lundi 1er juin 2020 - par Marc Dugois

Fabriquer une guerre pour ne pas s’affronter soi-même

Les masques tombent. Sauf à les prendre pour des imbéciles finis, les autorités comme ils se nomment, ont parfaitement compris que la pandémie du Covid 19 n’est qu’une pandémie de la peur. Il n’y a pas en effet de virus plus contagieux que celui de la peur. Chacun prend heureusement petit à petit conscience que la mortalité globale mensuelle française constatée par l’Insee n’a rien d’exceptionnelle, que les autopsies pratiquées en Italie ont montré que les décès ont été dus à des thromboses et non à des pneumonies, le problème étant au départ circulatoire et non respiratoire. Comme le disent les médecins qui préfèrent soigner plutôt que continuer à étudier, cela se soigne très bien si c’est pris suffisamment tôt avec des antibiotiques, des anti-inflammatoires et des anticoagulants. Cette épidémie saisonnière très classique ne valait évidemment pas l’hystérie collective du trio aux commandes, la puissance politique que nous avons puérilement confiée à de simples communiquants, nous faisant croire mensongèrement à l’expertise universitaire et à l’exigence journalistique. La question à se poser maintenant est : pourquoi tout ce cinéma dont le dernier acte est cette « étude » du Lancet qui fut un journal de référence comme Le Monde et qui, comme lui, a perdu son honneur avec son honnêteté ? Son propre rédacteur en chef met en doute l’indépendance de ses auteurs vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques. Et que cache cette guerre fabriquée et ruineuse contre un ennemi aussi insignifiant ?

On ne peut répondre à cette question qu’en commençant par nous étudier nous-mêmes, comprendre ce que sont devenus nos buts et nos moyens. En effet tout au long du XXe siècle, et de manière accélérée dans ce premier quart du XXIe siècle, les avancées technologiques, réelles comme supposées, ont permis de rendre envisageables, voire crédibles, les élucubrations les plus folles dont la liste s’allonge indéfiniment. Tout ce qui est possible deviendrait souhaitable, ce qui est une négation du bon sens.

Le but du pouvoir a petit à petit été réduit à plaire plutot qu’à conduire, dans le but exclusif de garder ce pouvoir dans un monde de sondages de l’affectif, où les élections ne sont plus qu’une forme de sondage déformé par l’argent. Le pouvoir se résume de plus en plus à compléter par l’emprunt ce qui est pris à une minorité qui travaille encore, pour le donner à une majorité qui, volontairement ou involontairement, ne travaille pas vraiment, est en tous cas peu utile, mais est appelée à renvoyer l’ascenseur par son vote. Malheureusement l’avis majoritaire d’une foule irresponsable n’a jamais donné que la facilité, les pogroms, les lynchages et la classe politique actuelle qui ressemble à la foule qui l’a choisie et pas au peuple qu’elle est supposée représenter et qui est dédaigneusement appelé populiste.

Publicité

Le comment, quant à lui, s’est progressivement contracté en « tout sous-traiter à l’énergie monétaire » tout en veillant à ce que la monnaie ne soit surtout pas reconnue comme une énergie mais comme, un contrat, une marchandise, une institution, un signe, un instrument, un voile, n’importe quoi sauf l’énergie qu’elle est et à qui l’on demande de tout faire en oubliant consciencieusement ce pourquoi elle est une énergie : c’est un simple vecteur de l’énergie humaine, un titre de créance sur nous tous, créance causée par notre efficience collective passée, et donc par définition, une énergie limitée et dépendant de notre regard sur nous-mêmes.

Le « comment » s’est donc réduit en tous domaines à un appel creux dans les mots à la mobilisation. « Il faut se mobiliser ! » entendons-nous de partout. En réalité c’est à la création monétaire que l’on demande de tout faire, par la survalorisation de la recherche pour inventer un demain imaginaire aussi artificiel qu’inintelligent, par des ONG irresponsables au financement inconnu et par l’utilisation permanente du mot investissement, mot de la nouvelle religion à la mode qui transforme parait-il miraculeusement une dépense en création de valeur sans étonner personne. Le trio médias, université, politique, nous a inoculé que le PIB n’est plus la somme de toutes les dépenses que nous avons déjà effectuées, mais qu’il est l’illusion d’un produit à nous partager ou à utiliser intelligemment. Le « comment » n’est donc plus un problème puisque le PIB se charge de rembourser nos emprunts dans nos esprits malades. Nous sommes un pays riche ! Il suffît de dépenser davantage pour faire plus de PIB et en prendre des pourcentages pour tout résoudre.

