lundi 1er avril - par Fergus

Une Première mondiale pour le « piano aqueux »

Soirée de gala ce lundi soir à Paris : sur la scène du superbe auditorium de la Maison de la Radio, le compositeur et pianiste hongrois Pal Bismuth interprètera avec l’Orchestre philharmonique de Radio-France qu’il dirigera depuis le clavier la Première mondiale de son « concerto Magyar en mi bémol majeur », spécialement écrit pour un tout nouvel instrument né l’an passé en Autriche, le « piano aqueux »...

C’est au célèbre facteur d’instruments salzbourgeois Sigmund Trinkwasser que l’on doit cet étonnant piano constitué de colonnes d’eau dotées d’un astucieux mécanisme d’altération chromatique qui vient enrichir la famille des claviers. Présenté à la presse l’été dernier dans la ville natale de Mozart à l’occasion du Festival de Salzbourg, ce nouvel instrument a d’emblée séduit les musiciens par la pureté de ses timbres et l’étendue de ses registres. Il a également intéressé les chercheurs spécialisés, à tel point qu’un exemplaire de piano aqueux fait actuellement l’objet de mesures acoustiques des ondes au sein de la chambre anéchoïque de l’Ircam.

D’ores et déjà, plusieurs œuvres destinées à cet instrument ont été mises en chantier par des compositeurs de renom. Parmi les plus connus, l’Estonien Arvo Pärt, dont le projet est tenu confidentiel, le Français Eric Tanguy qui termine une fantaisie à trois voix pour piano aqueux, violoncelle et basson, et l’Allemand Hans-Jürgen von Bose, très discret sur la nature de ses travaux. Thierry Escaich a, quant à lui, d’ores et déjà achevé l’écriture de quatre sonates ; baptisées « Rêve de printemps », « Élégie estivale », « Songe d’automne » et « Langueur hivernale », ces quatre pièces romantiques pour piano aqueux seront interprétées par la grande Martha Argerich lors d’un récital au Palau de la Música de Barcelone le 11 mai prochain.

C’est, on l’imagine aisément, avec beaucoup d’intérêt que les spectateurs privilégiés qui seront présents ce soir dans le grand auditorium de la « Maison ronde » découvriront ce concerto Magyar pour piano aqueux en mi bémol majeur dont on dit le plus grand bien dans les arcanes de la musique classique. Il est vrai que le compositeur, Pal Bismuth, est un surdoué, tant en matière de jeu pianistique que d’écriture. Rien d’étonnant à cela, ce musicien de génie a de qui tenir : il est en effet le petit neveu du compositeur hongrois István Sárkőzy dont nul n’a oublié les œuvres, tout à la fois imaginatives et colorées.

Outre la Première très attendue du concerto de Pal Bismuth, les spectateurs de cette soirée de gala – co-présidée par le ministre de la Culture Frank Riester et le PDG de Radio-France, Sybile Veil – pourront également entendre, en première partie, une courte pièce de concert du Français Enguerrand-Friedrich Lühl-Dolgorukiy suivie d’une transcription pour piano aqueux de la symphonie concertante de Karol Szymanowski. Cette œuvre, signée Nicolas Bacri, sera interprétée par la talentueuse Géorgienne Khatia Buniatishvili sous la baguette du chef titulaire de l’Orchestre philharmonique de Radio-France, le Finlandais Mikko Franck.

Le piano aqueux est-il destiné à un grand avenir dans la musique classique ? Sera-t-il au contraire rapidement remisé dans une salle du Musée de la Musique comme d’autres instruments innovants avant lui, faute de séduire les mélomanes ? Nul ne peut le dire, mais une première réponse devrait nous être apportée dès ce soir par le public de l’auditorium de Radio-France. Les mélomanes présents ne seront toutefois pas les seuls à entendre ce concert : présenté sur place par Frédéric Lodéon, il sera en effet retransmis en direct sur les ondes de France-Musique dès 20 h 30. Un rendez-vous à ne pas manquer !

«  Le vrai n’est quelquefois pas vraisemblable  », a écrit Nicolas Boileau. Et vice-versa !

