lundi 19 septembre 2016 - par houakel

Blasphème et Laïcité, le ménage impossible

Tous les pays occidentaux sans exception ont gardé dans leurs codes pénaux des articles contre le délit de blasphème. Pourquoi nos parlements et nos législateurs n’abolissent pas ces lois discriminaoires pour les non-croyants qui vivent sous la menace du blasphème et qui peuvent à tout moment être poursuivis au détrimant de la libérté d’expression ?

Ce matin, j’ai reçu un message d’un ami me demandant de signer une pétition destinée à la Cour européenne des droits de l'homme pour défendre le droit de critiquer l’islam en Europe suite à l’affaire E. S. c. Autriche.

Le fond de l’histoire réside en une question fondamentale : Doit-on passer le droit de la liberté d’expression avant et au-dessus du Blasphème dans un pays Européen ?

Alors, je me suis souvenu qu’en 2014, dans le cadre de recherches que j’ai menés sur le Blasphème en Europe, j’ai constitué un petit dossier à ce sujet.

Pour l’occasion, je me suis attelé à le mettre en forme compatible avec les supports électroniques susceptibles de le publier.

Commençons par faire un état des lieux historiquement et actuellement. Avec la recrudescence des démocraties à la sauce occidentale, des nouveaux courants de pensée sont apparus. Au nom des principes démocratiques, nous devons respecter la liberté de conscience de chacun d’entre nous. Personnellement, j’aurais dit « liberté d’inconscience ». Et par conséquent, il faut garantir les libertés de croyance de tous. On convient et on déclare alors, sur certains territoires, que la religion est du domaine du privé. Ce qui est fondamentalement contraire aux principes des religions qui, pour exister, elles font tout pour occuper le terrain public puisque la première règle de trois religions monothéistes est qu’il faut porter la parole de dieu sur la terre entière. On a alors inventé la laïcité et on a tout fait pour la promouvoir comme étant le principe sauveur de la paix. Sauf qu’en son temps, il n’y avait pas de présence de religions différentes dans un même pays. Tous les pays qui ont célébré la laïcité étaient tous des pays chrétiens tout au plus traversés par des courants différents tels que catholiques, protestants ou orthodoxes. En fait, pour obtenir le pouvoir, les hommes politiques ont conclu avec le clergé un marché de dupe. Ce marché stipulait que la religion devait se faire discrète et en échange, on lui garantirait une pérennité absolue et un soutien sans faille y compris financier. Donc, comme vous pouvez le constater, l’enjeu de la laïcité était le pouvoir et non l’équité entre religions différentes sur un même territoire. Une personne sensée et raisonnable ne pourra pas accepter cela. Parce que, avec ce marché, la religion reste au cœur même de la politique et de la vie de tous les jours. Vous pouvez aisément remarquer certaines dénominations de partis politiques en occident, qu’entre : Démocrates chrétiens, Unions chrétiennes, Mouvement chrétien, Parti Populaire chrétien, Alliance chrétienne…, qu’à ce jour, en Europe, il y a au moins une trentaine de partis politiques déclarés CHRÉTIENS. Soit au moins un par pays. Un autre exemple encore plus criant. Bien que les convictions religieuses de tout un chacun soient déclarées de l’ordre du privé, aujourd’hui, 99.9% des représentants des peuples en occident, lors de leur investiture, jurent sur la Bible chrétienne. Aussi, regardez le Pape dans ses déplacements, il ne les fait pas en catimini, telle une star internationale de POP, il remplit les stades et tous les médias se mettent à son service. Si cela n’est pas du prosélytisme religieux à grande échelle, si cela n’est pas en totale contradiction avec les règles de la sphère privée et de la vraie laïcité ? Alors…

Tous les pays européens laissent donc entendre qu’ils sont laïcs. Pourtant, pour savoir si un pays est laïc ou non, il suffit de consulter sa constitution. On se rend compte alors qu’il y a un seul pays qui se rapproche le plus de la notion de la laïcité. Il s’agit de la France. Tous les autres pays ne le sont pas du tout ou très partiellement. Toutes les monarchies européennes sont liées directement à l’Église catholique ou à l’Église protestante. Elles leur doivent protection, allégeance et financement. Les autres républiques se déclarent neutres à l’égard de leurs églises qui sont soit catholiques ou protestantes et dans certains cas, sous la pression des États-Unis d’Amérique depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, juive. Toutes ces républiques, pour détourner la neutralité officielle à l’égard des religions, ont signé ou reconduit des concordats avec leurs églises préférées (Autriche, Espagne, Portugal, Italie…). Elles collectent aussi un impôt ecclésiastique (Allemagne, Suisse) ou elles réservent une part de l’impôt républicain pour les églises y compris la formation du clergé, et l’entretien du parc immobilier. Tous ces états financent et accordent une place non négligeable dans l’enseignement public à leurs églises préférées.

