mercredi 20 avril - par taktak

La question du frexit progressiste où comment sortir du duo Macron Le Pen

Macron l’avoue : l’enjeu central de l’élection présidentielle (et le vrai vote utile), c’est le FREXIT (progressiste) !

En déplacement à Strasbourg le 12 avril 2022, Emmanuel Macron a lâché ce terrible aveu : « Je veux ici vous parler avec les mots du cœur, la conviction pour vous dire pourquoi cette élection est aussi un référendum sur l’Europe ». Quel dommage qu’aucun candidat ne l’ait saisi ! A commencer par Jean-Luc Mélenchon qui, en capitulant sur la question européenne par la substitution d’un incompréhensible et (surtout) inapplicable « opt out » à la stratégie de 2017 qui suscitait un « vote utile » d’adhésion sur la dialectique « l’UE, on la change ou on la quitte ! », a plombé la dynamique programmatique patriotique et populaire qu’il avait si bien construite en 2017.

Carbonisé aux yeux des classes populaires, et notamment des ouvriers et des employés qui, lorsqu’ils ont voté – car rappelons qu’un tiers des ouvriers s’est abstenu, ce qui constitue leur premier choix politique –, ont privilégié à plus de 35% le vote Le Pen, Emmanuel Macron, toujours aussi illuminé, croit détourner la colère populaire en brandissant le « risque » d’une sortie de l’UE qu’incarnerait Marine Le Pen. Peine perdue ! D’abord, parce que c’est oublier – et malheureusement, notamment à gauche, c’est oublié… – que 80% des ouvriers et des employés avaient rejeté la « Constitution européenne » le 29 mai 2005… ce qui n’empêcha pas l’oligarchie européiste (de l’UMP de l’époque au PS et à EELV notamment), trois ans plus tard, de valider le traité de Lisbonne qui, selon les dires de Giscard d’Estaing, reprenait le même texte pourtant démocratiquement rejeté. Ensuite, parce que selon « l’eurobaromètre publié en ce mois d’avril 2022, plus de 2 Français sur 3 ne font pas confiance à l’Union européenne » – et pour cause ! Enfin, et surtout, parce que contrairement à ce qu’affirment Macron ou l’illuminé Jacques Attali le soir même du premier tour, et comme elle ne le cesse de le répéter, Marine Le Pen NE VEUT PAS SORTIR DE L’UE – et c’est même son objectif !

Seulement voilà : à force de faire de la non-sortie de l’UE un totem – auquel a succombé malheureusement Jean-Luc Mélenchon, affirmant tout au long de sa campagne qu’il n’est pas Frexiter –, on finit par oublier que l’UE du Capital est clairement ciblée – et à raison ! – par les ouvriers, les employés, les salariés précaires, etc., comme l’une des grandes responsables de la destruction des conquêtes sociales, des services publics, des libertés démocratiques, etc. Après tout, n’est-ce pas Jean-Claude Juncker, ancien président de la Commission européenne, qui se vantait en 2016 que l’UE soit l’inspiratrice de la malnommée « loi Travail » ? N’est-ce pas l’UE du Capital qui ne cesse, à travers des « recommandations » ayant surtout des allures d’« eurordres », de pousser Macron à contre-« réformer » les retraites, comme c’était déjà le cas à partir de décembre 2019 ? Aussi, Macron, expert en pyromanie, joue-t-il un jeu terriblement dangereux en faisant de Le Pen une partisane d’un Frexit qu’elle ne désire pas ! Car quel meilleur moyen d’attirer à elle les ouvriers, les employés, les salariés précaires, etc., c’est-à-dire tous les travailleurs actifs et retraités victimes de l’euro-austérité perpétuelle depuis plus de 40 ans, qui veulent « dégager Macron » et qui, de plus, refusent de plus en plus la funeste « construction européenne » !

