samedi 18 mars - par Home of nomad spirit

PARLONS EN

Parlons en et citons les, puisque ces adeptes de la flatterie, de l'argent et des honneurs. adorent se trouver sur le devant de la scène. Parlons en puisque ces esprits de l'amoralité, champions de la dissimulation ont l'enrichissement personnel comme but premier. Par atavisme souvent, par sport parfois, par goût de lucre toujours. Le cynisme comme habit de lumière, l'égoïsme comme cache nez, ces promoteurs de la vertu pour autrui ont le vent en poupe. Le verbe haut, la compromission à fleur de peau et un carnet d'adresse bien orienté, leur permet souvent d'échapper aux foudres de la justice. Ce monde de la combine au service d'un ascenseur social versus politique permet au pouvoir personnel de se développer au détriment d'une grande partie d'une population exsangue.

 
Idées courtes, imagination en deuil, les politiques se limitent au service minimum. Il s'agit d'éviter vagues et contestations pouvant mettre leur avenir en péril. Spécialistes de l'endettement, pourvoyeurs de déficits, ils ruinent le pays avec désinvolture. Désinvolture d'autant plus encouragée qu'ils savent ne jamais rembourser les emprunts. La France est un pays à la traîne, donneuse de leçon, incapable de se gouverner. Guidée par la nonchalance d'un nombre de cacochymes détruits par la ronde des habitudes. Des rombiers assis sur leurs certitudes, déconnectés de la réalité quotidiennes et aveugles aux troubles qui se profilent de tous parts. Durer n'est pas gouverner. Réalisent-il êtres assis sur un baril de poudre, une allumette enflammée au bout des doigts ?
 
La société part en quenouille. Le quinquagénaire le constate à ses dépens. La pensée virtuelle, nuage sans consistance, se substitue aux réflexions de fond et accouche d'une uniformité sans portée. Les métiers s'épuisent à vouloir ressembler aux métiers du passé, comme la plupart des journalistes qui ne sont que des « Pinocchio » en bois vermoulu. Sans éducation, agressifs, ne se lassant pas d'interrompre continuellement leur interlocuteur. Beaucoup de journalistes ne méritent pas leur carte de presse. Ils énervent les auditeurs a force de mettre en scène leur insignifiance, deviennent inaudibles et seront bientôt plus détestés que « l'homo politicus ». Les vrais professionnels s'en désolent et payent pour ces tartuffes. Même problème pour l'univers du business artistique qui succombe, lui aussi, aux tares de l’insignifiance. Où sont les chanteurs, et paroliers des années soixante. Où sont les Piaf, les Brel ou Brassens et tant d'autres ? Ils ont tous été remplacés par la voix chuintante de petits minets au sexe indéterminé murmurant des textes à jeter, avec la complicité coupable des médias. Les médias se perdent dans les affaires...juteuses de la corruption généralisée. En fait ses choux gras pour éveiller et satisfaire le côté morbide de ses lecteurs et auditeurs. 
 
Répétant inlassablement les mêmes infos, exploitant les moindres faits nouveaux, quitte à en inventer. Susciter des sentiments de haine, créer des antagonismes. Le chaos est rentable. Le peuple constatant l'étendue de la corruption se révulse. Il est toutefois coresponsable du désastre, puisqu'il accepte de soutenir la corruption en votant infatigablement en faveur des corrompus. Les gouvernements en place ne sont pas le fruit du hasard. L’Éthique cède la place à l'artifice et en appelle a l'indispensable objet permettant de contrer la solitude de l'espace virtuel. L'ultime baroud futile pour ne pas sombrer dans le marécage des dépressions. C'est la fin d'une époque et les prémisses d'un monde nouveau. Les problèmes engendrés par la période de transition ne seront pas aisés à résoudre et nécessiteront beaucoup d'imagination. Imagination qui n'est pas l'atout premier des politiques en charge du gouvernement actuel, usés par des décennies d'habitudes folkloriques.
 
Le vingt et unième siècle devrait pouvoir clore la porte aux bisbilles intestines et régler le problème de la corruption endémique qui sévit dans la plupart des domaines, sous peine de voire exploser la grogne et les mécontentements. Une étincelle suffirait alors à provoquer un désastre. Les décennies à venir ne seront pas faciles et imposeront certainement des choix difficiles. Les incertitudes du proche avenir compliqueront de toute évidence les réflexions de fond. Comment trouver les réponses adéquates aux questions qui se poseront par le changement structurel d'une société qui s'inventera au jour le jour. Comment discerner ce qui est bon de ce qui ne l'est pas. La situation incertaine, conflictuelle et les égoïsmes populaires ne permettront pas toujours de savoir où regarder ou qui entendre. 
 
