mercredi 18 novembre 2015 - par Dan

Guerre vers l’étranger, guerre intérieure en France ?

Suite aux événements perpétrés, incluant St Denis ce 18/11, le langage manipulateur de l'endoctrinement par l'oligarchie bourgeoise (les élites la vraie extrême droite celle-là) à travers MM Hollande, Valls, Sarkozy, Estrosi et consorts on a vu jaillir le slogan "nous sommes en guerre" avec ferveur et esprit spartiate. Aux armes citoyens !
Histoire de réunir, de fédérer, de réchauffer l'ensemble du corps social dans un combat en "salut public" patriotique et nationaliste.
Cette guerre est lancée ..."contre le terrorisme" notion à géométrie variable, considérant que celui qui pratique la terreur est un ennemi désigné ainsi. 
Objectivement c'est flou. Est-ce une race ? une nationalité ? un ennemi régional de l'étape ? un affreux barbare venu de l'étranger ? une personne née d'un autre continent ? un ennemi de classes sociales, un dissident politique ? un ennemi d'une autre religion peut-être ? ah ! là on chauffe...
Mais quand même, cela manque de packaging comme on dit. Que dit le législateur ou l'homme de droit constitutionnel là dessus ? on ne sait pas. Ce que l'on sait c'est "qu il faut y croire, c'est légitime le Loi du Talion car c'est bon pour toi citoyen". 
C'est une appellation "fourre tout"encore moins certifiée qu'un label rouge, un grand cru, un tableau de maître, un hôtel 3 étoiles ou une tablette de chocolat aux noisettes. Et cela me gêne un peu. Dans une Loi sécuritaire, on pourra très bien désigné un opposant politique comme possible terroriste et donc l'emprisonner pour le faire taire. 
Hum !...des prisons politiques...on sent le truc qui mûrit doucement, non ? 
 
Rappelons, que dans l'Histoire de la guerre (la vraie) l'appellation TERRORISTE a été employée dès 1940 par les soldats Allemands, qui légitimaient les pelotons d'exécution en représailles envers les RESISTANTS français.
Cette appellation à un goût nauséabond qui empreinte à la milice d'occupation les "heures les plus sombres" comme on dit en ce moment.
Bigre, on n'est pas en bonne compagnie au plan de l'Histoire. En suite, c'est un label qui est emprunté à qui mieux mieux par Benjamin Nethanyaou, par Porochenko le putschiste de Kiev, par GW Bush, par Erdogan, tous des copains du défilé "Charlie" vraiment des experts "es" qualité de l'art démocratique qui gèrent une société civile apaisée et épanouie chez eux. 
Rapporté à l'actualité, chacun comprend à peu près que cela s'adresse déjà aux malades mentaux obsessionnels de l'islam wahhabite/sunnite avec sa variante salafiste qui ont opéré comme des pantins désarticulés, déshumanisés.
Les auteurs depuis des années qui frappent la France : à Lyon, à Toulouse, à Paris, sont des terroristes DE L'INTERIEUR. Ils sont français. Bigre cela pose problème. Donc on fait la guerre "entre des français", pourquoi ne pas le dire ??.
Et puis si l'on est logique, si c'est une guerre avec des ennemis qui viennent égorger vos enfants et vos compagnes jusque dans nos quartiers, alors c'est une GUERRE CIVILE, non ? Pourquoi ne pas le dire ?...cela fait peur.
On nous pointe Daesh, dit Etat Islamique, qui siège, où déjà ? bof, sais pas. En tous cas il est à 2500 kms d'ici c 'est mieux pour les bombardements, les français ne risquent pas, comme les migrants, des morts collatéraux. Quel est son gouvernement à Daesh ? ses ministères ? quels sont ses structures ? sa constitution ? quelles sont ses frontières ? qui sont-ils en fait ? Aujourd'hui on vise Daesh création de l'axe américano-sioniste et des wahhabites monarchistes pour faire tomber Assad en Syrie. 
Une stratégie d'alliance mortifère dont le gouvernement français est à la manoeuvre dans la future partition du Grand Moyen Orient. Ils sont tombés dans ce logiciel Machiavélique par intérêts dans la future nouvelle donne.
Dans ce jeu, sont jugés incompatibles les soi-disant "dictateurs" : Sadam Hussein, Kadhafi, Moubarak, et Ben Ali le demi sel. 
Tous ayant fait les frais des révolutions colorées dites des Printemps Arabes ; en fait mouvement de "libération de l'Islam" ressuscité par les fondamentalistes rigoristes de la Charia, tapis dans l'ombre des mouvements sociaux .
 
