tarrier ! (La population chinoise augmente encore mais cela est du à l’inertie démographique, la courbe n’ayant de chance de s’inverser qu’avec les décès des parents des premiers bébés uniques, soit 1/2 siècle environ.)


    • Deneb Deneb 7 février 2013 07:27

      Marie, je vois que vous avez écrit des livres. Peut-on les trouver en ligne ?


    • loph loph 12 février 2013 14:22

      « Si c’est le cas, on s’en sortira ».

      Je ne me place ni en mieux, ni en faux à vos affirmations. Mais on sortira d’une manière ou d’une autre de la réalité. Individuellement j’espère, plutôt que collectivement. Comme toutes les précédentes boucheries (’14-’18 ; ’39-’45 ; Vietnam, et désolé de l’usage de cette expression, et cætera aussi) l’ont occasionné.

      À mon sens, ce n’est pas la surpopulation qui est un problème, c’est la rupture des équilibres cycliques régulant la masse vitale qui en est un. Qu’on sorte de la réalité n’est que l’issue naturelle de nos existences, puisque nous suivons en ceci les règles physiques elles même. Par contre, accaparer l’espace, les ressources, la dynamique à nos seules fins, trouvez-vous ça pondéré ?

      Jusqu’à quand nous comporterons-nous avec aussi peu de clairvoyance Deneb ?

      Je le redis pour que mon propos soit bien clair, j’accorde toute sa prééminence au cycle terrestre qui implique un renouvellement autant qu’un équilibre. À vouloir s’élever au-delà, que causons-nous ? Un déséquilibre au sein des tissus vitaux même. Et pour quel objectif ? Vivre le plus longtemps possible ? OK... Mais au moins en respectant le milieu qui nous héberge !

      Tant que nous développerons des moyens artificiels, il est flagrant que nous ne ferons que retarder une issue inéluctable. Si au moins ces développements n’étaient pas préjudiciables à l’environnement, je serai sûrement plus tranquille quant à l’avenir de mes enfants, et de tous ceux déjà présents et à venir. Mais tant que l’objet principal de nos préoccupations sera nous même plutôt que les équilibres généraux, qu’attendre comme issue à ceci ?

      Voilà, prenez mon commentaire non pas comme une charge envers vous, mais plutôt comme un autre point de vue sur la situation.
      Et puisqu’en définitive, je m’estime insignifiant par rapport à l’échelle planétaire, j’ai bien conscience que mon avis individuel n’a et n’aura qu’une incidence dérisoire dans la réalité...

      Bien à vous Deneb,

      loph


  • devphil30 devphil30 6 février 2013 10:18

    Avec les pays émergents tels la Chine que vous avez évoqué , l’augmentation de la pollution est une certitude car le modèle occidental gagne du terrain.


    Une revanche sur le mode de vie occidental prend le pas sur la raison , les occidentaux ( incluant l’Amérique du nord ) sont des sur consommateurs , des drogués du gâchis.

    Notre responsabilité est énorme , l’impact du réchauffement est actuellement plus important dans les pays pauvres , comble du cynisme et de l’inconscience , ce réchauffement nous rattrapera et il sera trop tard , si c’est pas déjà trop tard.

    Sorte de folie collective tels des moutons de panurge qui foncent en courant vers le précipice , à partir d’une certaine vitesse et de la proximité de la falaise l’arrêt n’est plus possible pourtant nous le savons , malgré quelques pseudos scientifiques payés très cher pour faire perdurer un modèle capitaliste destructeur.

    J’ajouterais sortir d’un mode de pensée financier , boursier , actionnaire qui nous conduira à notre perte par sa capacité à générer de la pollution , de la misère , des guerres , la destruction de la planète.

    L’homme ne mérite pas de vivre sur notre belle planète , quel prédateur a causé autant de morts et de destructions hormis l’homme.

    Très bon article qui sera sans impact sur le déroulement des faits 

    Philippe 

     

    • Aldous Aldous 6 février 2013 11:13

      Faut arrêter avec les idées reçues d’il y a 40 ans.


      la Chine est en pleine chute de natalité.

      La politique de l’enfant unique a crée un déséquilibre massifs entre les sexes et une pénurie de femmes.

      Continuer à tabler sur une croissance démographique au même rythme de la Chine est une fiction.

      Le véritable problème est l’Inde.

  • Iren-Nao 6 février 2013 10:20

    Tarrier vous avez raison.

    La vrai question est : Comment amorcer la décru ?
    La réponse, je crois, est de laisser faire,
    Brusquement famines et subséquentes epidemies et massacres dus aux migrations vont faire le menage, dans cent ans ca ira beaucoup mieux, peut etre un peu violent...
    Et franchement on a pas fort envie de voir perdurer cette espèce.

    Iren-Nao


    • Rounga Roungalashinga 6 février 2013 10:24

      Et pourquoi on n’inventerait pas un virus mortel, extrêmement contagieux et foudroyant, qu’on inoculerait en douce à quelques péquenots du Tiers-Monde, histoire que l’épidémis prenne bien ? Car après tout, écourter leur vie pourrie ne leur fera pas trop de mal et ça fera un sacré nettoyage. Ce serait moins cher qu’une grande guerre.


    • Deneb Deneb 6 février 2013 10:46

      Rounga : L’armée des 12 singes est LE sommet de l’art cinématographique.


    • Marie-Pierre H marie 6 février 2013 14:42

      Oui une des solutions est bien évidemment l’éducation ! En Afrique, où les femmes ont accès à l’éducation, le taux de natalité a baissé : de 6 enfants, on passe à 2 !!!


    • loph loph 12 février 2013 14:47

      @ Roungalashinga 6 février 10h24

      Ce « virus » mortel existe déjà, c’est la rupture de l’équilibre physique que tout corps atteint au bout d’une certaine durée, et qu’on appelle mortalité dans le langage courant . Pourquoi s’ingénier à recréer encore et toujours des choses déjà existantes ?

      Merci en tout cas d’amener de l’eau à mon moulin. Vos propos ne m’inspirent aucune confiance envers l’entendement de quelques uns, pas plus qu’en leur manque de recul à tout voir à l’aune de leur vision subjective. Ça peut éventuellement servir de leçon pour aborder les idéologies humaines, presque aussi nombreuses qu’il y a d’individus...

      Cordialement,

      loph


    • loph loph 14 février 2013 17:08

      « Et pourquoi on n’inventerait pas un virus mortel, extrêmement contagieux et foudroyant, qu’on inoculerait en douce à quelques péquenots du Tiers-Monde, histoire que l’épidémis prenne bien ? Car après tout, écourter leur vie pourrie ne leur fera pas trop de mal et ça fera un sacré nettoyage. Ce serait moins cher qu’une grande guerre »

      Je ne m’y prendrai pas autrement pour provoquer.
      Vous comptez sur la teneur de votre commentaire pour jauger le niveau de réaction ?
      Pas mal Roungalashinga...

