mercredi 20 novembre 2019 - par Jacques-Robert SIMON

De l’utilité des religions !

 Il est parfaitement possible d'atteindre la sagesse et la sérénité sans aucune des religions. Le risque est cependant grand d'abandonner toute espèce de but qui dépasse un tant soit peu le strict intérêt personnel pour se réfugier dans l'empilement des jouissances de l'instant, dans les délices de la domination, de l'amour de soi qui est tout sauf de l'Amour. Le risque est grand que l'on préfère les palais et les tours aux dispensaires et aux bibliothèques, que l'on préfère les miséreux exotiques à ceux du coin de la rue. Même si l’on fait l'hypothèse raisonnable que Dieu n'existe pas, que c'est une construction des Hommes pour les Hommes, pourra-t-on se passer de ce qui a construit historiquement toutes les sociétés, toutes les civilisations. Et d'ailleurs l'Amour n'est-il pas la seule chose que l'on doive garder de toutes les religions. On peut nommer cette forme de croyance l’areligion. Pour inciter à la haine, pour exterminer son prochain, pour dominer ceux qui sont à votre portée, pour devenir une célébrité médiatique, l'amour n'est d'aucun recours, il n'aidera pas, il existe mille autres moyens infiniment plus efficaces pour s'affirmer par les prouesses et le combat.

 Faire des propositions intellectuelles présente l'immense avantage de ne pas avoir à être confronté avec le réel, surtout si on se garde bien d'indiquer, même très schématiquement, comment les appliquer dans le quotidien. Toutefois, si on ne garde que l'amour des religions en évacuant tout le reste (les rites, les miracles, l'au-delà, la vie éternelle, les guides moraux, comportementaux, les solennités faites pour impressionner la multitude, les prêches prétendument édifiants...), si on conserve l'essentiel en se débarrassant du superflu, de ce qui divise, ce qui est en fin de compte nuisible pour tous et nécessaire seulement à quelques uns pour conserver une main mise sur leur troupeau, si on écarte tout ce qui conforte un clan, une secte, il reste ce qui fait la substance même de l’espèce humaine. En d'autres termes, si l'on veut surmonter l'individu pour obtenir une personne, il faut lui ajouter une dimension et cette dimension ne dépend ni du lieu, ni de la culture, ni de la couleur de peau, ni de la croyance ou de l’incroyance, elle doit être universelle et éternelle.

 L’areligion n'a rien à voir avec la politique qui est un ‘sport de combat’ par excellence. L'espérance d'accéder aux plus hautes marches du pouvoir implique de mettre au rebut une prétendue éthique de conviction pour adopter une tout aussi prétendue éthique de responsabilité. C'est confondre l'indication de la boussole avec la direction prise dans l'instant, il n'y a qu'une éthique personnelle construite à partir de maîtres et de son vécu et il n'y a pas lieu de s'en départir sous la pression des responsabilités, c'est à dire en fait des autres. Mais ceci n'a qu'une importance sans toute qu'assez relative car l’areligion, elle, n'est pas (du tout) une lutte et elle s'accommode fort bien des défaites d'un jour pour préserver le lendemain.

 Il est impératif d'unir les gens de foi ou plus simplement de bonne foi pour que les marchands sortent d'un temple qu'ils n'auraient jamais dû coloniser. Car le négoce est avant tout lui aussi affaire d'affrontements, de groupes de pression où la rouerie est plus utile que l'honnêteté ou le talent pour réussir.

Publicité

 Il n'est pas nécessaire de penser à une autre foi, un autre idéal, une autre idéologie, une autre église, un autre parti, un autre cadre de pensée : tout ce qui se trouve sous nos yeux permet de résoudre les problèmes existentiels qui se posent crûment à nous une fois que la submersion du vivant par une goinfrerie sans limites a commencé à cesser.