Le nombre des non-croyants ne cesse d’augmenter en Europe. Les découvertes scientifiques indiscutables nous apprennent que l’homme tel qu’il est aujourd’hui, l’homo sapiens, existe depuis au moins 200 000 ans. Alors que la plus ancienne des religions date de moins de 5 000 ans. Ce qui veut dire que pendant au moins 195 000 ans, dieu faisait une petite sieste et a laissé ses créatures livrées à elles-mêmes. Aujourd’hui, si vous oubliez un enfant ou un animal pendant 5 minutes dans une voiture vous serez dénoncé et vous risquez une lourde sanction. Alors que dieu a délaissé ses créatures humaines pendant au moins 195 000 ans. Bref, la propagation du savoir, l’éducation, l’ouverture d’esprit et le mélange de civilisations dus à la mondialisation ont influencé de manière positive sur la capacité d’analyse et de raisonnement logique des personnes. D’où une forte remise en cause des histoires prêchées par les religions et finalement des religions elles-mêmes. La conséquence directe de tout ceci est que le nombre des athées est en forte progression. L’Eurobaromètre d’Eurostat établit, en 2005, que 52% des citoyens européens ont répondu qu’ils croient qu’il y ait un dieu. Soyons généreux, attribuons-les tous au christianisme, au judaïsme et à l’Islam. Il reste donc 48% de la population qui croit qu’il n’y a pas de dieu et donc, logiquement, ils ne croient pas à ces religions et ainsi, non seulement, ils ne bénéficient d’aucune part spécifique de l’impôt, mais ils sont aussi des blasphémateurs plus que potentiels.

Publicité

Ainsi, la laïcité est un immense mensonge derrière lequel des hommes de pouvoir, le clergé et des intellectuels des trois camps se murent pour conserver le christianisme à sa place, c’est-à-dire la première sinon l’unique place. Mais à force de jouer avec le feu, on finit par se brûler les ailes. L’émergence de nouveaux mouvements religieux juifs et musulmans, les humeurs et irritations populaires montantes en Europe contre les musulmans et les juifs, va finir par avoir la peau de cette fausse laïcité.

Ce n’est pas en admettant toutes les absurdités que vous êtes dans la justesse puisque la seule justesse est la vérité qui demeure en totale contradiction avec l’absurdité. De nos jours, en occident, on note un net recul des libertés. Les athées et autres agnostiques sont mal vus par les croyants qui n’hésitent pas à brandir la menace du blasphème à leur égard. Les Occidentaux sont majoritairement chrétiens, ils sont donc, fondamentalement, même s’ils ne le savent pas, contre toute autre forme de religion.

Choisir c’est éliminer. Sauf que par sentiment de supériorité, ou par malice et hypocrisie, ils voulaient démontrer au reste du monde qu’ils sont tolérants, qu’ils sont civilisés et, par conséquent, ils sont laïcs. Être tolérant et être laïc ce n’est vraiment pas la même chose. Dans la tolérance, il y a bien celui qui tolère et celui qui est toléré. Cet état de choses dépend essentiellement de la bonne volonté de celui qui tolère. De fait, aujourd’hui, les athées sont tolérés par les croyants à condition qu’ils soient très discrets. À n’importe quel moment, les croyants peuvent révoquer ce droit en sortant le joker du blasphème.

Pour illustrer mon propos quant à la fausseté et l’hypocrisie des législateurs occidentaux « laïcs ». Vous ne la savez peut-être pas, que dans tous les pays européens, le blasphème est toujours d’actualité, alors que ces mêmes pays se prétendent laïcs et bien entendu, le citoyen lambda ne le sait pas aussi. Le christianisme est une religion monothéiste. Le symbole suprême de cette religion est DIEU. Dieu est le pilier central sur lequel et autour duquel est bâti et articulé le christianisme. Dire du mal de ce dieu, c’est remettre en cause toute cette religion. Y a-t-il de plus grands blasphèmes que d’affirmer haut et fort l’inexistence de ce dieu ? Que celui-ci est une fiction créée par l’homme ? Je ne le pense pas. Si dans un bar, ou n’importe quel autre lieu public, vous sympathisez avec quelqu’un qui vous demandera votre origine, votre religion, et vous répondez athée. C’est-à-dire, en d’autres termes, vous dites que pour vous son dieu n’existe pas. Vous pouvez être poursuivi pour blasphème public, puisque vous niez l’existence de dieu qui est la plus haute des figures emblématiques du christianisme et, par conséquent, vous détruisez les fondements de la religion chrétienne, ce qui est une insulte suprême aux croyances des chrétiens et de votre interlocutaire. Par analogie, si vous niez les chambres à gaz, vous tombez logiquement sur le coup de la loi pour antisémitisme et négationnisme. Alors, imaginez si vous niez l’existence de dieu devant un parterre juif ? Non seulement vous tombez sous le coup du blasphème, mais aussi sous celui de l’antisémitisme. Pour les musulmans, dans de telles situations, vous êtes nommément désigné dans leur livre sacré le Coran de méchant mécréant. Votre mort vaut le paradis. Non seulement vos propos sont blasphématoires, mais votre existence parmi eux est insultante. Donc la laïcité garantit la liberté d’inconscience de tous, mais elle ne garantit nullement la liberté de conscience et de l’expression. D’autre part, un athée ne peut être fondamentalement laïc, puisqu’il se moque des religions. Il n’y croit pas, il les met en cause et les combat toutes pour le bien de l’humanité. Lui demander d’être laïc c’est lui demander d’aller à contresens de sa pensée et de sa conscience.