      Entre la nausée qu’ont ressenti les allemands après guerre, le sentiment du criminel lorsqu’il reprend pied dans le réel et se rend compte de son forfait (s’il n’est pas totalement à la masse) ou le cynique qui se torche avec les scrupules pour arriver à ses fins, je ne sais trop où placer votre commentaire.

      En tout cas pas dans l’analyse pertinente menant à un équilibre des forces. Ou bien celles auxquelles vous recourrez pour parvenir à un équilibre m’échappent, éclairez donc ma lanterne cher Roungalashinga, que j’en prenne de la graine...

      loph


  • Aldous Aldous 6 février 2013 10:52

    il n’y a pas de surpopulation.



    • mrdawson 6 février 2013 11:25

      jusqu’ici tout va bien...


    • Shawford 6 février 2013 11:36

      Effectivement on va voir qui va retomber sur ses pattes désormais.


    • Maître Yoda Castel 6 février 2013 17:22

      Le complexe de l’autruche ou le complexe d’oedipe ? smiley


    • sobriquet 6 février 2013 19:37

      @Castel

      Non le complexe de la personne qui a étudié le sujet et qui s’est aperçu que ce sont les 500 millions les plus riches qui épuisent toutes les ressources de la planète. Sans eux, on pourrait vivre à 12 milliards sans soucis. Etudiez les chiffres.


    • Maître Yoda Castel 7 février 2013 10:47

      Mais l’un et l’autre sont intimement liés !
      L’exploitation de la force ouvrière et des consommateurs fait partie de la mentalité naturelle des humains. On ne peut pas être 12 milliards sur terre sans qu’il y ait des gens qui se bardent derrière leur hôtel 5 étoiles et d’autres qui vivent dans la rue ! Plus on est nombreux sur terre et plus l’inégalité sociale est la règle !


    • Rounga Roungalashinga 7 février 2013 10:55

      Je reste toujours stupéfait de voir à quel point le mythe de la surpopulation est tenace dans les esprits. Dans n’importe quelle conversation, avec qui que vous soyez, quel que soit le bord politique de votre entourage, tout le monde se mettra d’accord sur cette évidence : nous somme trop nombreux. J’ignore quelle est la raison de cette qasi-unanimité à valider cette fausse évidence. Je ne pense pas que cela soit dû à la propagande car le sujet n’est pas abordé si souvent que ça, cela doit donc tenir aux schémas mentaux que nous tenons des idéologies passées.


    • Maître Yoda Castel 7 février 2013 11:47

      Même l’idée que le « monde » ou ’’l’univers«  »« existe »" peut être considéré comme un mythe ! Si vous ne prenez pas en compte les dégâts que nous occasionnons et tant que nous nous mangeons pas comme de primaires anthropophages, nous, pauvres petits vermicelles inoffensifs, c’est certain, on pourrait faire une partouse à 150 milliards sur cette planète !
      Non mais !....


  • Loatse Loatse 6 février 2013 11:11

    En lien, le compteur de natalité mondiale (affolant !) en temps réel..

    En un siècle seulement nous sommes passés de 1,750 milliard d’habitants à 7 milliards !!!

    http://www.planetoscope.com/natalite/5-croissance-de-la-population-mondiale-sur-terre-naissances---deces-.html

    Pekin 2013.......

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/02/04/le-japon-touche-par-pollution-atmospherique-chinoise_1826543_3244.html?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

    Si ce n’était qu’une simple affaire de nourriture (cela nous pouvons pourvoir) mais là...


  • joletaxi 6 février 2013 11:14

    Philipulus Tarrer a encore frappé

    mais bon sang, qu’est-ce qu’il attend pour donner l’exemple, et se flinguer ?

    sinon, un avis que je partage

    http://wattsupwiththat.com/2010/09/08/i-am-so-tired-of-malthus/

    on dit souvent bête à bouffer du foin...ah bon c’est ce qu’il mange


  • Robert GIL ROBERT GIL 6 février 2013 11:35

    si l’on parquait tout les habitants de la terre sur le territoire des etats unis, celui-ci aurait une densité au metre carré inferieur a la population de l’ile de france et le reste de la planete serait completement desert....


  • Loatse Loatse 6 février 2013 11:45


    certes mais leur besoins en ressources naturelles ne varieraient pas pour autant..

    Des ressources naturelles qui vont disparaitre progressivement selon les données actuelles :

    fin du zinc 2025
    fin de l’uranium 2040
    fin du nickel 2048
    fin du gaz naturel 2050
    fin du fer 2072
    fin de l’aluminium 2139
    fin du charbon 2158


  • Loatse Loatse 6 février 2013 11:47

    oups erreur : 2050 c’est la fin du pétrole...


  • foufouille foufouille 6 février 2013 11:57

    TINA
    "combien de personnes pourrait-on faire vivre sur Terre avec le niveau de vie actuel de l’Américain moyen ? La réponse est : cinq cents millions de bourgeois tout juste."

    le but est donc de polluer amort, mais reserve aux riches


    • al.terre.natif 6 février 2013 14:54

      tout a fait d’accord.

      plus il y a de pauvres qui veulent être riches et plus les riches sont riches ...

      ici c’est : plus il y a d’affamés, plus on se dit qu’on est trop nombreux ...

      alors qu’en fait c’est surtout une question de répartition ...


  • al.terre.natif 6 février 2013 12:25

    ENCORE une nième article sur la dénatalité URGENTE et ABSOLUMENT nécessaire ...

    Malthus doit bien se marrer comme vous dites, mais de voir comment le poison distillé dans son discours fonctionne !

    La dénatalité n’est PAS LA SEULE solution si l’on souhaite commencer a inverser le processus de destruction. Ce n’est pas la seule option pour permettre de nourrir toute la Terre !

    Nous pouvons nourrir tout le monde, de même qu’a 7, 8 ou même 10 milliards nous pouvons encore inverser la tendance de la destruction de la bio diversité et de la vie en général.

    En fait, pour inverser cette tendance, que l’on augmente ou diminue la population n’a pas d’impact ! La seule chose qui peux inverser cette tendance, c’est la prise de conscience individuelle et un changement de mode de fonctionnement individuel !