Car il faut que les choses soient claires une bonne fois pour toutes : non, Le Pen ne veut sortir ni de l’euro, ni de l’UE, ni de l’espace Schengen – condamnant déjà à l’avance sa politique démagogique et antihumaniste d’« expulsion massive » des migrants (notamment clandestins) –, ni même de l’OTAN (la guerre en Ukraine montre sa servilité à l’égard de Washington et de Bruxelles), et encore moins du capitalisme. Non, Le Pen n’est nullement une candidate patriote et populaire, mais la version xénophobe et fascisante de la même pièce européiste, atlantiste et capitaliste que Macron– qui, lui-même, réhabilite Maurras et Pétain et laisse ses ministres vociférer contre le « séparatisme musulman » (mais pas les euro-régionalismes séparatistes !) ou l’« islamo-gauchisme » qui serait plus important et dangereux que l’euro-fascisation… Cherchant à adouber l’européiste et les non moins européistes régionalismes, le vote Le Pen est un piège mortifère pour les travailleurs de France (étrangers mais aussi français) qui seront livrés à la merci de forces patronales qui n’hésitent pas à exploiter les travailleurs, notamment clandestins, avec le chantage du licenciement/expulsion.

Mais voilà : convaincu que la sortie de l’UE conduirait au nationalisme ou à la guerre – argument stupidement véhiculé par le PS, EELV ou le candidat PCF Fabien Roussel, et dont on voit les conséquences politiques cataclysmiques (avec, en prime, un divorce absolu avec les travailleurs, notamment la classe ouvrière) –, l’illuminé Macron fait de cet argument un angle d’attaque pouvant potentiellement se retourner contre lui, au moment où la haine et le rejet (légitimes) qu’il suscite ne cessent de s’accroître dans le pays. Il en est de même pour les médias aux ordres, européistes patentés et qui ont tout fait pour que ne soit pas évoquée la question européenne pendant la campagne présidentielle – il est vrai, bien aidé par des candidats dont aucun ne souhaitait le Frexit. Car une chose est certaine : le projet de Macron, porte-parole du bloc bourgeois euro-atlantique, est le plus cohérent pour défendre les intérêts de son camp, à savoir celui de l’euro-dislocation de la France et de la République une et indivisible dans l’« Empire européen » (Bruno Le Maire), l’euro-démantèlement du « produire en France », l’euro-destruction des services publics (appelés « services d’intérêt économique général » pour favoriser la privatisation à l’échelle européenne) et des conquêtes sociales, l’euro-arasement des libertés démocratiques, etc. ; en somme, l’aggravation de l’exploitation capitaliste.

Et Le Pen dans tout cela ? Une alternance à… la continuité européiste, atlantiste et capitaliste. Mais une alternance qui démultiplierait la violence fascisante en France, notamment en laissant se déchaîner tous les nervis fascistes et néo-nazis exprimant déjà leur haine et leur violence au quotidien (menaces de mort contre des permanences PCF et CGT, envers Jean-Luc Mélenchon et d’autres ex-« insoumis », contre des travailleurs étrangers, contre des citoyens et étrangers de confession musulmane, etc.). Et avec un risque politique terrible : celui que Le Pen, bien loi de susciter un rejet massif, détourne la colère populaire légitime des travailleurs vis-à-vis de l’oligarchie euro-atlantique contre les travailleurs étrangers et/ou de confession musulmane, comme l’a fait son ami Viktor Orban en Hongrie, pseudo-« patriote » compensant sa servitude envers Bruxelles, Francfort, Berlin et Washington (après tout, la Hongrie est bien toujours membre de l’OTAN depuis l’accession d’Orban au pouvoir en 2010 !) ainsi que sa politique antipopulaire et antisociale par la traque xénophobe et haineuse. Ce qui n’empêche pas malheureusement Orban d’avoir remporté une quatrième fois les élections législatives…

 