Revenons un instant sur les faits. Pour vous attester de la petitesse et de l’hypocrisie des législateurs de ces pays, rappelez-vous l’affaire Salman Rushdie. En 1988, il publie les versets sataniques qui lui ont valu une fatwa de mort pour blasphème de la part de l’Ayatollah Khomeini et approuvée par tous les Oulamas du monde musulman. Pour sauver sa vie, Monsieur Rushdie a dû se réfugier à Londres sous la protection de Sa Majesté la reine qui, en plus, lui accorde le titre de chevalier en 2007. Savez-vous, que jusqu’en 2008, c’est-à-dire vingt ans après avoir accueilli Salman Rushdie, en Grande-Bretagne, on peut être sévèrement puni pour blasphème contre l’église d’Angleterre ? Vous voyez que dans ce pays vous pouvez blasphémer l’Islam, le judaïsme, le catholicisme… Mais pas l’Église anglicane ! Savez-vous aussi qu’en France, le pays par excellence de la laïcité, que le blasphème y est aboli en 1881 ? Ne vous réjouissez pas trop vite. En principe, la France est un état jacobin et une république indivisible. Ce qui veut dire que les lois de la république ont cours sur tout le territoire de la république. Et nul ne peut se soustraire à la loi de la République. Eh bien, ce postulat n’est pas toujours vrai. En Alsace et en Moselle, vous pouvez être poursuivi pour blasphème. Dans ces deux régions, le blasphème est toujours d’actualité. Ce qui veut dire que si vous êtes accusé de blasphème et que vous résidez dans une autre région de France, il suffit alors au plaignant ou au procureur de demander la délocalisation du procès dans l’une ou l’autre de ces deux régions et c’est bien la loi du territoire du tribunal qui s’appliquera. Ce qui veut dire aussi et de manière opaque, l’état, moyennant un tour de passe-passe, se réserve le droit de vous juger pour blasphème tout en criant à la face du monde entier qu’en France, le blasphème est aboli depuis belle lurette.

Vous comprenez donc que ces soi-disant laïcs n’étaient que de faux tolérants. Malheureusement pour ces religieux déguisés en laïcs, comme toujours, la réalité est plus forte que la théorie. Les événements et les situations de la vie de tous les jours par suite d’une mondialisation géante, nous démontrent d’une part que les laïcs de bonne foi sont rares et que d’autre part, il est illogique et donc impossible d’être un vrai laïc. Le seul moyen de sortir du piège de la laïcité qui est un leurre c’est de lutter réellement contre toute forme de religion puisqu’elles sont indiscutablement belliqueuses, obscurantistes et inhumaines.

SI je vous dis que Jésus n’est qu’un supposé illuminé, si tenté qu’il aurait existé, et qu’il ne serait que le fruit d’un inceste ou d’un adultère ? Je pourrais aller en prison pour blasphème !

Un bon chrétien prétendra que Jésus est le fils de Dieu. Et si je vous dis que Dieu étant le créateur et le père de l’univers, n’a pas pu résister à la tentation de coucher avec Marie sa créature. Ce dieu tout-puissant qui abuse d’une jeune fille sans défense, ce dieu qui dicte des lois qu’il ne les respecte pas lui-même, est un dieu incestueux et pécheur. En disant cela, je tombe sous le coup du blasphème !

Publicité

Si on convient que tout homme qui abuse sexuellement d’une enfant de 9 ans est un pédophile, alors quand est-il du cas de Mahomet avec Aïcha ? Le simple fait de m’interroger sur Mahomet me fait tomber sous le coup du Blasphème !

Tous les pays occidentaux sans exception ont gardé dans leurs codes pénaux[i] des articles contre le délit de blasphème. Pourquoi nos parlements et nos législateurs n’abolissent pas ces lois discriminaoires pour les non-croyants qui vivent sous la menace du blasphème et qui peuvent à tout moment être poursuivis ?

 



60 réactions


  • howahkan 19 septembre 2016 09:40

    Salut

    Changer de chameau quand le soleil brûle la peau et les cerveaux ne change rien de profond à l’affaire..car le soleil est toujours là.....

    croyants et non croyants ont la même religion : celle de ceux qui ne savent pas mais prétendent le contraire..faisant passer leur je ne sais pas pour un je crois donc je sais donc j’ai raison, battons nous sur la superficialité de notre « je ne sais pas » et laissons la survie au maître.

    derrière ces deux attitudes on retrouve bien sur les puissants qui poussent au cul pour que cela soit et reste ainsi...

    le peuple se bat sur ses opinions, sur le superficiel, sur des différences d’idéaux et abandonne la survie pratique en groupe pour se battent tous les uns contre les autres.

    je refuse de coopérer volontairement et de partager équitablement mais comme ceci est vital sinon personne ne survit, je vais alors coopérer par la force, quand au partage : tu peux te brosser Monique !! ..et le puissant qui sait être très violent car c’est un escroc et un bandit, continue à nous niquer avec notre consentement implicite ou explicite...

    donc encore un sujet de division pour le peuple comme les fausses religions..merci mais la cour est déjà pleine

     smiley


  • adeline 19 septembre 2016 09:43

    Petit extrait de votre lien : « En France, comme dans quelques autres pays — dont la Belgique —, le délit de blasphème n’existe pas » smiley


  • njama njama 19 septembre 2016 10:45

    Je pense qu’il faut distinguer le blasphème de l’insulte.

    Un blasphème n’est pas une attaque ad hominem, car à la base c’est une parole, ou un discours outrageant à l’égard de la divinité, de la religion, de tout ce qui est considéré comme sacré.
    Et par extension une p
    arole, propos, acte injuste, injurieux, indécent contre une personne ou une chose considérée comme respectable.

