lundi 28 décembre 2020 - par Ethan Roffe

L’OTAN a toutes les chances de regretter l’entrée de la Macédoine du Nord

L'UE agit avec prudence en retardant l'intégration de la Macédoine du Nord.

La Macédoine, comme nous le savons, n’a pas toujours été la Macédoine du Nord. L'État, né après la dissolution de la Yougoslavie, s'appelait à l'origine simplement Macédoine, c'est-à-dire comme la région grecque. Un différend a éclaté entre les pays, et a duré des décennies. Un accord a été activement recherché lorsque le désaccord est devenu un obstacle à l'adhésion de la Macédoine à l'UE et à l'OTAN. En 2018, au milieu des manifestations contre le changement de nom de la Macédoine, Skopje est parvenu à un consensus avec Athènes. Au même moment, un référendum a permis à la Macédoine de devenir la Macédoine du Nord, mais l'histoire n'a pas eu une fin heureuse. 

Tromperie 

Le changement de nom de la Macédoine s'est accompagné de protestations massives. Des milliers de citoyens sont descendus dans les rues de Skopje, considérant les actions du gouvernement comme une renonciation aux intérêts de la république. D'un autre côté, les dirigeants européens ont activement soutenu l'idée, se rappelant à chaque fois que changer le nom du pays ouvrirait la voie à l'adhésion à l'UE. Cette perspective convenait à de nombreux Macédoniens, du moins comme réconfort. Mais, comme nous pouvons le voir maintenant, l'intégration européenne de la république stagne de toutes les manières possibles. 

Le pays a été étrangement prompt à entrer dans l'OTAN, indiquant même clairement que c'était son objectif principal. L'alliance est devenue encore plus enracinée dans les Balkans, affaiblissant ainsi l'influence du Kremlin ici. Reste à savoir si cela profitera au bloc militaire, car même la propagande russe a adopté une vision étonnamment calme de l'élargissement du territoire de l'OTAN.

« Trois douzaines d'États au sein du bloc seraient sérieux pour n'importe quelle bureaucratie. La région est connue pour ses nombreux troubles. Pour la Macédoine du Nord, ils pourraient être critiques » , a déclaré Sergei Utkin, chercheur principal à l'Institut pour l'économie mondiale et les relations internationales de l'Académie russe des sciences. 

Certains peuvent voir ces propos comme une tentative de justifier la défaite de Moscou, mais ne se livrent pas à l'auto-illusion. 

Publicité

Quand l'identité est en jeu 

Comme mentionné ci-dessus, la Grèce n'est pas la seule à revendiquer la Macédoine. La Bulgarie cherche activement à ce que Skopje rejette l'expression « langue macédonienne ». Sofia crée des obstacles à l'adhésion de la république voisine à l'Union européenne. 

La Bulgarie a décidé de faire respecter ses exigences juste après le succès de la Grèce. En espérant que les élites macédoniennes feront des concessions au nom de l'intégration européenne, les Bulgares envahissent l'identité des Macédoniens. 

« Ce que le parlement bulgare a proposé était le plus difficile. Pour être honnête, j'ai relu cette déclaration deux ou trois fois, et quand je l'ai lu pour la première fois, je ne pouvais pas croire qu'au 21ème siècle quelqu'un puisse contester la langue de quelqu'un, son nom établi depuis des décennies » , a commenté le président de la Macédoine du Nord, Stevo Pendarovski, sur les poursuites. 

L'histoire mondiale a montré à plusieurs reprises que la troisième loi de Newton ne s'applique pas seulement à la physique. La pression bulgare pourrait rallier les Macédoniens autour d'un certain leader nationaliste et les manifestations engloutiraient à nouveau la république. 

Finalement, même la légitimité du changement de nom de la Macédoine pourrait être remise en question. Le référendum sur la question a échoué en raison du très faible taux de participation. Seuls 36% des citoyens se sont rendus aux urnes, qui préfèrent désormais ne pas s'en souvenir. Les gouvernements ont une façon de changer et rien ne garantit que les nouvelles autorités ne reviendront pas un jour sur cette question. Étant donné que la Grèce et la Bulgarie sont également membres de l'OTAN, deux autres lignes de division pourraient assombrir les perspectives d'une alliance déjà affaiblie. 

