lundi 10 janvier 2011 - par Ariane Walter

Chicago, 11 septembre et petits arrangements entre amis

Les Etats-Unis étant le « parrain » de notre monde, à vous de choisir le sens que vous donnez à ce mot, il est bon de s’intéresser à leur politique.

Nous apprenons donc que le secrétaire de la Maison Blanche, Rahm Emanuel a quitté le bateau amiral car il souhaite se faire élire maire de Chicago. J’en conclus que Chicago est plus important que la Maison Blanche. Du moins pour Rahm Emanuel. Et ses amis, bien sûr. Car nous sommes, à ce niveau, dans un monde d’amis où l’amitié n’est pas un vain mot.

Rahm Emmanuel…

 Je me souviens du jour où il a été choisi. Le premier de la nouvelle équipe d’Obama. C’était important… Quand j’ai appris qu’il avait déjà ses pantoufles à la Maison Blanche, qu’il avait été conseiller politique du président Clinton, j’ai été un peu chiffonnée. On avait tellement envie, avec Obama, d’un Christ né dans une étable, complètement déconnecté des magouilles politiciennes des anciens temps. Mais bon, non. Atterrissage sur la planète réalité. Il était, bien évidemment, l’élu du parti démocrate, comme Clinton. Il avait même pour ministre des affaires étrangères Mme Clinton, la si courageuse Hillary, qui après tout ce que son mari lui avait fait (snif…snif…) était une fierté pour son pays. (A ce sujet, je m’aperçois que Clinton a eu droit à un soft attentat. On ne lui a pas fait sauter la tête, comme Kennedy, avec une balle mais avec une belle, le mettant, à plus ou moins longue échéance sur la touche. Touché ! Coulé ! De façon agréable tout de même. A qui avait-il déplu ? Car je suppose que des filles qui fument des cigares dans les bureaux de Washington, il doit y en avoir des escadrons destinés à calmer les maîtres du monde. Et heureusement d’ailleurs. Mais bon. Revenons à notre mouton. Rahm Emmanuel…

 Wikipédia nous dit à son sujet : Né à Chicago. Fils de Benjamin Emanuel, né à Jérusalem, et ancien membre de l’Irgoun, groupe ultra nationaliste sioniste actif en Palestine puis en Israël entre 1931 et 1948. Diplômé en communication. A la fin des années 80, travaille pour le maire de Chicago. Lors de la première guerre du Golfe en 91, il est volontaire dans l’armée israélienne. Il est employé comme mécanicien pour réparer des tanks sur la frontière libanaise… A la fin de l’année 91, il devient collecteur pour Bill Clinton récoltant, pour son élection à la présidence, la somme record de 72 millions de dollars. Un trésor de guerre qui, d’après le Figaro, permettra à Clinton de balayer ses adversaires et de survivre aux scandales qui éclateront alors.( Que suggère « Le Figaro » ? ) De 93 à 98, il est conseiller politique de Clinton à la Maison Blanche. On lui devait bien ça. Il quitte la vie politique en 98 devenant directeur de la banque Dresner et membre du conseil d’administration de Freddie Mac. En 2008, Barack Obama lui propose le poste de chef de cabinet à la Maison Blanche et il accepte. Non sans avoir hésité, craignant de bouleverser la vie de sa petite famille (Le Figaro), ou fâché de ne pas avoir été proposé au poste de Nancy Pelosi. (Mauvais esprits.)

Passons aux commentaires concernant le nouveau chef de cabinet.

Pour Jacques Cheminade sur son site » Solidarité et Progrès » :

« Si Emanuel n’a jamais été considéré comme un bandit, il a pourtant le profil type d’un mafieux. John Lapp, de la commission des campagnes pour le congrès que Rahm Emanuel a présidé en 2005 et 2006, dit de lui : « Il sait où les corps sont enterrés, ce que les gens veulent, désirent et quels sont leurs besoins et leurs points vulnérables. Il ne tolère pas les erreurs. »

Mais changeons de source. Que nous dit « Le Figaro ».

Il complète le pastel : « Un élu prodige qui n’a rien d’un agneau. Le chien d’attaque du parti. A Washington, on n’a pas oublié le poisson mort, en voie de décomposition, qu’il envoya à un sondeur qui l’avait contrarié. » (Que signifie : « Un sondeur qui l’avait contrarié » ? Il ne donnait pas des chiffres en rapport avec l’argent qu’il avait reçu ? Ca me rappelle une scène avec une tête de cheval. Non ?)

Un autre épisode de la saga. Surnommé Rahmbo, il est connu pour avoir perforé une table à coups de couteaux dans un restaurant lors d’un dîner célébrant la victoire de Bill Clinton en 92. (Vous allez me dire, ce n’est qu’une table. Et un couteau de restaurant. Ce qui m’étonne, car ils ne coupent jamais rien. Et là, « perforer une table ! » Fichtre !) Plein de rage, il égrenait le nom de ses ennemis politiques en plantant chaque fois et à pleine force son couteau dans la table au cri de « Mort ! Mort ! Mort ! » Le « Chicago Tribune » l’a qualifié de « tyran brutal et efficace ». Alors, s’il est efficace, la brutalité n’est qu’une qualité de plus ! Notons que ce soir-là, les amis d’Emanuel avaient gagné. S’ils avaient perdu qu’aurait-il fait ? La vaisselle en tremble encore…Et pas que la vaisselle…

Dans un monde normal, ce type aurait été enfermé et interdit de vie politique mais nous vivons dans un monde paranormal.

Il faut tout de même reconnaître ses qualités. Remarquable financier. Il était directeur de Freddie Mac en 2000 lorsque l’agence a été autorisée à recycler les titres hypothécaires subprimes pour alimenter la bulle immobilière. Il est aussi expert de la levée des fonds pour les démocrates, spécialisé dans les donations glanées auprès des hedges funds et des sociétés financières. On le voit entrer. On lui donne aussitôt. Il inspire confiance. Par ailleurs travaillant pendant trois ans à la Dresner bank il a gagné plus de 16 millions de dollars. Ce qui prouve son habileté. 