    En Belgique, des propos injurieux contre le roi, ou tout autre chef d’État sont pénalement répréhensible. En France ils peuvent être passible d’une amende.
    Le crime de lèse-majesté est une notion juridique mal définie qui a évolué dans le temps, recouvrant différentes qualifications juridiques. Pour l’essentiel, il était relié aux atteintes au souverain, quel qu’il soit (le peuple, un monarque, un principe fondateur, etc.), et aux signes de sa majesté (objets, décisions, personnes y compris leurs représentants, etc.).

    Quand on parle de blasphème, de quoi parle-t-on exactement ? ou est la frontière entre l’injure et le blasphème ? un blasphème n’est pas une notion juridique.
     


    • V_Parlier V_Parlier 19 septembre 2016 21:31

      @njama
      Voilà un résumé bien plus concis et équilibré que l’article !

      L’article en question où j’ai du relire ce passage trois fois pour être sûr que je ne me trompais pas : "Le seul moyen de sortir du piège de la laïcité qui est un leurre c’est de lutter réellement contre toute forme de religion puisqu’elles sont indiscutablement belliqueuses, obscurantistes et inhumaines.« 

      Et bien quand je lis ça je me dis qu’entre les djihadistes et les néo-bolchos jacobins, il faudra se promener bien armé quand les uns ou les autres se décideront pour leur »grand soir"... Que pense l’auteur des deux guerres mondiales ainsi que des autres crimes de masse du vingtième siècle ? Ils étaient religieux peut-être ???


  • Nicolas_M bibou1324 19 septembre 2016 11:36

    Article complètement faux. Première phrase du lien que vous donnez :


    « Les articles 10 et 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 ont aboli la notion de blasphème »

    A partir du moment où vous n’avez même pas lu ce que vous citez, l’intégralité de votre réflexion est forcément fausse.

    Ca fait plus de 200 ans que nous vivons dans un pays laïc. A part les immigrés musulmans récents, tout le monde est d’accord sur cette notion, chrétiens, juifs et athées. Et quand je dis sauf les musulmans, il ne s’agit pas de discrimination, mais d’un fait établi. Hier, l’institut Montaigne a publié un sondage montrant que 28% des musulmans souhaitent imposer la charia comme loi. Pourcentage qui monte à 50% chez les moins de 25 ans.

    Dit autrement, la moitié des jeunes musulmans sont des ennemis de l’état et souhaitent faire leur loi.

    Ce n’est pas moi qui le dit, c’est un sondage que tout le monde peut librement consulter.

    • Radix Radix 19 septembre 2016 12:04

      Bonjour Bibou

      En effet, le crime de blasphème a été abolit à la révolution.
      C’était parfaitement logique puisque celui-ci a été créé par l’église catholique pour protéger, à la foi son pouvoir et celui de la royauté, les deux étaient liés, le roi était le représentant de Dieu.

      Plus de roi donc plus de blasphème !

      Radix


    • jakem jakem 19 septembre 2016 15:56

      @bibou1324 A propos de ce sondage, des précisions et une analyse originale @ blog Verhaeghe.


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 19 septembre 2016 11:58

    La clef de voûte du judaïsme, du christianisme et de l’islam est la croyance en un « dieu » à l’existence improuvée qui aurait révélé la thora, la bible et le coran.

    L’existence improuvée de ce « dieu » implique que TOUT ce qui en découle n’est que spéculation, ratiocination et sodomie de diptères ! ! !


    En conséquence, certains considéreront ces spéculations comme sacrées tandis que d’autres n’y adhéreront pas.

    On ne saurait condamner ces derniers pour blasphème pour se moquer de ces spéculations : ce serait les condamner pour délit d’opinion.



  • cathy cathy 19 septembre 2016 12:09

    Il n’est pas nécessaire de polémiquer et de dresser vos tentes. Ici tout a été vendu, l’islam nous arrive en masse pour les derniers sacrements de l’Europe. 


  • philouie 19 septembre 2016 12:22

    on parlera de droit au blasphème quand on aura le droit de se torcher dans le drapeau de la France.
    Pour le moment, c’est interdit.


    • popov 19 septembre 2016 13:27

      @philouie

       
      En se torchant dans le drapeau français, comme vous dites, vous insultez un pays qui existe et est défini par la loi ; en se moquant d’Allah, on rappelle simplement que ce machin n’existe pas et n’est pas défini par la loi.
       
      Si le blasphème était poursuivi par la loi, les chrétiens pourraient facilement porter plainte contre le coran. L’inverse n’est pas vrai puisque les textes chrétiens ayant été écrits avant l’invention de l’islam, leurs rédacteurs ne pouvaient savoir s’ils insultaient ou non une religion qui n’existait pas encore.


    • philouie 19 septembre 2016 21:12

      @popov
      En se torchant dans le drapeau français, comme vous dites, vous insultez un pays qui existe et est défini par la loi ; en se moquant d’Allah, on rappelle simplement que ce machin n’existe pas et n’est pas défini par la loi.
       
      Il y a une communauté de croyant, qui existe, qu’elle soit défini par la loi ou pas.
       Il est hypocrite que l’état permette le blasphème contre les religions et qu’il ne l’autorise pas quand il s’agit de son sacré à lui.
      Il y a là une injustice qui ne rend pas la république respectable.
      C’est dire que si la république veut être respectée il faut qu’elle respecte pour les autres ce qu’elle veut qu’on respecte pour elle.


    • popov 20 septembre 2016 06:24

      @philouie
       
       Il est hypocrite que l’état permette le blasphème contre les religions et qu’il ne l’autorise pas quand il s’agit de son sacré à lui.

