lundi 15 décembre 2014 - par eric

Crèche interdite ? C’est la faute à l’Islamophobie et à Sarkozy…. !

Observer l’Obs : saison 1 épisode 2

L’interdiction des crèches dans les Mairies est une réaction islamophobe liée à l’héritage nauséabond de Sarkozy….. !

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20141205.OBS7127/creches-de-noel-catholicisme-islam-une-laicite-a-deux-vitesses.html

Hollande Père Noël {JPEG} L’Obs, qui n’est plus nouveau, est la vulgate des gauches. Il suffit pour le lire d’être aidé d’un peu d’interprétation. Libé et les inrocks sont eux des médias pour « gauche confirmé » ou une vraie traduction en français est souvent nécessaire pour comprendre de quoi ils parlent.

Il est donc vivement intéressant de décrypter le message officiel diffusé par leur spécialiste es laïcité, Jean Baubérot sur les tenant et aboutissant de la « vague d’interdiction de crèches » en cours. Comme d’habitude, on en sortira partagé entre hilarité et inquiétude…

Jean Baubérot, vous le connaissez tous sans le savoir. C’est un de ceux qui accompagnent Mitterrand lors de la cérémonie religieuse de la montée au Panthéon en 1981. Comme le Pharaon, Roi-Dieu-officiant, François 1 est en principe le seul à entrer dans la pénombre du saint des saint pour l’offrande votive , renouvelant le lien avec les mânes des grands ancêtres (Re-ligare en latin). Reproduisant dans un même élan le mystère trinitaire et la multiplication des pains, il dépose une rose sur trois tombeaux… https://www.youtube.com/watch?v=fDsGffkM0uk Mais, comme nous sommes une République laïque, en réalité, il n’est pas seul, des caméras invisibles nous permettent à tous de communier…

Baubérot se présente comme LE spécialiste mondial de la laïcité. Et il y a du vrai. http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Baub%C3%A9rot

Très marqué par son héritage protestant, il a une conception de la laïcité tout à fait intéressante . Elle a juste le tort d’être sans doute peu compréhensible pour un public français qui, de gauche à droite, reste très marqué par une héritage catholique et césaro papiste. Ainsi, sa défense du droit de porter le voile est, sur le plan des principes, et au regard des vrais textes sur la vraie laïcité, assez justifiée. Ses comparaisons entre islamisme et communisme sont très intéressantes : « la France à survécu à une période ou une fraction non négligeable de la population adhérait à un modèle politique étranger et pas vraiment démocratique ». Ses articles, son blog, sont toujours intéressants et stimulants. Son autobiographie est passionnante pour une bonne description des stratégies d’ascension sociale des intellectuels de la gauche 68 au sein des institutions, par des complots politiciens collectifs. En particulier, la manière dont il a passé sa vie à se « révolter », en collectionnant les honneurs, les postes, les crédits, les décorations, tout en sachant toujours rester « très au dessus de tous cela » est un modèle du genre. Une si vive révolte, préface Edwy Plenel, Éditions de l'Atelier, autobiographie, 2014.

Lisons donc son article :

Paragraphe 1 : l’Etat, interdirait les crèches : le tribunal administratif, le Préfet nous est il suggéré…En fait la réalité est un peu différente. Les retraités un peu fatigués des officines laïcardes font des procès aux Maires qui installent des crèches, parfois depuis des années, dans leur Mairies. Ce ne sont pas les services de l’Etat qui s’auto saisissent pour défendre une laïcité en danger. Ce sont bien des militants groupusculaires qui retrouvent tout d’un coup une énergie oubliée pour s’indigner sur les sujets politiques vraiment important en ces temps de crise et exigent des rappels à la Loi. On cherche à nous suggérer le contraire…

Pargraphe 3 : A suivre la loi, on peut effectivement se poser la question. Interdire ou pas les crèches ? Mais même pour l’auteur, qui la connait par cœur, c’est une interprétation très très stricte, qui va au delà de l’esprit de cette loi elle même. Mais il y a une cause ! Et c’est ? l’islamophobie… !?

Baubérot estime qu’interdire le voile est anti-laïque. Il pense que c’est parce qu’il y a eu cette interdiction qu’on est bien obligé d’interdire les crèches pour bien montrer qu’il n’y aurait pas deux poids deux mesures…

« C’est logique nous dit il… » parlant de la décision d’un tribunal. Quand la gauche nous dit c’est logique, cela signifie en général qu’il n’y a pas à débattre… Et pourtant, il le sait, que débat il y a….

Le paragraphe suivant précise, « Celle de 1905 a d'ailleurs décidé de garder les fêtes chrétiennes, pour tourner le dos à la politique agressive de la révolution française envers la religion, qui avait changé le calendrier et abolit toutes les fêtes chrétiennes. »

Or, c’est faux. La révolution française, dirigée un temps par une poignée d’aristocrates un peu délirants ( Mrs De Robespierre, (noblesse de robe) de Saint just ( noblesse d’épée) Marat ( qui fit des pieds et des mains pour tenter de faire reconnaitre sa noblesse espagnole etc… étaient pour l’abolition de tout ce qui les avait précédé… !

Les nom des jours et des mois en France étaient, et sont toujours une litanie des Dieux païens ( Mars, Venus, Jupiter, etc….) Les provinces royales, et subdivisions religieuses, étaient des civitas romaines, calquées sur les tribus gauloises et c’est pour cela qu’elles étaient cohérentes humainement et géographiquement. On en retrouve la trace dans les mentalités jusqu’à aujourd’hui. La volonté était bien de détruire tous ce qui était humain, incarné, hérité, vivant. Pas uniquement le religieux.

Pensez qu’à 2 voix prêt, la France était divisée en carrés homogènes…Hors, n’importe quel connaisseur de la France rurale, sait, par exemple, que la couverture des toits change suivant des critères qui ne sont pas exclusivement climatiques, qui ne respectent guère les limites des départements, mais semblent bien correspondre à des communautés humaines dont l’existence se maintient à travers les siècles, sinon les millénaires.

Cette volonté tenace et minutieuse de détruire les « vivre ensemble traditionnels », de mépriser les identités, de détruire ce qui contribue à donner un sens à ces « vivre ensemble » n’est d’ailleurs pas émoussée.

Les héritiers intellectuels des ces aristocrates persistent à vouloir imposer, d’en haut, à l’Alsace d’être Champenoise ou vice versa, ou à nier à des bretons le droit de faire des chose ensemble avec d’autres bretons. Et toujours sans leur demander leur avis. Tolérer l’enseignement du breton, en un temps, ou , 60 ans au moins après le décès du dernier bretonnisant monoglotte, cette langue est sans doute devenue sur le plan identitaire, aussi dangereuse pour l’unité de la république que le santon de Provence, oui. Choisir avec quels voisins on préfèrerait collaborer, pas question. Et on parle quand même de gens qui sont en principe de grands adeptes de la « participatude » dans tous les domaines.

Mais cette mention des fêtes religieuses n’est pas l’effet d’un hasard ou d’une erreur d’interprétation. Elle répond par avance à l’objection possible du laïque naïf : beaucoup de Maries socialistes croient en effet nécessaire de célébrer… le Ramadan…http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/ramadan-hidalgo-maintient-les-celebrations-de-la-mairie-de-paris-7772259615

C’est pour cela que l’on nous parle du fait que la loi de 1905 n’est pas revenu, « par tolérance », par « ouverture », par « esprit de compromis » sur les fêtes religieuse.

Et voila pourquoi le Ramadan oui, la crèche non !

Ainsi, fêter noël dans une mairie, fête religieuse par excellence oui, mettre un sapin à la rigueur, faire des cadeaux aux enfants et aux employés pourquoi pas, mettre une crèche non !

Ce n’est pas l’interdiction de la crèche qui est totalitaire, c’est la prétention à définir eux même ce qu’ils acceptent de conserver ou non de nos héritages, ce qu’ils considèrent comme religieux ou non. En fêtant noël avec un sapin mais sans crèche, ces prétendus laïques labellisent du religieux….

Et dans un grand désordre intellectuel. On peut s’amuser en effet à spéculer sur une solution de continuité ou pas entre les « chênes sacrés druidiques » et le « Sapin chrétien protestant » qui se développe au 16 ème siècle. Il est quand même avéré, qu’à l’époque, les protestants germaniques adoptent le sapin quand leur compatriotes catholiques défendent leur crèches. Et on comprend bien pourquoi sur le plan théologique. http://fr.wikipedia.org/wiki/Sapin_...