Mobilisons-nous et faisons beaucoup de PIB en dépensant beaucoup de fausse monnaie légale que toutes les banques fabriquent ! Tous les problèmes étant résolus par définition, par principe et par avance, nous pouvons donc nous lancer dans la réalisation de nos fantasmes et réduire nos interrogations à « Comment prendre du plaisir ? », « Comment rendre notre vie plus facile ? », et évidemment « Qui va être le bouc émissaire du faux pays de cocagne que nous croyons construire ? ». Ce qui est devenu important, c’est d’oublier notre abandon de la recherche du bonheur par une confrontation adulte aux problèmes réels. La guerre fantasmes contre fantasmes peut s’ouvrir et elle va malheureusement être abominable puisque rien n’y est plus impossible. L’épidémie de peur que nous venons de vivre a permis en outre au pouvoir de vérifier qu’une grande partie du peuple se soumet si on le rassure après l’avoir effrayé. Panurge et ses moutons ne sont jamais loin.

C’est le moment de se souvenir que dire tout et le contraire de tout, est la voie royale vers le totalitarisme que nous ont déjà montrée communisme et nazisme et que nous redécouvrons avec un capitalisme moribond et pourtant fanfaron. Le peuple, n’étant plus en mesure de différencier le vrai du faux en étant submergé d’informations contradictoires, devient une proie idéale pour toutes les idéologies incohérentes. Il suffit aujourd’hui de passer par une banque compréhensive pour créer tout l’argent nécessaire à ses rêves sans se soucier des conséquences. On en est même arrivé à ce que Yann Barthes et ses affidés dans leur émission Quotidien du 8 mai, ne soient même plus capables de résister à Anne-Laure Kiechel qui affirme « conseiller » plusieurs gouvernements. Elle vient péremptoirement raconter qu’il y a de la bonne dette si le but est louable. Elle ose dire sans rougir : « Si c’est pour vivre mieux, il faut s’endetter, la question ne se pose pas ». Ayant pris la place de Macron comme associée-gérante chez Rothschild après avoir sévi à Lehman Brothers jusqu’à sa faillite et avant de ne travailler que pour elle, cette camarade d’HEC est sans doute la péronnelle qu’Attali voit comme successeur de Macron à la Présidence.

Cela fait 50 ans que tout le monde voit que nos sociétés se dégradent et que cela ne peut durer. Mais cette guerre à mener contre nous-mêmes et contre les dirigeants que nous nous sommes choisis, nous est insupportable et, pour ne pas l’affronter, nous nous inventons des guerres de substitution qui nous occupent en nous anesthésiant.

Publicité

Nous avons quasiment épuisé la guerre entre socialistes qui veulent prendre aux autres et libéraux qui croient s’enrichir en échangeant. Les deux nous répétaient « ça va mieux » chaque fois qu’ils tenaient les rênes, alors que chacun voyait bien que cela allait chaque fois plus mal. Ils continuent tous à vouloir aller plus vite et plus loin dans les culs-de-sac dans lesquels leurs idéologies nous entraînent, mais heureusement pour nous, ils se durcissent en se contractant comme n‘importe quelle crotte au soleil.

Nous nous inventons maintenant une nouvelle bataille sur la taille du ring en reportant à plus tard les règles à y appliquer et le sport à y pratiquer. Les mondialistes, les européistes, les régionalistes et les nationalistes vont s’affronter en reportant toujours à plus tard la compréhension du pourquoi Ali Mimoun, champion olympique français, a francisé son prénom en Alain et pourquoi Silvia Romano, jeune otage italienne, est revenue de captivité en décrétant se prénommer Aïcha. Ils vont s’affronter sans se demander pourquoi, dans tous les camps, la peur de ne pas être capable de loger et de nourrir sa famille, fait que le peuple renonce même à se renouveller.

Dans tous les camps, les meilleurs savent que l’explosion approche, qu’il faut surtout ne pas en être le bouc émissaire et qu’il faut donc en trouver un pour endosser la responsabilité du désastre. Le covid 19 est probablement le choix de certains. La minorité croissante de gens conscients dans tous les camps, sait pourtant que la fausse démocratie et la fausse énergie monétaire ne mènent nulle part et sont pourtant actuellement nos vrais dirigeants. Mais tant que la démocratie n’aura pas découvert qu’un peuple responsable prend des risques alors qu’une foule irresponsable n’en fait prendre qu’aux autres, tant que la fausse élite aux commandes fera croire à une corne d’abondance qui distribue chaque année une richesse aussi imaginaire qu’inexistante, nous allons tous assister impuissants à une guerre où, l’intelligence n’ayant plus sa place et les problèmes étant volontairement mal posés, la violence légale va simplement s’affronter à la violence de la rue pour une guerre qui ne sera qu’une bataille sur la taille du ring pour n’affronter dans aucun camp le fond du problème.

