mercredi 13 mai - par Jordi Grau

L’école de la République doit-elle dénoncer les élèves mal-pensants ?

Durant quelques jours, une fiche intitulée Coronavirus et risque de replis communautaristes a pu être téléchargée sur le site de l'éducation nationale. Depuis le lundi 11 mai elle est provisoirement ou définitivement inaccessible. Était-elle particulièrement scandaleuse ?

Une mystérieuse disparition

Pour préparer la réouverture des établissements scolaires, le ministère de l'éducation nationale a rédigé le 4 mai une circulaire destinée – entre autres – aux chefs d'établissement et aux directrices et directeurs d'école. Cette circulaire renvoie à un certain nombre de ressources pédagogiques pour « préparer l'accueil des élèves ». Jusqu'au dimanche 10 mai, on y trouvait une fiche intitulée Coronavirus et risque de replis communautaristes. Aujourd’hui, elle n’était plus accessible sur le site de l’éducation nationale. Si on clique sur ce lien :

https://eduscol.education.fr/cid151499/reouverture-des-ecoles.html#lien0

on constate qu'il y a toujours d’autres fiches pédagogiques, mais plus la fiche sur les "replis communataires".

Et si on essaie d’accéder directement à la fiche à l'aide de ce lien :

https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Reprise_deconfinement_Mai2020/69/5/Fiche-Replis-communautaires_1280695.pdf

on tombe sur cette page :


 

Pourquoi cette fiche a-t-elle disparu ? On peut supposer que plusieurs personnes (directeurs ou directrices d’école, chefs d’établissement, enseignantes et enseignants, militantes et militants syndicaux….) ont écrit au ministère de l’éducation nationale pour faire part de leur indignation. Je sais par un militant du SNES que la fameuse fiche pédagogique a suscité beaucoup d’énervement dans ce syndicat, majoritaire dans le second degré. Et il y a fort à parier qu’il en a été de même dans d’autres syndicats comme FO, la CGT-Éduc’action ou SUD-Éducation. La fiche a donc été enlevée. On ne sait pas encore si elle réapparaîtra sous une autre forme ou si elle est définitivement supprimée.

Mais je sens que les lectrices et les lecteurs de cet article s’impatientent. « Qu’en est-il du fond ? », pensez-vous sans doute. Qu’est-ce qui, dans cette fameuse fiche, a pu scandaliser quelques âmes sensibles ? » Eh ! bien, trois choses au moins.

Les communautarismes, c'est comme les chasseurs : il y a les bons et les mauvais

Tout d’abord, on peut reprocher à cette fiche de stigmatiser les quartiers populaires et les musulmans. Les premiers sont explicitement mentionnés dans le texte :

« Organiser une intervention des équipes académiques Valeurs de la République, sur les principes de liberté, l’égalité, fraternité et laïcité, pour une action d'accompagnement, voire une formation locale, notamment lorsque l’établissement est situé dans l’un des quartiers particulièrement sensibles identifiés dans le plan mis en place depuis février 2018. »

Bien évidemment, les « quartiers particulièrement sensibles » ne sont pas les beaux quartiers de l’ouest de Paris ni les centres bourgeois des grandes villes françaises, ni les banlieues excessivement fortunées comme Neuilly-sur-Seine. Le communautarisme des riches, le repli sur soi des premiers de cordée ne pose à l’évidence aucun problème pour les personnes attachées aux « Valeurs de la République ». Ça, c'est le bon communautarisme, celui qui va tellement de soi qu'il n'est même pas perçu comme tel. Les bourgeois blancs d'ascendance européenne n'ont pas l'impression qu'ils forment une communauté particulière. Ils ont le sentiment d'être des Français typiques. Comme disait Coluche (ou plutôt le personnage raciste qu'il interprétait dans un célèbre sketch), ce sont des « mecs normaux ».

Mais revenons aux musulmans. Ce sont d’abord eux qui sont visés quand il est question de « communautarisme ». Certes, la fiche indique bien qu'il faut prendre «  en compte l’intégralité du spectre des idées radicales du communautarisme (ethnique, religieuse, culturelle, sociale, politique, mystique…) » Mais les exemples qui suivent sont surtout religieux, et la seule religion citée est l'islam.

La fiche pondue par l'éducation nationale renforce donc un sentiment répandu, selon lequel le communautarisme - mais aussi les propos sexistes, les atteintes à la laïcité, à la démocratie ou à la cohésion nationale - seraient avant tout des maux d'origine religieuse, et en particulier musulmane. Or, il suffit d'écouter nos gouvernants et d'observer les effets de leurs décisions politiques, pour comprendre que tous ces maux sont largement répandus jusqu'au plus haut niveau de l’État. Le sexisme est encore très présent dans la classe politique – comme dans le reste de la société française. Un certain nombre de députées peuvent en témoigner, par exemple. Et nos dirigeants n'ont de cesse de saboter la démocratie et la cohésion sociale en réprimant violemment les manifestations, en faisant passer en force des lois ou des mesures impopulaires, et en favorisant les plus riches au détriment des classes moyennes et des pauvres. Et ce sont ces mêmes dirigeants qui prétendent dire à l'école publique comment elle doit enseigner aux élèves la liberté, l'égalité et la fraternité !!!!

Vive l'esprit critique... du moment qu'il s'abstient de critiquer les « discours d'autorité »

Deuxième élément gênant dans cette fiche : tout en prétendant « renforcer l’esprit critique des élèves », elle paraît vouloir leur imposer une sorte d’idéologie bien-pensante.

Ce passage notamment pose problème :

« La crise du Covid-19 peut être utilisée par certains pour démontrer l’incapacité des Etats à protéger la population et tenter de déstabiliser les individus fragilisés. Divers groupes radicaux exploitent cette situation dramatique dans le but de rallier à leur cause de nouveaux membres et de troubler l'ordre public. Leur projet politique peut être anti-démocratique et antirépublicain. Ces contre-projets de société peuvent être communautaires, autoritaires et inégalitaires.

En conséquence, certaines questions et réactions d’élèves peuvent être abruptes et empreintes d’hostilité et de défiance : remise en question radicale de notre société et des valeurs républicaines, méfiance envers les discours scientifiques, fronde contre les mesures gouvernementales, etc. Or, plus que jamais, nous avons besoin de bâtir une société de la confiance, solidaire porteuse de sens et offrant aux élèves des chemins vers une socialisation positive. »

Toute remise en question radicale de notre société et de la politique du gouvernement est ainsi considérée comme suspecte. On voit ici comment le mot « radical » sert ici à amalgamer deux choses bien différentes : une remise en question des fondements (d’une politique, d’un régime, d’une société) et un fanatisme potentiellement violent (celui des « groupes radicaux »). Certes, la fiche ne dit pas clairement que toutes les critiques radicales viennent de fanatiques religieux. Mais elle laisse entendre que la méfiance serait par nature mauvaise et la confiance forcément bonne. Bien entendu, il y a quelque chose de paradoxal dans ce discours, qui parle de « société de la confiance » et de « socialisation positive » tout en incitant le personnel de l’éducation nationale à suspecter tous les élèves tenant des propos subversifs d’être de la graine de terroristes.