La question albanaise 

L'Albanie, qui combine l'adhésion à l'OTAN et des revendications sur les territoires des pays voisins, s'ajoute également aux problèmes. La communauté albanaise de Macédoine du Nord est très impressionnante et très active. Les sentiments séparatistes des Albanais macédoniens persistent depuis la déclaration d'indépendance de la république. 

Publicité

À la suite du conflit militaire de 2001, les accords d'Ohrid ont accordé aux Albanais macédoniens des droits étendus, y compris le statut de langue officielle albanaise et des quotas dans la police, le parlement et le gouvernement. Cependant, la souveraineté sera toujours plus attractive que n'importe quelle autonomie, affirment les Albanais macédoniens du nord du pays. Tirana, pour sa part, ne fait qu'alimenter le feu en suscitant des tensions avec Skopje avec son idée d'une Grande Albanie. 

Payer le prix de la myopie 

En septembre 2018, Angela Merkel s'est rendue en Macédoine pour la première fois en tant que chancelière allemande. La visite a montré que les dirigeants européens étaient prêts à accueillir la plus grande famille dans la république des Balkans. 

"La visite de Merkel est une forte incitation à un référendum réussi, un soutien à un traité avec la Grèce et une garantie d'adhésion à l'UE et à l'OTAN" , a déclaré Zoran Zaev, Premier ministre de la République de Macédoine, en tant que principal idéologue de l'accord avec la Grèce. 

"Je suis sûr que vos négociations avec la Grèce peuvent conduire à une solution qui prend en compte les intérêts légitimes des deux parties, je suis sûr que ce sera la base d'un avenir partagé au sein d'un continent européen uni" , a également déclaré le haut Chef diplomatique européen, Federica Mogherini,. 

Aujourd'hui, la rhétorique de Bruxelles a changé. La Macédoine du Nord, qui a accepté de changer de nom, est toujours loin d'être un membre de l'UE qui pourrait offrir à la république des préférences avantageuses. Dans un sens, l'UE se montre méchante avec les Macédoniens. En revanche, cette approche est justifiée. Les Balkans sont en proie à des conflits internes et c'est une idée à courte vue de les amener sur la scène européenne. L'UE a déjà suffisamment de problèmes avec des pays voyous comme la Pologne et la Hongrie.

Les dirigeants de l'OTAN sont beaucoup moins sensés. Aujourd'hui, l'alliance traverse une période difficile. Créée pour affronter l'URSS, elle a perdu son objectif à la fin du siècle dernier, mais elle continue d'exister en tant que bloc formel plutôt qu'en véritable bloc militaire. Une telle stagnation a causé de nombreux problèmes internes et il aurait été correct de les résoudre en premier. Au lieu de cela, nous assistons à une démonstration de force momentanée et vide, et les différends en Macédoine du Nord deviendront tôt ou tard un problème de l'OTAN. 



18 réactions


  • Rantanplan Arschloch 28 décembre 2020 17:43

    OTAN, suspends ton vol !


  • adeline 28 décembre 2020 17:53

    Encore des petits avec talonettes....


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 28 décembre 2020 18:32

    Tout ça, c’est le côté émergé de l’iceberg. Pour comprendre les enjeux, il faut connaitre la situation démographique de la Macédoine du Nord. Comme au Kosovo voisin, les albanophones macédoniens font beaucoup plus d’enfants que les slavophones, et ils sont en train de devenir davantage qu’une minorité.

    Le recensement de 2001 faisait apparaitre entre 25 et 30% d’Albanais. Aujourd’hui, la proportion est sans doute de 40% à 45%. Le pays artificiellement fabriqué par Tito à l’origine (diviser pour régner) est divisé en deux « communautés » et menacé d’une scission entre Nord albanophone et Sud slave, mais aussi entre mafias albanophone et slave, entre chrétiens (slaves) et musulmans (albanais).

    Le pouvoir, totalement mafieux, jongle pour éviter l’éclatement.  Les dirigeants de l’UE le savent et jouent la montre, alors que l’OTAN n’en a rien à cirer : ce qui compte, c’est uniquement de la logistique pour consolider le bouclier anti-Russie qui va monter en puissance quand Biden sera aux manettes et que ses amis mondialistes renforceront leur pacte avec la Chine contre Poutine.


