vendredi 16 juin - par Taverne

Parce que c’était elle !

Encore aujourd'hui, il n'est pas rare que des femmes soient insultées ou violentées physiquement parce qu'elles sont des femmes. Sait-on qu'une amie de Montaigne dénonçait déjà cela en son époque ? Montaigne et cette femme, Marie de Gournay  n'ont partagé que quelques semaines de vie commune. Mais la relation semble avoir été aussi intense que l'amitié qui lia le jeune Montaigne à La Boétie.

La Boétie de son vivant prôna la désobéissance, la jeune Marie en fait tout autant : la « désobéissance » de Marie tient dans son « féminisme » (pour employer un mot moderne). Tout le monde se souvient du "parce que c'était lui" de Montaigne pour expliquer le mystère de ce qui crée le sentiment d'amitié. Et bien, on pourrait l'appliquer à cette relation mixte : "parce que c'était elle !", aurait pu dire l'auteur des Essais.

Le vieux Montaigne dicte à Marie les corrections de sa nouvelle édition des Essais. Il écrit le 3ème opus et cette femme philosophe aura sur cette oeuvre une influence.

Focus sur les questions politiques d'actualité

Certes, nous le voyons encore aujourd'hui, trop de femmes se font violentées (dernier exemple en tête : la candidate NKM agressée dans la rue).

La secrétaire d'État à l'égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, a dans ses cartons un chantier qui vise à lutter contre le harcèlement de rue. Mme Schiappa souhaite que les policiers de proximité qui seront recrutés au cours du quinquennat puissent verbaliser, par des amendes "immédiates", les actes sexistes (harcèlement, injures) commis dans l'espace public. Elle veut en outre que "toutes les politiques d'urbanisme comportent un volet concret de prévention des violences sexuelles et sexistes" (AFP). On le voit, il y a encore du travail à réaliser dans le domaine.

Marie de Gournay, cette moraliste et redresseuse des mœurs de la noblesse, aurait pu écrire un projet de loi de "moralisation" de la vie politique. Elle fit son credo du caractère exemplaire indispensable des grands de son monde qui doivent donner le ton et qui portent la responsabilité du climat moral du royaume : «  La correction (des mœurs contemporaines) [...] depend aisément et souverainement, du dessein, de l'exemple et des langages du cabinet de nos Roys : le commun des François ne croyant avoir honneur ni bien-seence, qu'en l'imitation et en l'opinion favorable de son Prince ».

Elle dénonce le mépris des humbles, l'hypocrisie et le langage creux mais aussi l'abus des pratiques religieuses.

Toutes ces questions sont non seulement restées actuelles mais elles ont pris de l'ampleur. Dommage qu'elle ne fut pas écoutée.

Nulle n'est prophète (esse) en son époque !

Féministe au 16ème siècle, ce n'était pas une sinécure. Etre une femme lettrée et philosophe en ces temps-là, c'était s'exposer aux agressions et aux injures, qui d'ailleurs n'ont pas manqué de venir de tous côtés. Les homme portant d'illustres noms n'étant pas en reste ! Elle sait qu’en exerçant «  œuvres viriles  » elle « s’expose à la calomnie », et que ces ambitions font d'elle une « femme dissemblable ». « Vieille pédante », « vieille fille », les quolibets fusent de partout. « Parmi notre vulgaire, écrit-elle, on fagote à fantaisie l’image des femmes lettrées : c’est-à-dire, on compose d’elles une fricassée d’extravagances et de chimères. »

La jeune Marie de Gournay débarque en 1588 dans le petit studio de Montaigne. L'auteur des Essais reçoit avec une grande curiosité cette jeune personne qui lui déclare son enthousiasme pour les deux Essais qu'il a alors publiés ( le 3ème n'est pas encore écrit). Quel culot chez cette jeune personne qui n'hésite pas à exprimer ses idées personnelles (en plus de son admiration) au célèbre philosophe. Montaigne dira de cette nouvelle relation, quatre ans avant sa mort, qu'elle est pleine d'affection « plus que paternelle ».

Dans l'avis au lecteur mis en tête de l'édition de 1634 de ses œuvres complètes, Marie de Gournay insiste sur la réception négative qu'elle attend pour son livre. Son œuvre n'a pas été populaire. Pendant longtemps, seul, son titre de « fille d'alliance » de Montaigne lui a conservé quelque notoriété. La « fille d’alliance » succèdant au « frère d’alliance » qu'était l'ami La Boétie disparu trop tôt. Au XIXe siècle, Sainte- Beuve reconnaîtra le talent littéraire de cette pionnière du 16ème siècle qui se dressait avec indignation contre la médisance : « Et trouve quant à moy bien plus Canibale, et vrayment Anthropophage, celuy qui dévore l'honneur des premiers venus, pleins de vie et de sentiment, soit qu'il commette ce crime par l'oreille ou par la langue, [...] que ce Peuple-là, qui dévore seulement les corps trespassez de ses ennemis ».