Voilà pourquoi le Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF) appelle tous les travailleurs en colère, et particulièrement les ouvriers et les employés, à délégitimer au maximum le scrutin du 24 avril verrouillé par l’oligarchie, ce qui implique de ne pas voter pour Le Pen, la face xénophobe et fascisante de la même politique euro-atlantique. Pour autant, il ne saurait être question d’apporter le moindre soutien à Macron, qui constitue le meilleur carburant de la fascisation et certainement pas un « barrage antifasciste » comme l’affirment pitoyablement les Hidalgo, Jadot et autres Roussel à qui il ne reste qu’un argument totalement dévoyé quand il sort de leur bouche – eux qui ont passé leur temps à davantage taper sur Mélenchon que sur l’extrême droite lepéno-zemmourienne ces derniers temps.

Il eut cependant été beaucoup plus facile de mener ce combat antifasciste si, au-delà du simple appel à un « vote utile » (50% des votants ont soutenu Mélenchon « faute de mieux ») masquant des capitulations programmatiques majeures comme l’abandon de la sortie potentielle de l’UE, la défense de la République une et indivisible (en cédant ainsi à la pression des nationalistes corses), l’objectif central de la réindustrialisation, la lutte contre le globish qui n’est pas de la « créolisation » mais un asservissement, etc., ledit « vote utile » avait également été un vote d’adhésion programmatique patriotique et populaire, comme cela fut le cas en 2017 – ce qui avait d’ailleurs permis d’affaiblir réellement Le Pen, désormais aux portes du pouvoir et toujours dominante dans la classe ouvrière (après l’abstention). Car un tel appel sans radicalité et cohérence politique – que valent les promesses d’augmenter le SMIC si on ne maîtrise par la politique monétaire ni la politique budgétaire, par définition inchangeables dans le cadre de l’UE ? – nourrit, indirectement, la bête immonde perçue faussement par des travailleurs en colère comme le seul vote utile contre Macron. Combien il eut été plus facile de détourner cette colère populaire légitime d’une telle faussaire si la ligne de 2017 – « l’UE, on la change ou on la quitte ! » – avait été maintenue. Car l’argument sérieux du « barrage antifasciste » ne peut se suffire à lui-même sans clarifier les positionnements politiques : fervent admirateur de Mitterrand dont il se réclame, Mélenchon aurait dû se rappeler que son mentor expliquait en 1983 qu’il était « face à un dilemme : la construction européenne OU la justice sociale ».

 

Tant que les forces de gauche (ni le PS, ni EELV, de DROITE) refuseront d’aborder sérieusement le débat sur l’Union européenne (non pas une petite divergence comme le sous-entendait encore Ian Brossat le lendemain du premier tour de l’élection présidentielle, mais un enjeu CENTRAL pour un projet de rupture avec le capitalisme !), tant que les « accords d’appareil » pour des élections avec EELV et le PS perdureront, tant que l’on refusera de voir que l’UE est un ENJEU DE CLASSE et qu’il est impossible de « réformer l’UE » fascisante, le monde du travail sera condamné à vivre encore des scénarios cauchemar comme le 10 avril 2022. Disparition dans l’ordre capitaliste euro-atlantique (qui pousse à la guerre exterminatrice contre la Russie, en attendant la Chine ?) ou franche rupture avec l’UE atlantique du Capital par le FREXIT PROGRESSISTE et la nécessaire construction d’une Alternative Rouge et Tricolore au service de la souveraineté populaire et de l’indépendance nationale : il faut choisir, et VITE !

https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/la-question-du-frexit-progressiste-ou-comment-sortir-du-duo-macron-le-pen/



26 réactions


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 20 avril 18:26

    La sortie voulue pour nous, enfin par eux, ça serait les pieds devant ^^


  • sylvain sylvain 20 avril 18:38

     Une alternance à… la continuité européiste, atlantiste et capitaliste. Mais une alternance qui démultiplierait la violence fascisante en France, notamment en laissant se déchaîner tous les nervis fascistes et néo-nazis exprimant déjà leur haine et leur violence au quotidien

    pas mieux .J’ajouterais une bonne excuse de l’europe pour « punir » la france


  • sirocco sirocco 20 avril 19:22

    L’idée de « frexit progressiste » relève du délire.