    • Pere Plexe Pere Plexe 29 décembre 2020 09:41

      @Séraphin Lampion
      D’accord avec vos remarques.
      Sauf sur le rapport USA/Chine.
      Je suis prêt à parier que si le discours de Biden sera anti Russe (pour cause d’opinion publique formatée) la stratégie US sera contre son véritable adversaire : la Chine.
      Avec, j’en serai peu surpris, quelques concessions discrétes à la Russie de nature à contrarier Pékin et l’entente sino-russe.
      A suivre


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 29 décembre 2020 10:55

      @Pere Plexe

      Les relations USA/Chine, c’est « je t’aime, moi non plus » !

      Les futurs technocrates chinois sont formés à Harvard, dans la matrice néolibérale qui est le véritable catéchisme des milliardaires chinois qui utilisent comme paravent l’image léguée par Mao d’un parti communiste puissant dont il ne reste en fait que la peau momifiée.

      La « mondialisation » a été et continue à être un pacte entre deux oligarchies ploutocrates, l’une chinoise et l’autre américaine qui se sont enrichies d’une manière exponentielle ces vingt dernières années en achetant très bon marché le travail des ouvriers chinois et en revendant très chers les produits fabriqué sur le marché contrôlé par les américains à travers les accords multilatéraux de l’OMC surveillés par l’OTAN.

      La clique de Trump estimait que le coût était trop élevé parce qu’ils ne prenaient pas en compte tous les éléments et entendaient conserver les profits sans avoir à supporter les charges logistiques de « maintenance » (de l’ORDRE).

      En fin de compte, dans ce bras de fer, ce sont les mondialistes qui ont maintenant le vent en poupe, et les grimaces faites aux Chinois ne sont qu’un simulacre destiné au public américain inquiet à propos du chômage. Mais ils ne vont pas tuer la poule aux œufs d’or !


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 29 décembre 2020 16:30

      @Séraphin Lampion
      Le problème de tous ces discours c’est de dire : La macédoine, Les Etats-unis, la Chine, La France... Non, il y a les classes dominantes macédoniennes, américaines, chinoises, françaises...


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 30 décembre 2020 09:54

      @Opposition contrôlée

      Tout à fait d’accord
      Ce « raccourci » est même l’élément fondamental de la « fabrication du consentement » et du « syndrome de Stockholm » qui amènent les victimes à épouser les intérêts de leurs bourreaux.
      Toute l’histoire (et la préhistoire ?) des guerres montre même que ces victimes sont prêtes à se faire tuer, la fleur au fusil, pour les intérêts des grandes familles qui les asservissent.
      Malheureusement, cette confusion risque d’une part de durer encore un sacré bout de temps, mais d’autre part le « raccourci » en question devient un sous-entendu pour ceux, comme vous et moi, qui sont convaincus de cela.
      Le problème, c’est qu’on finit par avoir l’illusion que les autres comprennent « ce qui va sans dire » alors que ça va beaucoup mieux en le disant. Seulement voila, on est paresseux et on va au plus court, parce qu’il serait fastidieux d’écrire à chaque fois «  les classes dominantes macédoniennes, américaines, chinoises, françaises... » plutôt que la Macédoine, les USA, la Chine ou la France<.


  • waymel bernard waymel bernard 28 décembre 2020 18:33

    « des pays voyous comme la Pologne et la Hongrie » ! Illustrons cela par un seul exemple : le peuple hongrois a pu se prononcer par référendum sur l’immigration. De véritables méthodes de voyou, ce n’est pas en France, bonne élève de l’UE, que cela arriverait.


    • V_Parlier V_Parlier 28 décembre 2020 23:11

      @waymel bernard
      J’ai remarqué en effet ce trait de politiquement correct plusieurs fois chez l’auteur. Ca ne colle pas souvent d’ailleurs avec les autres principes qu’il défend. Si la Pologne est bel et bien un vrai suppôt de l’OTAN, la Hongrie quant à elle... Des réflexes marxistes probablement...


    • HELIOS HELIOS 29 décembre 2020 11:36

      @waymel bernard
      ... j’ai aussi remarqué cette phrase dans l’article, et sauf si l’on considère que la main de l’auteur a fourché, tout son discours en devient invalide...

      Il n’existe pas d’état voyou, il n’existe que des états qui se respectent eux-mêmes et qui sont libres de leurs décisions... cela s’appelle « la souveraineté » !

