Commentaire de Octave Lebel
sur Le virus de l'abstention devient résistant


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Octave Lebel Octave Lebel 16 juin 10:01

@Joséphine

Cherchons l’erreur.

 

Je comprends votre point de vue mais il y a peu d’intérêts partagés entre un chômeur de longue durée ou intermittent, un mal logé, un couple où les deux travaillent et qui ont beaucoup de mal à élever leur famille et des« bobos » nantis qui ne doivent pas trop compter et ont des projets ou un couple de retraités à l’aise qui regardent tout cela de loin.

Ils font tous partie des abstentionnistes pour des raisons personnelles (il y a toujours une dimension personnelle dans nos opinions et convictions qui s’ajoute aux dimensions et raisons que nous pouvons avoir en commun) mais ce n’est pas du tout les mêmes enjeux pour eux. Parce que la politique actuelle n’a pas le même impact sur leurs vies.

Certains sont dans l’urgence et ressentent durement un système de redistribution des richesses produites qui conduit en bout de chaîne à ceux qui possèdent 50% de tout le patrimoine en représentant 10% d’entre nous.

À 62 ans, ¼ des plus pauvres d’entre-nous sont déjà morts, à 60 ans, la moitié des travailleurs ne sont plus en emploi, à 60 ans la moitié d’entre-nous a un problème de santé permanent (l’espérance de vie en bonne santé a reculé).

Et en fait ces deux groupes ne représentent pas la même part dans l’abstention. Les plus aisés sont les plus nombreux à voter pour que cela ne change pas.

Les autres les plus nombreux à s’abstenir ce qui favorise le vote des plus aisés.

Cherchons l’erreur .

 

Pour être plus clair s’il le faut, faire la propagande de l’abstention, c’est servir la soupe à la la macronie. Quelques jours avant un scrutin électoral, c’est le bon moment d’observer à quoi se résument réellement les grands discours et leurs fluctuations des uns et des autres.

 


Voir ce commentaire dans son contexte