 En France, puisque c'est le pays qui nous concerne plus particulièrement, le patrimoine catholique dénombre 45 000 églises paroissiales, en plus d'un grand nombre de chapelles et d'abbayes. Il y a également 3000 lieux de culte protestants, 2 200 mosquées, 500 synagogues et 300 temples bouddhistes. À la fin des années 1960, environ 9 enfants sur 10 étaient baptisés, et 25 % des Français assistaient à la messe dominicale. De nos jours, moins d'un tiers des enfants sont baptisés et 2 % des Français assistent régulièrement à la messe. La laïcité implique la libre expression des religions dans le cadre des lois de la République, ce qui ne doit poser aucune espèce de problème si l'on s'en tient au 'coeur de métier' des religions : l'Amour. Donc indépendamment de toute loi ou de toute pression, il semble pertinent de pratiquer l'ensemble des cultes présents en France dans tous les lieux de culte disponibles indépendamment de l'étiquette de ceux-ci dans le respect (pour le moins) des trois religions monothéistes et sous la férule simultanée d'un prêtre, d'un rabbin et d'un imam. C’est la seule forme de religiosité qui puisse être respectée dans un pays laïque.

 Si le religieux ne doit en aucun cas se mêler du politique, il est tout aussi important que le politique, qui repose souvent sur un entrelacs d'intérêts, se tienne loin du religieux. Il faut cependant vérifier la compatibilité des 'dires et des faires' du religieux avec la laïcité, c'est à dire son caractère universel. Toute déviation au consensus des trois religions est tenue comme relevant plus du politique que du spirituel et est donc prohibée. Il ne s'agit pas de faire prospérer les uns au détriment des autres, il ne s'agit pas de coaguler des spiritualités, il s'agit d'obtenir l’extrait sec de ce qui est commun à tous en écartant résolument les comportements claniques faits pour fortifier des certitudes, en gommant les groupes, les obédiences, toutes choses qui se révèlent à l'usage être des armes de domination.

JPEG



53 réactions


  • Jean Guillot le retour Игорь Негода 20 novembre 2019 12:22

    le message de Jésus est le plus beau message de paix que j’ai entendu dans ma vie smiley


    • oncle archibald 20 novembre 2019 13:05

      @Игорь Негода : pas mieux ! Merci .


    • njama njama 20 novembre 2019 15:51

      @Игорь Негода
      Le message de Jésus il est tellement « vrai » que des millions de chrétiens se sont foutu sur la gueule depuis son avénement, sans l’aide même d’autres religions.
      Le christianisme a-t-il seulement commencé ? je m’interroge...


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 20 novembre 2019 17:26

      @Игорь Негода

      C’est exact.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 20 novembre 2019 20:54

      @Dr Frank-N-Furter

      Jésus fait ce qu’il peut.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 20 novembre 2019 21:30

      @njama

      Le christianisme a-t-il seulement commencé ?

      Bonne question. Moi je réponds non.

      Mais je continue d’espérer et de demander ce commencement.


    • Jean Guillot le retour Jean Guillot 21 novembre 2019 17:18

      Mes amis d’Agoravox , vous avez tous constaté qu’au cours du XX et XXI siècle deux visions de gouvernement se sont opposés le communisme et le capitalisme .

      Le communisme a perdu , pour autant le capitalisme n’a pas gagné , il a généré une profusion de biens matériels et d’inégalité et de ce fait il est condamné .

      Je vous propose une troisième voie que j’appellerai : « JESUS 2.0 »
      Remettre le message du Christ au goût du jour , son message est fédérateur , des milliards de gens se sont réunis autour de son message depuis 2000 ans , Trump , Sarkosy , Hollande , Soros , Macron ne sont que des nains

      Le message de JESUS ne doit pas appartenir à l’église catholique ni à l’église hortodoxe qui ont dévoyé son message .

      Chrétiens de tous les pays réunissez vous , nous vaincrons et ferons de la terre une planète vivable et heureuse


    • Pascal L 21 novembre 2019 18:41

      @njama
      Vous ne pouvez pas vous empêcher de persifler. Vous ne pouvez pas vous prétendre Chrétien et refuser l’amour de Dieu. Cela fait 2000 ans que le pouvoir politique essaie de s’accaparer du Christianisme pour avoir un pouvoir spirituel en plus du pouvoir temporel, mais ce qu’ils proposent n’est pas et ne sera jamais du Christianisme.
      Ce n’est pas le baptême qui fait de nous des Chrétiens, c’est la rencontre avec Jésus vivant. Cela fait 2000 ans que ces rencontres ont lieu, mais vous ne voyez rien parce que vous ne voulez rien voir. Bien évidement, vous n’aurez pas l’information au journal de 20h. Il ne tient donc qu’à vous de faire cette rencontre, mais sans l’amour, la rencontre est impossible. Si la rencontre est impossible aujourd’hui, elle sera difficile après la mort, pour les mêmes raisons.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 21 novembre 2019 20:00

      @Jean Guillot
      C’est une proposition, mais ce n’est pas la mienne.


