jeudi 1er mai 2014 - par de Lima

Avec le trading haute fréquence, les marchés jouent à un jeu immoral et dangereux

L’Histoire de la finance n’est pas avare en batailles boursières homériques. De furieux Achille, en 1882, partagés entre baissiers et haussiers, s’étaient engagés à coups de milliards de francs dans une lutte épique qui devait s’achever sur l’effondrement de l’Union Générale. De même, une légende veut qu’en 1815, un rusé Ulysse, Nathan de Rothschild ait appris deux jours avant l’opinion publique anglaise la défaite de Napoléon Ier à Waterloo grâce à un réseau d’informateurs et leurs pigeons voyageurs sur place, ce qui lui aurait permis de profiter d’un des délits d’initié les plus spectaculaires de l’Histoire.

Mais ce temps des batailles rangées entre armées de commis d’agents de change à la corbeille est révolu et la guerre financière s’est informatisée. En 2009 déjà, le trading haute fréquence, c’est-à-dire les ordres d’achat et de vente gérés par des ordinateurs, représentait plus de 60% des échanges sur les marchés financiers américains. En 2012, dans une Europe en retard sur le phénomène, le chiffre atteignait tout de même les 50% !

L’essor de ces nouvelles techniques dans les années 2000 a profondément modifié la manière dont fonctionnent les marchés financiers, notamment en en accélérant prodigieusement le rythme des échanges. Il a en effet suffit de quelques minutes pour que le Dow Jones américain s’effondre de plus de 9% lors du « Krach éclair » du 6 mai 2010. L’algotrading, ou trading algorithmique, n’est donc pas sans danger.

Certes, cette technique permet aux places boursières les plus informatisées de profiter d’économies d’échelle dans leurs frais de fonctionnement, tandis que les investisseurs bénéficient d’une meilleure liquidité dans leurs échanges, mais s’il n’est pas prouvé pour le moment que cet outil engendre de plus fortes fluctuations des valeurs sur les marchés, il est difficile de dire si les accidents futurs inévitables n’auront pas de plus sérieuses conséquences que celles, presque inexistantes, du Krach éclair de 2010, à mesure que les algorithmes se complexifient. Engager des sommes grandissantes dans des délais toujours plus courts accroît immanquablement le coût de l’erreur éventuelle, qu’elle qu’en soit l’origine.

Mais même sur le plan moral, le trading haute fréquence n’est pas exempt de tout reproche. En effet, la vitesse est devenue plus que jamais un enjeu capital pour tirer son épingle de la course aux liquidités. Les algorithmes toujours plus complexes et la pratique de la « colocation » (qui permet aux investisseurs d’installer leurs serveurs au plus près de ceux des marchés financiers pour réduire le temps de communication des ordres de bourse) disqualifient d’office le lent temps de réaction de l’humain. Il est donc légitime de poser la question de la concurrence déloyale entre celui qui a accès à cet outil et qui réagit aux variations du marché à la milliseconde et celui qui ne le peut pas. Le second n’est-il pas condamné à perdre à tous les coups face au premier ?

Déjà en août 2009, Krugman s’inquiétait de cette « récompense pour les mauvais acteurs ». Selon lui, non contents d’avoir « fait exploser l’économie et escroqué les contribuables », les marchés adoptent une logique perverse qui les dévie de leur objectif initial : financer les industries dynamiques qui le nécessitent. Au lieu de cela, ils adoptent une technique coupable de la « sape des marchés ».

Avec le trading haute fréquence, les marchés jouent donc à un jeu immoral et dangereux qui doit être encadré et régulé par les Etats car la démesure des moyens mis à leur disposition n’a d’égal que leur irresponsabilité en cas de panique et les dégâts qu’ils pourraient à nouveau provoquer dans l’économie réelle. Mais ces mêmes Etats, ne préféreront-ils pas, comme trop souvent, prendre le risque de l’inaction et attendre l’explosion ?

Avec Gwenaël Le Sausse



33 réactions


  • Daniel Roux Daniel Roux 1er mai 2014 10:40

    Restez loin des marchés à moins que vous ne fassiez partie des initiés, ceux que la FED ou la BCE informent avant les autres.