       
      Il y a 3 choses que vous faites semblant de ne pas comprendre :
       
      1 L’état est au dessus des religions, pas sur le même pied. L’état représente l’ensemble des citoyens ; les religions ne représentent que des groupes particuliers et mal définis de citoyens. Ce n’est pas parce qu’une loi particulière ressemble pour vous à une interdiction de « blasphémer » contre l’état, que les religions ont le droit de demander des lois similaires pour elles mêmes.
       
      2 La loi ne définit pas de délit de blasphème contre les symboles de l’état. En principe, la liberté d’expression s’applique sauf si une loi interdit une action spécifique.
       
      3 Introduire le concept de blasphème dans la loi, ce serait signer un chèque en blanc aux religions, et tout particulièrement à l’islam, qui pourraient alors définir toute critique comme un blasphème.


  • Elliot Elliot 19 septembre 2016 12:30

    Article confus qui vise à accorder du crédit à une pétition inventant le fil à couper le beurre, à savoir le droit de critiquer l’Islam…

    Je doute qu’il y ait dans les pays sous juridiction de la Cour Européenne des Droits de l’Homme un seul pays où ne s’exerce pas à torrents continus la critique voire le dénigrement de l’Islam.

    Sans doute cette pétition est-elle l’œuvre d’un illuminé qui pousse sa haridelle à l’assaut des moulins à vent de l’islamisation confondue avec des manifestations plus ou moins discrètes de visibilité.

    De toute manière, si le délit de blasphème existe encore en Alsace Moselle et en Bavière notamment, il n’a pas été introduit dans le code pour sanctionner les attaques contre l’Islam et même dans ces régions personne n’est en peine de développer des argumentations islamophobes : elles se multiplient d’ailleurs comme les champignons après la pluie

    Ceci dit le toilettage de ce qui ne sert plus n’est jamais une mauvaise chose.

    Il faut faire une différence entre des propos blasphématoires qui peuvent heurter la sensibilité d’un croyant ( comme les blagues sur un handicapé peuvent heurter les parents d’un infirme ) mais ressortissent à la liberté d’expression et les insultes gratuites en direction d’une personne déterminée attaquée dans son être.

    Classique d’exciper de Mahommed marié à Aïcha ( qui avait 9 ans ) alors que ce genre de mariage était fort courant sous nos cieux ( il suffit de s’intéresser à l’histoire de France ).
    La nubilité a été une notion fort élastique selon les époques, elle n’a rien à voir avec la capacité de procréer et il faut être assez peu averti de ce facteur pour s’en indigner avec nos critères d’aujourd’hui.
    L’âge de la majorité sexuelle a été ramené à 15 ans en France en 1945 marquant une évolution de la société que personne ne pouvait augurer à la fin du IXXe siècle.


    • philouie 19 septembre 2016 12:32

      @Elliot
      et si je dis que je ne crois pas dans l’existence des chambres à gaz, est-ce que c’est un blasphème ?


    • charlie charlie 19 septembre 2016 12:35

      @philouie
      non, c’est un DÉLIT. Apprends la loi de la République.


    • philouie 19 septembre 2016 12:38

      @charlie
      Un délit, oui ! mais un délit de quoi ?
      un délit de blasphème !


    • charlie charlie 19 septembre 2016 12:51

      @philouie

      non, apprends un peu : il n’y a pas de délit de blasphème en république française.


    • DTC (---.---.195.185) 19 septembre 2016 12:52

      @philouie

      non juste un délit de contestation, le blasphème n’existe pas dans la loi française.


    • philouie 19 septembre 2016 12:56

      @charlie
      ben si, j’ai cité deux exemples : se torcher dans le drapeau et nier les chambres à gaz.


    • DTC (---.---.195.185) 19 septembre 2016 13:04

      @philouie
      du point de vue juridique, ça reste des délits.


    • Elliot Elliot 19 septembre 2016 13:17

      @philouie

      C’est une opinion délictueuse depuis la fameuse loi Gayssot qui ne sanctionne pas tant la théorie d’une non-réalité des chambres à gaz que la négation de leur usage comme instrument de génocide.

      Si tu dis que la terre est plate ( pas aplatie aux deux pôles ) mais plate comme une assiette, c’est une bizarrerie qui reste une opinion 


    • philouie 19 septembre 2016 13:25

      @DTC
      du point de vue juridique, ça reste des délits.
       
      c’est bien ce que je dis, donc.


    • philouie 19 septembre 2016 13:27

      @Elliot
      opinion délictueuse
       
      une opinion délictueuse à propos d’une croyance sacralisée, c’est donc un blasphème.


    • popov 19 septembre 2016 13:32

      @philouie

       
      C’est un délit, pas un blasphème. Quel est le mot que vous ne comprenez pas dans cette phrase ?

    • philouie 19 septembre 2016 13:50

      @popov
      le mot délit ne suffit pas pour caractériser un délit.
      Ici on a affaire à un délit de blasphème relatif à des croyances.


    • charlie charlie 19 septembre 2016 15:38

      @popov

      Le monsieur ne comprend pas le mot « délit » et on voudrait nous faire croire que l’islam est compatible avec la république…. 


    • jakem jakem 19 septembre 2016 16:00

      @philouie Si vous y CROYEZ ou n’y CROYEZ pas, c’est que vous êtes un imbécile ignorant.

      On peut le constater, puis éventuellement le nier malgré l’évidence ; ou en minimiser l’importance.
      Mais pas y croire ou non.


