vendredi 22 mai 2015 - par CNAFAL

Gaspillage : non Aide alimentaire : oui Solidarité : 2 fois oui

Les députés ont adopté jeudi soir, à l'unanimité, des amendements au projet de loi sur la transition énergétique afin de limiter le gaspillage alimentaire.

Les mesures les plus fortes visent particulièrement la grande distribution, à laquelle le rapport propose une série de solutions pour accompagner une stricte « interdiction de jeter » et « interdiction de javelliser » les denrées jetées (pour les rendre inconsommables). Elles devront également conclure des conventions avec des organisations caritatives.

Une nécessité s’impose, aider les associations pour qu'elles puissent s'équiper en réfrigérateurs, en camions, afin d'écouler plus facilement les marchandises qui leur seront données, en particulier pour les petites structures en milieu rural.

Le CNAFAL se réjouit de ces mesures et restera vigilant pour que les personnes aidées reçoivent des aliments dignes d’un pays civilisé, qui ne nuisent aucunement à leur santé.

Si les denrées ne peuvent plus être consommées par les personnes, le rapport préconise de nouveaux circuits, vers l’alimentation animale ou la valorisation énergétique à travers la méthanisation.

 

Le CNAFAL, en tant qu’association de consommateurs, approuve toutes propositions améliorant l’information du consommateur et le rendant plus responsable et plus aptes à lutter contre les gaspillages nuisant à son budget, à sa santé, à l’environnement.

 



9 réactions


  • Blé 23 mai 2015 07:00

    Un constat

    Dans ma jeunesse, le gouvernement n’avait pas besoin de faire une loi contre le gaspillage alimentaire car dans chaque famille (même dans les familles aisées), il n’était pas question de jeter ne serait-ce qu’un morceau de pain, il fallait finir nos assiettes et dans les cantines, les eaux grasses allaient dans les porcheries.
    Les grandes surfaces qui ont remplacées des milliers de petits magasins d’alimentation avaient tout intérêt au gaspillage, à la surconsommation, etc... . Il serait aussi nécessaire de regarder de plus près les pub pour les pizzas, et plats préparés qui reviennent de moins en moins chers que de faire soi même.

    Personnellement j’ai gardé cette attitude face l’alimentation, j’achète juste ce qu’il me faut et quand il y a des restes, souvent après un repas de fête, je les fais surgelés et je les ressors à l’occasion.

    Je suis sidérée de voir combien le conditionnement des français par les pubs a pu modifier notre mode de vie.


  • Le p’tit Charles 23 mai 2015 08:56
    Gaspillage...L’abbé Pierre en 54 en parlait déjà.. ?..Nous sommes vraiment un pays de décérébrés.. !

  • Spartacus Spartacus 23 mai 2015 09:18
    Régler les problèmes par ceux qui les ont crées.

    Monde socialiste.

    Une loi de contrainte pour effacer des directives de contraintes. 
    Toutes basées sur le les cons qui savent ce qui est mieux pour vous.

    Vous comprenez des gens pouvaient attraper des coliques ou indigestions à une époque ou les supermarchés donnaient volontairement leurs invendus.
    Alors gôôôchistement face aux risques l’état inquisiteur ne pouvait laisser penser que ces vils capitalistes pouvaient donner. Vous comprenez ma bonne dame les patrons sont des salaud et seul l’état est généreux......

    Alors sont tombées des directives DGCCRF qui obligeaient les supermarchés à javelliser et détruire les invendus.....

    Mince. Les gôôôochistes plein de compassion pour autrui accusère les vils supermarché de « javelliser ». Vite un beua lobbiing d’associations gôôoôchistes et cnafalesques pour faire une loi de « contrainte »......

    Dans quelques temps avec une « interdiction de jeter » un SDF mangera une denrée avariées, avec un estomac fragile mourrera dans d’affreuses souffrances sous les yeux des gôôôchistes qui se réjouissent d’imposer la coercission aux autres. Ils accuseront le vil magasin d’avoir donné. 