    Tout est basée sur un système à la Ponzi.

    Si vous vous estimiez plus fort que Big Blue au jeu d’échec, personne ne peut plus rien pour vous. Vous y perdrez votre chemise.

    Quant aux gouvernements, c’est à dire les hommes politiques au pouvoir, ils font partie des initiés. C’est peut être pour cela qu’ils ne font rien depuis tant d’année que le trading haute fréquence existe.


    • asterix asterix 1er mai 2014 11:00

      Bonjour à Daniel et à l’auteur

      Conclusion d’une évidence aveuglante mais qui ne sera de toute manière pas suivie par ceux qui se croient les plus malins parmi les petits. Aujourd’hui, les bénéfices du jeu de la Bourse se font à la seconde et rien qu’à la seconde. Rotschild s’est bien modernisé depuis Napoléon.
      Il a seulement changé sa façon de vivre sur le compte de l’immoralité financière, c’est tout.


    • lagabe 1er mai 2014 15:52

      Ayant travaillé dans le secteur des transactions financières, je peux dire que le mécanisme est simple en fait
      Dans une transaction financière vous avez un donneur d’ordre et une contrepartie , dans le cas ou cette transaction se fait , il faut ensuite qu’elle soit validée par le back office (comptabilité)
      Dans le cas d’une transaction normale vous avez 50 % de transaction valider ou dans le high trading - de 3 %
      Or qui est au courant la contrepartie et le donneur d’ordre , les autres intervenants du marché ne savent rien (par exemple sur BTF 7 banques , 2 seront au courant)
      Justement du fait de mon travail , dans le cas ou on annulait purement la transaction la valeur monter ou baisser suivant si c’était un achat ou une vente, d’ou la notion de pseudo-contrat , la qui tenait plus compte de la pseudo transaction


    • lagabe 1er mai 2014 15:56

      correctif a la dernière phrase
      Justement du fait de mon travail , dans le cas ou on annulait purement la transaction la valeur ne représenter pas la valeur du marché vue que les autres intervenants voyaient la valeur monter ou baisser suivant si c’était un achat ou une vente, d’ou la notion de pseudo-contrat , la qui tenait plus compte de la pseudo transaction


  • philippe913 1er mai 2014 11:00

    le véritable scandale du THF n’est pas que ça aille vite, mais que les opérateurs trichent avec cet outil...
    Pour résumer. Ils se placent entre les donneurs d’ordres et la place de marché, visualisent les ordres données avant qu’ils n’arrivent, et balancent les leurs dans l’intervalle...
    ils ne peuvent que gagner...


  • claude-michel claude-michel 1er mai 2014 11:04

    Les transactions à haute fréquence, ou trading haute fréquence (THF ou HFT, de l’anglais high-frequency trading), sont l’exécution à grande vitesse de transactions financières faites par des algorithmes informatiques1. C’est une des catégories du « trading automatique » (basé sur la décision statistique), qui gère de plus en plus les données boursières à la manière d’un big data devenu inaccessible à l’analyse humaine et bancaire traditionnelle.

    Ces opérateurs virtuels de marché peuvent ainsi exécuter des opérations sur les marchés financiers — les bourses — en quelques microsecondes2. Alors que la vitesse de transaction du THF était encore de 20 millisecondes à la fin de la décennie 2010, elle est passée à 113 microsecondes en 2011...De la folie pure et simple ou la machine décide de tout.. ?


  • Hervé Hum Hervé Hum 1er mai 2014 11:28

    Hum, quand on regarde le décalage entre la masse financière représenté par les produits dérivés d’avec l’économie réelle, il y a bien quelque chose de pourri dans ce système.

    Disons que ces produits dérivés, c’est toujours le même principe des chaises musicales, mais le jour où il va s’arrêter, ce n’est pas une chaise qui sera retiré, mais toutes les chaises !!!

    Pour l’instant, la machine est alimenté à coup de qe ou autres artifices, manière de maintenir cette incroyable bulle financière d’un gigantisme digne d’un super volcan. Mais elle ne maintient le système qu’à la marge, en payant les intérêts.

