mercredi 8 janvier - par Michel DROUET

Les retraites, l’arbre qui cache la forêt néolibérale

Retraites à points, âge pivot, bonus, malus et tant d’autres détails qui cristallisent si bien le débat qu’on en arrive à ne plus rien comprendre de l’arnaque que constitue cette « réforme » qui enjambe la pénibilité, et l’égalité salariale hommes femmes, le tout emballé dans de la « justice sociale ».

Et si on s’extrayait de ce débat à deux balles, en prenant un peu de hauteur pour voir ce qui est en jeu réellement ?

Pourquoi cet emballement ?

Cela faisait bientôt deux ans que le Haut-Commissaire cumulard s’évertuait à endormir le bon peuple avec son projet et voilà que d’un coup, au détour d’un âge pivot qui n’est rien d’autre qu’un recul de l’âge de départ, on se rend compte de la nature réelle des failles, des « oublis » et des régressions de cette réforme, qui, sous couvert d’universalisme, se retrouve plombée d’un tas de nouveaux régimes spéciaux destinés à mettre le couvert sur la contestation qui faiblit à peine.

Après avoir joué le pourrissement du conflit et tenté de monter, avec un succès très relatif, grévistes contre non-grévistes, voilà désormais que le gouvernement entend boucler la négociation pour la fin du mois. C’est dire qu’il y a urgence, urgence à passer aux forceps une réforme d’inspiration très néolibérale et surtout le faire avant qu’une crise financière susceptible de mettre à mal les fonds de pension, ne vienne mettre en lumière les risques induits par le recours à la retraite par capitalisation qui, quoi qu’on en dise, fait partie de cette « réforme ».

Donc, c’est le néolibéralisme qui est à la manœuvre…

C’est quoi au fait le néolibéralisme ? Pour faire simple, on peut dire que c’est du libéralisme puissance 10. C’est la dénonciation constante du poids de l’Etat Providence (diminution des allocations chômage et « réforme des allocations familiales », par exemple. C’est aussi l’accroissement des interventions publiques dans l’économie (CICE, baisses de « charges »…). C’est la promotion de l’économie de marché et sa dérégulation (sachant que le « marché » est censé se réguler de lui-même…). C’est également la « liberté de l’individu » (qui a le « droit » de souscrire un fonds de pension parce qu’on prévoit de lui raboter sa retraite). C’est enfin la disparition des services publics au profit du privé qui se rémunère en général grassement sur le dos des contribuables ou des utilisateurs (autoroutes, Délégations de service publics pour les transports, l’eau ou bien encore partenariats publics privés très juteux), tout cela pour le plus grand profit des actionnaires du CAC 40 et autres entreprises, dont les fonds de pension, qui ne sont jamais bien loin.

C’est enfin, l’accumulation de toujours plus de richesses entre les mains de quelques-uns. Leur puissance leur permet de dicter leur loi, de se substituer aux gouvernements ou de les corrompre. Ils peuvent tout s’acheter, avec l’argent des impôts qu’ils ne payent pas. Ils décident au nom de cette doctrine mortifère de ce qui est bon pour eux, y compris en pillant les ressources naturelles.

Les lendemains qui chantent du néolibéralisme

Déjà, des choses concrètes ont été mises en place depuis deux ans (et aussi avant, par Hollande), comme la réforme du droit du travail qui multiplie les CDI, la loi PACTE qui fait le lit des fonds de pension en réorientant de fait l’épargne des français, la réforme des prud’hommes ou bien encore celle de l’indemnisation du chômage. Bientôt, celle des allocations familiales, en attendant sans doute une baisse des pensions versées actuellement au nom de la « solidarité intergénérationnelle ».

L’addition sera lourde

Paierons-nous moins d’impôt une fois que le dépouillement des services publics et de notre système social sera arrivé à son terme ? Non, parce qu’il faudra bien payer les nouveaux régimes spéciaux. Il nous faudra également payer les cadeaux faits aux entreprises (surtout à celles qui n’en n’ont pas besoin) sous forme de baisse de cotisations sociales et d’impôt sur les sociétés et toutes les exonérations de cotisations sociales et d’impôts pour les salariés sur les heures supplémentaires et les primes. Il nous faudra aussi payer les cadeaux fiscaux de la loi PACTE aux fonds de pension (1.5 Milliard prévus en 2020).

En s’appauvrissant pour mener à marche forcée sa politique néolibérale, le gouvernement Macron fait le choix du démantèlement des services publics, y compris dans des domaines stratégiques comme le développement durable. Nous paierons donc trois fois, la première pour payer auprès de délégataires privés l’accès à des services publics privatisés, la seconde pour payer la dette creusée par les cadeaux fiscaux et sociaux et le retour de régimes spéciaux, la troisième en souscrivant à un fonds de pension pour compléter nos retraites.

L’ordre nouveau

Au final, l’Etat ne gèrera plus que les missions régaliennes (sécurité, justice, prisons, forces armées,…) si indispensables pour protéger le « nouvel ordre » (d’où les nouveaux régimes spéciaux…). Avec les nouvelles technologies de reconnaissance faciale, justifiées bien entendu par le besoin de sécurité, on arrivera à un contrôle social parfait capable de juguler la moindre contestation (comme en Chine).

Dormez en paix brave gens !

Si on devait résumer en utilisant des références cinématographiques, on pourrait dire : « Il y a ceux qui ont le révolver et ceux qui creusent » (Enio Morricone), « Touche pas au grisbi, salope » et « Les cons osent tout, c’est à ça qu’on les reconnait » (Les tontons flingueurs).

Pour faire une bonne politique néolibérale, il faut des convaincus

Jusqu’alors, les choses se faisaient gentiment, dans la durée. L’accélération sans précédent des « réformes » montre que les gouvernants actuels ne sont pas venus là pour faire du tourisme, mais au contraire pour organiser une bonne fois pour toute la mutation de notre société. Composé de bric et de broc à l’origine, c’est-à-dire avec des politiques de l’ancien monde qui avaient un peu trop tendance à pratiquer le mélange des genres, il comprend aujourd’hui beaucoup de ministres au-dessus de tout cela en raison de leurs fortunes personnelles acquises dans des grands groupes commerciaux ou financiers.

Dès lors on est en droit de se poser la question de leur présence au gouvernement avec des salaires divisés par 5, 6 ou plus, sauf à penser qu’ils sont là en « mission » pour faire le lit du néolibéralisme sauce Davos ou Bilderberg. Nul doute que le commerce, l’industrie et la finance leur seront reconnaissants une fois le sale boulot fait et qu’ils pourront bénéficier de postes prestigieux et surtout bien rémunérés en récompense de leur activisme.

La question de la représentativité démocratique de nos dirigeants est posée dans la mesure où ils mettent en œuvre un agenda caché de réformes « indispensables » auquel les français n’adhèrent pas.

 

Il y a des signes qui ne trompent pas : les dividendes augmentent comme jamais et la Bourse s’envole. Comment interpréter ces signes autrement que par la confiance qui s’exprime envers les faire valoir du néolibéralisme qui nous dirigent et cherchent à nous endormir ?



187 réactions


  • Maître Yoda Lola 8 janvier 13:24

    « La question de la représentativité démocratique de nos dirigeants est posée   »

    Ça fait 528 ans que Christophe Colomb a découvert l’Amérique, et vous, c’est aujourd’hui !


    • Michel DROUET Michel DROUET 8 janvier 13:46

      @Lola
      Je n’ai pas votre intelligence supérieure, sans doute...


    • Maître Yoda Lola 8 janvier 16:38

      @Michel DROUET

      RRRRôôôooo


    • Le421 Le421 8 janvier 18:37

      @Lola
      Le bon job d’un troll est d’accourir en tête de gondole sur un article pour pondre sa bouse et décourager ceux qui seraient intéressés par la discussion...


    • totof totof 9 janvier 01:03

      @Le421
      Oui, effectivement, c’est vraiment nul... Tenir des propos que l’on n’oserait pas tenir si l’auteur était devant nous et tuer ainsi le débat. C’est lamentable mais c’est ça internet. Quand une population aliénée prend possession d’un outil qui pourrait l’en sortir, elle rabaisse tout à la psychologie, à l’intérêt personnel, de façon à tuer le débat...


    • Le421 Le421 9 janvier 08:54

      @kimonovert
      Perso, j’ai tendance à éviter de faire le buzz en passant pour un con fini...
      Mais c’est mon choix, évidemment.


