mercredi 12 février - par Fergus

Une superbe exposition à Paris : Mille & Une Orchidées

Inaugurée le mercredi 5 février, cette magnifique exposition se tiendra jusqu’au lundi 2 mars dans la Grande serre du Jardin des Plantes. Un événement auquel ne manqueront pas de participer les amoureux des orchidées qui vivent en région parisienne ou qui séjourneront dans la capitale durant cette période…

JPEG

Le spectacle vaut assurément le déplacement : des centaines d’orchidées de toutes les couleurs et appartenant à de nombreuses espèces différentes ont été soigneusement mêlées dans la Grande serre des forêts tropicales aux végétaux permanents – principalement des bananiers, des caféiers, des fougères, des palmiers, des poivriers et des plantes épiphytes – pour former une succession de scènes de toute beauté.

C’est la 8e fois qu’est organisé dans le cadre du Jardin des Plantes cet événement, très vite devenu un rendez-vous incontournable de tous les « orchidophiles » franciliens. On peut admirer dans la Grande serre, parfaitement mises en valeur dans ce décor tropical, de multiples espèces sauvages et un grand nombre d’espèces hybrides dues au remarquable travail d’horticulteurs passionnés par leur art.

Aux espèces présentées par les « institutionnels » que sont l’Arboretum de Versailles-Chèvreloup – dont la réputation n’est plus à faire en matière de conservation botanique – et les Serres d’Auteuil (Jardin botanique de la Ville de Paris) s’ajoutent celles de quatre producteurs d’orchidées réputés : la Cour des Orchidées, l’Orchidium, Ryanne Orchidée et Vacherot & Lecoufle.

Sont présents sur place pour répondre aux sollicitations de conseils et aux questions des visiteurs des représentants de la Fédération Française des Amateurs d’Orchidées (FFAO), de la Société Française d’Orchidophilie (SFO) et de l’Association Française pour la Culture et la Protection des Orchidées (AFCPO). Parler avec ces horticulteurs et ces collectionneurs passionnés est, tant pour les orchidophiles amateurs que pour les béotiens, un réel plaisir qui ajoute à l’intérêt de la visite.

Le prix d’entrée est de 7 euros pour le plein tarif et de 5 euros pour le tarif réduit. Il comprend la visite de la Grande serre, magnifiée par la présence des orchidées, ainsi que celle de la galerie attenante consacrée – le contraste est saisissant – à la végétation des déserts et autres lieux arides ; on peut notamment y admirer de superbes spécimens d’agaves, d’aloés, de cactus et d’euphorbes. Sont également comprises dans le prix d’entrée la visite de la serre de Nouvelle-Calédonie et celle de l’Histoire des plantes, consacrée aux végétaux fossiles, notamment du carbonifère, et à leurs lointains descendants actuels.

Une boutique, installée sous un barnum à proximité de la Grande serre, procure un surcroît de plaisir pour les yeux, tant l’offre d’orchidées y est diversifiée. Mais attention en cas de budget contraint : il est très difficile de ne pas craquer ! 

JPEG JPEG JPEG JPEG JPEG



13 réactions


  • gruni gruni 12 février 09:56

    Bonjour Fergus

    J’ai regardé avec plaisir tes images mais je vais devoir me contenter des orchidées qui poussent dans mon coin. Malheureusement je n’ai jamais rencontré le « sabot de Vénus ». Par contre, la néottie nid-d’oiseau n’est guère attirante mais le champignon nid d’oiseau qui permet la symbiose mycorhizienne est assez étonnant. 

    https://www.terramag.fr/la-plus-belle-orchidee-sauvage-de-france/


    • Fergus Fergus 12 février 10:49

      Bonjour, gruni

      « je vais devoir me contenter des orchidées qui poussent dans mon coin »

      Par chance, il pousse en France un grand nombre d’espèces d’orchidées qui appartiennent majoritairement aux genres orchis, ophrys et dactylorhiza. On en trouve sur les talus et dans les prairies, notamment humides. J’en ai fait pas mal de photos, notamment en Bretagne et en montagne où elles sont très nombreuses.

      Le sabot de Vénus, je l’ai rencontré uniquement dans les Alpes. Quant à la « néottie nid d’oiseau », je ne la connais pas et je ne me souviens pas l’avoir déjà observée au cours de mes randonnées (merci pour le lien).


    • troletbuse troletbuse 13 février 05:29

      @Fergus
      Moi, je l’ai trouvé sur le Mont de Vénus. Attention pas celui de la main.
      Si vous voulez une photo ?