Ministère de la délation nationale

Reste à parler du troisième point, qui est probablement le plus choquant. Le ministère de l’éducation nationale veut non seulement promouvoir dans les écoles une saine doctrine « républicaine » (= conforme à l’idéologie du gouvernement), mais encore inciter les personnels chargés d’instruire la jeunesse à repérer et à punir toutes les brebis galeuses :

« • Être attentif aux atteintes à la République qui doivent être identifiées et sanctionnées.

• Mobiliser la vigilance de tous : les enseignants en cours, les CPE et assistants d’éducation dans les couloirs et la cour pour repérer des propos hors de la sphère républicaine en rupture avec les valeurs de l’Ecole et qui s'attaquent à la cohésion sociale. »

Mais il y a plus : les mal-pensants devront être signalés aux représentants de l’État, en lien avec le préfet, sans doute pour alimenter les fichiers des services de renseignement :

« Alerter

• Alerter l’équipe de direction afin qu’elle puisse :

• Effectuer un signalement dans l’application « Faits établissement » ;

• Informer l’IA-DASEN en lien avec la cellule départementale des services de l’État dédiée à cette action et mise en place par le préfet. »

Des mesures contreproductives ?

Si le but du gouvernement est vraiment d'inciter les élèves à développer leur esprit critique et à aimer les valeurs de la République, alors cette fiche est contreproductive. En effet, pour pouvoir critiquer efficacement les préjugés sexistes, antidémocratiques, antiscientifiques, « complotistes », il faut être capable d'en parler sereinement. Si les élèves savent qu'ils risquent d'être fichés et sanctionnés en exprimant des opinions politiquement incorrectes, ce n'est pas pour autant qu'ils vont les abandonner. Ils vont seulement devenir plus hypocrites. Et il y a pire : le simple fait qu'on interdise d'exprimer certaines opinions choquantes risque de faire croire aux élèves que les professeurs sont démunis intellectuellement face à elles, et qu'ils sont contraints d'intimider faut de pouvoir argumenter. Pourtant, il y a bien des matières où il est possible de réfuter ou de mettre en doute les préjugés des élèves. Le sexisme, par exemple, peut être battu en brèche en cours d'histoire-géographie, d'EMC (éducation morale et civique), de SES (sciences économiques et sociales), de SVT (sciences de la vie et de la terre), de philosophie.... Bien entendu, il ne s'agit pas de laisser certains élèves monopoliser la parole et dérouler leur propagande à tous les cours. Mais entre un laxisme complaisant et un climat de censure terrifiant, il y a tout de même une belle marge !

Police de la pensée et boucs émissaires

Alors, faut-il penser que les auteurs de cette fiche pédagogique sont totalement incompétents, voire stupides ? L'hypothèse ne doit pas être rejetée a priori. Mais on pourrait en envisager une autre, à savoir qu'il y a une stratégie cohérente du gouvernement pour maintenir en place le système politico-économique actuel (le capitalisme néolibéral). Ce système, qui concentre l'argent et le pouvoir entre des mains toujours moins nombreuses, est de plus en plus impopulaire. Les classes dominantes craignent donc, à juste titre, des révoltes de plus en plus massives, voire une révolution. D'où un renforcement constant des moyens donnés à la polices et aux services de renseignement. Il s'agit de réprimer violemment la contestation et de surveiller les éventuels dissidents. Il s'agit aussi de manipuler les esprits par la propagande. L'école est un lieu idéal pour cela.

Parmi les techniques de manipulation politique, il en est une qui a fait ses preuves depuis très longtemps (je n'ose dire depuis des millénaires, n'étant pas historien, mais cela ne m'étonnerait pas) : la désignation d'un bouc émissaire. Cela peut être les « assistés », tous ces pauvres et ces chômeurs qui nous coûtent « un pognon de dingue » alors qu'il suffit de traverser la rue pour trouver un emploi. Cela peut être aussi, dans d'autres circonstances, les musulmans (terme qui renvoie, dans l'imaginaire collectif, aux vieux épouvantails de l'Arabe et du Noir). Bien entendu, rien n'interdit de combiner les deux, et de stigmatiser les « quartiers sensibles », où se trouvent justement beaucoup de chômeurs, d'Arabes et de Noirs. Ainsi, la fameuse « cohésion sociale » est restaurée, mais au détriment des catégories les moins favorisées, et pour le plus grand bénéfice des classes dominantes.

Ceci, malheureusement, n'est pas une pure spéculation, comme en témoigne cet article de Camille Polloni (Mediapart) dont je cite le début :

Contre le communautarisme, la circulaire Castaner fait feu de tout bois 

18 février 2020 Par Camille Polloni

Publicité

Hygiène, sécurité, fraude… Les préfectures peuvent désormais s’en prendre par des moyens détournés aux lieux jugés problématiques sur le plan religieux. Lancée en 2018, l’expérimentation s’est généralisée depuis novembre. 

À l’issue d’un déplacement à Mulhouse, ce mardi, Emmanuel Macron a commencé à dévoiler comment il entend s’attaquer au communautarisme religieux. Ou plutôt, comme il le dit désormais, au « séparatisme islamiste ». Le président s’engage ainsi sur le terrain glissant où il semblait ne pas vouloir s’attarder au début de son mandat : se focaliser sur l’islam, sa place dans la République et son poids dans les quartiers. Ces « annonces » présidentielles, prévues de longue date mais sans cesse retardées, doivent s’étaler jusqu’après les municipales. En attendant, le ministère de l’intérieur fait office de laboratoire de ce nouvel interventionnisme. » 

Quant à l'idée d'une surveillance des individus en fonction de leurs opinions, elle est confirmée par le décret du 22 février 2020, dont je parlais dans un précédent billet de blog : « En France même, alors que le danger du coronavirus semblait encore lointain, un décret très inquiétant a été signé par le premier ministre et le ministre de l'intérieur. Il permet à des gendarmes de collecter des informations très personnelles (sur la prétendue origine ethnique ou raciale, sur les convictions philosophiques ou religieuses, l'appartenance syndicale ou l'orientation sexuelle des individus), de numériser ces informations et de les envoyer non seulement aux autorités judiciaires, mais aussi à des maires et à des préfets. Le Monde et Libération en ont parlé, mais pas les journalistes de Mediapart, à ma connaissance. »

En guise de conclusion

Faut-il se réjouir que la fiche sur les « replis communautaires » n'apparaisse plus sur le site du ministère de l'éducation nationale ? Cela signifie-t-il que le gouvernement fait machine arrière, ou qu'il veut simplement cacher un document dérangeant ? On pourrait opter pour la première hypothèse si le ministère disait clairement qu'il ne faut pas tenir compte de la fiche supprimée. Tant qu'il ne l'aura pas fait, il sera toujours à craindre que des chefs d'établissement ou des professeurs zélés ne veuillent l'appliquer, ignorant peut-être qu'elle n'est plus d'actualité.