 L’ascension de Rahm Emanuel à Chicago est aussi un modèle de réussite. Grâce au Maire Daley, son ami, et à son frère Bill. Donald Tomczak, chef du département des Eaux à l’époque, avait reçu l’ordre de Bill Daley, le frère du Maire, de mettre ses employés municipaux à disposition d’Emanuel afin de défaire son concurrent démocrate, un progressiste soutenu par la base militante. Tomczack est actuellement emprisonné pour avoir organisé un système de pots de vin avec l’argent de la municipalité en faveur de sociétés de transport liées au crime organisé. En échange de quoi une partie de l’argent aurait servi à financer la campagne de réélection du Maire.

 Ainsi, Richard Daley Jr a été élu pour la première fois en 89 maire de Chicago avec, comme conseiller principal et leveur de fonds en chef, Rahm Emanuel.

 

Qui va remplacer Rahm Emanuel à la maison Blanche ?

 William Daley qui est le frère du maire de Chicago, Richard Daley Jr, tous les deux fils de Richard Daley, dit « le Boss » maire de Chicago pendant 21 ans. Richard Jr est aux commandes depuis 89. Un bail.

C’est une dynastie.

Donc résumons-nous.

Pour être élu maire de Chicago à la place de Richard Daley Jr, qui ne se présente pas pour les raisons que nous verrons, Emanuel demande au frère du maire de Chicago, Bill Daley, de prendre sa place comme conseiller d’Obama. « Vingt minutes » parle de « jeu de chaises musicales » Nous ne sommes donc pas les seuls en France à le pratiquer.

 Mais on comprend que des hommes aussi solides qu’ Emanuel et Daley soient nécessaires pour encadrer Obama qui est un vrai fou de la réforme et un danger pour les banques ! Oui ! Un danger pour les banques ! Vous vous imaginez peut-être qu’avec les quelques millions et milliards qu’Obama a distribués, les banques peuvent survivre ? Non, vous vous trompez. Il en faut plus. Voilà pourquoi Obama a besoin qu’on le guide (Voir la photo de l’article où l’on comprend sans embarras qui parle et qui écoute.)

On lui avait pourtant mis William Lynn à la défense !

Lynn, après avoir travaillé pour Edward Kennedy et avoir été à la Maison Blanche sous Clinton, a été engagé en 97 comme vice-président de Raytheon, le fabricant d’armes. Le 8 janvier 2009, Obama le prend à ses côtés comme secrétaire à la défense. Et ce malgré toutes ses promesses électorales car Lynn peut-être suspecté de faire du lobbying pour son ex-boite. Le 21 janvier, en effet, passe une loi, qui interdit ce genre de conflit d’intérêts. Mais le 23 janvier Obama passe outre la loi et dit qu’elle ne s’applique pas à Lynn. Pour un prix Nobel de la paix, qu’Obama tienne tellement à un marchand d’armes voilà qui est curieux !

Mais l’amitié noue des liens.

Ainsi, il y a beaucoup d’attachement entre Emanuel et Daley. Quand Emanuel était à la Dresner Bank, il avait acquis la SBC communication qui peu de temps après embauchait Bill Daley. Visiblement les deux hommes s’apprécient. On les comprend. La finance est leur job . Daley est l’homme de Wall Street. Il est président de la banque Morgan Chase.

Obama, Lynn, Daley, quelle belle équipe de pacifistes humanitaires !!

 Quand le 8 janvier 2011, Obama présente à la presse, Richard Daley junior, son nouveau directeur de cabinet, il ne sait plus où poser ses yeux. Je l’imagine rongé par ce qu’il vit. Ca se voit sur son visage. Il est ridicule et humilié, Méprisé et détesté. Il ne peut pas ne pas le savoir. Mais il joue un rôle. Il faudra aller jusqu’au bout. Ca s’arrêtera peut-être plus vite que prévu. Non, pas un attentat. N’exagérons rien ! Ce n’est pas Kennedy ! Il ne parle pas de supprimer la FED ! On lui cherche une clintonerie. Il aurait eu une liaison avec une certaine Vera Baker. On cherche les preuves…

Mais Obama n’est ni St Joseph, ni le petit Jésus. Il est, lui aussi, un homme de Chicago. Le héros de Chicago pour commencer car dans une ville segrégationniste comme la « cité des vents », il a réussi l’exploit d’aller très haut. Grâce à sa femme Michelle qui travaillait avec le maire Daley et qui l’a présenté. Décidément…

On reproche au couple Obama de petites bricoles. Vraiment rien de terrible dans une ville où les affaires de corruption occupent une place prépondérante.

 Rezxo, promoteur immobilier et ami personnel d Obama, trouvé coupable, en juin 2008, de seize accusations de fraude, de tentative de corruption et de blanchiment d’argent, avait versé 150 000 euros à Obama. (Pour ses frais de week-end sans doute. En France nous avons Mme Bettencourt qui sort beaucoup de petites sommes semblables pour les soldes.) Obama les lui a remboursés après son élection. (Rahm lui a fait un chèque ?)

 Mais autre petite chinoiserie, Obama aurait acheté une maison de plus d’un million de dollars et Rezco aurait ensuite acheté un terrain à côté, au nom de sa femme, qu’elle aurait ensuite vendu à un meilleur prix à Obama.

Que vont-ils s’empêtrer dans des histoires aussi absurdes ! Pour un bout de jardin ? C’est vrai qu’ils ont un chien …

Ensuite une autre sombre histoire, un peu plus grave.

Le 9 décembre 2008, le 40 ème gouverneur de l’Illinois, Rod Blagovitch, arrêté par le FBI a été destitué de son poste, à l’unanimité, par les sénateurs de l’Illinois qui à l’occasion l’ont traité de : « cynique, sournois, corrompu, grossier, inepte, menteur, hypocrite, irresponsable. » On sent qu’ils en avaient gros sur la patate. Mais qu’avait donc fait ce Blagovitch pour les énerver à ce point ?