    L’unique voie possible pour sortir de l’UE est celle empruntée par la Grande-Bretagne, par l’art. 50.


  • Captain Marlo Captain Marlo 20 avril 19:47

    La trahison de la Gauche vis à vis des classes populaires date des années 2010. Le Think Tank Terra Nova conseillait à la Gauche de laisser tomber les classes populaires au profit des minorités.

    Quant à l’ UE, elle est devenue pour la Gauche française « une religion », qui ne se discute pas depuis Mitterrand.

    Les classes populaires auraient pu se tourner vers le PRCF et l’UPR pour le Frexit, si les forces euro atlantistes ne les censuraient pas médiatiquement.

    Sans approuver le programme de Mélenchon, j’ai voté pour lui au premier tour, pour qu’il dégage Macron, dont on connaît la toxicité et la soumission aux USA, à la finance, à l’Otan et à l’UE.

    Et en me bouchant le nez aussi, je voterai pour Marine le Pen, pour que Macron dégage. Régis de Castelnau,« communiste patriote » :

    « Voter avec les classes populaires et battre Macron »


    • pacifico 20 avril 21:54

      @Captain Marlo
      Cette référence à Terra Nova , ses méfaits ...ce que vous en dîtes est très juste et très adroit....
      À vrai dire je partage ..
      ....
      Mais ce qui l’est beaucoup moins c’est votre espoir de gagner le monde ouvrier en vous passant d’intervenir dans ses organisations historiques....syndicats et partis.
      .
      Au contraire vous donnez le spectacle de tentatives éperdues de simplement vouloir prendre la place de cette clique de dirigeants faillis et félons....


    • Captain Marlo Captain Marlo 21 avril 06:42

      @pacifico
      de gagner le monde ouvrier en vous passant d’intervenir dans ses organisations historiques....syndicats et partis.

      Camarade, il y a bien longtemps que les classes populaires ont compris que la Gauche française était libérale, anti sociale, européiste, mondialiste et guerrière.
      Elle est à reconstruire, tout comme les syndicats, corrompus jusqu’au trognon !
      Cf « Syndicats, corruption, dérives et trahisons » Enquête de Lenglet et Touly.

      Et sur le financement des syndicats par Bruxelles :
      PRCF "CES : Confédération Européenne de Syndicats : la Commission Européenne dépense des millions d’euros pour financer ses syndicats pro UE !"

      Si nous sommes dans la mouise, c’est bien parce que nous ne pouvons plus compter sur ces organisations, qui au départ, étaient censées organiser et défendre les classes populaires.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 21 avril 07:54

      @Captain Marlo
       
       ’’Camarade, il y a bien longtemps que les classes populaires ont compris que la Gauche française était libérale, anti sociale, européiste, mondialiste et guerrière’’
       
      J’ajouterai que les classes moyennes commencent à comprendre, que c’est douloureux et que c’est un peu tard.


  • Captain Marlo Captain Marlo 20 avril 19:52

    Comparaison des programmes :

    Et au delà des fantasmes et de la diabolisation, il faut réaliser que le programme de MLP est beaucoup plus proche de celui de Mélenchon que de celui de McKinsey !

    75% de propositions en commun !

    suppression du passe vaccinal.

    sortie du commandement intégré de l’ Otan.

    RIC etc


  • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 20 avril 22:54

    Arrogant, méprisant, sourire carnassier, macron m’est en tous points odieux face à MLP.

    Elle, elle est bien plus sincère et humaine, et ça se voit.

    Rien à voir avec la MLP d’il y a 5 ans.