    • Pascal L 22 novembre 2019 03:32

      @Jean Guillot
      La communion avec le Christ entraîne de facto la communion avec une Eglise et avec toute l’humanité. Vous ne pouvez pas être Chrétien seul car l’amour de Dieu ne peut s’expérimenter sans une relation avec d’autres.

      « nous vaincrons et ferons de la terre une planète vivable et heureuse » Le royaume de Dieu n’est pas de ce monde. Je vous conseille la lecture de la parabole du bon grain et de l’ivraie (Matthieu 13, 36, 43). Jésus déconseille formellement de tenter d’éradiquer le mal car nous risquons de faire plus de mal encore. Il est le seul à pouvoir combattre Satan et il ne le fera qu’à la Parousie. L’âme de l’homme est une forteresse, vous pouvez interdire à Satan d’entrer, mais si vous lui avez ouvert la porte, il est quasi-impossible de l’expulser sans l’aide de Jésus. Vous ne pouvez pas plus l’expulser de l’âme d’un étranger.
      Ce que vous nous proposez là est une hérésie messianique. L’idée d’un monde meilleur sur terre a été la base de toutes les idéologies et religions depuis 2000 ans. C’est un dévoiement du message de salut de Jésus. Au siècle passé, les deux dictateurs moustachus nous ont fait assez souffrir avec leur idée de construire un monde meilleur en éliminant tous ceux qui s’opposent à leur projet. 
      L’orgueil est une marque de Satan.

      « Le message de JESUS ne doit pas appartenir à l’église catholique ni à l’église orthodoxe qui ont dévoyé son message » Le message de Jésus n’appartient à personne d’autre qu’à lui. Mais si ces Eglise avaient dévoyé son message, que faites-vous des signes visibles de la présence de l’Esprit-Saint que l’on peut trouver dans ces Eglises (pas partout, je le reconnais) ? Que faites-vous de tous ces Chrétiens catholiques, protestants et orthodoxes qui ont pu rencontrer Jésus sans attendre la mort ? Que faites vous des charismes de guérisons et de délivrance que l’Esprit-Saint donne a des membres de ces Eglises ? Que faites-vous des nombreuses guérisons qui ont lieu toutes les semaines au nom du Christ dans une paroisse parisienne ? La Pentecôte ne s’est pas terminée en mai de l’an 30.


    • Ruut Ruut 22 novembre 2019 07:27

      @Игорь Негода
      C’est sur que Je Sus c’est motivant comme message...
      (Humour)
      Si en plus JeSus est une femme aux cheveux long....
      (Humour)


  • MagicBuster 20 novembre 2019 13:00

    "L’areligion n’a rien à voir avec la politique

    "

    C’est évidemment totalement faux.

    La foi se politise et la politique se spiritualise.

    Dieu n’est pas mort, il fait de la politique maintenant.

    La raison est que les politiques s’affaiblissent et laissent le champ libre.

    La France est l’un des pays qui comptent le plus d’athées au monde.

    Pourquoi doit — on entendre parler de religion au quotidien  ?

    NB : Les sectaires peuvent en parler librement dans leur(s) secte(s).


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 20 novembre 2019 17:28

      @MagicBuster

      La religion qui doit seulement parler d’Amour n’a rien à voir avec toute espèce de politique qui n’en contient pas par essence.


  • Laconique Laconique 20 novembre 2019 14:23

    Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes !

    Aux yeux du souvenir, que le monde est petit...


  • Pere Plexe Pere Plexe 20 novembre 2019 15:40

    Si les religions ont une utilité elle se situe sans doute entre celle de l’alcool et celle du cannabis...


  • oncle archibald 20 novembre 2019 16:26

    Est-il si insupportable que cela de lire un auteur qui rappelle que l’homme ne vit pas seulement de pain ? Que ce message est véhiculé par toutes les religions ? Que le matérialisme pur et dur n’est pas la recette du bonheur ?


    • MagicBuster 20 novembre 2019 17:08

      @oncle archibald

      Les hommes se sont toujours alcoolisés, drogués et entretués aussi ( au motif de recettes du bonheur ... )

      So What  ?


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 20 novembre 2019 17:29

      @oncle archibald

      Merci de votre commentaire.