On peut ainsi lire des « laïques de combat » défendre le Sapin dans les Mairies au nom de l’antériorité de religions prêtées à des proto-celtes voir, à des ligures, dont on ne sait à peut prêt rien... !

Il en va exactement de même de la lutte séculaire entre Saint Nicolas et le Père Noel. http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A8re_No%C3%ABl C’est un grand triomphe de l’œcuménisme et la « multiculturalité diverse durable » que les familles françaises, catholiques ou pas, parlent du père noël à leurs enfants, que les protestants Alsaciens offrent aussi des pains d’épices pour la Saint Nicolas et que la plupart des musulmans français offrent des cadeaux à leurs gosses pour Noël...

« Je dirais même que l'associer à quelque chose d’uniquement traditionnel et folklorique, c'est manquer de respect à la religion catholique. »

Ah oui ! ? Et le sapin, les cadeau, les œufs et poissons de pâques qui a dit, qui a décidé, que c’était du folklore acceptable ou du reliquat de religieux mettant en danger la République ? Qui peut nier que « traditionnellement », le Santon de Provence pousse mieux à Marseille que l’épicéa ? Que d’un point de vue écologique, la tradition populaire de la crèche « renouvelable chaque année » est plus durable et avec un meilleur bilan énergétique les Nordmann Danois ? Ou pas ?

Ce sont des organes d’Etat, mais en pratique, en leur sein des activistes politiques de gauche, qui voudraient définir ce qui est vraiment religieux ou pas. Ce qui est acceptable ou pas. Et cela c’est effectivement une entorse à laïcité et, disons, une intolérance, pour ne pas dire un totalitarisme.

Et il ne faut pas s’y tromper. Si dans leurs fins tamis pour sélectionner à quoi nous avons droit ou pas, parmi nos traditions, nos coutumes, nos habitudes et nos folklores, ils choisissent toujours les variantes protestantes, c’est plus par inculture que par anti papisme…

Eh bien sur, c’est la faute de Sarkozy….

« Or, dès le moment où un climat anti-islam s'instaure, il y a, par ricochet, un durcissement à l’égard des autres religions, qui aboutit à un climat d’intolérance générale dangereux pour les libertés publiques. »

Sauf que : pour la faire rapide, ce sont plutôt des partis de droite et des « laïques traditionnalistes intégristes » de gauche que Baubérot et ses copains accusent d’Islamophobie, mais ce sont bien de rares officines exclusivement de gauche qui exigent le retrait des crèches…

Cela voudrait dire que c’est parce que des droites seraient islamophobes, que des gauches, par l’instrument - son instrumentalisation serait peut-être le mot exact - de l’Etat, seraient contraintes de devenir christianophobes presque à l'insu de leur plein grès ? Peut être… Mais pourquoi ? Pour rétablir un équilibre ? Un coup à droite, un coup à gauche, la balle au centre ? Et au nom de quelle légitimité, de quel mandat ?

Alors, il faut commence à stocker les viennoiserie….

On prétend que le croissant fût inventé pendant le siège de Vienne (1529). Les armées Ottomanes étant affamées, les boulangers viennois auraient jeté des croissants par dessus les murailles pour les contraindre à manger leur symbole…Si cette rumeur leur parvient, ils risquent d’interdire cette douceur islamophobe au minimum dans les écoles…

En apparence, l’interdiction de crèches dans des lieux publics est juste ridicule, aux limites de la loi de 1905 et, confrontée à ce que ces gens conservent par ailleurs des traditions chrétiennes, et notamment le non travail le dimanche et les sapins de noël, elle pourrait conduire à une certaine hilarité.

Mais derrière l’anecdote, elles témoignent de leur prurit mal guéri, de nous administrer le « sens » à leur gout et de se venger sur le religieux traditionnel de leurs échecs dans ce domaine, qui ne sont jamais qu’à l’image de l’échec plus global de leurs politiques.

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/non-les-palestiniens-ne-peuvent-144972

De ce point de vue, De Villiers à raison, l’interdiction des crèches cache peut-être bien un surmoi totalitaire mais au minimum une agression contre notre pacte laïque.

 

L’Etat socialiste n’a pas à définir ce qui est religieux ou pas.



52 réactions


  • bluerage 15 décembre 2014 16:29

    Totalement d’accord avec vous...Libé, Télérama, Le Nouvel Obs, les champions du dénigrement anti français, qui préfèrent manger des croissants made in China par refus d’acheter de la qualité française, il sont à gerber ces types là, comment peut on être à la fois pour le voile islamique et contre les crèches de Noel ??? Ne cherchez pas de logique là dedans...


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 15 décembre 2014 18:50


      L’article de l’Obs donné à lire par eric m’a au moins apporté une réponse à une question que je me posais depuis lontemps : Baubérot, qui m’a fait connaître l’histoire de la laïcité en France, en est où par rapport à l’islamisation de la France ?

      La réponse est claire : il a rejoint les hypocrites anti-laïcs de la fausse gauche qui sont pour l’islamisation.



    • eric 15 décembre 2014 21:27

      Je crois sincèrement, et connaissant Baubérot, que c’est pas mal plus compliqué que cela, mais j’ai prévenu que ce n’était sans doute pas facile à comprendre en France. Vous devriez aller lire ses arguments sur son site.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 15 décembre 2014 23:47


      Bonjour eric


      Si j’étais particulièrement soucieux de savoir où en est maintenant Baubérot, c’est que je pensais avoir avec lui quelques points communs, comme la colère contre la guerre d’Algérie (que j’ai dû faire) et l’appréciation du voile islamique en 2004 (mais pas du tout la culture et les qualités de l’historien, je n’ai pas même le certificat d’études primaires).


      En 2013, un peu avant que Baubérot refuse, au sein de la commission Stasi, de préconiser l’interdiction des signes religieux à l’école (dont chacun savait que c’était essentiellement le voile islamique qui était visé) j’avais publié dans France Soir un article intitulé Le foulard, faux problème.


      J’ai dit la suite de mon évolution sur le problème, en mai dernier, ici :


      http://ripostelaique.com/le-nouveau-negationnisme-fait-des-ravages-chez-certains-lecteurs-de-riposte-laique.html



    • eric 16 décembre 2014 09:00

      Fausse gauche ou pas ? C’est une partie de la question.

      Au plus haut niveau de l’université française (et son autobiographie prouve très honnêtement, qu’on ne peut y accéder sans blanc seing politique collectif de gauche), préfacé par Eddy Plewnel ( un des grands prêtres), article dans le NO (la Bible en français courant). Participant au premier rang à la grande messe du Panthéon, dans un de ces rituels un peu barbares affectionnés par la religion officielle de gauche ( Hollande à son tour, va déterrer des ossements décharnés pour les ré enterrer en grande pompe un peu plus loin).

      Nous avons clairement affaire à un « grand prêtre ». De ceux qui annonce « le chemin, la vérité et la vie » du haut de leur « infaillibilité » ( « c’est logique »).

      Vous avez ici, la déclaration officielle de ce qu’est la ligne générale légitime à gauche aujourd’hui. « Intégration positive par une laïcité aménagée en faveur des nouveaux arrivants pour réparer l’injustice des temps ». (genre, "ils n’étaient pas là en 1905 et donc n’ont pas pu bénéficier de la nationalisation de leurs mosquées et il faut réparer cette injustice...)
      Contre assimilation républicaine laïque.
      L’expérience prouve que les dissidents à la ligne générale à gauche finissent toujours par rentrer dans le rang sous les accusations de fascisme, d’islamophobie ( dans leur langue, les deux mots sont à peu prêt équivalents) et de la suppression de leurs subventions. ( Tenez, Michèle Tribalat, le jour ou elle a émis l’hypothèse que des chiffres officiels étaient erronés, en gros, on lui a coupé ses crédits de recherche...).


  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 15 décembre 2014 16:44

    Moi, je connais personnellement des cas où des directrices d’école m’ont dit qu’ils ne mettaient plus de crèches pour ne pas choquer les musulmans.


    La laïcité a dés lors bon dos ... autant l’appeler dhimitude, ce serait plus en phase avec l’idée sous jacente.