Notre civilisation meurt d’une double erreur : la première est de définir le bien par l’avis majoritaire d’une foule irresponsable manipulée par les médias, eux-mêmes dominés par l’argent ; la seconde est de nous croire capables d’y parvenir par le ruissellement d’une fausse monnaie légale justifié par l’ambiguïté de la notion de croissance qui fait croire à une augmentation de valeur chiffrée par le PIB chaque fois que nous dépensons cette fausse monnaie. La première erreur s’est déguisée en démocratie, la seconde erreur s’est déguisée en progrès. Progrès et démocratie qui devraient être deux belles réalités s’ils étaient les résultats d’efforts sur soi, ne sont plus aujourd’hui que deux mots magiques et fascinants, deux baudruches gonflées à la fausse monnaie. Dégonfler ces baudruches et redonner leur sens à la démocratie et au progrès, est le réveil actuel des peuples, réveil auquel tous les pouvoirs déclarent une guerre totale en mendiant notre complicité, tout en tentant de l’acheter ou de la rendre obligatoire suivant les moments. La farce très peu drôle du Covid 19 nous rappelle la profondeur du ravin séparant le peuple de sa classe politico-universito-médiatique et la capacité qu’a cette dernière à réduire un peuple en foule infantilisée qui s’éparpille en voulant agir avant de comprendre. Faut-il vraiment que les peuples meurent pour que leur élite autoproclamée puisse bien vivre ? N’est-il pas temps de lancer enfin de vraies controverses pour que le temps puisse faire son tri entre les différentes analyses et notre civilisation ne pas mourir ?



37 réactions


  • pallas 1er juin 2020 11:51
    Marc Dugois

    Bonjour,

    Vous etes suffisamment agé pour comprendre que vous n’etes pas des humains ou animaux, mais uniquement des reliquats.

    Les schémas se répètent, encore, sans besoin de maitre, car cela est dans l’adn.

    Comprenez bien une chose, cela est un simple amusement ou curiosité.

    Si on veux faire les choses sérieusement, on réduit le bétail et sépare les enfants de leurs parents, chacun dans leurs enclot.

    Tel un troupeau sans barbelé, ça fait n’importe quoi.

    Salut


    • Marc Dugois Marc Dugois 1er juin 2020 12:48

      @pallas

      Je dois être en effet trop agé pour saisir la profondeur de votre prose. Je n’ai rien compris si ce n’est votre amertume.


    • xana 1er juin 2020 18:11

      @Marc Dugois
      Pareil pour moi. Ce n’est que de la rancoeur, il n’y a jamais rien de constructif (ni d’intelligible) chez pallas...


    • sylvain sylvain 2 juin 2020 18:29

      @Marc Dugois

      Il ya du reptilien la dessous a mon avis ! Ces bestioles font un tas de victimes .
      Il y a cependant une part de vérité là dedans, pallas dit que nous sommes des animaux d’élevage, et il n’a pas tort (c’est une évidence quand on a pas mal travaillé dans l’élevage) . Quand a savoir qui est le berger...


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er juin 2020 13:53

    Pour pouvoir dialoguer, il faut comprendre l’interlocuteur.

    Et dans votre texte, je ne comprends pas ce que vous entendez par « notre civilisation » :

     la démocratie n’est pas une civilisation, mais un système politique qui prend des formes plus ou moins représentatives et plus ou moins alternantes selon les époques et les lieux où elle est mise en avant pour donner l’illusion que chacun participe à son niveau à la conduite de l’état

     le capitalisme n’est pas une civilisation, mais un système économique reposant sur l’accumulation du capital par des personnes privées qui se font rémunérer en permettant à d’autres de financer leurs activités en leur prêtant des fondes contre rémunération. Ce système se retrouve dans plus siuers systèmes politiques différents.

     le christianisme n’est pas une civilisation, mais une religion qui a évolué en traversant les siècles et s’est adaptée à des structures sociales et/ou politiques aussi différents que ceux de Franco, de la Reine d’Angleterre et de Poutine.

    On parle généralement de civilisations pour évoquer des unités historique comme la Perse, la Grèce antique, Rome, les Incas ou les grandes dynasties d’empereurs chinois, sans pour autant que les limites spatiales et chronologiques des un et des autres soient très précises.

    Donc, voici ma question : pour vous, c’est quoi « notre civilisation » ?