    • oncle archibald 20 novembre 2019 18:13

      @MagicBuster

      L’abbé Pierre voit un mec qui voulait se suicider. Il s’en approche et essaie de l’en dissuader. Le mec persiste. L’abbé Pierre a alors l’idée géniale : tu es vachement costaud, j’ai besoin de toi pour m’aider à mettre en place une poutre. Viens m’aider et puis retourne te suicider si c’est ton idée, mais viens m’aider d’abord.

      So What ? Le mec ne s’est pas suicidé, il est devenu un pilier des compagnons d’Emmaus. Finalement c’est parfois simple la recette du bonheur, sans alcool, sans drogue, sans meurtres.


  • eddofr eddofr 20 novembre 2019 18:10

    On peut dresser un singe à se comporter comme un sage.

    Mais le singe n’est pas sage pour autant.

    La Religion permet à ceux qui s’estiment Sages, d’inculquer à ceux qu’ils estiment déraisonnables les comportements inspirés de leur Sagesse.

    La Religion stabilise un modèle sociétal en sacralisant un certain nombre de règles (de bon sens ou de sagesse) qui vont à l’encontre de la pulsion égoïste et ne seraient donc pas respectées si ce n’était du caractère sacré qui leur est instillé.

    C’est, sommes toute, oeuvre utile, si l’on ne peut pas ou si l’on ne veut pas éduquer le peuple pour lui permettre d’atteindre la Sagesse.

    Par exemple, si on veut qu’il reste « docile » (parce que, comme disait l’adjudant, « réfléchir c’est déjà commencer à désobéir »).

    Le défaut de la Religion, c’est qu’elle sacralise aussi bien les principes de Sagesse que les règles de bon sens.

    Du coup, 400 ans après, il est presque plus important de ne pas manger de porc que de s’abstenir de tuer son prochain.

    Du coup 2000 ans après, il est plus important de se confesser et d’avaler l’Ostie que de se repentir sincèrement.

    Du coup, on brûlerait bien sur le bûcher ceux qui ne procréent pas ou qui veulent procréer par d’autres voies que celles du seigneurs (voies ? voix ? Vois !).

    Ite Missa Est


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 20 novembre 2019 20:59

      @eddofr

      Je suis d’accord avec ce que vous écrivez, malgré tout il est essentiel de revenir à un certain sacré même s’il a été galvaudé dans le passé.


    • eddofr eddofr 21 novembre 2019 17:18

      @Jacques-Robert SIMON

      Peut-être parce que notre civilisation dite ’moderne’ (moi je dis « capitaliste libertaire ») a érigé le moi en Idéal absolu et tends à privilégier les désir de l’individu par rapports aux besoins du groupe.

      Il n’existe pas de vocation « pour soi même ».
      La vocation qu’elle soit religieuse ou professionnelle est toujours tournée vers l’autre.
      Sinon ce n’est pas une vocation mais une ambition (une même profession peut être un vocation pour certains et une ambition pour d’autres).

      Le sacré pallie à l’absence de conscience. Mais sans conscience il n’a pas de modération et on finit toujours avec des extrémistes et des inquisiteurs.

      « Aime ton prochain comme toi-même » ne devrait pas être un commandement de Dieu mais l’aboutissement d’une réflexion individuelle.

       Et comme disait Schaupenhauer « Qui ne s’interroge pas est une bête, ... »


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 21 novembre 2019 20:03

      @eddofr
      La vocation consiste à concentrer toutes ses forces, jusqu’à l’ultime limite, vers un objectif. Cet objectif n’inclue pas forcément les autres.


  • Kapimo Kapimo 20 novembre 2019 18:38

    Toute déviation au consensus des trois religions est tenue comme relevant plus du politique que du spirituel et est donc prohibée.

    Ou avez-vous vu un consensus entre les chrétiens, les musulmans et les juifs ?


    • eddofr eddofr 20 novembre 2019 18:50

      @Kapimo

      Ils sont au moins d’accords pour dire que tous les autres ont tort.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 20 novembre 2019 20:59

      @Kapimo

      Comme je l’écris, l’Amour.


    • Kapimo Kapimo 21 novembre 2019 16:16

      @Jacques-Robert SIMON

      C’est une blague ?

