mardi 28 novembre 2006 - par Carlo Revelli

Du journalisme citoyen traditionnel au journalisme d’investigation « open-source »

Avec pratiquement 7000 rédacteurs inscrits et environ 1 000 000 de lecteurs tous les mois, AgoraVox continue sa progression. Mensuellement, nous publions plus de six cents articles, et les médias traditionnels reconnaissent la qualité de certains d'entre eux. Cela dit, vous l'aurez remarqué, nous ne sommes pas de vrais journalistes, et nous ne sommes pas organisés comme une équipe de rédaction, avec des correspondants et des journalistes d'investigation. Certains articles sont d'une richesse remarquable. Mais d'une manière générale, on ne trouve pas beaucoup d'éléments inédits et factuels ni d'enquêtes approfondies sur AgoraVox, contrairement à ce que nous envisagions dans notre politique éditoriale rédigée au moment du lancement.

Sur AgoraVox, on commente beaucoup l'actualité, avec des éclairages souvent originaux, mais on observe plus rarement un véritable travail d'enquête (même si parfois certains rédacteurs essayent de s'en rapprocher). Il n'y a pas suffisamment d'articles qui apportent des news inédites et de véritables investigations.

Pour cette raison, nous avons décidé de lancer sur AgoraVox une plate-forme de wiki pour mener des enquêtes collectives en faisant collaborer plusieurs rédacteurs entre eux.

Il semble clair qu'il manquait jusqu'à présent un outil facilitant le travail collaboratif sur AgoraVox, c'est-à-dire un outil qui permette un travail en commun générant une réalisation commune. Les wikis auront pour fonction la mise en place d'un cadre qui facilitera la concentration des ressources pour faire de l'investigation sur des sujets précis. La plate-forme est opérationnelle, elle est prête à être lancée.

Le but est donc de mener des "investigations collectives". J'ai déjà eu des sollicitations informelles pour des enquêtes sur l'industrie du tabac, sur certaines questions environnementales, sur les financements occultes, sur la vie locale dans certaines municipalités, sur la couverture sociale, le 11 septembre... Mais rien n'est vraiment arrêté, et je suis ouvert à tout sujet d'investigation ; c'est ici le bon endroit pour faire des propositions.

Afin d'éviter les dérives potentielles (désinformation, diffamation ou autres), je cherche pour chaque thématique un véritable expert qui coordonnera et validera les informations que les autres rédacteurs soumettront sur le wiki collectif. Denis Robert, malgré ses récents soucis, a manifesté son intérêt pour coordonner les informations inédites que l'on pourrait éventuellement remonter sur Clearstream, en collaboration avec un journaliste travaillant sur le dossier. Eric Laurent a également fait part d'un intérêt de principe pour une thématique à définir. Pour les autres sujets que nous allons suivre, il faudra donc qu'il y ait un ou plusieurs coordinateurs qui connaissent le dossier de manière approfondie.

Il faut voir ce wiki un peu comme une grande base de données thématique qui rassemblerait les informations et qui pourrait être utilisée par la suite pour publier des articles, des livres ou d'autres enquêtes. Le mode de fonctionnement est très proche de celui de la Wikipedia, mais en plus simple.

Pour ceux qui ne le savent pas, le wiki n'est rien d'autre qu'un site Web qui permet à plusieurs personnes de collaborer ensemble, par exemple pour écrire un article collectif ou pour participer à une enquête. Le wiki le plus célèbre et réussi est, sans aucun doute, l'encyclopédie libre Wikipedia que l'on ne présente plus. D'ailleurs, je vous conseille leur propre définition du terme "wiki" qui est beaucoup plus complète que la mienne.

Sur la Wikipedia, les différentes entrées suivent parfois l'actualité de très près, et fournissent des dossiers de synthèse très intéressants, mais sa fonction principale reste sa vocation encyclopédique. De notre côté, nous essaierons plutôt de mener des enquêtes approfondies sur des sujets d'actualité ayant pour but de faire remonter des éléments inédits. Il peut être tout de même utile de comprendre comment fonctionne la Wikipedia. Prenons l'exemple de Clearstream. Le dossier de synthèse est accessible ici. Pour voir les personnes qui ont contribué à ce dossier et, surtout, pour voir son historique et comparer les différentes versions rédigées au fil des mois, on clique sur le volet "historique". Par ailleurs, pour voir les différentes discussions qui ont eu lieu entre rédacteurs avant d'aboutir à la dernière version, on va dans le volet "discussion" (avec son propre historique). Enfin, pour collaborer au dossier, il suffit de cliquer sur le volet "modifier".

Autant le dire tout de suite, écrire dans un wiki n'est pas aussi convivial et sympathique que dans votre traitement de texte... Il y un minimum de syntaxe à suivre pour faire du gras, de l'italique, des titres ou des liens... Pour cette raison, dans le wiki d'AgoraVox, nous avons introduit un éditeur relativement convivial (wysiwyg).

A ce stade, seuls les rédacteurs d'AgoraVox peuvent se connecter au wiki d'AgoraVox avec leur identifiant et password habituels. La plate-forme est déjà opérationnelle, avec un premier dossier qui n'est pas un dossier d'investigation mais qui peut être enrichi par un travail collaboratif (quelques bugs sont possibles ; merci de les signaler).

Plusieurs rédacteurs et lecteurs nous ont en effet sollicité pour que nous présentions une charte du journalisme citoyen. Des idées ont été échangées au sein du forum des rédacteurs, et une première version a vu le jour sous forme de document word.

Mais il nous a semblé beaucoup plus intéressant de faire vivre cette charte par le biais d'un wiki collaboratif, où chacun pourra apporter sa pierre à l'édifice. Nous pensons même qu'au-delà d'une charte, c'est d'un guide du journalisme citoyen dont nous avons tous besoin, et que nous pourrions constituer ensemble.

Celui-ci pourrait rassembler toutes les ressources utiles pour cette nouvelle forme de journalisme : des conseils pour la rédaction, en passant par les sites qui analysent le phénomène, ou encore les vidéos qui parlent du sujet, les valeurs éthiques à respecter, la bonne méthode pour chercher, etc. Chacun de nous a certainement des informations, des conseils sur le sujet, ce wiki est le lieu de construction d'un savoir-faire enrichi par tous.

Voilà comment ça marche pour se connecter (la procédure sera toujours la même pour les futurs dossiers d'investigation) :

- Allez sur http://wiki.agoravox.fr

- Tout d'abord il faut s'identifier avec vos identifiants AgoraVox. En haut à droite, cliquez sur "# Créer un compte ou se connecter" en mettant vos identifiants. C'est fini.

- A ce stade vous avez différentes solutions pour chacune des pages wiki que vous souhaitez modifier, comparer ou commenter :

a) Vous pouvez en effet éditer l'article pour le corriger, supprimer ou ajouter quelque chose. Il suffit de cliquer sur le petit volet "modifier".

b) Pour discuter des modifications importantes qu'on apporte ou qu'on souhaite apporter à l'article, cliquer sur "discussion" et ensuite sur "modifier".

c) Pour ceux qui souhaitent comparer l'évolution historique des changements (« qui a fait quoi »), il suffit de cliquer sur le volet "historique". Ce qui est bien avec l'historique (mis à part savoir qui a fait quoi), c'est qu'on peut revenir en arrière en cas d'erreur ou si on efface quelque chose. Donc pas de craintes. On ne risque rien (en principe...), s'il n'y a pas d'abus.

En résumé, notre but est de faire cohabiter la forme traditionnelle de journalisme citoyen que nous avons développée jusqu'ici (que certains appellent journalisme distribué) avec une nouvelle forme de journalisme d'investigation « open-source » ou participatif. Vincent Giolito reprend sur son blog une description intéressante faite par la Online Journalism Review :

- Le "journalisme distribué" invite les lecteurs à rédiger des sujets et à les soumettre à la rédaction. C'est ce que font Readers-Edition et Ohmynews.

- Le "Journalisme Open source", ou journalisme participatif, consiste à dire par avance à ses lecteurs sur quels sujets on enquête, pour les engager à témoigner, à donner des infos vécues, ou seulement des pistes.

Reste à trouver la manière de motiver l'expert ou le journaliste qui va coordonner l'enquête dans cette nouvelle forme de journalisme d'investigation. Dans certains cas, les informations remontées peuvent suffire à motiver le coordinateur qui pourra ensuite les réutiliser pour des ouvrages, articles ou autres publications. Dans d'autres cas, il faudra envisager peut-être que les lecteurs d'AgoraVox puissent participer de manière optionnelle au financement de certaines enquêtes comme Philippe Gammaire nous l'avait expliqué cet été. Il faudra voir si nos lecteurs sont disposés à financer certaines investigations avec des systèmes de paiement facultatifs comme Paypal.

Enfin, pour ceux qui ont loupé l'information, AgoraVox est partenaire du 1er Salon du livre d'investigation qui aura lieu samedi prochain, 2 décembre, au salon de la Bourse à Paris, de 11 heures à 17 heures. L'entrée étant gratuite et puisque nous serons sur place, n'hésitez pas à faire un tour, nous devrions avoir un petit stand ; on pourra discuter ensemble. Pour plus d'informations sur le salon, voir cet article d'AgoraVox et surtout le blog du salon d'investigation. Un débat sur le thème "Investigation, état des lieux, à la télévision, dans la presse écrite, à la radio et sur Internet", débutera vers 14h30.

J'espère pouvoir convaincre à participer au projet de wiki tant certains membres du prestigieux jury (Sophie Coignard du Point, Jean-François Julliard du Canard Enchaîné, Emilie Raffoul de Lundi investigation sur Canal +, John Paul Le Pers...), que certains auteurs qui sont en compétition :

 

Philippe Moreau, directeur éditorial des éditions Danger Public et co-organisateur du salon, va mettre à profit sa double casquette de journaliste et de contributeur de wiki pour nous aider à organiser tout ça. Mais nous avons besoin également de votre collaboration car la tâche est loin d'être simple et sans risques...

