lundi 1er juin - par Régis DESMARAIS

De l’usage de la rumeur pour sauver le régime d’Emmanuel Macron

La crise sanitaire a mis en lumière la bonne santé de la rumeur en politique. Nous assistons à une sorte de floraison printanière de rumeurs lancées, prétendument depuis le « château » et par des gens dits « bien informés ». Le président serait mécontent des décisions prises et serait, évidemment, le rempart en 2022 qui protégerait les Français de l’arrivée d’un « dingue ». La rumeur est l’un des outils « fashion » de la démocratie habillée en Macron.

JPEG

La rumeur en guise de vaccin antipopuliste pour 2022

Des rumeurs en provenance du cœur du pouvoir et colportées par des personnalités partageant une part des mystères de ce pouvoir, c’est incontestablement un label de qualité pour l’information officieuse. La qualité ne se situe pas au niveau du contenu de la rumeur mais au niveau de son probable potentiel viral. Comme tout le monde le sait désormais : trouver un traitement contre un virus est une épreuve digne des sournoiseries des dieux de l’Olympe. La rumeur virale ne peut que se répandre en toute tranquillité et mériter sa réputation de bon outil de test de l’opinion et de propagande.

La rumeur est intéressante en ce qui concerne son intention, son objectif et sa cible probables. Voici deux exemples de rumeurs :

Récemment, on a appris qu’Emmanuel Macron serait très fâché contre son ministre de la santé à qui il reprocherait d’avoir trop vite interdit la possibilité de prescrire l’hydroxychloroquine : « Du côté du palais de l’Elysée, la décision du Ministère de la Santé aurait provoqué une colère assumée de la part de son hôte  ». Ah le bougre ! Le message est touchant et ferait presque passer le Président de la République pour une victime impuissante de ces méchants individus installé sous les ors du pouvoir. Cette rumeur est aussi touchante par ce qu’elle nous donne à voir de son auteur. Visiblement, celui qui est à l’origine de cette rumeur, prend les Français pour des billes lustrées par l’ignorance et ça étincelle ! En effet, dans la Vème République, le chef c’est le président. Certes, en période de cohabitation, la lettre de la Constitution trouve à s’appliquer avec plus d’exactitude : « le Gouvernement détermine et conduit la politique de la nation ». Pourtant, même en période de cohabitation, le président conserve sa capacité à s’opposer au Gouvernement. Le cas des ordonnances que François Mitterrand a refusé de signer en conseil des ministres rappelle l’effectivité de ce pouvoir. Hors cohabitation, quand le Premier ministre prend un décret ou quand un ministre signe un arrêté, c’est forcément en accord avec la pensée présidentielle. Précisons tout de suite, que je pose le postulat que la pensée présidentielle existe et exprime quelque chose d’audible et de compréhensible par les ministres. Dès lors, nous faire croire que M. Macron serait fâché contre son ministre de la santé n’est qu’une tentative assez médiocre de nous faire croire que M. Macron serait, comme une partie du peuple, excédé contre certaines décisions des ministres. Dans la Vème République, cela ne peut relever que d’un mauvais roman écrit par un auteur qui ne connaîtrait rien de la France, de ses institutions et de leur pratique. L’auteur de cette rumeur tente de faire passer le président pour quelqu’un qui subit ses ministres. Si cela est vraiment le cas, alors cela signifie que le président n’est plus apte à gouverner et qu’il erre le long d’une voie ferrée comme l’un de ses lointains prédécesseurs. Imaginer que les Français puissent croire que le président subirait les actes réglementaires de l’un de ses ministres c’est prêter beaucoup de naïveté aux citoyens. Une chose est sûre, l’auteur de cette rumeur tente de sauver le président du naufrage de sa propre politique. Cette tentative vise à rendre le président sympathique et proche du peuple car subissant comme lui les décisions du gouvernement. Une telle désolidarisation avec les actes du gouvernement, par nature en phase avec la pensée présidentielle, manque singulièrement de panache. Le président serait-il de la même trempe que le capitaine du Costa Concordia  ?

Seconde rumeur, le président aurait peur de l’arrivée d’un « dingue » à l’Elysée en 2022. A cette rumeur, utilisant le vocabulaire branché du président, certains, un peu perfides mais sans doute lucides, rétorqueront que ce risque est déjà réalisé. D’autres se contenteront de relever que cette rumeur pourrait laisser entendre que le président envisagerait de donner de sa personne en 2022 pour protéger le pays d’une aventure aussi dangereuse. C’est formidable. En dépit de la médiocrité des décisions présidentielles, le président s’imagine apte et légitime, au regard des résultats de sa politique, à se représenter en 2022. Selon le journal répercutant cette rumeur, « la candidature d’une personnalité hors-système, provenant de la scène médiatique pourrait porter atteinte au locataire de l’Elysée, et rendre difficile ses chances d’être réélu » Eh oui, un candidat hors système, c’est bien le cauchemar du système. Mais une information importante est délivrée : « être réélu ». On savait que pour arriver au sommet du pouvoir politique, il ne fallait douter de rien et surtout pas de son génie et de sa prédestination à être impérativement utile aux autres. C’est désormais démontré par l’hypothèse d’une nécessaire réélection. Cette rumeur ne nous dit pas avec précision qui serait ce possible « dingue » dangereux pour la France même si on évoque, et c’est désobligeant, Jean-Marie Bigard. On imagine forcément un candidat ayant le soutien du peuple car le peuple est hors système et dangereux pour les cercles actuels du pouvoir. Cette rumeur est confortablement colportée dans un article de presse qui rend donc indispensable la personne de M. Macron lequel pourrait faire barrage de son corps et de son intelligence à des futures candidatures élyséennes de Jean-Marie Bigard mais aussi de Cyril Hanouna ou de la journaliste Elise Lucet. Le « dingue » est peut-être un autre candidat que l’on n’ose pas nommer frontalement. Y aurait-il aujourd’hui un homme populaire, une sorte de « dingue » dangereux pour le système ? L’auteur de la rumeur semble le croire. Cette rumeur du dingue prêt à investir l’Elysée en 2022 pourrait être épaulée par une nouvelle rumeur destinée à renforcer l’évidence d’une réélection du président actuel. Cette prochaine rumeur, pour rendre lumineuse la pensée philosophique et stratégique du président, se proposerait de mettre en balance les pensées présidentielles avec celles d’une huitre… Dans ce pays, on est désormais pas très loin de ce niveau.