Vous trouverez ce texte ci-dessous, sous deux formats différents :

  • une image du fichier original (PDF) ;

  • le texte dans une version qui vous permet d'en citer des passages si le cœur vous en dit.

Enfin, je mets en annexe les analyses de deux collègues, que j'ai pu lire par l'entremise d'une association de professeurs de philosophie, l'ACIREPh.

 

_______________________________________________________________________________

Réouverture

 

Coronavirus et risque de replis communautaristes

Aujourd’hui, la violence de la pandémie causée par un nouveau virus nous confronte à l’incertitude sur de multiples plans (en matière, médicale, sociale, économique, culturelle…). La crise du Covid-19 peut être utilisée par certains pour démontrer l’incapacité des Etats à protéger la population et tenter de déstabiliser les individus fragilisés. Divers groupes radicaux exploitent cette situation dramatique dans le but de rallier à leur cause de nouveaux membres et de troubler l'ordre public. Leur projet politique peut être anti-démocratique et antirépublicain. Ces contre-projets de société peuvent être communautaires, autoritaires et inégalitaires.

En conséquence, certaines questions et réactions d’élèves peuvent être abruptes et empreintes d’hostilité et de défiance : remise en question radicale de notre société et des valeurs républicaines, méfiance envers les discours scientifiques, fronde contre les mesures gouvernementales, etc. Or, plus que jamais, nous avons besoin de bâtir une société de la confiance, solidaire porteuse de sens et offrant aux élèves des chemins vers une socialisation positive.

1. Enjeux

• Lutter contre les replis communautaristes qui portent atteintes aux valeurs du pacte républicain et contre toute manifestation de séparatisme ;

• Lutter contre la désinformation, les théories complotistes, les rumeurs et les fake news sur le Covid-19 utilisées à des fins mercantiles et politiques ;

• Accompagner les personnels en établissement face aux réactions de repli des élèves.

2. Conduites à tenir

L’Ecole est le lieu par excellence de la transmission des idéaux républicains. Le rôle de l’École a été réaffirmé dans le plan national de prévention de la radicalisation (PNPR), « Prévenir pour protéger », présenté par le premier ministre le 23 février 2018 ; dix mesures y associent pleinement les acteurs de l'éducation nationale.

Identifier les discours ou les signes de replis communautaristes

Prendre en compte l’intégralité du spectre des idées radicales du communautarisme (ethnique, religieuse, culturelle, sociale, politique, mystique…).

Repérer les glissements sémantiques fréquents entre « communauté » et « communautarisme ». Le terme de « communautarisme » est utilisé pour signifier une dérive opposée à l’idéal républicain, qui donne la primauté des règles du groupe sur la loi républicaine française universaliste et intégratrice. Le communautarisme peut être alors considéré comme une menace pour la cohésion sociale en France. A l’inverse, « les communautés » en France sont anciennes et expriment le lien social. L’appartenance à une communauté, voire à plusieurs communautés, est un lien positif, voire essentiel pour la construction de l’identité de la personne et le développement des valeurs de l’individu.

Être attentif aux atteintes à la République qui doivent être identifiées et sanctionnées.

Mobiliser la vigilance de tous : les enseignants en cours, les CPE et assistants d’éducation dans les couloirs et la cour pour repérer des propos hors de la sphère républicaine en rupture avec les valeurs de l’Ecole et qui s'attaquent à la cohésion sociale.

Identifier les techniques de communication des groupes radicaux qui reposent sur diverses manières de procéder :

Attiser les peurs comme par exemple en qualifiant l’émergence du Covid-19 de « châtiment envoyé par Dieu sur qui Il veut » Le coronavirus est interprété comme une punition céleste ;

Exploiter la satisfaction vengeresse  : certains groupes extrémistes se félicitent de ce désastre sanitaire en exploitant le déroulement et les effets sur le mode coutumier de la vengeance ;

Exploiter la pandémie comme un présage apocalyptique ;

Participer à une vision manichéenne du monde (les bons scientifiques et les mauvais, les croyants et les impies etc.) ;

Engendrer volontairement des confusions et des antagonismes (islam/islamisme, communauté/communautarisme, identité/nationalité, religion/laïcité…) ;

Critiquer tous les discours d’autorité, notamment scientifiques, et en même temps de s’en servir pour discréditer les discours qui sont hostiles à leurs thèses.

Alerter

Alerter l’équipe de direction afin qu’elle puisse :

Effectuer un signalement dans l’application « Faits établissement » ;

Informer l’IA-DASEN en lien avec la cellule départementale des services de l’État dédiée à cette action et mise en place par le préfet.

3. Proposition d'activités pédagogiques

Aborder les questions sur la nouvelle situation géopolitique en lien avec la pandémie, en montrant à la fois la complexité des relations internationales et la place de la France.

Publicité

Etayer un débat dans le cadre d’une séance d’enseignement moral et civique (EMC) qui pose progressivement, de l’école primaire au collège, les règles de vie fondamentales dans un Etat de droit. Evoquer les spécificités des lois françaises et ses valeurs : l’indivisibilité de la République à l’article 1 de la Constitution ou de l’unicité du peuple français, reconnue dans la jurisprudence du Conseil constitutionnel, la laïcité présente, elle aussi, à l’article 1er de la Constitution et l’égalité entre les femmes et les hommes, reconnue dans le préambule de la Constitution de 1946 et donc intégrée à notre bloc de constitutionnalité.

Organiser une intervention des équipes académiques Valeurs de la République, sur les principes de liberté, l’égalité, fraternité et laïcité, pour une action d'accompagnement, voire une formation locale, notamment lorsque l’établissement est situé dans l’un des quartiers particulièrement sensibles identifiés dans le plan mis en place depuis février 2018.

Animer un débat, par exemple autour de l’émission de France culture intitulée « A propos des origines animales du virus » » avec l’infectiologue Didier Sicard qui peut faire l’objet d’une écoute par les élèves et d’une demande de synthèse. Cf. l’intervention sur France Culture.