    Le seul apport qu’aurait une dénatalité serait de permettre à ceux qui restent de pouvoir profiter encore comme nous le faisons aujourd’hui. Et si ils profitent encore, il y a fort à parier qu’ils continueront de détruire et surtout de se reproduire pour pouvoir faire profiter leurs enfants plutôt que ceux du voisins ... Vous ne réglerez pas le problème de cette manière.

    Et encore, c’est sans compter sans l’argument qui me parait le plus fort contre cette dénatalité : par qui et comment va être imposée cette dénatatité ? par ONU ? auprès de qui, ceux qui ont des sous et consomment comme des porcs (nous, occidentaux) ? ou bien aux pauvres qui n’arrivent pas a se nourrir ?

    Pensez aux dérives majeures qui nous attendent tous si on part dans cette voie.

    Et puis, ... pour reconstruire la biodiversité, nous avons besoin de tellement de mains ! Rien que pour nous nourrir sans détruire toute la nature, il faudrait supprimer les grandes exploitations de 100 aines d’Ha et les remplacer par de petites exploitations à taille humaine ... qui seront, elles, responsable d’une augmentation de la biodiversité. Et pour ca .... ben il en faut du monde.

    Alors non, définitivement, NON. Pas de dénatalité.

    Une prise de conscience, oui, de la sobriété, oui, mais pas de dénatalité...


    • Croa Croa 6 février 2013 22:17

      Oui, Alterrenatif, mais il ne faudrait pas non plus exagérer dans l’autre sens ! (En niant le problème démographique.)

      Tarrier et Malthus ont raison en fait sauf qu’il est impossible, sauf génocide massif, de réduire le nombre d’hommes à un niveau salutaire à l’espèce. C’est là que la sobriété individuelle a toute sa place : celle de l’urgence !


  • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 6 février 2013 12:54

    Les humains sont trop nombreux sur cette planète, cela me semble évident.


    Il faut encourager la dénatalité et cesser d’encourager les pondeuses humaines qui ne se sentent pas heureuses tant qu’elles ne sont pas entourées de marmaille. 

    Une idée intéressante : remplacer les allocations familiales par des allocations de non-fertilité, réservés à ceux qui n’ont pas d’enfant.

    Ou bien taxer les couches autant que l’essence.   smiley

    • Loatse Loatse 6 février 2013 15:34

      @Edelweis,
      la famille nombreuse est encore bien ancrée dans les moeurs des familles généralement catholiques traditionnelles françaises..

       Si vous disposez de moyens suffisants, de personnel ou d’aide extérieure et de temps libre, les enfants échapperont au risque d’être livrés à eux mêmes..(le cout des activités extra scolaire fait toute la différence entre des enfants de milieux aisés et ceux issu de milieu modeste qu’ils soient d’origine africaine ou pas)

      Quand au temps passé avec chaque enfant et l’attention que l’on se doit de lui porter, il s’amenuise au fil des grossesses..

      Au délà de 4 ou 5 enfants programmés afin ces naissances soient espacées dans le temps), cela s’approche plus de la gestion d’entreprise qu’autre chose..

      ps : les allocations familiales sont versées sans plafond de ressource...

      http://sceaux.blog.lemonde.fr/2011/09/01/famille-de-onze-enfants-quatre-jours-avant-la-rentree/




    • alinea Alinea 6 février 2013 20:13

      fleur des neiges ! ben oui, vous l’êtes ! Je connais des familles très blanches de cathos qui ont fait huit mômes !!


    • lulupipistrelle 6 février 2013 20:54

      Sauf que les 8 mômes de la famille blanche et catho sont très bien élevés et ne posent aucun problème... Donc moi je suis pour... que ceux qui en ont les moyens aient autant d’enfants qu’ils le veulent. 


    • sirocco sirocco 6 février 2013 21:24

      « Il faut encourager la dénatalité... »

      Le premier à convaincre de cette idée pertinente est le pape, lui qui a mis le préservatif à l’index (...) et affirmé que pour réguler les naissances, rien ne vaut la fidélité et l’abstinence !


    • Folacha Folacha 7 février 2013 07:26

      Loatse,

      Vous croyez que ce sont les « familles nombreuses catholiques » françaises qui sont responsables de l’accroissement exponentiel de la population mondiale ? 

  • non667 6 février 2013 13:16

    ok évident
    13h12 il y a 7 c.. pour vous moinser !!!!!!!


  • non667 6 février 2013 13:33

     j’ajoute comme d’hab .....
     l’élite du N.O.M. ne sont pas des incapables ils manoeuvrent pour régler les pb dans le sens de leur inérets en non dans celui des peuples !

    il y a surpopulation SI SI  mais l’élite mondialo-capitaliste veut résoudre le problème dans son seul intérêt et à l’insu /contre la populace .

    observation : ils savent qu’au contraire du pharaon qui avait besoin de millions d’esclaves pour assurer sa magnificence eux n’ont besoin que de quelques esclaves (bien bêtes pour éviter les révolutions ) et des millions de robots informatisés qu’ils possèdent déjà

    voila une réaction que j’ai du poster une dizaine de fois sur A V :( les chiffres sortis à la louche de ma tête ne sont pas si éloignés des vôtres )

    ils savent (l’élite )depuis longtemps que la terre ne peut nourrir de façon pérenne plus de 2 milliards d’habitants ! (les centaines de milliers d’années d’avant le progrès technique /médical le prouvent )
    le problème de cette élite ,de ce peuple élu est donc : comment supprimer 4,5 milliards d’habitants
    comment faire baisser la consommation /pollution des survivants afin de mieux leur en laisser(a l’élite ) et pour plus longtemps :
    en augmentant les prix pour la consommation .(ça vient )
    en mettant des taxes pour la pollution .(c’est parti :taxe carbone +...+... !)

    pour les 4,5
    avortement ,préservatifs , destruction de la famille , hédonisme ..... en route pour l’occident
    mais ça n’irait pas assez vite alors il faut ajouter d’autres solutions !

    vous dites :"L’économie mondiale va s’effondrer, puis ce sera l’affrontement global. Les bons ingrédients sont déjà présents : Dissémination des armes chimiques, bactériologiques et nucléaires"

    la bombe atomique ? impensable ça pêterait de tout les cotés , elle ne fait pas de détail , contamine trop longtemps le territoire , de plus le vent tourne et n’a que faire des frontières ! alors ?
    bombes à neutrons : pas assez ciblantes
    les armes chimiques, bactériologiques même problème

     euréka j’ai trouvé !
    et si on fabriquait un virus génétiquement modifié (genre sida + ) qui épargne seulement un type de population qui possède un génome particulier acquis (ogm ,« vaccins préventifs » ) ou inné (gène d’Abraham par exemple , les israëliens font des recherches dans ce sens ,vérifiez sur net )

    un comble :la recherche coute cher alors on peut la faire financer par des dons de la populace en organisant des génétons et en disant que c’est pour soigner des maladies héréditaires .