La rumeur ressemble à un vaccin destiné à inoculer le virus de la tentation de donner le pouvoir à un homme populaire et hors système. Cet homme soutenu par le peuple doit être décrété par nature dangereux, populiste, dingue etc. Il est impératif de le dévaloriser et de faire croire que le président est proche du peuple et victime comme ce dernier, de décisions inappropriées prises par son Gouvernement. La rumeur est aussi un test de l’opinion : comment les Français réagiront à l’évocation d’une nouvelle candidature du président ? Comment les Français s’afficheront solidaires avec un président victime des décisions de ses ministres ? Dans quelle mesure les Français s’inquiéteront de la perspective d’un dingue à l’Elysée ? D’autres rumeurs parlent de dissolution de l’Assemblée Nationale, de démission du président, bref les ballons d’essai se suivent comme des tentatives désespérées de marquer un but en faveur du président.

Le fonctionnement de notre démocratie ne nécessite que de flatter et fidéliser une partie des électeurs, celle qui s’exprime dans les urnes, et de lancer les flash-balls et la déconsidération sur ceux qui osent trouver à redire à tout ça.

Une démocratie prise en otage par une minorité

La démocratie, c’est un peu comme pour les entreprises. Il n’est pas nécessaire d’avoir la majorité du capital (des électeurs) pour gouverner. Il suffit juste d’atteindre un seuil de capital (de suffrages exprimés) pour avoir le pouvoir.

Malgré le filtre des partis, il est toujours possible que les électeurs se trouvent un candidat qui déplaît au système. Heureusement, nos démocraties ont tout prévu, y compris le moyen d’échapper à la loi du plus grand nombre. Pour ce faire, les démocraties vont se fonder sur le plus grand nombre… de suffrages exprimés. Vous l’avez compris, il suffit pour remporter une élection d’être celui qui a bénéficié du plus grand nombre de suffrages exprimés même si ces suffrages se sont exprimés dans un océan d’abstention. Pour maîtriser les choix des électeurs, il faut donc expulser le plus grand nombre d’électeurs du processus décisionnel démocratique pour chérir ceux qui vont encore se déplacer aux urnes.

Le développement d’une société de loisirs, le plus souvent sans sollicitation de l’intelligence et de la capacité de réflexion du citoyen, va conduire à faire lâcher prise un nombre important de citoyens qui, lentement mais sûrement, vont devenir dépendants de ces loisirs au point de n’exister que pour s’adonner à ces derniers.

Principaux acteurs de cette destruction du citoyen critique : les médias sur écran (télévision, tablette, smartphone). Ces derniers modifient le rythme de vie des citoyens et leur perception du monde. Désormais, le mode de vie va se centrer sur l’immédiateté via une profusion incessante d’informations délivrées 24H/24 sans aucune hiérarchisation et par la focalisation ponctuelle sur des sujets sans importance. Les médias relativisent tout, noyant ainsi les sujets essentiels. Les citoyens perdent la capacité à s’intéresser à des sujets complexes, perçus comme ennuyeux. Abreuvés de flots incessants d’images et d’informations, les citoyens deviennent incapables de lire plus de dix lignes. Nous sommes à l’ère du tweet, du texto, du président Macron et cela se ressent. Si être synthétique et clair est une qualité, il est difficile de mettre en lumière les mécanismes qui sous-tendent le fonctionnement de nos sociétés en une dizaine de lignes de texte. Or aujourd’hui, la capacité de concentration du citoyen est de plus en plus formatée par les modes actuels de communication, lesquels rendent impossibles une critique sérieuse du monde mais portent au pinacle le buzz et ses enchaînements d’informations insignifiantes. La majorité des citoyens devient incapable d’accéder à la compréhension de la complexité du monde, laquelle se dévoile bien au-delà de la dixième ligne de texte. Les hommes se murent dans une prison faite de sms et de tweets.

Il devient difficile de débattre car débattre c’est parfois proposer un point de vue alternatif. Celui qui tient des propos dérangeants, car remettant en cause une version officielle, sera immédiatement disqualifié en étant traité de dingue voire de « complotiste », terme devenu l’arme fatale qui sert à fusiller tout propagateur d’idées non conformes aux standards dominants. La manière dont le professeur Raoult est traité par les médias est sur ce point emblématique de la dévalorisation d’une personnalité populaire : Didier Raoult ferait du populisme scientifique selon un professeur-consultant sur une chaîne de télévision, on l’affuble sur les réseaux sociaux du nom de Chloroquix ou de « Gérard Depardieu de la science  », entendons par là une comparaison à vocation désobligeante sans lien avec le talent d’acteur de Depardieu.

Tous ces éléments contribuent à la diminution de l’implication citoyenne dans la vie quotidienne. Une part appréciable de la population n’est plus intéressée que par elle-même, se consacre quotidiennement à une forme de résilience expiatoire ou se trouve dans l’incapacité de penser le monde et de s’y projeter. Cette partie de la population déserte de plus en plus les isoloirs car ces derniers ne représentent plus rien pour elle. Pour ceux qui ne sont pas encore totalement devenus les excroissances de leur écran, le constat de la similitude des candidats, mêlé au sentiment que rien ne pourra changer, les incitent à ne plus participer aux temps forts d’une démocratie dont ils perçoivent le simulacre. L’abstention ne cesse d’augmenter scrutin après scrutin.

Enfin, les derniers vaillants qui se déplacent aux urnes sont pour la plupart ceux que les mass média et les partis politiques ont le plus flatté. Ces citoyens, eux aussi le plus souvent incapables de lire plus de dix lignes de texte, pensent encore que la démocratie fonctionne correctement dès lors que les candidats présentés parlent comme eux et pensent comme eux. Il y a un phénomène d’identification de classe sociale qui se crée entre ces derniers électeurs et les candidats. Tout ce petit monde est dans l’entre-soi, ou se l’imagine, et est convaincu de partager les mêmes intérêts. Cette dernière frange de la population, qui participe aux élections, ne risque pas de remettre en cause un système dans lequel elle se reconnaît et duquel elle attend une reconnaissance, une médaille, un selfie avec le président. Bien sûr, il y a toujours des électeurs qui échappent à ces catégorisations et qui se rendent aux urnes avec la conscience de ce qui ne va pas et de la piètre qualité des candidats proposés. Ces électeurs encore éveillés et qui votent sont une minorité et ne peuvent plus mettre en danger le système.

