vendredi 12 août 2016 - par Desmaretz Gérard

Coup de tabac sur l’Europe, « La Paix Froide »

Moscou a décidé en réaction à l'installation par l'OTAN d'une base de défense antimissile à Deveselu en Roumanie, de moderniser sa station-radar antimissiles de Dniepr en Crimée. Après l'implosion de l'URSS en 1989, cette station fut récupérée par l’Ukraine qui la loua à la Russie jusqu'en 2008, année de la déclaration des autorités de Kiev de leur souhait a rejoindre le NATO, La station va être reconfigurée pour détecter et intercepter les missiles hypersoniques (Match 6) et balistiques (Match 20) lancés depuis la mer Noire où de Méditerranée. On peut cependant émettre quelques doutes.

Durant l'immédiate après guerre, les États-Unis traumatisés par l'attaque surprise de Pearl Harbor vivaient dans la crainte permanente d'être la victime d'une attaque surprise en provenance des pays de l'Est. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, l'invention des « cavités » et « guides ondes » avait permis la construction d'un véritable RADAR (Radio Détection and Ranging) embarqué à usage air-sol permettant à la Royal Air Force des vols tous temps et de nuit. Les États-Unis ne tardèrent pas, à l’instar de l’Angleterre, à installer sur leur sol un réseau de radars DEW (Distance Early Warning) capable de les avertir d'une attaque de bombardiers soviétiques en provenance du détroit de Béring. En 1954, la mise en service des bombardiers soviétiques M-4 ne laissait aux USA que deux heures pour préparer leur défense, aussi créèrent-ils la même année, le Technical Capababilities Panel (TCP). Le rapport Killiam de février 1955 préconisait la dispersion et la mise en alerte des bombardiers stratégiques 24h/24 et l'accélération de la construction d'une chaîne de radars d'alerte avancée.

Les techniciens du North Air Defense Command abrité dans les monts Cheyenne à Colorado Spring reçurent pour mission de transmettre toute attaque : au Haut commandement national - au Président - au Pentagone - au MoD - à l'État major - et au Strategic Air Command (Le système du NORAD suit quotidiennement et en permanence plus de 20 000 objets, avions civils et militaires, satellites, débris spatiaux). A cette époque, les bases américaines en Turquie interceptaient des signaux en provenance des missiles soviétiques leur révélant que le développement de ceux-ci était plus rapide qu'escompté, et le risque d'autant plus craint que les charges des missiles dans les années cinquante étaient sur-proportionnées afin d'en compenser leur manque de précision et ainsi accroître la certitude d'atteindre leur objectif ! Avec l'apparition des missiles ICBM (Intercontinental Ballistic Missile), le DEW était devenu complètement obsolète, il fallait installer d'urgence de nouvelles stations en Alaska et au Groenland. Ainsi naquit le BMEWS (Ballistic Missile Early Warning System) capable de confirmer une attaque par missiles et ménageant un délai de 30 minutes. Le développement de systèmes d’armes de plus en plus performants et rapides rendait une réactivité encore plus élevée indispensable (mise sur orbite des satellites MIDAS).

Dans les années 60, les missiles intercontinentaux n'emportaient qu'une charge unitaire et une attaque n'aurait comporté qu'une vingtaine de missiles. Les années soixante-dix virent l'apparition de missiles à têtes multiples accompagnés de leurres capables de « noyer » les charges dans un important bruit de fond ! Les radars du BMEW confrontés à une telle attaque auraient à faire face à 100 000 échos ! Il devint impératif de procéder au renforcement total de tout le système de détection et d’alerte. La réponse fut apportée avec le radar à balayage électronique géré par ordinateurs, le SPADOC. Dans ce système, seuls les objets se déplaçant à l'intérieur d'un étroit faisceau radar sont détectables, comme le radar n'opère que dans un secteur très fin, il doit pour explorer une grande étendue, balayer la zone surveillée en commutant séquentiellement les réseaux d'émetteurs et d'antennes associés.