    • Maître Yoda Lola 10 janvier 14:37

      @Le421

      Il vaut mieux passer pour un con ou une conne plutôt que de ne laisser aucun doute sur le sujet.


    • Michel DROUET Michel DROUET 10 janvier 15:15

      @Lola
      Vous avez parfaitement réussi cette opération vérité !


    • Maître Yoda Lola 10 janvier 15:35

      @Michel DROUET

      Soyez prudent alors : beaucoup de suicides ne sont dus qu’à une minute de lucidité.


    • Michel DROUET Michel DROUET 12 janvier 10:31

      @Lola
      Vous avez encore du temps devant vous, alors...


    • Michel DROUET Michel DROUET 12 janvier 10:33

      @totof
      Bonjour totof
      Oui, c’est vraiment nul, mais l’objectif de tuer le débat est loin d’être atteint si j’en juge par les réactions, dont la votre, que j’apprécie.
      Bonne journée


  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 janvier 13:42

    Pour faire une bonne politique néolibérale, il faut des convaincus

    .

    Il faut surtout beaucoup de citoyens qui refusent de lire les feuilles de route de Bruxelles, et qui croient qu’être dans l’ UE, ou en sortir, c’est pareil !

    Parce-que-c’est-partout-le-néolibéralisme. Ou pas ! La preuve que non, c’est qu’on peut utiliser la PAC directement au niveau national, et l’orienter vers le bio.
    C’est ce que va faire la GB : « UPR-En route vers le green Brexit ! »
    .
    La réforme des retraites est quand même une bénédiction pour les médias et la classe politique, elle évite d’avoir à commenter le Brexit, et toutes les conneries que les médias ont pu proférer sur le sujet, pendant plus de 3 ans.

    .

    La GB ne s’est pas enfoncée dans l’océan, elle n’a pas fait faillite, les Britanniques n’ont pas quitté l’île dans des boat people, pour demander asile politique et économique à la France, et le chômage est à 4% ! Un désastre pour les Mme Irma européens. C’est Waterloo morne plaine, pour les européistes... 

    .

    Et pire encore, Johnson a publié son programme législatif, une horreur ! Son programme donne des sueurs froides à qui les compare avec les réformes imposées par Bruxelles et mises en musique par Macron ! 

    .
    Fin de l’austérité, priorité aux services publics, à la santé, 40 hôpitaux à construire, fin de l’immigration de masse, budget en hausse pour l’éducation & la recherche, + 6% de hausse des salaires, réforme de la BBC pas assez objective, la PAC vers le bio... .

    .

    Alors, on en sort de l’ UE & de l’euro, ou on y reste, comme les Grecs, qui ont vu leurs retraites baissées pour la 12 e fois ?


    • Michel DROUET Michel DROUET 8 janvier 15:02

      @Fifi Brind_acier
      Comme j’ai dû vous le dire déjà, l’UE n’est que la succursale de la mondialisation. Le phénomène doit donc être analysé sous cet angle global.


    • Houp@ Houp@ 8 janvier 16:11

      @Michel DROUET

      Bonjour,
      avant la fin du siècle dernier le capitalisme était encore ancré dans la réalité. Depuis le début de ce siècle, il se concentre sur la pure spéculation : faire de l’argent, toujours plus d’argent avec de l’argent. Pour cela tout est bon (voir le reportage sur Arte qui traite de la spéculation sur l’eau : «  Main basse sur l’eau : la bataille de l’or bleu  »). Peu importent les conséquences sur l’environnement et sur les peuples.


      Pour faire passer la pilule, la propagande a fabriqué le mondialisme qui est en réalité le faux-né au choix, du néo-libéralisme ou de l’ultra-libéralisme, le capitalisme du 21ème siècle.

      Celui-ci, pour recueillir le consentement du plus grand nombre, se drape de concepts portant des noms en « isme » : droits-de-l’hommisme, libéralisme sociétal, progressisme, anti-racisme, écologisme, féminisme, anti-nationalisme, anti-populisme (liste non exhaustive), tous prônant une bien-pensance bon teint à laquelle il est impossible (interdit ! ?) de ne pas adhérer faute d’être catalogué dans la catégorie « fasciste », bien-pensance aveugle face aux criantes réalités et ignorants les desseins satanistes que masque cette gigantesque manipulation.

      A ce sujet, l’exemple du reportage mentionné ci-dessus dans lequel il apparaît que les écologistes se satisfont de la main-mise de la haute finance sur des ressources naturelles vitales est assez explicite.

      Il est néanmoins loisible de faire des analyses similaires avec l’antiracisme, le féminisme etc.….


      Alors est-il possible de stopper cette machination destructrice ?
      Je n’ai pas la réponse.

      Le proverbe chinois nous dit que "lorsque le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt".

      Certes, mais il appartient à chacun d’observer ce qu’on nous montre pour comprendre ce qu’on veut nous cacher.… A partir de ce constat, il sera possible de construire un autre monde….

      Mais quoiqu’il en soit et c’est un préalable, tant que les peuples n’auront pas repris le contrôle de leur destin, le scénario va perdurer…..


      Sans attendre une hypothétique révolution globale qui ne surviendra probablement jamais, nous pourrions commencer par montrer l’exemple aux autres ...


    • Le421 Le421 8 janvier 18:38

      @Fifi Brind_acier
      Problème.
      Si on vous enlève l’UE, vous n’aurez plus rien à vendre dans votre magasin.
      Pour d’autres, ce sont les immigrés...


    • Cadoudal Cadoudal 8 janvier 18:46

      @Le421

      Pour d’autres, ce sont les immigrés...

      Ça se vend bien ?

      Quand Jean-Luc Mélenchon propose de décerner la légion d’honneur au passeur de migrants Cédric Herrou

      https://twitter.com/JLMelenchon/status/1213455560689016832?ref_src=twsrc%5Etfw


    • foufouille foufouille 8 janvier 18:51

      @Cadoudal

      j’espère que ce connard de culto aide aussi des français.


    • Michel DROUET Michel DROUET 8 janvier 19:10

      @Houp@
      Je ne pense pas que le mondialisme soit le faux nez du libéralisme, il en est avant tout le terreau. Sans le mondialisme, l’ouverture des frontières, la libre circulation des hommes et des capitaux, le néolibéralisme n’aurait jamais pu s’exprimer et s’étendre comme il le fait aujourd’hui.
      En ce qui concerne la spéculation sur l’eau qui est un besoin vital, là aussi la marchandisation de ce produit qui est un bien commun est un scandale. j’ai vu récemment qu’en Australie, l’eau était un marché soumis à des fluctuations de pris sur la base de l’offre et de la demande : on croit rêver !


    • Cadoudal Cadoudal 8 janvier 19:15

      @foufouille
      Il a le soutien de quelques français fatigués de l’être, comme Mélenchon...

      Mélenchon en trois phrases...
      -Je ne peux pas vivre qu’avec des blonds aux yeux bleus, c’est au delà de mes forces...
      -Les occidentaux, ça n’a pas de réalité, je ne veux pas être un blanc catholique, je préfère être un noir athée...
      -Je ne voyage qu’en classe affaire..

      https://twitter.com/dobsky33/status/1138722908363284481

      T’as vu le député chargé d’une commission d’enquête sur les millions de visas accordés aux Maghrébiques....lol....

      Nouvelle promotion pour le député “aux coups de casque” M’jid El Guerrab

      https://www.valeursactuelles.com/politique/nouvelle-promotion-pour-le-depute-aux-coups-de-casque-mjid-el-guerrab-114747


    • troletbuse troletbuse 8 janvier 19:24

      @Cadoudal
      Mais c’est pour lutter contre l’invasion de la France par les Français :
      En revanche,la colonisation de la France par le Maghreb et autres n’est pas un crime pour Micronomo


    • Cadoudal Cadoudal 8 janvier 20:03

      @troletbuse
      Le Marocain qui envoie ses collègues a l’hôpital à grand coups de casque, c’est mon député, mon représentant au parlement de la gueuse...

      Le plus mal élu de tous les autres députés mal élus, même la Gabonaise Obono à eu plus de voix que lui...

      C’est donc normal que la gueuse maçonne unanime lui offre une promotion...lol..

      Il est élu député au second tour avec 59,66 % des suffrages, face à Leila Aïchi11. Alors que le vote électronique a été abandonné12 pour des raisons de sécurité lors du scrutin, l’abstention atteint 88,9 % dans la neuvième circonscription des Français établis hors de France, faisant de cette circonscription le record d’abstention des élections législatives de 2017


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 janvier 22:16

      @Le421
      Si on vous enlève l’UE, vous n’aurez plus rien à vendre dans votre magasin.