À lire également :

Des classiques du cinéma bientôt en argot (2018)

Une « police des moutons » en Lozère (2015)



68 réactions


  • nono le simplet nono le simplet 1er avril 09:15

    c’est Johnny qui aurait du en jouer du piano « ah que »


    • Fergus Fergus 1er avril 09:17

      Bonjour, nono le simplet

       smiley


    • JC_Lavau JC_Lavau 1er avril 09:45

      @nono le simplet. Pauline Julien et Gilles Vigneault ont chanté Aqueux l’hiver.


    • Ouallonsnous ? 1er avril 17:35

      @Fergus

      Cet article est une « célèbration » de Bismuth où Sarkozy que Macron a exhibé dans les médias dernièrement ?


    • Paul Leleu 1er avril 18:29

      @nono le simplet

      sauf que cette technique existe réellement... des verres d’eau remplis de différents volumes pour atteindre la tonalité, et que l’instrumentiste joue en faisant vibrer du bout du doigt.


    • Fergus Fergus 1er avril 18:54

      Bonsoir, Ouallonsnous ?

      Bismuth, un grand parmi les grands. Tout comme Sarkozy !  smiley


    • Fergus Fergus 1er avril 18:56

      Bonsoir, Paul Leleu

      « cette technique existe réellement »

      Effectivement, et le doigt mouillé sur les rebords de cristal, certains instrumentistes sont très doués dans cet exercice.


    • Ouam Ouam 3 avril 01:41

      @Fergus
      Bravo Fergus (sincèrement)

      « concerto Magyar pour piano aqueux en mi bémol majeur »
      Tu t’est surpassé  smiley
       
      « Effectivement, et le doigt mouillé sur les rebords de cristal, certains instrumentistes sont très doués dans cet exercice. »
       

      Et pas que les instrumentistes (quoique smiley )
      nous trouvons certains « talents » au doigt mouillé sur l’A Vox smiley


    • Fergus Fergus 3 avril 09:07

      Bonjour, Ouam

      « nous trouvons certains « talents » au doigt mouillé sur l’A Vox »

      Comment pourrait-il en aller autrement alors que l’on en trouve même au plus haut niveau de la gestion politique de notre pays ?  smiley


  • JC_Lavau JC_Lavau 1er avril 09:39

    La marque la plus réputée pour les pianos aqueux est Duc.

    Déjà dans la Gaule romanisée, les pianos aqueux Duc étaient fameux.


    • Fergus Fergus 1er avril 09:47

      Bonjour, JC_Lavau

      C’est bien connu. On en a d’ailleurs retrouvé des fragments lors de fouilles archéologiques. Ce qui montre, soit dit en passant, que les Cristofori et Silbermann, n’ont rien inventé au début du 18e siècle, ces imposteurs : tout avait été déjà pensé par nos ancêtres les gaulois, inspirés par les vapeurs de cervoise et d’hydromel ! 


    • velosolex velosolex 1er avril 21:39

      @JC_Lavau
      Les dernière recherches à Carnac, en creusant au pied des menhirs, ont permis d’identifier des pièces blanches, comme des dominos
      On a pensé à des dents de mammouths, ou de guerriers du grand néolithique , style néantherdal avec gilets à clous.
      Aux dernières nouvelles, ce serait des touches de piano rudiementaires. 
      Ainsi, il y a fort à parier que les menhirs sont les premiers exemplaires de piano à queue.
      Les grand dolmen, style locmariaquer, auraient été des pianos de concert de meilleure qualité encore, destinés à l’exportation.
      Un stock qui a été laissé sur le site en attendant l’invention des roulettes, afin de les faire bouger vers le port d’Auray.
      Mais les descendants en ont perdu la mémoire.
      Histoire classique de mauvaise transmission, après un lumbago. 


  • Raymond75 1er avril 09:40

    Je n’ai pas réussi à trouver un extrait sur Youtube ... A l’aide  smiley


  • JC_Lavau JC_Lavau 1er avril 09:41

    J’attends encore la symphonie déconcertante.


    • nono le simplet nono le simplet 1er avril 09:45

      @JC_Lavau
      moi, je suis imperméable à ce type de musique ...