Le Perimetric Acquisition Vehicle Enter - Phase Alerte Weapon Sweeping (PAVE PAWS) qui a une portée de 5 000 kilomètres est en mesure de détecter et de suivre une cible de la taille d'un ballon de football ! Pour réaliser cette prouesse, il est composé de 2 000 émetteurs régulièrement espacés de façon à constituer un « filet » tapissant les 2 faces de la station radar haute de 32 mètres. Le PAVE PAWS peut balayer un secteur de 120° en quelques millièmes de seconde, ce qui lui permet de suivre plusieurs cibles simultanément. Comme le rafraîchissement des informations est extrêmement rapproché, il est en mesure de déterminer le déplacement et la vitesse de chaque cible. Inconvénient, le PAVE PAWS n'est pas transhorizon, c'est à dire qu'il ne peut détecter un objet situé au-delà de sa ligne d'horizon. Il est donc complété d'un réseau de radars HF, ondes seules capables de venir se réfléchir sur la couche ionosphérique située à environ 300 kilomètres d'altitude avant et revenir vers le sol. Ce réseau est capable de détecter tout objet à base altitude situé derrière l'horizon mais il ne peut par contre déterminer leur altitude. Il calcule uniquement la trajectoire suivie et la vitesse du mobile.

Le principe de base du radar repose sur la loi de Descart relative à la réflexion, la réfraction et la diffusion de la lumière. La délivrance d'une onde radioélectrique pendant un temps très court (cycle) ou en continu se réfléchit sur l'obstacle, renvoyant en retour un écho. Connaissant le temps écoulé entre l'émission et la réception de l'écho et sachant que les ondes radio-électromagnétiques se propagent à la vitesse de la lumière (300 000 km/sec), la distance séparant l'objet est égale à d = t. c /2. Chaque fois que le rayon émis rencontre un obstacle sur lequel il peut se réfléchir, l'écho en retour donne par : son intensité, sa durée, sa direction, sa phase, sa fréquence et sa récurrence, des indications sur la distance, l'élévation et la nature de l'objet réfléchissant. Pour comprendre ce qu'est l'effet Doppler, prenons l'analogie du piéton qui entend une ambulance s'approcher. Au passage de celle-ci, il a l'impression que le son passe d'une tonalité aiguë à une plus grave.

Nous avons considéré le mobile comme un réflecteur, mais en présence d'une longueur d'onde supérieure à une dizaine de mètres (30 MHz), un mobile s'apparente plus à un diffuseur d'ondes qu'à un réflecteur. Si le mobile à identifier est trop petit par rapport à la longueur d'onde, l'onde au lieu de venir s'y réfléchir peut le contourner ! Plus la longueur d'onde sera petite par rapport à la taille de la cible, mieux elle se réfléchira et l'écho en retour pourra même en donner une image détaillée. L'écho reste cependant sensible aux perturbations atmosphériques, il faut donc choisir une fréquence optimale entre portée et précision tout en tenant compte des dimensions de la cible à détecter. Pour s'affranchir de ce problème, les radars modernes opèrent sur plusieurs fréquences, et c'est cette technologie qui va équiper la station de Dniepr. Un deuxième site devrait entrer en activité en Pologne, et la Lituanie a d'ores et déjà annoncé qu'elle allait procéder au remplacement de ses anciens radars de surveillance datant de l'ère soviétique par de nouveaux systèmes déployés près de la frontière avec la Biélorussie. Cette évolution s'imposait, car les pays anciens membres des Armées de l'ex Pacte ayant rejoint l'OTAN étaient dotés de radars qui ne couvraient pas l'URSS... La Russie a de son côté installé dans les environs de Kaliningrad en 2011, une station d’alerte avancée d'une portée de 6 000 kilomètres et pouvant contrôler simultanément plusieurs centaines de « targets ».