 
Une chose est toutefois certaine, pour avoir une chance de réussite il faut une nouvelle classe politique. Plus jeune, à l'esprit non pollué par des années d'habitudes et à l'aise avec la puissance occulte de l'informatique. Des esprits neufs, capables de penser autrement, de concevoir avec imagination et en ne perdant pas de vue que c'est l'union qui fait la force.


7 réactions


  • rogal 18 mars 13:37

    Des constats pas franchement originaux (le train-train). Et pour seul façon d’en sortir, le rajeunissement des cadres ? Ça, sous un pseudo plus ou moins mondialiste, faut-il y voir une invitation discrète à voter pour un ’’jeune et moderne’’ sans oser le nommer ?


  • Jeekes Jeekes 18 mars 14:53

    "Une chose est toutefois certaine, pour avoir une chance de réussite il faut une nouvelle classe politique. Plus jeune, à l’esprit non pollué par des années d’habitudes (...) Des esprits neufs, capables de penser autrement (...)« 

    Ouais, moi j’veux bien.
    Des jeunes, pas pollués, capables de penser autrement...

    J’aurais plutôt dit :
    Des jeunes, pas pourris, n’appartenants pas au système corrompu de la politique, honnêtes, soucieux du bien-être général et surtout, pas là pour s’en mettre plein les fouilles après avoir rincé leurs »souteneurs" pour cause de services-rendus.

    Bref le Saint Graal, la quadrature du cercle, une chimère.

    Parce que, en fait de jeunes, on en a un qui fait semblant d’être un rebelle mais qui lèche le cul de tout ce que son parti compte de vieux apparatchiks inféodés aux lobbies de la finance et un autre qui est le candidat mainstream, probablement le plus pourri d’entre tous. En tous cas, le plus véreux, prêt à tout et bon à rien.

    Et c’est sûrement pas de telles merdes qui vont nous sortir de l’ornière !


    • Jeekes Jeekes 18 mars 15:00

      @Jeekes
       
      Ah quand même, j’oubliais de citer quelques bandes de « jeunes » pleins d’avenir sur les quelles on va pouvoir compter.

      Citons en vrac (liste non exhaustive) :
      Les « jeunes » socialistes.
      Les « jeunes » avec hamon.
      Les « jeunes » avec micron.
      Les « jeunes » avec juppé.
      Les « jeunes » sarkosistes...

      Putain, z’avez vu leurs tronches de faux-culs, z’avez entendu leurs discours de merde, z’avez compris comment ils espèrent faire leurs trous en politique ?
      Vous avez vu d’où ils sortent, petits bourges puants, fils de politicards pourris et eux-mêmes déjà pourris jusqu’à l’os.

      Alors t’en veux des jeunes ?
      Tiens y’en a, à la pelle !!!


    • aimable 18 mars 15:32

      @Jeekes
      pour amener de l’eau a votre moulin , il y a eu le jeune sarkosy en jeune avec Chirac


    • Jeekes Jeekes 18 mars 15:39

      @aimable
       
      Exact !

      Et si on remonte plus loin, on a même eu le plus jeune président de la raie-publique.
      J’ai nommé l’inénarrable giscard d’estaing...

      Un bon parmi les bons çui-là aussi !


  • alinea alinea 18 mars 20:40

    J’aurais plutôt tendance à pense que les jeunes ont été pourris dès le berceau et ceux qui parviendraient là-haut seraient ceux qui ont bien emmagasiné et intégré la réussite sociale comme seule réussite possible.
    mais je sais aussi qu’il y en a quelques-uns qui ont échappé à la malédiction.
    Non, la réalité c’est que c’est la réalité qui fait le larron ; dans un monde en devenir, avec enthousiasme et projets, activités pour tous, les mentalités changent d’office.
    C’est par le bas qu’il nous faut commencer : rendre sa dignité à chacun dans une vie digne ; le reste, l’effort, le don de soi pour le commun, découle de fait de cette nouvelle situation.
    Et cela peut se faire très vite, tant nous sommes enclins à l’optimisme et au courage, quand notre vie nous donne satisfaction.
    Quant au jeune qu’on nous présente, il semble bien faire partie des pourris dès la base. En tout cas, il en montre toutes les caractéristiques.


  • fred fred 19 mars 07:17

    A ma connaissance, votre « gauche » est très loin de la réussite il me semble ?


Réagir