En conclusion

Pour le pouvoir, il est nécessaire de réparer au plus vite les dégâts de la gestion calamiteuse de la crise sanitaire. Il faut donc montrer que le président est conscient et innocent de cette mauvaise gestion. Il serait presque une victime collatérale de ses ministres voire des experts consultés. Les éléments de langage, à n’en pas douter, se préparent. La légitimité à demander un nouveau mandat doit s’imposer comme une évidence aux Français. Il faut donc dévaloriser au plus vite ceux qui ont aujourd’hui les faveurs du peuple, même s’ils ne font pas de politique. Il faut s’en méfier car ils pourraient changer d’avis, entrer dans l’arène politique, et pire, ils pourraient convaincre le peuple de reprendre le chemin des isoloirs.

La riposte est simple : on dévalorise les propos des personnalités trop populaires et hors système, on met en doute la qualité de leur travail et on les englue sous des qualificatifs de populiste, de dingue ou d’extrémiste. Surtout, il faut commencer à effrayer les Français déjà bien secoués par le Covid-19 et sa gestion. Désormais il faut brandir le spectre du dingue qui pourrait entrer à l’Elysée en 2022, mettre à feu et à sang la France et remettre en cause certains petits privilèges, si utiles pour fidéliser les électeurs qui s’identifient à la classe dirigeante. Il est donc impératif de garder en main les électeurs qui continuent à voter et entretiennent avec le monde un rapport qui ne dépasse pas dix lignes de texte.

Les rumeurs répandues par des personnes « bien informées » sont une bonne soupe pour nourrir ces électeurs peu exigeants, mais si formidables par leur détermination à se rendre dans les isoloirs pour s’en remettre à leur maître comme les vieilles bigotes se rendant à confesse.

Régis DESMARAIS



63 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er juin 13:58

    Pour 2022 : Le Gouv, gouvernement à but non lucratif  lien


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 1er juin 14:24

      @Séraphin Lampion
      Sympathique association !


    • Le421 Le421 1er juin 18:09

      @Séraphin Lampion
      Un « machin » de plus fait pour casser les pattes à tous les gens sérieux qui sont là depuis longtemps... Il leur suffit de croquer 2 ou 3% et cela fait basculer les résultats de premier tour.
      2022 ?
      Macron vs Le Pen...
      C’est écrit dans les livres.

      De toute façon, vu que la France ne sera jamais à gauche... Je m’en branle un petit peu quand même. C’est juste que les pleureuses, je les envoie péter !!


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er juin 20:59

      @Le421

      c’est qui, les « gens sérieux » ?


    • vraidrapo 2 juin 08:27

      @Séraphin Lampion
      Les gens sérieux sont ceux qui font de la politique sur un coup de dés... par exemple ! smiley


  • cevennevive cevennevive 1er juin 15:05

    Salut tous,

    ...« dingue » dangereux« 

     »...ce risque est déjà réalisé."

    Ce sont vos mots Régis.

    Et je réponds : Oui ! Même qu’il y en plusieurs...

    Il y a des mochetés, des idiots utiles, des arrogants, des inutiles, voire des méchants, des loustics avec un passé des plus troubles.

    Alors, n’ayons pas peur de la rumeur. Il y a toujours un peu de vrai dans la rumeur, même si c’est un tout petit peu.

    Coluche, dis, tu nous entends ? Tu pourrais essayer de nous conseiller de là-haut, non ?

    Régis, personnellement je ne vois personne pour qui j’aurais envie de voter...


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 1er juin 15:46

      @cevennevive
      Il n’y a pas de fumée sans feu. Souvent la rumeur contient des vérités. Ici, les rumeurs qui se répandent sont de vrais outils de manipulation destinés à servir le président. Qui diffuse ces rumeurs, avec quel aval ? Je l’ignore mais je constate que ces rumeurs n’ont rien d’anodin.


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 1er juin 15:49

      @cevennevive
      Pour qui voter ? L’absence de réponse à cette question est sans doute aujourd’hui notre pire ennemi. Mais il ne faut pas désespérer. Je doute que dans ce pays nous ne trouvions pas ceux qui pourraient engager un vrai changement de fonctionnement de notre démocratie. Quant à changer le monde et les paradigmes dominants, c’est une autre histoire, d’autres enjeux.


    • Le421 Le421 1er juin 18:12

      @cevennevive

      Régis, personnellement je ne vois personne pour qui j’aurais envie de voter...

      Si vous cherchez le candidat parfait à vos yeux, je vous conseille de vous présenter. Sinon, « le moins pire », ça peut des fois marcher.
      La démocratie, hélas, c’est le jeu de la majorité.
      Ce sont des remarques comme celle-là qui nous ont amené à Macron, ne l’oubliez jamais !!


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 1er juin 18:35

      @Le421
      Je n’ai jamais évoqué de candidat parfait. Si je le cherchais et ne le trouvais pas, je ne me présenterai pas car je suis loin d’être parfait, vous me prêtez d’immenses qualités...mais je vous remercie de ce prêt.

      Si je n’ai pas été trop maladroit dans la rédaction de mon article, je pointe du doigt le fait que la majorité est une notion relative, et qui, plus le temps passe, perd sens et réalité. Vous pouvez avoir la majorité des suffrages exprimés dans un océan d’abstention. On peut faire l’aveugle et croire que tout fonctionne bien et que la loi de la majorité s’applique dans toute sa parfaite rigueur. On peut raisonner de la sorte mais ce point de vue est biaisé. Mais il est vrai, on peut se contenter d’une démocratie qui fonctionne tel que je l’ai décrit mais dans ce cas, il ne faut pas s’étonner que plus le temps passe moins de gens votent et se sentent concernés et impliqués dans le fonctionnement des institutions.
      Plus le temps passe et plus la société se disloque. Cela tiendra tant que le papier peint des apparences de la démocratie masquera que la majorité qui s’est prononcée est une minorité dans le pays voire, une jour peut-être, une incongruité dont tout le monde se moquera. Quand on en sera là, plus aucune solidarité et plus aucun sentiment d’appartenir à un groupe ne resteront. Nous serons enfin dans l’atomisation des agents économiques car le citoyen ne sera plus que cela : un être réfugié derrière ses écrans et vivant virtuellement le monde et sa vie.


