mardi 3 mars - par Gabriel

Une vie, un monde...

JPEG

 Dans l’âtre, les buches d’un vieux chêne protestaient et gémissaient sous les assauts incandescents du feu domestique. L’ancestrale massive table de ferme, mobilier de la jeune époque du couple vieillissant, travaillait ses extensions par des craquements aléatoirement, prouvant ainsi que même transformé rien ne meurt jamais vraiment. Ici pas d’horloge comtoise au tic-tac monotone, mais une grossière imitation plastique couleur bois estampillé «  Scottish Highlands Whisky 1894  » faisait prendre conscience du l’éphémère constance du temps. Comme à son habitude, il se leva à l’aurore. La nuit fut courte et agitée. Il parait que la quantité d’années accumulées est inversement proportionnelle aux heures de sommeil, un nombre croissant d’âmes entrant dans l’ultime saison de leur vie vous le confirmeront.

 Plus de quatre décennies de vie commune avec l’elfe féminin encore emmitouflé sous la couette. Un petit bout de femme aux mains magiques et au caractère bien trempé toujours présente et vaillante à ses côtés. Vintage diront certains, pour d’autres has been, alors que pour ces deux inséparables entrant dans l’hivers du parcours, rien que la normalité d’une vie exceptionnelle. Toujours à prendre soin naturellement l’un de l’autre, à veiller sur sa moitié, son équilibre, car l’un sans l’autre deviendrait un navire sans compas, un explorateur sans boussole, un marin sans son étoile polaire. Et puis bien sûr, entre deux lectures, les souvenirs qui affluent et gangrènent parfois votre esprit diffusant un très court instant le regret d’un come-back impossible.

 Bienvenu à l’âge très adulte, dernière ligne droite avant une éventuelle remise des blâmes ou des médailles, semble dire la dame à la faux patientant appuyée nonchalamment contre le chambranle de la porte du salon. En finalité, ce monde n’est qu’une suite de négociations et de déceptions et ce qui déconne, c’est notre incapacité à le comprendre. Nous luttons inutilement et mesurons notre impuissance face aux fatalités qui finissent tout simplement par s’imposer… Les hommes passent la majeure partie de leur existence à vouloir changer la nature, la contrôler, en être les maitres. Étonnant cette posture à nier les évidences. Tout d’abord, entre l’homme et la femme il y a cette merveilleuse différence qui permet de perpétuer la vie. Essayer de l’abolir sous le fallacieux prétexte d’égalité est une aberration contre nature et le signe manifeste d’une ignorance qui confine à la bêtise. En revanche, lutter pour l’équité des deux sexes, voilà un combat digne d’humanité.

 Nous nous sommes aussi battus, certes par naïveté, obscurantisme plus que par cupidité, pour une vie matériellement aisée, mais à vouloir gagner toujours plus on s’aperçoit que l’argent transforme toutes les impuissances en son contraire d’où, sa perversion. Toutes têtes savantes s’inclinent devant l’imbécile cousu de paillettes et un peu d’or suffit à rendre le noir blanc. C’est l’argent qui rend désirable la veuve flétrie dont les pustules dégoutteraient l’hôpital, l’argent la rend belle, la parfume, la ramène au mois de mai, mais sa floraison à la consistance des couronnes qui ornent les cimetières. Du sportif immature au rappeur idiot et vulgaire, en le rendant riche, les honneurs qu’il procure l’ont rendu bête. Tant d’argent pour le plaisir, pour le luxe et refusé pour le travail, quelle étrangeté...

 Ensuite, n’oublions pas les règles, morales et religions initiées pour asservir. Que n’ont-elles pas fait comme hécatombes à travers les âges à elles trois  ! Les règles faites par les puissants pour exploiter, assujettir, dominer et appauvrir les peuples. La morale contrainte, fabriquée pour alimenter en culpabilité et supprimer en liberté. Les religions avec leurs amusants folklores qui sermonnent et occupent le dévot, mais qui deviennent vite indigestes quand elles cherchent à s’imposer en unique vérité. Défiler en se fouettant, scarifier son corps, trucider au nom d’un dieu improbable, tout cela n’a jamais apporté que souffrance et aucune assurance qu’en à l’acquisition d’un strapontin dans un quelconque paradis.

 A ce jour le constat ressemble étrangement à cela : l’homme est perdu dans ses certitudes ou son ignorance. La négation persistante de sa durée a fait table rase de toutes spiritualités et détruit son lien avec la nature et son propre environnement. Qu’il le veuille ou non il n’y a pas de vérités fixes, immuables, mais des faits mathématiques actuels incontestables tels que, les degrés qui s’ajoutent dans le thermomètre. L’air qui devient irrespirable dans les grandes métropoles. Les eaux saturées de pesticide ou de plastique. L’arrivée de nouvelles maladies, nouveaux virus qui feront à terme des ravages. L’épuisement des ressources naturelles dû à l’exploitation, la production intensive de bien de consommation réclamé par une population terrestre qui explose en nombre, etc.. Tout cela n’est que le résultat d’un choix de société encouragée par des postures purement individuelles tel que le profit, la compétition, la possession et le paraitre. A cause de cela, nombreux sont ceux qui n’ont éprouvé que chagrin et malheur sur cette planète qui nous sert un instant d’asile. Hélas ! aucun problème de la création ne nous y a été expliqué, et voilà qu’ils le quitteront le cœur plein de regret de n’y avoir rien appris sur ce sujet. Dans un monde amnésique qui court à sa perte, est-ce bien, est ce mal, à chacun son idée, après tout peu importe maintenant il faut faire avec, mais j’ai toujours en mémoire ce proverbe amérindien reprit par Saint-Exupéry et qui alimente mes insomnies : «  Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants…  »