Quels noms vous inspirent au-delà même de cette liste ? Sur quels sujets aimeriez-vous qu'on lance des investigations collectives ? Qui souhaite s'impliquer dans la gestion de ce wiki ? Qui est prêt à nous aider ? Que pensez-vous de ce projet ?

Pour les Parisiens qui sont encore plus pressés pour en discuter de visu, je serai également ce mercredi soir à la République des blogs où j'ai déjà cru voir quelques rédacteurs d'AgoraVox parmi les inscrits en mode wiki...



112 réactions


  • JC BENARD (---.---.92.11) 28 novembre 2006 10:43

    Bonne et grande idée que celle de faire du travail coopératif. Une toute petite réserve toutefois : AGORAVOX ne se destine pas à court terme à être exclusivement occupé par des journalistes professionnels ?


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 28 novembre 2006 10:52

      Non, il n’y a pas ce risque. D’une part, nous allons continuer à faire ce que nous faisons actuellement (du journalisme citoyen « distribué » pour reprendre la terminologie utilisée dans l’article). D’autre part, même pour la partie de journalisme d’investigation « open-source », n’importe quel rédacteur pourra y participer. C’est juste au niveau des coordinateurs de chaque dossier qu’il faudra être rigoureux en faisant intervenir des vrais pro de la thématique choisie. Et c’est à ce niveau que pourront intervenir des journalistes d’investigation mais pas uniquement. L’important c’est le niveau d’expertise atteint dans le domaine d’investigation. Un chef d’entreprise ou un simple passionné peuvent très bien faire l’affaire dans certains cas. Bref, tout dépend de la thématique et des enjeux.


    • JC BENARD (---.---.92.11) 28 novembre 2006 11:14

      OK Carlo,

      Il ne faudrait néanmoins pas que les écoles de journalisme vampirisent AGORA comme un exercice ou la création d’un CV


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2006 11:24

      Salut Carlo, Les choses vont vite du côté des publications « carlotivante ». Un peu moins des autres côtés (mais, je ne vais pas lancer une polémique, sic). A peine lancée à la modération, je réponds par mail et voilà nous y sommes déjà en place. Mes questions et remarques ont été envoyées en 1ère couche. je n’y reviendrai donc pas. A+


    • T.B. T.B. 29 novembre 2006 05:54

      « Avec pratiquement 7000 rédacteurs inscrits et environ 1 000 000 de lecteurs tous les mois, AgoraVox continue sa progression. »

      Ya rien qui vous chocolat ?

      7000 rédacteurs ok mais ... 1 million de lecteurs / mois = en moyenne plus de 30 000 lecteurs jours !!!

      Or, je remarque qu’il est exceptionnel qu’un article dépasse les 300 votes par jour, soit 1 centième du chiffre annoncé.

      On va dire 3 000, supputant généreusement qu’un lecteur « moyen » ne lit que peu d’articles et que certains se contentent de lire sans voter. (en même temps, certains ont plusieurs adresses IP et peuvent donc voter plusieurs fois...) Cela ne ferait toujours que le 10ème du chiffre annoncé par C. Revelli. Ce dernier peut-il nous éclairer en nous indiquant comment il procède et tant qu’à faire : quelle est la durée moyenne de lecture pour les agoravoxienx assidus, et de passage, car moi pas comprendre ?

      ( Je me place ici car, vu qu’il y a déjà 89 interventions, on me verra mieux et je m’autorise cette prérogative parce que je suis le seul, et le déplore, à parler « chiffres » ou à avoir remarqué cette « anomalie comptable » parmi tous ces brillants commentateurs.)


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 29 novembre 2006 12:13

      Pourtant c’est bien ça. C’est un peu plus détaillé dans mon précédent article dans lequel j’explique que 2/3 de ce chiffre est composé par ceux qui nous lisent en direct sur le site et le 1/3 restant par ceux qui nous lisent via RSS mais surtout via Yahoo Actu qui est le premier site de news en France (et qui reproduit certaines de nos news). Cela dit, ces derniers jours on est à environ 30.000 visites que sur le site. Donc, je pense qu’on progresse encore.

      Dans un de mes articles ou commentaires j’ai aussi bien dit que ceux qui votent l’article sont une très petite minorité comprise entre 1% et 10%. Le vote de l’article n’exprime en effet qu’une tendance très qualitative.


    • T.B. T.B. 29 novembre 2006 14:45

      « Une affirmation agit avec plus de force qu’un argument, du moins sur la majorité des gens » SCHOPENHAUER.

      Merci Prêtresse et son commentaire plus bas.


    • T.B. T.B. 29 novembre 2006 15:13

      Je remercie aussi SCHOPENHAUER.

      Et plutôt que de me mettre -30 vous feriez mieux d’argumenter au lieu de vous planquer. C. Revelli affirme. Il n’argumente pas, solidement et ça a l’air de vous ravir. Bravo l’esprit critique et la sûreté du jugement.


    • T.B. T.B. 29 novembre 2006 15:26

      Avant d’investiguer, vous feriez mieux d’investiguer sur ce que nous raconte C. Revelli.

      Tant que je ne me fais pas jeter ou interdire d’accès sur AV (je ne vois pas pourquoi d’ailleurs) je continuerai à envoyer mes coups de piques et coups de coeur de citoyen (trop longtemps bâillonné). Même devant 10 pélerins.

      Voilà c’est tout. J’espère n’avoir pas trop abusé de la possibilté que j’ai de pouvoir m’exprimer.


    • Frédéric Mahé Frédéric Mahé 30 novembre 2006 11:47

      Au passage, il faut rappeler qu’il n’est pas obligatoire de voter pour (ou contre) un article, pas plus que pour un commentaire. On doit largement être en dessous de 1%. Peut-être que le nombre d’impacts sur la page serait un indicateur plus fiable ?


  • Stef (---.---.106.203) 28 novembre 2006 10:52

    Agoravox, ne serait’il pas en train de devenir un outil de propagande ???

    Article « marketing », commentaires notés, censurés, supprimés.... !!! Mais qui tient les manettes ?


    • Xie Jie (---.---.16.242) 28 novembre 2006 13:47

      je ne trouve pas ce commentaire si hors sujet que ça.

      cela ne tient pas certes de la simple responsabilité d’agoravox, mais c’est une question que l’on se doit de se poser.


    • Stef (---.---.106.203) 28 novembre 2006 14:27

      Merci, pour votre soutien !!! La preuve par 3.... belle exemple de démocratie sélective !!!!


    • etienne (---.---.119.14) 28 novembre 2006 14:59

      le commentaire est clairement hors sujet par rapport à l’article et donc pas constructif. Pour cette raison, j’ai voté contre. Par ailleurs, la question (qui est pas inintéressante en soi) a été maintes fois débattue dans d’autres articles dédiés à la question.


  • Yann Riché Yann Riché 28 novembre 2006 11:26

    Forcément pour avoir de l’info fraiche il faut du temps et / ou du contact et une organisation pour recevoir les communiqués de presse qui peuvent nous amener à publier un article ou à mener une enquête.

    C’est à mon avis la limite du « journaliste » citoyen qui peut travailler sur documents (internet est pratique à cet égard) mais qui ne peut pas mener d’interview en série en allant sur le terrain à moins que l’évènement couvert soit à proximité de chez lui et qu’il puisse se libérer à la bonne heure...

    La mise au point d’enquête est interessante, il me semble sutout que l’on doit pouvoir préparer par exemple des dossiers avec la rédaction de 5 articles sur un thème donné et validé au préalable, mais le financement en pay pal ne me semble pas la solution idéale (la tribune.fr vient de sortir un site d’information qui est gratuit - les echos font payer les articles au non abonnés).

    Enfin je vois poindre des conflits d’intérêts évidents sur certains sujets entre les interets politiques et professionnels des uns et des autres conflits qui seraient limités par le travail collaboratif peut être mais pas sûr (c’est une objection qui doit être levée d’une manière ou d’une autre).


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2006 12:47

      Bonjour Yann,

      Je ne sais si tu accèdes aux messages forums des rédacteurs. J’en reprends un léger « vent ». Si tu lis ce que j’ai écrit avec « Moderato Cantabile » (http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=15213), nous y sommes en plein dans le contexte. Tu pourras y entrevoir une « certaine vision » de ce que je crois que nous avons à faire en tant que citoyen. J’ai remercié Carlo, pas pour me donner des « gallons » car il pouvait déjà avoir la même idée derrière la tête. Je ne hais pas l’actualité. Je nage aussi dans ses eaux. Mais, ce n’est pas ma tasse de thé d’entrer en concurrence avec les journalistes. Je veux creuser la technique par une approche avec plus de recul. Recul qui n’est d’ailleurs jamais fini car l’histoire ne s’arrête jamais. Sur mon site, 80% des articles sont creusés bien avant d’être publiés. Cette une voie parmi d’autres. A+


  • Sam (---.---.97.173) 28 novembre 2006 11:40

    L’investigation citoyenne, sur le Net ou sur le papier, c’est l’honneur de la presse, c’est la forge où se révèlent les qualités de courage, d’honnêteté et de professionnalisme du journaliste. Nous lecteurs le constatons aisément dans les rares travaux d’investigations, comme ceux de D.Robert.

    Rares, en effet. Celà montre bien,la délisquescence de la « grande » presse aujourd’hui, malgré que ses icones (Plenel, Joffrin, Colombani et autres) occupent la scène, pontifiant, doctoraux et arrogants, à la mesure de leur soumission à l’argent-roi, à l’omerta sur les tas de fumiers des puissants.

    Pour être et rester citoyenne, il faudrait que cette tentative d’investigatin collective soit d’emblée autonome.

    - détachée de l’influence de toute entreprise financière, quelle qu’elle soit.

    - exercée par une majorité de d’apprentis journalistes, citoyens journalistes. Avec une minorité de « professionnels », dont l’entrée devrait être sélectionnée par les membres du pool d’investigation, selon des critères tels que la valeur informative, l’intégrité et les compétences. Non pas sur la notoriété.