Une lutte contre sa propre condition

Marie de Gournay avait pour ami commun avec Montaigne un certain Juste Lipse. Elle pratiqua le grand art de l’amitié avec d'autres hommes, des « libertins érudits » comme Théophile de Viau, Gabriel Naudé, et surtout François La Mothe Le Vayer. Elle sera connue de la noblesse. Mais sa naissance ne le présageait pas. En effet, elle est née pauvre et de petite naissance. En outre, on dit qu'elle n'était pas vraiment belle.

Enfant, elle décide d’apprendre le latin contre l’opposition de sa mère (elle le raconte dans son Apologie). Puis, elle se met au grec. Suivront les sciences et l’alchimie. Elle veut être savante comme un homme est savant. Elle n’a qu’un modèle, Montaigne. Elle dit : « Je ne suis moi-même que par où je suis sa fille ». Et encore : «  Je ne puis faire un pas soit écrivant soit parlant que je ne me trouve sur ses traces. »

L'éditrice de Montaigne

En Guyenne, Marie se voit remettre des mains de la femme de Montaigne et de sa fille les manuscrits des essais. Jusqu’à la fin de sa vie, elle en sera l’éditrice, promouvant de façon infatigable les oeuvres de son aîné.

Ses oeuvres

Elle est la première dans l’histoire à écrire deux traités sur la condition féminine. « Égalité des hommes et des femmes » (1622) est un pamphlet, qui s’attaque aux opinions, aux mœurs et aux institutions destinées à consolider la subordination des femmes. Elle ose affirmer au monde que la misogynie repose principalement sur les préjugés et sur un mauvais usage de la raison. Pour Marie de Gournay, l’homme se distingue de l’animal par la possession d’une faculté rationnelle. Or, la raison ne permet pas d’instaurer une différence essentielle entre hommes et femmes, l’esprit n’ayant pas de sexe.

"D’autant qu’ils ont oui trompêter par les rues, que les femmes manquent de dignité, manquent aussi de suffisance, voire du tempérament et des organes pour arriver à celle-ci ; leur éloquence triomphe à prêcher ces maximes : et tant plus opulemment, de ce que dignité, suffisance, organes et tempérament sont de beaux mots : n’ayans pas appris d’autre part, que la première qualité d’un mal habille homme, c’est de cautionner les choses sous la foi populaire et par ouï-dire."

Les différences fondées sur le genre ne sont pas une fatalité ; elles sont susceptibles d’évoluer. Elles n’ont pas pour origine une cause naturelle et définitive. Marie porte un regard très critique sur la Loi salique, qui prive les femmes de la Couronne en France.

"Et fut inventée au temps de Pharamond, par la seule considération des guerres contre l’Empire, duquel nos pères secouaient le joug : le sexe féminin étant vraisemblablement d’un corps moins propre aux armes, par la nécessité du port et de la nourriture des enfants". Cette loi était fondée sur l’infériorité prétendue des femmes aux plans physique, intellectuel et moral. Mais ces jugements dépréciatifs ne résistent pas à l'usage de la raison aux prises avec l'examen honnête des faits, dans une démarche toute philosophique digne de Montaigne.

Pour aller plus loin :

Quelques sources :

Souvenirs sceptiques de Marie de Gournay dans l’« Égalité des hommes et des femmes », Isabelle Krier, revue

Les dimensions multiples des traités de Marie de Gournay, article, par Marie-Thérèse Noiret (Persée)

 



21 réactions


  • Leonard Leonard 16 juin 11:46

    NKM a eu la malchance de croiser un sans-dents en colère des ces politiques menées depuis 50 ans...


    Maintenant que tous les politiques crient à l’agression. Il ne manque plus qu’ils seprennent tous par la main en formant un cercle : 

    « halte à la violence ! On est tous gentils ! Halte à la violence ! On est tous honnête ! »

    Allons y !

  • Taverne Taverne 16 juin 12:49

    Marie de Gournay, l’amie de Montaigne au théâtre.

    Jean-Claude Idée a créé une pièce qui s’appelle « Parce que c’était lui » dans laquelle il image Marie reprochant à son maître d’avoir trahi son ami Étienne de la Boétie, en renonçant à publier son « Discours sur la Servitude Volontaire », comme il s’était engagé à le faire.