    • Captain Marlo Captain Marlo 21 avril 09:34

      @doctorix, complotiste
      Remerciements pour avoir regardé le débat.
      Je n’ai pas regardé, 3 heures de Macron, c’est insupportable.


    • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 21 avril 11:49

      @Captain Marlo
      J’ai regardé pendant les pubs de la 25.
      Pas une voix pour macron, pas même un oeil.
      Juste pour confirmer ce que je pense : c’est vraiment une ordure, et je crois que beaucoup de français l’auront vu.
      Il y a de l’espoir.


  • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 21 avril 07:43

    Le programme budgétaire Français, qui devait être déposé à Bruxelles avant le 15 Avril, ne l’a pas été, « pour cause d’élections ».

    Il est fait d’une telle austérité (baisse du nombre des fonctionnaires, des prestations sociales, de l’investissement public, des retraites) qu’il aurait tourné les votes vers MLP. Surtout pas !

    De même, les hausses de carburant liées aux sanctions russes ne seront dévoilées qu’après le 24 Avril : là encore pour ne pas favoriser MLP, car elles vont être épouvantables.

    Hypocrites ! Menteurs ! Voleurs !

    Regardez bien c’est très court :

    https://www.facebook.com/LeMediaOfficiel/videos/359542115966748/

    Faudra pas pleurer après, vous êtes prévenus.


  • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 21 avril 08:43

    Les journalistes sont à l’image de leurs dirigeants.

    Ce journaliste ukrainien déclare sans ambages que sur les 4 millions d’habitants du Donbass, 1,5 million sont inutiles, et que donc il faut les tuer :

    https://www.infovf.com/video/2022-039-les-journalistes-sont-image-leurs-dirigeants—12428.html

    En fin de vidéo, ce crétin d’Attal déclare que depuis 2014, la France est le premier fournisseur d’armes à l’Ukraine, en violation totale des accords de Minsk, ce qui la rend responsable de la guerre.

    Mais déjà, Porochenko vous disait sans rire le sort réservé aux habitants du Donbass :

    https://www.infovf.com/video/little-2022-038-haine-president-pour-population—12425.html

    Et c’est ça que nous aidons ? Et Poutine n’avait pas toutes les raisons de déclencher l’opération spéciale ?


  • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 21 avril 09:15

    L’extrême droite vous terrorise ?

    Mais c’est précisément l’extrême droite, la vraie, qui est actuellement au pouvoir. Celle qui vous prive de vos droits constitutionnels, de vos libertés physiques, de votre liberté d’expression par la censure, qui vous écrase et vous fait suivre des règles absurdes, qui se fout de la représentation nationale remplacée par les décrets, qui répand la peur pour imposer la dictature sanitaire en vue de l’établissement d’un gouvernement mondial.

    L’extrême droite, c’est macron.

    Alexis Cossette vous en fait ici la démonstration :

    https://www.infovf.com/video/extreme-droite-mondialiste-vraie—12427.html

    Il dit aussi, et c’est évident, que ceux qui vont s’abstenir vont fair réélire macron et le fascisme. Les votes blancs, tout pareil.

    L’expression extrême droite a été littéralement mise à l’envers par les intellectuels organiques pour diffamer et discréditer les vrais démocrates (Etienne Chouard)

    Finalement, et jamais je n’aurais cru devoir dit ça, la seule vraie démocrate, c’est MLP : les tyrans et les fascistes accusent toujours leurs adversaires de ce dont ils sont coupables.


    • Joséphine Joséphine 21 avril 09:27

      @doctorix, complotiste

      Merci Doctorix, c’est précisément ce qu’aurait du démontrer MLP hier soir mais elle était un peu trop dans la retenue. Comme si elle voulait réparer son précédent....Elle réparait oui, mais elle n’allait pas au-delà. Pas un mot sur Mac Kinsey alors que Macron a parlé pendant une demi heure de son emprunt à une banque russe ! Le format d débat était étouffé, contrôlé par des immondes journaputes au service de Macron. Je m’attendais à autre chose mais peu importe. 