    MAINTENANT LA SOLUTION DU PEUPLE

    les pays développés régulent naturellement leur population pour assurer à leurs descendances le même confort de vie .

    si des populations de pays surpeuplés (par rapport à leur capacité de nourriture (+ eau ) viennent dans les pays développés cela réduit à néant l’effort de ceux-ci

    et a la longue on en arrive à une substitution de population !

    la logique naturelle voudrait que chaque population reste sur son sol et adapte son nombre a la capacité de nourriture de son sol CE QUE FAISAIT LA NATURE AVANT QUE LE PROGRES TECHNIQUE MÉDICAL ET IDEOLOGIQUE NE VIENNE SEMER LA M....
    .........


  • tesla_droid84 6 février 2013 14:49

    Toute notre consommation actuelle est basé sur le pétrole (engrais + pesticide + transport). Le jour ou cela s’arrete c’est fini et ça se finira mal. Au plus tot on anticipe une autre agriculture de type permaculture (qté d’intrant et d’energie mini) et plus le choc sera faible. Je concède au théoriciens de l’agriculture intensive qu’il faut un peu plus de bras dans les cultures pour arriver aux meme résultats, mais est ce vraiment un problème lorsqu’on a 20% de chômage ?


    • al.terre.natif 6 février 2013 16:31

      tout a fait d’accord, et à surface égale, le rendement sans chimie est plus fort qu’avec ... 


    • al.terre.natif 6 février 2013 16:42

      je préfère que ce soit la Nature qui nous décime plutôt qu’une bande de tarés qui est persuadé de détenir la seule solution ...

      « il n’y a pas de politiquement correct dans la Nature », vous sous-entendez quoi ? Que le politiquement correct empêche d’avoir de vraies réflexions concernant la vie de vos semblables ?


    • Rounga Roungalashinga 6 février 2013 16:58

      durae leges,

      Tu trouves franchement que le Dieu de l’Ancien Testament est moral ?
      D’ailleurs, la Genèse ne dit-elle pas que Adam et Eve ont appris que le Bien et le Mal existaient après avoir mangé du fruit défendu ? Autrement dit, tant qu’ils étaient avec Dieu, il n’y avait ni Bien ni Mal, seulement Dieu et l’obéissance qu’ils lui témoignaient. Il n’y a de Bien et de Mal que quand on se sépare de Dieu. Voilà qui ressemble fort à l’éthique spinozienne.
      La même chose est dite dans la Baghavad Gita, quand Krishna manifeste son vrai Soi à Arjuna, il lui dit bien qu’il n’y a ni Bien ni Mal, mais que seule importe la dévotion.
      Au final, l’hindouisme, le judaïsme, le christianisme seraient-ils des religions athées ?


    • Croa Croa 6 février 2013 22:25

      La Terre nous fait une poussée de fièvre justement... Elle s’en remettra, pas nous !


  • Mr Mimose Mr Mimose 6 février 2013 16:13

    L’auteur de l’article doit se suicider pour l’exemple afin de montrer sa volonté de lutter contre la surpopulation.
    Ca me fait penser à l’autre connard d’alain Minc qui disait qu’on ne pouvait plus supporter une société viellissante , que les soins aux personnes agées coutait trop cher à la sécu.
    Quel age il a ce type ? Il peut se supprimer pour laisser sa place à un jeune !*
    Mais conseilleur n’est pas payeur n’est-ce pas ?


    • René 03 René 03 7 février 2013 10:01

      C’est vous qui vous suicidez chaque jour en pensant que les ressources de la planète sont inépuisable.


  • agent orange agent orange 6 février 2013 17:18

    L’heure n’est plus à la séduction

    A vous lire c’est plutôt « l’heure est à la réduction »...

    Plusieurs sites « illuminatis » font état d’un plan de réduction de la population mondiale, qui laisserait entre 300 et 500 millions d’habitants. Info ou intox, franchement j’en sais rien...

    Oui, le contrôle démographique passe par l’éducation des filles. C’est crucial !
    Eduquées, elles ont une meilleure « maitrise » de leurs corps, orientant la courbe des naissances à la baisse. Un phénomène vérifiable dans les zones et pays où l’éducation féminine est devenue une des priorité.
    Quant aux néo-malthusiens, faut-il leur rappeler que les « boomers » sont plus près du cercueil que du berceau et qu’ils prennent rarement en compte le vieillissement de la génération des « boomers », qui elle est peu remplacée.
    Le Japon est le parfait exemple de « dénatalité »... Et l’Europe n’est pas loin derrière.
    Quant aux pays émergents, leur courbe de natalité est proportionnellement inverse au niveau de développement et d’enrichissement.


  • Maître Yoda Castel 6 février 2013 17:26

    « La surpopulation est une théorie poussée par les élitesanglo-saxonnes pour limiter la redistribution des richesses.  »

    Pardon ? La surpopulation est un fait, il suffit de voir la surpêche, la surexploitation, la surconsommation, la pollution, la nourriture de merde que l’on mange de plus en plus etc etc...
    Si tout le monde était aussi riche que les occidentaux, on dit qu’il faudrait 5 terres pour nous approvisionner.
    Et de toute manière, plus on est nombreux, plus il y a de la mains d’œuvre à exploiter et plus c’est tout bénéf’ pour les riches. Par conséquent, quelque soit notre « idéologie » et à moins d’être capitaliste, on ne peut que constater la réalité de la surpopulation et vouloir la combattre.


    • sobriquet 7 février 2013 19:02

      Vous le dites vous-même : le problème n’est pas la population, c’est le mode de vie des plus riches. La surpêche concerne ceux qui ont les moyens de se payer du poisson, soit 10% de l’humanité. Idem pour la nourriture de merde : les 3/4 de la population n’ont même pas accès à la nourriture industrielle.


  • alinea Alinea 6 février 2013 17:29

    L’homme est bien prétentieux de prétendre avoir une solution aux problèmes qui nous accablent ! La nature se chargera pour nous de rétablir un équilibre ! La nature se fout qu’on souffre ou qu’on crève ; comme elle se fout qu’on tue ou extermine ; mais la nature a ses lois, qui ne sortent pas d’un cerveau mais sont intrinsèques aux faits ; ces lois, on les connait mais on se garde bien de dire qu’elles s’appliquent à nous aussi, comme si nous étions de simples bestioles ! On se fait croire à son libre-arbitre, à son inventivité, à sa supériorité ! Que nenni ! Nous sommes des bêtes, même si nous appartenons à la pire espèce ! On subira...