    • Marc Dugois Marc Dugois 1er juin 2020 16:06

      @Séraphin Lampion

      De deux choses l’une.

      Soit c’est le mot civilisation qui ne vous dit rien et cela montrerait bien l’étendue du problème.

      Soit c’est la nôtre qui vous échappe et vous nous voyez à l’état de nature ou de barbare, ce qui est votre droit mais pas mon approche personnelle.


    • JC_Lavau JC_Lavau 1er juin 2020 16:18

      @Marc Dugois. J’oubliais ! Bon anniversaire !


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er juin 2020 16:21

      @Marc Dugois

      barbare ?

      ça n’existe pas !
      l’état de nature nonplus d’ailleurs : l’homme est sa culture

      tous les peuples ont une « culture » (kultur), à défaut de « civilisation »
      pour les grecs les « barbares » étaient ceux qui bredouillaient et parlaient sans langage selon eux, en ne sachant émettre que « brrrbrrr ». il s’agissait donc de tous ceux qui ne parlaient pas grec et, de ce fait, étaient à leurs yeux de vulgaires animaux

      pour les romains qui leur ont emboîte le pas, étaient « barbares » tous ceux qui n’avaient pas la citoyenneté romaine et se trouvaient de ce fait susceptibles d’être conquis, envahis, réduits en esclavage ou enrôlés dans les armées supplétives pour se faire zigouiller, ou même capables de se mettre au service de Rome à la tête d’armées de mercenaires

      pour ce qui est du mot « civilisation », il est apparu vers le 17ème siècle en France pour opposer un procès civil (clément ?) à un procès militaire (peine de mort ?). Obtenir qu’un procès pour mutinerie ou insoumission soit « civilisé », c’est-à-dire transmis à une autre juridiction était synonyme d’adoucissement

      aujourd’hui, la « civilisation » dans laquelle nous baignons est un patchwork géographique et linguistique mettant en marché travail et produits facturés pour falsifier l’offre et la demande pour permettre à quelques-unes de réaliser des super profits, et certains appellent ça « mondialisation »

      c’est la « civilisation » que vous opposez à la « barbarie » ?
      merci de donner un exemple de « barbarie ».


    • Ecométa Ecométa 2 juin 2020 11:54

      @ Séraphin Lampion 

      Je pense que la « Nature », comme les « états de nature » qui ont émergé de cette Nature primordiale : qu’un fondamental existe ! Que c’est précisément cette non prise en compte, cette négation du fondamental dans notre savoir : qui est la cause de toutes nos difficultés humaines !

      Déjà à son époque, Platon s’interrogeait de savoir quelles raisons faisaient qu’un État se délite, sombre dans l’esclavage (au sens d’aliénation) ou disparaît. Mêlant l’expérience et la démonstration, il concluait qu’aucune communauté ne cède si elle n’a à l’intérieur de soi les germes de sa destruction. Ainsi, si Athènes s’est perdue, ce n’est pas sous les coups de ses ennemis spartiates ou thébains : c’est que son régime impliquait la dégénérescence, comme celle de toute cité livrée à l’appétit, à la cupidité. Platon mettait ainsi en avant la causalité interne.

      Epiphénoménologique dans ses approches (spécialisation exclusiviste hors de tout entendement), puis paroxysmique dans ses applications ... en fait rationalo technoscientiste en diable ; exclusif dans ses raisonnements, spécialisé au spécieux, réducteur à l’impossible, abusant les systèmes et les êtres, sophiste, cynique, forcément fallacieux, artificiel, essentiellement  factuel, surfait au superfétatoire, voire même de plus en plus virtuel, hypocrite, indifférent, inconséquent, cupide, devenu totalement paranoïaque et schizophrénique : ce monde est savamment, délibérément et même académiquement malade !

      Totalement indépassable, même fondamental, c’est la raison qui fait la logique, qui, elle-même, fait le savoir, qui fait la culture, la société et la civilisation dans laquelle nous vivons ; à raison, logique, savoir et culture paranoïaque et schizophrénique : société et civilisation forcément paranoïaque et schizophrénique !

      Une question se pose : sommes-nous plus intelligent avec notre pléthore de savoirs technoscientifiques  ? Non, il semblerait que non ; il semblerait même que nous soyons toujours au fond de la caverne avec les ombres qui s’agitent car toujours aussi ignorant de la « Nature », comme des « états de nature » qui ont émergés, dont la nature humaine : nous sommes de plus en plus ignorant de l’humain et du principe d’humanité ! 

      Une sérieuse remise en cause épistémologique s’impose !