    • babelouest babelouest 2 juin 05:48

      @Régis DESMARAIS
      Commençons par changer les règles du jeu, soit la Constitution.
      https://ti1ca.com/g8d3ucpa-2020-05-20-2020-05-20.pdf.html
      .
      Là, on s’aperçoit que le président n’est en fait qu’un arbitre chargé de veiller sur le long terme (d’où la proposition de le faire élire par les maires pour 9 ans NON RENOUVELABLES, ce qui l’écarte de toute surenchère pour se faire réélire.
      .
      L’important, c’est la politique sur le long terme, indépendante (donc coupée de Bruxelles), et sur laquelle tous les citoyens doivent avoir le droit de donner leur avis. Peut-être cela appellerait-il à mettre en place un forum national permanent de planification (on se souvient sans doute d’un commissariat au Plan au début des années 60). C’est facile, chaque citoyen est pourvu d’un numéro, enregistré à l’INSEE, numéro qui peut être désactivé pour les criminels.


    • cevennevive cevennevive 2 juin 07:29

      @Le421, bonjour,

      J’ai voté pour JL Mélenchon parce que le programme de l’Avenir en Commun me convenait parfaitement. Mais je trouve que JL se dévoie dans des chemins impossibles et qu’il faudrait un candidat neuf pour représenter ce mouvement.

      Peut-être François Ruffin ? Son empathie pour les humbles, sa colère contre les inégalités et les outrances de la finance me plaisent. Mais... Il y un mais, a-t-il la carrure pour faire face à tant de travail ?


    • JL JL 2 juin 07:34

      @cevennevive, bonjour,
       
       ’’Mais je trouve que JL se dévoie dans des chemins impossible’’
       
       Vous parlez de JLM, je suppose ?
       

       


    • capobianco 2 juin 07:39

      @cevennevive
      «  personnellement je ne vois personne pour qui j’aurais envie de voter... »
      Mais on ne dois pas voter pour une « miss france » ! Ce n’est pas une personne qui doit diriger un pays, prendre toutes les décisions et être totalement intouchable. Cette 5ème « république » ressemble plus à une monarchie qu’il nous faut éradiquer au plus vite. Perso je soutiens la FI et ce n’est pas pour JLM, Ruffin autre un autre mais pour le programme qui prévoit la création d’une 6 ème république qui mettra fin à cette mascarade électorale et qui redonnera sa vraie place à la démocratie et au parlement. Je fais confiance uniquement au « collectif ». Pour moi personne ne détient « la » vérité mais chacun peut et devrait participer aux grands choix, aux grandes décisions qui impactent tout le monde. Le problème n’est pas de faire confiance ou d’aimer tel ou tel prétendant mais de voir quelles sont les propositions, les vrais changements élaborés par les militants ou soutiens et que nous voudrions voir appliquer. Et si JLM ou Ruffin (que j’aime bien) ne respectent pas NOS engagements ils seront remerciés comme le prévoit le programme de la FI.
      Croyez bien que Coluche (que j’aimais bien aussi) ne nous serait d’aucun secours, juste une opinion comme une autre à discuter avec d’autres opinions venant des français qui s’engagent.


    • vraidrapo 2 juin 08:39

      @Régis DESMARAIS
      Quand on en sera là, plus aucune solidarité et plus aucun sentiment d’appartenir à un groupe ne resteront.

      La sortie du confinement aura confirmé ce que nous pensions déjà : le travail de sape des media de l’Oligarchie a atteint son but : faire du français moyen un homo festivus. Les radio-trottoirs sont là pour le démontrer chaque jour. L’Oligarchie ne s’en cache même plus.
      Homo festivus ne réfléchit pas à l’après-demain.
      Homo festivus prend conscience lorsque le feu est à sa porte.

      Homo Festivus guilleret se tape 10 kms de bouchons pour aller en Andorre quérir des cigarettes et de l’alcool quand 140 villes des EU sont en ébullition...


    • vraidrapo 2 juin 08:57

      @capobianco
      Récemment, j’ai découvert Jadot l’écologiste. Je trouve qu’il a l’air sincère et courtois. Je me méfie de Mélenchon. Il parle bien mais, son regard laisse deviner des arrières-pensées. Quand on évoque la maçonnerie, il fume... C’est pas clair. Les Sociétés Secrètes, ça me gave. Si je considère que l’ENA en est une pour l’UMPS...


    • cevennevive cevennevive 2 juin 09:03

      @JL, bonjour,

      Oui !


    • oncle archibald 2 juin 09:34

      @cevennevive bonjour.

      Avez vous écouté l’interview de François Ruffin ce matin sur France Inter ? Il faut lui mettre une muselière, il va mordre !

      Pour être élu il faut rassembler et non pas cliver. Pour être accepté comme gouvernant de la République Française il faut construire, pas détruire. Il est cuit d’avance, pour les mêmes raisons que son mentor JLM. Et il en est de même pour MLP. Et j’en suis fort aise.


    • cevennevive cevennevive 2 juin 09:43

      @oncle archibald,
      bonjour,
      Je n’ai pas écouté F.Inter. Je ne supporte pas le duo de choc Salamé Demorand...
      Alors, quand ils arrivent, je zappe sur la radio régionale « Gard Lozère »
      Mais, je suis un peu de votre avis. En effet, pour gouverner il faut RASSEMBLER  !
      Qui est capable de rassembler ? Le covid 19 l’a fait dans la peur insufflée par les médias...
      Seule la peur serait capable de « rassembler » ?
      Cela me rend triste.


    • oncle archibald 2 juin 12:27

      @cevennevive

      Je suis plus optimiste que vous. On peut rassembler sur un beau projet, sur tout ce qui construit, sur ce qui se partage, même quelque chose d’aussi futile qu’une victoire en sport.

      Moi qui ne m’intéresse pas du tout au foot-bal j’ai quand même vivré lors de la finale des bleus en 1998. J’étais avec eux parce que la passion des supporters faisait plaisir à voir et que la joie de la victoire était complètement communicative.

      Il est impossible de rassembler sur un projet qui se bâtit sur de la jalousie et où les cris de haine remplacent les bravos. On peut trouver mauvais le projet de son adversaire sans le haïr sinon à quoi ont donc servi 20 siècles de civilisation et l’instauration d’une démocratie ?


    • panpan 2 juin 18:27

      @Le421
      Je constate depuis « un certain temps »... que la démocratie, hélas, c’est le jeu d’une minorité !


    • oncle archibald 2 juin 18:42

      @panpan

      Je crois que depuis « un certain temps » la démocratie n’a pas fait sortir des urnes un candidat à votre goût, et donc vous essayez de discréditer la démocratie comme étant faussée. Ça n’est pas le cas.