« Les astres à nos présences ici-bas, n’ont rien gagné.
Leur gloire à nos déchéances ne sera pas augmentée ;


Et, témoin nos deux oreilles, nul n’a jamais pu nous dire
Pourquoi on nous a fait venir et on nous fait s’en aller
 »

 O.Khayyam



26 réactions


  • Laconique Laconique 3 mars 17:56

    Lot of emotions in your text. The night is so dark.


    • Gabriel Gabriel 3 mars 21:04

      @Laconique
      Thank you, but it’s not me who colors the night and who makes life what it is. I am only describing the current world as it stands ...


  • scorpion scorpion 3 mars 20:58

    Belle plume Gaby, d’une poétique grisaille mais, ce monde est il si réjouissant ?


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 3 mars 21:06

      @scorpion

      C’est le blême...lorsqu’il n’y a plus que cela sur Avox ...misère.


    • scorpion scorpion 3 mars 21:19

      @Aita Pea Pea
      C’est vrai que c’est le blême, mais j’ai du mal à lui donner tord devant les réjouissantes perspectives que les trous du cul de la politique et de la finance nous concoctent. Perso, j’ai du mal à voir un monde de joie et d’allégresse dans cet horizon obstrué par les cons ! Alors les écrits du Gaby sont pas très réjouissants mais il faut bien leurs reconnaître une certaine véracité et un putain de talent d’écriture.


  • In Bruges In Bruges 3 mars 21:39

    @ Gabriel

    Don’t worry. Moi j’aime bien vos nuances de grey.

    Vous savez, ici, faut pas placer la barre trop haut, ou trop noire.

    Faut pas envoyer du lourd. Faut pas chercher le profond. Le caché. Le truc qui peu depuis la nuit des temps...

    Nan, m’sieur Gabriel, rien que des retraités de province s’intéressant encore aux politicailleries ( .. c’est dire le niveau), aux mélenchonades, aux macroneries, au grand soir où tout va péter ( sauf leur retraite, quand même, faut pas déconner...) Quelques chômeurs aigris.

    Deux ou trois fous gentils ( ou pas...).

    Quelques ménopausées en vadrouille pour un dernier tour de piste...(et plus si affinités... « merde, chuis pas encore morte », qu’elles pensent.. Ben si, dit le sablier !!)

    Un chercheur qui n’en finit pas de chercher depuis 30 ans et qui vous dit que Corona, c’est rien que grippette, juste pour avoir du clic. Et qui crèvera peut être suprême ironie de ce Corona que ce bouffon a conchié...

    Ecrivez pour vous , Gabriel, ou pour deux ou trois âmes sœurs intellectuelles...

    Le reste....

    Au revoir, monsieur Gabriel.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 3 mars 22:00

      @In Bruges

      Et des popoles pouics qui ont encore envie que leurs gosses ou petits gosses s’extasient parfois... Le spleen c’est si facile, je connais.


    • Gabriel Gabriel 3 mars 23:31

      @In Bruges
      Ecrire tout simplement comme d’autres peignent ou chantent, c’est peut-être un peu cela vivre. Merci à vous pour votre commentaire.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 3 mars 23:44

      @Gabriel

      Ecrivez pour les enfants , et ce n’est pas péjoratif...Simplement prendre les choses autrement...et s’interroger différemment. Qu’auriez vous a dire à une petite puce ou un petit loup ?


    • Gabriel Gabriel 4 mars 07:25

      @Aita Pea Pea
      Votre question est intéressante et je vais y réfléchir. Comment décrire ce monde joliment à une petite puce ou un petit loup sans lui mentir, l’exercice va être périlleux et il me faudra jongler avec la vérité ou simplement mentir par omission mais, je veux bien essayer. Auriez vous un sujet de prédilection ?
      Merci à vous du temps de votre lecture. 


    • gaijin gaijin 4 mars 10:14

      @Gabriel
      " l’exercice va être périlleux et il me faudra jongler avec la vérité ou simplement mentir

      ..."
      jamais mentir ...jamais ... ce monde est laid !, j’entends par là le monde inventé par les hommes modernes, le monde restreint a l’ horizontalité ....
      il existe un autre monde un monde enchanté celui de la verticalité , mais parler de ce monde là est difficile car c’est un monde silencieux . apprendre quelque chose aux enfants c’est leur montrer que le monde vertical n’est pas atteint par l’horizontal ( a condition d’être enraciné dans le ciel , mais ça gaby tu le sait mon ange .... smiley )
      entre la bête et l’ange il y a l’homme
      pauvre homme, on l’à bien abimé ( jeté dans l’abime ) reste la possibilité de se révolter :
      https://www.youtube.com/watch?v=z2XBaLsB_SM
      https://www.youtube.com/watch?v=LeJj2YgqvoU


    • Xenozoid Xenozoid 4 mars 20:27

      @Elric 

      tu as vu « the witcher » ?