    Prévoyons donc dans quelques temps une nouvelle loi qui demandera des frigos et un rayonnages des poubelles......

    Route de l’ex-RDA. chaque semaine le socialisme nous y entraîne.


    Loi renseignement. Lois de surveillances, lois de contraintes. Lois de terreurs. Lois de désignations des coupables. Le directivisme est en marche. La terreur d’état se loge partout. Vois n’avez plus le droit de penser par vous même.

    Socialisme de merde qui détruit la charité volontaire microéconomique individualisée efficace contre la distribution normative d’état qui ne produit que des contraintes et des effets pervers.


    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 23 mai 2015 10:33

      @Spartacus
      « Socialisme de merde »
      Heureusement qu’il ne s’applique pas à la Grande Bretagne, ce paradis des SDF !
      D’ailleurs en France, tout le monde est socialiste, c’est bien connu, depuis jean Royer...


    • Spartacus Spartacus 23 mai 2015 15:44

      @Jean J. MOUROT

      La grande différence avec la grande bretagne c’est qu’en France le SDF il l’est pour longtemps. 


      En grande bretagne, avec un taux de chômage à, 5,5% et un chômage de longue durée est moitié moindre.

      Tu t’es jamais demandé pourquoi,toute la misère du monde veut aller en Angleterre ? 

      C’est vrai avec un tel enfer promis de SDF on se pose la question. 
      Et ne pas rester en France ce beau pays collectiviste ou poussent et se reproduisent des fonctionnaires comme les petits vers dans les immondices ?

  • Spartacus Spartacus 23 mai 2015 09:19

    La solidarité « forcée » est ce que le viol est à l’amour.


    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 23 mai 2015 10:30

      @Spartacus
      Faut surtout pas empêcher ces merveilleux créateurs de richesses que sont les responsables de grandes surfaces de faire du bénéf pour leurs actionnaires puisque seul l’échange est productif !


    • Aristide Aristide 23 mai 2015 10:50

      @Jean J. MOUROT


      Vous vous attaquez à un défi impossible. Spartacus est une vrai libéral anarchiste qui considère que toute contrainte individuelle est illégitime.

      Sa comparaison entre l’impôt et le don est assez symptomatique de cette manière de penser, impossibilité à concéder une parcelle de liberté individuelle pour le bien collectif. Toute contrainte est une violation de son droit individuel à faire ce que l’on souhaite, quand on le souhaite et où on le souhaite. C’est une caractéristique assez commune chez les « anarchistes » de droite ou de gauche de croire que la somme de libertés individuelles constitue le bien collectif. Dans son monde, donner volontairement à un nécessiteux est un acte bien plus « moral » que de payer son impôt qui servira au même but. 

      En fait, il est impossible de raisonner suivant ce paradigme pour le « commun » comme nous sommes d’humbles représentants, il nous parait évident que l’organisation d’un Etat est une obligation pour régler ces problèmes, que la loi protectrice du fort au faible est un bienfait, que les impôts de toutes natures constituent une évidente solution pour le maintien du vivre ensemble...

      Vouloir converser avec lui serait surement intéressant s’il pouvait éviter de croire que tous ceux qui ne pensent comme lui sont d’affreux goooochistes, fainéants, profiteurs, ...

    • Spartacus Spartacus 23 mai 2015 15:37

      @Jean J. MOUROT


      C’est vrai que la charité avec les biens des autres et la force coercitive sur les « autres » ça donne bonne conscience au gôôôôchiste qui se croit dans le camp du « bien ». 

      Avec l’argent des autre qu’est ce qu’il est « humaniste le gôôôchiste.

      Curieusement le gôôôchiste n’a pas pensé a prendre dans sa poche cousue l’argent qu’il aime prendre allègrement dans celle des autres.

      Ce qui fait des peuples étatisés, socialistes et communistes les plus pingres et inhumanistes individuellement car ces peuples laissent aux autres les soin de s »occuper des autres. 

Réagir