      Deutéronome.20.16-17 : Dans les seules villes des peuples que le Seigneur ton Dieu te donne en héritage, tu ne laisseras subsister aucun être vivant. En effet, tu dois vouer à l’anathème le Hittite, l’Amorite, le Cananéen, le Perizzite, le Hivvite et le Jébuséen, selon l’ordre du Seigneur ton Dieu,

      L’ancien testament appelle au génocide.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 21 novembre 2019 20:04

      @Kapimo
      Je n’ai jamais dit qu’il y avait un consensus, je soulignais la nécessité absolue de suivre une démarche commune.


  • rogal 20 novembre 2019 19:03

    Chaque religion prétend détenir la vérité et être la préférée de son dieu. Elles se détestent toutes.


  • Sirius Sirius 20 novembre 2019 23:38

    Y a le Bouddhisme ils sont athée.

    Après y a plusieurs aspect dans une religion l’angle historique, philosophique, civilisationnel, politique, théologique et spirituel.

    Après cela dépend sous quel angle on regarde.


  • Jonas Jonas 20 novembre 2019 23:42

    "Le risque est cependant grand d’abandonner toute espèce de but qui dépasse un tant soit peu le strict intérêt personnel pour se réfugier dans l’empilement des jouissances de l’instant, dans les délices de la domination, de l’amour de soi qui est tout sauf de l’Amour.« 

    Les athées, les progressistes sont des négateurs de Dieu, car ils refusent le péché originel en prétendant s’attribuer une puissance sans limites, la connaissance du Bien et du Mal, comme voulait le faire leur descendant Adam :
     »Le sol est maudit à cause de toi. C’est avec peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie.
    Il te produira des ronces et des chardons, et tu mangeras de l’herbe des champs.
    C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, et ce jusqu’à ce que tu retournes à la terre, puisque c’est d’elle que tu as été tiré. Oui, tu es poussière et tu retourneras à la poussière. »

    Genèse 3:17-19

    Ils s’arrogent donc le droit de modifier les règles de la nature pour le confort de l’homme, et de s’éviter ainsi le travail de la terre :
    culture intensive sous serre, sols sous perfusion aux pesticides dont on a ôté toute trace de vie, nourriture transformée et contaminée (arômes artificiels, émulsifiants, colorants, édulcorants, épaississants, gélifiants, exhausteurs de goût, conservateurs, polyphosphates,...), pollution des nappes phréatiques, destruction des paysages naturels et des océans par la mise en place de parcs éoliens sous la bénédiction des écologistes (des millions de tonnes de béton injectés dans les sols et les fonds sous-marins détruisent des écosystèmes par milliers).
    Bétonisation de milliers de km2 détruisant la faune animale, la végétation et des sols fertiles.

    La vie de l’homme désacralisée, plus de 220 000 avortements sont pratiqués chaque année en France, un génocide de masse à l’échelle industrielle.


  • Pierre Régnier Pierre Régnier 21 novembre 2019 08:02

    Jusqu’à présent les religions sont utiles et nuisibles.

    Elles alimentent aussi la violence du monde.

    Les trois plus importantes religions monothéistes, le judaïsme, le « christianisme » et l’islam, continuent de justifier, cultiver, transmettre aux générations futures leur théologie criminogène. La quatrième, la religion des bahaïs, ne la condamne pas explicitement. La poursuite de la violence religieuse effective est donc banale et parfaitement logique.

    Mais cette situation n’est nullement fatale. Comme le réclamait récemment le musulman Ghaleb Bencheikh, il faut désacraliser la violence (voir Le Monde des Religions de septembre octobre 2019). Il faut désacraliser avant tout celle qui est très explicitement de source religieuse, attribuée par les croyants à une volonté de leur Dieu.

    C’est une des tâches les plus importantes de notre époque, sans réalisation de laquelle la paix du monde restera impossible. Et elle doit être menée aussi bien par les croyants que par les agnostiques et les athées.


  • L’Astronome 21 novembre 2019 10:04

     

    « Il n’y a pas de religion supérieure à la Vérité » (Héléna Blavatsky). Il faut se rendre à une évidence : en France, le Dieu des chrétiens est mort, et sur son cadavre prospère, avec la passivité bienveillante de la racaille au pouvoir — une religion barbare qui assassine et qui vise, en dernier recours, la prise de pouvoir.

     

    En matière de religion, seul compte le dialogue direct de l’âme avec Dieu. Mais ça, ça s’appelle le mysticisme.

