jeudi 18 mai - par salem alketbi

Qui Va Surveiller les Médias ?

On prétend que les médias sont une autorité constitutionnelle qui est complémentaire des autorités de l'État, et il y a un large débat sur cette caractérisation juridique et constitutionnelle. Le problème n'est pas de savoir si les médias sont un pouvoir ou non et ne parlons pas de l'effet négatif des médias dans notre région arabe depuis 2011, mais de la fonction des médias eux-mêmes, en particulier en ce qui concerne les violations actuelles.

Qu’est-ce que les médias ? Cette question est centrale dans tout débat sur les médias à notre époque. Ce que nous regardons sur les télévisions arabes n'a rien à voir avec les médias. Les chaînes du « sexe par téléphone » ne sont certainement pas des médias. Les émissions de télévision des sorciers et des charlatans ne le sont pas non plus. Les programmes de jeux téléphoniques qui trompent les appelants en utilisant des questions stupides ne sont pas des médias. Il n'y a pas non plus de véritable contenu médiatique sur les chaînes religieuses sunnites, chiites ou chrétiennes qui favorisent la sédition, l'extrémisme et l'incitation.

Selon le rapport du Syndicat des radiodiffusions des États arabes de 2015, il existe environ 1400 chaînes satellites arabes. Après environ deux ans de ce rapport, le nombre aurait doublé. Parmi les chaînes satellites arabes il y a environ 95 chaînes religieuses, mais je pense que le chiffre est inexact. Les chaînes non religieuses qui diffusent des contenus religieux sont des chaînes sectaires qui provoquent la sédition dans les pays arabes à travers les satellites arabes. Tant que ces chaînes sectaires ne sont pas soumises à la censure, elles utilisent les conflits sectaires dans la région pour promouvoir le terrorisme et l'extrémisme.

Investir dans les chaînes satellites religieuses et sectaires n'est pas un investissement économique, comme certains voudraient dire, et même pas un investissement médiatique, bien sûr, il s'agit d'un investissement politique, idéologique et de renseignement par excellence. Il y a une lutte pour contrôler les esprits dans notre région entre des parties régionales spécifiques, en particulier l'Iran qui alloue des milliards à la propagande et la polarisation des chiites et à susciter la sédition dans plusieurs pays arabes. Les statistiques révèlent que les investissements dans le domaine des chaînes religieuses sectaires s'élèvent à environ 6 milliards de dollars.

Ces investissements n'ont rien à voir avec l'Occident, donc personne ne peut alléger la théorie du complot et affirmer que l'Occident a l'intention de détruire notre région à travers les guerres médiatiques de la quatrième génération. Il est illogique de prétendre que l’Occident dépense un dollar pour détruire une zone où le conflit, le sang, le meurtre et l'abattage font partie de la vie quotidienne.

Le rapport ne comprenait pas un calcul des chaînes satellites de la magie et de la sorcellerie, non pas parce qu'elles sont inconnues, mais parce que dans le monde arabe, nous aimons enterrer nos têtes dans le sable. Ce type de télévision par satellite a des résultats catastrophiques car il favorise l'ignorance et les idées de sorcellerie qui prévalent dans de nombreuses régions géographiques de la région arabe. C'est un fait qui ne doit pas être caché. La magie et la sorcellerie sont un commerce populaire dans certains de nos pays arabes. Ceux qui nient ce fait doivent vérifier les publicités télévisées dans les dizaines de chaînes satellites pour réaliser l'ampleur de la catastrophe que nous vivons. Sinon, à qui ces publicités sont-elles dirigées ?

Quand quelqu'un discute du terrorisme, il assume une charge de responsabilité ou recourt à justifier le terrorisme par l'absence de démocratie et la liberté d'opinion. En fait, le terrorisme est un phénomène complexe, et nous ne devons pas compter uniquement sur le suivi des imams dans les mosquées, mais nous devons également empêcher l'incitation sur les chaînes satellites.

Il existe un contenu dans les chaînes satellites qui ne répond pas aux intérêts de la communauté et ne correspond pas à la science et à la logique. Il existe des programmes de compétitions et des programmes qui ciblent les rêves de millions dans une région où la pauvreté est la maladie sociale la plus mortelle et la plus répandue. Est-ce que quelqu'un s'attendait à l'ampleur de la perte causée par un programme qui invite son public à envoyer un mot afin de conclure une loterie pour gagner des millions ? Existe-t-il une différence fondamentale entre ces programmes et les ruses des organisations terroristes qui manipulent les jeunes et les font exploser dans une mosquée ou une église afin d'obtenir de belles femmes au paradis ?

Je pense qu'il n'y a pas de différence dans l'impact psychologique et social. L'argument selon lequel ce type de programmes est une source d'espoir et d'optimisme est vain. Ces programmes dévastent la valeur du travail, de la diligence, de la réussite et de l'atteinte des ambitions, et la remplacent par des messages téléphoniques qui ne coûtent pas plus d'un quart de dollar.

Il est vraiment nécessaire d'éliminer la culture de la sorcellerie, de la charlatanerie et des ruses typiques des films arabes classiques. Nous voulons construire une génération arabe capable de comprendre les circonstances de leurs pays et leurs défis. Par conséquent, nous avons besoin d'une éducation avancée qui repose sur la pensée critiques et le dialogue, et non sur la charlatanerie et les illusions.



4 réactions


  • Doume65 18 mai 16:35

    Bon j’avoue ne pas avoir lu l’article. Seulement le titre.
    En effet la question posée a trouvé naturellement sa réponse dans mon esprit (moyennement rapide) en quelques dixièmes de secondes : les médias seront surveillés par ceux-là même qui les surveillent à l’heure actuelle, c’est à dire ceux qui les possèdent, bref les suppôts du grand capitalisme.


    • La mouche du coche La mouche du coche 19 mai 09:07

      La question plus importance me semble-t-il est celle-ci : comment se fait-il qu’en 2017 il y en a encore qui lisent des médias officiels et en font des articles ? C’est grave.


  • Zolko Zolko 18 mai 17:19

    "Il y a une lutte pour contrôler les esprits dans notre région entre des parties régionales spécifiques, en particulier l’Iran qui alloue des milliards à la propagande et [...] à susciter la sédition dans plusieurs pays arabes.« 
     
    et
     
     »Il est vraiment nécessaire d’éliminer la culture de la sorcellerie, de la charlatanerie et des ruses typiques des films arabes classiques. Nous voulons construire une génération arabe capable de comprendre"
     
    ouais, ben ça commencerait par ne pas tout mettre sur le dos de l’Iran. Mais qui approuve, à la modération, les textes de cet auteur qui ne fait que de la propagande anti-Iranienne ?


  • frugeky 19 mai 10:17

    Bon ok, je sais, je suis parano mais, en attendant, le site les crises n’est pas accessible ce matin (déjà hier).
    Qui surveille les medias ? La télé je ne sais pas, pas moi c’est certain. Pour la radio, France-musique ça me va (mais c’est vraiment la seule).
    Les medias de masse se surveillent entre eux et sont dans la ligne de leurs producteurs.
    Il me semble que la justice de la presse c’est Bergé et Cie, l’application de la police restera donc aux décervelés habituels maniant tonfas et autres coupures de sites pour divulgation des hémorroïdes de macron -le-tout-petit (plus petit que sarkosi de nagy bocsa).
    On est pas bien là ?


Réagir