    • Crab2 15 décembre 2014 18:22

      La crèche est emblème religieux qui n’a pas sa place dans les institutions de la république, les voiles islamiques n’ont aucun rapport avec la croyance dans une divinité, mais sont les symboles d’une société raciste et sexiste, les marqueurs de l’inégalité entre femmes et entre femmes et homme


    • Hermes Hermes 15 décembre 2014 18:52

      Bonjour,

      Dans le temps quand le travail était généralisé, le voile sur les cheveux était une chose logique et naturelle, Nos grands mères des provinces françaises le portaient. En privé leurs cheveux étaient dénoués.

      Bien avant l’Islam l a été rendu obligatoire.... Il y a eu il y a longtemps un article avec des références historiques et des commentaires très pertinents sur ce site, et il n’a en réalité rien à voir avec l’Islam. Dans ces temps reculés les prostituées enlevaient leur voile pour séduire (le privé dans la rue), et des lois ont obligé les femmes mariées à garder le voile afin de bien s’en distinguer (que le male en rut ne s’y trompe pas smiley

      Entre le bon sens de la protection des cheveux et la régulation des pulsions sexuelles, se trouve l’origine de la tradition du voile.

      De même Noel n’est que la récupération par l’église d’anciennes traditions, tout comme Pâques, cherchez un peu.... c’est facile à retrouver.

      Ce siècle a peur d’être débordé par le religieux, et le laic militant, en acceptant de sur-sacraliser certaines coutumes leur donne plus de charge religieuse que nécessaire. Par voie de conséquence on exacerbe les convictions et les croyances. Moralité, si on continue dans ce sens ce siècle sera très religieux, dans le plus mauvais sens du terme, voire même bigot et intolérant.

      Amen, Inch Allah, Hallelouya, Samalamekoum smiley


    • Doume65 15 décembre 2014 19:50

      « De même Noel n’est que la récupération par l’église d’anciennes traditions, tout comme Pâques, cherchez un peu.... c’est facile à retrouver. »

      C’est vrai pour Noël, mais pas pour Pâques. Cherche un peu.... c’est facile à retrouver ! smiley


    • eric 15 décembre 2014 21:11

      Crab 2 : comme vous n’êtes pas l’État, vous êtes parfaitement en droit de donner ainsi des label, ce qui est religieux ou pas à votre idée, ce qui est acceptable ou pas à votre idée. Dès que l’État en fait autant, il labellise du religieux, ce qui le fait sortir de la laïcité.


    • Hermes Hermes 17 décembre 2014 11:59

      Doume Bonjour,

      « Dans la religion celtique, on offrait des œufs peints à la déesse Éostre2, qui a donné son nom à Pâques (Easter) dans les pays anglo-saxons. »

      La chrétienté a fait coller les dates au bon endroit pour éradiquer les anciennes divinités.

      Cdt.


    • Crab2 17 décembre 2014 15:59

      comme vous n’êtes pas l’État, vous êtes parfaitement en droit de donner ainsi des label, ce qui est religieux ou pas à votre idée, ce qui est acceptable ou pas à votre idée. Dès que l’État en fait autant, il labellise du religieux, ce qui le fait sortir de la laïcité. Selon eric

      Certes mais le rôle de l’État c’est de faire respecter l’égalité entre femmes et entre femmes et hommes d’où la nécessité d’obtenir l’interdiction tous les voiles dits islamiques


    • Doume65 20 décembre 2014 19:56

      « Dans la religion celtique, on offrait des œufs peints à la déesse Éostre2, qui a donné son nom à Pâques (Easter) dans les pays anglo-saxons. »

      Jolie diversion sur les œufs de pâques !

      Et la pâque juive a aussi été créée par des celtes ?


  • Crab2 15 décembre 2014 18:17

    Crèches de Noël

    Un anti_laïque m’écrit : ’’ crab2 la crèche fut faite dans un cadre culturel et artistique en accord avec la loi de 1905, ça revient au même qu’exposer des tableaux artistiques chrétiens dans des musées ’’ - Fin de votre observation
    Non l’entrée des musées est payante, ce n’est donc pas la même démarche, l’installation d’une crèche ou repas de rupture du ramadan est financé avec les deniers de tous les contribuables …

    Suite :

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/12/creches-de-noel.html

    ou sur :

    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/12/09/creches-de-noel-5506862.html


  • Gnostic GNOSTIC 15 décembre 2014 18:52

    et ben,

    D’ici qu’ils interdisent aussi les signes de la religion maçonnique dans les bâtiments publics ?

     

    Vous vous rendez compte il faudra effacer les mots liberté - égalité - fraternité

     

     smiley

     

     

    PS : Qui c’est le bonhomme en manteau blanc sur la photo, le père noël ?



    • eric 15 décembre 2014 21:07

      J’avais mis une légende : « Hollande grimé en père Noël : illustration des arts et traditions populaires ou insupportable entorse à la laïcité, le PS nous le dira... », mais elle a du sauter...


    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 15 décembre 2014 23:16

      Bonsoir,

      « L’Etat socialiste n’a pas à définir ce qui est religieux ou pas. »

      Vous avez parfaitement raison, Eric, seule l’Église de Rome est légitime à statuer sur ce point, nous sommes bien d’accord.

      Mais concernant « l’état socialiste », à quelle déclaration faites-vous allusion ? Quelqu’un au gouvernement pense que la crèche, c’est laïc ?


    • eric 16 décembre 2014 07:45

      Nous ne sommes pas d’accord du tout. Dans un contexte catholique, peut être que seule l’église de Rome a une légitimé à statuer. Et encore. Elle reconnait par exemple l’orthodoxie. Pour le reste, il existe d’innombrable religions courants et sous courants, qui se passent aussi bien de Rome que de l’état. Mieux, dans la plupart des dénominations protestantes, personne n’a de légitimité à labelliser du religieux. Relisez Locke...
      Maintenant, comme mis en lien, le sapin de noël, inventé par les protestant au 16 ème, est un symbole parfaitement religieux. Le triangle de la trinité, les boules rouges qui évoquent la pomme, les blanches l’eucharistie, les feuillage persistant la vie éternelle et l’étoile Bethléem. Là, celava, nus dit l’état socialiste. Pareil pour les cadeaux et surtout pour le jour chômé...
      Mais il y a encore plus comique. En ce moment, toute une partie de gauche se bat pour le « caractère sacré » du repos le dimanche, alors que la vraie tradition révolutionnaire c’est une semaine de 10 jours...De vrais laïques devraient exiger la suppression d’ au moins 16 jours chômés au nom de l’obscurantisme... sans parler des autres fêtes religieuses.
      Enfin, ici, dans l’article du détenteur de la seule chaire de laïcité au monde (!), on nous explique quand même que c’est l’état qui dot maintenir une balance égale entre différentes religions.


    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 18 décembre 2014 14:46

      Vous inventez un désaccord, je ne sais pas trop bien pourquoi, j’ai exposé un état de fait et non une opinion, puis posé une question par rapport à l’un de vos affirmations.
      .
      Inutile, dès lors que vous n’avez pas compris le premier point ni répondu au second, de prolonger un échange stérile, bien le nombre de jours de travail par semaine soit un sujet interessant, et celui du nombre de jours à mettre dans la semaine, je n’y avais pas pensé, bien plus encore.
      (Il y a des gens dont les réponses font oublier la question qu’on leur a posée, par le biais d’une pléthore d’arguments partant dans toutes les directions, sauf la bonne, évidemment)
      .
      Des fois, en face de ces non-réponse, je me demande si j’existe vraiment.

      Ah oui... et aussi : Noël est païenne, camarade, païenne. Les cadeaux, tout-ça... Païen total.
      La crêche, c’est autre chose, ça finit en croix, c’est Rome, et tout et tout... enfin, jusqu’à ce que vous ayez prouvé le contraire, et autrement qu’en évoquant le travail du dimanche, d’autant que Noël, je crois , tombe cette année un mercredi, pas de chance, camarade syndiqué.


    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 18 décembre 2014 14:48

      Je me marre...


  • Jelena 15 décembre 2014 19:36

    Ca n’a rien à voir « ton chouchou », les socialos ou l’islam... Même en Slovaquie ou Croatie, pays ou il y a très peu de muslims (c’est le moins que l’on puisse dire), les americano-bruxellois attaquent sans cesse l’église et ce pour 3 raisons.
     
