jeudi 28 mars - par Bruno Hubacher

From Russia with love

Après une attente presque insoutenable de plus de deux ans, le procureur spécial, Robert Mueller, mandaté le 17 mai 2017 par le procureur général adjoint des Etats-Unis, Rod Rosenstein, à superviser, ensemble avec 19 procureurs et 40 agents du FBI, une enquête sur de possibles liens entre le gouvernement russe et des individus, liés à la campagne présidentielle du candidat Donald Trump, vient de rendre son rapport, et celui-ci a fait « pschitt ». Il y aurait eu « absence de toute collusion entre l’équipe de campagne du candidat républicain et les autorités russes. »

Un naufrage politique et médiatique. Le journaliste Glenn Greendwald, lauréat du Prix Pulitzer, parle d’un un « spectacle triste et pathétique » auquel les médias américains se seraient livrés pendant ces deux ans d’enquête. Les médias européens leurs ont emboîté le pas, et continuent à le faire.

L’élection de Donald Trump, mais surtout la non-élection de Hillary Clinton, est restée à travers la gorge du Parti Démocrate et, dans son sillage, de celui du paysage médiatique américain dont les membres les plus éminents avaient pourtant grandement contribué à son élection, en lui offrant, pour sa campagne présidentielle, un espace médiatique d’une valeur globale de près de 2 milliards USD.

A part les chaînes câblées et les grands titres de presse, est particulièrement mis en cause la journaliste libérale de gauche, Rachel Maddow, salaire annuel 10 millions USD, et son show politique « The Rachel Maddow Show », le programme politique le plus regardé aux Etats Unis, dépassant ceux de Fox News et CNN, diffusé par la chaîne télévisée MSNBC, un partenariat entre NBC et Microsoft. Se décrivant elle-même comme une libérale « obsédée par les questions de sécurité nationale », ceci explique peut-être cela, à moins que ce soit l’argent, le carriérisme ou les trois. Toujours est-il, sur le plan déontologique c’est plutôt discutable.

Il est, dans ce contexte, assez frappant de constater à quel point les médias classiques fustigent la nocivité des fausses nouvelles et autres théories conspirationnistes, disséminées sur les réseaux sociaux, tout en les fabriquant eux-mêmes.

La présumée cyber-attaque contre le réseau électrique de l’état de Vermont par des agents russes, par exemple, relevé par le vénérable « Washington Post » en 2016 s’était avéré être un canular. Il n’y a jamais eu de démenti officiel.

On pourrait citer l’infatigable Luke Harding, journaliste au quotidien britannique « The Guardian », qui continue à prétendre avoir connaissance d’une rencontre secrète entre le directeur de campagne du président Trump, Paul Manafort, lui-même un dégât collatéral de l’investigation Mueller, condamné à sept ans de prison pour 16 actes criminels, avec le fondateur de l’ONG Wikileaks, Julian Assange, dans l’ambassade équatorienne à Londres. 

Dans le style « Rachel Maddow » on pourrait citer la journaliste d’investigation, Judith Miller, lauréate du Prix Pulitzer, correspondante du « New York Times » à Washington jusqu’à son licenciement en 2005, connue pour sa campagne de désinformation au sujet d’un arsenal important de WMD (armes de destruction massives) dont aurait disposé le président irakien Saddam Hussein, justifiant une invasion militaire en 2003, causant la mort à 1 million de civils irakiens, campagne largement utilisée par l’administration Bush pour justifier l’injustifiable.

Donald Trump a appris le métier d’escroc de son père. Tout le monde à Washington le sait. Tant que cela sert ses intérêts financiers personnels, Donald Trump est en affaire avec le monde entier, autant avec l’Arabie Saoudite qu’avec la Russie ou avec Israël. La politique n’est qu’un moyen. Cela aussi, tout le monde le sait à Washington. Il suffit d’observer les décisions politiques, prises par ce président depuis le début de son mandat pour se convaincre qu’il est tout sauf un agent russe.

