jeudi 27 mai - par Rémy Mahoudeaux

Une pandémie

JPEG

Le chroniqueur trop bavard doit s’effacer pour laisser la place à celui qui resitue son propos dans le temps long. Là, c’est un anthropologue suisse, Jean-Dominique Michel, qui parle. Il est invité par l’IHU de Marseille. Symposium de complotistes, diront ceux qui chérissent le discours officiel comme ils aimeraient Big Brother. La vidéo de son intervention est en bout de lien https://youtu.be/WUkcsSnVzl0 , et elle mérite d’être visionnée.

Pas question d’en faire un résumé. Il est probable que celui qui fréquente des médias alternatifs peut-être un peu plus immune à la doxa ambiante que le citoyen lambda, n’apprendra pas grand-chose. Mais remettre en ordre, articuler entre elles des faits et des idées des analyses et des conclusions, entrevoir des perspectives qui n’étaient pas encore perçues, c’est salutaire.

La doxa nous dit que le covid-19 est une pandémie très grave. Elle nie l’existence de traitements précoces efficaces. Les mesures de contraintes sont indispensables. La vaccination est la seule solution. Toutes ces affirmations sont fausses. Mais les gouvernements et leurs services, l’OMS, Bill Gates, les GAFAM, la presse et les médias nous ont gavés ad nauseam avec ces slogans. Au vu des multiples anomalies dans la gestion de la crise sanitaire du covid-19, comment ne pas penser au titre si explicite du livre du Pr. Christian Perronne : Y a-t-il une erreur qu’ils n’ont pas commise ? Un juge d’instruction parlerait d’un faisceau d’indices concordants. Le soupçonneux se posera la question de l’intention. Jean-Dominique Michel n’a pas peur des mots : il parle de torture collective dans la diffusion délibérée d’un discours anxiogène et évoque un système totalitaire. Cette pandémie est plus une opportunité d’affaires pour «  Big Pharma » et pour les GAFAM qu’une apocalypse promise si nous ne nous soumettons pas aux injonctions d’un pouvoir corrompu. Parce que la corruption est une évidence chez les donneurs d’ordre, chez ceux à qui le crime profite. Elle est patente dans le domaine de la publication scientifique aujourd’hui. Bref, c’est une affaire de gros sous qui nous gâche la vie depuis plus d’un an.

Cette prise de pouvoir des grands laboratoires et des grandes entreprises numériques ouvre la voie vers un monde transhumain. Je n’en veux pas. Bon visionnage !



16 réactions


  • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 27 mai 08:18

    Je n’en veux pas non plus de ce qui se met en place, mais moi je vais passer le relais.

    C’est pour les suivants que ça va être pénible, même pour les dominants enfermés dans leur schizophrénie : ils se détestent eux-mêmes tout en étant remplis d’admiration pour leur ego. 


    • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 27 mai 08:24

      @Séraphin Lampion

      remarque :
      je ne veux pas non plus de l’écriture inclusive, ni du renversement de la grammaire dans une sorte de discrimination positive
      vous avez écrit :
      « articuler entre elles des faits et des idées des analyses et des conclusions, entrevoir des perspectives qui n’étaient pas encore perçues, c’est salutaire. »
      Que la règle du masculin qui l’emporte sur le féminin ait une origine macho-patriarcale est une théorie contestable, mais faire en sorte que ce soir le féminin qui l’emporte est une décision volontaire révélatrice d’une certaine vision du monde éléphantesque ou bonobesque où les matriarches conduisent le groupe.


    • Rémy Mahoudeaux 27 mai 09:57

      @Séraphin Lampion
      Oups ! je m’auto-fustige pour cette erreur et je m’inflige 10 minutes de coin avec les mains sur la tête. Ce sera moins seyant qu’un bonnet emprunté à ce sympathique animal qui réchauffait le Christ à la crèche ! 


    • xana 27 mai 11:27

      @Rémy Mahoudeaux
      Vous êtes pardonné, mon ami.
      Ce n’était donc qu’une faute d’orthographe, pas une faute de goût.


