samedi 22 mai - par LATOUILLE

Écologie : EELV, l’Humain et le rêve

 D’élection en élection EELV, le mouvement d’écologie politique français, n’arrive pas à franchir la barre électorale sauf pour deux exceptions : les élections européennes considérées comme peu importantes par les citoyens, et les élections municipales de 2020. Concernant ces dernières le parti EELV se berce d’illusion ; dans la plupart des villes, avec un taux d’abstention remarquablement élevé pour ce type d’élection, il n’a été élu que grâce à une union avec d’autres partis, parfois comme à Poitiers le mouvement Poitiers Collectif, s’il a bien mis à sa tête une représentante de EELV, est un amalgame remarquablement hétéroclite dont il est difficile de déterminer qu’elles sont son orientation et son engagement politique. La vague verte n’est sans doute qu’une vaguelette.

 

 Je laisserai aux politologues le soin d’analyser ces échecs et ce succès en demi-teinte. Ce que je retiens de la situation électorale de EELV c’est son impopularité ; impopularité prise en son sens élémentaire : qui déplaît au peuple, le mouvement des Gilets Jaunes en fut une expression. Les causes en sont certainement multiples et complexes, parfois loin de la raison et souvent proches de réactions affectives. Ne serait-ce pas parce que cette écologie politique ne ferait aucune place à l’Humain ?

 

 Les citoyens les plus humbles, et sans doute d’autres plus aisés, rejettent l’écologie parce qu’elle se présente sur un fond de technicité outrageuse. Là on veut installer des champs d’éoliennes au mépris de la qualité du paysage, là on veut imposer la voiture à moteur électrique sans tenir compte du coût financier et au mépris des conséquences secondaires : déchets qu’on ne sait pas recycler, exploitation des travailleurs (souvent des enfants) dans les pays pauvres, et moindre économie « carbone » au bout de la chaîne, ailleurs on piétonnise les villes sans tenir compte des problèmes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite et pour les livreurs des commerçants pour un bénéfice minime quand ce n’est pour un bénéfice nul puisqu’on ne fait que déplacer le problème comme à Paris avec la fermeture des voies sur berge ou à Poitiers en renvoyant la circulation sur des voies moins « aérées » et créant ainsi une pollution de l’air et une pollution sonore pour les habitants jusqu’alors préserver, ou encore on capture des pans entiers de nature au prétexte de préserver la biodiversité au mépris de la connaissance des effets d’une surpopulation animale et en rejetant les agriculteurs comme à Léoncel dans le Vercors… D’évidence les solutions ne sont ni simples ni entièrement et unanimement satisfaisantes, mais l’impression qui se dégage c’est que l’écologie ne serait mue que par des principes issus d’une technologie incertaine qui ne tiendrait pas compte des Humains, de leurs envies, de leurs aspirations, de leurs rêves… Et peut-être pas non de leurs besoins.

 

 On en voit l’illustration avec l’histoire de sapin de Noël à Bordeaux, du Tour de France à Lyon. Là il s’agissait pour les élus EELV de coller à leurs principes, à leur idéologie de la propreté et de la purification du monde. Ont-ils pensé que le Tour de France est aux citoyens humbles ce que Roland Garros est à l’élite privilégiée ? Ont-ils songé que le sapin de Noël sur une place publique est aux citoyens les plus humbles un moment d’émerveillement que beaucoup ne peuvent pas s’offrir avec leur RSA, leurs indemnités chômage ou leur SMIC ? Et voilà qu’après nous avoir expliqué que le Tour de France devrait être banni des villes, que les sapins de Noël sont une atteinte épouvantable à la nature, voilà que les écolo-bobo et surtout nunuches veulent régenter les rêves, en commençant par celui des enfants. Tout le monde sait aujourd’hui l’importance du rêve et que tout rêve ne devient pas action ni même projet, mais que, comme l’écrivait Faulkner, sans rêves fous il n’y a pas de projets.

 C’est ainsi qu’interpellée par une conseillère municipale d’opposition à propos de la suppression des subventions municipales aux aéro-clubs de la ville Madame la maire a ainsi répondu : « L’aérien, c’est triste, ne doit plus faire partie des rêves d’enfants. Vous ne vous rendez pas compte des rêves dont on doit préserver les enfants. Je considère que c’est protéger les enfants et protéger leur avenir que de prendre ce type de décision. » Il s’agissait de subventions qui permettaient à ces aéro-clubs d’offrir des baptêmes de l’air à des enfants. Outre que la déclaration de madame la maire relève d’une grande faiblesse intellectuelle et culturelle, et témoigne d’un profond mépris pour les personnes. Veut-elle aussi introduire le « lavage de cerveau » dès l’école maternelle, la crèche ?

