lundi 5 août - par C’est Nabum

Le cavalier désarçonné

Le puissant aux pieds d'argile.

Il était une fois un seigneur en son domaine, un être impitoyable pour ses serviteurs et les serfs qui tentaient de survivre en exploitant ses terres. L'homme ne se souciait guère des récoltes et chevauchait, indifférent et hautain, foulant aux pieds de son cheval le blé qui lève, couchant la luzerne ou bien piétinant les graines qui germent.

Il en avait été ainsi de tous temps. Le seigneur est maître en son domaine et l'homme, comme ses glorieux ancêtres, ne se souciait guère des manants, des gueux, des ladres et des pauvres gens qui n'étaient pour lui que vermine et vermisseaux. Seul monsieur le curé trouvait grâce à ses yeux, devant lui il boutait son chapeau, craignant d'offusquer le maître des cieux en dédaignant son valet.

Il fut, dans ce temps, un appel à la croisade : une belle aventure en terre infidèle, une jolie excursion pour ceux que l'oisiveté gagnait. Un peu de sel dans l'existence, quelques joyeux massacres et de belles rencontres, une épopée céleste pour conquérir la vie éternelle ; il n'y avait rien de tel pour contenter cet important et vaniteux personnage.

Le voilà qui se harnache, se vêt de pied en cap d'une armure lourde et encombrante : panoplie fort peu idoine pour affronter le soleil de l'Orient. Mais, comment se soucier de tels détails quand l'habit fait le moine ou bien le guerrier ? Notre seigneur était paré pour l'aventure glorieuse et voulait que chacun en son domaine le voie avant son grand départ.

Il enfourcha son destrier et se lança dans le tour du propriétaire, s'appliquant à fouler aux pieds tout ce qui pouvait l'être afin de laisser un souvenir impérissable à tous ses vilains. C'est ainsi qu'on assoit son autorité pensait-il, alors qu'il filait au galop et que son cheval sautait un fossé.Fut-ce inattention de sa part ? Toujours est-il que ce cavalier émérite fut désarçonné à la réception de sa monture et qu'il chut lamentablement devant les paysans et les serviteurs regroupés pour profiter de sa parade.

L'homme geignait, il était tombé lourdement, engoncé dans son armure. Incapable de se relever, il gesticulait à l'identique de ces vermisseaux dont il aimait souvent à se gausser. Il appelait à l'aide et, semble-t-il, personne parmi ses sujets n'entendait ses plaintes. Son domaine longeait le chemin de Saint Jacques ; des pèlerins passaient par là, la démarche lente de ceux qui ont la sagesse accrochée à leurs sandales.

L'un d'eux s'approcha de l'homme à terre. Il avait vu toute la scène au loin durant son approche et avait compris à qui il avait affaire. Le sage lui souffla alors un conseil des plus pertinent : « Grand Seigneur, maintenant que vous voilà à terre, pensez donc à prier comme il convient notre Seigneur des cieux. Seul Lui, dans sa grande mansuétude est capable de vous venir en aide ! »

Le juron qui répondit à ces paroles ne mérite pas d'offenser vos oreilles. Certains affirment qu'il était blasphématoire et que le pèlerin se signa avant que d'aller plus loin, poursuivre sa quête spirituelle. Pourtant le marcheur avait raison : en se mettant à genoux, le cavalier pouvait plus facilement se relever ensuite au prix d'un effort important. Mais l'homme était aussi sot que puissant ; c'est bien souvent le cas du reste !

Un jongleur qui s'en allait à la grande fête de saint Nicolas à Moret-sur-Loing, avait, lui aussi, assisté à la farce. Il s'approcha à son tour tout en jonglant avec quelques massues. « Grand personnage dont j'ignore le titre, vous voilà à terre comme ceux que vous humiliez chaque jour. Organisez donc un grand banquet pour votre départ au lieu d'une telle mascarade. Invitez tous vos gueux et permettez-moi d'animer la soirée, et je lâcherai ces massues pour vous relever dans l'instant. Sinon, vous recevrez sur la tête ces objets qui volent entre mes mains, ce sera le prix à accepter ! »

Je préfère taire la réponse de l'homme à terre. Il se tordait comme un ver de terre, le dos dans la boue ; on entendait tout juste ses grognements. Ce qui est certain c'est qu'il refusa tout net cette proposition inacceptable à ses yeux. Il resta dans cette posture peu glorieuse et le soleil se coucha. Chacun rentrant dans sa masure tandis que le seigneur était toujours à terre.