  • rita rita 4 mars 08:05

    Ensuite, n’oublions pas les règles, morales et religions initiées pour asservir. Que n’ont-elles pas fait comme hécatombes à travers les âges lire tous les jours dans toutes les écoles de France ! elles trois  ! Les règles faites par les puissants pour exploiter, assujettir, dominer et appauvrir les peuples.

    A lire tous les jours dans toutes les écoles de France !

     smiley


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 mars 08:56

      @rita

      Comme Gabriel vous confondez la morale et la religion avec leurs malhonnêtes contrefaçons.
      « Les règles, morales et religions initiées pour asservir », ça fait partie des tricheries évoquées dans mon commentaire précédent.
      Et si la France est, selon moi, dans une grave régression, c’est justement parce que, depuis maintenant des décennies, cette tricherie est ânonnée chaque jour dans ses écoles.


    • Gabriel Gabriel 4 mars 09:12

      @Pierre Régnier
      Une religion accouche d’une morale qui génère des règles sous forme de lois, lois qui actuellement sont au service des intérêts d’une minorité. Ou voyez vous ici une incompréhension de notre part ?


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 mars 09:23

      @Gabriel
      Il y a, là-dessus, un possible débat. Je souhaite que vous précisiez en quoi les lois religieuses sont, actuellement, au service des intérêts d’une minorité.


    • rita rita 4 mars 09:36

      @Pierre Régnier
      Les lois religieuses ont façonné les fondements de notre société il me semble et bons nombres ont toujours la vie dure ?
      La planète est en guerre (de religions) ?
      Sur un formulaire d’embauche il faut préciser sa religion ?
      Etc


    • Gabriel Gabriel 4 mars 10:17

      @Pierre Régnier
      Un petit peu d’humour peut-être en vous disant que le pape n’a rien compris au préservatif la preuve, il le met à l’l’index...


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 mars 14:04

      @Gabriel

      Je connaissais, et j’apprécie toujours. L’humour de ce niveau devient rare.

      Mais, pour revenir sérieusement au sujet, ce qui me met très en colère c’est la « mise à l’index » de la réflexion sur les causes de la violence religieuse. Elles sont toujours maintenues, même dans le christianisme où elles constituent une trahison des intentions pacifiantes du fondateur. C’est ce qui conduit la stupide société « laïcisée » à créer l’équivalence mortifère dans le regard sur les religions, et leur traitement indifférencié.


    • Gabriel Gabriel 4 mars 14:43

      @Pierre Régnier
      La religion reste un choix très personnel, je préfère étudier la théologie comme histoire de l’humanité et je suis plus attaché à la spiritualité. Aussi je préfère déiste tendance panthéiste donc agnostique.
      Bien à vous...


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 5 mars 08:21

      @Gabriel

      La somme des choix religieux « très personnels » font la situation actuelle, dans laquelle les guerres de la planète sont largement des guerres "de religions" (rita devrait enlever son point d’interrogation).

      Faut-il attendre qu’Erdogan ait réussi à islamiser totalement l’Europe pour comprendre enfin que la spiritualité est ce qui fonde la théologie, laquelle n’est nullement une vieille chose à étudier comme l’histoire.

      La théologie judéo-chrétienne continue de justifier l’extrême violence « de Dieu » il y a 3000 ans (1). La théologie islamique continue de justifier « sa » violence plus subtile d’aujourd’hui et de demain.

      Ce sont les spiritualités, aussi bien « laïques » que religieuses, qui font, dans une large mesure, l’explosive situation mondiale actuelle.

      (1) voir ici :

      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-eglise-catholique-le-confirme-c-218245


    • Gabriel Gabriel 5 mars 09:20

      @Pierre Régnier
      Nous pourrions y ajouter l’individualisme, le communautarisme, le sectarisme, le nationalisme, le racisme et bien entendu le premier d’entre tous : le profit...


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 8 mars 08:15

      @Gabriel

      Il y a cent ans a été votée une loi stupide qui déclare inutile de réfléchir aux causes de la violence religieuse, pour les combattre, dès lors que les religions sont “séparées de l’État”.

      Je ne connais pas de loi qui déclare inutile de combattre l’individualisme, le communautarisme, le sectarisme, le nationalisme, le racisme et le premier d’entre tous : le profit.


    • Gabriel Gabriel 8 mars 08:26

      @Pierre Régnier
      Pas plus qu’il n’y a de lois pour en contrôler les excès ou, s’il y en a, elles ont prouvé leur inefficacité.... 


  • patrick22 5 mars 09:10

    Merci Gabriel


Réagir