mercredi 2 octobre 2019 - par Anissa Putois

Un lapin géant et 270 000 personnes disent STOP à l’angora

JPEG

Les cris de lapins terrorisés et en proie à l’agonie ont retenti ce matin devant l’une des boutiques parisiennes de la marque American Vintage, pendant qu’un « lapin » géant subissait toute l’horreur de l’arrachage à vif – pratique souvent utilisée pour obtenir l’angora. 

À l’occasion de la Journée internationale de la non-violence, ce mercredi 2 octobre, PETA et One Voice ont installé cette mise en scène retentissante illustrant le supplice qu’endurent les lapins angora pour une matière si controversée que consommateurs et marques lui tournent de plus en plus le dos.

Mais l’entreprise française American Vintage s’entête à continuer de vendre de l’angora, malgré avoir été contactée par PETA à maintes reprises, lui demandant d’arrêter de soutenir cette industrie sanglante et en déclin depuis plusieurs années maintenant, grâce aux enquêtes diffusées par les associations de défense des animaux.

La cruauté n’est pas tendance

L'angora est une matière loin d'être douce : pour l’obtenir, des lapins sont enfermés et isolés dans des cages minuscules, sales et sans aménagement. Ils n’en sortent que pour se faire retirer les poils, opération terrifiante qui a lieu jusqu'à quatre fois par an, durant laquelle ils sont ligotés par les pattes et fermement maintenus en place pendant qu’on leur arrache les poils à vif ou les tond violemment. Les lapins angora, qui vivraient 12 ans en moyenne, sont ensuite abattus vers l'âge de 2 ou 3 ans après toute une vie d’effroi et de misère.

Les images filmées clandestinement par PETA Asie dans des élevages en Chine – d’où provient 90 % de l’angora produit dans le monde – ont dévoilé la cruauté infligée aux lapins angora.

Entravés, effrayés et torturés lors de la tonte, Ils hurlent de terreur et d’agonie. Des cris déchirants qui résonnent aux oreilles du grand public et face auxquels American Vintage ne peut plus faire la sourde oreille.

L’angora « éthique » est un mythe

Même chez des fournisseurs chinois prétendument « responsables » visités par PETA Asie – et censés apporter des garanties en matière de bien-être animal à des entreprises comme American Vintage – l’arrachage à vif constitue la méthode la plus courante pour obtenir autant de poils que possible de chaque animal.

Quelle que soit sa provenance, l’angora n’est jamais « éthique ». Même en France, comme l’a dévoilé One Voice en 2016 puis encore en 2018, cette production est toujours cruelle et les lapins croupissent dans des clapiers sales exposés aux intempéries, et subissent des manipulations violentes – fermement attachés à une table en bois, certains tentent de se débattre tandis que d’autres sont figés de terreur.

270 000 personnes demandent à American Vintage de stopper l’angora

American Vintage revendique dans sa « philosophie » la valeur de « bienveillance », mais soutient directement l’exploitation violente de doux animaux. Une hypocrisie que lui ont fait remarquer à ce jour près de 270 000 sympathisants de PETA et de ses affiliées internationales, une mobilisation qui continue à prendre de l’ampleur et est visible sur les réseaux sociaux de la marque, où les internautes publient des centaines de commentaires sur les pages Instagram et Facebook d’American Vintage, lui demandant de se distancier de ce commerce cruel.

Ce soutien impressionnant à l’appel de PETA le prouve bien : les consommateurs d’aujourd’hui ne veulent pas de vêtements tâchés de cruauté et exigent de la transparence et de l’éthique de la part des marques. 

L’angora en chute libre

Dans les mois qui ont suivi la publication de l’enquête de PETA Asie, des centaines de marques ont renoncé à l’utilisation de la matière controversée, dont Lacoste, Calvin Klein, ASOS, Gap, H&M, Ralph Lauren, Topshop, Uniqlo et Zara, et le mouvement continue : plus récemment ce sont Naf Naf et Damart qui se sont engagés à ne plus en vendre.

Mais bien que la demande pour l'angora se soit effondrée, des lapins continuent de souffrir pour que des marques telles qu’American Vintage continuent à tirer profit de vêtements fabriqués à partir de leur fourrure.

Leur pelage ne nous appartient pas

Les lapins sont des animaux paisibles et intelligents qui forment des liens forts avec leur congénères et présentent un comportement social complexe. Chacun d’eux est doté d’une personnalité unique et ressent la douleur, la peur et le stress extrême des violences qu’on lui fait subir – simplement pour que ses poils soient transformés en fibre dont sont fabriqués vêtements et articles de mode.

Il est grand temps que nous arrêtions de torturer et d’exploiter des individus sensibles pour nos propres intérêts, et la Journée internationale de la non-violence est donc l’occasion parfaite pour réitérer notre appel à American Vintage à prendre la bonne décision.



15 réactions


  • Attila Attila 2 octobre 2019 18:00

    Peta torture des peluches.

    Sauvons les nounours !

    .


    • McGurk McGurk 2 octobre 2019 20:44

      @Eric Havas

      Mais on les défend déjà, les rats, ...ils sont aux commandes de la société smiley


    • Aimable 3 octobre 2019 11:10

      @CLOJAC
      L’espèce dite humaine , en temps qu’animal « évolué » fait commerce de tout , même de ses congénères .


  • popov 2 octobre 2019 18:16

    @Anissa Putois

    Leur pelage ne nous appartient pas

    Les pommes du pommier ne nous appartiennent pas plus. Le pommier ne fait pas ses pommes pour nous, mais pour que les oiseaux les mangent et dispersent les semences.