      Que tout ceci soit un peu plus ouvert sur le principe même de démocratie et d’humanité ; sur les principes de la « République » qui les rejoignent ! De la « Res-publica », de la chose publique et non de la seule chose privée, de cet « individualisme méthodologique » technoscientiste !

      La pensée complexe, une méthodologie de la pensée complexe, doit remplacer celle de la simplification au simplisme ; car ce n’est pas le simplisme qui fait fonctionner toute chose mais la complexité : la complémentarité des choses et non leur dichotomie ! 



    • babelouest babelouest 7 juin 2020 20:20

      @Séraphin Lampion
      Je crois que c’est là le problème. Les anglo-saxons, besogneux boutiquiers bas du front, n’ont aucune idée de ce que peut être une civilisation, parce que pour eux tout s’achète, tout se vend alors que la grandeur, justement, ne peut pas se monnayer. Or ces barbares veulent imposer leur aberration au monde entier, parce que pour eux PLUS égale MIEUX. La mesquinerie élevée au rang d’idéal, Fernand Raynaud dirait « Y’a comme un défaut ! ».
      .
      C’est d’ailleurs curieux, les évènements de mai 68, suscités comme d’habitude par les anglo-saxons (on a des preuves de leur non-spontanéité), ont vu fleurir en particulier un slogan « On ne tombe pas amoureux d’un taux de croissance », alors qu’il est bien manifeste que les économistes ont les yeux de Chimène pour une belle courbe ascendante.
      .
      On prête à Albert Einstein cette citation : « Les Américains (il ne parle pas des peuples Premiers, bien sûr) sont le seul peuple qui soit passé directement de la barbarie à la décadence ». Je pense que ce n’est pas tout-à-fait exact : ce pays tout en grandissant en barbarie, est aussi passé dans une décadence qui en est l’apothéose.


    • babelouest babelouest 8 juin 2020 07:23

      @Séraphin Lampion
      Ah tiens, je l’ai développé un peu plus ici....
      http://ennemieurope.eklablog.com/l-empire-empire-et-chaque-an-nouveau-est-l-an-pire-a188899086


    • Francis JL 8 juin 2020 08:16

      @babelouest
       
       « L’Angleterre est une nation de boutiquiers » Napoléon Bonaparte ()


  • pallas 1er juin 2020 17:03
    Marc Dugois

    Vous voyez,

    J’avais pris le probleme à l’envers ;

    Vous n’etes des humains, en tout cas pas des formes conscientes, je n’arrive pas à vous définir, des abominations assurement mais dans quel catégorie ?

    Sa m’échappe

    Vous vous etes deja posé cette question ?, je ne le crois pas.

    En tant que tel, vous n’etes rien à mes yeux, mais je ressent de la répugnance.

    Un « parti » à la Orwell n’est pas suffisant, il était trop gentil, bien trop

    Je n’est pas ce genre de philosophie, je ne suis pas humaniste.

    Salut


    • xana 1er juin 2020 18:15

      @pallas
      Je n’ai pas le courage d’essayer de comprendre ce que vous écrivez. Faites-vous exprès de vous faire passer pour un quasi-analphabète, ou est-ce votre « marque de fabrique » ?


    • pallas 1er juin 2020 18:45

      @xana

      Dommage,

      Enfin pour vous.

      Moi je suis le gentil, d’autres le sont beaucoup moins.
      .

      Dans le film Gremlins 2, je suis le psy à lunette, faisant débat

      Salut


  • madiran 1er juin 2020 21:46

    @marc dugois

    Dans le tableau suggéré la mortalité globale mensuelle française constatée par l’Insee 

    https://www.insee.fr/fr/statistiques/serie/000436394#Tableau si je multiplie par 12 et divise par population (67million) pour obtenir le taux de décès je n’obtiens pas le même (en fév à avril) que https://www.insee.fr/fr/statistiques/serie/001641604#Tableau

    Doit-on attendre la fin d’année pour voir si il y a une surmortalité signifiante ?


    • Marc Dugois Marc Dugois 2 juin 2020 08:31

      @madiran

      Il n’y a pas de surmortalité signifiante. Il faut regarder précisément la courbe des décès mensuels de l’Insee depuis1946 pour vérifier que septembre est quasiment toujours le mois qui a le moins de décès et que les épidémies hivernales ont souvent beaucoup plus tué que cette année. On aurait créé chaque année, pour n’importe quelle grippe hivernale, la même panique si on avait listé chaque jour le nombre de morts comme cela a été fait cette année.

      La seule question restante est « pourquoi tout ce cinéma ? ». Etait-il impératif de tester la soumission des peuples ? Et les soumettre pour leur faire accepter quoi ?