Il suspend le traité sur les forces nucléaires intermédiaires à portée intermédiaire INF signée par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev en 1988. Il bombarde la Syrie, un allié russe. Il torpille le gazoduc North Stream II entre la Russie et l’Allemagne. Il reconnaît comme territoire israélien le plateau du Golan, territoire syrien occupé par l’état d’Israël depuis 1967. Il prépare l’invasion du Venezuela, un allié russe. 

Par conséquent, cette propagande autour du « Russiagate », alimentée par les dirigeants du Parti démocrate, avec l’aide de la majorité des médias, vise avant tout à détourner les regards du public de la fraude électorale, commise par la candidate Hillary Clinton à l’encontre du candidat Bernie Sanders, révélée par Wikileaks, ainsi que de la mainmise totale et sur les finances du parti et son personnel par celle-ci pendant les primaires, révélée dans le livre « Hacks », publié en 2017 par la présidente intérim du parti, Donna Brazile.

Pour les élections de 2020 il n’y a pas meilleur cadeau que les médias et le Parti démocrate auraient pu faire au président. Ne parlons pas de la cote de popularité du président russe.



22 réactions


  • leguminator 28 mars 10:51

    Merci pour votre article qui fait un bon résumé du paysage médiatique et politique américain depuis la dernière élection présidentielle.

    Les démocrates et Hillary Clinton plus particulièrement ont un comportement nihiliste, à croire qu’ils préfèrent couler leur pays que de laisser la main à d’autres personnalités du parti...


    • Séraphin Lampion P-Troll 28 mars 12:17

      @leguminator

      « à croire qu’ils préfèrent couler leur pays que de laisser la main à d’autres personnalités du parti...  »

      il ne s’agit pas là d’une spécificité « démocrate », ni même américaine..


  • leypanou 28 mars 11:01

    Avoir passé environ 2 ans pour chercher quelque chose qui n’existe pas

    et qui a coûté cher prouve le désarroi des Démocrates qui n’ont pas digéré leur défaite aux élections.

    Et s’ils -la justice- commençaient par enquêter sur des collusions avérées avec des intérêts étrangers au vu et au su de tout le monde tout simplement, en activant le FARA (Foreign Agent Registration Act) ? (détails ici)


    • Séraphin Lampion P-Troll 28 mars 12:19

      @leypanou

      cette commission a rapporté plus qu’elle n’a coûté par les diverses condamnations pour fraudes fiscales et déllits d’initiés mis en évidence par l’enquête qui n’aurait pas eu lieu sans cette chasse aux sorcières


    • Pere Plexe Pere Plexe 28 mars 19:48

      @leypanou
      Quand les médias occidentaux (français entre autre) regarderont ils les collusions et autres ingérences dans la vie politique des pays ?
      C’est comique d’en avoir fait des tonnes sur Trump et la Russie et de feindre de voir comment les USA pèsent en France en UE et sur bien des pays.


  • William 28 mars 12:36

    Depuis le début, cette affaire de collusion avec la Russie était cousue de fil blanc tant la politique de Trump était tout sauf « pro-russe ». Mieux aurait valu chercher à coincer Trump pour fraude fiscale, comme Al Capone, mais comme tous les caciques politiciens yankee étaient dans le même sac, nul ne s’y est risqué.


    • nenecologue nenecologue 29 mars 11:40

      @William
      Et s’il avait mieux fallu laisser Trump (élu démocratiquement) gouverner selon son programme ?
      Dans le monde entier les gens commencent à voir le gauchisme pour ce qu’il est : Une maladie mentale !


    • Fabien Sabinet Fabien Sabinet 30 mars 12:17

      @nenecologue
      Mouais, attention, le vrai programme de Trump c’est le monopoly grandeur nature : à la fin il en reste un seul qui, par intelligence et/ou par chance, possède « tout ». Les autres sont « hors jeu », ils n’ont plus rien, et dans le monde réel ça veut dire qu’ils meurent de faim, ou qu’ils sont mort.


  • lloreen 28 mars 13:15

    La politique spectacle dans toute son ampleur. En attendant, le peuple ronge son frein.


  • McGurk McGurk 28 mars 16:55

    Je suis étonné par le raisonnement et la conclusion.

    Ledit rapport comporte toute une section secrète, chose qui devrait tout de même alerter l’opinion publique et les médias.