    - une limité devrait être fixée au nombre de professionnels, ainsi qu’au nombre de titres de presse représentés.

    - Pour être indépendant, le groupe investigation devrait se constituer en SCOOP ou Association 1901.

    Cette inititative peut être une chance de faire renaître une presse véritable, une presse libre et courageuse qui ne soit pas une machine à cash, comme le Figaro ou Le Monde

    Une presse debout, qui ne soit pas soumise aux diktats des financiers, qui puisse faire pendant électronique aux courageux titres de la presse papier, comme Le Plan B, CQFD, Politis, La Vache Folle, et tous les autres qui vivent pour le journalisme et non pas pour l’argent.

    Il pourrait même créer des synergies qui, n’en doutons pas, serait une des manières les plus efficaces de combattre un système corrompu, dont la presse, patrons et « vedettes » journalistiques, sont les vitrines ainsi que les promoteurs, aujourd’hui.


    • Yann Riché Yann Riché 28 novembre 2006 11:50

      Ce qui fait vivre la presse c’est son lectorat... par l’achat ou par le nombre (pour les pubs)

      Quel interêt d’écrire pour ne pas être lu ?

      Donc chaque « presse » a son secteur d’activité et une lectorat qu’il comporte 100 lecteurs ou 1 million.

      L’investigation répond aussi à un lectorat particulier mais coute plus cher et se vend moins !


    • ZEN zen 28 novembre 2006 12:14

      Tout à fait d’accord avec Sam. Merci à Carlo pour cette initiative, mais faisons le point régulièrement et soyons vigilant...


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2006 13:50

      @Yann et Sam, Quand j’ai commencé à écrire mes « petites bafouilles », je me suis dit qu’il fallait rester humble et que l’argent était « enfants non admis ». Ce sont des préceptes qui ne sont pas à la portée de tous, j’en conviens. Je veux rester libre, l’argent corrompt tout. J’ai eu les accords de certains dessinateurs humoristiques de magazines ou journaux. Je dessine comme un pied. Ce n’est pas mon truc. Les dessinateurs m’ont dit qu’ils étaient payés pour l’avoir dessiné et qu’ils laissaient faire si je ne mettais pas la main à la poche. Cela a été et reste ma philosophie. A+


    • Sam (---.---.97.173) 28 novembre 2006 16:10

      Yann Riché

      Tu as tout à fait raison et je crois d’ailleurs qu’AV ne devrait pas favoriser l’investigation. C’est bien trop cher et si jamais on investigue sur EuroRSCG, y vont sucrer la pub.

      Ca vaut pas le coup. Pas rentable, t’as raison. Faut laisser tomber cette idée.

      Un peu de réalisme.


  • Philippe Moreau (---.---.180.194) 28 novembre 2006 11:49

    Pour avoir l’expérience de contribuer sur Wikipédia : oui, il y a toujours des conflits d’intérêt, mais le caractère collectif tend à les annuler, ce qui n’est absolument pas possible dans un média classique.

    Ce système suppose de la part des rédacteurs un certain self control et surtout pas mal de modestie, pour tolérer que de parfaits inconnus modifient leurs écrits ou les taclent (en effaçant ce qu’ils ont écrit, par exemple, si ils jugent que c’est publicitaire ou de parti pris ou infondé, l’historique étant toujours conservé).

    Aller sur le terrain, certains contributeurs le font (comme Denis Robert). Cela ne veut pas dire leurs papiers sont meilleurs et il est impossible d’avoir ce type de hiérarchie sur Agoravox de toute façon, puisque les articles sont gratuits, d’une part, et reposent sur la popularité, d’autre part. Il n’y a pas de raison que les rédacteurs « professionnels » prennent le pas sur les autres. D’ailleurs, il y a déjà de nombreux journalistes qui écrivent sur Agoravox (et tant mieux !).

    Paypal repose sur le don. On ne paye pas pour accéder à l’article, mais pour encourager l’initiative, d’une manière générale et si on en a envie.

    Quant au partenariat avec le Salon du livre d’investigation - que j’organise avec quelques amis journalistes -... il faut souligner que le Salon est à l’initiative d’une Association, dans une optique non commerciale, et pour promouvoir le journalisme d’enquête. L’entrée est gratuite. Agoravox a accepté d’en devenir partenaire et nous en sommes très heureux.


    • Yann Riché Yann Riché 28 novembre 2006 11:51

      Merci de vos compléments d’info


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 28 novembre 2006 13:58

      Salut Philippe,

      « pour tolérer que de parfaits inconnus modifient leurs écrits ou les taclent (en effaçant ce qu’ils ont écrit, par exemple, si ils jugent que c’est publicitaire ou de parti pris ou infondé, l’historique étant toujours conservé). »

      Je pense que ceux qui éventuellement apporteront rectifications et modifications à un article, sont en fait des inscrits au Wiki, et donc se ne sont pas des parfaits inconnus !

      @+ P@py


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 28 novembre 2006 14:00

      Carlo re,

      ( en passant, ...jute un amical troll , Carlo,... pas taper,pas taper, ... pas sur la tête)

      Pendant que je « te tiens », j’ai remarqué que sur la page d’accueil d’Agoravox, qu’il n’a plus de lien qui indique la page de Sportvox !

      Je reconnais que ma remarque est intéressée, car P@py vient de faire un article sur le 52 éme rallye du var,.... et comme je sais que cette page sera lue par un grand nombre de lecteurs.

      @+ P@py


  • Tristan Valmour 28 novembre 2006 12:10

    Ah Saint Carlo !

    J’écrirai une chanson qui louera votre nom jusque dans l’intimité des lointaines galaxies. Votre « coup de boule » à la Materazzi assommera les fossoyeurs de la démocratie. Mazette , vous êtes une Mazeratti ! J’imagine déjà votre sang italien rosir la chair lorsqu’une nuée de geishas vous initiera au rite ancestral du thé, ce secret dont elles vous confieront la clef. Et le doux breuvage exhalera un indéfinissable parfum que l’onction des rois ne saurait égaler, lorsque le vent divin de la vérité répondra enfin au vent mauvais des menteries sans cesse renouvelées. smiley

    Sinon, pour répondre à votre commentaire sur le fil de D. Robert, je suis effectivement médium, et c’est 1000 euros la consultation, TVA compris. smiley Je fournis même la note de frais !

    Plus sérieusement, voici quelques idées :

    1. Permettre à chaque internaute de fournir des informations au moyen d’un formulaire qui reprendrait la règle des 5 W, et pourquoi pas, le diagramme d’Ishikawa ou la méthode SPRI / SOSRA. Avec possibilité d’uploader des documents.

    2. Après rédaction des enquêtes, confier la relecture à un professeur de français spécialisé dans l’analyse de l’énonciation afin de produire le texte le plus informatif possible, et ne pas tomber dans les travers que nos passions nous conduisent tous (l’emploi des autres fonctions du langage).


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 28 novembre 2006 14:16

      Merci Tristan, j’attends volontiers l’initiation de la nuée de geisha... smiley Surtout en ce jour de fête, où nous avons un super mérité ballon d’or de foot qui vient d’être proclamé... smiley Pour ceux qui ont envie de me tuer, allez réjoindre sur SportVox notre ami Chem Assayag qui ne semble point partager mon point de vue (vous retrouverez aussi l’article de Papy) : http://www.sportvox.fr/article.php3?id_article=11172

      Pour revenir au sujet de l’article, je suis assez d’accord pour qu’au final on puisse produire le texte le plus informatif possible. Et ça passera en effet par des rélectures et des corrections. C’est un des buts du wiki.


    • Prêtresse Prêtresse 29 novembre 2006 00:14

      Le public confond facilement celui qui pêche en eau trouble avec celui qui puise en eau profonde.

      « Une affirmation agit avec plus de force qu’un argument, du moins sur la majorité des gens » SCHOPENHAUER.

      .


    • Frédéric Mahé Frédéric Mahé 30 novembre 2006 11:54

      à Tristan

      Faire relire les textes par un prof de français... OK pour la syntaxe et l’horrrthographe, mais les seuls qui sont formés à fabriquer les textes « les plus informatifs » sont...les journalistes !

      OK pour ta proposition, mais faire relire par un journaliste, plutôt qu’un professeur.

      Et on retombe sur le problème évoqué ci-dessus : Agoravox ne va-t-il pas devenir une plate-forme de journalisme « comme les autres » ?


  • Gelone 28 novembre 2006 12:58

    « Mais d’une manière générale, on ne trouve pas beaucoup d’éléments inédits et factuels ni d’enquêtes approfondies sur AgoraVox, contrairement à ce que nous envisagions dans notre politique éditoriale rédigée au moment du lancement. »

    C’est peut-être qu’il est illusoire de prétendre faire exécuter un véritable travail qui, comme tous les travaux, exige une compétence et du temps.

    Je me vois mal consacrer gratuitement trois journées entières à la prise d’informations, avec ce que cela implique de recherche et de vérifications, puis à la rédaction d’un article, pour une très hypothétique satisfaction d’amour-propre.

    Désolé...


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2006 14:00

      @gelone, Vous avez malheureusement raison. Le temps c’est de l’argent. Et des deux, on n’en a pas des masses. C’est un peu ma constatation quand je voyais la majorité des Agoravoxistes qui, en suivant l’éditorial de la place, voulait « par obligation » se greffer à l’actualité. Nous ne serons JAMAIS des journalistes. La formation n’y est pas et, en plus, nous n’en avons pas les sous, ni les entrées en forme de carte pour faire des enquêtes chez des gens qui n’en ont rien à cirer de notre « petit » ego. Nous sommes condamner à innover, à nous remettre en question par la « subjectivité dans un monde d’objectivisme » (sous titre de mon site). A+


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 28 novembre 2006 14:21

      C’est pour cette raison que je pense que pour les investigations vraiment poussées il faut trouver un moyen pour motiver les équipes. D’où mon exemple de Paypal et la référence à l’article de Philippe Gammaire.