    • philouie 19 septembre 2016 16:27

      @jakem
      ben la preuve qu’on peut ne pas y croire c’est qu’il y a des gens qui ni croient pas.
      Bon ça , c’est les opinions, elles sont libres, on peut pas faire autrement.
      Après, c’est si il exprime cette opinion.
      Donc, s’il exprime son opinion, ça va faire scandale. Imagine au repas de noël avec la dinde au milieu le mec qui dit « et bien moi je crois pas aux chambres à gaz ». ça va mal finir. Il blasphème les croyances communes. Et s’il est poursuivit en justice parce qu’il parle par un organe public, il y a bien une sorte de délit de blasphème. Je vois pas comment on pourrait appeler ça autrement. Il s’agit d’une atteinte au sacré et c’est à ça qu’on reconnait la nature religieuse de la république.


    • philouie 19 septembre 2016 16:29

      @Elliot
      oui les chambres à gaz on sait que ça existe, les américains les ont utilisés pour achever des condamnés.


    • Pomme de Reinette 19 septembre 2016 23:40

      @charlie

      Le monsieur (qui est en fait une demoiselle) ne comprendra le mot « délit » que quand elle se retrouvera en prison (ou à l’asile psychiatrique). C’est d’ailleurs sans doute ce qu’elle espère secrètement puisqu’elle ne cesse de pousser chaque jour un peu plus le bouchon de la provocation.


  • Radix Radix 19 septembre 2016 12:55

    Bonjour

    Si j’ai envie de m’amuser j’irai dans un troquet alsacien et je dirai à la cantonade :"Dieu est un empaffé !’.

    Ensuite j’attendrai que la personne visée par mon insulte, c’est-à-dire Dieu, vienne porter plainte au commissariat.

    Je crois que je vais attendre longtemps...

    Radix


    • epicure 20 septembre 2016 18:19

      @Radix

      enfin fais gaffe en sortant du troquet de pas te prendre une météorite ou la foudre.
      D’après l’ancien testament il est colérique,il n’aura peut pas la patience de porter plainte.


  • Habana Habana 19 septembre 2016 13:30

    Si en France on est Laïcs, c’est juste parce qu’on ne voulait plus financer l’Eglise.

    Maintenant, on la taxe !

    • jeanpiètre jeanpiètre 19 septembre 2016 14:11

      @Habana
      il serait justement temps d’abolir les aménagements fiscaux pour les associations cultuelles, pour les réserver aux organismes qui oeuvrent concrètement pour le bien commun, pas pour des marchands rabatteurs qui promettent salut en échange de soumission


    • V_Parlier V_Parlier 19 septembre 2016 21:40

      @jeanpiètre
      « les réserver aux organismes qui oeuvrent concrètement pour le bien commun »
      -> C.à.d. toutes ces associations parasites anarcho-libertaires qui dilapident déjà l’argent public ? Et vous, vous promettez quoi en l’échange de l’acceptation de vos idées ?


    • jeanpiètre jeanpiètre 25 septembre 2016 17:54

      @V_Parlier
      si je parle de réel bien commun, c’est un sujet qui doit être discuté justement, il ne s’agit pas de transfert de légitimité d’une escroquerie à une autre.

      les organismes pseudo humanitaires ou pseudo religieux en sont de fait exclus

  • maidoc25 maidoc25 19 septembre 2016 13:46

    Je viens de faire une hémorragie sous-conjonctivale, je laisse mon corps s’occuper . moi je n’ai pas la main, médecin que je suis, pour m’autogérer...Mon ophtalmo m’a demandé de laisser la nature s’en occuper..Avec un minimum de repos .... 


    Il en est de même avec la chimie des nerfs, de la digestion et autres hormones . Il en est ainsi du sommeil et d’un tas de machineries physiologique....Le robot humain , animal ou végétal, se gère tout comme . 

    Bien des penseurs ont vu dans cette machinerie qui inclue l’univers , les étoiles et l’homme, la main d’un horloger ou d’un architecte . Quand je dis main , je veux dire le verbe !

    Personnellement, je l’appelle ’’ X ’’ et j’y crois .

    • maidoc25 maidoc25 19 septembre 2016 13:57

      @maidoc25Je viens de faire une hémorragie sous-conjonctivale, je laisse mon corps s’occuper . moi je n’ai pas la main, médecin que je suis, pour m’autogérer...Mon ophtalmo m’a demandé de laisser la nature s’en occuper..Avec un minimum de repos .... 


      Il en est de même avec la chimie des nerfs, de la digestion et autres hormones . Il en est ainsi du sommeil et d’un tas de machineries physiologiqueS....Le robot humain , animal ou végétal, se gère tout comme . 

      Bien des penseurs ont vu dans cette machinerie qui inclue l’univers , les étoiles et l’homme, la main d’un horloger ou d’un architecte . Quand je dis main , je veux dire le verbe !

      UN plus 

      Personnellement, je l’appelle ’’ X ’’ et j’y crois .
      Qui plus est je respecte toutes les lectures, athées ou pas, comme les explications scientifiques, ( disponibles !)

    • Fisspair 19 septembre 2016 14:17

      @maidoc25
      Bla bla bla .....
      Vous vous affichez scientifique mais en vérité votre pratique ???
      Est-elle créationniste oui ou non ?
      Respectez vous comme vous le déclarez en fin de commentaire les lectures des imposteurs religieux.
      « toutes les lectures athées ou pas »
      Quelle frontière tracez vous entre eux et les charlatans des sectes ????