He bien disons qu’avec la complicité de son ami Rezco, l’homme qui vendait un bout de jardin aux Obama, il avait mis aux enchères des postes publics. Du style : « Ca t’intéresse ce fromage ? Combien tu me donnes ? Parce que lui, il me donne tant. Attends je l’ai en ligne. Je vois s’il propose mieux. » Blagojevitch était allé un peu trop loin quand il avait essayé de vendre le poste de sénateur d’Obama, élu président. Avec les conseils d’un conseiller du président (normal) dont le nom est resté inconnu mais pas de la presse qui a proposé, quelle horreur, le nom de Rahm Emanuel !

Mais ces journaux à Chicago ! On comprend pourquoi en 2008, Blagojevitch a menacé le « Chicago tribune » de procéder à une purge éditoriale !

Une dernière avant la route sur ce Blago. En 2002, il a fait part de son intention de se présenter à la présidence des Etats-Unis……. Il est vrai qu’à ce niveau, la vente de postes aurait rapporté davantage.

Mais tout ceci n’est rien, évidemment, à côté de la grande époque.

Du temps du papa Daley, maire et maître de Chicago pendant 21 ans !

Dans la famille Daley, je demande le père.

Sortons les caméra : Chicago, l’Outfit, les syndicats du crime, tout y est. Daley sera non seulement maire de Chicago mais plus encore le maître de la toute puissante machine démocrate. Le parti démocrate, c’est Chicago.

Dès qu’il est élu, Daley montre sa reconnaissance à la pègre qui l’a élu. En juin 56, Daley démantèle l’unité de renseignement de la police de Chicago qui infiltrait la Mafia depuis des années. Puis il donne une pluie de postes à des mafieux qui le remercient dans des conversations enregistrées par le FBI. Pendant toute cette période, il est la seule autorité décisionnaire. Il sera élu cinq fois de suite. Pourquoi ? Daley fait partie de ces maires qui considèrent leurs villes comme leurs maîtresses et les parent de splendeurs.

 Et là je dois faire une parenthèse, on ne peut que s’incliner. Qui a vu Chicago a vu une des plus belles villes du monde. Vaste. Altière. Vivante. Fleurie. Méridionale. Architecturale. L’essor splendide de Chicago est signé Daley.Père et fils. Quand on arrive à Chicaaaago, car on prononce ainsi le nom de cette merveille, en s’alanguissant sur sa syllabe médiane, surtout pas « tchi », tout en douceur, en étouffant la fin du mot comme si l’on fermait les yeux dans le ravissement de sa vision, Chicaaaaaaaago, on est saisi par sa beauté inattendue et élégante.

Pour être élu maire de ce chef-d’œuvre, Daley n’a guère eu de problèmes. Les banquiers étaient fous de lui tant il y avait matière à faire du biseness avec tous ces chantiers. Et en cas de lézard, la machine démocrate était là. 40 000 fonctionnaires mis à l’œuvre, chargés de courir partout, d’afficher, de truquer listes et boîtes. Bref la routine. On a ça en France aussi.

Dans le fond, si les monstres qui nous gouvernent faisaient de nos villes de nouvelles Chicago, on pourrait bien fermer les yeux, mais ce ne sont pas des mafieux esthètes mais des mafieux bourrins et voraces qui transforment nos vies en ghetto de Detroit.

 

 L’élection qui a donné le plus de mal au maire Daley a été celle de Kennedy qui, malgré les sous de papa, Joë Kennedy, très ami avec la mafia locale, ayant lui-même fait fortune dans la prohibition, avait quand même coûté un bras. Mais bon avoir un président dans sa manche, suivons la métaphore, ce n’est pas à négliger.

Sauf si l’heureux élu, JFK, est un ingrat de première qui n’est gentil, après son élection, ni avec la mafia, ni avec les militaires ni avec Wall Sreet. Qui a tué JFK ? Quelqu’un qui perdait de l’argent à cause de JFK. Ou qui allait en perdre beaucoup. Ne cherchons rien de plus compliqué. 

Mais tout le monde meurt. Ca c’est sympa. Quand on a des rêves d’immortalité et qu’on pense au voisin atroce, qui pourrait lui aussi être éternel, on se dit que la mort est une bonne chose.

Daley est mort dans son bureau et son fils lui a succédé. Le fils qui a un frère qu’Obama vient de choisir comme secrétaire.

La boucle est bouclée.

Pourquoi le maire actuel de Chicago ne se présente-t-il plus ?

C’est très simple. Des sondages le donnent perdant. Les Chicagoans en ont assez de la putréfaction de leur ville. Il y a deux ans, le Chicago Sun time révéla qu’au moins 79 élus de Chicago et de l’Illinois, avaient été trouvés coupables d’avoir commis un acte criminel depuis 72. Autre révélation : au début des années 80 le FBI lança l’opération Greylord sur la corruption judiciare. 92 juges furent inculpés d’avoir été achetés lors de procès. 

Ils veulent un peu d’air pur, les Chicagoans. Ils en ont assez de leurs Richard III. On attend un Shakespeare pour écrire une tragédie sur le sujet. Car Chicaaaaago n’est pas seulement une ville mafieuse. C’est aussi une magnifique ville de combat. Une ville d’hommes. De vrais hommes.

Respirons un peu.

Savez-vous que le « premier » premier mai est né à Chicago ? 

 En 1884, les syndicats des Etats-Unis se sont donnés deux ans pour obtenir de ne pas travailler plus de huit heures par jour. Le 1 mai 1886, cela a été reconnu pour 200 000 d’entre eux. Le combat continuait pour 340 000 autres. Le 3 mai, lors d’une manif, trois ouvriers sont tués. Le lendemain marche de deuil. Le soir alors que tout le monde se sépare et qu’il ne reste plus que deux cents hommes face à deux cents policiers, une bombe éclate, tue un policier. Sept autres mourront dans la bagarre. Cinq anarchistes seront condamnés à mort accusés d’avoir jeté la bombe. En 1893, lors de la révision du procès, l’innocence des huit inculpés est reconnue ainsi que la machination policière et juridique mise en place pour casser et criminaliser le mouvement ouvrier.