    Ces produits dérivés fonctionnent sur le même principe que les subprimes, mais à une magnitude 100 fois supérieure. Autrement dit, il signent la fin du jeu.

    Pourquoi cela tient encore ? Parce qu’ils pensent, ceux qui dirigent les économies, que la situation n’est pas assez critique diplomatiquement pour noyer cette crise en la faisant passer pour la conséquence d’une crise diplomatique majeure entre pays. Parce que si elle explosait aujourd’hui, ils n’auraient pas les moyens de la contrôler, pour cela il faut impérativement créer une voie de dérivation par la guerre. La difficulté étant de contrôler l’information dans le monde de l’internet. Cela parce que la légitimité morale doit rester de son coté pour manipuler l’opinion publique, qui a besoin de se sentir « le gentil ».


  • Ecométa Ecométa 1er mai 2014 11:59

    Normalement, l’Humain, en bonne intelligence, en tout entendement, est sensé apprendre de ses erreurs, le problème c’est qu’au lieu de cela, visiblement, et à l’encan, il persister dans l’erreur ! Pourquoi ? 
    Il y a tout simplement, alors qu’il avait été rejeté en son temps, que nous sommes revenu et de plus belle encore au « positivisme » et au « scientisme » : au « comment sans le pourquoi » ! En devenant « positif », l’esprit « humain » renoncerait à la question « pourquoi ? » ; c’est-à-dire à chercher les causes premières de la chose humaine. Il se limiterait au « comment », c’est-à-dire à la formulation des lois de la nature, exprimées en langage mathématique, en dégageant, par le moyen d’observations et d’expériences répétées, les relations constantes qui unissent les phénomènes, et permettent d’expliquer la réalité des faits. Pour le positivisme ou le scientisme, l’économie n’est pas un système de nature sociétal mais un système purement de nature physique ! Ceci pose un sérieux problème car l’Humain, la finalité humaine, la satisfaction des besoins humains par les systèmes, est alors totalement exclue du processus de réflexion et seul compte les tenants et les aboutissants rationalo-techno-scientistes du système : surtout les tenants du système !
    L’introspection, celle individuelle, mais aussi celle collective, sociétale, dans la réflexion, est le seul moyen qui pourrait permettre à l’Humain de ne pas répéter sans cesse les même erreurs ! Mais voilà, le positivisme, lié au scientisme, la science pour la science, la science pure et dure, celle de la « vérité pure » des mathématiques, d’un savoir pourtant totalement « incomplet », des plus « incertain » voire même « impossible » au plan de l’optimalité, si l’on en croit les acquits intellectuels du 20 è siècle ; ce concept positiviste rejette celui d’introspection, comme celui de l’intuition et toute approche métaphysique, philosophique, pour expliquer la connaissance des phénomènes qu’il soit de nature physique mais aussi métaphysique humain !
    Tout ceci, le « comment sans le pourquoi », le positivisme, relève d’une aberration intellectuelle et, pourtant, par l’économie, par l’économisme… l’économie pour l’économie, qui doit être une science « positive » (qui se regarde technoscientifiquement le nombril) comme le préconisait Milton Friedman chantre américain du libéralisme et du libre échangisme ; il se trouve que nous baignons la dedans depuis pratiquement un demi-siècle et nous en voyons les conséquences humaines. Dans les pays les plus évolués sociétalement, les plus riches (tenants du système) sont de plus en plus riches, la classe moyenne régresse, et les pauvres sont de plus en plus pauvres : où est le progrès humain !


    • Hervé Hum Hervé Hum 1er mai 2014 12:21

      Certes écométa, le problème c’est que ce positivisme là n’a rien de scientifique, mais tout du sophisme.

      La nature est plus subtile, notamment sur le fait qu’elle ne conçoit pas la notion de propriété privé autre que celle de l’individu lui même. Cette seule donnée suffit à invalider toute la prétention au caractère scientifique et naturel du capitalisme. Autrement dit, la nature ne reconnaît que le corps physique comme propriété intrinsèque de tout être vivant au delà, comme disait Proudhon, c’est le vol.

      Sinon, je suis d’accord avec vous.