    L’auteur s’inspire de la réalité historique : D’après les érudits de Montaigne, il semble que celui-ci refusa à La Boétie, qui en fut très affecté, de publier son Discours de la servitude volontaire, oeuvre de jeunesse qui circulait alors sous le manteau. Le livre ne sortit qu’en 1574, à l’instigation de partisans calvinistes, dans une édition pirate et anonyme, avant d’être republié en 1576 avec le nom de l’auteur et sous son titre d’origine (Contr’un).

    Dans cette pièce de théâtre, une révolution s’amorce dans l’esprit du grand maître, qui chaque nuit voit apparaître le spectre courroucé de son défunt compagnon. La discussion est assez vive, rappelons que La Boétie était révolutionnaire et anarchiste, Montaigne royaliste et chrétien.


  • Emma Joritaire 16 juin 15:09

    "Cette loi était fondée sur l’infériorité prétendue des femmes aux plans physique, intellectuel et moral. Mais ces jugements dépréciatifs ne résistent pas à l’usage de la raison aux prises avec l’examen honnête des faits..."

    C’est exact. L’exemple des camps de concentration nazis est encore dans toutes les mémoires qui nous rappelle que les tortionnaires femelles et les bourrelles rivalisaient aisément avec leurs homologues masculins en matière d’atrocités et d’abjection.

    Du point de vue de l’égalité des sexes, c’est plutôt rassurant, hein dis Taverne ?


    • Emma Joritaire 16 juin 19:21

      @Emma Joritaire

      Merci les gars ! Moi aussi, je me mets un vote. Ce serait dommage de troubler une si belle unanimité.

      Et, comme dit le proverbe « Chez les fiottes, fais comme les pédés »


    • covadonga*722 covadonga*722 17 juin 07:52

      @Emma Joritaire
       chuuttttt , les femmes sont la bonté même , c’est une légende il n’y avait pas de femelle chez les bourreaux Nazi.

      Ça n’est pas une femme qui au 20e siècle a livré une guerre impitoyable au prolétariat britannique 
      accessoirement cette non femme a envoyé son armée professionnelle massacrer de l’appelés argentin quand une bonne pression économique eu suffit a foutre les golpistes de Buenos aires au tapis .
      Ca n’est pas une femme « noire » qui a envoyé le sous prolétariat US ce faire découper en Irak et a participé a un blocus quasi génocidaire de ce pays .
      Le cabinet israélien a toujours comporté des femmes a des poste important on voit que leur mansuétude naturelle a toujours prévalue pour atténuer la brutalité des réactions de Tsahal.
      Madame Mao n’étais pas une femme pas plus que les petites kmeres rouge vidant leur chargeur dans le crane d’intellectuels puisque portant des lunettes.
      Je me suis cantonné au 20e imaginez si j’étais parti des pharaonnes « probablement des drag queen » 
      faisant décimer les troupes ayant faillit , et celle tuant leur frère concurrent fussent il débiles , Catherine de Russie marie de Médicis décrétant la st Barthélemy que des hommes portant la robe .
      Puisque l’on vous dit que la femme est naturellement douce et pacifique.

      Voyez vous mon cher chez les prédateurs mammifères la femelle et dans la majorité des cas la plus féroce voir souvent la plus naturellement équipée pour exprimer cette férocité !
      Il n’y a que chez l’homme que la femelle est consubstantiellement BONNE ! 
      yep 

    • arthes arthes 17 juin 17:22

      @covadonga*722

      J’admet la démonstration et la conclusion.

      Il y aurait long à dire , je pourrais le raconter de tant de manières...C’est peut être pour cela que je préfère la compagnie des hommes, ils sont plus « doux », moins féroces...Bon, ya que le truc « sexo » qui doit être éclairci , c’est le problème souvent, c’est jamais clair, quand ça entre en ligne de compte enfin, avec l’âge on sait mieux se gérer et donc, sinon éviter les ambiguités, tout au moins, (quant il y en a) les « sublimer » et « transfigurer, » comme des alchimistes.




    • Emma Joritaire 17 juin 23:34

      @covadonga 722,

      C’est pas gentil de coincer Taverne entre l’essentialisme machiste le plus réactionnaire et l’apologie de la tortionnaire


  • foufouille foufouille 16 juin 15:46

    c’est une ploutocrate, elle aurait mérité la guillotine fut une époque.
    c’est l’odeur et surtout la vue de la bouche du sans dents qui l’a fait s’évanouir.
    elle vivra bientôt, comme taverne le larbin, derrière des barbelés et miradors à l’abri des gueux.


  • JC_Lavau JC_Lavau 16 juin 16:49

    NKM ? C’est celle qui traite de « connards » tous les incroyants qui ne croivent pas son climastrologue de la cour.


    • Homme de Boutx Homme de Boutx 16 juin 18:52

      @JC_Lavau

      mr LAVAUCAT du diable Areva craint pour son petit confort si on lui supprime les avantages offerts par le « nucléaire à flot » 

      Lavau s’en fout la planète !