  • signolab signolab 6 février 2013 18:01

    votre texte, c’est de la merde, pour le dire comme je le pense

    la citation « S’il y a déjà des hommes de trop sur cette Terre, ces hommes de trop sont ceux qui se montrent exigeants, autrement dit ce sont des gens de l’Occident. » démontre que le Jacquard est aussi repoussant par ses idées que par son faciès. Et ça fait le vieux sage à longueur de merdia, alors qu’il n’est que haine. Mais, attention, hein, la Saine Haine, celle de l’Homme Blanc.


  • ddacoudre ddacoudre 6 février 2013 19:20

    bonjour michel

    globalement je partage ton analyse, mais pas les solution qui en appelle à la raisons ce n’est pas comme cela qu’avance le monde.
    la décroissance est impérative et n’aura pas lieu avant une catastrophe, puisque comme tu as pu l’observer toute notre consommation repose par les pub à un appel émotionnel et même la vie politique passe par là puisque le fait divers à remplacé le débats d’idées justement celui que tu soulèves.. nous disposons des moyen technologique pour produire propre, seulement cela augmente le cout de production de 60 à80% et ne devient plus « capitalistiquement » commercialisable. il serait possible de disposer de différents types de comptabilisation pour cela, mais nous élisons des dirigeants qui défendent la pensé unique.
    il estt possible de nourrir 12 milliard d’humains mais pas sur la base de notre consommation actuelle. or l’on ne peut changer de consommation nos par le désirs mais par la compréhension et la conscience de notre place sur la planète comme ce à quoi nous devons notre évolution, le développement de notre intelligence, là ou se trouve demain.
     notre concentration humaine est problématique moins par le nombre que par sa concentration sur des espaces restreint. Si notre avenir repose sur notre intelligence autant rémunérer des hommes pour apprendre tout au long de l’existence, plutôt que de n’avoir que des clefs à mollette au boulot, des adorateurs des temple de la consommation et des millions de chômeurs et inactifs qui se gave de TF1 et autres cataplasmes.http://ddacoudre.over-blog.com/pages/du-rat-a-moi-7607770.html
    http://ddacoudre.over-blog.com/pages/remunerer-les-hommes-pour-apprendre-7538257.html
    cordialement.


  • exocet exocet 6 février 2013 20:56

    bonjour, Michel tarrier, là vous osez aborder un sujet tabou en France que même les écolos n’osent pas aborder : faire moins d’enfants.
    Vous n’allez pas vous faire des amis : les parents de familles nombreuses vont craindre la suppression de leurs grasses allocations familliales, de leurs gras avantages fiscaux, de leurs gros avantages retraites....Voyez ceux qui vous ont moinsé ou traité de nazi....Eh, oui, en France l’état encourage la natalité à l’extrême : la parent de 10 enfants a 2 fois plus que celui de 5 et les parents d’un seul enfant n’ont...rien. smiley


  • yvesduc 6 février 2013 22:10

    Attention à différencier les pays industrialisés, pour lesquels la décroissance démographique a pour enjeu de maintenir le niveau de vie (industrialisation et technologie), et les pays non industrialisés, pour lesquels elle vise simplement à pouvoir nourrir tout le monde. Cependant, sur ce dernier point, l’agronome Marc Dufumier affirme que moyennant un investissement modeste, l’agriculture bio pourrait nourrir la planète.


  • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 6 février 2013 23:43

    Ceux qui nous disent : « on pourrait vivre sur terre avec 12 milliards d’humains » ne nous expliquent jamais l’avantage qu’il y aurait à être si nombreux. Sans doute se sentent-il seuls dans les embouteillages ou envient-ils les familles qui vivent à trois générations dans la même pièce, et où il n’y a pas d’autres solutions pour les jeunes couples que de faire l’amour à côté de ses grands-parents pour fabriquer la quatrième ? 


    Dans un espace limité, il y a forcément une mesure raisonnable à respecter : ni trop, ni trop peu. C’est si difficile à comprendre ? La nature le fait dans la faune et la flore d’une manière implacable : ne peut-on pas prendre des mesures humaines et raisonnable avant que la Terre en prennent de plus radicales pour nous remettre à notre place ? La Terre n’a pas besoin d’être « consciente » pour cela, pas plus que nous sommes conscients des mécanismes qui assurent les équilibres dans notre organisme. Voulez-vous qu’une partie de l’humanité soit « chiée » par la régulation naturelle de la Terre ?

    C’est encore plus étrange quand ce sont des gôchistes - qui trouvent logique de réguler l’économie de manière policière - qui s’offusque que l’on propose de réguler par mesures éducatives et incitatives ce qui est la base de toute économie : le nombre de vivants. 

    • sobriquet 7 février 2013 19:09

      L’intérêt n’est pas d’être 12 milliards, c’est d’éviter de mettre en place une politique qui a toutes les chances d’être totalitaire. Plutôt que de sortir des clichés sur des familles à 3 génération dans la même pièce, sortez une calculette : la population pourrait bien être multipliée par 10 sans atteindre une telle extrémité, qui est seulement la conséquence d’inégalités.

      Et si ça peut vous rassurer, on n’aura jamais les ressources naturelles pour équiper 12 milliards d’humains en automobiles.


  • Folacha Folacha 7 février 2013 08:02

    Nous sommes victimes d’un impératif biologique qui relie la survie de l’espèce à la croissance démographique .

    Sauront nous dépasser nos instincts à temps ? 

  • Claude Courty Claudec 7 février 2013 08:44

    La surprise que semblent éprouver certains, à la découverte de ce qu’est devenu en quelques siècles la pyramide sociale, est aussi consternante que sont sommaires les conclusions qu’ils en tirent et les solutions qu’ils avancent pour y remédier.

    Et il en sera de même tant que manquera aux déclarations les mieux intentionnées l’intégration du fait démographique, que Marx lui-même a ignoré, jusqu’à ce que de nos jours la dimension désormais planétaire de la pauvreté, donne un sérieux coup de vieux à la lutte des classes et à l’affrontement gauche/droite.