Ce qu’on appelle un « inside job ».

L’expression nous ramène inévitablement au 11 septembre. Nous sommes en 2011. Echo.

Les attentats du 11 septembre peuvent être considérés comme un numéro de prestidigitation de classe internationale. Regarde ce que je te montre pendant que je fais ce que je ne veux pas que tu voies.

Regarde les belles images, les avions mortels, les hommes qui sautent dans le vide, les volcans de poussière, les effondrements de géants crevés au flanc ! La fumée partout comme une poudre aux yeux ! 

Et moi pendant ce temps je fais de l’argent.

Chicago.

C’est à Chicago, au CBOE (Chicago board options exchange) qu’à eu lieu le plus formidable délit d’initié de tous les temps. On le sait les enquêtes n’ont pas abouti. La Version officielle nous dit que la SEC, organisme d’enquête des bourses, a su qui avait donné ces ordres mais qu’il était évident que ce ou ces personnes n’était pas en rapport avec Al Qaida et qu’il ne fallait donc pas les poursuivre.

Pourtant les faits sont énormes : A Chicago, le 6 et le 7 septembre 2001, 4744 options de vente à la baisse d’actions d’United Airlines sont déposées contre 396 en temps ordinaire. 24 fois plus que la moyenne. Le 10 septembre, 4716 options de vente à la baisse d’American Airlines ont été lancées. Le lundi qui a suivi, à la première réouverture des bourses, les actions avaient perdu 39% pour AA et 42% pour UA. Tout à l’opposé Raytheorn, fabricant d’armes sur lequel portait des options d’achat à la hausse, a vu ses actions mutipliées par 6. Il y avait des paris sur toutes les boîtes touchées par le 11 septembre : banques, courtiers, assurances. Eux et pas d’autres. Les profits ont été colossaux.

Mais ce n’est pas tout. Etant donné que les circonstances étaient quand même exceptionnelles, il fallait en profiter pour rapter le plus possible, n’est-ce pas les veliraptors ? Dans les tours, au moment où elles étaient frappées, au moment où les uns sautaient par les fenêtres et où les autres mouraient brûlés, explosés ou étouffés, cent millions de dollars de transactions illégales ont eu lieu. Comment le sait-t-on ? Quelqu’un a-t-il envoyé un message glissé dans le passeport de Mohamed Atta et trouvé sur le trottoir ? Non. Plus simplement. L’entreprise Convar a été chargée de récupérer des disques durs et a trouvé trace de ces transactions. L’affaire s’est brusquement arrêtée. Ils ont eu des ordres.

Mais il y a pire.

Figurez-vous qu’en 1999, 2300 milliards avaient disparu du Pentagone.

Et en 2000 :1100milliards.

Total : 3400 milliards de dollars disparus en deux ans. Ouf ! Mais il paraît que cela arrive. Nous, nous faisons un foin pas possible quand nous perdons notre carte bleue mais eux, ils sont plus cool. Donald Rumsfeld en a d’ailleurs fait l’aveu public le..10 septembre 2001.

3400 milliards, c’était beaucoup quand même. On allait diligenter une enquête quand soudain, pas de bol, le fameux avion sans aile qui fit un demi-tour, venant du sud pour frapper le Nord du Pentagone, détruisit les archives financières et les contrôleurs financiers ! Quel dommage !

Y a-t-il eu une enquête ?

 Donald Rumsfeld a suspendu toute recherche.

Il y a eu aussi le WTC 7. Avec ces archives boursières qui a été volatilisé. Son avion s’est perdu en route. Il est tombé tout seul. Ah ! C’était une grosse organisation ! La perfection n’est pas de ce monde !

Evidemment quand on lit tout ça, les magouilles de Sarkozy et de Woerth paraissent artisanales.

 Les enveloppes de la bonne Madame Bettancourt pour 50 000 euros ! 50 000 euros ! Mais qu’est-ce qu’on achète avec 50 000 euros ? Des sucettes ?

 

Quelle belle machine à apprendre et à connaître, le net ! Si facile ! On tape « Daley, Chicago » Et hop ! Merci Wikipedia, merci les petits blogs, merci les historiens et les politiques qui sont interdits de grands medias !

 Tout ceci se lit malgré tout avec un mouchoir sur la bouche. La nausée. Les yeux écarquillés. On n’y croit pas. Pour du fric ? Pour du pouvoir ?

 

Résumons donc la situation aux Etats-Unis.

 En choisissant Obama, les décideurs avaient misé sur un homme charismatique qui allait peut-être donner envie à la terre entière de l’avoir pour président. Un New World Order amoureux. Mais l’illusion n’a pas duré longtemps. Dès la nomination de Rahm Emanuel, tout était dit.

 Actuellement Obama est en échec sur toute la ligne. Les réformettes qu’on l’a laissé faire sont sans cesse grignotées. Le Tea Party progresse et lui a mis une claque. Le parti démocrate est en danger. Plus encore, Chicago, la ville des démocrates, risque de passer à l’ennemi.

Le temps n’est plus à la plaisanterie. Rahm fonce à Chicago pour tenter de sauver le tout. Les banques mettent le président de la Morgan Chase à côté d’Obama. Il va falloir sucer l’os jusqu’à la fin de la moëlle. Les grandes manœuvres commencent. Favorablement. La chance.

Et un attentat, un ! Ne disons pas (encore) qu’il est commandité, disons qu’il tombe bien.(Quoique deux fous qui tirent en même temps, c’est quand même rare.) Mais bon depuis que les oiseaux sont cuits par des feux d’artifice, on ne sait plus dans quel monde on vit ! !!

Pauvre Amérique !

De tout ceci, tirons une conclusion qui nous concerne.