  • alphapolaris alphapolaris 1er mai 2014 12:57

    Saturer un ordinateur pour pouvoir effectuer des opérations avant que ses concurrents puissent le faire porte un nom : Denial Of Service, un DoS. C’est une attaque informatique. Seuls les financiers trouvent ça normal et appellent ça du « trading ». Ces gens ont une moralité douteuse ; ils gouvernent pourtant la planète à tel point que les états se couchent devant eux. Des bandits.

    On cherche des milliards en faisant les poches des retraités ? Qu’on taxe plutôt 0,01€ pour 100 transactions annulées. On leur redonnera ainsi leur rôle initial de financer l’économie, tout en leur permettant de continuer à jouer à leur casino.


  • G.L. Geoffroy Laville 1er mai 2014 13:32

    Les THF trahissent complétement le principe d’un marché libre et non faussé. C’est un système frauduleux et qui déresponsabilise complétement les agents économiques humains.

    Le THF est clairement anti-libéral et est bien l’œuvre conjointe d’une oligarchie financière, de Banques Centrales et d’une classe politicienne incompétente ou corrompue.


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er mai 2014 13:56

    Il y eut crise des tulipes ,il y a aujourd’hui course à l’échalote ...
     Les atrophiés du bulbe mènent le monde .


    • Le421 Le421 2 mai 2014 08:29

      Le genre d’intervention qui donne toute sa valeur à Agoravox. Merci.


  • coinfinger 1er mai 2014 16:20

    J’aime pas qu’on méle mythes hébraiques et mythes Grecs c’est à l’opposé . Mais bon , vieux truc .
    Sur le THF , en quoi est il plus scandaleux que ce qui se faisait avant .
    Avec les marchés dérivés on avait déjà un scandale avant mais qui ne se disait pas , les négociants ceux proches du réel se faisaient avoir par les tradeurs-papiers . Et avant cela les négociants abusaient tout autant des producteurs . Toujours asymétrie de l’information et toujours coté du manche .

    Le sentiment d’injustice là a changé de camp ceux qui en profitaient
    n’en profitent plus . Cela dit le THF est le dernier barrage de sécurité
    avant les hedges funds . C’est inquiétant pour tous les profiteurs , et aspirants profiteurs , mais pas pour moi , je souhaiterai encore plus de
    thf , qu’on en termine plus vite .


  • Yohan Yohan 1er mai 2014 19:07

    Il est où Hollande qui, avec ses petits biscotots, voulait mettre au pas la finance ? Il aurait mieux fait de se taire. Mais au fond il n’y a que les idiots (de gôche) pour y avoir cru. On a vu ce qu’il en était. Avec le trading haute fréquence, on est sûr d’aller vers les emmerdes....


    • Le421 Le421 2 mai 2014 08:27

      A la décharge de Hollande, je rappellerai que quand il a parler d’imposer à 75% tout ce qui dépasse le million, les idiots de français ont gueulé comme des veaux qu’ils sont...
      Alors, il faut quand même se poser les bonnes questions au lieu de critiquer stupidement.
      Plus à droite que le gouvernement à Valls, tu meurs !!
      Que font les députés de droite quand on parle de filer des milliards à Gattaz ??
      Ils votent contre...
      On fait quoi avec des politiques aussi cons ?? ON FAIT QUOI ???
      On critique connement Hollande... Ca fait « bien », c’est à la mode !!

      Moi, je suis de gauche. C’est à dire, pas du tout socialiste.
      Mais au lieu de critiquer comme un busard, je propose autre chose.
      Et comme je suis démocrate, je respecte celui qui a été élu par le peuple, comme j’ai respecté Sarkozy. Je parle de la fonction. Pour ce qui est de la personne...


    • Garance 2 mai 2014 11:38

      421


       « Pour ce qui est de la personne »  ( Sarko )

      Tu le connais Sarko ?  d’ ou tu le connais ? vous avez gardé les vaches ensembles ?