      D’un coté la Pologne pour laquelle nous devrions nous souvenir de l’invasion d’Hitler en 39 alors que la GB et la France lui garantissait la sécurité de leur alliance... et la Hongrie, giflée par l’Allemagne lors de l’anshluss, la laissant carrément sur le bord de la route et a la fin de la guerre accusée de collaboration et sacrifié sur l’autel du partage de Yalta.

      Ces deux pays ont gardé une certaine aversion pour l’UE, pas plus ni moins sincère que les etats d’avant la guerre (WW2) et ressemblant de plus en plus a un IV eme Reich.. La version econo-centrée leur convient tant que cela ne leurs ote pas leurs prérogatives socio-culturelles.

      N’ont-ils pas raison ? Mickey, oui, Black Live Matter politique, surement beaucoup moins.


  • Parrhesia Parrhesia 29 décembre 2020 06:35

    >>>  Une telle stagnation a causé de nombreux problèmes internes et il aurait été correct de les résoudre en premier.<<<

    Faisons court !

    L’Occident en est arrivé à un point de son évolution bricolée, ou plutôt « complotée » par le Nouvel Ordre Mondial, qu’il ne peut plus faire face à ses contradictions.

    Et ceci, qu’il s’agisse de la Macédoine, du Proche-Orient, de l’Ukraine ou de partout ailleurs, comme par exemple à Paris !!!

    Et en ce qui concerne la France « emmondialistée » qui, en voulant se mêler de tout, ne fait plus qu’exposer partout le resplendissement de sa chienlit soixante-huitarde accomplie, elle aiderait grandement à la solution des problèmes internes de l’OTAN en quittant celle-ci au plus tôt comme l’avait fait le général de Gaulle alors que Sarkozy nous y a réintégrés !!! 


    • HELIOS HELIOS 29 décembre 2020 11:41

      @Parrhesia

      = = = sa chienlit soixante-huitarde = = =

      Il faudrait que vous ayez compris ce que fût la révolte de 68, voir comment vous vivez aujourd’hui et surtout comprendre que même un con peut être objectif dans sa connerie.

      Il y a du travail chez vous.... désolé pour la vulgarité et l’amalgame, c’est juste une impression, hein ???


    • Parrhesia Parrhesia 29 décembre 2020 12:31

      @HELIOS



      Vous étiez où et vous faisiez quoi en 68, Soleil de nos nuits ???

      N’étant pas Charles de Gaulle, et donc, n’étant pas tenu au même standing dialectique que lui, je soulignerai à nouveau ici que ce que vous nommez « la révolte de 68 » ne fut que de la M...ouise en six lettres au lieu de cinq ! La France continue d’ailleurs à en payer un prix que vous passez le plus clair de votre temps à dénoncer vous-même et ici-même !

      Il reste toutefois que dans votre propos ci-dessus, la façon que dont nous vivons aujourd’hui reste en relation avec la "révolte de 68"...

      Et cela, évidemment, ce n’est pas con du tout !

      Mes compliments ! Vous êtes sur la bonne voie !!!

      Donc, une bonne et heureuse année post soixante-huitarde à vous, à Cohn-Bendit, aux verts lumineux, aux humanistes de tous poils antigaullistes et aux excellents résultats que nous leur devons tous !!!


    • Parrhesia Parrhesia 29 décembre 2020 12:34

      @Parrhesia
      « la façon dont... » Bien sûr !!!


    • HELIOS HELIOS 29 décembre 2020 13:34

      @Parrhesia

      je passais mon bac en 68, à l’oral seulement, et je me battais, a mon niveau, pour que les filles et les garçons puissent suivre les mêmes cours, dans les mêmes universités, puisse rentrer dans les mêmes (grandes) écoles,,.. ; et déjà, oui déjà, que la France ne soit pas soumise aux américains, pas plus qu’aux anglais, que De Gaulle ne soit pas obligés d’écouter Pompidou (oui, c’etait pas mon copain Pompidou)... mais aussi que les « rapatriés » d’Algerie n’aient pas de passe-droits qui pourrissaient la vie des métropolitains, en particulier en Corse etc...