    • babelouest babelouest 7 juin 2020 20:33

      @Marc Dugois
      SI (je dis bien si, parce que cela pourrait bien être édulcoré « artistement ») apparaissent en juillet le total des décès du premier semestre TOUTES CAUSES CONFONDUES, en pourcentage du nombre d’habitants en France et dans le monde, l’on pourrait comparer avec l’équivalent de ce chiffre année par année sur dix ans. Je crains que ce pourcentage ne soit difficilement accessible, car cela pourrait trop facilement apporter la preuve de la manipulation gouvernementale.
      .
      Seuls facteurs qui pourraient apporter un plus et un moins : une probable baisse du nombre de morts accidentelles sur la route, en raison du confinement (de l’incarcération de la population, quoi), compensée par une probable augmentation de décès dus à la queue aux urgences encore plus grande, et à la perte de cardiaques et autres affections n’ayant rien à voir avec la grippe plus ou moins saisonnière.


  • caillou14 rita 2 juin 2020 07:45

    Ce qui m’attriste dans cette histoire, c’est la façon dont les Français ont mis genoux à terre devant la Macronie ?

    Nous ne sommes plus un peuple, mais une secte obéissante est soumise au régime actuel ?

    Pathétique !


  • julius 1ER 2 juin 2020 08:37

    il est acté que sans le confinement nous aurions eu 3 fois plus de morts lors de cette pandémie ...soit au moins 3 fois plus que la grippe asiatique de 69/70 qui est passée sans faire énormément de bruit avec ses 35 000 morts !!!!

    il est vrai que les temps ont changé en 68 c’était 30 000 morts par an sur les routes et en 2020 il faut à tout prix que les 3400 morts annuel soient encore moins importants ....

    donc c’est le « prix »de la vie qui a changé, pas les gens !!!!

    aussi c’est là le vrai impact civilisationnel dont parle l’auteur et il devrait s’en réjouir plutôt que le dénoncer !!!


    • Marc Dugois Marc Dugois 2 juin 2020 08:42

      @julius 1ER

      Ce n’est pas parce que c’est répété à l’envi que c’est acté. C’est exactement l’inverse qui est en train d’apparaitre et qui va générer des questions auxquelles il faudra répondre. L’épidémie qui s’éteint partout a fait beaucoup plus de morts là où l’on a confiné et beaucoup moins là où l’on a testé et confiné exclusivement ceux qui étaient atteints.


    • sylvain sylvain 2 juin 2020 18:40

      @julius 1ER
      rien n’est acté . Il faudra tout regarder en détail car il y a des intérêts énormes en jeux dans cette histoire, et les scientifiques, laboratoires d’analyses et autres porteurs de Vérité ont montrés qu’ils ne résistaient pas une seconde aux puissances de l’argent . Autant demander l’avis de Marcel au PMU du coin
      La donnée la plus objective que nous ayons est effectivement le nombre de morts pour ces mois de « pandémie », vu qu’il est extrêmement difficile de jouer avec ( mais pas impossible), et sa comparaison avec d’autres années


    • julius 1ER 3 juin 2020 09:52

      @Marc Dugois
      M Dugois vous avez le Droit d’être dans le déni mais ce que vous dîtes est archi-faux et la meilleure preuve en est .... c’est la Suède qui n’a pas voulu confiner et qui se retrouve être le « cancre » des pays nordiques !!!!!
      alors que vous soyez anti-macron de manière pernicieuse ou anti -confinement pour différentes raisons ne vous donne pas le Droit de mentir délibérément !!!!!
      et je ne parle pas du Brésil qui n’a fait qu’un confinement partiel, de plus avec un Président anti-confinement ... est le pays qui va être le plus mauvais de la planète !!!
      le Brésil qui affiche 30 000morts chiffres officiels mais c’est 5 ou 6 fois plus selon les ONG puisque beaucoup de morts sont restés chez-eux et pas dans les hôpitaux et çà c’est aussi vrai pour beaucoup de pays dont le système sanitaire est en déliquescence ....
      moi j’aurais la prétention de croire qu’ici en France en début de pandémie avec seulement 6000 lits en réanimation sans confinement c’est à minima 3 ou 4 fois plus de gens qui auraient été à l’hôpital et dans l’impossibilité d’être soignés et de ce fait les soignants auraient dû parer au plus pressé et faire le choix de qui devaient vivre et qui devaient mourir !!!!


    • Marc Dugois Marc Dugois 3 juin 2020 10:15

      @julius 1ER

      C’est parfaitement votre droit de ne pas être d’accord avec moi. L’avenir dira lequel de nous deux s’est trompé.