Nous allons vers des élections. Ne soyons pas naïfs. Des élections se truquent. De toutes les façons. En ce moment ils veulent absolument nous faire croire que DSK est aimé des Français ! LCI l’affirme. On sait donc que ce n’est qu’une vérité à l’usage du monde des affaires.

Autre épouvantail : Al Qaïda !

 Ainsi ce matin, sur LCI, incroyable prestation du journaliste de service. Pendant qu’il annonce fermement « Les otages ont été exécutés par leurs ravisseurs », on lit au même moment sur un bandeau : « Il semblerait que… » Quand il scande sur un ton sans appel : « le ministre des armées est sûr de la nouvelle, » un militaire nous dit : « D’après les élements de l’enquête, il paraîtrait que… » La meilleure est à venir. Une phrase d’anthologie : « On n’a pas encore de preuve mais tout laisse à penser que c’est Al Qaïda ! » Et un reportage suit sur Al Qaïda…

 On commence à vous connaître les gars, avec vos attentats et votre Al Qaïda !

Mais gardons notre calme.

Conseil que je donnerai à M. Mélenchon.

Il s’est fait embarquer par Demorand alors que Marine le Pen avait résisté. Pas bien ça. Il perd des voix chaque fois. On sort d’un excité, ce n’est pas pour en prendre un autre. Et puis, s’il n’arrive pas à garder son calme face à Demorand comment fera-t-il pour être noble face à Rham Emanuel, maire de Chicago, dans un restaurant, quand celui-ci lardera la table de coups de couteaux ? 

C’est un long chemin, monsieur Mélenchon, une rude tâche que vous briguez. Vous ne pouvez pas vous comporter face à cet ambition comme un homme qui veut être ce qu’il est et non pas ce qu’il veut devenir.

Dernier conseil pour Obama.

Obamo tu es mort. Pour toi. Pour ta famille. Pour l’Histoire. Tu seras éternellement le jouet qu’ils se sont lancés à la tête, le faible qu’ils ont séduit et qui est pris comme un rat. Un de ces jours prends ta femme et tes deux filles, mets-toi devant les micros et dis tout ce que tu sais. Sur Chicago, sur les partis, sur la Mafia, sur Wall street, sur le 11 septembre. Si tu tires le premier, ils ne pourront rien. C’est ta seule façon de t’en sortir.

Oh ! Je me souviens de cette soirée à Chicago avec ces deux petites filles à ravir tenant la main de leur papa ! Que leur dira-t-on de toi ? Savent-elles déjà ce que nous savons ?

Que de joie ce soir-là, dans les larmes de la victoire ! Que de beauté, que d’innocence ! Quel mensonge à la terre entière ! Ne pars pas sans le laver ou tu en crèveras d’une façon ou d’une autre. La pire étant le remords.

Quant à vous Chicagoans ! Battez-vous ! Votez juste ! Vous avez votre combat ! Nous aussi nous avons le nôtre ! Les Tunisiens, les Algériens, les Islandais ont le leur !

Que l’épitaphe que l’on peut lire sur la tombe d’Arthur Spies, exécuté à la suite des évènements falsifiés de la grève de mai 1886, vous inspire :

« Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd’hui »



128 réactions


  • sormiou sormiou 13 janvier 2011 14:02

    Oulala, mille pardons ! Je présume que c’est l’heure tardive qui m’a fait partir sur cette mauvaise piste.


    La réponse a l’énigme est qu’il fallait une météo impeccable ce jour là ...
    Il semble qu’il se soit passer quelque chose d’étrange le 11/9 avec le cyclone Erin, voyez plutôt :

    Ceci dit, j’avais pas tout faux avec mon dernier post. smiley

    Bien à vous.


    • Ariane Walter Ariane Walter 13 janvier 2011 14:19

      Incroyable ! Quelle précision ! Quelle dentelle ! ca s’appelle vraiment penser à tout ! Dingue ! je vais étudier cà de plus près ce soir quand j’airai fini mon écriture du jour !!!
      Autre forme d’imagination !!
      merci à vous. c’est la première fois que j’entends parler de ça.


  • Hijack Hijack 13 janvier 2011 17:45

    Je pense que ce genre d’infos ne sont là que pour noyer le poisson, décrédibiliser le mouvement ...


  • Ariane Walter Ariane Walter 13 janvier 2011 18:10

    J’ai trouvé assez incroyable la définition de l’effet hutchinson sur les métaux. Les photos, l’étude proposée, tout laisse à penser.
    Qu’ils soient capables d’inventer un cyclone et de le chevaucher, c’est autre chose mais L’effet Hutchinson rendrait parfaitement compte des hémorragies internes des oiseaux. Et de la destruction des tours.

    Il est évident que si en tant que truther on va dire, oui, les commanditaires du II 9 ont commandé un cyclone pour qu’il fasse beau, on va finir dans un asile.
    personnellement, j’étudie tout et je fais mon opinion après.
    En ce moment, j’ai découvert plein de trucs. je ne savais pas que fin 2008 il y avait eu une plainte de (?) contre Cheney pour ne pas avoir averti de l’arrivée de l’avion sur le Pentagone.
    J’ignorais tout de Sybel edmonds. le noyautage de la CIA, qui n’a rien d’extraordinaire puisque tous noyautent tout est quand même intéressant.
    Et cette histoire d’effet Hutchinson.
    Est-ce que re-open en parle ?
    ce n’est pas encore catalogué « sérieux » ?


  • Hijack Hijack 13 janvier 2011 23:28

    Tout est bon pour qu’on se foute de notre gueule, les israéliens dansants et tous les autres trucs ont été fait volontairement, afin que ceux qui ne sont pas au fait des détails sur le 911 puissent rigoler et ainsi décrédibiliser le mouvement.

    Alors qu’il y a 2 choses qui doivent faire rire, (sans bien sûr rigoler des victimes qui elles sont réelles et dont ils se foutent bien et auxquelles on pense tous les jours)  :

    - Que des arabes ont pu attaquer la puissante Amérique.
    - Que la puissante Amérique se fasse attaquer par des barbus à cutters magiques.