 

 Poitiers illustre bien ce mépris pour l’Humain dans les réflexions (si ce sont des réflexions) de EELV. Alors que Madame la Maire était invité par une association de personnes en situation de handicap à assister, en présence de la presse, à une visite de commerçants qui avaient fait de gros efforts pour rendre leur commerce accessible, Madame la Maire répondait qu’elle était retenue ailleurs et donc indisponible, soit et c’est compréhensible et excusable mais que n’a-t-elle délégué un autre élu ! Dans le même temps le journal municipal, Poitiers Mag, apprend aux citoyens qu’alors qu’il n’y a pas de conseiller municipal délégué au « handicap », aux personnes âgées, il y a un conseiller municipal délégué à la « bientraitance animale ». Il n’est pas question d’opposer la bientraitance animale à la bientraitance humaine, mais à ne pas nommer dans une prise en compte spécifique la seconde on finit par la négliger puis par l’oublier. Les élus de Poitiers, et plus généralement les membres de EELV, devraient se souvenir de la phrase de Camus : « à mal nommer les choses on finit par accroître les malheurs du monde ».

 

 Dans ce sens on appréciera la déclaration de Monsieur Jadot qui, questionné par un journaliste sur sa participation à la manifestation des policiers devant l’Assemblée nationale, répondait qu’il se fout des critiques… Puis il ajoutait que si son parti arrivait au pouvoir il aurait bien besoin de la police. Bien sûr, si EELV arrivait au pouvoir (ce qui n’arrivera jamais) il ne pourrait pas se passer de la police : mais quelle police, pour faire quoi et comment ? Jadot veut-il, comme Macron, une police pour taper sur les manifestants, les éborgner, les mutiler… ? On voit le courant intellectuel de EELV : contraindre et asservir les citoyens ; ici plus de Tour de France, là plus de sapins de Noël et ailleurs l’interdiction aux enfants de rêver à "l’aérien"….

 

 « L’aérien ne doit plus faire partie des rêves d’enfants » : négligeant l’Humain, le parti EELV veut-il aussi assécher l’esprit des gens dès l’enfance ? Ça ressemble un peu à un mouvement vers l’autoritarisme voire la dictature où régnera une pensée unique.



22 réactions


  • Jeekes Jeekes 22 mai 15:15

    ’’Jadot veut-il, comme Macron, une police pour taper sur les manifestants, les éborgner, les mutiler… ?’’

     

    J’ai bien peur que oui.

     

    Le fascisme, même peint en vert, reste du fascisme.

    L’écologie d’EELV n’est qu’une comédie, avant tout destinée à procurer de bonnes places, bien rémunérées, aux charlatants qui dirigent ce pseudo mouvement !

     


  • sirocco sirocco 22 mai 16:05

    "On voit le courant intellectuel de EELV : contraindre et asservir les citoyens ; ici plus de Tour de France, là plus de sapins de Noël et ailleurs l’interdiction aux enfants de rêver à « l’aérien »…."

     

    Mais des nouvelles mosquées ?... Oh oui !... beaucoup !... partout !

    Et des immeubles pour loger les milliers de migrants qui arrivent en flux tendu ?...

    Oh oui !... plein ! plein !... partout !


  • jymb 22 mai 18:43

    C’est à celà que la maire de Poitiers s’attaque :

    https://revesdegosse.fr/

    Oui ça donne la nausée, je sais...mais il y a eu des électeurs niais et malfaisants qui ont voté pour elle


  • Furax Furax 22 mai 19:18

    Le plus déplorable, c’est leur nuance « vert de gris » !!! De Mamère à Jadot, ils ne rêvent que de guerre avec la Russie. Ils sont probablement grassement financés par Soros.

    Le plus ridicule, c’est leur mondialisme. Zéro carbone c’est bien. Fini les voitures à essence ou gaz-oil, bande de ploucs « fumeurs de clopes ». D’ac mais dis voir, les 40 plus gros porte containers consomment autant que toutes les voitures de la planète !