    • Aristide Aristide 27 mai 12:05

      @Rémy Mahoudeaux

      « articuler entre elles des faits et des idées des analyses et des conclusions, entrevoir des perspectives qui n’étaient pas encore perçues, c’est salutaire. »

      Il s’agit d’une « faute », bien vénielle. C’est un mauvais usage de l’accord dit de proximité. Nul besoin d’en appeler à un quelconque patriarcat, cet accord était d’usage bien avant la règle de l’accord au masculin.

      Vous n’auriez fait aucune « faute » en écrivant « articuler entre elles des idées et des faits, des analyses et des conclusions, entrevoir des perspectives qui n’étaient pas encore perçues, c’est salutaire. » 

      On peut se mettre d’accord sur l’ineptie du point médian mais pour cette »réforme« nul besoin de monter au créneau, pas plus que pour l’accord sur le sens, le nombre, ... dit »syllepse grammaticale". 


    • alinea alinea 27 mai 17:25

      @Séraphin Lampion
      mais les idées, les analyses et les conclusions sont féminines... l’auteur a zappé les faits !

       smiley

  • njama njama 27 mai 08:51

    La seule pandémie qui existe est médiatique. Surmortalité en 2020 23000 morts (Laurent Toubiana épidémiologiste), et puis, l’OMS a traficoté par deux fois sa définition de la pandémie, au point qu’une simple grippe peut être qualifiée de pandémie. Si c’est pas une arnaque, c’est quoi ?

    A Whole Industry Is Waiting For A Pandemic’

    16 dec 2009 […] Dans une interview donnée au magazine allemand Der Spiegel, un membre de la Cochrane Collaboration, une organisation de scientifiques indépendants qui évaluent toutes les études menées sur la grippe, l’épidémiologiste Tom Jefferson montrait les conséquences de la privatisation de l’OMS et la marchandisation de la santé.

    « T. Jefferson : […] l’une des caractéristiques les plus ahurissantes de cette grippe, et de tout le roman-feuilleton qui en a découlé, est que, année après année, des gens émettent des prévisions de plus en plus pessimistes. Jusqu’à présent, aucune ne s’est jamais réalisée et ces personnes sont toujours là à répéter leurs prédictions. Par exemple, qu’est-il arrivé avec la grippe aviaire qui était censée tous nous tuer ? Rien. Mais, ce n’est pas cela qui arrête ces gens de faire leurs prédictions. Parfois, on a le sentiment que c’est toute une industrie qui se prête à espérer une pandémie.


    • njama njama 27 mai 08:52

      (suite)

      Der Spiegel : De qui parlez-vous ? De l’OMS ?
      T. J : L’OMS et les responsables de la santé publique, les virologistes et les laboratoires pharmaceutiques. Ils ont construit tout un système autour de l’imminence de la pandémie. Beaucoup d’argent est en jeu, ainsi que des réseaux d’influence, des carrières et des institutions tout entières ! Et il a suffit qu’un des virus de la grippe mute pour voir toute la machine se mettre en branle. » [20]

      Lorsqu’on lui a demandé si l’OMS avait délibérément déclaré l’urgence pandémique dans le but de créer un immense marché pour les vaccins et les médicaments contre le H1N1, Jefferson a répondu :
      « Ne trouvez-vous pas frappant que l’OMS ait modifié sa définition de la pandémie ? L’ancienne définition parlait d’un virus nouveau, à propagation rapide, pour lequel l’immunité n’existe pas, et qui entraîne un taux élevé de malades et de décès. Aujourd’hui, ces deux derniers points sur les taux d’infection ont été supprimés, et c’est ainsi que la grippe A est entrée dans la catégorie des pandémies. » [21]

      [20] Tom Jefferson, Entretien avec l’épistémologiste Tom Jefferson : ‘A Whole Industry Is Waiting For A Pandemic’, Der Spiegel, 21 juillet 2009 https://www.spiegel.de/international/world/interview-with-epidemiologist-tom-jefferson-a-whole-industry-is-waiting-for-a-pandemic-a-637119.html
      [21] Ibid.
      source de la citation https://www.voltairenet.org/OMS-le-pape-de-la-grippe-A-accuse


    • alinea alinea 27 mai 17:28

      @njama
      Il faut dire qu’ils s’emmerdent à mourir ces gens-là, bien payés à rien foutre, il ne se passe jamais rien ou pas grand chose, ils rêvent du grand jour ! et comme il ne vient pas, ils l’inventent.