    • Fergus Fergus 1er avril 09:52

      @JC_Lavau

      Précisément, la fin de mon article de 2010 intitulé La symphonie concertante : de Stamitz à... Sarkozy est celle-ci :

      « Impossible de terminer ce panorama sans citer ce compositeur contemporain hongrois prénommé István et auteur d’une symphonie concertante pour clarinette et orchestre, un certain… Sárközy. Rien à voir toutefois avec le président français dont les œuvres sont, s’il faut en croire sa popularité en berne, plutôt jugées… déconcertantes ! »


    • velosolex velosolex 1er avril 21:23

      @Fergus

      Pas d’accord.
      Sarkozy a écrit une très belle pièce pour soliste !
      Ses sonates pour Karcher méritent plus que la place confidentielle qu’on leur réserve. 

      Mais il faut non seulement entendre l’artiste, et le voir.
      Jeu tout en ferveur et en déhanché, liberté d’exécution. Il passe du méderato à l’allegro, pression maximum, en quelques secondes, et me rappelle Glen Gould, qui bien qui accrochait le ciel à son tabouret grinçant


    • Fergus Fergus 2 avril 09:11

      @ velosolex

      Des « sonates pour Kärcher » avec accompagnement obligé de cris de foule.


  • nono le simplet nono le simplet 1er avril 09:47

    à signaler que l’instrument le plus adapté pour jouer avec le piano aqueux est le tuba ...


    • velosolex velosolex 1er avril 21:54

      @nono le simplet
      Les poissons d’avril sont légions. J’ai cru que c’en était un quand j’ai lu un article, sur la privatisation à venir….Des nationales. 
      Mais apparemment ça ne l’est pas. 

      https://bit.ly/2HVb4gi


    • nono le simplet nono le simplet 2 avril 04:54

      @velosolex
      salut,
      oui j’ai vu ça aussi hier matin sur LCI ... un poisson médiatiquement correct approuvé par le gouvernement ...


    • Fergus Fergus 2 avril 09:06

      Bonjour, velosolex

      Je ne crois pas que ce transfert, accompagné de péages sur des nationales en configuration autoroutière, puisse se faire. Beaucoup trop d’obstacles juridiques et constitutionnels ! 


  • nono le simplet nono le simplet 1er avril 09:50

    peu de gens savent que si Schubert n’a pas achevé sa symphonie c’est parce qu’il s’est noyé en jouant du piano ...


    • nono le simplet nono le simplet 1er avril 09:59

      @Le Panda
      je l’avais oubliée celle là ... du beau Serge ... merci


    • Paul Leleu 1er avril 18:39

      @nono le simplet

      si ma mémoire est bonne, Schubert n’a pas achevé sa symphonie, car il a appris de son médecin qu’il était condamné et qu’il allait crever... il avait 26 ans, et son médecin lui donnait 5 ans.


  • JL JL 1er avril 10:04

    Cet instrument devrait devenir incontournable pour interpréter l’ œuvre musicale de Georg Friedrich Händel qui regroupe trois suites orchestrales : Water music. Une transcription s’impose ;


    • Fergus Fergus 1er avril 10:15

      Bonjour, JL

      Vous avez évidemment raison. Ce projet doit sûrement déjà avoir déjà germé dans l’esprit de certains compositeurs. Tout comme la transposition de « La mer » de Debussy.


    • JL JL 1er avril 10:29

      @Fergus
       
      je souhaite à cet instrument un grand destin. L’avenir nous le dira, très bientôt !


  • gruni gruni 1er avril 10:38

    Bonjour Fergus

    Je viens de vérifier, il n’y a pas de joueur pipeau dans l’Orchestre philharmonique de Radio-France

    Voila qui m’étonne de la part de Pal Bismuth, je confonds peut-être avec quelqu’un d’autre.

    https://www.maisondelaradio.fr/les-musiciens-de-lorchestre-philharmonique-de-radio-france


  • Attila Attila 1er avril 11:04

    Je suggère un duo avec l’orgue à cochons décrit dans le livre de Pascal Quignard, « La haine de la musique » :

    une batterie de cochons était reliée à un clavier par des planches munies d’un clou au bout. Quand le musicochien appuyait sur une touche, cela enfonçait le clou dans la couenne du cochon qui criait. Bien sûr, on avait sélectionné les cochons pour que leurs cris suivent les notes de la gamme.