Renforcer l’esprit critique des élèves avec l’éducation aux médias et à l’information (l’EMI) qui participe à la prévention du complotisme à l’école, afin qu’ils réussissent à résister à la tentation d’une lecture du monde simplificatrice et aux vidéos de propagande qui circulent sur internet.

Les préconisations qui précèdent sont appliquées dans les établissements sous contrat dans le respect de leur caractère propre

______________________________________________________________________________________________

Analyses de Serge Cospérec, professeur de philosophie,

et publiées sur la page Facebook du philosophe Emmanuel Faye

Mais qui ne voit que cette fiche est une infamie ? L'a-t-on lue ?
Quoi l’urgent pour la reprise des cours serait donc de scruter les risques de dérives communautaristes liées au Coronavirus ?!? C’est donc cela la préoccupation si urgente ?
On aura donc trouvé encore une fois le moyen de désigner le danger que représentent nos compatriotes musulmans - car si on cesse d’être hypocrite tout le monde comprend immédiatement que c'est d'eux qu’il s’agit - et on rappelle aux enseignants qu’ils sont chargés de la transmission des idéaux républicains (comme s’ils ne le savaient pas).

Le thème du repli communautariste est agité tel un spectre de façon répétitive en très peu de lignes, avec dramatisation rhétorique de l’enjeu : « déstabiliser les individus fragilisés », « groupes radicaux » dont le but est de « rallier à leur cause de nouveaux membres et de troubler l’ordre public », développant des « contre-projets de société… communautaires, autoritaires et inégalitaires »
Et tout cela à l’occasion du Coronavirus ? Et ça continue : « remise en question radicale de notre société », « manifestation de séparatisme » entraînant la nécessité de « prévenir pour protéger », d'identifier « les discours ou les signes de repli communautarisme » en prenant en compte « l’intégralité du spectre des idées radicales du communautarisme », qui constitue « une menace pour la cohésion en France » ou s’attaque « à la cohésion sociale ».

Et contre quoi il faut « être attentif aux atteintes », « mobiliser la vigilance de tous », « identifier les techniques de communication des groupes radicaux »…

Et tout cela à propos du Coronavirus et de la reprise des cours, n'est-ce pas ? Il n'y a rien d'un peu excessif ?

Et bien entendu il faudra « alerter l’équipe de direction », permettre le « signalement dans l’application « Faits d’établissement » » (c’est-à-dire accessoirement le recensement nominatif de cas suspects).
Et tout cela sous couvert « d’activités pédagogiques » ?
On ne fait donc plus de différence entre le métier du juge ou de policier, et celui d’enseignant ? Entre la pédagogie d'un côté et la surveillance et le signalement administratif ? Personne ne voit le mélange nauséabond des genres ?
« La société de confiance » est celle au nom de laquelle on demande aux enseignants de surveiller les élèves - et par le biais des familles, la population - et de procéder à des « signalements administratifs ».

La fiche prétendument pédagogique est un concentré de confusions et d’imbécillités ; on explique, qu’il faudra donc à l’occasion de ses discours sur le Coronavirus, intervenir très clairement sur « l’indivisibilité de la république », « l’égalité entre les femmes et les hommes », « organiser une intervention des équipes académiques Valeurs de la République »
Quelle idée se fait-on du savoir et de la rigueur académique quand on propose d’improviser des séances d’enseignement moral et civique à partir d’un tel galimatias ?
Et pourquoi cette obsession à concentrer toute l’attention dès la reprise des cours sur cette partie de la population qui sera immédiatement suspectée d’adhérer à ce genre de croyances complotistes ?
Si plus aucun enseignant ne s’interroge aujourd’hui quand il reçoit une fiche pédagogique de ce genre alors on peut effectivement s’interroger sur l’esprit critique.

 

Suite à une réponse très aimable d’Emmanuel Faye, Serge Cospérec précise encore

Je vous remercie Emmanuel Faye pour votre réponse et je suis désolé d’avoir occupé plus qu’il ne le faudrait votre page avec ces considérations.
Je précise un élément de contexte : je travaille à l’Inspe [Institut National Supérieur du Professorat et de l'Enseignement] de l’académie de Créteil. Très nombreux sont mes collègues universitaires qui ont été pour les uns indignés et pour les autres consternés que la reprise des cours dans l’académie de Créteil se fasse sous le signe de fiches de ce genre à destination des enseignants et des professeurs stagiaires.
Nous avons pris la responsabilité de faire connaître à nos étudiants et stagiaires la très grande réserve que nous inspirait ce genre de document et les avons invités à bien réfléchir au genre d’entreprise dans lequel les rédacteurs de cette fiche voulaient les engager.

Il n’est pas besoin d’être grand clerc pour deviner la réception d’un discours de ce genre dans les écoles, collèges et lycées de Seine-Saint-Denis, mais aussi de toutes ces banlieues du Val-de-Marne et de Seine-et-Marne dont les populations sont suspectées de séparatisme.
Encore une fois, le politique témoigne sa confiance envers certaines catégories de la population en exigeant à la moindre occasion qu’elles manifestent leur loyauté à l’égard des Valeurs de la République à travers des actes de stigmatisation et de suspiscion permanents.
On pourrait retourner l’accusation à l’envoyeur : qu’on fait les gouvernements successifs pour garantir la santé publique ? Quelle a été la politique à l’égard de l’hôpital public ?
Si on veut faire un cours d’enseignement moral et civique, n’est-ce pas plutôt le genre de questions qu'il faudrait examiner ?
Et je précise que ces fiches ne concernent pas que les lycéens mais bien tous les établissements publics d’enseignement y compris les écoles primaires. J’ai dit "publics" car cette fiche si soucieuse de l'indivisibilité de la République se termine sur cette mention bien singulière : « Les préconisations qui précèdent sont appliquées dans les établissements sous contrat dans le respect de leur caractère propre. »
Mais j’arrête là car j’ai abusé de votre accueil.

_____________________________________________________________________________

Article de Christiane Vollaire, philosophe 

COMPLOTISME IMAGINAIRE ET DISCRIMINATION RÉELLE

Sur un document de rentrée du Ministère de l’Éducation nationale

 On pourra lire cet article sur le site Le Paria.



46 réactions


  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 13 mai 10:23

    « Les communautarismes, c’est comme les chasseurs : il y a les bons et les mauvais »

     

    Si vous avez reconnu vous-même ainsi que les offusqués que les mauvais étaient les Musulmans, c’est qu’il doit y avoir un fond de vérité. Vous n’allez quand même pas prétendre que vous avez un mauvais jugement.


  • oncle archibald 13 mai 11:11

    Il eut été tellement plus efficace de rappeler sobrement aux enseignants les principes fondamentaux du service public de l’éducation qu’ils ne respectent pas toujours.