      Ce que tu connais de Sarko : ce sont les merdias qui te l’ont rentré dans ton neurone lobotomisé de gauchiste à la mord-moi le noeud

      Si tu étais objectif tu te serais aperçu qu’Hollande est 100 fois plus tordu que Sarko

      Et pourtant Sarko il est tordu : mais Hollande le fait paraître comme l’abbé Pierre

      Hollande ment comme il respire : je n’y laisserai même pas ma chienne à garder 

      Ce type en plus d’être un menteur invétéré est d’une nullité crasse, faignant comme une couleuvre .......j’arrête....j’y passerais la journée

    • Imperator Djanel III Imperator Djanel III 2 mai 2014 12:07

      C’est étrange Garance, d’abord vous critiquez l’idée de faire une ébauche d’un politicien « à distance », pour ensuite vous livrer à l’exercice tant dénigré. Etrange non ? 

      Quant à moi, j’ai eu des témoignages directs sur le bonhomme par trois canaux, dont le plus rapproché fut par une personne assez bien placée pour lui avoir parlé en face à face pendant quelques heures. Or cette personne, qui pourtant avait croisé des centaines de hauts fonctionnaires, hommes politiques et universitaires dans le cadre de ses activités et était intellectuellement une pointure, m’a dit que Sarko était complètement ravagé. Au fond rien que ce dont on pouvait plus ou moins se douter, cad son manque de contrôle psychique, sa violence et, me disait-il, un nombrilisme qu’il n’avait quasiment jamais vu chez un humain. Ce qui est curieux et vous contredit, c’est qu’il ne trouvait pas du tout les mêmes travers à Hollande, qu’il a approché d’aussi près et qu’il trouvait certes largué par le réel, mais sans personnalité psychopathologique.


  • paul 1er mai 2014 19:10

    Le 8 juin 2012, l’excellente émission Cash Investigations a diffusé un documentaire sur le sujet . Seules les parties 2,3,4, sont disponibles sur YouTube .
     https://www.youtube.com/watch?v=dA81SoDlStY
     https://www.youtube.com/watch?v=FnFE7GBs7IQ


    • paul 2 mai 2014 14:17

      Mes excuses pour le lien sur Youtube qui ne fonctionne pas (?), mais en faisant un copier-coller avec le navigateur ça marche ...


  • BlueMan BlueMan 1er mai 2014 20:55

    Pour en savoir plus sur le High Frequency Trading, voyez ces édifiantes vidéos :



  • julius 1ER 2 mai 2014 08:33

    le HTF comme c’est dit et ce que j’en sais permet de maximiser les transactions cad profiter des hausses en revendant plusieurs fois le même produit à la vitesse que permet le numérique cad en empochant à chaque fois de copieux bénéfices au passage puisque les sommes en jeux sont considérables, de plus le logiciel algorythmé ne permet pas de grandes variations des cours ce qui fait que c’est sur le volume et la répétition des transactions que l’on joue gagnant-gagnant ....alors quand il y a de fortes baisses elles sont plutôt limitées...... çà me fait penser au marché immobilier américain dans les années 2000 où à Miami par ex on pouvait acheter des apparts sur plans ; ainsi les apparts étaient achetés et vendus plusieurs fois avec bien sûr la hausse des prix dûe à la demande et des profits conséquents ......et tout çà alors que les apparts n’étaient même pas construits, mais comme tout à une fin, le crash de 2007/8 a fait que l’immobilier a fait le plongeon, effondrement des prix, et surtout plus d’acheteurs car tous endettés......et des prix divisés par 2 ou 3, sûr que c’était le moment de faire des affaires... et comme on dit le malheur des uns fait le bonheur des autres......mais tout cela n’est que vile spéculation, n’est-ce pas ??????????? 


  • Marc Chinal Marc Chinal 2 mai 2014 11:07

    Continuer à dire « le monde de la finance est un ennemi » et parallèlement continuer à utiliser de la monnaie, c’est idiot.


    • Marc Chinal Marc Chinal 2 mai 2014 17:27

      Qui parle d’échange ou de don/contre don dans un monde post-monétaire ? Personne à part ceux qui défendent le système capitaliste/monnaie/communiste.
      .
      Quant à la spéculation, elle existe depuis le début de la monnaie. ça s’appelle le commerce. Vouloir « un monde meilleur ou moins pire » tout en utilisant de la monnaie, c’est... complètement idiot.