Sont dans le viseur (ceux qui restent à traiter, qui ne sont pas "Charlie") sont les représentants de :
- la Syrie, l'Iran, le Liban, la Palestine, le Yemen.
Vous ne voyez rien se dessiner là dedans ?
Cela fait encore pas mal de boulot soit, surtout que l'ami Poutine gêne les plans de l'OTAN, en empêcheur de tourner en rond. Plébiscité par son peuple mais pas jugé démocrate (délit de sale gueule) c'est un "guerrier" pensez il fait du cheval torse nu, de l'avion, du judo, alors, quand même !! il est grave ce mec.
 
Sont soustraits, car ils échappent aux qualifications de dictature, les pays suivants :
- l'Arabie saoudite, le Qatar, la Jordanie, la Turquie, l'Egypte, l'Algérie, le Pakistan,
pour citer les clients sérieux, lesquels n'ont que des Généraux au pouvoir d'Etat !
Mais peu importe, ceux-là sont jugés démocratico-compatibles avec l'axe "du bien"occidental. 
Ouf cela rassure, sauf que "avec des amis comme ça, on n'a pas besoin d'ennemis".
 
Quittons le contexte international et revenons aux djihadistes qui se promènent en Truck Toyota sur les circuit sableux et exotiques de cette belle mosaïque homogène du Levant.
Ceux des djihadistes relevant de l'E.I. sont financés par l'Arabie saoudite, le Qatar, les US. Les armes lourdes et légères viennent de partout au marché d'Istanbul et en "Go Fast". 
La France 4e exportateur mondial d'armement fait tourner ses usines (c'est contre le chômage..) l'Angleterre, l'Allemagne, les US, les ex-pays de l'Est et la Turquie sont des fournisseurs de tout premier plan. Parfois le circuit n'est pas direct il faut passer par des sites (ASL, les rebelles islamistes modérés qui combattent Assad, les Katibas de Libye, etc..).
Daech (c'est le nom qui ne fait pas d'amalgame..) a été créé à partir des généraux frustrés Irakiens, sunnites, les mêmes qui ont été bombardés par les américains. On a rajouté à la cuisson une belle frange d'Alqaïda de retour d'Afghanistan, avec une belle frange des opposants "rebelles modérés" d'Al Nosra, plus des Tchétchènes qui adorent Poutine jusque dans les chiottes, des Kosovars, des Bosniaques.
On compte aussi dans les supporter d'El Baghdatis des émules de l'immigration européenne ayant acquis la nationalité : française, belge, anglaise, etc...Brefs les inadaptés victimaires de la République. Celle qui était assez belle pour les parents (eux étaient braves d'ailleurs) mais pas assez sexy pour les jeunes déracinés. Donc il faut bien un peu d'exaltation, de romantisme dans cette vie de chien, vie de quartiers, vie où il faut tolérer la Laïcité Républicaine, la cantine, la sécurité sociale, un RSA, les allocations familiales, l'école gratuite, la 5e semaine de congés, un smic l'un des plus élevé d'Europe. Mais bof, franchement vivre avec des gens qui aiment les philosophes, les Lumières Voltaire, Diderot, Rousseau, Condorcet, la Laïcité permettant de vivre sa religion et même de l'afficher, c'est pas le paradis la France. 
 
