jeudi 30 novembre 2023 - par Dr. salem alketbi

Une division internationale périlleuse sur Gaza

JPEG

La division internationale sur Gaza est une menace imminente après près de deux ans d’échec de la communauté internationale face à la crise ukrainienne. Cette division confirme que la polarisation internationale s’aggrave et s’approfondit, entraînant le monde dans un chaos et une agitation sans précédent.

Récemment, le Conseil de sécurité des Nations unies n’a pas adopté une résolution parrainée par la Russie appelant à un cessez-le-feu humanitaire entre Israël et le mouvement Hamas. La résolution n’a pas reçu le soutien minimum requis, avec cinq membres en faveur, quatre contre et six abstentions. Cette scène reflète de manière frappante la profondeur de la division internationale sur la situation à Gaza. La résolution visait à mettre fin à l’escalade et à encourager la partie israélienne à envisager une réponse calme, loin du désir de représailles et de vengeance pour l’attaque du Hamas qui a fait des victimes et des prisonniers civils israéliens.

Gaza devient progressivement une nouvelle arène pour les luttes de pouvoir entre les principales puissances internationales. La Russie y voit une occasion importante de saper l’Occident en raison de son soutien inconditionnel à Israël. En outre, la Russie considère l’implication des capitales occidentales dans le conflit entre Israël et le Hamas comme une distraction par rapport à la situation en Ukraine.

De nombreux observateurs pensent que les dirigeants occidentaux se préparent à un conflit à grande échelle au Moyen-Orient, avec la possibilité que ce conflit évolue vers une guerre à grande échelle nécessitant une intervention internationale directe. Cela conduirait inévitablement à une réduction du soutien militaire à l’Ukraine et à la préservation des stocks d’armes en prévision de scénarios possibles dans d’autres régions, comme le Moyen-Orient. La Russie a également intérêt à entraîner les Etats-Unis dans un nouveau conflit militaire au Moyen-Orient. Dans ce scénario hypothétique, la Russie pourrait isoler complètement l’Ukraine et mettre en œuvre son plan, forçant les pays européens à reculer et à accepter la solution proposée par la Russie à la crise ukrainienne.

En outre, le président Poutine cherche à utiliser la position américaine pour consolider l’influence russe au Moyen-Orient. Toute détérioration des relations occidentales avec les pays arabes et islamiques sert automatiquement les intérêts de la Russie et de la Chine. Les Etats-Unis ne peuvent pas abandonner complètement Israël, c’est une donnée fondamentale des relations internationales. Quiconque suit les déclarations du Président Joe Biden, du Secrétaire d’Etat Antony Blinken et des leaders du Congrès comprend l’ampleur du soutien indéfectible des Etats-Unis à Israël. Washington ne se préoccupe pas de l’impact de sa position sur l’Ukraine ou de ses intérêts stratégiques au Moyen-Orient.

Elle n’a pas pris en compte les calculs de pertes et profits liés à sa position sur la crise de Gaza, et a placé le statut et le rôle mondial des Etats-Unis au-dessus de tout.

Mais le vrai problème est celui des répercussions de ce conflit et de la compétition internationale pour la sécurité et la stabilité dans la région. Il est difficile de spéculer sur l’existence d’un consensus international en faveur d’une résolution du conflit israélo-palestinien, d’autant plus que le président Biden et son secrétaire d’État n’ont pas fait la distinction entre leur soutien à Israël, d’une part, et l’exacerbation des tensions religieuses et la religiosité d’un conflit explicitement politique/humanitaire, d’autre part.

Le président Biden a pris un risque avec les intérêts stratégiques des Etats-Unis et a suivi un discours émotionnel complètement déconnecté de la diplomatie, jouant avec les caprices de l’électorat américain et tournant autour de l’idée de préserver le siège présidentiel, sans comprendre les conséquences de son discours diviseur dans une région où la religion peut être une bombe à retardement prête à exploser. Ses propos pourraient fournir aux radicaux et aux terroristes un prétexte pour répandre leurs idéologies violentes sous le couvert de la défense de l’islam et des musulmans dans ce conflit religieux.