  • partiblanc (---.---.239.2) 28 novembre 2006 13:11

    Excellente idée, ( ça fume chez agoravox ... :smiley ) L’ancien juge halphen faisait partie d’une asso qui s’apelle anticor (http://anticor.wordpress.com/ ) qu’il serait bon de contacter pour certains sujets...

    Avec Fabien Neveu de Démocratie Active (http://www.democratieactive.org/) nous avions l’habitude d’aller à la chasse aux experts pour les First tuesday citoyens ( http://www.firsttuesdaycitoyen.org/ ). Notre compétence pourra peut-être mise à contribution.. Pourtant Carlo, il y a une particularité qu’Agoravox ne résout pas : Le statut de journaliste citoyen n’éxiste pas et n’a donc aucun droit comme celui par exemple d’avoir accés à des sources judiciaires. Comment fairont les journaliste d’agoravox pour bénéficier des mêmes « accomodements » ... ? et donc avec toute les limites que cela suppose ?


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 28 novembre 2006 14:26

      Anticor semble une initiative intéressante en effet. Si vous avez des contacts...

      Quand à l’accès aux sources, cela ne me préoccupe pas plus que ça. Notre force étant d’agir en réseau et dans un réseau il y a toujours quelqu’un qui connaît quelqu’un qui... smiley


  • Daniel RIOT Daniel RIOT 28 novembre 2006 13:28

    Excellente idée, avec tous les risques que cela comporte. Comme mes amis Denis Robert et Eric Laurent, je suis prêt à y collaborer, en fonction des opportunités... Si vous jugez que mon expérience de journaliste et mes engagements citoyens peuvent être utiles.


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 28 novembre 2006 14:32

      Les risques sont loin d’être négligeables en effet, notamment en terme de désinformation, destabilisation ou propagation de rumeurs... D’où le fait d’avoir (surtout pour les dossiers « délicats ») un coordinateur « expert » et des équipes constituées par des rédacteurs identifiés. La partie « discussion » du wiki pourra éventuellement faire remonter des informations anonymes mais qui devront être validées (je pense d’ailleurs qu’il faut changer le volet « discussion » de chaque article du wiki en un véritable forum avec ses arborescences).

      Cela dit, je suis très heureux de votre collaboration (comme celle de davideo plus bas). N’hésitez pas à me contacter pour discuter sur quelles thématiques essayer d’enquêter.


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2006 18:19

      @Carlo et daniel,

      La preuve que la désinformation et l’envie de sensationnalisme existe même où on a l’envie de croire qu’elle est impossible. Après avoir acheté et lu le livre « La face cachée du pétrole » d’Eric Laurent, je l’ai passé à un ami qui m’a fait remarqué qu’il y avait quelque chose qui sonnait faux, volontairement ou non, mais certainement pour appuyer l’idée maitresse.

      L’arrière du livre qui en fait l’annonce dit ceci en rouge (dernières lignes de l’annonce), je cite : « Désormais, pour 6 barils consommés chaque jour, un seul est extrait... » C’est faux et en plus c’est corrigé à l’intérieur du livre. Si c’était le cas, il y a longtemps que nous serions à sec. C’est exponentiel. La correction : « ... pour 6 barils consommés pour un baril découvert... (page 216)... ».

      Ce qui ne veut pas dire la même chose. Voilà quelqu’un qui a l’oeil. Je l’ai remercié pour sa perspicacité. A+


    • martin kellenborn (---.---.68.176) 28 novembre 2006 20:24

      D’abord bravo au créateur de ce site ! c’est une bouffée d’air frais ds ce monde où l’expression a pris un coup de rance....mettre en évidence l’intox alors même que des journalistes décérébrés redégueulent sans la moindre nausée un tissu d’âneries c’est un défi excitant...mais vous avez raison faut faire gaffe !!! la pieuvre a de longs bras et pas besoin d’être parano pour cela


    • T.B. T.B. 29 novembre 2006 15:05

      Non, pitié pas Riot. Si c’est pour retrouver le journalisme compassé et convenu des fRance3Régions je préfère encore Dugué et son imitation d’Attali le véreux tordu qui, je vous le fais remarquer, est toujours en liberté.

      Sinon Daniel est « prêt à y collaborer ». C’est pas moi qui l’ai dit !

      Alors censure ou pas censure ? Cela ne sera pas, pour moi, la première fois sur le très libre Agoravox. Et censuré pour moins que ça, notamment dans un article de Dugué. Bon voilà, dernière recommandation : n’oubliez pas d’engraisser le jabot d’un gentil fermier foiegrassier du sud-ouest à l’approche des féééééééééêtes (défaites ?), ça lui fera plaisir, ils adorent ça. Aucun rapport avec la choucroute.


  • David Orbach davideo 28 novembre 2006 13:30

    Bonjour à tous,

    Je trouve l’idée du wiki collaboratif excellente. On va pouvoir compiler les savoirs de chacun pour créer un texte plus riche que celui que chacun de nous pris isolément aurait jamais pu produire. La Bible avant d’être figée, a fonctionné comme cela. AgoraVox doit devenir le TROISIEME TESTAMENT smiley

    Je me propose pour coordonner la rubrique CULTURE.

    cordialement


  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 28 novembre 2006 13:33

    Salut Carlo,

    Perso, je serais partisan que l’anonymat ne soit plus de mise pour tout rédacteur à ce Wiki,... car je pense que chacun doit assumer ouvertement ses écrits !

    Ensuite ce projet est séduisant,mais je pense qu’il ne sera pas facile pour le mener à bien, ( je sais que tu es très conscient de ça ) d’ailleurs ce matin en répondant à ta réponse que tu a placé sur l’article de Denis ( Robert ) sur sa mise en examen, j’ai écrits ces lignes : « Le combat ne va pas être facile, va falloir serer les coudes, nous connaîtrons beaucoup de déboires, coups tordus, trahisons, pressions, retournements de vestes, .. et déféquages dans l’frocs dans les frocs ! »

    Connaissant la nature humaine, soyons vigilants sur d’éventuelles dérives, car il sera parfois difficile de faire le distinguo entre la vengeance et le règlement de compte !

    Debout les hommes ! ( t’in c’est court et ça me plait bien )

    Bon à part ça je vais m’inscrire sur ce wiki,... modeste retraité, serais-je utile l’avenir le dira !

    @+ P@py


    • (---.---.20.74) 28 novembre 2006 14:02

      Papy, je t’aime bien mais tu nous gonfles avec ton histoire d’anonymat.

      Regarde sur AVox : Les pires trolls ont toujours un pseudo.

      cordialement smiley


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2006 14:27

      Bonjour Papy, Je te suis (ou peut-être te précède, car ce ne date pas d’hier cette idée, lis plus haut) complètement. L’abolition de l’anonymat est un pré-réquisite. Les rédacteurs en premier ne joue pas dans ces eaux-là et les autres auront à se plier à cette règle que j’aime. Pas facile de mettre son premier doigt dans cet engrenage. Oui, oui. Il faudra y réfléchir à deux fois aux processus de mise en place. Ce sera dans la charte, l’acceptation de vouloir rester « positifs » et pas « casseurs ». Toujours cette idée de préparation d’une ajoute perso à un endroit qui ne prendra sa place qu’après un contrôle de quelqu’un d’impartial (l’oiseau rare). La technique Wikipedia dans toute sa splendeur. ce ne serait pas mal de s’instruire de leur expérience avant tout lancement. Il n’y a pas tellement de différences entre leurs données à faire paraître et les nôtres. A+


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 28 novembre 2006 14:42

      Bonjour Papy,

      L’anonymat est une question pas simple du tout. Dans certains cas l’anonymat est indispensable. Par ailleurs, comme le commentaire anonyme le fait remarquer, pas mal de trolls ont un compte rédacteurs... J’ai pas d’idée super arrêtée à ce stade. Mais comme je le précise un peu plus haut dans un commentaire, je pense qu’il faudrait avoir 3 niveaux de collaboration :

      - le ou les coordinateurs du dossier qui ont une expertise reconnue dans le domaine

      - l’équipe de rédacteurs d’AV qui souhaitent s’impliquer et qui ont donc accès au wiki et aux documents en cours de rédaction

      - les informateurs (anonymes ou pas) qui peuvent apporter des informations (dans la partie discussion / forum) qui dans tous les cas devront être validées


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 28 novembre 2006 15:02

      Carlo re,

      Une personne qui sous l’anonymat informe des faits délictueux, pour moi, ce n’est pas un journaliste, et encore moins un journaliste citoyen, c’est un citoyen tout court, et je reconnais que cela est utile à la société.

      Voir la définition du journaliste.( Carlo, ce n’est pas pour toi )

      http://fr.wiktionary.org/wiki/journaliste

      De toute façon ton article n’a pas fini de faire réagir, il tombe bien car j’avais l’impression que notre pays depuis pas mal de temps était en complète léthargie !

      @+ P@py


    • (---.---.11.235) 28 novembre 2006 15:19

      « Une personne qui sous l’anonymat informe des faits délictueux, pour moi, ce n’est pas un journaliste, et encore moins un journaliste citoyen, c’est un citoyen tout court, et je reconnais que cela est utile à la société. »

      Ne serait-ce pas plutôt ce que l’on appelle « délation » ?

      Suivant le principe du parallélisme des formes, la mise en cause d’une personne identifiée doit être le fait d’un accusateur identifié.


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2006 18:42

      @Carlo, N’oublie pas l« oiseau rare » que j’ai cité plus haut. C’est une position très importante et bien au dessus de la mêlée. Cette fonction qui sera un ou plusieurs administrateurs chef d’orchestre, qui décidera de prendre le texte fourni en considération. Dur, dur de jouer Wiki...  smiley


    • martin kellenborn (---.---.68.176) 28 novembre 2006 20:28

      Ben non Papy ... déja tu délires parfois mais là il y a des gens qui risquent leur peau....La démocratie est toute relative dans ce pays... si là où je travaille les puissantes canailles de ce monde savaient qui je suis je ne vaudrais pas très cher


    • Marsupilami Marsupilami 28 novembre 2006 20:33

      @ Kellenborn

      La démocratie est toute relative... Surtout avec des mecs comme toi qui en usent et en abusent. Tu es repéré, mec.