Avant 2005, les Américains et les Russes étaient les seuls à disposer d'un système de veille spatiale. La France figure dorénavant sur la troisième marche du podium avec Nostradamus, son radar transhorizon d'une portée de 2 000 kilomètres assurant une veille à 360°, et le « Grand Réseau Adapté à la VEille Spatiale » livré en 2005 à l'Armée de l'air et conçu par l'Office national d'études et recherches aérospatiales pour surveiller les satellites en orbite « basse » (inférieure à 1000 km). Le renseignement aérien a ainsi pu répertorier plusieurs dizaines de satellites américains qui ne figuraient pas sur la liste établie par le Pentagone..., très probablement des satellites « espions ».

Si nombre de pays européens sont à la remorque des États-Unis en matière de renseignement militaire, cela semble être moins le cas pour la France. Le patron de la DRM (Direction du renseignement militaire), le général Gomart, a déclaré lors de son audition devant la Commission de la défense nationale et des forces armées de l'Assemblée nationale le 25 mars 2015 : « La vraie difficulté avec l’OTAN, c’est que le renseignement américain y est prépondérant... L’OTAN avait annoncé que les Russes allaient envahir l’Ukraine alors que, selon les renseignements de la DRM, rien ne venait étayer cette hypothèse – nous avions en effet constaté que les Russes n’avaient pas déployé de commandement ni de moyens logistiques, notamment d’hôpitaux de campagne, permettant d’envisager une invasion militaire et les unités de deuxième échelon n’avaient effectué aucun mouvement. La suite a montré que nous avions raison...  »

Bouclier contre bouclier ou contre-mesures contre d'autres contre-mesures..., restons sérieux, il y a un fossé entre la détection et l'interception d'un bombardier stratégique et un missile balistique. Les missiles balistiques intercontinentaux (IBM) se déplacent à près de Match 20 soit près de 23 760 km/heure (un Match correspond à la vitesse du son, 330 m/sec ou 1180 km/h). La fenêtre d'interception est de quelques minutes (phase d'approche) seulement avant le largage des têtes nucléaires... Quant à l'interception pendant la phase propulsion, elle relève du rêve. Imaginez l'accélération, le MB français développe une poussée de 180 tonnes, c'est comme d'atteindre une formule 1 avec un lance-pierre ! S'il est possible de le détecter, peut-il être rattrapé ? Cela dépend de sa trajectoire : tendue, en cloche, ou semi-balistique, s'il s'agit d'un missile manœuvrant (déploiement de gouvernes), prédire sa trajectoire reste un véritable défi. Quand bien même, un autre obstacle surgit, à une telle vitesse il est quasiment impossible de guider un missile afin de le diriger sur sa cible. La seule possibilité en l'état actuel de la technologie de missile antimissile est d'exploser à proximité et libérer des pièces métalliques... Autre alternative, le recours à un antimissile à tête nucléaire (le Galosh russe). L'explosion nucléaire est capable de mettre hors service de nombreux appareils électroniques dont les radars. Une impulsion électromagnétique dure moins du milliardième de seconde (10^-9), par comparaison, un éclair met 1 000 fois plus de temps à atteindre sa puissance maximale. On a observé pour la première fois les effets des EMP le 9 juillet 1962, quand les États-Unis firent exploser une bombe « H » de 1.4 mégatonnes à 400 kilomètres au-dessus des îles Johnson situées dans le Pacifique. L'impulsion électromagnétique déclencha les alarmes de la ville d'Honolulu pourtant située à 1 200 kilomètres du lieu de l'explosion !

Si l'option d'une riposte graduée n'est pas écartée définitivement, la possibilité d'un conflit plus traditionnel semble se profiler avec le déploiement de quatre bataillons en Estonie, Lettonie, Lituanie, et Pologne où d'importantes manœuvres (Anakonda) avaient mobilisé 30 000 hommes afin de rassurer ces anciennes républiques soviétiques. Un retour en arrière nous fait-il courir le risque d'un « dérapage » ?