    Notamment le principe de neutralité du service public est le corollaire du principe d’égalité.


    Il implique que le service public soit assuré sans considération des opinions politiques, religieuses ou philosophiques des agents ou des usagers.

     

    Le service public de l’éducation poursuit l’intérêt général et doit répondre aux missions qui lui sont dévolues en respectant le principe de neutralité dans toutes ses dimensions : neutralité politique, neutralité religieuse, neutralité commerciale.


    Le respect de ce principe s’impose de façon d’autant plus rigoureuse aux enseignants qu’ils exercent leurs fonctions devant des enfants à l’égard desquels ils se trouvent en position d’autorité.

    C’est sans doute parce que certains enseignants se servent de leur pupitre comme tribune politique pour mettre dans la tête des élèves les « bonnes idées » que le ministère s’est cru obligé de leur rappeler très maladroitement qu’ils n’avaient pas à le faire.


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 13 mai 11:55

      @oncle archibald

      « neutralité religieuse, »

       

      La laïcité n’exerce pas la neutralité religieuse puisqu’elle oblige à enseigner seulement la théorie de l’évolution, qu’elle ne fait des recherches que pour la promouvoir et qu’elle interdit les écrits et paroles défendant la création dans les écoles, les médias, les librairies, les comités de lectures, les laboratoires, les thèses.

      Elle n’exerce pas la neutralité religieuse quand elle défend la théorie du genre très anti-chrétienne.

      Elle n’exerce pas la neutralité religieuse quand elle permet aux antichrétiens de venir parler devant les élèves sans permettre aux chrétiens de le faire à leur tour.

      Elle n’exerce pas la neutralité religieuse en promouvant la pilule plutôt que l’abstinence, en ne condamnant pas l’homosexualité.


    • Traroth Traroth 13 mai 13:18

      @Daniel PIGNARD
      L’évolution n’est pas un sujet religieux, c’est un sujet scientifique.

      Le genre n’est pas un sujet religieux, c’est un sujet scientifique et social.

      Laissez la religion où est sa place, et elle DOIT être limitée. Votre idée que la religion doit avoir son mot à dire sur tous les sujets doit être combattue. Nous vivons dans une société sécularisée, qui cherche à être guidée par la rationalité. La religion devra se contenter de la place qu’on veut bien lui laisser, c’est à dire les spéculations creuses sur l’origine de l’univers et sur l’existence ou non d’une ou plusieurs divinités. Quand elle aura réussi à progresser significativement sur ces points, on verra si on peut lui donner plus de responsabilités. Vue l’absence de progrès réels dans cette réflexion depuis les 8000 dernières années, je n’attendrais pas à côté du téléphone, à votre place...


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 13 mai 15:42

      @Traroth

      « L’évolution n’est pas un sujet religieux, c’est un sujet scientifique. »

       

      Ah bon, alors faisons parler la science de l’observation :

      https://www.agoravox.fr/commentaire5750025

      Ah la belle science que voilà !

      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/rechauffement-en-antarctique-le-221620#forum5678903

       

      On peut montrer les statuettes d’Acambaro représentant des dinosaures trouvées prises dans des racines d’arbre pour certaines et datées d’avant J.C.

      http://www.creationnisme.com/2009/05/dino_acambaro/


    • Traroth Traroth 13 mai 18:27

      @Daniel PIGNARD
      Wouah, vous avez trouvé une vidéo fake sur Youtube, et donc ça « démontre » que la science n’existe pas, c’est ça, votre argument ? Désolé, mais je ne vais même pas répondre.


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 13 mai 18:55

      @Traroth
      Et oui, la vraie science vous ferme la bouche. Vous n’avez plus que la censure pour pouvoir tenir avec vos mensonges.


    • mmbbb 13 mai 19:46

      @Daniel PIGNARD un avatar de la mouche du coche ?


    • mmbbb 13 mai 19:51

      @oncle archibald j avais un prof d histoire geo, rouge ; il nous emmenait voir des films sur le collectivisme chinois , Tout ce qui etait a l est etait louable 
      L ecole publique , il y a un grand abysse entre les grands principes de neutralité d egalité des chances et la réalité , Le grand ecart 


    • keiser keiser 13 mai 20:27

      @Daniel PIGNARD

      Attendez, j’ai bien vu !? ...
      Vous faites références à des sites créationnistes ?
      Le prochain, c’est sur la terre plate ?
      « Il est grand le mystère de la foi »


    • keiser keiser 13 mai 20:29

      @Daniel PIGNARD

      C’est très drôle qu’un créationniste parle de censure. smiley


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 14 mai 09:01

      @Traroth

      Allez encore des petits dinos pour la route :

       

      Cette mystérieuse créature ailée a été filmée en Chine par un individu, près de la frontière avec le Laos. Le cameraman a tout d’abord cru que c’était un oiseau mais en zoomant on voit clairement que c’est un ptérodactyle ou quelque chose de la sorte. Quelle est cette mystérieuse créature donc ?

      https://www.youtube.com/watch?v=bTeL8zZjNSA

       

      10 ptérodactyles en photos :

      https://www.youtube.com/watch?v=cryq1SPbp6k&feature=youtu.be

       

      Le ptérodactyle de Culmont en Haute-Marne :

      https://laporteouverte.me/2014/02/19/le-pterodacyle-de-culmont/

       

      Dinosaure filmé il y a 30 ans :

      https://youtu.be/t2FS9h1F1cI

       

      Belle brochette de preuves de dinosaures ayant vécu avec l’homme :

      http://dossiers.secrets.free.fr/anomalies/dinosaures.impossibles.htm


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 14 mai 09:17

      @keiser

      Voici quelques méfaits qu’a apportés la laïcité en France :

      https://www.agoravox.fr/commentaire5660692

       

      Persécution des créationnistes

      https://www.agoravox.fr/commentaire5695802


    • Traroth Traroth 14 mai 10:28

      @Daniel PIGNARD
      Je viens de comprendre. Vous pensez que votre vidéo sur Youtube est authentique, c’est ça ? Vous croyez qu’il y a des ptérodactyls dans le Colorado ! J’ai déjà lu des trucs marrants dans les forums d’Agoravox, mais là vous venez d’exploser le score ! Encore merci pour cette franche rigolade, ça fait du bien, dans cette période pas trop folichonne !


    • Traroth Traroth 14 mai 10:56

      @Daniel PIGNARD
      En plus, je viens de voir qu’en plus, vous vous auto-citez en imaginant que ça donne du poids à vos commentaires. C’est ridicule !