    Ce qui est arrivé ce jour là, ne peut pas arriver même au Malawi ou à Zanzibar ... voilà ce qui est rigolo !


  • Ariane Walter Ariane Walter 13 janvier 2011 23:58

    J’en suis évidemment persuadée.
    une question que l’on me pose :
    Pourquoi faire si compliqué avec des avions téléguidés, sans passagers alors qu’il suffisait d’envoyer des avions sur les cibles point barre. En particulier au Pentagone.

    Je pense que s’ils avaient envoyé des avions lambda, ce qu’ils souhaitaient n’était pas réalisable.
    N’y-a-t-il pas eu un moment où ils ont compris en montant l’affaire qu’un gros avion de ligne ne pouvait pas faire tout ça ?
    Est-ce que ce ne sont pas de petits avions qui se sont plantés sur les gratte ciels, en général ?
    N’est-ce pas le seul cas connu avec un gros porteur ?
    Et un petit avion ne pouvait pas faire tomber les tours d’où la nécessité de compliquer la sauce.
    Peut-être.

    la question qui trouble le plus est celle des passagers. S’ils n’étaient pas dans les avions que sont-ils devenus ? Et là, la raison refuse d’aller plus loin.

    par ailleurs, les conversations téléphoniques qu’ils ont eu emportent la conviction de ceux qui veulent croire la VO.


    • Philou017 Philou017 14 janvier 2011 02:00

      Tiens ca cause, ici.
      Bon, je m’invite dans la conversations, le 11/9 c’est un peu mon truc....

      Pourquoi faire si compliqué avec des avions téléguidés, sans passagers alors qu’il suffisait d’envoyer des avions sur les cibles point barre. En particulier au Pentagone.

      C’est pas du tout évident que les avions aient été remplacés, c’est juste une possibilité. Par ailleurs, c’est pas si compliqué de faire atterrir les avions originaux avec une fausse déclaration d’immatriculation par exemple. Dans la confusion qui a suivi les attentats, il y a eu assez vite un ordre de stand down général (atterrissage immédiat de tous les avions). Si on le fait atterrir sur une base miltaire, qui le remarquera ? Et même sur une base civile . Des tas d’avions ont atterri là où ils n’avaient rien à faire en principe.

      Concernant le pentagone , c’est tout autre chose. La trajectoire d’arrivée avec le point d’impact au premier étage est presque impossible à réaliser. Il y a beaucoup d’obstacles alentour que l’avion peut toucher, et l’effet de sol peut poser de gros problemes. Il ya eu une simulation d’un attentat de ce type en 2000 et ils ont du se rendre compte que le risque de se louper était trop important, d’où l’utilisation probable d’un missile.

      Je pense que s’ils avaient envoyé des avions lambda, ce qu’ils souhaitaient n’était pas réalisable.

      N’y-a-t-il pas eu un moment où ils ont compris en montant l’affaire qu’un gros avion de ligne ne pouvait pas faire tout ça ?

      Non, il n’y a pas à mon avis de raison technique empêchant d’employer les boeing d’origine, qui pouvaient être facilement équipés pour un guidage à distance. Ceci dit, le fait qu’on les ait fait arriver à pleine vitesse pourrait vouloir dire qu’on voulait empêcher qu’on remarque des choses étranges, comme le possible pod au-dessous de la carlingue, et qu’on voulait les voir réduits en poussière dans un choc violent. Ce qui pencherait en faveur d’appareils vides.

      Est-ce que ce ne sont pas de petits avions qui se sont plantés sur les gratte ciels, en général ?
      N’est-ce pas le seul cas connu avec un gros porteur ?

      Oui, mais c’est parce qu’on avait pas essayé jusque là...... Mais c’est surtout qu’un avion de ligne est bien moins maniable qu’un petit avion. On se rend pas compte, mais viser un obstacle sans viseur est loin d’être évident. Et plus on augmente la vitesse, plus c’est difficile à cause de l’inertie de ce genre d’avion.

      Et un petit avion ne pouvait pas faire tomber les tours d’où la nécessité de compliquer la sauce.

      Ariane, les avions n’ont jamais fait s’écrouler les tours. elles étaient très solides, avec une structure redondante prévue justement pour encaisser ce genre de choc. Du reste elles ont parfaitement encaissé. Jusqu’au moment de l’écroulement, où ce sont des explosifs qui ont fait tomber les tours. L’écroulement total tel qu’on le voit est inconcevable avec le choc d’un avion sur la parie haute des tours. Rien que les écroulements parfaitement similaires des tours avec des chocs différents, à des endroits différents est une preuve de la supercherie.

      la question qui trouble le plus est celle des passagers. S’ils n’étaient pas dans les avions que sont-ils devenus ? Et là, la raison refuse d’aller plus loin.

      Reponse simple : on les a exécutés. On était pas à soixante personnes près. mais on les a peut-être parqués aussi sur une des nombreuses bases secrètes militaires. Ou une partie d’entre eux. Les avions avaient un très faible taux d’occupation, et curieusement il y avait beaucoup d’employés de firmes militaires...
      D’ailleurs il y a une lettre d’un employé de Raythéon qui sonne comme un adieu à sa femme.
      On trouve des fanatiques partout. Regardez les soixante agents du mossad à l’évidence impliqués dans les attentats.
      On a pu leur donner de fausses identités, aussi. Avec un paquet d’argent ?
      Pour moi, c’est vraiment secondaire. Les gens ne se doutent pas des possibilités de truander la loi quand on fait partie d’organisations fédérales. Ils font ce qu’ils veulent. Par exemple, on ne sait rien de ce qui se passe sur les bases secretes, personne n’a le droit d’y aller voir. Il y a vraiment un état dans l’état aux états-Unis. Le système fédéral permet plein de dérives, du moment qu’on a les responsables qu’il faut dans sa poche.....