Au chant du coq, l'homme était frigorifié, mortifié, humilié. Il écumait de rage. Un paysan allant aux champs passa tout près de lui. L'homme était vieux, il ne craignait plus rien et se permit de parler à son seigneur. « Mon maître, vous voilà bien puni de votre hautaine attitude. Il est pourtant un moyen de vous sortir de cette fâcheuse posture. Vous voyez l'âne qui m'accompagne, accrochez-vous à sa queue et vous serez sur pied quand il avancera ! »

L'insulte était insupportable. Le seigneur promit le fouet, la corde et l'enfer à ce maudit cul-terreux. Se faire aider d'un âne était la pire des solutions ; il en aurait perdu ses lettres de noblesse. Il était inconcevable d'user de cet expédient. Il tonna, cracha, injuria le pauvre vieux si fort que le brave animal leva la queue et lui fit offrande odorante en guise de réponse.

La journée passa ainsi sans que nul ne daigne lever le petit doigt pour ce personnage exécré de tous. Même en cette terrible période de disette, qui sème le vent récolte abondamment la tempête. Il avait largement mérité ce qu'il lui advenait. Il n'était que temps de vivre son chemin de croix avant d'aller délivrer le tombeau du notre Seigneur Jésus Christ.

Le soir enfin, un homme portant crécelle vint jusqu'à lui. « Seigneur, votre posture est aussi fâcheuse que la mienne. Nous pouvons nous donner la main ; rien de pire désormais ne peut nous advenir. Je veux bien vous aider, je n'ai rien à vous demander ; mon sort est scellé depuis si longtemps. Quittez votre gant et je vous relèverai bien volontiers ! »

Le seigneur,à bout de force obtempéra. Il tendit cette main que lui réclamait ce pauvre hère. C'est ainsi que, grâce au lépreux, il se retrouva enfin sur ses pieds. Il regagna son château ; il avait la mine basse et venait de comprendre la terrible leçon qu'il avait subie devant tous les siens. Il se perdit en prières pour faire pénitence …

Ce seigneur ne partit pas aux croisades. Il avait reçu plus que l'aide de ce pauvre lépreux. À son tour, il fut porteur du mal terrible mais sa vie avait changé. Il y avait dans son regard une lumière qui, en dépit des souffrances, faisait de lui enfin un humain. Il avait accompli sa croisade, son chemin de foi et de sagesse sans répandre le sang et la peur.

Il acheva sa vie après avoir gagné l'estime des siens. Il avait ouvert les yeux et ce n'était pas du haut des tours de son château ni même sur son fier destrier. C'est en se retrouvant à terre qu'il avait acquis cette humanité qu'on oublie bien souvent quand on prend de la hauteur. Que beaucoup tirent profit de cette histoire, elle se moque du temps et des époques ! Ce n’est ni avec un glaive ou une kalachnikov que l’ont peut évoquer le nom de Dieu.

Chevaleresquement sien



15 réactions


  • Lambert 5 août 14:21

    Cette leçon se passe très bien de commentaire.


  • Jean Guillot Jean Guillot 5 août 16:21

    On pourrait mettre cette fable au goût du jour  : « Macron à terre demandant au gilets jaunes martyrisés et éborgnés par ses soins de lui venir en aide »

    Macron se relevant grâce à l’aide d’un gilet jaune faisant parti de la classe des sans dents .

    Puis Macron finissant sa vie dans la misère en secourant les pauvres smiley


  • baldis30 5 août 17:45

    bonsoir

     «  le marcheur avait raison  »

    Hein .... quelle phrase saugrenue !   smiley  smiley


  • Agafia Agafia 5 août 19:48

    Bonsoir,

    Juste comme ça, en passant, vous savez que c’est une grosse connerie cette histoire de chevalier en armure, incapable de bouger, totalement handicapé au sol, et qu’il fallait hisser sur son cheval avec un palan.

    Les cavaliers en armes, cataphractaires, chevaliers et autres cavaliers en armures étaient tout à fait autonomes, montaient et descendaient de cheval sans aide, et se battaient à terre sans problèmes. (Ce qui est tout à fait logique. Et penser le contraire serait une offense à l’intelligence de nos ancêtres.)

    En témoigne,entre autres, le manuscrit de Talhoffer de 1459 mettant en scène les combats au sol entre guerriers en armures...

    Sinon, jolie petite histoire...


    • cathy cathy 6 août 09:16

      @Agafia
      les orientaux ne connaissent pas l’histoire européenne, alors ils brodent en se faisant plaisir.


    • C'est Nabum C’est Nabum 6 août 18:25

      @Agafia

      J’aime les gens trop raisonnables qui viennent se mêler de mes bonimenteires

      Ceux-là, je sais qu’il convient de les éviter


  •  Je suis quand même un peu étonné qu’il ne ce soit trouvé quelques clampins ou autres gueux dansant pour achever la bête en toute discrétion à la faveur d’un crépuscule embrumé *

     « haro sur le baudet  ! » l’occasion faisant le larron  smiley

    * (évidemment çà coupait court à la fable )  smiley


  • juluch juluch 6 août 21:04

    belle histoire et belle leçon que l’on pourrai retranscrire encore à notre époque

    pour info, la cavalerie Franc lors des croisades a infligée de lourds dégâts aux Sarazins.


Réagir