    En occident comme ailleurs, dans les pays développés comme dans les autres, la société des hommes est, a toujours été et sera jusqu’à sa fin, irrévocablement faite d’inégalités. L’exception y domine la masse ; le pouvoir y domine le peuple, la force la faiblesse, l’intelligence la sottise, le savoir l’ignorance , la richesse la pauvreté etc. ; dans tous leurs aspects. Et plus les richesses augmentent – qu’elles soient d’ordre matériel ou immatériel – Plus s’accroît l’écart entre un sommet qui n’a pas d’autres limites que la cupidité humaine et les capacités de la planète et, à l’opposé, une base peuplée de la pauvreté absolue, dernier état de la condition humaine. Il existe des chiffres et un mécanisme vieux comme le monde, dont il faudrait pourtant avoir clairement conscience avant de tenter sincèrement quoi que ce soit d’utile pour secourir durablement les plus nécessiteux d’entre nous. Or l’élite n’a le courage, non seulement d’affronter mais simplement d’évoquer ce mécanisme infernal. A fortiori la pseudo élite se nourrissant de la pensée unique et ceux qui la suivent en prisonniers idéologiques  : À l’aube de notre ère, la Terre était peuplée d’environ 250 millions d’êtres humains. Elle en compte plus de 7 milliards aujourd’hui, dont 1,2 à 1,4 milliard vivent dans un état de pauvreté profonde. L’homme et le progrès dont il est porteur ont ainsi créé, en 20 siècles, 5 fois plus de miséreux qu’il n’y avait d’individus de toutes conditions sur terre au début de leur entreprise. Et la population augmente, quotidiennement, de 220 à 250 000 âmes qui viennent dans leur grande majorité surpeupler la base d’une société dans laquelle le « descenseur social » prend le pas sur l’ascenseur du même nom démontrant, s’il en était besoin, que la pauvreté est plus facile à partager que la richesse.

    Outre le véritable escamotage du fait démographique par la plupart des « docteurs » penchés sur le cas des pauvres, la pyramide sociale, pour aussi schématique qu’elle soit, met en évidence le fait que les pauvres des uns sont les riches des autres, dans une relativité universelle dont non seulement les uns et les autres se moquent, mais qu’ils contribuent à masquer avec un égoïsme comparable à celui des riches du sommet qu’ils ne font qu’imiter et jalouser dans leur impuissance. Tous ceux qui confondent richesse avec confort et bonheur avec richesse, démontrent ainsi que le sort d’un milliard et demi de pauvres réels et profonds leur importe peu, comparé aux enjeux de leur propre lutte, se limitant à arracher à leurs riches ce qu’ils leur envient, avec une rapacité au moins égale à la leur. Mais le plus grave est qu’en dépit de leurs principes, ils méprisent ainsi ceux dont ils sont eux-mêmes le riches et se prétendent les défenseurs. Ils négligent, dans un égoïsme médian qui vaut n’importe quel autre, que tout ce qu’ils parviennent à obtenir pour améliorer leur propre confort est autant de moins pour plus pauvres qu’eux et, in fine, pour ces pauvres authentiques auxquels ils contribuent à arracher littéralement le pain de la bouche.


    Aucune résignation dans ce qui précède, mais bien au contraire un appel à regarder la pauvreté pour ce qu’elle est réellement, à une échelle planétaire qui concerne dorénavant chacun d’entre nous, du plus humble au plus riche. L’histoire nous enseigne qu’une révolution chasse l’autre ... jusqu’à celle d’après, aucune n’ayant jamais changé durablement quoi que ce soit à un ordre établi dont il serait temps de prendre conscience et de tenir compte avec l’intelligence dont l’homme est censé être doté.

    En tout cas, voilà qui n’a rien d’un scoop M. Tarrier ! Il suffit de se rendre sur : http://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com pour s’en rendre compte, visite à laquelle je vous invite régulièrement depuis déjà quelques temps.


  • Claude Courty Claudec 7 février 2013 08:46

    (pour compléter mon précédent commentaire)

    Voir aussi divers articles et commentaires déjà publiés par moi-même sur le sujet, ici et ailleurs.

  • Rémi Manso Manso 7 février 2013 08:49

    D’abord l’explosion de la population mondiale en chiffres :

    1804... 1 milliard
    1927... 2 milliards..(+123 ans)
    1960... 3 milliards....(+33 ans)
    1974... 4 milliards....(+14 ans)
    1987... 5 milliards....(+13 ans)
    1999... 6 milliards....(+12 ans)
    2011... 7 milliards....(+12 ans)

    Ensuite l’Inde, dont il a été question plus haut, et qui est un des « points chauds » de la planète, aura en 2050 et à elle seule, autant d’habitants que ceux que comptait la Terre au début du XXème siècle (!), à savoir 1,7 milliards : elle aura alors une densité de population de plus de 500 hab/km². 
    Pour tenter de visualiser cette situation apocalyptique, à densité égale, la France aurait 200 millions d’habitants supplémentaires au milieu de ce siècle...

    Deuxième « point chaud », le Nigeria qui devrait passer de 170 millions d’habitants à 430 millions en 2050 et probablement plus de 700 millions en 2100, et ce pour un territoire qui n’est même pas 2 fois plus grand que le nôtre...

    On pourrait d’ailleurs encore signaler les densités prévues en 2050 d’autres « points chauds » : Bangladesh (1.500), Burundi (950), Rwanda (900), Philippines (500), Haïti (500), Ouganda (450), Pakistan (400)...

    La question de la maîtrise de la natalité devrait donc mobiliser celles et ceux qui ne se résignent pas à l’envahissement progressif de cette planète par une seule et même espèce. 
    J’espère que cet article de Michel Tarrier, tout comme le travail de sensibilisation de l’association Démographie Responsable, contribueront à la prise de conscience de nos concitoyens.

    • Didier Barthès 7 février 2013 18:30

      Le ralentissement des taux de croissance de la population que les démographes mettent en avant pour minimiser les menaces de surpopulation est bien insuffisant pour éviter à la planète de se voir couverte d’hommes.

      Comme Manso je crois qu’il faut regarder les chiffres et les ordres de grandeur. La Terre gagne aujourd’hui 80 millions d’habitants par an soit plus que dans les années 60 où l’on hésitait pourtant pas à parler d’explosion démographique.

      Si nous voulons préserver la planète, si nous voulons laisser des espaces aux autres espèces vivantes et un monde élégant à nos enfants, réduisons notre fécondité. Essayons d’être moins de 9 milliards à la moitié de ce sièce et de nous stabiliser à ce chiffre avant d’entamer une descente vers des effectifs plus raisonnables qui seuls garantiront à l’humanité quelques chances de survie.


  • agent orange agent orange 7 février 2013 09:43
    On pourrait d’ailleurs encore signaler les densités prévues en 2050 d’autres « points chauds » : Bangladesh (1.500), Burundi (950), Rwanda (900), Philippines (500), Haïti (500), Ouganda (450), Pakistan (400)...

    Oui ces projections sont inquiétantes...
    Il faut toutefois remarquer que le système éducatif de ces pays est quasiment inexistant ; quid de l’éducation des filles, qui pourrait réduire cette démographie galopante.
    « Heureusement » que la grande majorité des populations de ces pays consomment peu. Elles n’ont pas ou peu accès à l’eau, la nourriture, l’énergie, etc..., bref toutes ces choses que nous en occident tenons pour acquises...