  • www.jean-brice.fr (---.---.147.151) 28 novembre 2006 13:52

    C’était une fenêtre de LIBERTE : le restera-t-elle ? Seul l’avenir nous le dira... Pour le moment, j’espère que ses organisateurs ne brideront pas trop ses rédacteurs et également ses commentateurs ?


  • Sylvio (---.---.253.38) 28 novembre 2006 14:01

    Félicitation Carlo pour cette initiative !

    J’ai essayé également de mettre en place un wiki sur reopen911.info pour la rédaction de dossiers synthétiques et des conduites d’enquêtes de manières collaboratives mais le succès n’est pas trop au rendez-vous : le wiki est encore assez compliqué à prendre en main pour une bonne partie des internautes (mise en forme, création de pages, principes de fonctionnement). Remarque, je ne l’ai pas mis beaucoup en avant et n’ai pas énormément pousser nos membres à s’en servir. J’espère que cet outil aura un meilleur succès sur Agoravox (et je le pense car je ne m’investit que toi à promouvoir cet outils n’en ayant pas le temps) ! Je propose donc de trouver au sein de notre collectif de trouver des personnes qui pourraient participer aux investigations sur le 11 septembre sur ce wiki (et éventuellement d’abandonner donc l’investigation sur notre wiki qui serait redondant).

    Enfin le journalisme d’investigation va revivre, et ce sur ce fantastique outil démocratique et populaire qu’est Internet.


  • Marc (---.---.134.241) 28 novembre 2006 14:08

    Carlo,

    Merci pour cette excellente initiative.

    A mon avis, la possibilité de faire un don (par exemple par Paypal) est une condition essentielle à la réussite du projet car les journalistes d’investigation ont eux aussi besoin de manger (et parfois accessoirement de se défendre devant les tribunaux : cf. Denis Robert). Sans un tel financement indépendant (le don n’est pas assorti de conditions), le projet risque de tourner à la simple promotion pour des livres d’investigation déjà publiés ou sur le point de l’être.

    Marc


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 28 novembre 2006 14:52

      Assez d’accord. Reste à voir si les lecteurs sont disposés à faire des dons pour lancer des investigations un peu comme on avait dit cet été dans cet article http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=12083


    • minijack minijack 29 décembre 2006 05:44

      A mon avis, les lecteurs peuvent effectivement faire des dons, là n’est pas la question. Mais on retrouvera la même problématique qu’avec la Licence Globale, voire plus difficile encore : comment en faire la « répartition juste » en fonction des efforts de chacun de ces rédacteurs enquêteurs ?

      Car si l’on peut facilement « évaluer » l’intérêt d’une oeuvre artistique plébiscitée par le public, oeuvre considérée dans ce cas comme une « marchandise », il est beaucoup plus subtil de déterminer la « valeur intrinsèque » d’un article à la seule aune du nombre de lecteurs ou des appréciations portées par eux, lesquelles ne préjugent en rien de la véracité des faits rapportés. Or, nous parlons ici de « journalisme », pas de création littéraire.

      En tant que romancier, je connais la différence entre des faits que j’aurais envie de rapporter comme scientifiquement vrais, plausibles, ou à tout le moins vraisemblables, et ceux que je suis contraint de présenter comme de simples « hypothèses romanesques » parce que je n’ai pas les moyens de vérifications nécessaires à étayer mon hypothèse.

      C’est là, au niveau de la subjectivité de ces enquêteurs amateurs que va se poser la plus grande difficulté. Pour la crédibilité de ce futur Agoravox, je pense qu’il est difficile d’évoluer plus avant sans recourir à de vrais « pros », sinon pour former les enquêteurs sur le terrain, du moins pour contrôler leurs assertions avant publication.

      Du coup, Agoravox deviendrait un « Vrai Journal » avec des milliers d’indics. Est-ce bien l’objectif ?

      Le mieux est souvent l’ennemi du bien. Pour l’instant, on sait faire la nuance entre une déclaration de foi de tel ou tel rédacteur emporté par son élan, et l’authenticité des faits rapportés dans son article. Mais si on cherche une plus grande fiabilité derrière cette collaboration gratuite, on risque de buter sur des problèmes autrement plus ardus. L’exceptionnel succès d’Agoravox est déjà un surprenant résultat. A mon sens, il faut tempérer un peu et laisser le temps aux rédacteurs d’intégrer l’idée d’un journalisme plus minutieux, et donc plus professionnel de leur part, impliquant souvent une spécialisation et beaucoup plus de temps à y consacrer.

      Et par ailleurs, je ne suis pas certain que ce soit ce qu’attendent les visiteurs.

      Agoravox représente pour moi un contre-pouvoir devenu indispensable et qu’il fallait inventer face au caractère monolithique des médias classiques. Bravo, c’est fait. Mais ne tombons pas dans le travers de faire nous-mêmes ce que font déjà les professionnels. La force d’Agoravox réside précisément dans ce non-professionnalisme transversal, réagissant à l’information professionnelle verticale (top-down comme dirait De Rosnay) et la rééquilibrant en rectifiant sa perception. Là comme ailleurs, le développement de cette forme d’expression populaire va obliger à court terme le monde professionnel, figé ou timoré face à ses groupes d’actionnaires, à se réformer pour servir des infos plus pertinentes et de meilleure qualité.

      Il m’apparaît donc que le rôle societal d’Agoravox est en vue et que la limite de ce mode d’information convivial est atteinte.

       smiley


  • Céline Ertalif (---.---.9.238) 28 novembre 2006 14:23

    Bonjour,

    Mon sentiment dominant à la lecture de cet article rejoint ce que dit l’Enfoiré. Le plus d’Agoravox, c’est le recul qu’apporte bon nombre d’articles sur (et par rapport à) l’actualité.

    Je n’ai rien contre le wiki, au contraire, mais cela me paraît plutôt correspondre à une logique de production professionnelle qu’à du journalisme citoyen. J’entends bien qu’il n’y a pas forcément de contradiction, mais l’articulation va sans doute être délicate.

    D’ailleurs notre p@py Spagnolo est assez pertinent sur la question de l’anonymat. Autant le journalisme citoyen a besoin d’anonymat pour que des experts, et un certain nombre de collaborateurs inconnus d’experts connus, s’expriment en toute liberté, autant le journalisme d’investigation très professionnel a besoin de vérification, de fiabilité et d’identification de l’émetteur.


  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 28 novembre 2006 14:40

    Je pense que je me suis mal exprimé !

    L’anonymat est utile pour faire connaître des faits de magouilles et autres malversations à un rédacteur qui lui est clairement identifié, mais je suis contre la publication d’une enquête sous le couvert de l’anonymat.

    @+ P@py


    • Céline Ertalif (---.---.9.238) 28 novembre 2006 14:51

      Non, non. Il n’y a pas de contradiction, l’anonymat est souvent utile pour exprimer librement un point de vue bien informé, et décrire des mécanismes et des enjeux qui ne peuvent pas l’être autrement. Dans une fonction de pouvoir, il y a souvent beaucoup de choses qu’on ne peut pas dire parce que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Et les collaborateurs sont également astreints, et très facilement repérables. Et ça va très au-delà de la dénonciation de malversations.


    • (---.---.37.70) 28 novembre 2006 14:54

      L’anonima ne doit pas être tolérer pour les journalistes, qui sont responsables de ce qu’ils écrivent. Mais part ailleur, on peut parfaitement laisser entendre, et tout le monde d’un peu fin lit parfaitement entre les lignes de nos journaleux actuel. (Enfin, il faut parfois être informé de quelques secret, mais bon...)


    • parkway (---.---.18.161) 28 novembre 2006 16:27

      cher anonIme,

      en plus de l’anonYmat il n’est pas nécessaire non plus de ne pas chercher à écrire français...


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2006 18:34

      @Celine, Pas d’accord. Les vérités sont toujours bonnes à dire, un peu plus difficile à entendre. Je n’aime pas les « Gorges profondes » qui se cachent sous l’anonymat pour déverser un maximum de contre vérités pour faire mousser un max. C’est du courage, fuyons, quand il s’agit de montrer la carte de visite. je crois qu’un citoyen a droit d’être informé pas des gens compétents qui font un max d’effort pour passer la bonne info. Ceux-là ont des cartes de visite plein les poches. smiley


    • Céline Ertalif (---.---.9.238) 28 novembre 2006 20:04

      @ L’enfoiré. Finalement, j’espère que tu vas me répondre pour me dire si nous sommes d’accord ou pas...

      Parce que, oui, je veux bien reconnaître que « toute vérité est bonne à dire », mais il y a des conditions nécessaires pour que certaines vérités puissent se dire. Nous sommes tous influencés par nos propres expériences. Personnellement, j’ai fait de la formation d’élus, avec une étiquette collée à gauche dans tel département, à droite dans tel autre (ce ne serait pas un problème si cela ne me fermait pas automatiquement les portes à droite là et à gauche ici !), j’ai été directrice de cabinet d’un maire qui n’était pas de ma couleur politique personnelle, etc... pour dire la vérité ici, il faut qu’aucun de mes propos ne puissent être exploités contre les élus avec lesquels je travaille ! Et crois-moi, je vis dans un petit monde où on ne se fait pas de cadeau. Pour le fun, j’ai même été quasiment menacée de délation pour un commentaire sur un article du Hérisson de la semaine dernière, je cite : « la ville où elle travaille devrait être contrôlée de près, un audit urgent me semble nécessaire » - certes la menace est un peu folklorique et gratuite, mais enfin je ne contrôle pas la sottise des adversaires de mon patron ni la presse locale toujours à l’affût de la moindre polémique idiote. Ce n’est pas idéal, je le regrette parfois beaucoup, mais je confirme que, à mon modeste niveau, je suis contrainte dans ma liberté d’expression affichée, et qu’un certain nombre de gens bien informés ne peuvent pas s’exprimer librement. Agoravox a ouvert un lieu d’expression très intéressant pour ces gens-là : il est heureusement souvent plus important de lire ce qui est écrit que de savoir qui l’écrit.