      Cela fait plus de 50 ans que je choisi la souveraineté des habitants d’abord les plus proches puis les suivants etc... et j’ai appliqué tout cela dans ma vie personnelle ET professionnelle, évidement cela coute cher, mais c’est surtout dans les valeurs humaines que cela se voit

      Vous confondez les parisiens-bobo, peut-etre sur les barricades a 16 heures et chez papa et maman a Passy a 20 heures, ceux qui perpetuent les privilèges de classe et qui aujourd’hui sont « pour » l’Europe-UE alors que moi je suis pour l’Europe des nations, des solidarités ET des differences.

      L’année 1968 a été une formidable avancée que ceux qui n’ont pas vecu « avant », ne peuvent que peu imaginer. Malgré cela il a fallu plus de 10 ans ensuite pour commencer a voir les changements... dans les années 80 et pouvez vous imaginer que, dans les années 70, il n’y avait « que » 3 radios publiques en France ? On a attendu Mitterand (c’est pas lui évidement) pour que soit autorisé des « radios-libres », c’est dire privées sur la bande FM et beaucoup, beaucoup plus tard la TV

      Parrhesia, cesser d’ecouter les versions de W9 ou autres sur l’histoire réecrite de 1968, celles de ceux qui veulent revenir a ces solutions dépassées dont nous avons les exemples tous les jours avec la bande de bras cassés de Castex, Veran etc

      Alors, bien sûr et comme partout, il y a eu des cons a cette époque, certains le sont restés d’autres ont « pensé » et réagi, malheuresement il y en a qui le sont devenus apres (vous connaissez bien Cohn Bendit, moi je l’ai connu professionnellement) etc...

      Vous oubliez un peu facilement ce que le mot « responsabilité » veut dire. Le monde d’aujourd’hui ne connait plus ce mot et le remplace par « j’assume » mais n’assume rien du tout.
      S’il y a un defaut a 1968 c’est le fait d’avoir fait des enfants et oublié de leur apprendre ce que ce mot veut dire. On voit bien où nous en sommes et il existe encore ceux qui jouent avec cette erreur et n’ont ni l’envie, ni l’interet de l’enseigner de nouveau, comme notre ministre Blanquer...

      ... ça suffit, c’est trop long déjà... l’ingratitude se voit partout, parce que le respect disparait aussi... même si les mots pour vacciner les vieux sont là, mais sans le sens qui va avec !


    • HELIOS HELIOS 29 décembre 2020 15:22

      @HELIOS
      ... et De Gaulle, j’allais oublier... ce ne fut pas, tout au long de sa vie et de ses actions, la panacée...

      Si on ne peut contester sa chance et sa technique pour nous sortir de la seconde guerre, on ne peut en dire autant de sa periode de règne sur la France.

      Cependant, son boulot a eu des effets, de vrais effets sur la dignité du pays et de ses habitants.
      Dignité, encore un mot galvaudé et que peu savent traduire dans leurs actes, acceptant trop facilement cette soumission dont on parle beaucoup sans pour autant relever la tête.

      Luis aussi etait tétu mais avec une difference majeure par rapport aux roitelets pour 5 ans que nous avons : il choisissait l’interet de la France sur le court ET le long terme, il s’appropriait l’avenir et faisait partager un destin commun, il construisait  peut etre pas dans les détails  mais il construisait l’histoire de notre pays, notre histoire chose que même pas Chirac, le dernier des présidents qui en avait la dimension n’a su faire.

      Je n’ai pas de pitié pour tous ceux-la, même dans leur « valeurs humaines » des fausses valeurs enveloppées dans un joli papier de fête pour des droits de l’homme valables pour tous... sauf les français.

      Moi, je pense et je contine de penser que pour aider les autres, il faut sois même etre fort. S’abaisser au niveaux des faibles pour les aider n’est pas la solution et les hommes et femmes qui ont pris les commandes du pays entre 1968 et les années 80 n’ont pas déméritè, ils ont reconstruit le pays et l’on mis sur la bonne voie.... et que s’est il passé ensuite.... le spectacle est libre et ouvert, voyez vous même maintenant... nous auront des coupures electrique cet hivers, nous avons été incapable d’avoir des masques et la defiance des français envers leurs autorités, votre défiance, n’a plus de mesure, même les vaccins vous ne les voulez pas, tant la parole des autorités est dévaluée !

      chao


    • HELIOS HELIOS 29 décembre 2020 15:24

      @HELIOS

      désolé pour les erreurs typographiques, le mini clavier n’aide pas...


Réagir