  • révolQé révolQé 2 juin 2020 10:17

    Connaissant pas mal de blouses blanches dans divers services, ils m’ont dit ne pas avoir été submergés comme c’était pourtant prédit.

    De plus, les habitants des quartiers à fort taux d’immigrés n’ont pas été plus impactés alors que personne ne portaient de masque et que tout le monde se promenait dans les rues commerciales où ont lieux les trafics en tous genres.

    Les vendeurs à la sauvette étaient tjrs en place ( à regarder les voitures de flics passer )et on ne dénombre pas plus de victimes que là où les autres étaient assignés à résidence sous peine d’amendes.

    Un beau test d’obéissance à l’échelle mondiale.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 juin 2020 10:22

      @révolQé

      c’est plus qu’un test : c’est un labourage profond avant ensemencement !


    • julius 1ER 3 juin 2020 09:58

      @révolQé
      d’ailleurs tout cela est un « montage » des noirs, des antifas, et des sionistes !!!
      ce virus n’a jamais existé et l’on a tous rêvé !!!!!


  • Désintox Désintox 2 juin 2020 10:19

    Contrairement à ce que vous dites, il y a bel et bien une surmortalité, qui correspond au moins à la mortalité attribuée au COVID19 (source).

    Pas besoin d’imaginer un complot.

    Ajoutons que sans le confinement, les retraités seraient morts massivement.


    • Marc Dugois Marc Dugois 2 juin 2020 12:05

      @Désintox

      Vous devriez vraiment changer de pseudo si vous continuez à aller chercher vos sources dans Les Echos ou Le Monde.

      Prenez la peine de regarder la courbe mensuelle des décès en France métropolitaine depuis 1949 et vous vous désintoxiquerez vous-mêmes


    • julius 1ER 3 juin 2020 10:10

      @Marc Dugois
      Puisque vous avez l’air d’aimer les « Echos » voici ce lien à propos de la Suède :
      https://www.lesechos.fr/monde/europe/en-suede-la-forte-mortalite-met-fin-au-consensus-national-1207231
       
      mais puisque vous avez l’air de tout mettre en doute, on peut retrouver des articles de la même teneur dans la presse suisse ou européenne !!!
      mais peut-être qu’il va falloir que les suédois pendent leurs dirigeants par les tripes pour que vous vouliez changer de « raisonnement » et d’assertions ??????


    • Marc Dugois Marc Dugois 3 juin 2020 10:18

      @julius 1ER

      Serait-ce tout regard différent du vôtre qui vous donnerait des boutons ?


    • julius 1ER 3 juin 2020 14:29

      @Marc Dugois
      au moins avec vous c’est l’hôpital qui se fout de la charité !!!
      vous arrivez avec des idées bien arrêtées et vous repartez avec les mêmes !!
      çà s’appelle le dialogue !!!


    • Marc Dugois Marc Dugois 3 juin 2020 16:04

      @julius 1ER

      Je n’appelle pas dialogue l’échange avec quelqu’un qui entame la discussion en m’accusant d’être dans le déni. Je n’ai pas ressenti à vous lire que vous envisagiez vous-même de faire évoluer vos idées que je respecte tout en les croyant erronées.


    • Désintox Désintox 5 juin 2020 18:45

      @Marc Dugois
      Vous devriez vraiment changer de pseudo si vous continuez à aller chercher vos sources dans Les Echos ou Le Monde.

      C’est sans doute mieux documenté qu’au bistrot du coin.


  • julius 1ER 4 juin 2020 10:36

    vous allez être d’accord avec l’interview de « F Closet » qui dit que finalement ....

    on a confiné que pour sauver les vieux ..... sic !!

    sauf qu’il y a un hic et un sérieux hiatus dans l’analyse.... d’ailleurs c’est commun avec tous ceux qui ne jugent cette pandémie que sous l’angle de la mortalité faite post-mortem si je puis dire ....

    car avant de mourir on peut être très, très malade et ce faisant on bloque des lits et surtout on mobilise des soignants en nombre et cela sature très vite les Urgences dans un hôpital et aussi les services de réanimation .....

    mais si vous-même n’avez jamais été confronté au problème du passage en réa et ce que cela implique en temps et en moyens (il faut à peu près 5 personnes pour s’occuper d’un malade ) et cela est chronophage, alors lorsque des milliers de cas de toutes sortes et atteints à des degrés divers lors d’une pandémie débarquent dans un hôpital il est presque « normal et obligé » que les services d’Urgence et de Réa explosent ..... sauf s’il l’ont a décidé au préalable de ne soigner que les cas les moins graves c’est ce qui se passe la plupart du temps dans les hôpitaux de guerre ... le film « MASH » avait entrouvert le voile avec la Guerre de Corée, mais la réalité était encore beaucoup plus trash que çà !!!!