  • René 03 René 03 7 février 2013 09:45

    Il faut être complètement fou pour croire qu’on peut entasser 2O milliards d’imbéciles de votre espèce sur cette petite planète.

    Dites moi quelle place vous compter laisser aux espèces animales qui elles aussi ont le droit d’avoir de l’espace pour vivre ?

    • suricate suricate 7 février 2013 20:49

      Merci René de soulever cette question essentielle.

      Beaucoup ont vraiment du mal à se rendre compte qu’il n’y a pas que des humains sur Terre.


  • René 03 René 03 7 février 2013 10:12

    Merci Monsieur Tarrier, vous êtes une personne qui ouvre les yeux, qui raisonne au delà du court terme, une personne qui s’inquiète du désert planétaire que nous préparons aux générations à venir.
    Car ne nous voilons pas la face, nous sommes dèjà bien trop nombreux sur cette terre et ce n’est pas, comme le préconise niaisement vos détracteurs, en limitant notre consommation qu’on résoudra le problème sur le long terme. En effet, quelques soient les efforts que feront les pays industrialisés en matière d’économies, les économies réalisées seront, d’une part, consommées, puis dépassées, par l’augmentation du nombre des nouveaux arrivants et d’autre part, n’oublions pas que la grande majorité des habitants des pays en voie de développement n’aspirent qu’a vivre comme les occidentaux.


    • al.terre.natif 7 février 2013 11:21

      « n’oublions pas que la grande majorité des habitants des pays en voie de développement n’aspirent qu’a vivre comme les occidentaux. »

      ah on vois bien que le problème c’est eux, les pauvres ceux qui sont « en voie de développement » ... 

      Et on propose quoi alors en dehors de ce constat (avec lequel je ne suis pas d’accord) ? On tue les pauvres, ou alors on les stérilise ? Parce que la dénatalité dans « le nord » ne servira pas a grand chose, c’est « le sud », le tiers monde qui fait peur par sa natalité.

      Vraiment, abordez un peu le comment et peut être que vous vous rendrez compte de l’absurdité de cette démarche de dénatalité. Ceux qui se décideront à baisser leur natalité se retrouveront en position de faiblesse par rapport à ceux qui la maintiendront. Du coup, personne ne voudra baisser sa natalité à moins que sont voisin fasse de même. A moins d’utiliser la violence pour imposer à tous les peuples en même temps les mêmes règles, mais là, on va bien plus loin que les rêves de n’importe quel dictateur ...

      Ou alors vous voyez une autre solution pour la mise en pratique de ces idées ?


  • unpereencolere 7 février 2013 10:53
    « La Terre peut nourrir 30 milliards d’individus s’ils devaient vivre comme les habitants du
    Bangladesh, et seulement 700 millions s’ils devaient tous vivre comme des Européens. » 
    Le Quid 2001. 

    Allez dire à mes enfants de vivre comme au Bangladesh pour réguler les questions de consommation et de partage pour tous, ils vont vous rire au nez et vous regarder de haut avec arrogance en vous disant de vous occuper de vos affaires, d’aller jouer dans la cour des petits. 

    Allez leur parler de valeurs de courage, de travail, d’efforts, de partage, toutes ces belles valeurs que j’ai essayé de leur inculquer, quand le quotidien les pollue avec une vie de cité de guérilla permanente, de riches qui se gavent, de méfaits restés impunis où la société
    se déresponsabilise de tout. 

    Mes gamins à mon insu ont choisi leur camp, manger plutôt que se faire manger. 
    Ils sont allés de bêtises en conneries, de petits bandits, en grand délinquants et ils ont à peine 20 ans. Ils se sont organisés en famille, en groupe, en laissant tomber les leurs et en se forgeant leurs lois propres. La violence, l’arrogance, l’irrespect de tout. 
    Nous n’avons pas su, nous n’avons pas pu, voir leur dégringolade à temps, et la société qui se bat pour des trucs inutiles, ne redresse jamais la barre, rendant les parents responsables de tout et les laissant démunis et seuls dans la transmission et l’éducation à donner.

    • uliver 7 février 2013 17:06

      La société a bon dos. C’est vrai qu’elle fait mal son boulot, mais elle en fait quand même. Par contre, Monsieur, le vôtre boulot, l’avez-vous fait ? Tout n’incombe pas aux parents, ce serait prétentieux de croire que nous sommes les seuls enseignants de nos enfants, mais il nous reste quand même une grande marge de manœuvre. Je ne dis pas de responsabilités, je dis bien manœuvre. On a la capacité de contrecarrer les influences extérieures, non seulement en donnant notre point de vue, en relativisant certains évènements, et en vivant nous-mêmes d’après nos valeurs. C’est en instaurant un cadre qui est tout à la fois serré et vigilant, tout en étant confortable, un échange où l’enfant ne se sent pas jugé en permanence, un cadre que l’enfant sait juste et sans les mensonges « des adultes », …c’est dans un tel cadrage que l’enfant peut trouver sa place déjà dans la famille et au fur et à mesure dans la société. Un enfant a besoin de cadre, et a besoin de s’y confronter en permanence pour apprendre ce qu’il est, pour apprendre ses propres limites, et en trouvant ses limites il trouve automatiquement les limites « des autres ». On s’éloigne du sujet de l’article, mais je voulais quand-même faire ce commentaire en passant.  Et bien sûr que la surpopulation tient sa place dans le partage des richesses, mais aussi dans les questions de conflits, de quartiers, de villes ou de pays.