    1. La religion sert de lien entre les hommes et tout ce qui unit les hommes est mauvais pour la mondialisation.
     
    2. Afin d’obtenir l’uniformisation des peuples au sein de cette horrible UE, il faut effacer toutes les traditions et coutumes.
     
    3. L’église combat « l’américanisation des moeurs » et protège ce qu’est « la famille », l’église est donc ennemie de l’ultra-libéralisme.


  • Passante Passante 15 décembre 2014 20:29

    une femme voilée au fin fond d’afrique ou d’asie,

    là où déjà son arrière-arrière... sans parler toutes cousines-copines, 
    c’est banal comme bonjour.

    mais voiler une femme en France, de France, toute une enfrance de la femme !
    c’est soit ghetto-banlieue, 
    soit sinon pure provoc -

    car interpellation
    on parle avec une histoire, on déambule pas seulement géo,
    on apostrophe, on appelle ;

    outre-manche c’est : ...cause toujours... avec toit-même.
    mais ici c’est : plaît-il ?

    venons-en au faîte : une crèche comme un voile protégeant les enfants ;
    une femme voilée mise en crèche, infantilisée ?

  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 15 décembre 2014 23:03

    Enfin bon, la mise en place de la crèche est une manière comme une autre de gagatiser en entreprise ce qui met une bonne ambiance entre les travailleurs et les travailleuses tandis que la plupart des clients s’en foutent royalement, tout au plus ça leur permet de regarder ce que les employés ont imaginé en attendant d’être servi.


    Au final c’est une matinée improductive et conviviale qui est supprimée, mais, zallez me dire qu’on va pas au taf pour se marrer entre collègues non plus hein.

  • njama njama 16 décembre 2014 07:39

    Aujourd’hui, on a quand même une idée assez précise du profil des poseurs de crèches !
    On ne peut pas dire qu’ils soient très représentatifs de la société française ...

    Civitas, et la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, des catholiques tradi ... derrière La crèche de Noël du Parlement Européen
     
    Civitas installe une crèche de Noël au Parlement européen
    http://www.metronews.fr/info/une-creche-de-noel-installee-au-parlement-europeen-par-civitas/mnlj !0xzDU57y6HLRg/

    Mgr Bernard Fellay, le supérieur général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X est venu mardi 9 décembre 2014 inaugurer et bénir la crèche de Noël installée dans le hall d’entrée du Parlement Européen de Bruxelles.
    https://www.youtube.com/watch?v=lypEpb_Ybqc#t=353


  • COVADONGA722 COVADONGA722 16 décembre 2014 07:43

    Aujourd’hui, on a quand même une idée assez précise du profil des poseurs de crèches !



    yep certes njama encore une différence culturelle insupportable 
    ici certains posent des crèches 
    quand ailleurs d’autres posent des bombes !

    asinus 

  • COVADONGA722 COVADONGA722 16 décembre 2014 07:51

    ps , Njama mais je conviens que cela soit plus insupportable à certains que par exemple

    le responsable de la mosquée de Lunel se refusant obstinément a condamner les djihadistes issus de sa mosquée .
    Vous me pardonnerez ou pas " je m’en fout ’ de prioriser les danger hein .Mais il vas bien falloir que les donneurs de leçons à sens unique mettent les mains dans la merde. Et nous explique pourquoi des restes ou des sursauts du catholicisme sur se sol les inquiètent et les dérangent 
    tant.Quand l’islamisme en arme au départ et au retour sur ce sol les laissent indifférent au mieux au pire quand implicitement ils l’excuse ou l’approuve !
    En Allemagne le peuple semble se réveiller, je pense personnellement que sonner le tocsin est inutile c’est l’appel aux armes qu’il faut sonner !
     

    • eric 16 décembre 2014 08:06

      Pourquoi les « restes » de catholicisme les inquiètent ? Je crois qu’il y a des éléments de réponse : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/non-les-palestiniens-ne-peuvent-144972

      Mais en réalité, ils sont très loin du compte. Vivant en général dans des isolats écologiques, je doute qu’ils se rendent réellement compte de ce à quoi ils ont vraiment affaire. Un « réveil », au sens histoire des religions. Concernant ce qui est de très très loin la « première force civile civique citoyenne engagée bénévole, participative durable et multiculturelle dans sa diversité et sa mixité sociale », (il y a plus de migrants dans les églises que dans les section du PS ou du NPA...)

      Dans un pays ou toutes les structures de gauche se sont vidées de militants au profit de professionnel appointés, leur agressivité anti catho devrait aller croissante.

      Ce réveil catholique est la réussite de ce qu’ils prétendent vouloir et ne parviennent pas à faire.
      Eux en sont encore à déplorer la « crise de l’engagement », l’absence de mixité sociale et la difficulté du vivre ensemble.

      Mais de façon plus simple, ce réveil catholique est un mouvement populaire, les apparatchiks bureaucratiques supportent toujours très mal que le peuple s’exprime sans leur intermédiation.

      Et puis ils ont des fromages à défendre. Comparez l’accès aux médias, notamment public, des 9000 notables verts à jours de leurs cotisation et du million et demi de messalisant...

      C’est de la frappe préventive...Ils s’imaginent qu’il ont encore la force de terroriser les papistes et de les contraindre à se taire.


    • njama njama 16 décembre 2014 09:06

      @ COVADONGA
      Et nous explique pourquoi des restes ou des sursauts du catholicisme sur se sol les inquiètent et les dérangent ...

      Je ne suis pas du tout inquiet. Si les églises se sont vidées , je ne crois pas un instant que la loi de 1905 en soit responsable. Ailleurs sur d’autres sols, il s’est produit exactement la même chose, parfois plus subitement comme au Canada avec « la révolution tranquille ». Faire de la laïcité l’ennemie e bouc émissaire des déboires de l’Église me semble de mauvais aloi

      Je pense que le problème du catholicisme vient non pas d’une question de visibilité dans l’espace public, ni d’un manque de moyens de communications qui n’a jamais aussi important dans l’histoire de l’humanité qu’aujourd’hui, mais d’un manque cruel de place pour l’esprit critique dans son sein.

      Cette époque à mon sens signifie non pas la mort du catholicisme, mais la fin des dogmatismes, qu’ils soient catholiques, orthodoxes ou apparentés, et religieux en général, juifs et musulmans compris. L’Église n’a pas vu arriver je pense ce virage d’un monde plus instruit, d’un monde qui dépasse les frontières des cantons, d’un monde qui peut aujourd’hui appréhender d’autres terres de convictions, ... ... et, la lourde barque de Saint Pierre continuait endormie dans ses rites avec toute son inertie à voguer avec assurance sur son vieil héritage, parée de ses vieux bijoux pour signes de noblesse. J’ai beaucoup plus l’impression qu’elle panique un peu, plus qu’il ne lui arrive réellement de misères r Je ne détecte aucun anti-catholicisme nulle part dans les discours.
      Il me paraît (je peux me tromper) que l’Église est paralysée dans ses vieux conservatismes ... et qu’avant de faire la critique de ce qui lui est extérieur, elle ferait bien de revisiter son histoire, et de balayer devant sa porte d’abord. Le monde change, comme il a toujours changé, si l’Église reste figée comme une momie, évidemment elle ne peut recevoir plus qu’elle ne donne.


    • eric 16 décembre 2014 09:42

      Je crois que c’est une vison un peu franco française.

      Le pays le plus moderne du monde, celui dont nous viennent toutes les modes que les progressistes français singent assez lamentablement, les Etats-unis, sont aussi le pays d’occident avec les plus fortes pratiques religieuses. On peut longuement gloser sur le contenu réel de ces pratiques, elles n’en demeurent pas moins.

      Le christianisme, pris globalement, est le courant d’idée que se développe le plus et le plus vite dans le monde. C’est liè entre autres à des causes démographiques : ce sont des zones du « tiers monde » chrétiennes qui viennent d’entrer dans la transition démographique, quand par exemple, l’islam a déjà entamé la phase finale). Mais aussi à des facteurs qualitatifs. Le développement des églises protestantes dans le monde, y compris dans les zones les plus inattendues, est un véritable phénomène de société à l’échelle mondiale.

      Pensez qu’il y a plus de missionnaires Coréens protestants dans le monde (17 000 !) que le total supposé de tous les djihadistes supposés issus de tous les pays occidentaux. A Moscou, à un moment, mes voisins étaient des Tchouvaches protestants évangélisés par des missionnaires coréens...