      Et si on enlève le Brexit aux Britanniques, ils seront obligés d’appliquer les oukases de Bruxelles, c’est ballot, hein ?

      Je vois que vous êtes si heureux dans votre belle Europe de la prospérité, que je suis un peu confuse de vous déranger dans votre européisme béat....
      .
      Sinon, quand vous aurez le temps, vous nous expliquerez comment vous allez changer l’ Europe en vous associant avec les Socialistes ? Mais oui, souvenez -vous, les Socialistes ont été majoritaires au Parlement européen, c’était dans l’Europe des 15.
      .
      Pourquoi n’ont-ils jamais changé les Traités, alors qu’ils prônent une Europe sociale, comme la France Insoumise ?


    • Kapimo Kapimo 8 janvier 22:38

      @Le421

      Vous ne répondez pas sur le fond, qui est pourtant très vaste.
      Aujourd’hui, c’est l’UE la courroie de transmission des mondialistes néo-libéraux, c’est Juncker qui déclare : Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens.

      C’est Viviane Redding qui déclare à l’assemblée nationale française (2014) : « Il faut lentement mais surement comprendre qu’il n’y a plus de politique intérieures nationales, il n’y a plus que des politiques européennes qui sont partagées, dans une souveraineté commune »

      On nous a retiré notre autonomie en terme de politique monétaire, notre autonomie budgétaire, notre autonomie en terme de controle des frontières, notre autonomie en terme de flux de capitaux (notamment vers les paradis fiscaux), notre autonomie en terme de politique industrielle (interdite), notre autonomie en terme militaire via l’OTAN etc etc. En fait, on a retiré quasiment tous les pouvoirs à nos politiques, à part les pouvoirs de police et justice, c’est à dire qu’on a retiré notre souveraineté et par la-meme notre démocratie. Et c’est bien à Bruxelles qu’il faudra la reprendre, que vous l’acceptiez ou pas.


    • Un des P'tite Goutte Un des P’tite Goutte 8 janvier 23:21

      @Michel DROUET
      Oui mais sans cet outil à portée de main, les néo libéraux-vautours-zombis* sont affaiblis, c’est déjà ça. C’est déjà une bataille gagnée sinon la guerre...qui prétendrait arriver de suite à la victoire ? Il y a du pain sur la planche, et dans de nombreux domaines, à des niveaux personnels, sociétaux, politiques, médiatiques et cætera.

       

      * Zombi : ici dans le sens de créature qui croit, ou pas, avoir conservé les attributs qui font d’elle un être humain bien qu’elle les ait perdus. En langage religieux la formule le décrivant s’attacherait à l’accuser d’avoir vendu son âme au diable. Evidemment ce type d’individu est né avec, ou bien a élaboré un système de pensée fondamentalement faux et illégitime qui détourne habilement son vécu, son être-au-monde, ses croyances de sorte qu’ils semblent beaux et purs.

      Il existe aussi une variété, ayant souvent vécu des outrages familiaux ou autres traumatismes qui, convaincue que l’humain est mauvais par essence, vit selon le principe animal dominant/dominé.




      Pour qui n’aurait pas tout saisi, comparons sans honte ni retenue un néolibéral à un djihadiste maléfique.

      Et agissons en conséquence je vous en supplie.

       


    • velosolex velosolex 8 janvier 23:45

      @Fifi Brind_acier
      Même derrière la catastrophe de L’Australie, vous verriez la main de Bruxelles. Fifi, vous prenez les gens pour des cons. Comme ces imbéciles qui sortent leurs mantras débiles niant la réalité du réchauffement, alors que l’Australie brûle. 
      On est capable de voir la main du libéralisme, sans que vous soyez de forcer le trait là où il n’est pas, ce qui décrédibilise finalement la critique.
      Oui Macron est un libéral, comme Johnson d’ailleurs, qui est l’artisan du Brexit, luttant d’ailleurs pour un libéralisme autistique encore plus grand. 
      Bien sûr ce projet de retraite n’a aucun sens, surjouant sur un déficit qui n’existe pas. Oui, c’est de l’ordre du dogme, de la même façon qu’hier fonctionnaient les grands plans soviétiques.
      Tout ce qui est excessif se retrouve dans une pensée unique, tenant d’affubler des ouillères aux gens, et ayant recourt à la manipulation.
      Quant elle ne marche pas, alors nous amorçons la rupture avec la démocratie, afin d’imposer les choses, avançant peu à peu vers le totalitarisme.
      Et c’est ce qui se passe actuellement avec la répression policière la plus insensée depuis Vichy. . 
      Un bon livre, le dernier de Noamie Klein : Naomi Klein : « Nous entrons dans l’ère de la barbarie ...https://bit.ly/2N91xDd


    • assouline assouline 9 janvier 01:44

      @Fifi Brind_acier

      Pourquoi n’ont-ils jamais changé les Traités, alors qu’ils prônent une Europe sociale, comme la France Insoumise ?

      C’est tout bête...
      si les socialistes n’ont pas modifié les traités européens en leur temps, c’est en raison de ce que la politique sociale de l’Union est, comme son nom l’indique, une question politique... Autrement dit,une question qui se discute au parlement européen, au Conseil et en Commission... Autrement dit, une question qui n’est pas l’objet des traités organique de l’Union. L’Union reste ainsi libre de décider, idépendament des traités, du degré social de la politique européenne.

      Convenons de ce que fixer le caractère et les modalités sociales de l’Union dans ses traités organiques eut été la priver de toute évolution dans ce sens et donc de toute chance de développer au rythme voulu le profil social en vue.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 janvier 07:55

      @Houp@
      Mais quoiqu’il en soit et c’est un préalable, tant que les peuples n’auront pas repris le contrôle de leur destin, le scénario va perdurer…..

      Absolument, mais reprendre ses affaires en main suppose de vivre dans un pays souverain et de sortir de l’UE. C’est indispensable pour faire des lois et remettre en place tout ce qui a été dérégulé par la mondialisation.
      Ce que des lois ont défait, d’autres lois peuvent le remettre en place !

      « UPR : D’où vient la mondialisation ? »
      .
      La mondialisation des échanges, c’est très précis, ça a consisté à faire sauter toutes les lois et les régulations qui protégeaient les entreprises et les emplois, dans les pays occidentaux, pour les délocaliser, afin de faire plus de profits.
      .
      Contrairement à ce que la propagande a asséné aux Français depuis des années, la « mondialisation inévitable » était parfaitement « évitable  ».

      Elle découle d’une série de décisions mûrement délibérées, qui ont été imposées conjointement par le gouvernement américain et la Commission européenne au tournant des années 1990-1994, dans des réunions, comme l’OMC, le GATT et l’ Uruguay Round.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 janvier 08:28

      @velosolex
      Je ne comprends rien à votre diatribe énervée.
      .
      Il y a une grande différence entre un pays souverain qui fait ses propres lois, et Macron sous tutelle, obligé d’appliquer les lois décidées par Bruxelles, le budget décidé par Bruxelles et les réformes décidées par Bruxelles.

      .
      Parce que la France a signé des Traités néolibéraux, qui le sont depuis le Traité de Rome, mais appliqués sous contrainte de sanctions depuis 1997.
      Et donc, tous les pays signataires doivent appliquer des politiques anti sociales, parce que c’est ce qui convient au capitalisme dans un système de libre échange.
      .
      La Commission se fiche complètement de la couleur politique des Présidents des 28 pays européens ! Vous pouvez mettre un communiste ou un anarchiste à la place de Macron, vous aurez le même résultat ! Pourquoi ?
      .
      Parce qu’un gouvernement qui désobéit est immédiatement rattrapé par la patrouille. Il doit rendre des comptes à la Commission et aux autres pays européens, et s’il ne rentre pas dans les clous dans les 2 ans, il est déféré devant la Cour de Justice européenne.
      .
      Que vous soyez dans le déni des réalités ne change strictement rien.
      Macron n’a pas de comptes à rendre aux Français, mais aux Institutions supranationales européennes.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 janvier 08:49

      @assouline
      Raté ! C’est l’article 48 du TFUE qui explique pourquoi les Socialistes n’ont pas obtenu l’Europe sociale. Avoir la majorité au Parlement européen ne suffit pas pour changer les Traités, même pas pour changer une virgule.
      .
      Il faut l’UNANIMITE, 100% des pays doivent être d’accord + 100% des Parlements. Si un seul pays fait défaut, ou 1 seul Parlement, nada, wallou, rien du tout !
      .
      Tous les Partis politiques promettent de « changer l’ Europe », « refonder l’ Europe », « une Autre Europe », « une Europe sociale », « une Europe démocratique » etc.
      .
      Ils oublient juste de dire à leurs électeurs, que l’article 48 du TFUE rend la probabilité du changement égale à 0. Les pays sont divisés sur tout, vous ne trouverez aucun sujet important qui fasse l’unanimité.
      Allez demander à Merkel, si elle veut une Europe sociale !
      .
      Là aussi, les européistes prennent les électeurs pour des truffes. Il n’est pas possible de changer l’Europe, soit on y reste, soit elle ne convient pas, et on en sort !