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 14 mai 13:38

      @keiser

      Bon, je sens que d’autres lecteurs seraient curieux d’avoir encore plus de documents à ce sujet :

      http://www.congopage.com/A-la-recherche-du-Mokele-Mbembe-le

       

      Pour la terre plate, jamais l’Eglise ni les créationnistes n’ont défendu la terre plate, il s’agit d’un enseignement d’une fausse accusation contre les gens d’église que l’on délivre dans les écoles et que les gogos sont trop heureux de ramasser pour, disent-ils mais ce n’est pas vrai, rire à gorge déployée.

       

      Voici deux liens qui parlent de la terre plate.

      http://www.contre-info.com/le-moyen-age-na-jamais-cru-que-la-terre-etait-plate#

      http://www.creationnisme.com/2009/05/terre_plate/#more-640


    • Traroth Traroth 15 mai 11:12

      @Daniel PIGNARD
      Il est très rare qu’on découvre de nouvelles espèces d’animaux vertébrés, de nos jours. Encore moins quand ils font la taille d’un ptérodactyle et qu’ils volent. Quand on en découvre, c’est toujours dans des recoins peu peuplés et peu explorés scientifiquement. Là, vous parlez de dinosaures de grande taille, volants, en France ou aux Etats-Unis ! Et bien sûr, vos images ont la qualité de toutes les images d’ovnis, comme c’est marrant. C’est flou, c’est pixelisé, c’est bougé. Votre niveau de crédulité dépasse l’entendement si vous êtes capable de croire à des conneries pareilles, on se croirait dans la BD Dilbert, quand le personnage éponyme se dit que tous les dinosaures ne peuvent pas avoir disparus, et qu’il se rend compte immédiatement qu’une famille de dinosaures vit sous son canapé...


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 15 mai 12:56

      @Traroth

      Et celui-ci, n’est-il pas beau ?

      https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201712181034374676-dinosaure-restes-inde-scientifiques/

      https://www.youtube.com/watch?v=wQKSiiZoaHs

       

      «  Puis le gourou de la géologie apparut. Le patron du Département, le Dr. Habte Churnet, « Où

      avez-vous trouvé cela ? » s’exclama-t-il. Le pêcheur raconta son histoire pour la dixième fois ce jour-là. Avec grande autorité il déclara : « Je suis le patron du Département et je dis que ceci

      n’existe pas. C’est une création de notre imagination. »

      http://lesmoutonsenrages.fr/2014/09/22/datation-et-geologie-ce-moulinet-nexiste-pas-officiellement/

       

      Mammouth en vidéo

      https://youtu.be/S7pdAFGDT6I?list=PLldkzme1C8rSrFI8ZjLGC3v1olSOQ6t_N

       

      http://le-cep.org/archive/CEP_20.pdf les dinosaures dans les chroniques anglo-saxonnes. (1)

      http://le-cep.org/archive/CEP_21.pdf les dinosaures dans les chroniques anglo-saxonnes. (2)


    • Traroth Traroth 15 mai 14:10

      @Daniel PIGNARD
      Vient le moment prévisible et prévu où vous nous sortez « le complot », donc. Il y aurait un complot pour nous faire croire que les dinosaures ont disparu, alors qu’en fait pas du tout.

      Personnellement, je suis convaincu que des complots existent. L’histoire en fourmille, d’ailleurs. Mais ils ont tous un truc en commun : ceux qui les fomentent y trouvent un intérêt. Ils font ça parce que ça va leur rapporter quelque chose.

      Et là, j’aimerais bien savoir quel intérêt il y aurait à faire croire au monde entier que les dinosaures ont disparu, si ce n’est pas le cas !


    • Gollum Gollum 15 mai 14:29

      @Traroth

      Si j’ai bonne mémoire son mammouth est un grizzly avec saumon dans la gueule ce qui lui donne la silhouette de... (bon j’ai pas vérifié sa vidéo mais je sais que ça circulait sur la toile)..

      Bien évidemment la méprise n’est possible que parce que c’est extrêmement flou et qu’il y a des gogos genre notre décérébré pour avaler de telles inepties..

      Y a des cas sur Avox... C’est ce qui en fait le charme exclusif d’ailleurs. smiley


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 15 mai 15:40

      @Traroth

      Lyell, qui a inspiré Darwin, a écrit qu’il voulait « en finir avec Moïse » (la Création et le déluge notamment).

      Eh bien, c’est justement cela le complot : « EN FINIR AVEC MOISE »

      Des sceptiques de Darwin, professionnellement à l’abri, s’expriment maintenant.

      Lorsque la voie est libre, et que leur carrière est à l’abri, certains universitaires peuvent se permettre de douter de Darwin publiquement.

      http://www.samizdat.qc.ca/cosmos/origines/SceptiquesdeDarwin_JB.htm

       

      Les expériences de Michelson et Morley en 1887 et de Michelson et Gale en 1924 reviennent à nier la translation de la Terre autour du soleil, et ainsi a admettre le géocentrisme : si la vitesse de la Terre v par rapport a l’éther est nulle (ou trop faible pour être décelée par l’interféromètre de MICHELSON-MORLEY), alors la Terre est quasi immobile dans l’Univers, et les mouvements des astres tels qu’ils sont observés en coordonnées géocentriques sont des mouvements absolus.

      Cette solution simple fut repoussée pour des raisons philosophiques : l’opinion savante de l’époque se refusait à concevoir l’intervention d’un Etre intelligent qui, au mépris du Hasard, aurait dispose notre Terre en un lieu privilège de l’Univers ; on ne voulait pas revenir a l’idée de Création.

       

      On tenta d’abord de mettre l’expérience en défaut. Le résultat fut toujours confirmé : la vitesse absolue de l’observateur terrestre ne peut être que beaucoup plus petite que 30 km/sec. On chercha donc d’autres interprétations.

      En 1892, FITZGERALD, un Irlandais, imagina que le bras transversal M-M1 de l’interféromètre se dilatait sous l’effet de la vitesse v, ce qui rendait égaux les temps de parcours.

      Puis, en 1904, LORENTZ, un Hollandais, propose au contraire une contraction du bras longitudinal M-M2, toujours dans la proportion « ad hoc », bien entendu.

      Enfin, en 1905, EINSTEIN proposait d’admettre que la vitesse de la lu¬mière, e, n’est pas affectée par la vitesse propre de l’observateur, v. Dans cette hypothèse, les 2 bras de 1’interféromètre en mouvement restent d’égale longueur et sont parcourus par la lumière avec une égale vitesse e. L’égalité des temps de parcours s’en déduit aussitôt.


    • JC_Lavau JC_Lavau 15 mai 16:04

      @Daniel PIGNARD. Ton prétendu « Etre intelligent », tu l’as toujours confectionné à ton image. Ne pas s’ébahir s’il n’a obtenu aucun succès.