      Au regard de cette lame de fond, ce sont au contraire les courants d’idée un temps auto qualifiés de « progressistes » qui ressemblent à une peau de chagrin. Relégués dans des niches écologiques en général financée sur fond publics, ( universités, administrations, état, associations, médias subventionnés), ils n’embrayent plus sur les populations extérieures et ne se maintiennent sur les plans institutionnels, qu’au prix de leur renonciation à leurs propres idées.
      Le seul contre exemple serait peut être le Venezuela, qui maintient plutôt mal que bien ses délires originels grâce à une rente pétrolière, ce qui n’est pas donné à tous le monde.

      En matière de momification, de vieux conservatisme, j’aurai tendance à avoir plus d’inquiétude par exemple pour les gauches française que pour le catholicismes (100 000 militants à jour de leurs cotis. vieillis, professionnalisés, notables, surtout élus, en baisse constante, contre 1,5 millions de messalisant, sans compter ceux qui payent sans y aller et les sympathisants.)

      Du reste, ce sont les ordres de grandeurs que l’on retrouve quand les uns et les autres manifestent...


    • njama njama 16 décembre 2014 09:50

      @ COVADONGA
      « yep certes njama encore une différence culturelle insupportable »

      seriez-vous atteint d’une pathologie identitaire ? une crèche vous manque, et toute la terre chrétienne est dépeuplée smiley

      L’Église est une vaste entreprise, et comme toutes les entreprises il est indéniable qu’elle pourrait être restructurée de fond en comble ... un peu comme quand on change de Constitution. Il lui faudrait commencer pas créer une Constituante, avec des laïcs évidemment, et proportionnellement à leur représentation dans le peuple catholique. Des clerc et laïcs hommes et femmes, à droits égaux, à vote égal. Évidemment les clercs se retrouveraient en minorité, ce qui est bien normal.
      Croyez-vous qu’elle saurait se lancer dans ce vaste chantier de restauration qui dépasserait l’ouvrage cosmétique ?

      Ce qui est réalisable à petite échelle ne pourrait-il pas l’être à une plus grande ?
      « Prenons Notre-Dame de Paris ; elle a été rafistolée et retapée de fond en comble ; ses sculptures sont rapiécées quand elles ne sont pas toutes modernes ; […]. » — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)


    • eric 16 décembre 2014 10:07

      A njama, vous retardez complètement, cela fait très longtemps que le christianisme occupe tous ces créneaux marketing...Ce quevous décrivez est par exemple le mode de fonctionnement traditionnel des églises réformées.

      Mais vous devez être victime de la vulgate néo moderne progressiste et croire que ce sont des absolus.
      De même qu’il y a très peu de femmes avec de vraies responsabilités au regard de leurs compétences et de leur nombre dans les bureaucraties de gauche http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-gauche-met-elle-en-pratique-le-9188) , il y a encore une demande sociale pour des églises avec des clercs exclusivement masculins et cela, tant chez les cathos que chez les protestants.

      Si les églises chrétiennes sont toujours restées fermes sur l’essentiel, leur plasticité formelle, leurs capacités d’adaptation, expliquent leur caractère durable.

      C’est bien grâce à cette capacité d’être à l’écoute des peuples au lieu de vouloir leur imposer des vérités que l’on peut expliquer le caractère très massifs des engagements chrétiens en France par rapport à toutes les structures d’engagement existantes par ailleurs. Il n’y a plus d’autres organisations de masse dans notre pays.


    • njama njama 16 décembre 2014 10:36

      r@ eric
      Je poursuis le but d’une émergence de l’Anarchie Évangélique... seule moyen de rassembler la chrétienté mille fois divisée dans l’histoire, et dans le projet de cette mutation spirituelle, les prêtres disparaîtront un peu à la fois (de manière pacifique) comme ce qui se produit en ce moment, car dans cette voie de l’émancipation et de la responsabilisation, ils n’auront plus l’utilité de nous tenir la main. Les institutions de l’Église seront « nationalisées » (métaphore n’ayant pas d’autre mot sous le coude) d’office sans indemnités, et transformées en assemblées populaires, ce qui est le sens primitif d’iglésia et de sunagôgê. Il n’y aura aucun licenciement sec ...
      Ne restera donc que des laïcs (c. à d. des non-clercs, le peuple sans lequel l’Église n’est rien).
      D’une certaine manière cela rejoint l’idée d’égalité républicaine qui ne connaît que des citoyens, égaux en droit ...
      note : j’entends pas « prêtres », le clergé en général, tous les clercs, de toutes obédiences, curés, nonnes, rabbins, rabbines, pasteurs, imams, et tous les autres hiérophantes de tous poils ...


  • Pierre Régnier Pierre Régnier 16 décembre 2014 09:02

     

    @ COVADONGA et @ eric :

     

    Ne nous pressons pas. Nos gouvernants ont encore 15 000 ans pour réfléchir avant de devoir "mettre les mains dans la merde", comme vous dites, CONVADONGA.

     

    njama, me répondant le 28 novembre après que j’aie dénoncé le sabotage de la laïcité au profit de l’islam dans un commentaire suivant l’article d’Eddy Khaldi, Strasbourg : « la saine laïcité » de l’Eglise :

     

     »L’islam, 2,1 millions de pratiquants en France, soit 3,2 % de la population.
    Vous en faites un pataquès, mais à raison de 4000 conversions par an, sauf erreur la France sera islamisée complétement dans 15 000 ans, et l’Europe dans ..."

     

    En fait, pour revenir à l’aspect sérieux du problème, ce que je reproche à Jean Baubérot - et à tous les dangereux faux laïcs de la fausse gauche - c’est, toutes proportions gardées, d’arriver par la voie de « l’universitarisme » (pour Baubérot, pour les autres c’est bien pire : démagogie, racolage électoraliste...) à un regard sur l’islam semblable à celui du militant islamiste njama : ne pas penser la laïcité et l’islam en regardant avant tout le rapport entre les bases théologiques de chaque religion et la violence pratiquée en son nom.

     

    Je peux résumer ainsi ma principale divergence avec Baubérot  : nous sommes d’accord pour condamner l’entreprise de Sarkozy qui visait, en la modifiant, à saboter la loi sur la laïcité mais, là où Baubérot souhaite, comme Hollande, la constitutionnaliser telle qu’elle est, je demande avant tout qu’elle précise que le libre exercice est garanti aux religions compatibles avec les Droits humains et la laïcité républicaine.




    • njama njama 16 décembre 2014 10:14

      à un regard sur l’islam semblable à celui du militant islamiste njama

      Que diable, Pierre Régnier, vous m’apprenez que j’aurais été encarté à mon insu !
      diou est grand ! nom de diou !  smiley
      pourtant je vous le promets, parole d’agoravoxien, je ne suis point converti à cette idéologie politique islamiste
      (vous employez le mot de « militant » intentionnellement j’imagine)

      quand à mon regard sur l’islam, il est le même que sur le christianisme, et le judaïsme, vous le savez, je dirais qu’il est abrahamique, la pierre de fondation de mon raisonnement étant que Dieu ne s’est pas contredit (on peut au moins supposer qu’ Il ne cherche pas à nous embrouiller en nous compliquant la tâche déjà difficile), donc Il ne saurait être responsable de toutes nos discordes humaines sur la religion lesquelles ne peuvent par conséquent que découler que de nos petits cerveaux narcissiques. Les interfaces entre juifs, chrétiens, et musulmans sont bien plus vastes que les quelques divergences qui les séparent entretenues sciemment ou inconsciemment par quelques minorités


  • rmusic rmusic 16 décembre 2014 10:40

    Pendant qu’on ergote sur le voile ou les crèches, le meilleur des mondes de 1984 continu sa mise en place inexorable et destructrice.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 16 décembre 2014 12:23


      rmusic

       

      Oui, le monde de 1984 continue sa mise en place inexorable et destructrice, mais peut-être pas de la manière que vous l’imaginez ou que l’imagine njama. Et même si, pour autant que je me souvienne, la manière de faire islamiste n’y est pas explicitement décrite comme une des manières employées par Big Brother, je conseille vivement la lecture de ce livre qui confirme ce que vous dites... sans infirmer ce que je pense.