    .


    • Fergus Fergus 1er avril 11:25

      Bonjour, Attila

      Pauvres bêtes ! Les cris d’horreur de Brigitte Bardot auraient atteint des sommets dans l’aigu si de telles pratiques avaient existé.


    • JC_Lavau JC_Lavau 1er avril 13:44

      @Attila. Dans le même genre, il y a eu le lancement de missiles au Gabon, avec un malheureux éléphant dont la trompe servait de lanceur, et des maillets de différentes grosseurs selon la portée visée. Je vous fait grâce du mode opératoire.


  • cevennevive cevennevive 1er avril 11:24

    Bonjour Fergus et tous,

    Quand j’entend le mot « Bismuth », je ne peux m’empêcher de voir une caricature de philosophe, et non un musicien.

    Mais c’est le premier avril...

    Au fait, le piano aqueux peut-il servir aussi à « noyer le poisson » ? C’est d’actualité, non ?

    Et puis, peut-on aussi y mettre des poissons rouges. (Quoique pour certains, j’y mettrais des piranhas)

    Voyez-vous, je n’aime ni le rap ni la musique espagnole (chacun ses goûts) mais tout de même, je les préfèrerais au son du piano aqueux que l’on entend trop souvent ces jours-ci.

    Bien à vous.


    • Fergus Fergus 1er avril 11:30

      Bonjour, cevennevive

      Pour ce qui est de « noyer le poisson » sur une partition macronienne, certains de nos interprètes gouvernementaux s’y entendent très bien, même sans piano aqueux. 

      « je les préfèrerais au son du piano aqueux que l’on entend trop souvent ces jours-ci. »

      Je vous comprends : ces accords sont par trop dissonants à nos oreilles, et même douloureux pour nos tympans !

      Cdlt


    • cevennevive cevennevive 1er avril 12:05

      @système D, salut,

      Tiens, tu m’a donné envie, je suis allée tout de suite sur You tube et j’écoute une tarentella sicilienne « Eh mama, mi voglio marida... »
      C’est bien plus gai et entraînant que le « piano aqueux », un peu dégueu...
      C’est mon « système D » à moi pour me donner la pèche.


    • cevennevive cevennevive 1er avril 12:24

      @système D,
      Si tu as le temps, va sur You Tube et écoute :
      « L’uccelino della comare » de tony di marti.
      Je ne connais pas ton prénom, mais peut-être y es-tu aussi ?
      C’est un peu grivois, mais bien rigolo.
      Mon amour se prénommait Nicolas et il est sur la chanson, mais pas à son avantage ! Nous en avons bien ri.
      Si tu ne comprends pas l’italien, va sur la traduction.


    • cevennevive cevennevive 1er avril 12:29

      @système D,

      Ta fille aînée joue-t-elle de la mandoline ou du piano aqueux ?


    • nono le simplet nono le simplet 1er avril 13:12

      @système D
      tu sais ce qu’il y a d’écrit dans les bus à Naples ?

      difesa per rispondere all’autista

    • nono le simplet nono le simplet 1er avril 13:38

      @système D
      le traducteur que j’ai utilisé est donc mauvais ...
      par contre merci ... je viens de traduire ta phrase ... c’est un peu obscur mais je comprends le sens ... « un mec qui a des couilles et qui sait tout sur tout » ... c’est un peu exagéré côté connaissances mais bon, avec toi, j’arrive à faire illusion ... smiley


  • Gasty Gasty 1er avril 12:10

    Je crois me souvenir qu’il y avait eu une composition symphonique d’André Bézuskie qui s’intitulait « A l’Aqueux leu leu »....Première tentative d’altération chromatique en ré majeur, mais on remarque que l’instrument manque encore de mise au point.

    C’est une excellente nouvelle ! J’ai hâte de réentendre ce morceau avec ce piano Aqueux

     smiley

    • Fergus Fergus 1er avril 12:46

      Bonjour, Gasty

      Merci beaucoup pour cette information. Je ne connaissais pas cette oeuvre. smiley


    • Attila Attila 1er avril 14:47

      @Gasty
      « Première tentative d’altération chromatique en ré majeur »
      Tandis que le magyar Pal Bismuth l’a faite en ré mouleur ce qui est beaucoup plus incisif !