    Fini les produits chinois, les fruits d’Amérique du Sud, le bétail canadien. Et pourquoi faire venir du cochon d’Allemagne ? Tout à domicile, protégé par nos bonnes vieilles frontières et les taxes à l’importation.


  • xana 22 mai 21:33

    EELV, c’est bien cette entreprise de récupération de votes usagés ?


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 mai 00:27

    Lorsque des branleux de sciences sociales veulent s’occuper de votre avenir énergétique , ben faut être maso pour voter pour eux .


    • @Aita Pea Pea

      Dès que des politiques veulent s’occuper d’un peu trop près de ta vie, tu peux commencer à te méfier.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 mai 00:52

      @Philippe Huysmans, Complotologue
      Y’a très longtemps que j’ai compris. Mais je reste un naïf social démocrate , seule alternative pour moi .


    • @Aita Pea Pea

      Je comprends Aita, c’est juste que le monde a changé. Je n’ai rien contre toi, et tu le sais, mais tu es naïf.

      On va tous se faire bouffer.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 23 mai 01:20

      @Philippe Huysmans, Complotologue
      Naïf je l’avoue. Quant à se faire bouffer j’en suis moins sur. Le balancier est en train de se retourner , et les hors sol vont se prendre des baffes , qu’ils soient de gauche ou de droite , si ces déterminations veulent encore dire quelques choses depuis au moins trois decnniies.


    • Samson Samson 23 mai 02:32

      @Aita Pea Pea
      Ben, moi, j’ai travaillé 27 ans et jusqu’au sévère burn-out qui y a mis terme dans le social - comme éducateur spécialisé dans des homes d’hébergement accueillant des personnes affectées de handicaps de la communication (surdité, autisme, ...), de handicaps mentaux légers à modérés, de maladies neurologiques (épilepsies, hémiplégies, ruptures d’anévrismes, ...) et de troubles psychotiques. Doté d’une sensibilité tant humaniste qu’écologique et sociale marquée, je suis tant par formation et par profession que par goût ouvert à la différence et au dialogue, étant passionné d’anthropologie, d’histoire, d’architecture, de littérature, de botanique et d’entomologie, de religions, de justice sociale, ...

      Après mon burn-out, une première réorientation vers l’informatique et mon adoption personnelle et non militante ! d’un régime presque ’exclusivement végétarien, j’a finalement trouvé à 59 ans bonheur et épanouissement dans le maraîchage bio et l’horticulture.

      Mais en rien je ne me reconnais ni dans les délires boboïsants d’€€LV, ni dans son carriérisme €cologique 2.0, ni dans son conformisme béat a la doxa de rigueur en Pensée Unique, son progressisme sociétal, sa « cancel culture » et son humanitarisme grassement subsidié par Soros et consorts, ...

      L’écologie, c’est dans le respect quotidien du vivant et de mon environnement que je m’efforce de la vivre et l’appliquer, mais ce respect même m’interdit de chercher à l’imposer à quiconque ! smiley

      En vous présentant mes respectueuses salutations ! smiley


  • Samson Samson 23 mai 00:59

    S’il fut un temps pas si lointain où des gens intelligents — André Gorz, René Dumont, ... — réfléchissaient au devenir de notre environnement et à l’urgente nécessité de changer de modèle économique, social et sociétal, tout cela paraît bien fini : embrayant sur les slogans « wokenistes » et autres progressismes sociétaux destinés à indéfiniment maintenir le couvercle sur l’urgence de la question sociale, nos modernes « bobos » paraissent si fiers d’avoir dans le sillage de la Pensée Unique jeté toute intelligence ou velléité d’esprit critique aux orties qu’ils n’ont désormais besoin de personne pour se tirer des balles dans les pieds.

    C’est au moins ce que je déduis de l’aussi « maladroite » que brutale franchise d’un Julien Bayou, apparemment trop empêtré tant dans sa dévotion à la « bandante » jeunesse d’une Sainte Greta Thundberg, adoubée à Davos par la crème de l’élite financière mondiale dans sa croisade pour « sauver le climat », que dans les « subtilités » carriéristes 2.0 présidant désormais aux destinées d’€€LV — déjà comme si, hors « green washing », l’€urocratie était plus conciliable avec l’écologie que l’économie de marché, ce que n’hésite pourtant pas à affirmer sans rire Yannick Jadot —, €€LV peut au moins dans son insondable stupidité faire une croix sur les scores écolos de ma génération.