    On parle ici de « fraude électorale de Clinton » sans prendre le soin d’évoquer toutes les saloperies que son adversaire a fait. Etrange, non ? Comme si ce gars, qui couche avec des stars du porno et les payant pour qu’elles se taisent n’avait pas non plus floué le jeu électoral...

    Trump n’en est pas à son premier coup fourré et encore moins à son premier rapprochement avec des étrangers à la réputation plus que douteuse. Son idylle avec le gros Kim, irréaliste et dangereuse pour tout le monde, laisse tout de même planer une bonne zone d’ombre.

    L’article évoque les « fausses nouvelles » en racontant « qu’il prépare l’invasion du Venezuela » mais tombe également dans ce qu’il dénonce en premier.


    • leypanou 28 mars 19:08

      @McGurk
      Son idylle avec le gros Kim, irréaliste et dangereuse pour tout le monde 

       : combien de pays mis sous sanctions ?


    • McGurk McGurk 28 mars 19:35

      @leypanou

      Ce n’est pas un pays, c’est l’extension de la Chine et sa vitrine purement communiste. C’est un territoire créé pour emmerder l’Occident et freiner la réconciliation des Coréens.


    • Xenozoid 28 mars 19:42

      @McGurk

      la chine est la pour accéléré la chute du capitalisme,c’moins con que de penser au sex...hey ,GUY


    • McGurk McGurk 28 mars 19:50

      @Xenozoid

      La chute ? Ils utilisent un capitalisme sans borne et en profitent bien.

      Je doute fortement qu’ils souhaitent qu’il se cassent la figure étant donné que celui-ci les a fait devenir la première puissance mondiale.


    • Pere Plexe Pere Plexe 28 mars 20:06

      @McGurk
      Son idylle avec le gros Kim n’est irréaliste que pour ceux qui ne s’intéressent pas à la géopolitique.
      Et c’est moins une extension de la Chine qu’un territoire tampon.
      Kim , souvent présenté comme un abruti, mais c’est classique pour tous les dirigeants qui ne sont pas des vassaux des USA, à parfaitement réussi à se rendre indispensable aux USA comme à la Chine.
      Pour ce qui est de « freiner la réconciliation des Coréens » peut on envisager que les base Us en Corée du Sud, et accessoirement le sort fait aux japonais d’Hiroshima, n’ont pas aidé ?


    • McGurk McGurk 28 mars 20:37

      @Pere Plexe

      La Chine ne fait qu’absorber les quelques ressources de son territoire, main d’œuvre quasi gratuite compris.

      Il a certes réussi à focaliser l’attention des Américains sur son pays mais il représente surtout une menace à éliminer qu’un partenaire fiable. Il change d’avis toutes les trente secondes et fait généralement l’inverse de ce qu’il raconte.

      D’après ce que j’ai pu lire sur lui, c’est loin d’être un idiot mais il y a, à raison, de fortes suspicions quant à son réel pouvoir étant donné qu’il est vraisemblablement dirigé par la junte militaire qui contrôle tout le pays.

      Je ne pense pas un seul instant qu’ils aient une quelconque envie de revoir un jour le pays reconstruit. Les enjeux sont trop grands (pouvoir, contrôle, argent) et les contentieux difficiles à effacer (destruction du pays, sacrifice de nombreux Coréens, idéologie totalement opposée, etc.) surtout lorsque l’ancien oppresseur refait surface, encore plus puissant et dangereux que jamais.

      De toute manière, la Chine préfèrera sans doute faire comme la Russie en Ukraine plutôt que d’être directement menacée par les USA et leur manie de faire de bases militaires partout ainsi que des guerres.


  • L'enfoiré L’enfoiré 28 mars 17:12

    Pour les démocrates, la conclusion du rapport est dévastatrice et beaucoup seront forcés de l’admettre. Ils veulent maintenant avoir accès au rapport complet de Mueller et vont se concentrer dans les prochains jours sur une phrase du résumé rédigé par Barr. À savoir, cette phrase indiquant que Mueller a pu trouver « des preuves insuffisantes » pour soupçonner le président d’entrave à la justice. Dans le même sens, il déclare également que le président « ne peut être exonéré de toute culpabilité ». Les démocrates se tournent maintenant vers Barr.