    • maidoc25 maidoc25 19 septembre 2016 21:49

      @Fisspair
       

      A votre ’’Respectez vous comme vous le déclarez en fin de commentaire les lectures des imposteurs religieux.  ’’ 

      Je réponds  :
      Ils sont libres de raconter et de dire ce qu’ils veulent, sans que j’y agrée ni les crois ...Tu comprends ça ? Libres ! Chacun est libre de penser , de croire de dire ce qu’il veut ! Non ? 

  • Massada Massada 19 septembre 2016 13:55

    La loi n’a pas à sanctionner les offenses à Dieu, dont lui seul est juge.
    La notion de blasphème relève donc fondamentalement de la théologie et non du droit pénal.
     
    Maintenant rien n’empêche Dieu de déposer une plainte en bonne et due forme pour injure smiley


    • epicure 20 septembre 2016 17:55

      @Massada

      effectivement, un blasphème contre dieu, ne devrait être poursuivit que par dieu lui même, s’il existe.
      Sinon l’humain qui prendrait l’initiative, penserait à la place de son dieu, s’il se sent offensé.


  • Fisspair 19 septembre 2016 14:04

    Absolument
    Contre l’obscurantisme religieux
    À bas la calotte


  • jeanpiètre jeanpiètre 19 septembre 2016 14:19

    avec la pénalisation du blasphème, quelques agnostiques moqueurs montés en association pourraient vider la parole publique de tout sujet religieux , à coup de procédures pénales.


    on pourrait même attaquer toutes les personnes qui utilisent l’expression « mon dieu », le possessif étant totalement choquant pour les autres croyants qui s’en voient dépossédé .

  • Fisspair 19 septembre 2016 15:12

    @ l’auteur
    Serait-il possible d’entrer en contact avec vous sans vous exposer aux rétorsions des Omar Philouie et consorts ?


    • houakel houakel 20 septembre 2016 18:02

      @Fisspair

      Bonjour,

      Vous pouvez me trouver sur Facebook sous Hady Houda ou sous Les Athées sur Facebook. On pourrait alors échanger en faisant participer d’autres. Enfin, s’il est nécessaire, on pourrait nous échanger nos e-mail à travers la messagerie instantanée.



  • Esprit Critique 19 septembre 2016 16:03

    L’auteur ne connaît pas le sujet dont il parle. Une cascade de confusions, d’aproximations de contre-sens, et j’en oublie ....

    Molière aurait parlé d’Embrouilla-maxi !


  •  C BARRATIER C BARRATIER 19 septembre 2016 17:51

    C’est u mot qui n’a un sens qu’entre adeptes d’une religion, ou d’une autre, pour les athées ou les agnostiques le mot blasphème leur est étranger comme l’est l’immaculée conception ou l’nallal. Je ne sais pas si dans d’autres pays développés et non musulmans il y a des condamnations pénales pour blasphème

    Il reste quand même de nombreux citoyens ouverts qui ont cependant du mal à comprendre que pour les citoyens seules les lois des hommes font la loi !
    En table des news :

    Laïcité, la loi des hommes

    http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=287
    .


  • titi 19 septembre 2016 23:31

    Il suffirait d’annoncer les choses clairement :

    « La France est une république laïque, dont les bases du droit sont héritées d’une tradition judéo chrétienne éclairée. »

    Ca permet de bien affirmer d’où on vient... et donc où on ira pas.


    • francesca2 francesca2 19 septembre 2016 23:49

      @titi


      C’est bien vrai, mais les seuls à avoir ce courage sont Eric Zemmour et Marion Maréchal-Le Pen. 

    • epicure 20 septembre 2016 17:58

      @titi

      non la France est une république laïque dont les bases juridiques sont héritées des bases du droit romain, et les bases philosophiques gréco-romaines.


    • titi 21 septembre 2016 11:38

      @epicure

      Sur le fond je suis d’accord.

      Mais entre Rome et 1789, il y a la France Fille Ainée de l’Eglise.

      Passer de Rome à 1789 c’est éjecter 1300 ans de notre histoire.


    • epicure 21 septembre 2016 17:44

      @titi

      Justement la laïcité jette à la poubelle l’histoire entre le couronnement de clovis et la révolution, au niveau institutionnel. C’est la dernière pierre de la révolution sur ce point.


  • Crab2 20 septembre 2016 11:35

    Au nom de tous les athées persécutés partout dans le monde, on observera que le pouvoir corrompu issu des socialistes n’a pas cru devoir inviter à prendre la parole un-e représentant de Charlie hebdo lors de " Hommage aux victimes d’attentats "
    rappel, les Charlie ont-été assassinés parce qu’ils étaient athées

    La fraternité c’est la reconnaissance collective des libertés individuelles, c’est croire exclusivement en l’Humain

    Les principaux ennemis de la FRATERNITÉ, suite :

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/09/atheisme-2016.html

    ou sur :

    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2016/09/20/atheisme-2016-5850168.html

    2016.html


  • epicure 20 septembre 2016 18:01

    Beaucoup de confusion, entre laïc et laïque, ce qui rend toute une partie de l’article dénué de sens.

    Seule la France est laïque en Europe... sauf en Alsace Lorraine.