    • Marc Chinal Marc Chinal 2 mai 2014 19:17

      <<<<Mais je veux bien que tu tentes de nous décrire le paradigme sans valeur d’échange qui selon toi satisferait tout le monde.<<<<
      .

      Qu’est-ce qu’une civilisation de l’accès ?
      Avec de la monnaie, copyrihts, brevets, prix, pas d’accès.
      Sans monnaie, disponibilité. (comme pour le travail sans contrepartie présent sur le net).
      Comment accorder les besoins et les ressources ? (puisque c’est une « société de l’accès » cad une société basée sur les ressources).
      Un marché : d’un coté les ressources, de l’autre les besoins. Et des personnes qui sont là pour accorder, facilité les correspondances.
      « qui ramassera les poubelles ? » comme demandent les personnes interloquées par une société sans argent alors qu’elles sont nées dans l’argent.
      L’exemple des poubelles est très bon car de quoi sont faites nos poubelles : essentiellement d’emballages. Or l’emballage est surtout là pour vendre. Sans argent, il n’y a plus à vendre, donc pas toute cette merde plastique in-recyclable. Les poubelles puent à cause des épluchures ? Non, le compostage ne pue pas. Le lombricompostage non plus. Et heureusement, tous les modes d’emploi et toutes les compétences existent. Que reste-il dans les poubelles ? Plus grand chose. Ce qui ne pose plus de problème pour l’évacuation.
      Hélas, ce petit exemple des poubelles n’est qu’un exemple. Et des tonnes de « oui mais et... » naissent... Mais si vous avez d’autres questions précises, n’hésitez pas à ouvrir un fil sur la question. A moins que je le fasse dans quelques semaines. Mais n’oubliez pas : il faut réfléchir par soi même plutôt que d’attendre un guide qui vous dise quoi faire. Quoi qu’il en soit, un monde sans monnaie est possible, sans réel problème. Il existe déjà dans les services avec internet, il existera dans les domaines de la nourriture, vêtement, maisons dans quelques années. On y travaille.


    • Marc Chinal Marc Chinal 3 mai 2014 12:26

      Super l’argumentaire...
      Et super d’utiliser tes nombreux pseudos ! Pour les votes, c’est super utile, y’a pas la trace de ton IP ! smiley


    • Marc Chinal Marc Chinal 3 mai 2014 16:10

      <<<<Commence par réfléchir à la première question que je t’ai posée, et si tu trouves une autre réponse que la valeur d’échange équitable régulée PAR et POUR tout être humain rendant impossible toute spéculation, tu pourras commencer à réfléchir à la création monétaire PUBLIQUE basée sur la création de richesses réelles, ce qui de facto réduirait tout amas capitalistique à néant.<<<<
      .

      La « valeur d’échange » sera remplacée par la « valeur d’usage ». Et cette valeur d’usage n’est pas liée à la production monétaire. Donc tu as TA réponse à TA question.
      (en gros, tu veux une monnaie à la place d’une autre monnaie, c’est idiot).
      .
      La création monétaire PUBLIQUE ne résout aucun problème de chômage, de pollution, de guerre commerciale entre les états (ou les nations si tu es un nationaliste).
      Bref, la création monétaire publique est un miroir aux alouettes, car quel que soit le « créateur » de monnaie, c’est une valeur d’échange qui doit être suffisamment rare (essaye avec les feuilles d’arbres, tu verras, c’est super !), donc, tout le monde ne doit pas en avoir suffisamment. Et les misères continuent.