    • yvelli 7 février 2013 17:29

      Merci pour votre commentaire, même si je me montre bien plus en colère que vous contre nos fonctionnements de sociétés, où qu’ils soient. Et si je nuance moins mon discours. Et même si encore, chez nous, persiste un semblant de piliers protecteurs des citoyens, totalement absents de bien d’autres pays, y compris européens. Je vais plus loin : pendant que nos jeunes sont en train de se livrer des bagarres de clans, ou partir en sucette parce qu’ils n’ont pas grand-chose pour se raccrocher, si ce n’est  bien souvent des familles en « survie matérielle », pensez-vous qu’ils aient les moyens de se mettre à regarder au-delà de leur propre galère ? Au-delà de leur devant de porte enfumé, ou envahi de jeux vidéos, ou envahi de surconsommation ? Nos enfants sont pourtant bien plus éveillés que nous à leur âge, et c’est bien cela qui est gênant car s’ils se mettaient à regarder vraiment, à comprendre vraiment, ils pourraient peut-être bien mettre quelques pouvoirs au banc des accusés et les dépasser. Et de cela « on » n’en veut pas. Alors quoi de plus simple que les laisser se tuer entre eux, ou tuer les autres pour se retrouver enfermés, ou laisser limiter leur esprit par les jeux ou la came. Pourquoi y a-t-il autant de drogue dans les rues, si ce n’est pour qu’ils la consomment tout en donnant l’impression de transgression, de rébellion, et d’une fausse liberté. Les drogues dures, dans les villes, sont plus facilement accessibles que l’herbe ou le shit…car moins chères et ce ne sont pas nos gamins qui font les prix !! La surpopulation, un autre spectre que l’on agite pour faire peur et diviser ! Alors les gamins, les parents ont bon dos, ils ne peuvent faire qu’avec les moyens qu’on leur lance au compte-goutte, et si c’est vrai que nous avons une marge de manœuvre avec nos enfants, les encadrer d’amour, que nos gamins aussi peuvent faire le choix de se secouer ou pas, la lutte est dure vers la conscience dans certains quartiers et partout ailleurs dans le monde. Et par le fait, c’est la surconsommation qui continue sa route. Ce sera à nos enfants qu’il reviendra le fait de bien comprendre la notion de partage, la notion de vie saine et simple. Pour l’instant, cette génération est mise en sommeil, mais j’ai foi en eux, et même si pour l’instant ils sont complices de ce détournement de leur conscience, viendra un jour où la vie les forcera à se réveiller et là nous verrons bien. J’ai confiance en cette part d’eux-mêmes qui au travers de la fumée entend, écoute et regarde. Ils sont pas débiles nos jeunes. Une fois réveillés, il se laisseront certainement moins berner que nous !


  • pierrot pierrot 7 février 2013 16:47

    La natalité diminue dans quasiment tous les pays du monde ce qui conduire à une stabilisation de la population mondiale à terme.

    La surpopulation n’est pas un problème mais une donnée contraignante qu’il faut prendre en compte.

    Cependant nous observons que les grandes famines, les grandes épidémies ont heureusement disparu depuis le milieu du XX ième siècle.

    Je n’ose imaginer que l’auteur propose de gigantesques génocides pour résoudre les quelques problèmes en cours de règlement en particulier grace à l’action de l’ONU.


    • al.terre.natif 7 février 2013 17:42

      « Cependant nous observons que les grandes famines, les grandes épidémies ont heureusement disparu depuis le milieu du XX ième siècle. »

      Il y a une forte probabilité qu’elles reviennent, même chez nous... 4 à 6 jours d’autonomie alimentaire pour la région parisienne, 4 à 5 semaines au niveau national ....

      ca ne tiens qu’a un fil ... de pétrole ...


  • DésertSolitaire DésertSolitaire 7 février 2013 21:42

    Très bon article.
    Le monde et les espèces sauvages diminuent d’autant que la population humaine augmente.
    La dénatalité douce permet de donner une chance aux autres habitants de la planète de (nous) survivre.
    On ne peut plus se montrer égoïste.
    Quelque soit les avancées technologiques que nous faisons, l’overshoot Day est sans cesse avancé.
    Le développement durable qui est prôné depuis plus de 30ans ne fait que nous freiner, en aucun il nous permet de faire machine arrière.
    http://www.youtube.com/watch?v=nZJGz2OeSnA&noredirect=1


  • DésertSolitaire DésertSolitaire 7 février 2013 22:22
    Résumé du livre : Constat de secours

    Le seuil critique de cinq milliards de Terriens, nous aurions été bien inspirés de ne jamais le dépasser, afin de laisser aux générations futures une planète aussi viable que possible. Mais il se trouve qu’en 2010, la planète, qui suffoque déjà sous le poids de 7 milliards de destructeurs, subit toujours une explosion démographique qui se traduit par une augmentation de la population mondiale de 245 000 individus par jour, ce qui devrait nous amener à 9,5 milliards en 2050. L’homme est incontestablement un destructeur congénital dont les codes de destruction sont inscrits dans les gènes. Un ça va, des milliards, bonjour les dégâts ! « Développement durable » qu’on nous dit tous les jours. Ben voyons ! Mon pauvre « DD », qu’est-ce que tu vas en prendre ! Elle existe pourtant bel et bien la planche de salut pour nous sortir de ce mauvais pas environnemental planétaire, elle devra au plus vite s’appeler : « Coexistence durable ». Mais elle ne pourra devenir une réalité que par une démographie raisonnée et un retour à un seuil de population supportable pour la planète.

    http://www.myboox.fr/livre/constat-de-secours-1649799.html


  • berlherm berlherm 8 février 2013 10:00

    Un enfant devrait être mis au monde avec amour, mais je ne vois pas comment ça peut être fait, puisque nécessairement d’énormes risques sont pris sur le dos de l’enfant dès sa conception. La mise au monde est basée sur l’égoïsme maternel (et paternel). Les parents désirent un enfant, et leurs désirs priment sur les risques insensés que court l’être qui naitra de la conception. L’amour supposé ne devrait-il pas s’effacer devant les risques encourus par l’être que l’on prétend aimer par avance ? Pour mettre un enfant au monde, il faut que le désir égoïste de la mère soit toujours supérieur à l’amour qu’elle prétend. Si l’amour prévalait, l’enfant ne serait pas conçu. On ne peut pré-aimer un enfant pas encore conçu.

    La surpopulation est une surpopulation de la souffrance de la misère de la stupidité d’abord.


  • Michel Tarrier Michel Tarrier 8 février 2013 10:40

  • sysy 27 février 2013 18:40

    Ce n’est pas aux Occidentaux de choisir ce qui est bon pour le Tiers Monde ! Les temps changent !

     Et puis n’oubliez pas c’est la population ( que vous craigniez tant) qui a renforcé la puissance de la Chine ( pareil pour l’Inde).

    Je n’encourage pas la surpopulation !!!
    Cependant dans un monde cruellement inégalitaire (voire hostile), chaque pays essaye de dominer comme il peut !

    Dans un premier temps , il faut que le Tiers Monde se développe un minimum pour que l’écart de richesse entre Occident et Tiers monde se réduise un peu ( je ne suis pas naïve , tout le monde ne peut pas vivre comme un Américain ) !!
    Je suis sure qu’en améliorant l’éducation et le niveau de vie , ces femmes « pondeuses » feront moins d’enfants.
    C’est clair que un homme préoccupé par des besoins primaires ne réfléchit pas à la surpopulation.

    La solution serait de répartir mieux les riches , pour freiner la natalité du Tiers monde.


Réagir