    • Le421 Le421 9 janvier 08:58

      @Cadoudal
      C’est vrai que vous préfèreriez que ce gars fasse passer des chiens plutôt que des êtres humains...
      Imaginez qu’un jour, l’un de ces gars fasse sa place en France, bosse bien, aide le pays et donne même son sang à la Croix Rouge.
      Et que de façon concomitante, vous ayez un accident nécessitant une transfusion !!
      Ça serait con, non ??  smiley
      Pour info, je ne sais pas si le sang de chien, même si votre choix irait au berger allemand probablement, conviendrait au mieux !! re  smiley


    • JulietFox 9 janvier 09:54

      @Fifi Brind_acier
      Tandis qu’avec Asselineau, c’est le bonheur assuré.
      Vu le boxon du Brexit, vous n’êtes pas prêts de vendre votre daube.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 janvier 11:05

      @JulietFox
      Tandis qu’avec Asselineau, c’est le bonheur assuré.
      Vu le boxon du Brexit, vous n’êtes pas prêts de vendre votre daube.

      .
      C’est sûr le Brexit, c’est la cata !! Après tous les mensonges et les prévisions apocalyptiques sur le Brexit pendant plus de 3ans, la GB ne s’est pas enfoncée dans l’océan, elle n’a pas fait faillite, les Britanniques n’ont pas quitté l’île dans des boat people pour demander asile politique et économique à la France...

      .
      C’est Waterloo morne plaine, pour les européistes.
      Et pire, Johnson a publié son programme législatif, une horreur !

      Fin de l’austérité, priorité aux services publics, à la santé, 40 hôpitaux à construire, fin de l’immigration de masse, budget en hausse pour l’éducation & la recherche, + 6% de hausse des salaires, réforme de la BBC pas assez objective, la PAC vers le bio... .

      Le chômage est à 4% ! Un vrai désastre, non ?

      Utiliser la PAC directement au niveau national, et l’orienter vers le bio, c’est ce que la GB va faire : « UPR-En route vers le green Brexit ! »


    • assouline assouline 9 janvier 18:11

      @Fifi Brind_acier

      C’est l’article 48 du TFUE qui explique pourquoi les Socialistes n’ont pas obtenu l’Europe sociale.

      Reprenons...
      Les socialistes, supposémment, veulent une Europe sociale...
      Les socialistes agissent donc au niveau européen par le biais du poste ou du mandat qu’ils occupent au sein des institutions de l’Union.
      Car c’est au sein des institutions de l’Union que se discutent et se décident les orientations de la politique sociale de l’Europe... pas dans les traités qui sont des lois organiques...
      Il n’y avait donc pas lieu de modifier les traités organiques de l’Union pour agir sur la future politique sociale de l’Union.
      D’ailleurs, les dispositions de l’article 48 ne font que fixer les modalités de modification des traités européens... pas les modalités de changement de la politique sociale européenne...
      Ces dispositions de l’article 48 n’augurent en rien de ce que sera par la suite la politique sociale de l’Union.
      Pas plus que la Constitution française n’augure de ce que sera la politique sociale de la France...
      Laquelle est discutée et adoptée par les élus au sein des institutions législatives françaises...
      Et sans qu’il y ait lieu pour ce faire d’envisager une modification des lois organiques de la République...
      Et, c’est la même chose au niveau européen !

      En fait, l’article 48 du TFUE n’a rien affaire avec les intentions sociales des législateurs européens...

      Rien à voir...

      Pour ceux qui veulent savoir et comprendre, c’est par ici :
      https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:12008M048:fr:HTML


    • assouline assouline 9 janvier 18:16

      @Fifi Brind_acier

       Après tous les mensonges et les prévisions apocalyptiques sur le Brexit

      Faut-il vous apprendre que le Brexit n’a pas encore eu lieu ?
      Et que, malgré tout, la Livre y a déjà laissé des plumes ?

      Notons que sans être « apocalyptique », le Brexit peut être très néfaste, ce qui serait suffisant à le regretter... Surtout lorsque l’on est Anglais et Brexiteur... Mais lorsque l’on est Espagnol ou Allemand aussi...


    • assouline assouline 9 janvier 18:33

      @Fifi Brind_acier

      Le chômage est à 4% ! Un vrai désastre, non ?

      C’est exact.
      Mais il est à 4% avant le Brexit et en prévision du brexit... pas après le Brexit...
      En réalité, il s’agit d’un comportement conservatoire.
      Un phénomène bien connu et éditenfié par tous les analystes sauf, peut-être, ceux de l’UPR... Reconnaissons leur le mérite de l’exotisme et de l’originalité...
      Ce chômage à 4% est une réaction ou, devrait-on dire, une « surréaction » des employeur anglais qui craignent, en conséquence du Brexit effectif, une pénurie de main-d’oeuvre et une pénurie de compétences disponibles. Pour s’en prémunir, ces employeurs ont sur-embauché. Il savent se trouver aujourd’hui avec un excès d’emplois dont ils prévoient de se débarrasser dès lors que l’Après-Brexit les aura suffisamment rassurés sur leur capacité à se fournir en main-d’oeuvre et en compétences... comme avant...


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 10 janvier 11:48

      @assouline
      Mais il est à 4% avant le Brexit et en prévision du brexit... pas après le Brexit..

      Meuh non, il est à 4%, parce que la GB n’est pas dans la zone euro !

      Une dizaine de pays a gardé la monnaie nationale, et horreur et prosternation, le chômage y est plus bas que dans la zone euro ! Bien entendu, les Mamamouchis européens se gardent bien de le clamer sur les toits.
      .
      « L’eau mouille et le chômage tue ! »

      .
      « UPR-Etude statistique des rapports entre l’euro & le chômage », par C.H Gallois.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 10 janvier 12:04

      @assouline
      Faut-il vous apprendre que le Brexit n’a pas encore eu lieu ?

      C’est très bien que la Livre sterling ait perdu 10%, ça fait le bonheur des touristes qui n’ont jamais été aussi nombreux ! Le jour où le Franc perdra 10%, nous aurons plus de touristes aussi !
      .
      Le Brexit sera acté le 31 janvier. Commencera une période de négociations commerciales avec la Commission, qui espère bien jouer le prolongations....
      Hélas Johnson n’entend pas se faire balader par la Commission !

      "Le Premier ministre compte présenter dès vendredi aux députés la loi d’application de l’accord de divorce avec l’UE en y incluant la fin 2020 comme date-butoir des négociations avec Bruxelles. "

      Sans accord, ce sont les règles de l’ OMC qui s’appliquent.
      .
      L’UPR a tiré d’ailleurs des leçons !
      Quand nous sortirons de l’ UE et de l’ euro, nous donnerons 3 mois à la Commission pour faire preuve de bonne volonté.
      Sinon, on sort sans accord, et les questions techniques se règleront après.
      .
      PS : Ceux qui vont l’avoir mauvaise, ce sont les pays européens qui vont compenser au budget de l’ UE, le départ de la GB !
      C’est déjà acté, la France paie 3 milliards de plus en 2019, et 4 milliards de plus en 2020. Et kiki va payer ? Ben, c’est vous.


    • assouline assouline 10 janvier 12:34

      @Fifi Brind_acier

      il est à 4%, parce que la GB n’est pas dans la zone euro !

      Dans ce cas, pourquoi le chômage était-il plus élevé avant le vote du Brexit. ?
      Et pourquoi attribuer le mérite d’une baisse du chomage au Brexit ?

      ...puisque la GB n’a jamais fait partie de la zône euro !

      Parmi la dizaine de pays qui ont consevé leur monnaie nationale, il y a ceux qui attendent impatiemment d’y entrée...
       