      On s’en fout, l’urgence absolue c’est l’éviction de Macron. Le peuple de France court un immense danger avec cette clique de mondialiste. Il n’aime pas les français, il nous l’a assez fait savoir. Je souhaite un sursaut, il faut le dégager et vite. 


  • Captain Marlo Captain Marlo 21 avril 10:06

    Charles Gave : " Macron devrait être en prison !

    Laurence A.Gougeon : «  Je trouve intéressant que le président sortant montre ce soir son vrai visage que trop de médias complaisants gomment : il est odieux, antipathique, arrogant et prétentieux. »

    Elisabeth Lévy : « Si Macron est élu, il l’aura été de manière déloyale ! »


  • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 21 avril 14:44

    Enorme scandale : Zelensky vient en direct, deux heures avant le débat, pour influencer directement l’élection française sur BFM TV.

    Il vient pleurnicher pour que MLP change d’avis sur le conflit ukrainien.

    On ne sait jamais, quelque fois qu’elle serait élue...

    https://resistancerepublicaine.com/2022/04/20/enorme-scandale-le-nazi-zelensky-sur-bfm-ce-soir-pour-soutenir-macron-en-difficulte/

    Et Yves Calvi, cette ordure absolue :

    « Il n’y a aucun problème pour nous, vous pouvez le faire tout à fait ».

    Alors que cela va à l’encontre de toutes les règles électorales, qu’un président étranger, tout à fait sulfureux, un nazillon, que nous aidons par des livraisons d’armes depuis 8 ans pour bombarder le Donbass, vienne donner son avis sur les candidats...

    Cela signifie que Macron a les jetons et que, malgré les pseudo-sondages affichés par la clique, rien n’est gagné… Non, les jeux ne sont pas faits. Et ils ont beau sortir des sondages où Marine plongerait, c’est fait pour décourager les gens de voter pour elle. Ne les croyez pas. Macron a le feu au cul… 


  • doctorix, complotiste doctorix, complotiste 21 avril 15:06

    Comme chacun le sait, une élection est en cours et même si l’on sait que l’actuel locataire de l’Élysée n’est pas tout seul à la manœuvre, il est néanmoins le représentant direct d’une certaine oligarchie qui ne nous veut pas du bien, à nous le peuple. Cet homme est possiblement sur le point d’être réélu, et je vous assure que l’entreprise de démolition commencé il y a 5 ans sera parachevée sur son prochain mandat. Commençons tout de même par quelques éléments.

    Tout d’abord, rappelons-nous ce que ce monsieur a à son actif :

    La destruction du service public (17 000 lits supprimés pendant son quinquennat, les tribunaux, poste ou maternité fermé un peu partout en France,…) en vue de tout privatiser et vendre à ses amis qui le financent,

    L’épisode Gilets jaunes avec son lot de mutilés, d’éborgnés,

    L’épisode convoi de la liberté où les véhicules blindés de la gendarmerie sont envoyés pour réprimer pendant que la racaille sévit toujours plus et en toute impunité,

    La censure à la télé, la radio, dans la presse écrite et sur internet (une journaliste de l’Obs verbalisée par la BRAV parce qu’elle interviewait des gilets jaunes il y a quelques jours et tellement d’autres),

    La ridiculisation, le discrédit et l’invisilisation de prix nobels, de scientifiques et médecins qui ne vont pas dans le sens du narratif COVID,

    Le patrimoine de cet ancien banquier de chez Rothschild caché on ne sait où,

    Les mensonges permanents (jamais de pass puis le pass, jamais d’injection obligatoire puis 15 000 soignants suspendus, car refus du chantage, plus les pompiers, plus les gendarmes punis ou mutés),

    L’utilisation de cabinets privés (Mac Kinsey) payés des fortunes pour des missions dont la haute fonction publique devrait s’acquitter, tout cela pour arroser des amis avec nos deniers,