      La démocratie est ce que le corps electoral en fait. Personne ne peut guider la main d’un électeur. Je rappelle qu’il y a eu au 1er tour de la présidentielle 11,5 millions d’électeurs qui se sont abstenus de choisir et que Mr Macron est arrivé en tête du 1er tour avec 8,6 millions de votants.

      Il était donc clairement possible aux abstentionnistes de battre Mr Macron et de faire accéder au deuxième tour n’importe lequel des autres candidats ! Tout le reste c’est du baratin.


    • capobianco 2 juin 19:23

      @vraidrapo
      «  Récemment, j’ai découvert Jadot l’écologiste. Je trouve qu’il a l’air sincère et courtois. Je me méfie de Mélenchon. »
      Visiblement j’ai due mal m’exprimer ! Mais on s’en fout de la tête du gars et de la sincérité qu’il dégage ou pas ! En plus vous êtes encore plus fort que fort pour déceler des « arrières pensées » chez JLM ! Bien les écologistes eux ne peuvent êtres suspect de rien, voyez De rugis que du sincère... Relisez mon commentaire, je résume ; 6ème république, référendum révocatoire pour tout élu pour programme non respecté, magouilles, incompétence (c’est en ce moment) enrichissement sur le dos du contribuable etc.....
      Ce que vous pensez de JLM je pourrais le penser pour le jadot et d’ailleurs je le pense, copie conforme de de rugis... Mais je ne vote pas pour « miss france » mais pour l’avenir de mes enfants et petits enfants, c’est un peu plus sérieux que vos arrières pensées ou votre courtoisie, non ????


    • capobianco 2 juin 19:32

      @oncle archibald
      «  On peut rassembler sur un beau projet, sur tout ce qui construit, sur ce qui se partage, »
      Je crois que c’est la première fois que je suis d’accord avec vous, si toutefois ce « projet » n’est pas une arnaque d’un énième sarko, hollande ou macron dont la notion de partage n’est visiblement pas leur souci premier. 


    • capobianco 2 juin 19:48

      @oncle archibald
      «  Personne ne peut guider la main d’un électeur. »
      Vous êtes sérieux ? 90% des médias tenus par 9 milliardaires ne vous interpelle pas ? Tous ces médias qui répètent les mêmes « infos » ou plutôt propagande ce n’est pas pour « guider la main de l’électeur » ? La démocratie mérite la diversité d’infos au lieu du « bourrage de crâne » des émissions quotidiennes avec des présentateurs genre Calvi ou Cohen.
       Je n’ai pas la prétention de vous convaincre voyez cette vidéo (jusqu’au bout !) très instructive :  https://www.facebook.com/watch/?v=1876531952446660


    • capobianco 2 juin 19:51

      @cevennevive
      «  Qui est capable de rassembler ? »
      Un programme ?


    • oncle archibald 3 juin 09:00

      @capobianco

      Mais qui regarde les émissions de propagande sinon ceux qui ont envie d’entendre ce qu’on va leur dire ? De la même façon les syndicalistes de la CGT haranguent leurs ouailles pour les faire voter communiste ... heu non, ca n’existe plus .... pour qui alors ? C’est peut être le vrai problème, personne ne représente toute une partie de la société. C’est beaucoup plus violent et destructeur qu’une émission de télé gnan-gnan genre passe moi la rhubarbe je te passerai le séné.


    • vraidrapo 3 juin 09:18

      @capobianco
      Si vous voulez que je précise ?!
      Quand j’évoque le regard, c’est une métaphore.
      Je trouve ridicule ses sorties devant caméras où il tape, en hurlant, sur une porte protégée par un employé de Sécurité. Cette image le dévalorise, à mes yeux, tout au moins...
      L’Ecosystème commande de lui donner l’absolue priorité et de faire dépendre toutes les solutions, toutes les considérations de sa survie, de la survie des espèces.
      Déjà, le moment de terreur sanitaire passé, les oligarques et leurs valets des media s’activent pour, ne rêvent que de revenir au statu quo ante. Alors, moi-je-dis, avec ces loustics vous n’êtes pas sortis de la merde si vous ne placez pas la barre au bon niveau.
      Toute l’économie doit tourner autour de l’Ecologie.
      Je ne connais pas Jadot, je l’ai entendu une fois seulement. Il me semble que la Courtoisie est quand même un bon critère, a priori, révélé lors d’un débat politique. Je vais observer ce candidat qui a retenu mon attention, sachant qu’il y a d’autres listes qui placent l’Ecologie en bonne place dans leur programme.
      Quand on évoque +2°C comme une limite tolérable pour 2100, il faut accepter d’en payer le prix.
      Je découvre partout où je regarde dans ce pays que le défaut majeur est le manque de RIGUEUR. Beaucoup ne savent même plus ce que signifie ce mot, encore moins son importance vitale. Le Professeur Jacques Paillard avait coutume de déclarer à une amie « les gens ne comprennent que quand il est trop tard ! ». C’est presque une Lapalissade !


    • JC_Lavau JC_Lavau 3 juin 09:23

      @vraidrapo : « Quand on évoque +2°C comme une limite tolérable pour 2100, il faut accepter d’en payer le prix ». Ta crédulité inoxydable et ta nullitude en sciences font de toi un parfait gibier d’escrocs.


    • oncle archibald 3 juin 10:45

      @capobianco : «  Je n’ai pas la prétention de vous convaincre voyez cette vidéo (jusqu’au bout !) très instructive »

      J’ai fait, et vous avez bien vu : je ne suis pas du tout convaincu mais c’est très instructif !

      On retrouve dans le discours de Madame Monique Pinçon-Charlot exactement ce que vous reprochez aux médias : du bourrage de crane ! Aucune discussion n’est possible et elle le prouve bien se réjouissant de voir ce député LREM isolé au milieu de sa « meute » et lui « clapant le bec » dès qu’il essaye de parler.

      Effectivement, on peut toujours rêver, mais au bout du bout pour faire tourner la boutique si on ne compte pas on vas où ? Ce sont des discours de personnes incapables de faire tourner la boutique ! Du Yakafokon à pleine brouette sans la moindre approche des réalités. Pourvu que les gens qui idolâtrent ce genre de personnes n’aient jamais en main les rênes du pouvoir, en quelques mois c’est l’ensemble des Français qui seraient ruinés !


    • vraidrapo 3 juin 18:14

      @JC_Lavau
      Qu’es-tu pour distribuer des diplômes de savoir... ?
      Je prends note de ta posture pour ta crédibilité à l’avenir.