    • JC_Lavau JC_Lavau 16 juin 22:11

      @Homme de Boutx. Paranoïaque dans une secte paranoïaque, ce pauvre fou a toujours fantasmé n’importe quoi sur tous, et sur tout.


    • Homme de Boutx Homme de Boutx 17 juin 14:31

      @JC_Lavau l’homme qui sait tout sur tout, qui a toujours raison, surtout quand il a tort et dont le vocabulaire se limite à fou, fantasme, délire, parano,... 
      chacun s’imprègne de son environnement comme il le peut !


    • JC_Lavau JC_Lavau 18 juin 08:30

      @Homme de Boutx. Tu devrais signaler à ton psychiatre que tu vois des Areva partout.


  • JC_Lavau JC_Lavau 16 juin 22:09

    Il y avait erreur sur la personne : NKM n’est pas une bobo mais une grande bourgeoise, boursouflée de mépris envers le peuple français. Depuis leur « Plutôt Hitler que le front populaire ! » ni leurs sentiments ni leurs méthodes n’ont changé ; ils sauront trouver et payer les nervis pour nous défoncer les crânes et briser les mâchoires.


    Je ne vois que des avantages à ce qu’un sans-dents lui fait ait savoir ce qu’on pense d’elle et de sa morgante classe de grands profiteurs.

    • arthes arthes 17 juin 00:10

      @JC_Lavau

      Ouais mais son agresseur a NKM, il a pris la fuite...C est pas glop...Du coup l acte manque de heu...panache (si on peut dire...) si c est representatif des francais, ca fait assez « couille molle » quoi...

  • pipiou 16 juin 22:09

    Récup un peu simpliste du buzz NKM.
    Depuis l’agression de NKM une femme est morte sous les coups de son mari.
    En silence, contrairement à NKM qui est sortie de l’hopital sous les bravos de la foule et de Taverne


  • rugueux 17 juin 07:33

    Taverne t’es bien naïf, l"agression, odieuse, forcément odieuse de NKM est vraisemblablement, non pas une mise scène, je ne pense pas que NKM et son équipe aient payé l’agresseur pour le faire, mais ils ont juste saisi une incroyable opportunité....

    Faire le buzz, trouver un prétexte pour expliquer sa future et très probable défaite, ou au contraire essayer de grappiller des voix en jouant a victimisation, renvoyer aux agressions dont sont victimes les femmes, etc...etc...Un fait ne trompe pas : où est la vidéo ?

    Un type un peu énervé, à juste titre, lui arrache ses tracts, la bouscule, elle chute et vrai ou pas semble perdre connaissance, je dis bien semble car les photos publiées ont été soigneusement choisies...elle est en PLS, sa robe bien proprement rangée, c’est simple on ne voit m^me pas sa culotte...


  • sarcastelle 17 juin 09:31

    Nous autres femmes avons ceci de commun avec les peuples d’outre-mer que nous trouvons toujours d’excellents esprits pour se traîner de honte et de remord à nos pieds. Merci monsieur Taverne. 


  • sarcastelle 17 juin 09:58

    Monsieur Taverne, ma femme préférée est la baronne d’Aulnoy, qui vivait au Grand Siècle :

    .
    .
    Elle mérite une mention particulière dans le combat contre les hommes car c’est une pionnière des méthodes actuelles. Voulant se débarrasser de son mari, elle ne pouvait en ce temps arriéré lui imputer un viol ; en ménage ça ne marchait pas. Alors elle trouva autre chose, faisant risquer la mort à son époux en l’accusant d’avoir offensé Louis XIV.
    .
    Etrangement la baronne, femme de lettres, n’avait pas lu Molière. Elle aurait su que nous vivons sous un prince ennemi de la fraude. Son truc a raté.



  • jack mandon jack mandon 20 juin 12:58

    Bonjour Taverne

    Qui mieux que Montaigne pouvait entendre la différence, par nature et par curiosité d’esprit. Lui, explorateur de nouveau monde. (la femme est un autre monde) L’étranger pour lui se meut entre attirance et rejet. Sa nature sage le tenait en dehors de son époque troublée de fanatisme religieux. Maire de Bordeaux, il désertait sa charge et se réfugiait dans la tour de son château. Il voyageait en esprit dans l’antiquité grecque et romaine en extrayant les citations pour ses Essais. Le désir de connaître et d’explorer est multiforme...surtout chez un être libre, intellectuel ou non.

    Les conflits majeurs qui naissent, homosexuels ou hétérosexuels sont de nature projective émotionnelle. Marie de Gournay, Montaigne et La Boétie, avaient des têtes bien faites et des sentiments bien structurés. Tous les trois évolués et intemporels.


Réagir