      Les taux de chomage en Europe sont, entre autres, en 2019 :

      24 % en Bosnie avec une monnaie nationale
      13.4 % en Turquie avec une monnaie nationale
      12% en Albanie avec une monnaie nationale
      9.5% en Serbie avec une monnaie nationale
      7.1 % en Croatie avec une monnaie nationale
      6.8 % en Suède avec une monnaie nationale

      Il n’y a guerre que les vieux pays développés d’Europe qui trimbalent des taux allant de 8 à 14, la france, L’Italie, L’Espagne... mais on a aussi,

      6.7 % en Finlande avec l’euro...
      6.5% au Portugal... avec l’Euro
      6.5% en Estonie... avec l’Euro...
      5.7% en Belgique... avec l’Euro...
      5.3% en Irlande... avec l’Euro
      5.3 % en Slovaquie... avec l’Euro...
      4.6% en Estonie... avec l’Euro...
      4.4% en Autriche... avec l’Euro

      Et, comble de l’ironie, plus fort que la GB,

      3.9 % en Allemagne... avec l’Euro
      3.4 % aux pays-bas... avec l’Euro...

      Que vient donc faire l’Euro dans le problème du chômage ?


    • assouline assouline 10 janvier 13:30

      @Fifi Brind_acier

      C’est très bien que la Livre sterling ait perdu 10%, ça fait le bonheur des touristes

      Ainsi donc, la devise anglaise n’aurait vocation qu’à satisfaire les touristes...
      Et les Anglais, eux, s’accommodent sans difficulté du petit inconvénient de devoir payer leurs importations un peu plus chères... de 10 % seulement...
      Et lorsque que l’on rapporte le nombre de touristes au nombre d’Anglais vivant en Grande Bretagne, on se dit que ça n’a pas beaucoup d’importance...

      Après tout, il ne s’agit que d’une monnaie...


    • assouline assouline 10 janvier 13:41

      @Fifi Brind_acier

      La Commission, qui espère bien jouer les prolongations....
      Hélas Johnson n’entend pas se faire balader par la Commission !

      Chacun se souvient de ce que c’est la Commission qui a adressé les demandes de report successives à Londres, par ce que l’Union n’était pas prête à sortir... del’Union

      Chacun se souvient aussi des sessions houleuses et interminables de la chambre des communes de l’Union à l’issue desquelles le plan de sortie négocié était invariablement refusé...


    • assouline assouline 10 janvier 13:54

      @assouline

      Précisons que si Jonhson avait déjà la ferme intention de ne pas« se faire balader par la Commission », il pouvait quitter l’Union sur-le-champs au moyen du No Deal...

      La Commission n’a jamais empếcher la GB de quitter l’Union sans accord...

      Plusieurs fois, les Anglais indécis ont été menacés d’être mis dehors par l’Union, qui n’avait aucun particulier à négocier...
      La plus fameuse de ces occasions fut celle exprimée par le président Français au début de 2019, excédé par les tergiversations stériles d’une démocratie britannique en décomposition...


    • assouline assouline 10 janvier 14:28

      @Fifi Brind_acier

      nous donnerons 3 mois à la Commission pour faire preuve de bonne volonté.


      Pourquoi la France aurait-elle besoin de la bonne volonté de l’Union pour la quitter ?
      Puisque quitter l’Union serait, selon l’UPR, un bienfait...
      Un bienfait qui se suffirait à lui-même...
      A quoi bon réclamer la bonne volonté de L’Union ?

      L’Union, elle, n’aurait pas besoin de faire preuve de bonne volonté à l’égard la France...
      L’Union n’a pas reclamé d’accord sur le Brexit, pas plus que la sortie de la GB...
      L’Union ne s’est jamais opposée à un No deal...
      Une sortie sans accord, soit un No deal, ne serait un problème que pour la France, par pour l’Union qui ne verrait aucun inconvénient à ne pas négocier...
      Que celui qui veut sortir sorte... rien de plus.
      Il n’y a rien à négocier.
      Et si négociation il doit y avoir, ce n’est qu’après sortie effective de l’U.E.
      Et si négociation il n’y a pas, les rêgle pré-négociées de l’OMC s’appliquent...

      La GB a-t-elle déjà exigé d’une puissance tierce telle que les Etats-Unis qu’elle fasse preuve de bonne volonté à son égard ?


    • assouline assouline 10 janvier 14:38

      @Fifi Brind_acier

      Il faut surtout beaucoup de citoyens qui refusent de lire les feuilles de route de Bruxelles, et qui croient qu’être dans l’ UE...

      Savez-vous que Bruxelles et L’Union n’ont pas inventé le libéralisme...
      Ni même le néolibéralisme qui n’est qu’un néologisme pour tenter de disitinguer les libéralismes d’hier et celui d’aujourd’hui...
      Que lL’Union n’a pas le monopole du libéralisme...
      Qu’ainsi, le libéralisme pourrait exister au sein des nations d’Europe sans même qu’existe l’Union...
      Et que déjà, bien avant l’Union, et bientôt, hors de l’Union, le libéralisme rêgnait et rêgnera en Grande-Bretagne...
      Tant et si bien qu’il n’aura jamais moins rêgné que durant la période européenne de la Grande-Betagne...

    • JL JL 10 janvier 15:21

      @assouline
       
       ’’Tant et si bien qu’il n’aura jamais moins régné que durant la période européenne de la Grande-Betagne..’’
       
       En effet, et paradoxalement, Asselineau veut faire« comme les Anglais mais pour la raison contraire » : trop de libéralisme !!!
       
       Asselineau c’est l’archétype de la droite la plus bête du monde. Enfin, pas si bête, puisqu’il insinue la perplexité et sème la zizanie à gauche.


    • assouline assouline 10 janvier 18:07

      @JL

      Oui... C’est aussi un idéologue déguisé en technicien compétent... et qui galvaude le sens réel des questions techniques un temps soit peu complexes pour tromper et séduire les foules d’innocents... et les gagner à ses convictions purement idéologiques...


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 10 janvier 22:45

      @JL
      Asselineau c’est l’archétype de la droite la plus bête du monde. Enfin, pas si bête, puisqu’il insinue la perplexité et sème la zizanie à gauche.


      .
      Il suffisait que le grand Manitou Mélenchon adopte le programme du CNR + le Frexit, et au lieu d’être à l’ UPR, je serais à la France Insoumise !!
      .
      Au lieu de ça, vous refusez obstinément le Frexit, vous perdez des cadres, des militants et plein d’électeurs.

      Mais vous gardez Obono, qui crache sur la France et les Français chaque matin, et vous défilez avec les islamistes, tout en pleurnichant sur l’attentat à Charlie Hebdo, provoqué par les mêmes islamistes...
      .
      Si vous ne savez plus où vous habitez, vous finirez comme Tsipras et Corbyn.
      Mais rien n’est perdu, alliez vous avec l’UPR, au lieu de chercher à vous allier avec le PS et les Verts pomme, encore plus européistes que le PS !
      .
      Pour s’allier avec l’ UPR, c’est simple.
      Il faut être pour la triple sortie : UE + euro + OTAN.
      Sortir légalement par l’article 50.
      Avoir un solide programme social.
      Que tous les dirigeants tiennent le même discours.
      Et pas des discours différents suivant le public et le lieu.
      .
      Voilà, on vous attend !
      PS : Je vous préviens quand même, si la FI se prononce pour le Frexit, vous serez immédiatement privés de médias. Ce sont les médias qui décident de la réalité, ce dont ils ne parlent pas, n’existe pas.


    • Désintox Désintox 11 janvier 15:08

      @Cadoudal
      « même la Gabonaise Obono à eu plus de voix que lui... »

      Obono vous envoie ses bon vœux.


  • JL JL 8 janvier 13:48

    ’’la « liberté de l’individu » (qui a le « droit » de souscrire un fonds de pension ...’’

     

    La liberté des poulets de se faire manger par les renards.

     

     ’’Au final, l’Etat ne gèrera plus que les missions régalienne’’

     

    Ainsi que les renvois d’ascenseurs et les cadeaux fiscaux aux copains des élus.


    • foufouille foufouille 8 janvier 14:36

      @JL

      ce sera comme les assurances privées qui encaissent le pognon sans vouloir respecter le contrat.