       

      Sous le soleil de Big Brother. Précis sur 1984 à l’usage des années 2000

      par François Brune

      éd. L’Harmattan, 2000



    • lsga lsga 16 décembre 2014 12:27

      Big Brother est le point le moins important de 1984. Son point principal, comme je le rappelle ici, c’est le fait que les puissants pour conserver le pouvoir passent leurs temps à déclencher des guerres fictives (ex : USA vs Russie), de manière à forcer les gens à prendre position pour un camps ou un autre. 


  • Michel DROUET Michel DROUET 16 décembre 2014 11:50

    Un titre racoleur, une illustration du même tonneau et un verbiage sans nuance version globiboulga toujours orienté contre la Gooooooche : voilà la dernière livraison d’Eric !


    • eric 16 décembre 2014 12:01

      « Un titre racoleur », tout a fait. Et c’est normal, puisqu’il reprend la substantifique moelle d’un article de l’Obs....Si vous le lisez en travers, vous constaterez que le raisonnement est « il est logique que les juge interdise des crèches puisque Sarko s’est prononcé sur les minarets en Suisse.... »

      Mes articles visent à mettre en évidence l’obscurantisme archaïques et les ridicules des pensées qui se nomment elles même gauche en France, je vois pas bien comment les nommer autrement.

      Quant aux nuances....la grande messe au panthéon a laquelle a participé l’auteur aux premières loges, en terme laïque vous appelleriez cela comment ?


  • Tillia Tillia 16 décembre 2014 12:02

    Bof ! On retrouve la même proportions de crétins qui font interdire les éoliennes 

    C’est ça la « démocrassie » 

    • eric 16 décembre 2014 12:13

      Pas comparable : les éoliennes : sont des hachoirs à migrateurs, ont un bilan carbone épouvantable, ont un poids financier qui a travers la surfacturation de l’électricité, pèse surtout sur les plus pauvres des abonnés EDF, enrichissent des « boites capitalistes », défigurent les paysages tout en étant une nuisance pour les riverains et en produisant pas grand chose.

      La gauche de gouvernement, avec la complicité active de ses alliés électoraux ( Verts, FdG) parque les punks a chien dans des zones humides ZADée, pour défendre des zones favorables à des palmipèdes, qui de toute façon, seront décimés par les dites éoliennes avant d’y parvenir....

      SI les ZADistes étaient autre chose que des supplétifs dans les luttes internes aux gauches institutionnelles, si ils étaient sincèrement écolo, un peu lucide, un peu soucieux d’efficacité, on les verrait occuper des chantier d’éolienne ou à la rigueur, des usines auto mobiles, pas des réservoir d’eau pour agriculteur d’intérêt hyper local....


  • Pierre Régnier Pierre Régnier 16 décembre 2014 12:35


    njama

     

    Vous confirmez ce que je pensais. Pour vous, un militant islamiste est un musulman « encarté », comme l’islamisation de la France est le procédé qui conduit à la conversion de la totalité de la population française. Pour moi - et c’est vrai que j’emploie très intentionnellement le terme - est islamiste celui qui milite pour l’extension de l’islam ou, à un moindre degré qui, pour de multiples raisons, entretient délibérément son aveuglement sur l’islamisation qui se fait. Disons que, dans ce cas, il serait plus juste de parler d’un citoyen français complaisant envers les islamistes, envers les islamisateurs.

     

    Je ne cherche pas à savoir lesquels des islamistes sont les plus efficaces, et donc les plus dangereux sur le long terme. Certains, les plus nombreux, sont pacifiques dans leur comportement personnel, d’autres sont violents mais les uns et les autres font avancer leur religion d’intolérance et de violence par l’une des deux manières explicitement préconisées (commandées, même) par le prophète Mohamed et les rédacteurs du Coran.

     

    Nous sommes là au coeur du problème et ça nous ramène à ce que je reproche à Baubérot. C’est le rapport théologique à la violence et à sa capacité de s’en débarrasser ou non qui devrait prévaloir dans le traîtement des religions par une société attachée à la laïcité et aux Droits humains. Il ya plus de 20 ans maintenant que je milite pour qu’on en vienne là et, comme à 76 ans je ne suis pas encore totalement épuisé, je vais continuer.

     

    Comme vous dites, s’il existe, Dieu ne cherche pas à nous embrouiller. Mais les dogmatiques des différentes religions, eux, cherchent à conforter et à pérenniser la conception criminogène qu’elles ont enseignée de Dieu (« dépassées » pour le judaïsme pour le christianisme et le bahaïsme, toujours valable et mise en pratique pour l’islam).

     

    De manière provocatrice - pour faire réfléchir les chrétiens mais j’avoue que c’est raté - l’ancien catholique fervent que je suis a qualifié Benoît XVI, le pape qui a re-justifié, re-divinisé, re-sacralisé, re-dogmatisé la conception violente de Dieu dans le Nouveau Catéchisme, de premier responsable de la violence religieuse. Comme le pape François marche, sur ce point précis, dans les pas de son prédécesseur et que les catholiques pacifiques ne se fâchent pas je n’ai pas de raison d’effacer ma provocation.

     

    Mais j’affirme haut et fort que, parce qu’il a dès l’origine verrouillé sa conception criminogène de Dieu c’est l’islam qui est, de beaucoup, la religion monothéiste la plus dangereuse. Et c’est ce que voient de plus en plus les pékins moyens qui n’ont pas les oeillères et les raisonnements tordus de ceux - même de gauche ! - qui se font les complices des islamistes. Ils le voient parce que, tout simplement, tout logiquement, tout banalement, comme ceux qui les ont précédés depuis quatorze sicècles, les islamistes violents continuent de mettre en application les appels à la violence pour la conquête islamique du monde et la soumission de tous les peuples au Dieu Allah (en réalité, bien sûr, à ceux qui prétendent parler en son nom).

    http://www.blog.sami-aldeeb.com/2011/09/18/benoit-xvi-premier-responsable-de-la-violence-religieuse/



    • njama njama 17 décembre 2014 15:54

      Pierre Régnier,
      vous ne m’avez pas compris, je reformule, l’islamisme est à l’islam, ce que le sionisme est au judaïsme, c’est à dire une idéologie POLITIQUE.
      Pas besoin de croire en Dieu pour être islamiste ou sioniste.
      Un islamiste est « encarté » dans cette idéologie politique qui s’apparente à vouloir établir un régime théocratique. Entre Israël l’entité sioniste et le souhait de rétablir un califat, je ne vois pas de différence, tous les deux sont des projets politiques sur un décor de fond religieux ...


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 17 décembre 2014 18:03


      njama

       

      C’est le judaïsme lui-même, et l’islam lui-même qui ont une très forte composante politique, pas seulement le sionisme et l’islamisme. Et c’est dans leur théologie et leurs textes sacrés que cette composante s’exprime clairement.

       

      Le christianisme s’est, lui aussi, rapidement constitué en se donnant des buts politiques, mais c’est en trahissant son prophète Jésus de Nazareth et les Évangiles exprimant son message qu’il s’est ainsi constitué. Par rapport à « l’idéologie politique » on peut dire que Jésus a tenté, au contraire, d’en éloigner ses coreligionnaires hébraïques et ses apôtres (« mon royaume n’est pas de ce monde », "rendez à César ce qui appartient à César"...). Ce qui me met très en colère, dans l’attitude de l’église catholique actuelle, c’est précisément qu’elle re-divinise, re-sacralise et re-dogmatise (jusque dans son Nouveau catéchisme ! ) sa vieille dérive de plus de 15 siècles alors qu’il est plus que jamais nécessaire qu’elle s’en débarrasse une fois pour toutes. (1)

       

      J’ai souvent dit que le bahaïsme, fondé au 19e siècle, est pour moi le quatrième grand monothéisme, qu’il est à l’islam ce que le christianisme est au judaïsme, et qu’il est actuellement le monothéisme le plus pacifique. Mais j’ai dit bien souvent aussi qu’il renouvelle l’erreur du christianisme en présentant la théologie criminogène comme simplement dépassée (« la guerre sainte est effacée du livre » dit son prophète) au lieu de la dire erronée, (ne venant pas de Dieu) et inacceptable dès ses origines. Cette auto-destruction d’un grand espoir pour les croyants de tempérament pacifique me paraît aussi déplorable que l’entêtement des chrétiens dans ce que leur dogmatisme a de pire.