      Sans rapport avec l’anecdote ci-dessus. Je suis tout à fait en phase avec ce que dit le Hérisson ci-dessous.


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2006 20:32

      Chère Céline, J’ai mis un émoticon rouge, pas pour toi, n’aie crainte. C’est pour le principe qui te parait obligatoire. Je dois dire que je suis déçu. Je croyais la France, plus démocratiquement ouverte que cela. Si une position intellectuelle intervient dans le choix d’un candidat dans une profession, alors, nous nous éloignons diablement des « Droits de l’homme » qui ont fait votre grandeur dans le monde. J’en suis vraiment peiné. Au bureau, on me connaissait, je n’ai jamais mis de gros gants pour exprimer mes pensées et ma façon de voir. On a des cheveux dans les dents pour parler, cela devient difficile de prendre le chemin d’Agoravox. Mes excuses si j’ai pu te froisser. smiley


    • Céline Ertalif Céline Ertalif 28 novembre 2006 22:41

      Non, l’Enfoiré, rassure-toi, pas de malaise. J’ai pensé qu’il était utile d’expliquer simplement la situation qui existe dans certains milieux, politiques notamment (mais ce n’est pas forcément une exclusivité) parce que ce n’est pas une généralité justement, et tant mieux, d’ailleurs ! Et donc, si ça ne se devine pas, cela doit être expliqué.

      Mais que cela nous ramène donc un instant sur ce que j’ai voulu dire dans mon propos initial en soulignant la différence entre le journalisme citoyen et l’investigation journalistique : celle-ci doit évidemment être sourcée pour lutter contre les manipulations et cela conduit obligatoirement l’investigation dans le journalisme professionnel. Je le dis en pensant singulièrement à Denis Robert et à son dernier article où il montre qu’un journaliste devenu trop expert... n’aurait plus le droit de parler sans être inquiété. Voilà, il faut avoir de l’émotion pour les hommes (ou les femmes) qui le méritent par leur engagement, pas pour la grandeur de la France.


    • Gasty Gasty 29 novembre 2006 09:43

      Agoravox est ouvert à tous y compris au chinois de chine qui s’exprime dans un français approximatif.

      Le texte est clair, les fautes sont pas bien grave et la pensée circule.


    • Gasty Gasty 29 novembre 2006 09:44

      C’était pour « parkway »


  • Internaute (---.---.138.197) 28 novembre 2006 14:47

    Cela me paraît une bonne idée mais je reste dubitatif sur le résultat car AgoraVox a quand-même une différence fondamentale avec Wikipédia. Ce dernier ne coûte rien, ou pas grand chose, à celui qui publie un article. Ce sont bien souvent des personnes qui connaissent leur sujet à priori, et ne font que le mettre sur papier dans leurs temps libre.

    Le journalisme d’investigation demande du temps, du travail, et il faut bien manger pendant ce temps là. La participation spontanée des lecteurs est une aide mais n’empêchera pas le professionel (même s’il n’a pas sa carte de journaliste) de fournir un vrai travail. Il me semble que la motivation, si elle n’est pas financière, restera de pouvoir publier quelque-chose qui a été refusé par le bloc des médias classiques. C’est intéressant certe, mais limite le champ d’action à ce qui est vraiment polémique, exemple l’Affaire Clearstream.

    Meilleurs voeux de réussite.


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 28 novembre 2006 15:10

      La wikipedia coûte néanmoins beaucoup d’argent en frais de fonctionnement. Et s’ils s’en sortent c’est uniquement grâce aux dons des lecteurs (ils arrivent à obtenir plusieurs centaines de milliers de dollars par trimestre). Donc, je pense que pour certaines enquêtes longues et coûteuses, il serait en effet souhaitable de faire appel aux dons des lecteurs, surtout pour les experts qui doivent les coordonner. Cela dit, dans d’autres cas, certains trouveront leur compte même sans rémunération à partir du moment où les informations trouvées pourront être utilisées par la suite pour publier des articles, des livres ou d’autres enquêtes.


  • paslyon (---.---.40.2) 28 novembre 2006 15:30

    Carlo, peux tu nous dire quelle est aujourd’hui la politique d’agoravox, au vu de son succès. Allez vous vers la voie wikipédia (avec un fonctionnement dépendant des dons) ou vers un modèle économique propre (publicité...) En bref, quelle est votre démarche pour l’avenir du site (et de ses contributeurs). Merci


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 28 novembre 2006 16:08

      Le but est déjà d’atteindre l’équilibre car à ce jour AgoraVox est financé sur les fonds de notre société. Je le précise surtout pour faire bien comprendre que sans une société derrière il aurait été très difficile, voire impossible d’aller si loin en si peu de temps.

      J’espère pouvoir commencer à couvrir en 2007 les frais de fonctionnement grâce aux revenus publicitaires. Maintenant, la question du financement des enquêtes est un autre problème. Trois solutions envisageables :

      - La pub si elle arrive à couvrir vite les frais de fonctionnement

      - les dons à la Wikipedia si les lecteurs sont généreux comme les anglo-saxons smiley

      - les sponsors mais là il faut y aller de manière prudente quand je vois que le sponsor de deux initiatives « citoyennes » comparables (Newassignement et Global Voices) est Reuteurs


    • Marsupilami Marsupilami 28 novembre 2006 17:09

      @ Carlo Revelli

      Je te dis bravo et te souhaite bien du courage. J’espère pour toi que tu sauras aussi bien gérer cette immense et bordélique complexité, que tu as su créer cet admirable média citoyen, vu qu’enquêter sur des sujets pas pipole est presque toujours le fait d’individus solitaires, marginaux, hors-normes, hors-coteries et en même temps suffisemment bien informés par des réseaux collectifs de ce qui se passe réellement (dans la faible mesure du possible).

      Total respect pour ce que tu fais. Tu es un grand démocrate pragmatique. Chapeau.


    • Céline Ertalif Céline Ertalif 28 novembre 2006 23:42

      Malgré tout, le fric c’est toujours un problème sérieux. Le gros avantage d’Agoravox, c’est que l’essentiel du travail n’est pas payé : pas de droits d’auteur ! Avec un wiki, c’est encore plus impossible de payer...

      Je me suis parfois demandée si Internet ne pourrait pas permettre à des journalistes bien organisés d’écraser par leur notoriété personnelle la notoriété des titres de presse. Le cas de Jean-Pierre Cloutier pourrait être le plus emblématique : personnellement, je vois Cloutier, ça me suffit pour avoir envie d’aller y voir un peu ! Le système actuel de présentation d’Agoravox ne le favorise pas : une vraie info prête rarement à commentaire, et à prendre position pour ou contre non plus.

      Pour l’instant, le Canard Enchaîné est une sorte de pré-wiki tant il est nourri par l’agence informelle de la profession des journalistes. Mais bon, personne n’a encore osé une sorte de Fotolia des articles de presse et je me demande un peu pourquoi.

      Autre réflexion : un média d’intérêt public ne devrait-il pas être financé par de l’argent public ? Même s’il a été amorcé par une entreprise privée... Je n’aime guère la pollution publicitaire : je préfererais a priori une fondation avec des comptes transparents ouverte à des contributions publiques et privées.


  • Adama Adama 28 novembre 2006 15:30

    Les français sont de très médiocres donateurs, c’est une culture plutôt anglo-saxonne, mais l’idée est bonne en elle-même ,bravo pour les initiatives.


  • (---.---.121.130) 28 novembre 2006 16:27

    Les Gérard de la Bourse, ou le meilleur du pire

    La France et les Français en particulier aiment à recevoir des récompenses, prix et autres distinctions honorifiques. Mais ils ne goûtent guère les palmarès à caractère satirique, du type prix citron ou cornichon saluant des réalisations pour le moins approximatives. C’est donc avec une certaine appréhension que le petit monde du paysage audiovisuel français attend la cérémonie des « Gérard de la télévision » (par opposition aux César et par référence aux nombreux Gérard de la profession), qui va récompenser le 29 novembre, la veille des « 7 d’or », les pires programmes de 2006 dans un certain nombre de catégories. Par exemple, le bide de l’année, le plus mauvais téléfilm, la série poussant au suicide, la plus mauvaise nouvelle émission, le chroniqueur aux capacités intellectuelles contrariées, la chroniqueuse tête à claques, etc. On en passe et des meilleures.


    • parkway (---.---.18.161) 28 novembre 2006 16:51

      Ca pourraît être intéressant, mais si c’est bien fait !

      estce qu’on va fustiger les journaleux comme ppda, pernaut et pujadas, les 3 P...s des médias télévisés ?

      ca pourraît alors devenir une émission « information »...


    • joë (---.---.121.130) 28 novembre 2006 17:20

      « Il ne reste qu’à éteindre la télé et allumer le cerveau. »


  • Stravos (---.---.132.162) 28 novembre 2006 16:35

    Excellente initiative. Moi, si je n’ai rien écrit comme article, c’est tout simplement que j’estime n’avoir rien d’inédit - au plan factuel s’entend - à dire... Celà changera-t-il avec le nouveau système ? Je l’espère... Le gros problème pour un particulier étant l’accés à des sources et des faits inédits, puis d’être en mesure de recouper ces infos afin de les vérifier. Si vous gagnez votre pari, quelque chose aura vraiment changé dans le monde des médias...


  • arturh (---.---.119.98) 28 novembre 2006 16:50

    Agoravox reste plus un média d’opinion que d’information. Je viens plutôt y chercher une typologie et topologie des opinions sur des infos que je trouve ailleurs.

    Mais le succès et indéniable. On voit de plus en plus des articles d’Agoravox figurer dans Google Actualités France. Et il y a deux ou trois jours, pour la première fois, j’ai vu un article d’Agoravox en tête dans la liste générale des articles les plus lus.


    • (---.---.162.15) 28 novembre 2006 18:08

      Tiens, un document Word... C’est vieux jeux, pourquoi pas un document Open Office ?...

      Am.