    • Le421 Le421 9 janvier 09:01

      @JL
      Personne ne se pose la question pourquoi Macron renonce à ses 5.200€ par mois de retraite...
      Demandez-vous si BlackRock ou Rothschild va faire des difficultés pour l’embaucher !!
      5.200€ par mois... Pfff !! De quoi aller au resto, à la limite !!  smiley


    • Michel DROUET Michel DROUET 9 janvier 09:12

      @Le421
      Pourquoi il renonce à ses 5200 € ? Parce qu’il prend les gens pour des cons, tout simplement.


    • Yaurrick Yaurrick 9 janvier 11:32

      @Le421@Michel DROUET
      Et si il ne l’avait pas fait, car rien ne l’y obligeait, ça aurait couiné de la même façon... Jamais contents...


    • assouline assouline 10 janvier 14:45

      @Yaurrick
      Hé... oui !
      Preuve peut-être que l’on s’ennuie...


  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 janvier 13:58

    Pour comprendre qu’il s’agit de démocratie au sens strict du terme, « le peuple décide », il faut revenir en arrière, à la Libération, quand les Communistes ont obligé de Gaulle a mettre en place le programme du CNR et « la caisse unique de Sécurité sociale. Ce fut le résultat d’un rapport de force, le PCF faisant des scores électoraux très importants. 

    .

    En GB, c’est pareil, Johnson a été élu massivement avec les voix de l’électorat du Parti Travailliste, pour mettre en oeuvre le Brexit et les lois sociales que les classes populaires attendent, alors qu’elle sont subi les politiques ultra libérales de la Mère Tchatcher pendant des décennies. Voilà, ça s’appelle un rapport de force.

    .

    Il faut quand même disposer aussi de responsables politiques qui ne soient pas des menteurs et des hypocrites, qui se font élire sur un programme, et qui en font un autre, genre Hollande, »l’ennemi de la finance".

    .

    Ce que je constate, c’est que dans ces deux exemples, les Chefs d’ Etats étaient des conservateurs, de Droite, clairement de Droite. Étonnant, non ?

    Faut-il comprendre que de la Gauche ne peut émerger que des menteurs ?


    • Michel DROUET Michel DROUET 8 janvier 15:04

      @Fifi Brind_acier
      Des menteurs ?... où des faibles, plutôt.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 janvier 19:04

      @Michel DROUET
      Des menteurs ?... où des faibles, plutôt.

      .
      Vous leur trouvez encore des excuses à ces fripouilles ? En 1984, quand le Gouvernement de Mitterrand/ Mauroy a voté la loi pour déréguler le système bancaire, c’étaient des faibles ou de gros menteurs ?
      .
      Et notez bien, en Janvier 1984, les 4 Ministres communistes faisaient toujours partie du gouvernement. On les avait quand même tous élus sur la base du Programme Commun de la Gôooche, non ? 
      .

      "Le 24 janvier 1984, le PS votait la première loi bancaire au monde – qui mettait fin à 40 ans de séparation des activités bancaires en France.

      10 ans plus tard, ses effets commenceraient à se faire sentir, avec le début de la constitution des mégabanques universelles.

      Mais ce n’était que le début du processus de dérégulation massive du système financier français, déjà étudiée dans ce billet. N’oublions jamais…

      .

      J’ai fait longtemps confiance à la Gauche, mais depuis sa trahison sur le Traité de Lisbonne, la coupe est pleine, je ne lui fais plus de cadeaux.

      Faites comme moi, vous prenez la liste des gouvernements depuis 1981, et cherchez le bilan législatif de chaque gouvernement.

      Si la Gauche a plus privatisé que la Droite, c’est sûrement par ... inadvertance, non ? Mitterrand a désindexé les salaires dès 1983. 

      Bérégovoy a baissé la fiscalité sur les revenus du capital en 1990

      DSK a fait voter un régime fiscal favorable aux stocks options en 1998. 

      Si la Gauche n’existait pas, le MEDEF l’aurait inventée.


    • Michel DROUET Michel DROUET 8 janvier 19:13

      @Fifi Brind_acier
      Alors des gens simplement dépourvus d’un corpus idéologique comme on a pu le constater ensuite sous Hollande.


    • assouline assouline 9 janvier 02:01

      @Fifi Brind_acier

      Johnson a été élu massivement avec les voix de l’électorat du Parti Travailliste, pour mettre en oeuvre le Brexit et les lois sociales


      Ainsi donc, les Anglais, grands amateurs comme on le sait de lois sociales, s’en serait remis à Johnson, grand socialiste comme on le sait aussi, pour mettre en place les lois sociales que l’Union, dont la Cour de Justice réforme régulièrement les décisions judicaires nationales prises en violation des droits fondamentaux des travailleurs, n’aurait pas elle-même imposé de mettre en oeuvre.

      Ça mériterait un p’tit lien vers une pépite « explicative » d’Asselineau, c’t histoire...


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 janvier 07:34

      @assouline
      Vous en restez comme deux ronds de flan !

      Johnson a compris, comme les électeurs, que Corbyn n’appliquerait pas le Brexit.
      Johnson a joué la carte du Brexit, il a gagné, maintenant, il est bien obligé d’appliquer en tout ou partie le programme de Corbyn !
      Sinon, aux prochaines élections, ces électeurs ne voteront plus pour lui.
      .
      C’est toute la différence avec l’UE.
      Dans un pays souverain, les lois sont votées par le Gouvernement. Dans l’ UE, les lois sont décidées par les Commissaires européens, élus par personne...

      On peut changer de marionnette nationale, mettre Tartempion à la place de Macron, on aura toujours les lois décidées à Bruxelles. 
      .
      PS : Si les Travaillistes sont nuls et accrochés à l’ Europe comme des moules au rocher, ce n’est pas la faute de Johnson. 


    • nono le simplet nono le simplet 9 janvier 08:12

      @Fifi Brind_acier
      Johnson a joué la carte du Brexit, il a gagné, maintenant, il est bien obligé d’appliquer en tout ou partie le programme de Corbyn !

      Maurice Johnson pousse le bouchon un peu loin ...


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 janvier 09:00

      @nono le simplet
      ohnson a joué la carte du Brexit, il a gagné, maintenant, il est bien obligé d’appliquer en tout ou partie le programme de Corbyn !

      .
      La différence, c’est que Macron a été élu grâce au vote de 52% des électeurs de la France Insoumise, soit 3,5 millions de voix, mais que Macron, contraint par Bruxelles, ne peut pas tenir compte des revendications de l’électorat de Mélenchon... ! Voilà un des multiples désavantages de l’ Union européenne.


    • Le421 Le421 9 janvier 09:05

      @Fifi Brind_acier

      La différence, c’est que Macron a été élu grâce au vote de 52% des électeurs de la France Insoumise

      Faux !!
      51, 67 % exactement.
      J’ai eu personnellement le décompte par le cousin du facteur de ma belle-mère qui a eu l’info d’un copain qui est en liaison Facebook avec l’institut de sondage OPIF, connu pour ses parutions dans Mickey-Parade notamment.
      D’ailleurs, tous mes amis LFI du cru ont voté Macron au deuxième tour, y compris moi.
      Tant qu’à raconter des conneries, faites-le correctement.


    • JulietFox 9 janvier 09:56

      @Le421
      Mmmmmooouuaaaaahhhhhhhhhhhhhhh !


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 janvier 11:14

      @Le421
      Tant qu’à raconter des conneries, faites-le correctement.


      .
      Alors que l’UPR avait prévenu du vrai programme de Macron, les conneries, ce sont les regrets de ceux qui ont voté pour un candidat européiste !
      Mais qu’est-ce qu’on a été cons !
      .
      Même les policiers le font remarquer aux manifestants !
      « Vous assumez ce que vous avez élu ! »


    • assouline assouline 9 janvier 18:45

      @Fifi Brind_acier

      Pour comprendre qu’il s’agit de démocratie au sens strict du terme, « le peuple décide »,il faut revenir en arrière, à la Libération, quand les Communistes ont obligé de Gaulle a mettre en place le programme du CNR...


      En quoi nous faudrait-il comprendre qu’il s’agit de « démocratie au sens strict du terme ; le peuple décide » ?
      On ne voit là que la pression des Communistes sur De Gaulle !
      Vous ajoutez à l’appui de ça que les Communistes faisaient des scores électoraux très importants...
      Vous considérez donc que le « score électorale important » témoigne fidèlement de ce que vous appelez « la démocratie au sens strict du terme »...
      Ainsi, notre démocratie, où les partis en place font nécessairement des scores électoraux importants, est bien une « démocratie au sens strict du terme » !
      Et la volonté européenne des partis qui font des scores électoraux importants est bien issue d’un processus « démocratique au sens strict du terme »

      On serait presque rassuré...