      Bon, voilà de quoi méditer. Mais on connait pas tout. C’est vrai que moi aussi j’aimerais savoir le fin mot de l’histoire sur deux ou trois trucs.....


    • Hijack Hijack 14 janvier 2011 11:46

      @ Ariane Walter

      Tu devrais revoir les vidéos sur Reopen911 notamment où tu ce dont tu parles est largement documenté.

      Les passagers des avions, ça ... c’est à ceux qui ont organisé le massacre qu’il faut le demander... personne ne répond à cette question.

      Les avions guidés avec balises sur les cibles, sans passagers sont extrêmement plus faciles à manier qu’un Boeing gros porteur rempli de passagers (quoi que spécialement ce jour là ... d’après les manifestes ...aucun des 4 avions n’était comme habituellement rempli, de mémoire il me semble qu’ils contenaient moins de 40 % de passagers qu’habituellement).

      Le Pentagone c’est autre chose, soit un missile, soit un drone, soit un autre truc ... mais ils ont toutefois bien envoyé un avion juste au-dessus au même moment qu’il y ait eu l’explosion contre la façade de Pentagone ...
      Entre parenthèse, un terroriste souhaite 2 choses, rendre la mission la moins compliquée, faire plus de victimes, et tant qu’à faire des personnalités politico/militaires...
      En se crashant en plein milieu, plus facile en technique d’aviation, plus de victimes et surtout, les huiles de l’administration Pentagone ... au lieu de ça, tu connais la suite... manoeuvre hautement improbables, simple personnel parmi les victimes dont ouvriers, car la façade était en travaux ...

      Il y a déjà eu des avions contre des tours, même dans les années 45 (Empire State building)
      Le crash du B-25 Mitchell :

      Le samedi 28 juillet 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, un bombardier B-25 Mitchell s’écrasa dans la face nord de l’immeuble au niveau du 79e étage, alors qu’il volait par un épais brouillard (le brouillard fut tel que le pilote aurait dit aux contrôleurs « ... c’est très difficile, je ne vois même pas l’Empire State... »). L’incendie fut éteint en 40 minutes mais 14 personnes périrent dans l’accident. Parmi les rescapés, Betty Lou Oliver, opératrice d’ascenseur, a survécu à une chute de 75 étages, à l’intérieur d’un ascenseur, ce qui demeure encore aujourd’hui un record du Guinness. En dépit des dégâts et des décès, le bâtiment ouvrit tout de même normalement ses portes le lundi suivant.
      +
      http://www.iutcolmar.uha.fr/internet/recherche/jcerdacc.nsf/d7bc740ed06c069 cc12569580033c878/c6deae90d643263cc1256ba00048b94c?OpenDocument

      Les conversations téléphoniques ont été les premiers cailloux de ceux qui essaient de nous fourguer la version fabulo miraculeuse, déjà les conversations à cette hauteur ne sont pas possibles, ils se sont contredits, parlant de portables, ensuite de téléphones passagers, alors qu’il n’y en avait pas ... mais bref, je parle de mémoire ... un jeune homme appelle sa mère et lui dit « en citant son nom et son prénom » ... imagine !!! dans ce cas, le prénom suffit ... tu ne crois pas. S’il y a eu communication, il est très facile de simuler/imiter une voix, voilà pourquoi le gars qui donne son nom de famille à sa mère paraît triste de ridicule.
      Même ceux les plus fans de la version miraculeuse ne sortent plus cet argument auto-détruit.


    • Ariane Walter Ariane Walter 16 janvier 2011 11:56

      hello Philou !
      Petit retour sur le fil.

      A mon avis ils ont dû aller voir un scenariste d’Hollywood en lui faisant croire que Splielberg préparait une super production sur des avions qui allaient se crasher sur les WT. Ils lui ont dit qu’ils voulaient en mettre plein la vue. Et l’autre , sans savoir ni pour qui, ni pour quoi il travaillait, a dû concocter tt l’histoire en partant du principe qui lui a été suggéré par un conseiller militaire qu’on lui avait adjoint, que des avions lambda ne pouvaient pas faire autant de dégât qu’ils le souhaitainet.

      On a demandé évidemment le secret absolu à ce mec sinon S^pielberg ne serait pas content.
      « -Oui, nous voulons sschose d’Hollywoodien et de réaliste. Ainsi peut-on utiliser telle arme et telle arme ? »

      Quand le gars s’est aperçu à quoi avait servi son scenar ; qu’il avait été payé pour ça. Qu’il y avait des traces de sa participation, il a compris qu’il se tairait pour toujours.

      Pareil pour ceux qui ont ficelé les tours d’explosifs Une entreprise qui a obtenu ce marché. Avec contrats et photos des gens qui posent.

      J’imagine aussi une scène QQ’un dit :
      -Mais si qq’un s’en aperçoit ?
      -Aucune importance. D’une part le gros de la Nation, composé de veaux ne s’en apercevra pas. et les autres ils ne pourront rien contre vous car vous êtes « too big to fail » !!

      Même la Chine ne voudra pas connaître la vérité. carle chaos aux EU ne l’arrangerait pas du tout. Et savoir tt à coup que le gouvernement des EU a fomenté ce complot c’est discréditer pour tjrs ce pays.
      Du moins cela fait hésiter.
      C’est comme la mère qui dit à sa fille que son père viole.
      -personne n’y croira. Et qu’est-ce que nous deviendrons ?

      Puisque tt vérité n’est pas bonne à dire...

      Moi le détail que j’aimerais connaître c’est leproblème du retard de l’avion n°2. je pense que 2 devait percuter avant un puisque 2 est tombé avant un. Et où est passé celui qui devait percuter7 ?
      Ils ont dû avoir chaud eux aussi....
      Et l’histoire de l’ouragan Erin ?
      Et l’histoire de l’effet Hutchinson avec des photos qu’on n’a jamais vu et qui sont insensées...

      peuple d’Amérique à vous de mettre l’estocade....