      .


  • nono le simplet nono le simplet 1er avril 13:21

    je viens de comprendre ... c’était une blague ...


  • In Bruges In Bruges 1er avril 13:36

    @ Fergus,

    « Dans un souci d’apaisement »( sic) , je vous suggère de supprimer aussitôt cet article....


  • baldis30 1er avril 16:12

    Bonjour,

    Affaire à suivre, ..... à moins qu’elle ne se termine en queue de poisson  smiley


  • lala rhetorique lala rhetorique 1er avril 17:10

    Bismuth c’était pas le pseudo choisi par Sarko dans ces histoires louches ?


    • Fergus Fergus 1er avril 17:15

      Bonjour, lala rhetorique

      Comme si Sarkozy avait pu être impliqué dans des « histoires louches »... Pure calomnie !  smiley


  • cevennevive cevennevive 1er avril 17:39

    Bon, très bon Fergus,

    Et il me vient ces réflexions de premier avril :

    Le piano aqueux, ce n’est pas un piano à queue... Et pourtant, on en parle tant que ça va tourner en eau de boudin. Mais je me demande : le piano à queue a—il vraiment une queue ?

    Mais c’est normal, ce sont des histoires de saucisses finalement (ce n’est pas de vous que je parle là...)

    La seule façon de faire de la musique avec de l’eau, c’est d’acheter l’un de ces petits oiseaux en poterie où l’on met de l’eau. En soufflant très fort, ça chante comme un oiseau.

    L’eau d’un torrent chante bien toute seule, pas besoin d’un piano.

    Et ma bouilloire, sur la cuisinière à bois, me fait des trilles magnifiques.


    • nono le simplet nono le simplet 1er avril 18:03

      @cevennevive
      le piano à queue a—il vraiment une queue ?

       smiley je suis un peu choqué


    • cevennevive cevennevive 1er avril 18:37

      @nono le simplet, salut !

      Mais non, simple question de béotienne... Je ne sais pas pourquoi l’on appelle cela un piano à queue.
      L’article de Fergus est un article d’humour, on peut donc dire des bêtises...


    • JC_Lavau JC_Lavau 1er avril 19:01

      @cevennevive. Il a des longues cordes basses, qui ne peuvent tenir qu’horizontalement. Dans les appartements, je n’ai vu que des pianos droits, jamais de demi-queue, une fois ou deux un piano crapaud.
      Il est arrivé à Liszt de jouer sur des pianos droits, mais il refusait net les pianos carrés, vraiment trop limités. Et qui ont tous disparu depuis.


    • nono le simplet nono le simplet 1er avril 19:12

      @cevennevive
      salut cevenne
      je n’étais pas choqué bien sûr ... et il a une une queue parce que c’est un mâle bien sûr


    • Fergus Fergus 1er avril 19:13

      @ cevennevive

      « ma bouilloire, sur la cuisinière à bois, me fait des trilles magnifiques »

       smiley

      « La seule façon de faire de la musique avec de l’eau, c’est d’acheter l’un de ces petits oiseaux en poterie où l’on met de l’eau. En soufflant très fort, ça chante comme un oiseau »

      Tous les enfants connaissaient cela naguère. C’est moins vrai aujourd’hui, et c’est dommage car il y avait de la poésie à faire chanter cet oiseau. Mais c’était avant l’omniprésence technologique...

      En matière de musique avec de l’eau, ne pas oublier l’« art » consistant à faire chanter les verres de cristal, plus ou moins remplis pour produire les notes recherchées. Il y a sur Youtube des gens très doués pour ce type de pratique.


    • nono le simplet nono le simplet 1er avril 19:16

      @Fergus
      l’« art » consistant à faire chanter les verres de cristal

      j’avoue avoir une forte propension non à les faire chanter mais à les siffler ... j’ai honte


    • Fergus Fergus 1er avril 19:21

      @ nono le simplet

      Malgré mon goût pour la musique, je suis affligé de la même manie. Que Sainte-Cécile me pardonne !


Réagir