    Pour tout dire, et alors même que — sans être « militant » —, je pratique avec bonheur un régime quasi exclusivement végétarien depuis maintenant plus de douze ans, certaines énormités proférées par la bien-pensance boboïsante et branchée me font presque certains jours regretter de ne pas être chasseur !

    Et si — entr’autres revendications chères au « progressisme sociétal » -, je m’oppose personnellement au principe de la légalisation de l’euthanasie, des aveux aussi sots que ceux d’un Julien Bayou, de la maire €€LV de Poitiers se proposant de censurer les rêves d’enfants, du maire €€LV de Bordeaux abolissant la tradition multi-millénaire du « sapin mort » pour célébrer les fêtes du solstice, d’un Yannick Jadot revendiquant — sans aucune considération au "principe de précaution pourtant si cher à nos €colos en matière d’OGM ou de nucléaire — l’obligation vaccinale, soit l’application d’une thérapie génique totalement expérimentale contre le Covid-19, ... m’apparaissent autant de cas particulièrement désespérés et plaidant sans conteste pour leur euthanasie immédiate et d’autorité, suivie bien entendu de leur humusation afin de nourrir quelques arbres !

    Bref,je conviens volontiers que les temps sont durs, que tous les coups sont désormais permis pour défendre son bout de gras et qu’à défaut de pouvoir sauver la planète, les médiocres ont bien le droit de vouloir « réussir » eux aussi, mais les niveaux proprement sidéraux de connerie et de bien-pensance satisfaite et repue dont nos bobos « branchés » d’€€LV paraissent farouchement déterminés à défendre les copyrights devraient au moins nous aider à quelque peu débroussailler en vue de nos futurs suffrages ! -D smiley smiley

    En vous présentant mes respectueuses salutations ! smiley


  • Old Dan Old Dan 24 mai 10:58

    L’écologie, mépris pour l’humain ??...

    ... mais canicules, sécheresses, plastiques, malbouffe, désertification biologique, crétinisation massive... sont-ils les conséquences bien connues de l’intelligence politique et de « l’humanité » ultralibérale qui se répand depuis un siècle ?

    D’un monde à un autre, l’écologie politique est neuve et balbutiante, elle s’adresse à ceux qui ont encore un avenir à vivre, eux....

    .

    [Ai vécu les megafires australiens de 2019 ]


    • Samson Samson 24 mai 12:39

      @Old Dan
      Nuance !
      Ce n’est évidemment pas l’écologie qui est un mépris pour l’humain, mais bien la récupération de son idéal en un fond de commerce visant essentiellement à assurer le succès du carriérisme 2.0 des médiocres bobos présidant aux destinées d’€€LV.


    • Samson Samson 24 mai 12:51

      @Old Dan
      Voyez l’arnaque du marché des émissions de CO2 : faute de limiter ou réduire le réchauffement climatique, elle a ouvert à de juteux marchés, et à bien des combines, ...
      A l’instar de la bien-pensance du « progressisme sociétal et de sa »cancel culture« , le »green-washing" est maintenant un business particulièrement florissant, et je doute fort que l’ultra-libéralisme qui a su démontrer sa merveilleuse aptitude à faire feu de tout bois et instrumentaliser tous nos idéaux n’y ait encore gagné quelques billes ! smiley


  • ETTORE ETTORE 24 mai 11:58

    L’escrocologie ?

    C’est vouloir sauver le monde....

    Mais pas les humains !

    L’Escrocologie, c’est le repli d’intelligence, qui conduit, ceux qui l’appliquent sous couvert de sauver cette terre, à se considérer omnipotent en tout.

    Alors que l’on voit bien, que le seul bénéfice de ces « lumineux obscurs », c’est juste :

    « Partout, sauf dans mon jardin ». « Everywhere except in my garden  »

    Une telle radicalité, serviras à ceux qui leur feront des promesses...Intenables !

    Mais, quelle importance, car à un certain stade, la racine du mal, et la plante vénéneuse, cohabitent dans le même substrat moral !


  • zygzornifle zygzornifle 24 mai 14:05

    L’escrologie est devenue a la mode ....


  • zygzornifle zygzornifle 24 mai 14:08

    L’écologie c’est bien , les écolos sont une véritable plaie.

    Tout le monde sait ce qu’il doit faire pour éviter de polluer, on n’a pas besoin d’une bande de saltimbanques arrivistes et cupides pour nous dicter la conduite a tenir.


Réagir