samedi 11 février - par CHALOT

Pour une loi cadre de lutte contre l’exclusion

JPEG Le collectif national ALERTE qui regroupe près de quarante associations et unions, dont de nombreuses associations de solidarité s’invite à l’élection présidentielle en formulant cinq propositions.

Il se prononce clairement pour un plan interministériel de lutte contre la pauvreté et propose une loi de programmation financière sur 5 ans.

Voici ses cinq propositions qui figurent dans le communiqué que vous pouvez lire ici :

http://www.alerte-exclusions.fr/

 

« 1. Une réforme en profondeur de la politique des minima sociaux pour aboutir à la mise en œuvre d’un revenu minimum garanti, sous condition de ressources, dès 18 ans, adossé à un accompagnement renforcé, avec des référents de parcours, et une politique de mobilisation générale pour un emploi décent pour tous (emploi aidés, postes d’insertion par l’activité économique). Il s’agit donc d’un triptyque vertueux « revenu minimum garanti - accompagnement effectif - politique d’emploi renforcée » pour les personnes les plus en difficulté.

2. Une politique ambitieuse de formation professionnelle et d’alternance appuyée sur le compte personnel d’activité qui doit être élargi à un droit à l’éducation - formation tout au long de la vie.

3. Des investissements sociaux massifs dans la lutte contre l’isolement, pour la petite enfance, et dans le soutien à la parentalité.

4. Une politique du logement qui permette enfin de sortir des logiques d’hébergement, de lutter contre la précarité énergétique, de mieux utiliser le parc privé et de garantir l’accès au logement, y compris privé, pour les personnes les plus modestes.

5. Une politique de santé accessible à toute personne, quels que soient ses revenus et à tous ceux présents sur le territoire, en application de l’accueil inconditionnel. Cela nécessite le renforcement du système de sécurité sociale actuel.

Ce projet fédérateur permettra de construire une société fraternelle, bienveillante et solidaire, une société où chacun puisse enfin trouver sa place. »

 

C’est un programme minimal vital dont il s’agit….

Ce texte, s’il était suivi d’un engagement politique, réduirait la pauvreté.

Ce serait un grand pas en avant.

Quant au revenu minimum garanti, il faudrait qu’il soit au-dessus du seuil actuel de pauvreté !

Jean-François Chalot



9 réactions


  • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 11 février 16:42

    Tout cela est bel et bon... Mais avec quel financement ?


    • popov 12 février 16:05

      @Jean J. MOUROT


      Mais le financement, il le trouveront, comme toujours, en vous faisant les poches mon cher Mourot. 

  • CRANACH 11 février 17:00

    560 milliards de dividende versés aux actionnaires en France, Monsieur Mourot......


    • mmbbb 11 février 20:10

      @CRANACH en effet dix fois plus que le montant de l impôt societe verse par les entreprises a l etat . L etat s’est fait couillonne dans l affaire . Chiffre un peu gonfle ou meme beaucoup  ? N appartenez vous pas a la secte de GIL qui avance n import quoi comme chiffre par exemple 200 milliards d aide aux entreprises  !


    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 12 février 11:32

      @CRANACH
      Il est facile de dire qu’il suffit de faire payer les actionnaires... Mais comment ? On sait bien où va l’argent produit par ceux qui travaillent. Mais comment on réoriente la redistribution ?


    • mmbbb 12 février 13:01

      @Jean J. MOUROT postulat il faudrait deja partir sur des chiffres justes et ne pas raconter n import quoi


  • popov 12 février 16:08

    @CHALOT


    Tiens, « arrêt immédiat de l’immigration » ne figure pas dans ce projet. 

    Ce serait pourtant une mesure qui au lieu de coûter limiterait les dépenses sociales. Quand on a un grand nombre d’assistés, c’est un non sens absolu de continuer à en importer.

    Quand on veut régler un problème, la première mesure à prendre c’est de ne pas continuer à l’aggraver.

    • Xenozoid Xenozoid 12 février 16:13

      @popov

      Quand on veut régler un problème, la première mesure à prendre c’est de ne pas continuer à l’aggraver.


      on arrête de leurs envoyér des armes, apperement nos pays démocratiques sont les 1er producteurs d’armes
      alors je répète ,qui fabrique les armes ?

    • popov 14 février 00:31

      @Xenozoid

      Arrêter de leur vendre des armes serait une très bonne idée. Ils les achèteraient ailleurs, mais au moins, les politiciens français ne seraient plus obligés d’aller faire la pute dans les pays du golfe.

      Il faut quand même remarquer qu’une grande partie de l’immigration nuisible vous vient du Maghreb qui à ma connaissance n’est pas en guerre.


Réagir