    • Samson Samson 28 mai 11:10

      @njama
      « La seule pandémie qui existe est médiatique. »

      ... et maintenant « vaccinale », sans quoi, on se demanderait à quoi bon tant d’efforts !


  • njama njama 27 mai 08:54

    L’ Intervention Me DE ARAUJO RECCHIA 24.05.2021 soulève un point essentiel sur lequel s’articule toute cette « fausse guerre » :

    (32’11) https://www.youtube.com/watch?v=Peoyt1TbqL8

    « …Par ailleurs, nous démontrons à travers de nombreuses études scientifiques et tribunes d’experts que ces mesures de confinement forcé sont clairement disproportionnées, inutiles et nocives pour la santé publique, l’économie et la culture et qu’elle portent ainsi gravement atteinte à l’intégrité physique, psychologique et morale des citoyens.

    Enfin nous rappelons que la seule preuve sur laquelle repose l’état d’urgence sanitaire est le nombre total de testés positifs aux tests RT-PCR, qui s’avèrent non fiables d’après de nombreux experts scientifiques et d’après la jurisprudence dont on a connaissance aujourd’hui, qui émane de différentes cours européennes.

    Nous contestons donc indirectement la qualification d’état d’urgence sanitaire étant donné que les indicateurs de cette “épidémie” sont publics et que les rapports relatifs à la mortalité démontrent une absence de surmortalité pour les moins de 84 ans. Que l’absence de soin et l’interdiction faite aux médecins de prescrire des molécules connues au niveau international ont pesé sur la mortalité de nos aînés. »

    La décision en date du 17 mai 2021, rendue en première instance par le Tribunal judiciaire de Paris en la forme des référés ne reconnaît pas cette compétence que lui attribue pourtant la Constitution et les Traités internationaux.

    Par conséquent nous comptons interjeter appel de cette décision afin de porter ce dossier devant la Cour d’appel de Paris en posant par la même occasion une question prioritaire de constitutionnalité.

    https://www.profession-gendarme.com/intervention-me-de-araujo-recchia-24-05-2021/


  • Clocel Clocel 27 mai 09:14

    Il faut voir l’OMS pour ce qu’elle est : Un instrument de prise de contrôle global qui s’émancipe des règles des états et des organismes constitués.

    C’est la forme ultime du totalitarisme.


  • xana 27 mai 11:28

    Nous sommes bien d’accord. Mais les mougeons qui y ont cru auront du mal à l’admettre...


  • BA 27 mai 18:37

    Aux Etats-Unis, le Covid-19 a fait 591 947 morts.

    Brésil : 454 429 morts.

    Inde : 311 388 morts.

    Mexique : 222 232 morts.

    Royaume-Uni : 128 010 morts.

    Italie : 125 622 morts.

    Russie : 117 595 morts.

    France : 109 185 morts.

    Allemagne : 87 797 morts.

    Colombie : 86 180 morts.

    Espagne : 79 855 morts.

    Iran : 79 219 morts.

    Argentine : 75 588 morts.

    Pologne : 73 305 morts.


    Source :


    https://coronavirus.jhu.edu/map.html


  • troletbuse troletbuse 27 mai 20:38

    Le variant indien n’existe pas. Ca , c’était sur.comme le variant breton, comme le variant anglais. Encore une fake-news du gouvernement et des merdias

    https://infovf.com/video/2021-054-variant-indien-ete-cree-toutes-pieces-par-les-medias-mainstream—9389.html


Réagir