    • Captain Marlo Captain Marlo 13 février 08:47

      @gruni
      carte des localisations en France du Sabot de Vénus, elles sont essentiellement dans les Alpes, et dans l’ est de la France
      .
      Pour ceux qui veulent découvrir les plantes qui poussent dans tous les massifs montagneux du monde, (l’été évidemment), c’est au Jardin botanique du col du Lautaret. C’est au nord de Briançon, sur la route des Alpes, qui va de Briançon à Grenoble, où passe souvent le Tour de France.
      .
      Il y a un autre jardin, avec des plantes qui viennent du monde entier, c’est le jardin de Salagon, à Mane, à côté de Forqualquier. C’est un lieu magique. En plus des plantes du monde entier, il faut voir la reconstitution d’un jardin médiéval, avec les plantes qui étaient cultivées à cette époque. A faire visiter aux enfants & ados, qui rechignent devant les légumes d’aujourd’hui... !
      .
      Avant la découverte des Amériques, on ne mangeait que des céréales, des légumes feuilles et des légumes racines ; Ils avaient quand même une variété de haricots appelés « doliques ». Sinon, pas de tomates, de maïs, ni de pommes de terre !
      Donc pas question de ketchup, de frites, ou de popcorn au Moyen âge !
      .
      Et toute la pharmacopée du Moyen âge, y compris les plantes de sorcière...
      C’est mieux de le visiter, si on peut, en Juin/Juillet, quand les rosiers sont en fleurs....C’est mon jardin préféré en Provence, je ne m’en lasse jamais !


    • Fergus Fergus 13 février 09:24

      Bonjour, Captain Marlo

      Dominé par les sommets des Ecrins, le jardin alpin du Lautaret, entre les hautes vallées de la Romanche et de la Guisane, vaut en effet une visite si l’on séjourne dans la région.
      On peut même y monter en bus depuis Monétiers-les-Bains et, après visite du jardin, redescendre au village à pieds par le sentier qui longe la Guisane : fin juin-début juillet, de très nombreuses espèces de fleurs sont à observer sur cet itinéraire ; et si l’on a de la chance, on peut également observer des chamois sur les parois montagneuses environnantes. 

      Personnellement, je ne connais pas ce jardin de Mane. Je garde l’adresse en mémoire pour le jour où je passerai par Forcalquier, en espérant ne pas y rencontrer Castaner, mais ravi de me retrouver là sur les lieux de l’action du roman « La Folie Forcalquier » du défunt Pierre Magnan, l’un de mes auteurs préférés*.

      J’ai rendu hommage en 2012 à cet auteur dans cet article : Pierre Magnan mort, la Provence est en deuil.


    • Captain Marlo Captain Marlo 13 février 18:20

      @Fergus
      J’aime beaucoup Pierre Magnan, je crois que j’ai lu la plupart de ses livres...
      .
      Et j’allais oublier, à quelques kms de Mane, il y a le Château de Sauvan du 18e siècle, à visiter, avec une visite guidée. Le Luberon mérite une longue visite !!


    • Fergus Fergus 13 février 18:47

      @ Captain Marlo

      En ce qui me concerne, j’ai lu  et même relus pour certains tous les romans de Magnan. Un régal d’écriture classique !

      Bien que ne connaissant ni Mane ni le château de Sauvan, j’ai visité, avec beaucoup de plaisir, plusieurs villages du Luberon, mais pas dans le même secteur : Robion, Oppède, Ménerbes, Lacoste, Bonnnieux, Lourmarin, Roussillon, Gordes. Tous superbes !

      Nul doute que je retournerai dans cette région pour compléter mes découvertes.


    • JC_Lavau JC_Lavau 13 février 18:51

      @Fergus. A Gordes, la nuit chantaient en contre-bas des crapauds étonnamment mélodieux.


    • Fergus Fergus 13 février 19:01

      Bonsoir, JC_Lavau

      Ce genre de concert de crapauds et de grenouilles peut-être assez spectaculaire et bruyant. J’ai connu cela en différentes occasions. La plus impressionnante dans un marais du Finistère, au coeur d’une lande désolée.


    • gruni gruni 14 février 15:12

      @Captain Marlo

      Merci pour vos infos, il se trouve que je vis dans l’Est et que selon un de vos lien ...
      le Sabot de Vénus est considéré comme « Disparu ou non revu depuis 1990 » en Moselle. Ce qui explique donc que malgré mes balades sur les sentiers je n’ai pas pu le rencontrer. 


  • Fergus Fergus 12 février 18:05

    Bonsoir à tous !

    J’ai oublié de mettre un lien sur le site de l’exposition. On peut le voir ici (il comporte une vidéo).


    • Captain Marlo Captain Marlo 12 février 21:11

      @Fergus
      Merci Fergus pour ces belles photos d’orchidées ! Ici en Provence, on se croirait en Avril/ Mai, les rosiers sont en fleurs en même temps que les jonquilles...
      .
      Puisque le sujet porte sur les plantes, j’informe ceux qui passeraient en Provence, fin Mai, qu’il y a les journées des plantes au jardin d’Albertas.
      .
      C’est au sud d’Aix en Provence, à Bouc bel Air, dans un parc magnifique dessiné au 17e siècle ! Souvent entre 150 & 200 exposants et 20 000 visiteurs sur 3 jours.
      .
      Je mets la vidéo des journées 2015, pour avoir une idée de l’endroit et de l’ambiance...

      Et celle de l’année 2016


    • Fergus Fergus 12 février 23:02

      Bonsoir, Captain Marlo

      Merci pour ces liens.
      Voilà un rendez-vous qui doit d’autant plus attirer de visiteurs que les Français sont de plus en plus attirés par la culture des plantes à fleurs.
      Les animations sont un plus non négligeable pour ce type d’événements.

      « Ici en Provence, on se croirait en Avril/ Mai, les rosiers sont en fleurs en même temps que les jonquilles »

      En Bretagne également, la végétation a pris de l’avance, mais évidemment pas autant qu’en Provence.


Réagir