    • houakel houakel 20 septembre 2016 18:56

      @epicure

      je me suis demandé un bon moment sur vos vraies motivations. Il faut dire la vérité que je n’ai pas trouvé de valables et je peux même dire d’honnêtes. Je vais le démontrer ci-après:Vous dites


      1) ’’Beaucoup de confusion, entre laïc et laïque, ce qui rend toute une partie de l’article dénué de sens’’

       J’ai bien vérifié. Le mot laïque n’existe pas dans mon texte. J’ai utilisé uniquement le mot laïc en tant qu’adjectif. En français, l’adjectif s’accorde TOUJOURS avec le nom ou le pronom auquel il se rapporte. Donc, dans mon texte LAÏC est orthographié correctement et ne souffre d’aucune confusion.

      Le Larousse Emploi et orthographe

      1. Adjectif. L’adjectif peut s’écrire au masculin laïc ou laïque : patronage laïc municipal ; enseignement primaire laïque, gratuit et obligatoire. Au féminin, il s’écrit toujours laïque : l’école laïque, une institution laïque.

      2. Nom. Selon l’usage actuellement le plus répandu, le nom s’écrit laïc au masculin et laïque au féminin : un laïc (opposé à un clerc, un religieux), une laïque. La laïque (= familièrement, l’école primaire laïque).


      2) ’’Seule la France est laïque en Europe... sauf en Alsace Lorraine’’
        Je n’ai pas écrit cela dans mon article et je ne l’ai même pas sous-entendu.
        j’ai écrits que les lois Françaises ne sont pas applicables sur tout le territoire de   la République. 
       Voici mon texte tel qu’il est ’’En principe, la France est un état jacobin et une république indivisible. Ce qui veut dire que les lois de la république ont cours sur tout le territoire de la république. Et nul ne peut se soustraire à la loi de la République. Eh bien, ce postulat n’est pas toujours vrai. En Alsace et en Moselle, vous pouvez être poursuivi pour blasphème’’.

      Il n’y a pas la moindre trace du mot laïque dans ce paragraphe.

      Cher monsieur, si vous voulez juste nuire à quelqu’un parce qu’il ne pense pas comme vous, c’est un comportement anti-démocratique et anti-laïc.


    • epicure 21 septembre 2016 03:54

      @houakel

      non il y a juste le mot laïcité répété plusieurs fois, à tord et à travers....

      Ce qui revient au même puisque laïque et laïcité sont liés. Vu que laïque c’est un défenseur de la laïcité ou en rapport avec la laïcité en général ( école laïque ).

      Tu attaques la laïcité sur des faits résultants de pays non laïques....
      Ce faisant tu fais perdre au mot laïcité toute signification.

      Et par conséquent le texte devient confus, et perd tout sens.

      Il n’est pas question d’orthographe, de découpage de pattes de mouches en quatre, mais bien de sens des mots. La chose la plus importante quand on écrit un article.

      Je laisse tes soupçons paranoïaques à toi même , puisque je ne faisais que porter mon opinion sur un texte confus. D’ailleurs je ne suis pas le seul à le signifier dans les réponses.

      Si tu ne comprends pas ce que j’ai voulu dire par rapport à laïque, cela manque de sérieux pour un article traitant des rapports entre les états et les religion, particulièrement la France, seul pays dont la constitution est laïque, donc relevant de la laïcité. Les autres sont des états plus ou moins sécularisés, laïcs.

      La prochaine fois utilises le terme de laïcité dans le bon contexte.


    • epicure 21 septembre 2016 04:05

      @houakel

      tiens un bel exemple de moment de confusion
      "
      Donc la laïcité garantit la liberté d’inconscience de tous, mais elle ne garantit nullement la liberté de conscience et de l’expression. D’autre part, un athée ne peut être fondamentalement laïc, puisqu’il se moque des religions. Il n’y croit pas, il les met en cause et les combat toutes pour le bien de l’humanité. Lui demander d’être laïc c’est lui demander d’aller à contresens de sa pensée et de sa conscience.

      "

      Déjà tu parles bien de laïcité,mais à tord et à travers.
      La laïcité est basé sur la défense de la liberté de conscience avant tout, c’est le tout début de la loi de 1905, et c’est sa base philosophique.

      Un athée est non religieux donc il est forcément laïc.
      La laïcité permet aux athées de se moquer des religions, et interdit la punition du blasphème.
      C’est surement pour ça que personne en Alsace lorraine n’a essayé de poursuivre quelqu’un pour blasphème, vu que juridiquement il y a toujours moyen de s’en référer à la constitution qui proclame la république laïque.

      Lui demander d’être laïc, c’est lui demander de ne pas être religieux. Cela ne va en rien à l’encontre de sa pensée, mais c’est juste une tautologie, un euphémisme de dire qu’un athée est laïc.
      Sauf si tu confonds laïc avec laïque.

      Mais dans ce cas ton affirmation n’engage que toi.
      Marx, et plein d’autres grands penseurs athées ont été des laïques, des partisans de la laïcité.

      D’un autre côté ,comme ta conception de la laïcité est confuse, je ne suis pas sûr de ce que tu veux dire.

      Ce qui confirme au fond mon premier message.


  • epicure 20 septembre 2016 18:24

    Le délit de blasphème n’a jamais été appliqué en France depuis 1918, date de retour du concordat alsacien.
    C’est un texte obsolète, dont même les religions instituées ne veulent plus.

    Quand à poursuivre quelqu’un au delà de l’Alsace lorraine, ce serait un casse tête juridique.
    Suffit d’invoquer la constitution, et de plus cela ne peut se faire que dans le cadre où le texte est valable c’est à dire uniquement en alsace-lorraine.


Réagir