    • JC_Lavau JC_Lavau 4 juin 18:22

      @vraidrapo. Selon toi, ceux qui télécommandent le délire carbocentrique seraient d’honnêtes désintéressés ?
      On ne compte plus le nombre fois où on t’a déjà tout expliqué.
      https://www.agoravox.fr/commentaire5633307


    • vraidrapo 5 juin 09:13

      @JC_Lavau
      On ne compte plus le nombre fois où on t’a déjà tout expliqué
      .

      Mais pour qui te prends-tu !!! Il faudrait te calmer un peu...
      Penses-tu que je sois à l’affut de tes moindres bafouilles ?
      Ca fait 20 ans que j’entends évoquer le GIEC et je prends connaissance aujourd’hui de l’interprétation du Belge !
      Comme je suis à la retraite... je ne vais pas me recreuser la cervelle pour essayer de me mettre dans le bain de la thermocinétique. Je serais probablement plus circonspect et attentif quant au réchauffement de la Planète. Ça prendra plus de temps que pour l’HCQ mais, j’arriverai bien à me faire une idée définitive tôt ou tard.


  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 1er juin 15:22

    Toutes ces rumeurs ne font que préparer l’arrivée du Grand Roi.

    La TRES bonne nouvelle, c’est la prophétie de Daniel 7 relative à la France afin que chaque Français de France s’y prépare et que cela fasse trembler ceux qui y ont le mauvais rôle.

    Voici cette prophétie en résumé :

    Macron et la République ne termineront pas le mandat.

    Daniel 7 :9-14 et 25-27.

    https://www.biblegateway.com/passage/?search=Daniel+7%3A9-14&version=LSG

    Daniel 7 : 25-27.

    « Les dix cornes, ce sont dix rois qui s’élèveront de ce royaume (les 10 premiers mandats de la 5è République). Un autre s’élèvera après eux (Monarc), il sera différent des premiers, et il abaissera trois rois (Les 3 rois encore vivants Gis-Sark-Hol).

    Il prononcera des paroles contre le Très Haut, il opprimera les saints du Très Haut, et il espérera changer les temps et la loi ; et les saints seront livrés entre ses mains pendant un temps, des temps, et la moitié d’un temps.

    Puis viendra le jugement, et on lui ôtera sa domination, qui sera détruite et anéantie pour jamais.

    Le règne, la domination, et la grandeur de tous les royaumes qui sont sous les cieux seront donnés au peuple des saints du Très-Haut. Son règne est un règne éternel, et tous les dominateurs le serviront et lui obéiront. »

    Le Grand Roi à la verge de fer le remplacera.

     

    Pour des éclaircissements plus complets :

    http://transparenceverite.over-blog.com/2015/11/la-guerre-eschatologique-herve-ryssen.html

    Et voir le commentaire à mon nom.


  • amiaplacidus amiaplacidus 1er juin 15:25

    Je lis en tête de l’article : "... Le président serait mécontent des décisions prises et serait, évidemment, le rempart en 2022 qui protégerait les Français de l’arrivée d’un « dingue »...".

    Donc, pour nous protéger d’un dingue en 2022, on maintiendrait en place un autre dingue ?

    Je ne comprends pas vraiment cette logique.


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 1er juin 15:43

      @amiaplacidus
      Ne cherchez pas de la logique là où il n’y en a pas. Une révélation de la crise sanitaire est que la logique est définitivement jetée aux latrines. Mais j’ai aussi ironisé dans l’article sur cette absence de logique… L’en tête de l’article expose le contenu de la rumeur et ce qu’elle laisse sous entendre….


    • Le421 Le421 1er juin 18:14

      @amiaplacidus
      Cherchez pas...
      Le dingue, c’est Mélenchon !!  smiley


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 1er juin 18:38

      @Le421
      Le dingue c’est tous ceux qui pourraient empêcher M. Macron d’être réélu. Dès qu’un candidat potentiellement dangereux pour le président sera repéré, il sera dézingué et surtout on parlera de tout sauf des programmes, sauf des actes de M. Macron, on sera dans la diversion totale. La prochaine élection se jouera dans la rubrique politique de Gala^^


    • capobianco 2 juin 07:47

      @amiaplacidus
      «  Donc, pour nous protéger d’un dingue en 2022, on maintiendrait en place un autre dingue ?  »
      Dingue ou pas, le problème est de croire qu’il suffit de changer la photo du président pour espérer un retour à la raison. Il faut changer de république pour remettre la démocratie à la tête du pays et nous permettre de virer le et les dingues qui s’y trouveraient. 


    • leypanou 2 juin 09:47

      @Le421
      Cherchez pas...
      Le dingue, c’est Mélenchon !!
       

       : c’est vrai que l’épisode de la perquisition avec « c’est moi la république » fait réfléchir plus d’un smiley


    • Kapimo Kapimo 5 juin 03:26

      @amiaplacidus

      « Je ne comprends pas vraiment cette logique. »

      La logique, c’est encore et toujours de faire peur, moi ou le chaos bla bla bla.
      Mais en fait, il se tire probablement une balle dans le pied, car il pose lui-même la question qui tue, comme une sorte de lapsus : et si un dingo, un loufoque, n’était finalement en rien plus effrayant que la continuation de ce quinquennat du mensonge, de la désolation et de l’effondrement ?


    • claire1549 claire1549 7 juin 21:11

      @Régis DESMARAIS,
      « Le dingue c’est tous ceux qui pourraient empêcher M. Macron d’être réélu »,
      C’est évident, c’est ce que j’ai pensé dès que j’ai entendu cette « rumeur » sortie dans les médias peu de temps après l’appel de Macron à Bigard !
      Bigard s’est vanté de cet appel mais depuis il ne doit pas être très content que Macron le prenne pour un dingue !


  • Aimable 1er juin 16:11

    Selon Macron il ne faut pas d’un dingue a l’Elysée , aurait- il des infos sur le fait que Trump envisagerait de se présenter a la présidentielle en France , remarquez que lui n’a pas besoin de l’être pour dire et faire des conneries , de toutes manières tous les deux sont irrécupérables .


    • panpan 2 juin 18:30

      @Aimable
      Dans le genre dingue, je me demande si Trump ne serait pas plus « récupérable » que Macron..


  • devphil30 devphil30 1er juin 16:18

    « Les cons , ça ose tout. C’est même à ca qu’on les reconnait »

    M Audiard.

    A croire que Macron nous prend pour des cons alors qu’il est lui même un vrai , au service des financiers contre ceux qui ont dû l"lire sans conviction.