    • Traroth Traroth 15 mai 16:16

      @Daniel PIGNARD
      Et il insiste en plus. Je pense que vous êtes officiellement le type le plus loin dans le délire d’Agoravox. C’est un exploit, parce qu’il y a du niveau !

      Et bien sûr, comme pour les platistes, pas la peine de touiller longtemps pour voir apparaitre les fondements religieux de vos superstitions délirantes. L’idée que la Terre et l’humanité ne puissent être qu’une poussière dans l’univers vous est insupportable, pas vrai ? Tout comme l’idée que l’être humain puisse n’être qu’une espèce parmi d’autres sur cette même Terre. Pas très bible ou coran compatible...

      Je vous signale que les négationnistes de Darwin n’ont jamais cessé de s’exprimer, maintenant ou avant. Personne ne le leur a jamais interdit. C’est

      parce que ce qu’ils racontent ne tient pas debout une seule seconde que plus personne ne les écoute, et pour aucune autre raison.

      Le meilleur argument, c’est que quand on regarde vos différents exemples, dinosaures pas disparus, terre plate, vitesse de la lumière, géocentrisme, éther... C’est au final quasiment toute la science que vous contestez. Alors que vous en utilisez les fruits tous les jours, en commençant par votre ordinateur !

      Non mais regardez la tronche de vos arguments, quoi ! Des photos foireuses, des films flous, des témoignages farfelus... Très clairement, ce n’est pas ça qui vous a convaincu, vous êtes venu avec votre conviction, et c’est tout ce que vous avez trouvé quand vous avez cherché de quoi l’étayer. Dommage, hein ?

      Je vais vous donner un conseil, dont vous ferez ce que vous voudrez : essayez simplement de jeter un œil un peu appuyé sur les arguments de la partie adverse, les reliquats de rétrovirus dans l’ADN, par exemple. Juste pour vous assurer qu’ils ne sont pas capables de vous convaincre.


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 15 mai 16:50

      @Traroth

      « les négationnistes de Darwin n’ont jamais cessé de s’exprimer, maintenant ou avant. Personne ne le leur a jamais interdit. »

       

      Ils sont interdits dans l’enseignement, dans les laboratoires, dans les médias, dans les librairies main-stream.

       

      Le complot mondial confirmé par la bible :

      « Pourquoi ce tumulte parmi les nations, Ces vaines pensées parmi les peuples ?

      Pourquoi les rois de la terre se soulèvent-ils Et les princes se liguent-ils avec eux Contre l’Éternel et contre son oint ? -

      Brisons leurs liens, Délivrons-nous de leurs chaînes ! -

      Celui qui siège dans les cieux rit, Le Seigneur se moque d’eux. »

      https://www.biblegateway.com/passage/?search=Ps+2&version=LSG


    • Traroth Traroth 16 mai 17:59

      @Daniel PIGNARD
      Avant d’enseigner quelque chose, il faut prouver que c’est vrai. On ne peut pas se pointer avec n’importe quelle connerie et exiger que ça soit enseigné aux enfants. Et là, il va falloir un peu plus que vos petites vidéos grossièrement truquées, hein ! Et les citations bibliques ne sont pas des arguments. Personnellement, je me torche avec la bible, le coran et la torah, entre autres. Une page après l’autre !


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 17 mai 09:54

      @Traroth
      La bible est le best seller mondial chaque année depuis l’invention de l’imprimerie. Le livre de Darwin est très très loin derrière.


    • JC_Lavau JC_Lavau 17 mai 10:02

      @Daniel PIGNARD. Merci d’avoir avoué ta quête éperdue d’un grand frère pour te cacher derrière.


    • Gollum Gollum 17 mai 10:09

      @Daniel PIGNARD

      Harry Potter aussi est un best-seller mondial. Cela est-il un gage de vérité et de vraisemblance ? Non.

      Curieux d’ailleurs de faire appel au nombre et donc au vote démocratique quand ça vous arrange...

      D’autre part beaucoup achètent la Bible sans forcément y adhérer. Comme document qu’il faut avoir lu. Au même titre que le dernier Goncourt.. smiley

      J’ai le Coran chez moi ça ne fait pas de moi un musulman.


    • Traroth Traroth 17 mai 20:50

      @Daniel PIGNARD
      La bible est certes un best-seller, mais qu’est-ce que ça démontre ? La science, à partir d’un certain niveau, est forcément la spécialité de quelques-uns, et il n’y a rien d’étonnant que les ouvrages scientifiques se vendent mieux que les livres de fiction. Je n’ai pas les chiffres, mais je suis persuadé que Harry Potter se vend mieux que « Le Principe de la conservation de l’énergie » de Max Planck. Vous vous esbaudissez de quelque chose de très banal et de très facile à comprendre.


  • Sozenz 13 mai 12:23

    https://fr.sputniknews.com/france/202005131043772358-des-photos-deleves-dans-une-cour-de-recreation-separes-par-des-traces-a-la-rentree-font-le-buzz—/

    voilà pour l equilibre psychologique des enfants qui sont restés à la maison comment les psychopathes du gouvernement font mettre en place la distanciation des enfants dans les ecoles  ;

    Immonde .

    ça va leur faire le plus grand bien de se voir séparer dans la cour de leurs copains et parqués dans des cases tracés sur le sol . c est pire qu’en prison ;

    même les allemands pendant la guerre n avait pas fait cela ;

    on interdit les masques pour les enfants pour bien les mettre dans un carré pour qu’ ils s emmerdent bien toute la journée . ne puissent pas courir.

    avec les masques ils pourraient au moins jouer avec leurs copains à des jeux calmes ;mais non . ça leur aurait fait plaisir

     là non , non seulement ils ne courent pas pour se depenser ; mais en plus ils restent sans rien faire .

    Arretez de faire des enfants ; ils sont en train de les tuer ; dans le corps et dans la tête ;


    •  John  John 13 mai 13:09

      Salut Sozenz !

      C’est honteux de voir ça, des gamins séparés et dans des carrés délimités !
      Comment peut-on avoir rien que l’idée de faire ça tout comme de faire subir à des mômes de telles supplices ... Du niveau de Guantanamo ...

      Formatés à devenir de gentils petits moutons en puissance ... La dictature en marche ... Ce Pays, mon Pays est tombé bien bas ...


    • Jelena Jelena 13 mai 18:36

      @Sozenz : Le taux de mortalité chez les moins de 15 ans est de 0%. Mais un prof, c’est comme un CRS, ça ne réfléchit jamais, ça se contente de suivre les directives.


    • nono le simplet nono le simplet 14 mai 09:19

      @Sozenz
      même les allemands pendant la guerre n avait pas fait cela 

      ah bon ? les stalags, oflags, camps de travail, de concentration ou d’extermination n’ont pas existé ?