Une fois la guerre qui serait gagnée, à supposée, sur Daesh, Bachar el Assad renversé, on pensera que tout redeviendra tranquille en France ? Même pas en rêve mec. Déjà il existera encore les Talibans d'Afghanistan, Aqmi au Sahël, Ansardine au Mali Touareg, les Katibas de Libye qui tiennent le pouvoir sur Tripoli, Boko haram au Nigéria, les djiadistes de Somalie, du Congo, les sunnites salafistes au Yemen, le chaudron Libanais, la faiblesse du pouvoir laïque Tunisien face aux fondamentalistes. L'Egypte et l'Algérie tiennent par une main de fer leurs fondamentalistes Frères Musulmans par des prisons politiques. Des "beaux jours" à prévoir encore pour l'Oumma arabo-musulman. 
Les djihadistes ne seront pas éliminés par des bombardements. Ils vont reculer certes mais avec la frustration d'un animal blessé. Comme ils disent aux otages : 
"vous avez les montres, nous on a le temps".
 
En outre avec l'Europe sans réelles frontières, les allés-venus sont faciles. Détecter des djihadistes en Europe ? pourquoi ?pour délit de fréquentation ? pour prosélytisme ? délit de sale gueule ? tu es barbu avec ablutions et prières, tapis orientés vers la Mècque ? Mais c'est anti Constitutionnel, anti démocratique, tu auras les avocats de SOS Raciste et la LICRA,, l'UE, les Indigènes de la Républiques -qui veulent déjà se faire Onfray et Zemmour- tu oublies ça guy. 
C'est irréalisable à gérer en prévention, l'UE ne le permet pas, sinon il faut passer en Loi Martiale, bonjour l'ambiance, type guerre de quartiers de 2005 assurée. Avant une guerre civile. Pour mettre quelqu'un en tôle il faut un crime caractérisé de 5 ans de prison ferme. Alors surveiller sur écoute toutes les cellules dormantes potentielles ? Intox de communication que ça, pour idiots de citoyens bobo, c'est pas vraiment réaliste. Alors un flic par habitant qui connait la langue arabe ? des surveillants (délateurs) dans les Mosquées ? dans les prisons ? Des surveillants/délateurs... ça craint pour eux à la sortie.
Non, on nous prend pour des imbéciles. Le bouchon a été poussé trop loin.
La vérité c'est l'horizon que l'on devine, que l'on pressent. C'est encore flou mais...on ne bluffe pas avec l'instinct humain.
 
Tout doucement la société française s'effrite, va éclater par manque de consensuel, par manque de cohésion sociale et d'homogénéité socio-culturel. Le problème de concentration des banlieues ne sera pas résolu même par des résolutions de mixité imposées aux écoles, aux lois d'urbanisation pour mélanger les gens. Le coût des loyers des grandes villes ne permettent pas la mixité. C'est une barrière naturelle. Et puis, les français en veulent-ils lorsque : 74 % des sondés jugent que l'Islam n'est pas compatible avec les valeurs de la République ? C'est ainsi, les scores du FN en témoignent.
Voir les travaux de Christophe Guilluy, les études de Gilles Keppel sur les zones de non droit, les quartiers perdus de la République. Et ce ne sont pas les événements de Charlie, pour blasphème à Allah, et le coup de tonnerre du Bataclan, d'une jeunesse cosmopolite déclarée coupable d'être née sous le signe des "Croisés", responsable des frappes aériennes de Fabius qui vont booster l'ouverture à la mixité sociale. 
Après un coup comme ça il y a chez les gens une petite déprime après la sidération.
Au bout de deux jours le consensus républicain se fissure déjà à l'Assemblée nationale, alors que les cendres des victimes sont encore chaudes. 
Même pas en rêve la réconciliation. Réconciliation de façade oui peut-être.
Les problèmes identitaires sont dans les têtes de chacun et vont constituer un traumatisme dans "le temps long".
Le pire c'est que malgré les postures, les incantations, les programmes, sincères ou pas, il n'y aura pas de solution à prévoir. 
Juste une lente déliquescence. Ceci est le fruit d'un système voulu par les élites qui ont fait abstraction du genre humain, lequel genre humain ne se gère pas comme des prévisions et de l'économétrie, des stocks de marchandises et des capitaux circulants. 
Là quand tu circules, tu circules avec ton identité, ta culture, tes croyances, tes valeurs, ta fratrie.
 