    • Marc Chinal Marc Chinal 3 mai 2014 23:23

      <<<<Comment tu imposes cette valeur d’échange de manière à empêcher toute forme de spéculation ?<<<<<
      .
      Et voilà, encore la notion d’échange.... C’est dur de la lâcher, hein ? Né dedans, mort dedans ?
      .
      <<<<Les gens qui seraient chargés de faire respecter cette valeur d’échange ne seraient pas payés pour le faire ?<<<<
      .
      Non, décidément, indécrottable. Comment payer s’il n’y a plus de monnaie ? Hum ?
      .
      <<<<<Ah attends, si, je pense avoir compris...<<<<

      .
      Ha ?
      .
      <<<<Tu ’ imagines ’ que dans le meilleur des mondes, tout individu ne saurait profiter d’autrui en le trompant par quelque moyen que ce soit...<<<<
      .
      Arf, espoir déçu... J’espère que vos parents sont moins déçu, et que vous faites tout bien comme ils disent ! Surtout qu’il faudra payer leur retraite ! S’ils en ont une...
       .
      Mais pour répondre, « profiter de quelqu’un » est possible lorsque vous êtes dans une société de rareté. Dans une société de l’accès, on ne peut matériellement plus « profiter par rapport à l’autre », mais simplement utiliser quand le besoin se fait sentir. Sans prise de tête de jalousie. Vous comprenez ?
      Vos biens actuellement sont rares, uniquement parce que la monnaie est rare et que pour produire, il faut que ce soit rentable. Les biens trop nombreux ne valent rien.

      Donc on raréfie artificiellement.

      .
      <<<<C’est un beau rêve...<<<<
      .
      Vous utilisez Firefox ?
      Bienvenue dans le rêve réel...


    • Marc Chinal Marc Chinal 4 mai 2014 15:47

      <<<N’importe quoi...<<<
      .
      C’est dur d’argumenter, hein ? ça nécessite plus d’énergie que de cliquer + ou - ? smiley


    • Marc Chinal Marc Chinal 5 mai 2014 12:16

      @ démo :
      .
      Tu as prouvé ton désert mental par ton vide d’argumentaire.
      Tout va bien. ça fini par des insultes, normal, c’est l’argumentaire de ceux qui n’ont plus rien à dire.
      .
      @ No Pasaran :
      .
      Et dire que tu crois que grâce à ton point de vue, le fascisme ne passera pas... Regarde la montée du FN... Tu défends quoi ? L’intelligence humaine, la détermination de la réalité, ou les intérêts d’un parti ou groupuscule ?
      .
      <<<<<tu trolles invariablement<<<<<
      .
      Va chercher la définition de Trolle, ce sera un bon début.
      .
      <<<< dès qu’il te demande comment tu planifies ton délire<<<<<
      .
      Le mot délire montre que tu es déjà dans l’opposition avant même d’y avoir réfléchit par toi-même. Intellectuellement... C’est renier ta propre intelligence.
      « planifier » montre l’emprise culturelle de l’économie de plan. Or une économie de plan (communiste, fasciste ou Gaulienne) c’est « des gens plus intelligents que toi qui te disent ce que tu dois aimer, consommer, etc ».
      Ce modèle économique est à rejeter car il mène aux pénuries, à l’inadaptation (planification nucléaire de la France, choix de déplacements, etc).
      Si par contre, ton problème est « quelle organisation économique pour un système sans monnaie », elle est expliquée plus haut :
      un marché avec les offres (les capacités physiques, (bras pour ceux qui aiment le manuel), les capacités intellectuelles (calculs, etc) et les ressources (terres, outils de production, etc).
      Et de l’autre, les demandes des citoyens.
      Ensuite, faire correspondre les deux n’est qu’un jeu d’enfant. S’il manque quelque chose, on peut le fabriquer. Il n’y a pas la limite monétaire.
      .
      <<<< et comment tu empêches la perversion de ton délire qui ne peut même pas satisfaire les besoins basiques de la population. <<<<<
      .
      Quelle perversion ? Soit précis.