    Les démocrates sont maintenant coincés. Trump est presque certain de passer le cap de l’élection de 2020.

    Trump insistera principalement sur le coût de cette enquête. Il demandera également aux organes de presse de licencier des journalistes et des experts qui l’ont faussement accusé.

    La chaîne d’information conservatrice Fox célèbre son heure de gloire avec Sean Hannit


  • tartemolle 28 mars 17:41

    Il faut absolument lire les papiers de Charles Gave sur les agissements des Clinton, d’Obama, du ministre de la justice et des dirigeants du FBI sous Obama pour comprendre les « malversations » considérables commises. Que Trump soit encore vivant devient presque surprenant ...

    https://institutdeslibertes.org/11482-2/

    https://institutdeslibertes.org/les-casseroles-de-madame-clinton-suite-mais-certainement-pas-fin/

    https://insolentiae.com/bataille-entre-trump-et-letat-profond/


  • Désintox Désintox 28 mars 18:45

    Ah bon ! Le rapport a été publié ?

    Merci d’indiquer l’adresse du rapport complet.


  • Biscotte Biscotte 28 mars 22:00

    Chez nous tout pareil, t’as un gouvernement du : « Le Reich En Marche » qui cherche désespérément dans le mouvement « GJ » des adorateurs de la peste brune aimant les z’heures les plus sombres de l’histoire ; des gourous populistes qui mangent des petits z’enfants juifs aux diners ; des bolcheviques rouge vermillon célébrant le 7 novembre voulant en découdre et guillotiner tous ces bourgeois...


  • docdory docdory 29 mars 19:13

    Je crois que vous ne vous rendez pas compte dans votre article de la véritable signification de cette enquête sur une prétendue collusion avec la Russie.

    Il s’agit ni plus ni moins qu’une énorme tentative de coup d’état judiciaire contre un président démocratiquement élu, tentative basée sur le dossier Steele, dossier complètement fantaisiste et fabriqué de toutes pièces, et très vraisemblablement commandité et financé par les perdants de cette élection (Hilary Clinton et les démocrates ). L’affaire a été ensuite montée en épingle par des médias quasiment totalement inféodés au parti démocrate ( à l’exception de Fox news et du New York Post ).

    Maintenant qu’il est prouvé que cette machination ne repose sur rien, il faut s’attendre à un effet boomerang :

    -les médias les plus mensongers ( CNN en tête ) qui avaient fait une énorme campagne de presse sur ce prétendu dossier russe, voient déjà leur audience chuter de façon spectaculaire ( à ce propos on attend, et on attendra vainement, une autocritique des médias français sur cette question )

    -le parti démocrate, qui est maintenant devenu un ramassis de gauchistes illuminés , de femmes voilées antisémites et d’opposants « politiquement corrects » à la liberté d’expression, ne peut plus rien opposer à la réélection de Trump,, qui est maintenant quasiment certaine,

    -et enfin, le nouveau Ministre de la justice Barr va s’’intéresser de près à cette tentative de coup d’état et aux personnes responsables de l’immense manipulation qu’a été le dossier Steele. J’ai dans l’idée que bon nombre de responsables démocrates vont se retrouver en procès dans les années qui viennent, et que ça remontera très haut...

    Le parti démocrate n’en est d’ailleurs pas à la première de ses saloperies :

    -du temps de la guerre de sécession, les démocrates étaient esclavagistes et Lincoln, le républicain, anti esclavagiste

    -le démocrate Kennedy a commencé la guerre du Vietnam, le républicain Nixon l’a terminée

    -le démocrate Orval Faubus a envoyé la garde nationale de son état ( l’Arkansas ) empêcher la scolarisation d’élèves noirs dans le lycée de sa capitale ( Little Rock ). 

    Il y a de nombreux exemples du même acabit. Les scandaleuses manipulations qu’ont ourdi les démocrates pour tenter de faire destituer Trump sont d’une gravité mille fois supérieure à celle de l’expédition des plombiers du Watergate ....


Réagir