C'est de l'anthropologie.
Quand tu touches à ça tu touches aux racines. Ca te saute à la gueule comme de la nitroglycérine.
Les livres d'Histoire constituent notre mémoire collective. Ils en sont remplis.
L'Histoire fait des pauses mais ne s'arrête jamais.   


4 réactions


  • Séraphin Lampion M de Sourcessure 18 novembre 2015 17:28

    La pensée sécuritaire a été forgée par un certain nombre de dispositifs de contrôle conçus pour, par et au travers de la guerre coloniale. 


    L’histoire du contrôle de l’immigration permet de comprendre l’utilisation d’un « ennemi intérieur socio-ethnique », pour justifier la généralisation d’une technologie conçue pour le contrôle exceptionnel de populations infériorisées. Nous assistons ces jours-ci à un passage en force.


  • tf1Groupie 18 novembre 2015 17:40

    Le terrorisme « Objectivement c’est flou » ...mais un lance-roquettes ou bien une kamikaze qui se fait peter en plein Saint-Denis à l’heure du café-croissant c’est beaucoup plus net !

    Et beaucoup plus vrai que les batons de dynamite en illustration d’article.

     smiley smiley -))

    Où est le smiley rire jaune ?


  • HELIOS HELIOS 18 novembre 2015 22:01

    Si la France voulait retrouver son homogeneité, sa tranquilité, ses racines et une fois de plus redevenir le pahre eclairant les coins sombres de la planete, il lui faut au moins 30 ans et peut etre le double SI et seulement SI :


     - Elle cesse d’appartenir à l’UE, à l’OTAN et quelques autres associations de malfaiteurs repeint avec une peinture humanitaire...

     - Elle revienne au Franc si elle ne peut plus décider de la valeur intérieure de l’Euro qu’elle utilise...

     - qu’elle ferme au moins pour cette même période de temps sa frontière a toute immigration de fait de population non chrétienne (ou au minimum musulmane) et probablement limiter l’entrée de population non blanche...

    - retisser des relations forte avec les états ayant encore des racines suffisamment fortes...

    - forcer le départ ou le retour de tous ceux qui n’acceptent pas les règles de la nation en terme de culture occidentale et qui possedent des liens avec les zones ou les pays où ils serait majoritaires.

    - redonner a l’etat le pouvoir sur toute la societe, en particulier le pouvoir economique, mais pas seulement, retrouver un vrai pouvoir politique ou les forces vives peuvent acceder aux differentes instances de la nation (donc aucun cumul ni dans la simultaneité, ni dans le temps, un controle de l’action politique de l’elu courant mandat et au retour aux valeurs politiques qui font que l’elu est le représentant de tous, y compris ceux qui n’ont pas voté pour lui et que cela entraine un devoir de responsabilité et d’équilibre qui n’existe plus aujourd’hui).

    Bon d’accord c’est brutal, pas trop dans les droits de l’homme, mais justement les droits de l’homme ce ne sont pas QUE les droits des musulmans.... et quand il y a divergence ou pire, conflit, en France ce sont ces derniers qui doivent céder.

  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 19 novembre 2015 10:20

    On ne saurait mieux dire.
    Néanmoins, dans votre « analyse anthropologique », vous ne mentionnez pas la paupérisation généralisée, le chômage et le manque d’argent, les crédits, le sacré et les valeurs partagées, l’individualisme, etc.
    Cette « lente déliquescence » ne se situe pas seulement dans les « quartiers », c’est malheureusement toute la société qui est malade.


Réagir