vendredi 8 novembre 2019 - par Carlo Gallo

Tout est devenu spectacle ou comme une fable des temps modernes ! Sur un ton humoristique

 

Nous avons assisté tout récemment à un tour exceptionnel et lamentable de la politique-spectacle de la pire espèce. Non pas qu’il existe une politique-spectacle de bon aloi, mais là, le summum de la couardise a été dépassé et de loin…

Le président de la première puissance militaire et économique du monde (autoproclamée patrie de la démocratie en oubliant qu’elle a été bâtie sur deux des plus grands crimes contre l’humanité que la planète ait connues, à savoir l’élimination pure et simple des Indiens et la traite des Africains, les soumettant à l’esclavage), a décidé unilatéralement de retirer ses soldats du Kurdistan syrien, laissant la porte ouverte au néo-sultan-calife wanna be, Erdogan, procéder à un nettoyage ethnique de plus.

Cependant, bon prince et respectueux des convenances, le président étatsunien appelle Erdogan lui intimant de ne pas taper trop fort sur les Kurdes !

Comme ce dernier n’est pas un tendre, il y va de bon cœur en laissant également libre cours aux salafistes, affidés de la Turquie, exprimer leur fantaisie dans l’horreur : décapitations, viols, assassinats, etc, etc…

Alors, le bon président américain envoie une lettre très dure à son pendant islamiste turc le traitant plus ou moins de tête de turc et d’idiot (sic) s’il poursuivait ses actions/exactions en Syrie. Et comme le grand-turc est une vraie tête de, c’est-à-dire qu’il ne fait qu’à sa tête, Trump débusque l’ennemi public No 1, Al Baghdadi, (autre tendre devant l’éternel) et jette son cadavre en pâture aux yeux du monde entier ! Ouf ! l’honneur est sauf ; les Etats-Unis sont le centre du monde démocratique et continuent à se battre pour sauver le monde !

Le timing et la mise en scène de cet acte est réellement digne d’une grande production hollywoodienne (je n’en doute pas, elle va arriver très vite).

Entretemps, fâché, le grand-turc s’est tourné vers son nouvel ami russe ; mais ça, c’est une autre histoire qui ferait certainement un autre film hollywoodien… 

 



11 réactions


  • Aimable 8 novembre 2019 15:22

    Vous avez raison , les US , c’est le dictateur couvert de sang ( par tous les moyens dont il dispose ) qui crie a qui veut l’entendre qu’il est un vrai , voir le plus grand de la planète , démocrate défenseur des droits de l’homme .


    • doctorix doctorix 8 novembre 2019 19:55

      @CLOJAC
      La différence, c’est que Staline, Mao et Pol Pot c’est fini.
      Tandis que la bête US sévit encore.
      C’est si difficile de reconnaitre que la Russie de Poutine a été le seul acteur de la paix relative en Syrie, et de l’élimination de Daesh soutenu (et créé) par les USA ?
      Ca vous reste en travers de la gorge ?


    • Aimable 8 novembre 2019 21:05

      @CLOJAC
      Tous ces bravent dictateurs ont exercer a domicile , tandis que les US , après avoir exercé leurs talents chez eux , officient maintenant dans les autres pays , ils répartissent les victimes en croyant quelles sont moins visibles .


    • Aimable 8 novembre 2019 21:06

      @Aimable
      Tous ces braves dictateurs .


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 novembre 2019 21:50

      @CLOJAC

      Si déjà les USA s’occpaient de leur propre population ce serait pas mal .Voir l’absence de l’état fédéral après la cata de la Nouvelle Orléans.


    • doctorix doctorix 9 novembre 2019 00:51

      @CLOJAC
      C’est vrai que demander son avis au peuple en Crimée était de la pure démagogie.
      C’est vrai aussi qu’un gouvernement fortement nazi à Kiev est une bonne chose si l’ukraine est pro-européenne plutôt que proche de la Russie.
      C’est vrai aussi qu’il n’y a pas plus aveugle que ceux qui ne veulent pas voir.


    • doctorix doctorix 9 novembre 2019 18:44

      @CLOJAC
      Sur les trois cités, il n’y a que les USA qui déclenchent la totalité des guerres de ce monde, et qui fommentent des rivalités inter-ethniques.
      Qui d’autre ?
      Et ça fait 70 ans que ça dure.
      Que vous le niiez ou non.


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 8 novembre 2019 16:17

    le spectacle en question est destiné au public américain, comme les séries B d’Hollywood qui ne peuvent même pas être exportées tellement le décalage culturel est important, les références inconnues dans les autres pays et le niveau de discours affligeant (contrairement aux grands films destinés à l’élite et à l’exportation)

    ce spectacle est permanent et une nouvelle campagne commence dès le lendemain de l’investiture du nouveau titulaire de la Maison Blanche pour occuper le scène

    le bur n’eszt pas de nous faire avaler à nous ces salades : l’empire a mandaté pour ça les gouverneurs qu’il a mis en place dans fes territoires qu’il contrôle


  • Kapimo Kapimo 9 novembre 2019 12:51

    Les USA n’ont rien à faire en Syrie, et le fait qu’ils s’en désengagent (partiellement) est une très bonne chose. Le Rojava voulu par Israel et par l’état profond francais est une entreprise néo-coloniale.

    Quant au discours de Trump, il est destiné au public américain et aux soutiens binationaux de Trump. Il s’agit de posture électoraliste, et les démocrates ne sont pas en reste dans le domaine.


  • izarn izarn 9 novembre 2019 13:52

    Siting Bull disait : « Le visage pâle a la langue fourchue ».

    Vous vous attendiez à quoi ?

    Ensuite Trump a promis depuis 2016 qu’il sortirait les US des guerres au Moyen Orient...A l’approche de 2020, il le fait.

    Vous étiez prévenus, non ?

    Et les kurdes aussi !

    Ensuite les kurdes.... smiley

    Ses petits malins ont profité de l’attaque du « Califat » ISIS contre la Syrie, et se sont servi un « Rojava ». Défendu par ces cons de Sarko et Hollande. Le YPG abrite le PKK, organisme considéré comme terroriste par l’OTAN et l’UE....( Ce pourquoi je traite de cons finis nos ex présidents de la ripoublique)

    Alors vous voulez nous faire pleurer sur les kurdes ?

    Certes, ils sont malmenés en Turquie : OK !

    Mais ils n’ont qu’a aller en Irak, au Kurdistan et nous foutre la paix.

    Mais aussi : Qu’est ce qu’on en à faire des kurdes, nous français ?

    C’est notre problème ? NON !

    Et pour une fois que Trump fait la paix en Syrie !

    Putain de bordel : Vous ne pouvez pas la fermer !


  • ETTORE ETTORE 9 novembre 2019 14:48

    Ce monde est un peu comme la carte d’un restaurant, alléchant, par le nom de ses préparations cullinaires..

    Mais en finalité, les recettes sont loin d’être celles des plats originaux.

    Vous avez beau avoir cinquante suggestions....les ingrédients sont les mêmes, invariablement .

    Alors chercher, une once de vérité, ou de réalité vraie....relève d’un pur optimisme, ou d’un crétinisme congénital.


Réagir