     


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 21 novembre 2019 11:36

      @L’Astronome

      Vous dites « le Dieu des chrétiens est mort »

      Non. Les faux chrétiens continuent de le faire mourir en le trahissant, ça n’est pas la même chose. Voyez ici :

      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-eglise-catholique-le-confirme-c-218245

      Mais les valeurs du véritable christianisme, qui ne sont pas celles de l’actuelle hiérarchie catholique, restent très belles et indispensables à la pacification du monde.


    • L’Astronome 21 novembre 2019 12:27

       
      @Pierre Régnier : « Mais les valeurs du véritable christianisme,[...] restent très belles et indispensables à la pacification du monde »
       
      Je ne sais pas si elles sont indispensables à la paix dans le monde, mais en ce qui concerne la beauté, je ne puis qu’être d’accord avec vous. « Après tout ce que J-S Bach a fait pour Lui, Dieu Se devait d’exister » (M. Éliade). Mais la musique est devenue hystérique, criarde, cacophonique. Euterpe, la muse de la musique, doit se boucher les oreilles.
       
      Et, voyez, même le temps des cathédrales est fini (inutile d’épiloguer sur les mensonges à propos de l’incendie de Notre-Dame de Paris).
       


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 21 novembre 2019 20:10

      @L’Astronome
      J’ai pris en compte ce que vous évoquez dans mon texte.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 21 novembre 2019 21:52

      @L’Astronome

      Peut-être bien que si la musique est devenue hystérique, criarde, cacophonique, l’absence de Dieu chez les musiciens y est pour quelque chose.


  • JPCiron JPCiron 21 novembre 2019 12:22

    <Il est parfaitement possible d’atteindre la sagesse et la sérénité sans aucune des religions. Le risque est cependant grand d’abandonner toute espèce de but qui dépasse un tant soit peu le strict intérêt personnel ... >


    Le risque est le même, que l’on soit croyant ou non.


    La religion, comme la politique, ont l’immense avantage de permettre l’accès aux < … délices de la domination, de l’amour de soi  ...> tout en se parant des plumes de la sainteté ou du dévouement.


    .


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 21 novembre 2019 20:14

      @JPCiron
      C’est exact la plupart du temps. Toutefois, le Pape François mais aussi Pie XI ne sont pas dans une logique de domination.


    • JPCiron JPCiron 21 novembre 2019 21:23

      @Jacques-Robert SIMON

      Saint Jean Paul II ou Léon XIII non plus, ne sont pas dans cette logique. Je les cite car je les admire aussi par d’autres aspects. Et la liste n’est pas close.

      Par contre, combien d’autres, à d’autres niveaux ont été tenté ou ont franchi le pas ? Dans la politique, c’est la même musique...

      Il est bon de se rattacher à tous ceux, Croyants ou non, qui œuvrent pour les autres et pour les générations futures, du Médecin Sans Frontières en zone de guerre, à l’obscur membre d’une ONG sur le terrain, à l’anonyme assistant un démuni au coin de la rue.

      .


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 22 novembre 2019 08:24

      @JPCiron
      Par précaution, je ne m’associe jamais à des organisations.


  • JPCiron JPCiron 21 novembre 2019 13:25

    < Même si l’on fait l’hypothèse raisonnable que Dieu n’existe pas, que c’est une construction des Hommes pour les Hommes, pourra-t-on se passer de ce qui a construit historiquement toutes les sociétés, toutes les civilisations. >


    < ...si l’on veut surmonter l’individu pour obtenir une personne, il faut lui ajouter une dimension et cette dimension ne dépend ni du lieu, ni de la culture, ni de la couleur de peau, ni de la croyance ou de l’incroyance, elle doit être universelle et éternelle.>


    Pour faire cohabiter ces deux affirmations, il faut accepter que cette dimension « universelle et éternelle » soit d’une nature qui peut être différente selon les Cultures.


    Par ailleurs, ’géométrie ’ des concepts d’universalité et d’éternité est aussi un point d’interrogation. En particulier pour ceux qui n’envisageraient pas d’éternité pour le vivant de l’univers terrestre.


    .



  • JC_Lavau JC_Lavau 21 novembre 2019 13:36

    Pour l’amour des guerres de religions, ils ont su inventer d’autres religions-pour-la-guerre :

    La religion anti-électronucléaire,

    la religion carbocentrique,

    la religion de l’image de la femme,

    la religion contre les services publics,

    la religion contre l’existence des mâles,

    la religion des stupéfiants,

    la religion anti-hétérosexualité,

    ...

    J’en oublie.


Réagir