    • Ariane Walter Ariane Walter 16 janvier 2011 12:00

      Merci Hijack,
      Je vais rejeter un coup d’oeil là-dessus.
      mais allez voir à partir d’Erin, l’étude qui a été faite, extrêmement documentée sur l’effet Hutchinson avec de multiples photos des déga^ts autour des tours, des photos jamais vues, c’est quand même stupéfiant.


    • JL JL 16 janvier 2011 12:12

      Bonjour Ariane,

      c’est intéressant ce que vous dites là, je cite : « C’est comme la mère qui dit à sa fille que son père viole : personne n’y croira. Et qu’est-ce que nous deviendrons ? »

      Pour faire un lien avec l’excellente analyse de Frédéric Lordon, je dirais que, dans l’affaire :

      - le père est psychopathe !
      - la mère est esclaves volontaire de ce psychopathe.
      - la fille est esclave tout simplement ; une victime donc.


    • Ariane Walter Ariane Walter 16 janvier 2011 12:16

      Cher JL
      hé oui, il y a les héros qui se font brûler et les psychopathes qui brûlent à petit feu.


  • silversamourai silversamourai 16 janvier 2011 10:44

    Bonjour Ariane,

    votre intelligent article m’a fait penser à la série américaine « THE WIRE » qui s’intéresse de manière humaine et perspicace à la ville de BALTIMORE .

    Si vous ne l’avez pas vu, je me permet de vous en conseiller le visionnage.


    • Ariane Walter Ariane Walter 16 janvier 2011 11:41

      Merci silversamourai,
      ma curiosité ne manquera pas de jeter un coup d’oeil là-dessus.

      Nos esprits qui sont composé de neurones qui fonctionnent à l’unisson, adorent les puzzles. Quand des petits bouts épars tout à coup se mettent en place et donnent à voir une réalité...surprenante... (Adjectif gentiL. Mais on est dimanche.)


  • agent orange agent orange 16 janvier 2011 18:34

    Bonsoir Ariane

    Juste un petit coucou pour vous mettre en garde contre les théories de Judy Wood. C’est un « cheval de Troie » dont le rôle est de nuire au mouvement pour la vérité sur le 11 septembre à l’instar de Morgan Reynolds, Jim Fetzer ou Eric Huffschmid, agents provocateurs notoires parmi d’autres.
    Judy Wood prétend que d’armes spatiales ont été utilisées dans la destruction du WTC. Discréditée, elle en remet une couche avec l’effet Hutchinson ?

    A propos des avions qui ont percuté les tours, il est probable qu’ils étaient télécommandés et vides (cela évite les témoins, les changements d’avions et les « exécutions »). Depuis l’essai du CID à la base d’Edwards en 1984, nous avons la démonstration que c’est techniquement possible (photos).

    Quant aux avions du Pentagone (AA77) et de Shankville (UA93), le peu de débris qu’ils ont laissé, on peut s’interroger qu’ils aient vraiment existé.
    Barbara Olson, aurait téléphoné à bord du vol 77 à son mari Ted Olson (avocat de W Bush lors de l’imbroglio des présidentielles US de l’an 2000). Or la technologie téléphonique n’était pas encore au point à cette date.
    Ted Olson s’est remarié en 2002 avec Lady Booth, qui ressemble étrangement à Barbara Olson (d’autres comparaisons en bas de page).
    Barbara Olson était diplômée de la Benjamin Cardozo School of Law, qui est l’établissement de droit de l’université Yeshiva, et dont la philosophie est basée sur la Torah Ummada.
    Sans commentaire.


  • Ariane Walter Ariane Walter 16 janvier 2011 23:33

    merci de votre mise en garde.
    En ce qui concerne la femme d’Olson, il est vrai que les photos posent pb ! Une petite étude d’ADN ?

    Là, ce serait la preuve absolue !


  • Loatse Loatse 17 janvier 2011 01:45

    Bonsoir Ariane,

    Merci pour votre article très intéressant, très bien documenté. C’est toujours un plaisir de vous lire ;).. Je vois que vous êtes passée par la case 911... S’il était évoqué l’éventualité d’un « délit d’initité » pour les entreprises qui ont brassé d’énormes bénéfices après la chutes des twin towers, celle ci a été écartée par manque de preuves...

    Notre monde semble être devenu une immense monopoly autours duquel des géants se disputeraient une partie...

    Bienvenue dans l’univers de Gulliver...


    • Ariane Walter Ariane Walter 17 janvier 2011 01:49

      @ Loatse
      merci de votre appréciation.
      Votre impression est aussi la mienne. En particulier quand j’ai vu « Inside Job » où l’on apprend que lehman brothers a été mis en faillite parce que le le pdg de Morgan Chase était l’ennemi de celui de lehman. !!!!
      C’est vraiment du grand banditisme !


  • moumou moumou 17 janvier 2011 04:07

    Quelle fraicheur !

    Bravo l’auteur...Merci !


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 17 janvier 2011 15:40

    À l’auteur :

    Sans aucun rapport avec votre article : vous êtes plus photogéniaue sur la photo précédente
    http://www.agoravox.fr/local/cache-gd2/47024a8135e766178bc51699a18cb1c3.jpg


  • sormiou sormiou 17 janvier 2011 16:30

    Pour en revenir rapidement à Haarp, il y a quand même des documents, sans être déterminant, représentent de bons indices : http://i454.photobucket.com/albums/qq268/tobanybe0/IMG_0653.png que haarp est participé de près ou de loin à l’opé 9/11 ne m’étonnerai pas du tout.


    • Ariane Walter Ariane Walter 17 janvier 2011 17:12

      Quoi qu’il en soit, ce montage, c’est Docteur Folamour a Hollywood !
      Personne ne remarque que, même sans Haarp, on est quand même dans un asile gravissime.

      Merci pour vos liens que je regarderai avec plaisir.


    • Ariane Walter Ariane Walter 17 janvier 2011 17:14

      Les interprétations manquent. il n’y a qu’un tableau


Réagir