    • assouline assouline 9 janvier 18:48

      @Fifi Brind_acier

      Même les policiers le font remarquer aux manifestants !

      Alors... Si même les flics le disent...

    • assouline assouline 10 janvier 13:16

      @Fifi Brind_acier

      maintenant, il est bien obligé d’appliquer en tout ou partie le programme de Corbyn !

      Johnson !
      Obligé d’appliquer le programme de Corbyn pour ne pas perdre des électeurs ! Mais comment pourrait-il conserver les siens s’il applique le programme de l’opposition travailliste ?

      Dans un pays souverain, les lois sont votées par le Gouvernement.

      L’Union européenne souveraine a donc bien raison faire de voter ses directives par ses institutions...

    • Désintox Désintox 11 janvier 15:11

      @Le421
      « D’ailleurs, tous mes amis LFI du cru ont voté Macron au deuxième tour, y compris moi. »

      Moi, je suis allé me promener.


    • Michel DROUET Michel DROUET 11 janvier 15:41

      @Désintox
      Moi aussi !


  • Spartacus Spartacus 8 janvier 14:06

    Le neoliberalisme n’existe pas. Il n’y a personne ou théorie qui ne s’en réclame.


    On trouve ce mot employé par Charles Gide en 1898, pour désigner les mouvements nationaux-socialistes Italiens et retombé en désuétude après.


    Dans les années 80 ce mot est ressorti par les idéologues « transféritistes » (ceux qui adorent vivre de la spolation par l’intermédiaire de l’état (socialistes, communistes, étatistes)) pour stigmatiser les théoriciens libéraux anti-Keynesiens défendant les idées de non intervention Keynesienne de l’état dans l’économie et la marché libre.


    Le transferitisme sont le regroupement des idéologies des choix publics pour des « avantages concentrés » contre les "coûts dispersés" par l’intermédiaire de la force coercitive de l’état.

    Dépenser l’argent des autres pour les minorités ou les castes, généralement passagers clandestins des avantages qui profitent des intérêts des masses victimes qui ne peuvent valoriser leurs préjudices diffus et quantifiables pour se rebeller.


    Le neoliberalisme est un mot utilisé pour stéréotyper, et stigmatiser par les transferitistes, pour éviter de répondre des conséquences et perversions du tranferitisme sur les masses diffuses.


    Le neoliberalisme s’oppose au transferitisme...


    • Michel DROUET Michel DROUET 8 janvier 15:00

      @Spartacus
      « transféritisme » : vous venez d’inventer le mot ?
      Néolibéralisme : Bourdieu en parle en 1998
      Comment alors conclure qu’un concept (le transféritisme) qui n’existe nulle part s’oppose au néolibéralisme ? 


    • samuel 8 janvier 15:24

      @Spartacus

      Si il y a bien un mouvement quiq n’a aucune base scientifique c’est le « transferitisme » smiley


    • Michel DROUET Michel DROUET 8 janvier 15:41

      @samuel
      C’est bien ce qui me semblait.


    • samuel 9 janvier 09:38

      @Spartacus

      « Le neoliberalisme n’existe pas. Il n’y a personne ou théorie qui ne s’en réclame. »


      Napoléon ne se déclarait pas dictateur !



    • samuel 9 janvier 09:56

      @kimonovert

      La fameuse science des âââââânes


    • Homer Dhalor 11 janvier 12:48

      @Spartacus

      Alors moi j’aime bien Spartacus car il nous apprend souvent des mots compliqués, donc quand j’ai vu trasferitisme je me suis dis chouette un nouveau mot compliqué à découvrir et j’ai été en chercher la signification.

      La seule allusion à ce mot que je l’ai trouvé c’est : « transfer », it is me

      Ce qui donne : Le néolibéralisme s’oppose au

      transfert c’est moi...

      Je reste dubitatif sur ce coup la smiley


  • Jeekes Jeekes 8 janvier 14:49

    ’’Si on devait résumer en utilisant des références cinématographiques, on pourrait dire : « Il y a ceux qui ont le révolver et ceux qui creusent » (Enio Morricone), « Touche pas au grisbi, salope » et « Les cons osent tout, c’est à ça qu’on les reconnait » (Les tontons flingueurs).’’

     

     

    @ l’auteur : Tsss, Tsss, Tsss, merde alors !

     

    Allons, tant qu’à faire des citations, faisons-les correctement.

     

    ’’Il y a ceux qui ont le révolver et ceux qui creusent’’

     

    Nan-Nan ! C’est en réalité :

     

    ’’Tu vois, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses.’’

     

    Du film ’’Le Bon, La Brute et Le Truand’’ de Sergio Leone (Dialogues Luciano Vincenzoni) et en aucun cas par Enio Morricone qui n’a fait que la musique.

     

     

    ’’Touche pas au grisbi, salope !’’ Et ’’Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait’’

     

    Du film ’’Les Tontons flingueurs’’ de Georges Lautner (Dialogues de Michel Audiard)

     

     

    D’accord, ça ne change pas grand-chose, mais c’est quand même mieux quand c’est correctement cité.

    Hein ?

     


  • André Martin 8 janvier 16:17

    Michel, je partage totalement votre analyse.

    Voir quelques-une de mes contributions sur

    La réforme Macron de 2019


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 8 janvier 17:11

    Ce n’est plus le « néo-libéralisme » thatchérien qui est aux manettes, mais le « libertarianisme » dont la doctrine du se rapproche de celle de l’anarcho-capitalisme par le fait qu’aucun impôt n’est envisageable (excepté pour subvenir aux besoins de la police et de la justice chargées de veiller à la protection de la propriété privé généralisée) ni aucune loi relative au droit de la concurrence qui sanctionnerait les pratiques anticoncurrentielles ou anti-monopole.

    La doctrine libertarienne est en faveur d’une société permissive :

    • sans service étatique (ni service militaire obligatoire ni fonction publique),
    • sans prohibition concernant le blasphème, la discrimination, la consommation de drogue, les pratiques sexuelles entre adultes consentants, la pornographie
    • sans aucune réglementation étatique liée à la sécurité personnelle tel que le port du casque ou de la ceinture de sécurité.

    Le programme n’est pas encore complètement réalisé, mais il progresse des deux côtés de l’Atlantique en commençant par la destruction systématique des états.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 8 janvier 17:34

      @Séraphin Lampion
       pour la retraite, le but du jeu, c’est de rendre le système actuel tellement instable et inquiétant que les salariés prendront spontanément une « assurance » (apitalisation) complémentaire qui deviendra principale puis unique, comme les « muteuelles » (assurances maladie privées) avec la sécu


    • JL JL 8 janvier 18:43

      @Séraphin Lampion
       
       Excellent résumé
       
       « Le programme libéral ne peut pas réussir à convaincre sous ses couleurs : il faut qu’il avance masqué. » Serge Halimi
       
       Aujourd’hui qu’il est démasqué, il avance à pas de géants.


    • Michel DROUET Michel DROUET 8 janvier 19:15

      @Séraphin Lampion
      C’est très clair !


    • Michel DROUET Michel DROUET 8 janvier 19:16

      @Séraphin Lampion
      Bonjour
      Le néolibéralisme tatchérien me semble un peu daté, quant au libertarianisme avec son côté permissif nous en sommes encore bien loin me semble t’il.


    • velosolex velosolex 9 janvier 00:00

      @JL
      Ambiance qui rappelle le sac de pays entiers par des puissances étrangères, vol de brevets, démantèlement des usines, imposition de groupements privés sur les instances publiques.
      Avec l’assurance qu’il faut profiter que l’ennemi est à terre pour ruiner toutes ses structures. 
      Voilà un moment que cette bande en marche vers leurs intérêts me rappelle les crapules fascisantes qui liaient des amitiés d’industrie d’un pays à l’autre. 
      Bien sûr il n’y a plus les uniformes et les casquettes « Hugo boss », mais la suite hallucinante des scandales, de délits d’initiés, me fait de plus en plus penser à une république de voyous. 
      De temps en temps on tente de mette le peuple au garde à vous, larme à l’œil, à l’occasion d’une commémoration. Un officiel a eu le culot de s’indigner de la grève qui n’a pas donné aux radios et aux télés la grande place qui aurait du être donné aux commémorations de charlie...On en est là….
      Il y a une dichotomie totale avec les besoins de la planète, qui traverse une crise grave et les hommes en place, arc boutés sur leurs certitudes libérales, issus de Thatcher et de l’école de Chicago.
      Jamais il n’y aurait eu autant besoin d’état, d’objectifs déconnectés de l’économie prédatrice, jamais on n’a autant laissé faire, croyant semble t’il que la catastrophe finale réglera le problème. Ce qui n’est pas faut d’ailleurs en forme d’humour noir. 