       

      Il y a du vrai dans votre assertion selon laquelle l’islamisme est à l’islam ce que le sionisme est au judaïsme mais, si l’on s’en tient à la définition originelle du sionisme, il ne peut être essentiellement comparé à l’islamisme. Il était d’abord une aspiration (principalement de juifs non-religieux d’ailleurs) à un État pour les juifs  à cause de la persécution subie par ceux-ci depuis des siècles - et la volonté hitlérienne de les exterminer a évidemment renforcé la justification de cette aspiration - alors que l’islamisme se veut la mise en application des conceptions islamiques incluant la haine (notamment des juifs), l’intolérance et la violence, pour conduire à la soumission de tous les peuples au Dieu Allah.

       

      Cependant - encore un constat désolant - des juifs croyants sont de plus en plus nombreux à donner partiellement au sionisme, dans les faits, la même définition que lui donnent les antisémites qui le combattent : une idéologie religieuse incluant l’affirmation que c’est Dieu lui-même qui a donné la nouvelle terre d’Israël au peuple juif "puisque c’est écrit dans l’Ancien Testament« . Celui-ci ayant affirmé que c’est en ordonnant à »son peuple« de pratiquer un génocide que »Dieu« faisait ce  »don" (commandement explicite dans le Livre de Josué) on voit comment des juifs d’aujourd’hui ajoutent à la réanimation de la vieille théologie criminogène dont l’humanité croyante aurait dû se débarrasser depuis longtemps.


      (1) http://www.blog.sami-aldeeb.com/2011/09/18/benoit-xvi-premier-responsable-de-la-violence-religieuse/




  • Tillia Tillia 16 décembre 2014 12:37

    C’est bien ce que je dis ...... ce sont les mêmes à vous lire smiley




  • franc 17 décembre 2014 06:16

    je suis d’accord avec votre dernier commentaire Mr Pierre Régnier sauf peut -être votre appréciation sur le pape Benoit XVI

    Il me semble que le Nouveau Catéchisme a été élaboré par le pape Jean Paul II ,ou je me trompe.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 17 décembre 2014 10:35


      franc

       

      Le pape Jean-Paul II a préfacé et promu le Nouveau catéchisme, mais c’est au cardinal Ratzinger, son mauvais conseiller (qu’il a d’abord fait Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi) qu’il a confié la direction de l’équipe de rédaction du catéchisme. C’est en effet plus tard que Ratzinger est devenu le pape Benoît XVI.

       

      C’est parce que Ratzinger / Benoît XVI fut le principal artisan de la réaction - sérieuse, dangereuse, j’oublie volontairement les plus voyants partisans de l’évêque Lefebvre - contre les progrès apportés dans l’église catholique par Jean XXIII et Paul VI, que je le considère comme le "premier responsable de la violence religieuse". Mais bien sûr Jean-Paul II, le magistère et toute la hiérarchie catholique de l’époque sont responsables du maintien de la conception criminogène de Dieu réaffirmée juste dans le Nouveau catéchisme. Et, bien sûr aussi, c’est maintenant le pape François qui devient le premier responsable puisqu’il ne revient pas sur ce désastre théologique (1).

       

      Si j’ai employé - par provocation, je le répète, pour réveiller les chrétiens - cette qualification de « premier responsable de la violence religieuse » c’est que je trouve dramatique qu’en ce début de XXIe siècle son guide spirituel, selon l’expression de Jean-Paul II, ne remet toujours pas à sa juste place la démarche et l’auto-sacrifice de Jésus de Nazareth contre la théologie criminogène de l’Ancien Testament.

       

      2000 ans après la mort de ce Jésus, sa trahison par ceux qui se prétendent ses disciples est pour moi insoutenable.

       

      Et elle est d’autant plus tragique que les croyants de l’islam - dont la conception criminogène est constitutive et toujours mise en application de la manière la plus barbare, comme chacun peut le constater quotidiennement - n’ont toujours pas vraiment, dans le christianisme, un modèle alternatif valable où investir leur foi après avoir quitté leur religion de haine, d’intolérance et de guerre.

       

      (1) http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-nouveau-pape-devra-supprimer-la-130677



    • philouie 17 décembre 2014 11:06

      Pour rappel :

      Julius Streicher a été condamné à mort pour avoir, lui aussi, sa vie durant inciter à la haine de l’autre.


    • philouie 17 décembre 2014 21:28

      Un point intéressant sur Streicher : il diffusa les thèses d’un Angalis du nom d’Arnold Leese qui avait recensé les accusations de meurtres rituels à l’encontre des juifs. 150 seraient recensés. depuis le XII eme siècle jusqu’à aujourd’hui : en règle générale, les accusés après être passés aux aveux étaient bruler vifs.

      ce qu’il faut constater ici, c’est que cette accusation à l’encontre des juifs (sauf ces toutes dernières années) n’existe en climat musulman.

      cette accusation contre les juifs, en climat chrétien seulement, c’est étaler pendant plus de huit siècles.

      Pourquoi ?

      Ils crient « Jésus, jésus, jésus » puis juste après « Meurs Satan ».


  • franc 18 décembre 2014 07:04

    Je trouve intéressant et pertinent Mr Régnier votre propos suivant -------------------------« que le bahaïsme, fondé au 19e siècle, est pour moi le quatrième grand monothéisme, qu’il est à l’islam ce que le christianisme est au judaïsme, et qu’il est actuellement le monothéisme le plus pacifique. Mais j’ai dit bien souvent aussi qu’il renouvelle l’erreur du christianisme en présentant la théologie criminogène comme simplement dépassée (« la guerre sainte est effacée du livre » dit son prophète) au lieu de la dire erronée, (ne venant pas de Dieu) et inacceptable dès ses origines. Cette auto-destruction d’un grand espoir pour les croyants de tempérament pacifique me paraît aussi déplorable que l’entêtement des chrétiens dans ce que leur dogmatisme a de pire. »

    -

    mais je voudrais non pas faire une défense ni essayer de diminuer la faute de l’Eglise de justifier la violence qui se trouve dans l’Ancien testament mais d’analyser l’origine et la cause de cette erreur monumentale et qui est une faute théologique monstrueuse et dramatique comme vous le dites 

    -

    Ce désastre théologique provient de l’attachement de l’Eglise à un dogme millénaire qu’est l’Histoire Sainte qui commence et se fonde sur l’histoire du peuple juif ,l’Ancien Testament devant annoncer et préparer le Nouveau Testament ,(il est dit dans l’Evangile avec insistance que Jésus descend de la maison de David ),attachement à la tradition de la continuité de l’Histoire Sainte qui a rejeté à plusieurs moments de l’histoire d e l’Eglise , tous ceux qui veulent rompre et rejeter l’Ancien testament à cause justement de son contenu violent , guerrier et criminogène .

    car si l’Eglise reconnaît le caractère criminogène de certains textes de l’Ancien Testament alors la continuité de l’Histoire sainte est rejetée et c’est Dieu lui-m^me qui est accusé d’être un criminel monstrueux puisque c’est Dieu qui est l’auteur de l’Histoire Sainte ,cela est impossible à tenir bien sûr

    Et si l’Eglise veut garder l’Histoire Sainte dans toute sa continuité telle qu’elle se présente dans les textes alors elle se doit de reconnaitre que les violences inouïes contenues dans l’Ancien Testament ne peuvent être que ordonnées par Dieu dans l’intérêt et l’existence du peuple juif qui abritera la venue du Messie .C’est dire que Dieu a fait des massacres de certains peuples mais c’est pour protéger l’existence et la subsistence du peuple juif d’où naitra Jésus, c’est dire que Dieu a fait un mal pour faire un bien ,et d’ailleurs Dieu n’est -il pas Dieu ,il a tout pouvoir y compris de faire le mal . 

    Mais ce dernier raisonnement qui admet ce principe théologique que Dieu peut être l’auteur du mal et d’un mal du niveau d’un crime contre l’humanité par le génocide de certains peuples , est impossible à tenir car il définit que Dieu n’est pas le Bien suprême et qu’il n’est pas parfait ;car si Dieu était parfait et tout puissant ,il peut très bien faire le bien sans faire le mal comme les hommes imparfaits ,il peut très bien protéger le peuple juif ou protéger la venue du messie sans commettre des massacres des innocents ,des génocides .