    •  John  John 14 mai 09:53

      Salut Nono !

      Ben justement, en fait tu confirmes que cette politique menée par ce gouvernement se rapproche de plus en plus de cette idéologie macabre et ses façons de procéder ... Le but serait pourtant de s’en éloigner pour ne plus avoir à vivre et voir ça ! Mais non, leur choix est clair, ils préfèrent parquer des gamins comme du bétail pour que leurs parents puissent retourner au boulot pour engraisser et assouvir les fantasmes de quelques individus lobotomisés par la gangrène capitaliste ...


  • Francis JL 13 mai 17:19

    Le coronavirus a tué la démocratie.


  • AlLusion AlLusion 13 mai 17:57

    Un film que je viens de voir, pourrait apporter quelques compréhensions à la base de la jeunesse actuelle « L’atelier »


  • Leonid Bronstein 14 mai 05:17

    Je trouve que c’est le rôle de l’école que de corriger le « penser faux » et de déceler les opinions déviantes qui le plus souvent viennent la la famille proche ! cela permet d’atteindre les parents qui devront aussi être rééduqués...

    Et si c’est impossible pour cause de réticences, pourquoi ne pas les mettre de coté pour éviter les contaminations ?

    Un tel tri relève du rôle d’education de l’enseignant !


    • chantecler chantecler 14 mai 07:26

      @Leonid Bronstein
      Ouah , un humoriste !
      Ou un troll ....


    • arthes arthes 15 mai 19:59

      @Leonid Bronstein

      Mais non, mais non, ce rôle nécessaire d« éducation des masses est merveilleusement assuré par l’info en continue qui expliquent inlassablement et avec une splendide conviction » comment c’est qu’il faut qu’on pense" aux parents (dès fois qu’il leur arriverait de vouloir penser par eux même, qu’elle horreur !!!)

      Sur les réseaux sociaux aussi, il y a des tas de nouvelles très abrutissantes , tant et tant que elles sont décodées aussi par les médias (qui disent ce qu’il faut en penser), ça rend encore plus con et maboul.

      Les profs n’ont plus grand chose à faire pour éduquer les jeunes qui arrivent, bon, sauf qu’ils s’ennuient de plus en plus en cours.

      Pour l’éducation, il y a bien une idée...Genre , à partir de 7 ans et ce, obligatoire durant tout le cursus scolaire, au moins jusqu’au BAC , inclure un programme de cours d’art dramatique complet (cela n’a de dramatique que le nom), du théatre donc, de la danse, du chant et de la musique...Mais c’est assez hérétique....Pensez donc : Eveil de la pensée, de la créativité, de la sensibilité et à littérature , ouverture de l’esprit, culture du monde, connaissance des anciens contes et légendes jusqu’aux oeuvres contemporaines, apprentissage de la mise en scène, des jeux d’acteurs.....En plus cela permettrait d’acquérir le langage , la lecture et l’écriture....Et affleurerait à une esthétique morale par l’appréciation du beau dans l’Art , le plus sainement et librement... Mais....Brrrrrr....Au 16ème siècle on pouvait vous excommunier pour cela, de nos jours, la propagande de la pensée unique matérialiste se contente de dédaigner cette discipline vue comme un simple loisir tout en considérant que cela ne concerne qu’une élite.
      Puis il faudrait des enseignants qualifiés, je ne parle pas de dilettantes.


    • arthes arthes 15 mai 20:01

      @chantecler
      J’opte pour un troll farceur, ou un farceur tout simplement.


    • JC_Lavau JC_Lavau 17 mai 09:59

      @arthes. Il te manque une lecture, celle d’une leçon particulière dispensée par Stella Baruk. Elle veut illustrer les permutations, en imaginant des permutations de personnes à la table à manger. Le gamin lui répond qu’aucune permutation n’est envisageable, car les places reflètent les relations de pouvoir et d’interdiction dans la famille. J’ai oublié le détail, hélas. Ainsi dûment avertie, S. Baruk s’en tient au domaine formel, sans plus la moindre allusion à cette famille étouffante, et le gamin s’en trouve fort bien. Enseigner des abstractions formelles rend un signalé service à nombre d’enfants, leur donne un domaine de sécurité et d’épanouissement autonome qui leur est énergiquement refusé dans la famille. Ce fut mon cas.
      Ni en sciences ni en musique, mes vieux n’avaient un pouvoir de compétence et de nuisance, je me suis donc engouffré là. Hiver 55-56, ma grand-mère a explosé de rage parce que j’étais lecteur de Science et Vie, ce qu’elle ressentait comme une insulte à son omniscience matriarcale écrasante.


    • eau-pression eau-pression 17 mai 10:23

      @JC_Lavau
      De quel côté, cette grand’mère omnisciente ?
      J’ai raconté souvent à @Arthes les fantaisies steinériennes de ma grand’mère maternelle.
      Il y avait beaucoup de vérités écologiques dans ce qu’elle dénonçait (c’était l’époque du remembrement et l’arrivée de la « révolution verte »). Par contre, elle disait toujours que les polytechniciens avaient prédit que sa tour s’effondrerait. Sur ce coup là, je crois qu’elle extrapolait une peu trop.


    • JC_Lavau JC_Lavau 17 mai 12:53

      @eau-pression. http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/Fam_Lavau/Delire_charlatane_Reine-Mere.html
      Voir le testament de Cécile Compeyrot.

      Se prenant toute deux pour de vraies écrivaines, la rosemarde et feue ma grand-mère ont en commun d’écrire affreusement mal, mues par le même égocentrisme forcené. Formules d’articulation logique : « Et ça me rappelle... Et ça m’évoque... ».


  • Jonas Jonas 14 mai 08:43

    "Mais les exemples qui suivent sont surtout religieux, et la seule religion citée est l’islam."


    Que le gouvernment mette en garde contre l’Islam n’a rien de particulièrement choquant.
    Des milliers de jeunes des banlieues islamisées sont endoctrinés par des imams à la haine des femmes, des chrétiens et des juifs, au rejet de l’identité et de la culture européenne dans les plus grandes mosquées de France.


  • Politiquement correct et déni des réalités quand tu nous tiens... Revisionnez les spots « stop-djihadisme » du MEN, c’est à hurler de rire tellement c’est naif ! Exemple : le calife de Daech est rebaptisé... le « shah » (!)...


  • troletbuse troletbuse 17 mai 11:13

    Quoi, Micron aurait trouvé une nouvelle chance pour la France, venant d’Afrique et naturalisée depuis peu ?

    Avec Sibeth et Avia, ca ferait un superbe trio.


Réagir