    Et ce con voudrait nous faire résigner en 2022 soit les Français ouvrent enfin les yeux mais un nouveau poulain de la finance arrivera ou alors ils revoteront pour ce con et dans ce cas c’est sans espoir


  • Esprit Critique 1er juin 16:48

    Macron a été diagnostiqué pervers dangereux, il utilise les méthodes qui sont celles de son univers mental retourné. Cela ne va pas ralentir au contraire ça va exploser, car ces saloperies de rumeurs orchestrées, ont leurs limites et leur abus diminue leurs effets. ça devrait finir par se voir ,par la grande masse. Il reste a souhaiter que les citoyens réalisent avant 2022 !


  • oncle archibald 1er juin 17:11

    "Le fonctionnement de notre démocratie ne nécessite que de flatter et fidéliser une partie des électeurs, celle qui s’exprime dans les urnes, et de lancer les flash-balls et la déconsidération sur ceux qui osent trouver à redire à tout ça.« 

    Meditons l’avis éclairé de Georges Freche qui fut successivement Maire de Montpellier, Président de l’agglo de Montpellier et Président du conseil régional Languedoc Roussillon. Lorsqu’il se sut très malade et pas très loin de la fin de sa vie il s’est laissé aller à quelque confidences sur la stratégie électorale.

     »“Des gens intelligents, il y en a 5 à 6%, il y en a 3% avec moi et 3% contre moi. Donc je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse. Les cons sont majoritaires, et moi j’ai toujours été élu par une majorité de cons et ça continue parce que je sais comment les « engraner  », « j’engrane » les cons avec ma bonne tête, je raconte des histoires et ça un succès de fou. Ils disent, merde, il est marrant, c’est un intellectuel mais il est comme nous, quand les gens disent “il est comme nous”, c’est gagné, ils votent pour vous. Parce que les gens ils votent pour ceux qui sont comme eux, donc il faut essayer d’être comme eux. Les cons sont cons et en plus ils se trouvent bien dans leur connerie.”


    C’est assez terrifiant mais je ne pense pas que ce soit vrai à 100%. Je crois que Georges Freche qui était lui très intelligent, tout comme Emmanuel Macron d’ailleurs, a été élu surtout parce qu’il avait le costume rose indispensable pour être élu dans la région Languedoc Roussillon. Eut-il été de droite que faire une partie de pétanque, boire un pastis et faire des bons mots avec « les cons » à longueur de journée en leur tapant dans le dos n’aurait pas suffit à emporter la décision des électeurs.

    Je ne crois pas que le corps électoral soit majoritairement « con ». Je crois qu’il est conditionné plus ou moins par sa condition sociale et par les traditions de sa famille, qu’il ne lit pas assez les programmes (et ils ont été tellement violés qu’on le comprend), mais pas du tout « con » et incapable de faire le bon choix à l’instant T.

    Actuellement le problème est différent. Depuis le début du quinquennat Macron le problème c’est l’absence de toute opposition organisée. Les deux partis dominants ont été laminés, l’opposition « naturelle » entre la gauche et la droite a été mise sous le tapis, la gauche constructive n’est quasiment plus représentée.

    La société politique est déstructurée et une partie de la population n’a pas trouvé de représentants habilités pour crier son désaccord avec le parti gouvernant. Elle est donc sortie des règles du jeu démocratique et en inventant un espèce de 3eme tour des élections dans la rue.

    Le problème c’est qu’en dehors du comptage des bulletins de vote on ne peut pas savoir qui est majoritaire et donc mandaté par « le peuple » c’est à dire l’ensemble du corps électoral, pour gouverner et qui est minoritaire et doit s’opposer en argumentant contre la politique des gouvernants, intelligemment de préférence et avec des contre propositions à présenter aux électeurs à la prochaine échéance.

    Comme Winston Churchill je pense que « la démocratie est le pire des régimes, à l’exception de tous les autres ». Et donc pour connaitre la volonté des majoritaires il faut être inscrit sur les listes électorales, il faut aller voter, dans une urne en verre et avec un dépouillement public. C’est très bien comme ça, pourvu que ça dure.

    Pourvu aussi que des hommes intelligents viennent faire des contre propositions crédibles au pouvoir en place et que le second tour de la présidentielle de 2022 propose un vrai choix de société. Sinon ce sera rebelote !


    • Régis DESMARAIS Régis DESMARAIS 1er juin 18:44

      @oncle archibald
      Il y a beaucoup de vrai dans ce que vous dites. Je me souviens d’un reportage édifiant sur G. Freche dans lequel il parlait des électeurs. Je pense que vous sous estimez beaucoup les perversités de notre époque, les manipulations mentales et une forme, hélas, de niaiserie qui se développe de plus en plus. La question du fonctionnement de notre démocratie est sans doute l’une des questions les plus importantes que nous ayons à aborder. En effet, la façon dont notre démocratie fonctionne ou dysfonctionne résulte de nos modes de vie actuels, de notre rapport au réel, et de notre capacité à dépasser de nombreuses facilités : regarder la télé ou lire un essai…. 


    • oncle archibald 1er juin 20:02

      @Régis DESMARAIS

      La démocratie permet de donner une image des souhaits de la société à un instant T. Aujourd’hui c’est la télé qui influence mais avant il y avait l’avis de la personnalité locale qui comptait beaucoup .... C’était tout aussi « facile » d’influencer « les cons ».

      Les votes sont toujours influencés et l’ont toujours été. Du temps des alternances droite gauche le corps électoral était sensiblement coupé en deux, les campagnes essayaient de convaincre la franche parfois très courte des « indécis » ... Des centristes comme moi, qui en général n’ayant plus leur poulain au deuxième tour devaient choisir celui qui paraissait probablement « le moins nuisible ».

      Les campagnes actuelles de dénigrement de la démocratie vantant les mérites de l’abstention et du vote blanc ont très largement perturbé l’ancienne règle du jeu. La présence à l’Elysée d’un homme qui se qualifie lui même comme étant « de gauche » et « de droite », perturbe beaucoup les esprits faibles. Il leur parait impossible de prendre ce qui est bon dans les idées de droite et ce qui est bon dans les idées de gauche, et surtout on ne sait pas comment s’opposer à un centriste.