    Le bien ne peut produire que le bien disait la philosophe Simone Weil conformément à la conception de Dieu de Platon ,c’est là une conception du divin plus évolué et plus parfait que celui d’un divin qui peut faire du mal comme des êtres imparfaits, un divin anthropomorphe archaïque ;la conception de Dieu de Platon en le Bien absolu est supérieur à la conception de Dieu anthropomorphique du monothéisme abrahamique juif , chrétien et islamique 

    -

    Cette erreur monumentale produisant un principe théologique monstrueux peut être évitée si l’Eglise connaissait mieux l’histoire profane de l’humanité en général et du peuple juif en particulier dans sa vérité scientifique de la réalité historique 

    Le pape Benoit XVI a commis un erreur d’appréciation récemment en disant que la méthode historico -critique a déjà tout donné et qu’on ne peut en attendre rien de plus .Non justement la méthode historico -critique avec ses dernières révélations sur l’histoire plus exacte et plus précise de l’histoire du peuple juif comme le montre le livre de Thomas Römer ,« L’invention de Dieu » aurait pu donner à l’Eglise l’opportunité de garder le principe de la continuité de l’Histoire Sainte dans s a tradition millénaire sans avaliser les massacres des innocents de l’Ancien testament et en éviteant ainsi de tomber dans un principe théologique diabolique du Dieu auteur du Mal ,en c e que ce n’est pas le peuple israélite d’où est issu le messie qui a commis ces massacres monstrueux mais un autre peuple ,le peuple hébreux ,ces deux peuples ne sont pas identiques ,au contraire ,ils sont opposés et ennemis et se font fait la guerre pendant de siècles .

    -

    Le peuple israélite antique est un des peuples mésopotamiens vivant dans le royaume d’Israël avec comme capitale Samarie ,adorant le Dieu des dieux El et son avatar Baal, sa religion est le baalisme comme celle des peuples mésopotamiens d’alentour ;.Les rois David et Salomons sont des rois israélites qui ont le culte des dieux principaux El et Baal.

    l e peuple hébreux à l’origine est une tribu nomade du désert près du Sinaï appelé hapiru ou dans sa dénomination primitive sans voyelles de la langue archaïque ne connaissant que des consonnes hpr. .Les hapirus ,tribu du désert ,pratiquent souvent des razzias pour se coconcter des butins .Les populations autochtones des peuples de la Mésopotamie se plaignent souvent de ces attaques barbares de la part des hapirus et autres peuples du désert comme les madianites ancêtre des arabes bédouins du désert ,qui tuent et pillent avec une grande férocité ,et font appel à l’aide du pharaon d’Egypte pour les protéger 

    -

    Les deux peuples ennemis ,les israélites et les hapirus se sont fait la guerre pendant des siècles ;Les hapirus ou les hébreux (hapiru=hpr=hbr=hebre) ont envahi les pays du Canaan et massacré la populations autochtone dans un génocide des cananéens comme le raconte l’Ancien testament avec l’histoire de Josué ,établirent le royaume de Juda au sud d’israël ;les royaumes d’Israel et de Juda ne cessèrent de se faire la guerre et à travers eux les deux religions ,l’israélisme qui peut être appelé aussi baalisme et le judaïsme .

    Le judaïsme est la religion des hébreux adorant un dieu des tribus du désert ,Jehovas un dieu tribal de l’orage et du tonnerre qui se loge au dessus du mont Sinaï, Jehovas qui est aussi probablement le dieu tribal des madianites qui se trouvent dans la même région ;Jéhovas est aussi intitulé le dieu des armées

    Jehovas est la contraction de Yeo et sheovat

    Yeo c’est Yhwh le dieu suprême des peuples mésopotamien et qui a pour nom aussi El qui veut dire Seigneur et qui est le titre de Yhwh. Le titre supr^me El signifie qui règne et domine le monde d’en haut (le monde transcendant ) et le monde d’en bas (le monde immanent ),El domine le grand Tout ,d’en haut et d’en bas .

    Al est le titre divin juste inférieur à El ,Al ne domine que le monde d’en bas ,le monde immanent

    Baal =Bâ-Al c’est le bât de Al ,c’est à dire l’avatar ou l’incarnation de El dans le monde immanent et qui a pour titre Al qui reègene et domine le monde d’en bas

    baal est représenté iconographiquement par un veau avec deux cornes représentant les croissants de lune ,les rayons de la lune sont le reflet des rayons du soleil représentant iconographiquement la brillance de El ; et le culte rendu à baal se fait aussi par le sacrifice d’un veau .C’est pourquoi Baal est appelé le dieu de la lune et El le dieu du soleil Râ ; il est à noter que Râ est l’origine étymologique du terme roi ou règne ;

    Israël = l’être où règne El ----------------------------(is =est )

    -

    sheovat signifie armée , yeo signifie dieu

    yeo-sheovat = yehovat = jéhovas = dieu des armées

    -

    -

    Donc Jehovas ou Jéhovah est le dieu des armées ,le dieu tribal des hébreux et de stribus nomades du désert comme lesmadianites ou des judaites lorsque les hébreux se sont installé dans le royaume de Juda 

    El et son avatar Baal sont les dieux des israélites dans le royaume d’Israël et des peuples mésopotamiens environnants


    vers le 6 è siècle avant JC,le royaume de Juda s’est allié traitreusement à l’empire d’Assyrie pour occuper le royaume d’Israël et détruire sa capitale samarie ;Plus tard Jérusalem qui était d’abord une petite bourgade prendra de plus en plus d’importance avec le s réfugiés israélites et deviendra la capitale des deux royaumes réunis

    Jésus=Yéshouah est le nom poétique d’Israël

    Il est à noter que dans l’Evangile il est dit que Juda est le traitre qui a trahi Jésus ,ce qui se traduit historiquement par le fait que royaume de Juda a trahi le royaume d’Israël, la coïncidence n’est pas si fortuite que cela -

    -

    D’où la méthode historico-critique permet de dire que ce n’est pas le peuple israélite d’où est issu Jésus, celui-ci est dit descendant de la maison de David , roi israélite ,avec insistance dans l’Evangile ,qui a massacré les cananéens mais leurs ennemis les hébreux , et d’autre part le christianisme ou la religion de Jésus ne descend pas du judaïsme mais de l’Israélisme adorant Baal appelé aussi baalisme .

    Baal est l’incarnation du dieu (yhwh) El comme Jésus =Christ est l’incarnation de Dieu Père ;L’analogie ou l’identification est évidente entre Baal et le Christ-Jésus d’autant plus que Jésus dans l’Evangile est appelé l’Agneau de Dieu qui est égorgé depuis la fondation du monde tandis que veau est égorgé en sacrifice au dieu Baal représenté par un veau avec deux cornes en forme de lune

    -

    A partir de cette connaissance ,l’Eglise Catholique peut très bien garder le dogme de la continuité de l’Histoire Sainte en affirmant que le messie Jésus dans le Nouveau testament est issu de l’histoire des israélite de l’Ancien testament dans ce qu’il a de positif avec la religion israélite ou baalienne tout en rejetant la partie négative et criminelle de l’Ancien testament sur le peuple hébreux qui a effectué les massacres des innocents ,et cen’est pas le dieu El qui a ordonné ces massacres mais l’esprit diabolique de l’entité démoniaque jéhovas nommé dieu des armées adorés par les hébreux

    -

    C’est la réforme du roi judaïte Josias qui a mélangé l’histoire des israélites et l’histoire des hébr

    eux en les réunissant dans un livre massorétique complètement frelaté en faisant l’apologie du judaïsme par des légendes mensongères comme par exemple la légende de Moïse tout en récupérant la grandeur des rois israélites comme David et Salomon en les faisant paaser pour des rois glorieux judaites ;En fait Moïse est un hébreux qui a été à la cour de Pharaon mais qui a trahi la confiance de Pharaon en volant les objets précieux du culte et qui surpris par un garde l’a tué puis s’est enfui avec l’or du temple ,et les soldats de Pharaon se sont lancé à la poursuite des bandits hébreux

    -

    Cette confusion entre le peuples hébreux judaites et le peuple israélien israélite ,et la confusion entre la religion ou plutôt secte du judaisme et la religion israélite baalienne sont à l’origine de l’erreur monumentale commise par l’Eglise catholique dans le Nouveau catéchisme de concevoir malgré elle un principe théologique monstrueux où Dieu s e trouve être l’auteur des violences inouïes dans l’Ancien testament indignes de sa perfection.


Réagir