samedi 20 mai - par Libertad14

Victoire des conservateurs et de la nouvelle droite

Après le choix de son premier ministre, la politique de Macron ne fait plus aucun doute. De nouveau le peuple est affublé d’un représentant de la droite libérale. Il s’est entouré de certains ministres socialistes qui incarnaient la droite (PS), puis pour couronner le tout il choisit pour premier ministre un fidèle de la droite proche de Juppé.

Elu par une minorité de Français 43,6% des inscrits dont une partie pour faire barrage au Front National, ce président entend bien défendre les intérêts des banques et des multinationales en légiférant par ordonnances sur la liquidation du Code du travail en favorisant le droit divin des patrons dans leurs entreprises.

De même il compte bien réformer les conseils de Prud’hommes en plafonnant le montant des amendes décidées par les tribunaux.

Mais pas de surprise, il avait déjà lors de ses fonctions comme ministre dans le gouvernement précédent, annoncé avec la loi El Khomeri-Macron ses ambitions.

« Plus de droite, plus de gauche » se vantait-il !! Il préférait privilégier le pire des partis politiques celui du MEDEF, en espérant ratisser le plus large possible des électeurs abusés et trompés par la grande presse écrite ou télévisée, propriété du capital. Cette campagne présidentielle fut la pire des campagnes de la Vème République. Rien ne nous a été épargné : Mensonges, trahisons, duplicités, débats télévisés lamentables.

Devant les grandes préoccupations du peuple qui trime et qui multiplie la débrouille pour assurer les fins de mois, un peuple qui vit dans l’insécurité de l’avenir tant sur le plan social que physique, les seules réponses qu’il obtient c’est l’exonération des charges pour les patrons, une hausse de la CSG, l’abrogation du code du travail qui donnera les pleins pouvoirs aux patrons et réduire une fois de plus les droits des travailleurs et le respect du droit syndical. Les négociations sur la durée du travail et sur la politique des salaires se feront dans les entreprises avec la possibilité pour les patrons de court circuiter les syndicats de lutte en organisant, par ses soins, directement une consultation des travailleurs. Les accords d’entreprises se substitueront aux conventions collectives et les négociations locales se substitueront aux accords de branches. Les droits et avantages acquis deviendront peau de chagrin en attendant leurs disparitions. 

Voila la nouvelle politique macroniste : Un patronat renforcé et rassuré tant sur les droits au travail que sur les revenus des salariés. De même cette politique  continuera à alléguer des aides gouvernementales en direction des patrons.

De plus pour ne pas risquer des grèves en entreprise une action qui cherche à marginaliser les syndicats de lutte au profit de ceux qui préfèrent la collaboration. Le travail en ce sens à déjà commencé, puisque certains syndicats ont signé l’accord El Khomri et refusent l’action unitaire. Ces syndicats de collaboration ou complices du Capital contribuent à la soumission des travailleurs au dictat patronal.

Devant le manque d’unité des partis de gauche, face au calcul machiavélique de Gattaz-Macron et sa clique une seule riposte est possible « c’est la rue ». Tous les travailleurs, les chômeurs, les retraités, les étudiants, doivent faire un front social.

Une vague de mécontentement doit imposer une politique sociale comprenant la sauvegarde de l’emploi : Que soit mis fin aux liquidations par délocalisations des entreprises.

Des salaires décents : aucun salaire inférieur à 1 800 net par mois.

Suppression de la loi El Khomri-Macron

Respect du Code du travail et du droit syndical



2 réactions


Réagir