    mais comme on est en France et en 2020 , c’est ce que l’on a évité de faire d’ailleurs si l’on n’ avait pas décidé de confiner on aurait certainement aujourdhui entre 50 000 et 100 000 morts en France ce qui serait la fourchette la plus minime car je vois mal comment on aurait pu imposer des gestes barrières efficaces au début de la pandémie car ce n’est pas dans la culture du pays .... mais le pire c’est que ceux qui dénoncent le confinement viendraient nous dire exactement l’inverse de ce qu’ils disent aujourdhui j’oserai dire VOUS y compris M Dugois !!!!

    Moi je prends mes responsabilités et je maintiens que tous ces pays avec des gouvernances populistes acceptent de sacrifier des pans entiers de leurs populations uniquement au nom de la rentabilité économique et que cela laissera une énorme tache dans l’Histoire !!!!


    • Marc Dugois Marc Dugois 4 juin 2020 11:07

      @julius 1ER

      Je vous sens de bonne foi et vous excuse donc par avance de vos erreurs de jugements comme de vos procès d’intention.

      Permettez-moi tout de même de vous signaler que mon article ne fait que partir de ce que je constate sur cette épidémie saisonnière pour aborder un sujet autrement plus profond et plus grave qui fausse tous les raisonnements, y compris sans doute le vôtre : la croyance en une corne d’abondance qui

      générerait une richesse magique annuelle appelée PIB, accompagnée d’un encensement flagorneur de la foule pour qu’elle ne soit pas un peuple.

      Faux progrès et fausse démocratie.

      Tout le reste est secondaire à mes yeux et je suis désolé que tous les commentaires ne se portent que sur ce qui masque, volontairement ou non, l’essentiel.


  • julius 1ER 5 juin 2020 09:51

    Je vous sens de bonne foi et vous excuse donc par avance de vos erreurs de jugements comme de vos procès d’intention.

    @Dugois,

    Merci mon Père de m ’absoudre pour tous mes péchés présents et à venir !!!

    en relisant votre article, je vois que vous n’accordez pas beaucoup de crédits à cette pandémie, vous la voyez comme un paravent à des turpitudes inhérentes à la classe dirigeante, en ce sens vous entrez délibérément sans l’avouer dans cette immense mouvance complotiste qui prétend que tout est fait pour maintenir un status-quo ... en l’occurrence le rapport dominant/ dominé !!!!

    je ne partage pas et surtout je pense que l’économie n’est pas opposable à la santé et vice et versa ... après que l’on admette ou non le confinement pour diverses raisons dont la principale est l’Hyper-contagiosité de ce Virus et finalement la difficulté de calculer son impact sur une population et au delà de çà la faculté d’une économie à tourner et à être affectée par un Virus .....

    il y avait beaucoup d’inconnus dans cette équation au début de l’année notamment la crédibilité des autorités chinoises qui auront menti en permanence sur la gravité du fléau d’une part en niant les faits dès le départ en sous estimant ce Virus et ensuite en admettant qu’il s’agissait d’une véritable pandémie avec une nouvelle souche de sras...... et ensuite en niant les chiffres ???? pour ma part je crois que la Chine a eu des centaines de milliers de morts voire des millions mais cela c’est le temps qui révélera les chiffres comme pour la Révolution culturelle !!

    au delà de cet accident de parcours qu’est cette pandémie, je ne partage guère vos analyses sur la macro -économie à cet égard je vous donne un lien :

    Crises-climat_chantier-du-Plan_Shift-Project.pdf

    je trouve depuis longtemps les thèses de JM Jancovici très pertinentes donc c’est avec un regain d’intérêt que j’ai téléchargé le« Projet » et là je pense que sous sommes au coeur du réacteur..... cad qu’il n’y aura pas de croissance durable sans sobriété énergétique et le tout électrique que l’on veut nous vendre est un leurre .....mais plus grave une répétition des erreurs passées qui ont été le tout charbon,(’après le tout baleines qui ont frisé l’extinction sauvées par le pétrole ) puis le tout pétrole et son corolaire le tout électrique (en l’occurrence forte relance du nucléaire mais pour une fuite en avant qui est la croissance infinie dans un monde fini .....et qui ne résous pas le positionnement de l’homo-economicus ????

    voila en aparté le devenir économique de la France et du monde auquel on va être confronté et l’on est loin d’être équipé mentalement et politiquement pour faire les bons choix !!!!!


Réagir