    • Michel DROUET Michel DROUET 9 janvier 08:37

      @velosolex
      La paix, c’est la poursuite de la guerre par d’autres moyens (brevets, usines, évasion fiscale,...)


  • Le421 Le421 8 janvier 18:21

    Faut pas chercher midi à quatorze heures.

    Le PIB et la richesse augmentent.

    On maintient le niveau des dépenses (retraites ou services publics) pour augmenter les dividendes des actionnaires.

    C’est aussi simple que ça.

    Maintenant, travailler ne permets plus de devenir riche.

    Celui qui l’est déjà gagne sans se fatiguer, juste à maintenir son entregent...

    Et celui qui bosse comme un con stagne inexorablement.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 janvier 19:13

      @Le421
      Maintenant, travailler ne permets plus de devenir riche.

      .
      Charles Sannat vient de découvrir un nouvelle étonnante, ce sont les ouvriers et les employés qui achètent le plus de logements pour les louer...

      "Bref, ce petit peuple qui pue, comme le disaient les Inconnus dans leur spectacle des années 90, figurez-vous qu’il investit massivement dans l’immobilier locatif, comme si, inconsciemment, ce petit peuple avait compris naturellement, sans faire HEC ni des 3ème cycles en finance, que mieux valait acheter des maisons et des appartements qui rapportent chaque mois un loyer avec de l’argent prêté gratuitement par des banques centrales aux abois, plutôt que de se casser les reins à mettre de l’argent de côté sur un contrat d’assurance-vie en fonds en euros dont le rendement tend vers zéro."



    • Michel DROUET Michel DROUET 8 janvier 19:18

      @Le421
      Très bon résumé de la doctrine néolibérale.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 janvier 22:46

      @Le421
      Et celui qui bosse comme un con stagne inexorablement.


      C’est normal, la Commission européenne estime qu’il ne faut pas augmenter les salaires, pour cause de « com-pé-ti-ti-vi-té » ! C’est écrit noir sur blanc dans les feuilles de route de Bruxelles pour la France.
      .
      Si on augmente les salaires, (et donc aussi les cotisations), les produits français sont plus chers, et comme nous sommes dans un système de libre échange, les produits français ne se vendent pas à l’exportation.
      C’est ce qui explique que le commerce extérieur français, c’est la Bérézina !
      .
      Et ils ne sont plus compétitifs non plus, sur le marché intérieur, par rapport aux produits importés. Ce sont les charmes discrets de la monnaie commune.
      .
      Quand on ne peut pas dévaluer sa monnaie, le Gouvernement est contraint de faire « une dévaluation interne », c’est à dire de compresser la masse salariale et de détruire les acquis sociaux qui correspondent aux cotisations salariales, pour faire baisser le prix des produits français.
      .
      Sauf, évidemment pour l’Allemagne. Pour elle, l’euro /$ est plus bas que si elle avait gardé le mark, elle peut donc exporter avec un différentiel d’environ 20% de moins que les produits français...
      .
      Voilà pourquoi la monnaie commune est en train de nous ruiner et de pousser à la disparition du modèle social français...
      « Les ravages sociaux de l’euro, une politique délibérée ».
      .
      Ah oui, j’allais oublier, l’euro a été justement imposé pour que les pays de la zone euro ne puissent pas se défendre, ni protéger leurs acquis sociaux, et envoyer « les Etats providence aux égouts », comme dit si joliment, l’inventeur de l’ euro...


    • Le421 Le421 9 janvier 09:12

      @Fifi Brind_acier
      Mais ouais, mais ouais...
      Ma copine Véronique, caissière à temps partiel à Casino, a acheté un immeuble qu’elle loue à des collègues du magasin.
      J’ai particulièrement apprécié le confort de sa Maserati Levante qu’elle vient de s’acheter.
      Moi, j’en suis resté aux modestes marmottes dans mon hangar qui plient le chocolat dans le papier alu. Je sous-traite pour une célèbre marque...  smiley
      Ça gagne moins, mais j’adore ces petites bêtes.
      Problème, avec le froid, elles n’en branlent pas une !!


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 9 janvier 09:49

      @Fifi Brind_acier
      Et avec tout ce qu’ils nous font et que vous relatez si bien, vous ne voulez pas vous servir de l’armée pour leur faire sentir leur pourriture.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 janvier 11:23

      @Le421
      Vous vous étonnez à tort, vu que les classes populaires sont bien plus nombreuses que les cadres... Avec des taux d’emprunt très bas, il vaut mieux qu’ils investissent dans la location, que dans l’assurance vie, qui rapporte des clopinettes, ou dans la retraite par capitalisation, des clopinettes aussi...

      Au Chili, avec un salaire mensuel de 1200 euros, les retraités touchent 350 euros de retraite.


    • Yaurrick Yaurrick 9 janvier 12:28

      @Fifi Brind_acier
      Investir dans de la pierre à un but locatif, c’est de la capitalisation...


    • assouline assouline 9 janvier 18:55

      @Fifi Brind_acier

      les produits français sont plus chers, et comme nous sommes dans un système de libre échange, les produits français ne se vendent pas à l’exportation.


      Alors que dans un système d’échange réglementé, les produits français plus chers se vendraient comme des petits pains...
      Il suffisait d’y penser...

    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 9 janvier 20:13

      @Yaurrick
      Bien sûr, mais investir dans l’épargne que proposent les banksters, c’est de l’inconscience !

      Après les banquiers, voilà que les assureurs peuvent piocher dans l’épargne de leurs clients pour se refaire une cerise !

      ça c’est plus de la capitalisation, c’est du vol, pur et simple.
      .
      Dessin : un pauvre qui vole un riche, c’est un délit, mais les riches qui volent les pauvres, c’est un système économique.


    • assouline assouline 10 janvier 15:47

      @Fifi Brind_acier

      Après les banquiers, voilà que les assureurs peuvent piocher dans l’épargne de leurs clients pour se refaire une cerise !

      ça c’est plus de la capitalisation, c’est du vol, pur et simple.


      Précisons d’abord qu’il n’est question ici que des assureurs-vie...
      Ajoutons ensuite qu’il s’agit d’une vaste connerie...

      Un assureur est tenu de redistribuer aux épargnants une large partie des bénéfices générés par un fonds en euros. Toutefois, il n’est pas obligé de le faire immédiatement et peut provisionner une partie de ces bénéfices pour les reverser ultérieurement. C’est la Provision pour Participation aux Bénéfices PPB ).

      La provision pour participation aux bénéfices est un mécanisme utilisé dans de nombreux contrats d’assurance-vie pour lisser la performance d’une année sur l’autre
      Pour garantir la solvabilité et la viabilité des fonds de placement, et donc garantir le capital investi par les épargnants, Bercy a autorisé les assureurs à geler et à conserver une partie de la PPB en l’intégrant provisoirement dans ses capitaux propres. L’opération doit cependant donné lieu à écriture comptable.

      Mais, ce type d’opération ne peut être mie en oeuvre que lors de circonstancences exceptionnelles comme le climat de taux négatifs sur une longue durée que nous traversons actuellement. Ou lors de risque de faillite et donc de perte du capital acquis par les épargnants.

      Et surtout, la part gelée doit être restituée à l’épargnant partransfert des gains ultérieurs au plus tard 8 ans après la mesure de gel décidée.

      Ainsi, à la condition de ne pas casser son contrat d’assurance-vie dans le courant des 8 années qui suivent, l’assuré retrouve l’intégralité du capital acquis. Rien n’est volé.

      Buvez à la source plutôt qu’aux sorties d’égouts :

      https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/taux-negatifs-bercy-cede-aux-demandes-des-assureurs-vie-1157293

      En réalité, il s’agit là d’une opération comme on en trouve régulièrement au sein des sociétés du CAC40. Tous les bénéfices engrangés, lorsque c’est le cas, par lesdites sociétés ne sont pas automatiquement versés sous forme de dividendes aux actionnaires. Le plus souvent, une partie reste intégrée pour une durée indéfinie aux capitaux propres de la sociétés. Toutefois, l’épargnant actionnaire récupère automatiquement la part de capitaux propres qui lui revient à la cession de ses titres.


Réagir