    Les collusions, conflits d’intérêts, la corruption (labo pharmaceutique PFIZER multiple récidiviste condamné pour falsification de données notamment, médecins présents sur les plateaux télés ne présentant jamais leurs conflits d’intérêts alors que la loi l’exige, BLACKROCK qui veut mettre la main sur la gestion des retraites françaises alors que ce sont des entreprises privées et étrangères),

    Les gardes à vue illégales (comme cette avocate très récemment, qui défendait un opposant politique),

    L’enfermement des opposants politiques,

    Benalla, la perquisition retardée, le coffre disparu,

    La vente de fleuron de l’industrie française comme ALSTOM, ce qui s’apparente à de la haute trahison,

    Les lois enfreintes quotidiennement, discrimination selon l’état de santé, extorsion du consentement par intimidation, chantage, violation du secret médical, harcèlement moral, mise en danger de la vie d’autrui…

    La propagande déversée par des médias achetés et détenus par ceux qui financent le poudré de la république,

    Les morts du RIVOTRIL, le REMDESIVIR, les morts fautes de soins, les suicides chez les moins de 10 ans (du jamais vu selon plus d’un pédopsychiatre),

    Et j’en oublie très certainement.

    Alors, vous voulez toujours voter macron ?


  • yakafokon 21 avril 18:13

    Moi, j’ai une petite idée qu’elle est bonne !

    Aux législatives, je verrais bien François Asselineau et Nicolas Dupont-Aignan rejoindre Marine Le Pen, pour élaborer ensemble un programme de sortie de l’Union Européenne par le FREXIT, comme l’ont fait les britanniques avec le BREXIT . François Asselineau, qui a beaucoup travaillé sur le sujet, et qui le maitrise totalement, ( en sa qualité de haut fonctionnaire en disponibilité au Ministère des Finances ), pourra enfin exposer son programme. De son côté, Nicolas Dupont-Aignan pourra servir de porte-parole au Rassemblement National à l’Assemblée. Le R.N. n’a strictement rien à voir avec le Front National de Jean-Marie Le Pen, et n’a pas de leçon de démocratie à recevoir d’Emmanuel Macron, qui pour obéir aux semeurs de merde américains, est prêt à nous envoyer faire la guerre en Ukraine, alors que ce pays est dirigé par des nazis de la pire espèce, depuis 2014 ! La statue de Stepan Bandera ( nazi bien connu des israéliens ) est érigée dans pratiquement toutes les villes de l’Ouest de l’Ukraine, comme à Lviv !                  Marine Le Pen elle, a essayé au moins de discuter avec Vladimir Poutine pour essayer de recoller les morceaux entre la France et la Russie !

    Quel candidat est le plus nazi des deux ? Celui qui nous pousse à la guerre contre la Russie, un pays qui nous a libéré du 3ème Reich, au prix de 27.000.000 de morts, dont 14.000.000 de militaires ?

    Ou celle qui essaye avec ses faibles moyens, de nous éviter une catastrophe économique inimaginable, et une guerre régionale qui s’approche de plus en plus d’une guerre mondiale, obligatoirement nucléaire ?

    Si la France sort de l’Union Européenne, elle sort également de l’O.T.A.N. et cette organisation criminelle créée par les Etats-Unis pour les intérêts exclusifs des américains disparaitra, faute de combattants européens prêts à mourir pour l’oncle Sam !

    La Russie est un pays qui a la guerre en horreur, pour l’avoir subie sur son sol ( une chose qui manque cruellement aux américains ), mais si on continue à la chercher en permanence, on va finir par la trouver !

    Même Donald Trump, ce républicain pur cowboy, avait compris que la Russie était un pays avec lequel il valait mieux faire du business que la guerre ! 

    Ce sont toujours des socialistes ou des démocrates qui ont fomenté des guerres pratiquement jamais des gens de droite !


Réagir