    • (---.---.162.15) 28 novembre 2006 18:12

      Zut mon commentaire est mal placé... Du coup, j’en ajoute une couche : du Word pour traiter de « l’Open Source », c’est désolant...

      Messieurs dames les rédacteurs d’Agoravox, c’est bien joli de se gausser d’open source, encore faudrait-il le pratiquer !

      Am.


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 28 novembre 2006 18:48

      Am bien vu pour Word... smiley Je ne suis pas un Ayatollah de l’open source. Tout AgoraVox est en open-source comme tu peux voir en bas de chaque page : AGORAVOX UTILISE LES TECHNOLOGIES DU LOGICIEL LIBRE : SPIP, APACHE, LINUX, PHP, MYSQL, DEW PLAYER

      Au niveau serveur, il y a donc pas photo. Maintenant au niveau client, tout n’est pas aussi facile. Utiliser Linux en poste client quand tu es en entreprise avec plein de logiciels qui tournent que sous Windows, c’est loin d’être gagné. OpenOffice je l’ai testé à fond il y a 4-5 ans je pense et à l’époque c’était vraiment instable et peu compatible. Je sais qu’il s’est beaucoup amélioré mais j’avoue que je suis resté sous MS Office pour la bureautique de base (merci de ne pas me lancer de fatwa...). Ca ne m’empêche pas d’apprécier beaucoup le logiciel libre et d’utiliser que Firefox par exemple.


  • Le Hérisson (---.---.46.229) 28 novembre 2006 17:36

    Il y a des situations professionnelles où l’anonymat est indispensable. Si je n’étais pas anonyme, je n’aurais pas pu écrire un certain nombre d’articles qui ont eu pourtant pas mal de succès, notamment à propos de S. Royal. Bien qu’étant anonyme, certains de ses partisans se sont amusés à vouloir rechercher qui j’étais (car j’annonce cependant dans ma fiche que je suis journaliste à Poitiers).


  • Demian West (---.---.243.190) 28 novembre 2006 18:06

    Enquête de visions citoyennes.

    L’enquête d’investigation citoyenne paraît un idéal en aussi haut-siège qu’il serait bas, si l’on considère d’abord ses sources géographiques et sociales. Aujourd’hui, les promoteurs, de cet idéal, voudraient mettre en oeuvre un appareil qui saurait enfin scruter toutes les zones assombries ou couvertes de la société. A cette fin, ils devraient coopter des intervenants qui seraient infiltrés dans toutes les trames du tissu social. Aussi, pourrions-nous craindre, en bon et fidèle lecteur de Orwell, que ces caméras citoyennes voudraient s’espacer jusque dans le secret des familles, par le fait. Car si les vérités cachées devaient toutes être révélées, il est bien des intimités qui devraient être mises au jour, et d’une façon forcément impropre à l’idéal même de ce désir de vérité que ce projet impose comme sa légitimité.

    Nous voulons dire que : si un tel appareil d’investigation était mis en oeuvre, et par des structures non-contrôlées par l’Etat — qui puisse seul garantir une citoyenneté qui serait inscrite dans les livres et les formules de lois constitutionnelles — ce serait un nouvel appareil qui doublerait celui de l’Etat, à cette échelle qui n’est plus journalistique mais sociale, et que cet appareil pourrait être préempté au profit de quelques-uns et pour des buts inavouables pour le coup. C’est donc bien un nouveau pouvoir qui tenterait, aujourd’hui, de se mettre en réseau virtuel puis réel.

    C’est aussi le moment de se souvenir, que le monde s’en est ainsi déjeuné et constitué : qu’il reste toujours un lieu où la lumière n’y pénètre jamais, et c’est justement le bureau central du premier cercle, dans tous les appareils conçus selon ce type scrutateur. On nous sortirait donc et à nouveau, le vieux rêve révolutionnaire des Panoptiques, dans lesquels chaque citoyen était visible depuis le bureau du directeur (les Salines d’Arc-et-Senan de Ledoux). Et que ce rêve s’acheva dans l’architecture carcérale, où chaque prisonnier était asservi à la vision et au contrôle du directeur. Vers toutes prospectives orwelliennes...

    Nous n’en sommes manifestement pas là : car Monsieur Revelli a ouvert son article d’annonce, de cette force d’enquête « citoyenne », par une reconnaissance implicite de l’échec de la méthode citoyenne que AgoraVox devait épandre massivement dans toutes les strates de la société ouverte. En effet le fondateur reconnaît, qu’on n’y vit dans ce journal, nul scoop qui sut faire trembler quelque bâtiment du journalisme classique ; nulle révolution vraiment rougie comme un coulée de lave plus blanc les rues de la GrossStadt qui est le pire lieu de perdition depuis le romantisme anglo-saxon qui exagère tout. Rien de tout ceci ! en revanche, nous y avons lu des articles et des effets d’annonces qui renoncent, épuisés dans leur formule vieillie, à tenir un public impatient, dans le monde internet qui fait encore des bulles qui s’éclatent orgiaquement en brûlant nos yeux irrités de leur savon irisé qui pique.

    Et tout comme c’est notre office d’artiste provocateur, nous osons tout de même piquer quelques yeux ou demander au passage : Pour laquelle raison, une méthode qui n’aurait pas su prendre dans un mouvement social, pour laquelle raison cette méthode prendrait-elle plus tard ? même si on lui greffait prothétiquement des journalistes professionnels en mal de rédemption de leur vocation désenchantée.

    Quand tous les intervenants citoyens — nous parlons de ceux qui ne rêvent pas tout simplement de messianisme invraisemblable — devraient-ils enfin reconnaître qu’on ne saurait faire un spécialiste, juste en connectant un citoyen à son ordinateur qui serait branché jour et nuit sur AgoraVox joint à Wikipédia. Non-plus qu’on saurait faire un écrivain en électronisant l’oralité d’un citoyen qui aurait bu quelque lexique du journalisme citoyen.

    C’est là que serait, peut-être, cet écueil, malheureusement éternel, de ce projet qui a débuté dans un élan utopique et qu’il tente de recommencer tout le processus de la foi : c’est-à-dire qu’il tente de nous faire accroire en une espérance utopique, comme il convient à toutes idéologies. Car, c’est en quelque sorte un retour de l’idéologie que nous observons là, nous dirions presque comme une religion qui cherche une neuve religion ou une nouvelle raison de croire à nouveau, comme par exemple en ce credo-ci : Que l’internet nous sauverait tous !

    Demian West


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2006 21:00

      @Demian, Tout d’abord, je t’ai ajouté +1 dans les notes commentaires. Tu remontes dans les sondages. Ton interpellation est intéressante, car elle fait réfléchir sur une dérive possible. Pour dévier du positif, non, ce n’est pas mettre l’autre manière de faire dans les écuries d’Augias, c’est une autre optique, un autre travail et de plus longue haleine. Il en faudra de l’haleine pour ne jamais arriver au bout de la tâche telle que je l’entrevois. Il n’y a pas plus de danger dans cette nouvelle « méthode » d’accès à l’info. Je dirais même moins. Elle sera contrôlée en permanence dans sa vérité par chacun qui apportera sa pierre à l’édifice. Il faudra quelqu’un d’intègre au sommet, c’est sûr. C’est la seule pierre angulaire. Le grand forum est ouvert. Fouettez cocher mais regardez où vous mettez les pattes des « chevaux »....A+


    • minijack minijack 29 décembre 2006 06:11

      Je n’étais pas encore descendu aussi bas dans les commentaires et n’avais pas encore lu celui de Demian. Mais je vois que nous avons en gros le même avis.


  • (---.---.13.224) 28 novembre 2006 18:41

    @ Demian West : allez prend tes cachets, une soupe et au lit. Sinon le monsieur en blanc va venir te chercher... smiley


  • La Taverne des Poètes 28 novembre 2006 19:08

    Bonsoir Carlo,

    J’essaie de vous résumer :
    - Deux constats (1 -Pas assez d’articles apportant des news inédites et de véritables investigations, 2 - Manque d’outil collaboratif sur AgoraVox) vous ont conduit à créer ce projet qui conjugue deux réponses à ces problèmes.
    - Objectif : Faire cohabiter le « journalisme distribué » et le « Journalisme Open source ».
    - Moyen : motiver l’expert ou le journaliste qui va coordonner l’enquête.

    L’idée me semble intéressante dans la mesure où, comme vous dites, ce sera une grande base de données thématique qui pourra notamment être utilisée pour rédiger des articles.

    Mais me voilà cantonné dans le « journalisme distribué » smiley, vu que je ne me sens pas faire de l’investigation (pas d’affinité personnelle pour l’enquête). S’il-vous-plaît, déjà ne pouvez-vous trouver un autre label que « journalisme distribué » ? C’est le poète qui vous le demande.

    Bon, admettons qu’Agoravox devienne bipolaire, on verra que dans la catégorie « journalisme /-) distribué, naîtront toujours des vocations de rédacteurs qui auront l’art d’accommoder les »restes de l’actualité" -comme dit le PPDA des Guignols- pour, à l’aide d’une bonne sauce, confectionner des plats appétissants. Cette concurence de genres peut créer de l’émulation. Le style, à mon avis, sera plutôt du côté du journalisme smiley distribué. Nous, les journalistes distribués, nous allons leur mettre la pâtée à vos enquêteurs : Qui tient le pari ? smiley

    Le moyen que vous indiquez (voir point 3 de mon résumé) ne signifie-t-il pas d’un côté les distribués (bénévoles) et de l’autre les « enquêteurs » ? Seuls ces derniers étant rémunérés (« Trouver la manière de motiver l’expert », dites-vous.) Cela voudrait-il dire qu’il faut tirer un trait sur le reversement des bénéfices publicitaires aux bonnes oeuvres comme que vous pensiez le faire ? Pourquoi pas si c’est pour compenser les frais des enquêteurs mais si c’est une rémunération biaisée...(oh ! la vilaine pensée) Enfin il faudra que ce soit clair pour tous pour éviter les critiques.