Les répercussions de la crise de Gaza pourraient aller au-delà de sa portée géographique au Moyen-Orient. Au contraire, elles auront de graves conséquences sur la crise ukrainienne, la sécurité et la stabilité mondiales. Les citoyens de différents pays du monde suivent de près les événements entre Israël et le Hamas, ainsi que le conflit entre la Russie et l’Ukraine. Ils suivent également les positions des nations et des gouvernements, les organisations internationales étant totalement incapables de publier une déclaration commune.

Je pense que l’aspect le plus dangereux de la crise de Gaza est l’implication de certains dirigeants et fonctionnaires occidentaux qui perçoivent le conflit comme une lutte religieuse entre l’Islam et le Judaïsme. C’est la plus grande erreur qu’aucun sage n’aurait dû commettre, car ses conséquences ne se limiteront pas à la géographie de la région du Moyen-Orient. Au contraire, elle déclenchera un grand conflit et une lutte religieuse dans le monde entier.

Il ne s’agit pas seulement des conséquences de la propagation de l’islamophobie et d’autres phénomènes négatifs, mais aussi de l’alimentation de la pensée terroriste extrémiste et de la création d’un environnement propice à la propagation transfrontalière. Cela compromet des années d’efforts pour promouvoir une culture de tolérance et de coexistence, pour lutter contre la haine et l’incitation, et pour répondre à ceux qui prônent le choc des civilisations et des croyances.



8 réactions


  • Samy Levrai Samy Levrai 30 novembre 2023 12:06

    C’est la faute à la Russie si le camp de concentration palestinien est ébullition.....

    L’agent sioniste Alketbi frappe toujours plus fort, vers l’infini et au-delà...


  • Clocel Clocel 30 novembre 2023 12:54

    Le monde unipolaire est le chaos, la multipolarité est une recherche d’équilibre ou non, mais les forces tendent à s’équilibrer.


  • Com une outre 30 novembre 2023 13:09

    De plus en plus fort, propagande à la fois anti-russe et anti-palestinienne. Avec déclenchement possible d’un conflit mondial à cause de Poutine et du Hamas. Le Dr alketbi ne forcerait-il pas un peu trop sur la chicha, croyant du coup à ses élucubrations ?


  • Plus robert que Redford 30 novembre 2023 20:00

    Ouaah !

    Trop fort le géopolitologue à la ghutra immaculée !

    Le cow-boy au gros bâton, caïd des cours de récré, vient de se prendre un gros bourre pif de la part de l’ours qu’il a un peu trop titillé !..

    Du coup, la moitié des gamins de l’école vient de se rendre compte qu’il n’est qu’une grosse baudruche, un poussah obèse et dégénéré qui les a terrorisés depuis 80 ans !

    Forcément, ils ne marchent plus dans la combine...


  • microf 30 novembre 2023 22:24

    Un proverbe dit qu´á quelque chose, malheur est bon.

    Ce qui s´est passé le octobre 2023 est ce malheur pour que le bien arrive.
    Aujourd´hui une grande partie du monde condamne carrément Israel et demande que le comptes soient demandés á israel pour les massacres qu´il est entrain commettre en Palestine.

    Quand Ari Shavit admet qu’Israël doit mettre fin à l’occupation

    « Israël rend son dernier souffle ! ». C’est sous ce titre que le journal hébreu « Haaretz » a publié un article du célèbre écrivain Ari Shavit dans lequel il déclare qu’Israël semble « confronté au peuple le plus difficile de l’histoire, et il n’y a pas d’autre solution que de reconnaître ses droits et de mettre fin à l’occupation ».

    Il «  semble que nous ayons dépassé le point du non-retour », Israël ne peut plus que mettre fin à l’occupation, arrêter la colonisation et instaurer la paix, ajoute Shavit, notant qu’il n’est plus possible de réformer le sionisme, de sauver la démocratie et de diviser le peuple dans ce pays.

    Si la situation est telle, a-t-il relevé, il n’y a plus de goût à vivre dans ce pays, à écrire ou à lire dans Haaretz. « Nous devons faire ce que Rogel Alpher, auteur et écrivain israélien, a suggéré il y a deux ans, est de quitter le pays », a-t-il dit.

    Et d’ajouter : « Si la judéité n’est pas un facteur essentiel de l’identité, et si chaque citoyen +israélien+ a un passeport étranger, pas seulement au sens technique du terme, mais aussi sur le plan psychologique, l’affaire est entendue. Il faut dire adieu à ses amis et partir pour San Francisco, Berlin ou Paris ».