      Le corps électoral a besoin, vraiment besoin, d’une majorité claire et d’une opposition claire. C’est ce manque qui perturbe tant actuellement ceux qui veulent s’opposer à la politique de Macron et ne trouvent pas le moyen de le faire dans le cadre des institutions. Pourtant c’est simple : il faut bâtir un programme et rameuter des électeurs en nombre suffisant pour construire un parti ou une alliance de partis avec candidat unique, pour pouvoir être présent au deuxième tour et l’emporter finalement si une majorité adhère.

      Perso je trouve qu’il y a beaucoup trop de candidats au premier tour de la Présidentielle. Jospin vous confirmera que ça fausse tout ! Si l’on veut garder ce large éventail il faudrait changer la façon de désigner les deux finalistes en qualifiant non pas les deux premiers en voix mais par le biais d’un classement de tous les candidats sur le bulletin de vote en sélectionnant les deux qui à la fois plaisent le plus et déplaisent le moins. Il me semble que ce type de srutin a un nom mais il m’échappe.


    • babelouest babelouest 2 juin 05:54

      @oncle archibald
      En tout cas, en 2017 il était clair depuis longtemps que le pire était celui qui fut choisi par la place Beauvau (NON, pas par les électeurs).


    • oncle archibald 2 juin 09:23

      @babelouest : « qui fut choisi par la place Beauvau (NON, pas par les électeurs) »

      Pourquoi ? Vous vous êtes abstenu ? On vous a empêché d’aller voter ? Il n’y avait qu’un seul bulletin sur les tables de la Mairie ? Il n’y avait pas d’isoloir ?

      Vous pouvez le retourner dans tous les sens, rien n’empêche « le peuple » d’aller voter et d’envoyer à l’Elysée le candidat de son choix. Si vous ne voulez pas aller voter c’est que vous n’aimez pas la démocratie, et c’est un autre problème qu’un vote soi disant « truqué ».

      Pour l’instant en France les électeurs sont libres de leur choix dans un vaste panel de candidats qui se proposent pour remplir la fonction, pourvu que ça dure !


  • Le421 Le421 1er juin 18:19

    Démonstration facile de la connerie ambiante chez nos « leaders »...

    A la télé, on veut remplir les restos, les terrasses, les campings, etc, etc...

    Trente seconde après, on te serine un spot annonce où il est dit que rien n’est fini et qu’il faut crever de trouille en redoublant de vigilance.

    Tous les gamins à l’école, sauf que y’aura pas la place dans les conditions actuelles.

    Si je vais au bistrot, je vais au bar et je tsape avec les potes au comptoir.

    Si c’est pour se parler à distance ou au téléphone, on se boit la binouse à la maison et ça coûte quatre fois moins cher.

    Sans déconner !!


  • Odin Odin 1er juin 20:32

    Bonjour,

    J’ai beaucoup apprécié le réalisme de cette analyse sociopolitique

    « Ces électeurs encore éveillés et qui votent sont une minorité et ne peuvent plus mettre en danger le système. »

    Ceci est malheureusement une triste vérité et les générations smart phone ne feront qu’amplifier cette dituation.


  • ETTORE ETTORE 1er juin 20:40

    On as déjà un « dingue » à l’asile Elysée.

    Tellement « dingue » qu’il refuse déjà de remettre les clés à la fin de ses soins.

    Bon, pour l’instant il est sous traitement, tout comme ceux qui l’accompagnent et qui le baladent à l’extérieur, et qui nous emmerdent à faire de nous, un décor non traumatisant pour ses sorties quotidiennes .

    Je propose qu’on mure les ouvertures et qu’on ne s’en occupe plus.


  • Carburapeur 2 juin 00:35

    Encore une fois, la sémantique pêche !

    Il ne s’agit pas de « rumeur », mais bien de manipulation !!

    Et nous sommes habitués à tout ça (enfin presque) : l’aigrefin passe une info à voix basse, en catimini, l’idée se propage comme la vérole ; les fourbes analysent les réactions, corrigent les choses...

    La masse proteste, l’idée tourne, s’affaiblit les défenses immunitaire baissent la garde, le couperet tombe  : une ordonnance passe... Un ange noir avec !

    trognon exulte


  • rita rita 2 juin 07:39

    Macron et sa propagande, c’est comme les fables de « La Fontaine » plus rien ne coule ?

    Ses collabos-râleurs réinvente le passé une façon de l’enterrer plus vite ?

    Quand je vois mon pays entre les mains de magouilleurs incompétents, avec un peuple stérile qui ne pense qu’à la réouverture des bars je me dis que c’est foutu !

     smiley


    • JL JL 2 juin 07:51

      @rita
       
       ’’ Macron et sa propagande, c’est comme les fables de « La Fontaine » plus rien ne coule ? ’’
       
       ?? Vous pourriez développer cette comparaison ?


    • rita rita 2 juin 08:20

      @JL
      Allons mon bon je vous « croix » plus intelligent que ça ?
      Enfin j’espère ?
       smiley


    • vraidrapo 2 juin 08:50

      @rita
      avec un peuple stérile qui ne pense qu’à la réouverture des bars

      Le Siècle a TERRASSé le peuple de France. Pauvre Général qui s’est donné tant de mal. 50 ans après sa disparition, Konh-Bendix pavoise sur les Chaines de ses grands copains milliardaires.
      Si ce résultat n’est pas le fruit d’un Complot, Les Giscard-Mitterrand-Sarkozy-Hollande-µicron sont des ermites !!!


    • JL JL 2 juin 10:51

      @rita
       
       je comprends de moins en moins.
       
      J’espère que je ne vous déçois pas ?
       
       smiley


  • zygzornifle zygzornifle 2 juin 08:44

    Plutôt de la rue meurt que de la rumeur , on l’a bien vu avec les gilets jaunes ….l


  • Old Dan Old Dan 3 juin 11:28

    (Rires !) Vous râlez sur les médias (Souvent à juste titre !)

    Sommes-nous obligé d’avoir un avis sur tout ? Qui et comment la rumeur se propage-t-elle ? Vos z’appareils ne sont-ils pas dotés d’un bouton on et off ?...

    Si le silence est impossible, ou vous fait flipper, des radios proposent de la musique, des fonds sonores, des lectures en continu. etc...

    .

    [ Est-ce qu’au moment ultime de votre vie, vous allumerez Facebook ou AGV pour pester sur l’élection d’Hidalgo, sur le canular Raoult, ou sur G. Thunberg sur C.News ??... ]


  • troletbuse troletbuse 5 juin 09:15

    Et la rumeur, ellle passe de bouche en bouche.

    Je pense que Micron s’y connaît dans ce domaine. Il aime bien suçer.  smiley


Réagir