    • La Taverne des Poètes 28 novembre 2006 19:20

      Demian West pose une vraie question : Ne voit-on pas là une césure s’opérer entre le citoyen et le journaliste (ou celui qui a des propensions à faire le journaliste) ? Un citoyen a-t-il vocation à enquêter ? Mais c’est un peu l’ambiguité contenue d’emblée dans l’expression « media citoyen », un rapprochement de deux termes peu compatibles. Bref, il y a là un problème philosophique et non des moindres, à débattre me semble-t-il.

      Seconde réflexion philosophique : Le techniquement faisable est-il le citoyennement souhaitable ?


    • La Taverne des Poètes 28 novembre 2006 19:24

      En revanche, je suis prêt à aider à la confection d’une base de données commune et solide dans les domaines que je maîtrise, qui n’impliquent pas de travail d’investigation.

      Le savoir doit être partagé par tous !


    • La Taverne des Poètes 28 novembre 2006 19:48

      Autre questionnement :

      C’est un retour aux sources dans les deux sens du terme ici : retour à la politique éditoriale initiale, recherches de sources solides et création d’un wiki-source.

      Cela ne procède-t-il pas d’un désir de « blinder » les sources pour ne pas se faire reprocher de publier des informations insuffisamment vérifiées ? Si oui, la seule réponse est-elle dans le mode investigatoire ou ne peut-on envisager d’autres solutions comme par exemple l’exigence à pour tout rédacteur d’indiquer au comité de lecture toutes les sources qui l’ont servi ?

      Je vais peut-être paraître naïf, mais je trouve que l’investigation est bien menée par les journaux comme Le Monde, le Canard enchaîné et d’autres. Pourquoi ce désir d’enquête avec tous les risques que cela comporte y compris sur le plan juridique ? Ce n’est qu’une question de ma part et je ne connais pas bien le monde journalistique...


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 novembre 2006 21:18

      @Taverne des poètes,

      Quand j’ai lancé l’idée, je ne me rendais pas compte des différentes extentions qui allaient sortir de la boite de Pandore. Je n’y pensais pas parce que je ne voulais pas aller jusqu’à faire des enquêtes. Ce bouchon-là, dans mon idée, devait rester enfoncé dans la bouteille du producteur habituel des bons crus. Je ne suis pas un gâche métier, le journaliste est payé pour chercher et dépister les coups fourrés, s’il en existe. Nous n’avons pas les moyens d’investigation pour le faire. Donc, pas marcher sur les plattes bandes d’autrui. Ce que je voyais dans le processus, c’est, comme je le disais, d’être un « buvard » de l’info. Wikipedia le fait pour le passé et l’explication de notre présent dans le détail. Ici, ce qu’il faudrait faire, c’est le même processus avec une fusion de toutes les infos et toutes les sources, avec analyse intermédiare, recoupements, plutôt que partielle et potentiellement partiale de chacun des articles actuels. Il y a toujours plus dans plusieurs têtes que dans une seule.


    • La Taverne des Poètes 29 novembre 2006 06:24

      à « L’Enfoiré » :

      Je suis d’accord avec vous. Je résume mon point de vue par cette formule : Agoravox devrait rester un media alternatif et ne pas devenir un media concurrent parmi les autres.

      L’idée du wiki est excellente, du « buvard de l’information » comme vous dites : on collecte les informations des sources déjà existantes et on les compile dans une grande base de données comme matériau pour rédiger de nouveaux articles ou simplement comme information accessible à l’état brut.

      Si Agoravox entre dans la guerre de la concurrence, faudra-t-il créer un nouveau media alternatif aux medias traditionnels auxquels sera venu se joindre Agoravox ? Un media alternatif où l’on n’aurait pas à payer -en plus de rédiger bénévolement- pour être publié et financer des investigations coûteuses.

      Je me trompe peut-être mais il me semble qu’il serait plus judicieux de garder et de renforcer cet impact de media citoyen alternatif en apportant des améliorations dans cet esprit plutôt que d’opérer un virage vers le journalisme traditionnel avec ses règles, ses coûts, ses risques.


    • La Taverne des Poètes 29 novembre 2006 07:33

      C’étaii un commentaire gratuit et sans influence puisque la décision est déjà prise (« Pour cette raison, nous avons décidé de lancer sur AgoraVox une plate-forme de wiki pour mener des enquêtes collectives en faisant collaborer plusieurs rédacteurs entre eux. ») Le logo aux couleurs d’Agoravox en atteste. Tout est bouclé.


  • Jason Nicolas 28 novembre 2006 19:10

    Je suis Agoravox depuis quelques jours. Il s’y passe des choses passionnantes et on peut y lire des objets de savoir de deux ordres : des opinions/croyances et des faits/observations/constatations. Dans la plupart des articles les deux sont souvent entremêlés, et cela est lié à la nature de la parole libre ; et celle-ci est parfois confuse... A cela s’ajoute aussi une certaine dose de narcissisme de certains intervenants. Les articles sont nombreux, trop nombreux à mon avis, et les durées de discussion forcément éphémères ne semblent pas dépasser quelques jours. On lit l’article, on y pense un peu et on passe à autre chose. On consomme. Certains thèmes reviennent et certains auteurs citent leurs écrits précédents ou des références très diverses. Il serait souhaitable de « fixer » ce foisonnement et une parcelle du temps (l’élément éphémère) en développant un suivi des thèmes. La lecture linéaire (à la file), le déroulement des commentaires, découragent la production d’arborescences, de liens entre ces écrits. Le sens en souffre.

    La création d’une plate-forme investigation et du suivi des résultats d’enquête serait la bienvenue dans cet effort de concentration et de pertinence. Elle répondrait à la question : que s’est-il exactement (si possible) passé (fait) ? Pourquoi écrire sur ce sujet (pertinence) ? Que deviennent dans le temps les faits mis en lumière (suivi) ? Qui écrit (responsabilité, déontologie) ? Les sources sont-elles fiables (authenticité) ? Bref, d’un mode d’info rapide on passerait à l’information lente, plus filtrée, plus réfléchie, plus exacte, plus riche en réflexions et dévoilant des arborescences plus claires.

    Cela va en faire râler plus d’un, mais tant pis, c’est ce que je pense. Merci d’accueillir ma parole. Je continuerai à « lire » Agoravox et à...intervenir..


    • David Orbach davideo 28 novembre 2006 21:06

      Le Furtif,

      Je t’invite à ne pas « survoler » mais lire mon article. Car tu y trouveras une réponse à ta question : Texte et images sont à mes yeux indissociables. On ne peut comprendre l’un sans l’autre.

      cordialement smiley


    • le furtif (---.---.2.34) 29 novembre 2006 08:07

      Au fait va donc lire le mien .Je souffre d’un certain « déficit » de notoriété comme on dit en langage « formaté-com »


    • David Orbach davideo 29 novembre 2006 08:39

      Le furtif.

      pourquoi ne nous ferais-tu pas des articles sur l’opéra ? Je ne me souviens pas d’en avoir lu de trop sur AgoraVox et cela nous changerait un peu.


  • herbe herbe 28 novembre 2006 22:01

    Bravo pour l’initiative !

    Il y a là une construction (un germe), c’est fragile, c’est risqué (remarque de demian pertinente).

    Mais sans risque on n’a rien.

    Un point de vue sur les media citoyens en général et sur agoravox en particulier ici :

    http://www.centpapiers.com/article.php3?id_article=926

    (document pdf disponible aussi)


  • Basile CLAPAS Basile CLAPAS 28 novembre 2006 22:09

    Votre proposition est peut être bonne, mais en tant que simple citoyen, je vois mal ce que je vais pouvoir apporter comme plus value à un travail d’investigation et je me sens peu concerné. Votre proposition va vers une professionalisation, et donc un besoin de moyens importants. Or si on essaie de comprendre les problèmes actuels des vieux médias, on s’aperçoit qu’ils ont de moins en moins de moyens pour l’investigation, concurrencés par la société du gratuit : les journaux gratuits, internet.... Il ne faudrait donc pas réinventer sous une autre forme ce qui est en train de mourrir.

    Toujours en tant que simple citoyen, là ou j’espère pouvoir contribuer au média citoyen c’est au travers d’analyses de l’actualité, de présentation d’idées nouvelles, de commentaires aux articles d’AV, ou encore commentaires aux commentaires. Alors pourquoi ne pas créer de plate forme wiki pour ces citoyens là, qui permettrait de réécrire les articles d’AV et de les améliorer au lieu d’y coller des km de commentaires. Ceci permettrait de produire des articles d’une qualité exceptionnelle pour leur pertinence, qui feraient rapidement ombrage aux articles copier-coller des vieux médias.


    • Basile CLAPAS Basile CLAPAS 28 novembre 2006 22:22

      L’anonymat est l’équivalent de l’isoloir pour le citoyen moyen que je suis. C’est l’endroit ou je peux exprimer mes idées sans susciter la réprobation de mon employeur, de ma famille ou de mes voisins, il est donc indispensable à mon avis dans la configuration citoyenne ; toutefois je suis d’accord que dans le cadre de l’investigation professionalisée il puisse être nécessaire de travailler à découvert.


  • Luc DUSSART Luc DUSSART 29 novembre 2006 01:57

    [Gérer les conflits d’intérêts]

    Voir la définition succincte dans Wikipedia

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Conflit_d’int%C3%A9r%C3%AAts

    Dans le cas d’investigations ou de dossiers un peu travaillés, il convient de prendre en considération les motivations des acteurs et auteurs.

    Je recommande que les coordinateurs d’un dossier Wikivox (les experts), soient cooptés au vu d’une déclaration d’intérêts citant les actions ou responsabilités passées dans le domaine concerné. La déclaration d’intérêt ou d’absence d’intérêt serait accessible dans le wiki : cela évitera les procès d’intention.

    Un modèle existe pour les experts sollicités par l’AFSSAPS pour établir les pratiques de référence en matière de santé. AV pourrait judicieusement s’en inspirer. Notice consultable à : http://afssaps.sante.fr/htm/9/dpinoti2.htm


Réagir