    Si on étend le champ d’application de la morale aux animaux, pourquoi s’arrêter en chemin et ne pas inclure le règne végétal ?

    Sans aller jusqu’à ces extrêmes, je propose qu’on remplace les poils d’angora par des poils de putois. Il faudra bien sûr utiliser des déodorants puissants.


    • Albert123 3 octobre 2019 09:49

      @popov

      c’est en cela que l’antispécisme est un non projet, pour être cohérent avec eux même les porteurs de cette idéologie doivent se laisser mourir et disparaître.

      Pour les lapins, vu le cycle de reproduction de l’animal et le fait qu’en surnombre il est vecteur de maladies autant l’utiliser comme nos ancêtres le faisaient, cad pour sa chair et son pelage.


    • popov 5 octobre 2019 15:25

      Ceci dit, le condamne toutes les pratiques qui infligent aux animaux des souffrances inutiles. Au XXIe siècle, on devrait être capables de tondre ces lapins de façon indolore.
      La vidéo du lapin m’a rappelé celles de l’extermination des cochons en Égypte après une alerte à une épidémie d’influenza qui ne s’est pas concrétisée. Une façon de plus pour la crapuleuse majorité islamique de persécuter la minorité Copte.


  • McGurk McGurk 2 octobre 2019 18:31

    Peta...mais c’est quoi ce bordel ?

    J’en ai marre de ces associations débiles qui débordent sur l’espace public pour des motifs complètement cons.

    On nous a fait chier avec « la sombre et atroce torture du cheval » (l’animal élevé, monté et même mangé depuis la nuit des temps), puis les vaches et enfin les boucheries ces horribles « lieux de torture où on martyrise les pov’ bestiaux ».

    Tant qu’on bouffera pas du sable ou de la merde de synthèse, ces sectes viendront nous les casser pour n’importe quel motif, vandaliseront les biens personnels sans que l’Etat n’intervienne (cf. situation des bouchers).

    On ne parle même pas ici d’espèces rares ou en voie de disparition mais de putain de lapins ! Si une firme souhaite en élever pour leur fourrure, qu’est-ce qu’on en a à foutre ? Pour une fois qu’on ne vient pas dézinguer la chaîne alimentaire à rayer des races animales entières de la carte, ce genre de manifestation est de trop.

    Autant la méthode d’élevage pourrait être en cause, autant la finalité ne peut l’être. A moins de vouloir se convertir à ces modes actuelles idiotes que sont le végétarisme et le véganisme.


  • nono le simplet nono le simplet 3 octobre 2019 06:50

    par contre pas grand monde ne se préoccupe des cris de douleur des contribuables tondus tous les jours ...


  • rugueux 3 octobre 2019 07:54

    Allons, allons, se faire arracher les poils ce n’est pas de la torture, faut pas exagérer, la preuve c’est que des tas de femelles, y compris parmi les plus hystériques des gougnasses anti-mâles se font ratiboiser le poil rebelle de la foufoune aux sourcils sans en faire un crime...
    Il se dit même que dans certaines officines du Marais des créatures au sexe indéterminé s’adonnent à cette pratique en compagnie de virils obèses bardés de chaines et de cuir....


  • the clone the clone 3 octobre 2019 09:12

    On croirait entendre les cris des GJ se faisant arracher un œil par la BAC ....


  • Spartacus Lequidam Spartacus 3 octobre 2019 11:01
    Nous vivons actuellement une période détestable chaque lobby bobo-écolo envahi l’espace public pour militer et utiliser la provocation pour obtenir une couverture médiatique stérile en faisant du sensationnel culpabilisant pour des causes futiles qui n’intéresse qu’un microcosme de bobos des villes.


    En réalité ce sont 2 blaireaux militants bobos des villes désœuvrés plus préoccupés à passer à la TV ou sur libé ou nouvel obs pour obtenir de la reconnaissance sociale et se faire passer pour des « gens biens » proche des animaux comme c’est à la mode.


    Evidemment ca ne changera rien aux lapins, c’est tellement loin des vraies préoccupations des gens ces gesticulations grotesques d’enfants gâtés bobos décalés. 

    Juste affligeant.


  • the clone the clone 3 octobre 2019 12:15

    De Rugy avait eut droit a son homard géant ....


  • ETTORE ETTORE 3 octobre 2019 13:52
    Cadoudal 2 octobre 19:29

    @covadonga*722

    Ouais, mais un Végan communiste halal...lol..

    Chine : la République populaire vendrait des organes prélevés sur des musulmans vivants

    _________________________________________________
     Bah, ils ont trouvé le moyen de contrecarrer la crise des « FOI(es) »
    Rien ne dit que le prosélytisme musulman ne soit pas derrière cet expansionnisme par remplacement.



  • Ruut Ruut 3 octobre 2019 15:06

    Je mange du lapin, donc avoir des habits en peau de lapin ne me dérange pas.
    Comme avoir du cuir lorsque je mange de la vache, du bœuf etc…

    Par contre oui un vegan qui porte de la fourrure ou du cuir c’est juste ridicule.

    Il vaut mieux recycler le plus ce que nous mangeons que la mort la plus douce et rapide possible ne l’ait pas été pour rien.

    Par contre oui je suis pour une qualité de vie de ma nourriture maximale tant animale que végétale.
    Car oui les végétaux souffrent aussi.


Réagir