    Enfonçant un peu plus le clou, il affirme : Il faut regarder calmement l’État d’Israël rendre son dernier souffle : « Nous devons faire trois pas en arrière et regarder l’État démocratique juif sombrer ».

    « Je mets mon doigt dans les yeux de Netanyahou, Lieberman et des néonazis, pour les réveiller de leur délire sioniste, que Trump, Kushner, Biden, Barack Obama et Hillary Clinton ne sont pas ceux qui mettront fin à l’occupation« , souligne encore l‘écrivain.

    Pour lui, ce ne sont pas les Nations unies et l’Union européenne qui mettront fin aux colonies, la seule force au monde capable de sauver Israël, ce sont les Israéliens, en créant un nouveau langage politique qui reconnaît la réalité que les Palestiniens sont enracinés dans cette terre.

    Depuis qu’ils sont arrivés en Palestine, les « Israéliens  » ont réalisé qu’ils sont le résultat d’un mensonge créé par le mouvement sioniste, au cours duquel il a utilisé toutes les tromperies sur le caractère juif tout au long de l’histoire, renchérit il.

    Il poursuit en ce sens : En exploitant ce qu’Hitler a appelé l’Holocauste, le mouvement a pu convaincre le monde que la Palestine est la « Terre promise » et que le prétendu temple se trouve sous la mosquée Al-Aqsa. C’est ainsi que le loup s’est transformé en agneau allaité par l’argent des contribuables américains et européens, jusqu’à devenir un monstre nucléaire.

    Les « Israéliens » se rendent compte qu’ils n’ont pas d’avenir en Palestine, car ce n’est pas une terre sans peuple comme on leur a menti. Voici un autre écrivain qui reconnaît, non seulement l’existence du peuple palestinien, mais plutôt sa supériorité et sa suprématie – Gideon Levy, le sioniste de gauche, lorsqu’il dit : « Il semble que les Palestiniens aient une nature différente du reste de l’humanité. Nous avons occupé leurs terres et nous avons traité leurs jeunes de prostituées et de toxicomanes. Nous avons dit que quelques années passent et qu’ils oublieraient leur patrie et leur terre, puis leur jeune génération a explosé lors de l’Intifada de 1987. Nous les avons mis en prison ».

    « Des années plus tard, alors que nous pensions qu’ils avaient retenu la leçon, ils sont revenus avec un soulèvement armé en 2000, dévorant la terre. Nous avons dit que nous démolissons leurs maisons et que nous les assiégerions pendant de nombreuses années, mais ils ont alors extrait des missiles impossibles à utiliser pour nous frapper, malgré le siège et la destruction. Nous avons donc commencé à prévoir des murs et du fil de fer barbelé« , reconnaît l’auteur.

    « Puis ils sont venus par les souterrains et les tunnels, jusqu’à ce qu’ils nous tuent lors de la dernière guerre. Nous les avons combattus avec notre esprit, puis ils se sont emparés du satellite israélien (Amos), ils font régner la terreur dans tous les foyers d’Israël en diffusant des menaces, un scénario semblable à celui produit lorsque les jeunes palestiniens ont réussi à prendre le contrôle de la chaîne israélienne Channel 2 », ajoute-t-il.

    Pour conclure : « En résumé, il semble que nous soyons confrontés au peuple le plus difficile de l’histoire, et qu’il n’y ait pas d’autre solution que de reconnaître ses droits et de mettre fin à l’occupation ».


  • zygzornifle zygzornifle 1er décembre 2023 12:49

    Si un accord de paix est un jour signé il tiendra jusqu’à ce que le stylo sois remis dans sa poche .....


    • Clocel Clocel 1er décembre 2023 13:00

      @zygzornifle

      Un accord signé avec Israël, c’est autant de papier perdu pour les toilettes. 


  • titi titi 1er décembre 2023 22:26

    @L’auteur

    "comme une lutte religieuse entre l’Islam et le Judaïsme

    « 

    C’est pourtant exactement ce que ce conflit est devenu.

    Les anciens mouvements qui se faisaient passé pour »laïcs" ont depuis longtemps tombé le masque, et ont de toutes façons été remplacés par des mouvements djihadistes.

    Il suffit le lire la charte du Hamas (disponible sur le site du sénat). Le mot Palestine n’y apparait presque pas, alors que pas une page sans des galimatias faisant référence au Coran.


Réagir