JPEG



5 réactions


  • fred.foyn 12 août 2016 09:19

    L’OTAN aux ordres des USA construit sa perte en voulant montrer sa force de nains face à la Russie.

    Inadmissible tentative des américains pour que la Russie commence le conflit,mais Poutine à des nerfs d’acier ce qui n’est pas le K des « Amer-Loques »

  • tonimarus45 12 août 2016 18:39

    bonjour— la difference c’est que les americains via l’otan deploient l’arme nucleaire aux frontieres russes et en fait encerclent la russie(voir la carte des bases americaines et de l’otan ).Les russes auraient tout a fait le droit de reagir comme le firent les « usa » lorsque « l’urss » voulut deployer des missiles a cuba

    Le faites ce que je dis mais pas ce que je fais ou le deux poids deux mesures semblent etre devenu les regles generales des "americains et de leurs caniches
    Avant de moinsser dites moi s’il vous plait si ce que je dis est faux -merci-

  • Alren Alren 12 août 2016 19:31

    Les USA placent des missiles nucléaires dans des pays satellites pour leur faire croire qu’ils dominent le monde comme en 1945 ou après l’effondrement de l’URSS.

    Les habitants de ces pays ne devraient pas être « rassurés » par cet armement qui fait de leur pays une cible prioritaire de l’adversaire. On peut espérer que rapidement des voix s’élèvent parmi eux pour réclamer le démantèlement d’installations qui mettent en danger leurs enfants.

    L’arme nucléaire la plus difficile à contrer ce sont les missiles tirés sous l’eau à partir de sous-marins. Or la Russie est un vaste pays continental. Elle ne peut être atteinte par un missile de sous-marin que si celui est en plongée dans la mer Arctique englacée en hiver, ou par la Mer Noire avec le goulet que représentent les détroits turcs (si j’étais dirigeant russe, j’y aurais fait installer clandestinement, et depuis longtemps un système de détection acoustique secret capable de détecter tous les submersibles passant par là, forcément ennemis), ou par le Pacifique pour un long vol au-dessus de la Sibérie.

    En revanche, l’essentiel de l’activité et les grandes villes des USA sont situées sur les deux côtes, où les sous-marins nucléaires russes peuvent s’approcher. Longtemps ce sont des micros sous-marins reliés par des câbles à le terre qui permettaient aux USA de détecter un sous-marin adverse s’approchant de trop près et sans doute de chercher à le détruire dans le secret d’une guerre pas si froide.

    Mais maintenant, les sous-marins sont devenus si silencieux que c’est par une augmentation du silence dans une zone qu’on peut inférer leur présence !

    Autant dire que s’ils reproduisent le bruit de fond de la mer à cet endroit à l’aide de hauts-parleurs sous-marins, les submersibles modernes sont totalement indétectables. Sauf si on utilise un puissant sonar qui vous fait repérer sous l’eau aussi bien qu’un phare marin dans la nuit noire et provoquera une riposte efficace de l’adversaire.

    Bref, en cas d’attaque nucléaire - réussie malgré les antimissiles- par les USA depuis leurs pays vassaux, les stratèges US savent que leur pays sera détruit inexorablement par les missiles sous-marins.

    Si la Clinton est élue, espérons qu’ils sauront lui expliquer la situation et qu’elle la comprendra, l’acceptera, malgré son dépit.


  • JC_Lavau JC_Lavau 12 août 2016 21:11

    « Match » ? Ah non !
    Il s’agit du physicien autrichien Ernst Mach, 1838-1916.


  • sarcastelle 13 août 2016 09:00

    La loi de Descart n’est pas mal non plus. 

    .
    Je me demande si ce n’est pas la « Descartes law » traduite par un zozo qui a pris le « es » final de Descartes pour un cas possessif. 

Réagir