    • Marc Chinal Marc Chinal 5 mai 2014 17:52

      <<<<Tout le monde veut une rolls avec chauffeur, du caviar aux 3 repas, habiter sur une île paradisiaque et disposer de tout le confort possible.<<<<
      .
      Tout le monde veut une rolls ? mdr.
      Toi, tu n’as jamais eu dans les mains cette « .... » qu’il faut réviser en permanence !
      Mais admettons.
      Qui t’empêche d’avoir les plans pour fabriquer une rolls pour tout le monde ? Les copyrights, les brevets. ça c’est dans un monde monétiste, mais dans un monde post-monétaire, il n’y a plus ces freins.
      Donc, tu peux commander à ton garagiste de t’en fabriquer une. Oui, d’accord, c’est mieux si c’est l’usine qui les fabrique habituellement. Et bien hop, fini le chômage ! Tout le monde fabrique des Rolls et il y aura des embouteillages de Rolls ! Bien. L’humanité a progressé dis donc ! On fabriquera des Rolls, des Ferraris au lieu de fabriquer des Clios. (bon, sauf pour ceux qui préfèrent les Clios.).
      Ensuite se pose la question de la pollution : est-ce que tu aimes que sous tes fenêtres des engins produisent des matières cancérigènes ? (issues de la combustion du pétrole)
      Si oui, alors n’hésite pas à te mettre dans un garage fermé, à allumer ton moteur et à respire à plein poumon. Tu verras, c’est pas dangereux, les constructeurs automobiles te le disent dans les pubs ! Il faut les croire !
      Ou alors, développer les moteurs qui utilisent d’autres méthodes non pollueuses.
      Heureusement, la recherche ne coutera rien.
      .
      <<<<du caviar aux 3 repas, <<<<

      .
      Je te laisse gerber ton caviar ! smiley))) (prends ma part et celle de bon nombre qui savent en connaissance de cause que ça a un goût de merde)
      .
      <<<<<habiter sur une île paradisiaque et disposer de tout le confort possible.<<<<
      .
      Actuellement la sélection se fait par l’argent. Tu n’en as pas assez pour vivre sur une île paradisiaque ? Quel dommage.... Tu n’y a donc pas droit.
      Mais des îles non habités, même paradisiaque, ce n’est pas ce qui manque ! Loin de tout tu verras, tu seras tranquille !
      Où est le problème.
      .
      Quant au confort, décrit le qu’on rigole. Une télé grand écran pour voir jouer des stars du foot ?
      Question : s’il n’y a plus de monnaie, que devient le foot bizzness ?
      .
      Voilà, tu as tes réponses à tes questions, mais sache que ton référencement est suivant le paradigme actuel : la notion de luxe.
      Or le seul luxe réel que tu ais dans ce monde, par delà la monnaie, c’est le temps.
      Le temps ne s’achète pas, que vas-tu faire du reste de temps que tu as à vivre ?
      Te poser sur une plage toute la journée avec un cocktail et un écran plat pour voir des films ? Et bien soit, fais le. Mais sache que même les riches en sont revenus !
      Ta logique est « la classique logique » d’un envieux dans un monde de rareté.
      Mais aucun bien n’est réellement rare. Pas même les écrans plats géants.
      Je te laisse lire l’histoire de Bouddha (je ne te parle pas du côté religieux) mais du côté « je suis un prince, j’ai tout, je finis par m’emmerder grave, et je me pose la question »pourquoi être en vie«  ? »
      .
      <<<<Qui va décider de ce qui est ’ légitime ’ pour qui, ou qui ne l’est pas ? <<<<
      .

      Toi et ceux qui font partie de la société où tu vis. (en l’occurrence ceux qui vivent sur la même île que toi).


  • coinfinger 4 mai 2014 14:03

    Tout le systeme tiens en définitive sur une spéculation sans titrisation , ni véhicule , appropriés .
    Le gaz de schiste , sa réussite , ne peut étre qu à court terme parce qu’à long terme faudra payer les dégats écologiques et financier parce que les investissements ( les puits ayant une courte durée de vie doivent etre renouvelés rapidements ) ne sont rentables que par artifice fiscal ( tout amortir la premiére année , et pas d’impots en conséquence ) .
    La réussite dépend à court terme de la résistance de la Russie aux pressions économiques .
    Tout çà est trés court terme en regard du temps géologique ( maximum 4 ans ) . Le thf est une nécessité pour le systéme , l’embrouillage est à trés court terme mais peut perdurer le temps de renouvellement des puits . A condition que les puits se renouvellent ,
    à mon avis Poutine n’est pas préssé , lui , çà risque de durer le piétinement à l’Est . Suffisamment pour permettre le Grand Crash .


Réagir