samedi 2 janvier - par facta non verba

L’invention du mensonge publicitaire

Vous achetez un produit d'un très bel aspect, au goût agréable. Bien sûr, depuis quelques années, une étiquette écrite en caractères minuscules contient la liste des ingrédients. Mais vous ne la lisez pas, par flegme, ou parce que les noms sont incompréhensibles. Puis, un jour, en feuilletant un magazine sur la consommation, vous découvrez que votre produit contient toutes sortes d'additifs très mauvais pour la santé, voire des ordures dont le goût et l'aspect ont été changés par des produits chimiques. Conclusion : vous vous êtes fait avoir en beauté.

On pourrait faire un parallèle avec l'histoire du “roi” David de l'Ancien Testament :

«  Les portraits du roi David, polis pendant des millénaires par des armées de théologiens et professeurs de religion, ont fait de David le personnage le plus aimé de toute l'Écriture juive, et le plus important dans le domaine théologique. Mais que savons-nous vraiment de cet homme ? »

« Les sages du Talmud et les Pères de l'Église ont essayé de faire de David un saint en dissimulant, niant ou expliquant les péchés et les scandales que la Bible révèle. Dès l'Antiquité, par exemple, les rabbins ont décrété que les histoires les plus salaces de David ne devaient pas être traduites ou lues dans la synagogue. 1 » [KIRSCH, Commentateur du Talmuddans le magazine communautaireTablet]

[NOTE : malgré mon respect des règles fournies par un ancien auteur, je n'ai pas pu obtenir de lien hypertexte sur les notes de bas de page.]

Le déiste Peter ANNET contemporain de Voltaire – donnait en 1766 une explication à cet aveuglement :

« L’histoire de David est incomplète, rapportée par ses admirateurs hébreux, et il n'est pas facile de vaincre les préjugés précoces que l'éducation [chrétienne] en faveur de l’histoire des Hébreux a soigneusement inculqués tôt dans notre enfance, empêchant notre vision sous un bon éclairage : de sorte que des récits qui choqueraient l'humanité s’ils concernaient l'histoire des profanes, sont lus ici sans aucune émotion autre que le respect […] Il ne serait pas facile de trouver une période de toute l'Histoire qui soit plus sanglante ou plus riche en cruautés de diverses sortes que celle qui fait actuellement l'objet de l'attention du lecteur.2 »

 

David est un personnage très important dans les trois religions monothéistes :

– pour le judaïsme,« la piété de David était si grande que ses prières pouvaient ramener les choses du ciel sur la terre. » Ce deuxième roi d'Israël dirigea « un pays s'étendant duNil et l'Euphrate »  ;

– les Chrétiensen font un ancêtre de Jésus, « fils de David, fils d'Abraham. » Dans son Dictionnaire, Bayle écrivait :« C’est un soleil de sainteté dans l’église : il y répand par ses ouvrages une merveilleuse lumière de consolation et de piété... »3

– les Musulmans considèrent « le Prophète Daoud [comme] l'un des cinq Messagers mentionnés dans le Coran à avoir communiqué un Enseignement émanant de Dieu. » Le Coran précise même :« Ô David, Nous avons fait de toi un calife sur la Terre » (Sourate XXXVIII-26)

D'après le bibliste Steve McKenzie, David est le personnage occupant le plus de place dans toute la Bible, devant Moïse et Jésus.

S'il fut pris comme modèle par la monarchie française « comme idéal de justice, figure de pureté et de désintéressement, »son image s'étendait au-delà puisque, en Angleterre, la reine« Victoria se serait mis en tête que ses enfants descendaient de David ; tous les princes [jusqu’à Charles] auraient été circoncis pour cette raison jusqu’à ce que Diana y mette un terme.4 »

Son profil grec fut immortalisé par un Michel-Ange distrait quioubliade le circoncire dans sa célèbre statue de taille “goliathesque” (4,3 m de haut). 

  1. Portraits officiels de David

Voici comment l'auteur cité en introduction les présente dans une biographie assassine : « Les portraits modernes du roi David le dépeignent comme un jeune garçon au courage inégalé, un homme pieux et humble, un grand roi dont le cœur était dévoué au Seigneur et en comparaison duquel tous les autres monarques font pâle figure. Il est décrit comme l’ancêtre d’une dynastie qui règnerait un jour sur le royaume de Dieu sur terre. Beaucoup voient en lui le premier homme de la Renaissance : un poète à l’esprit et l’intelligence rares, un musicien de renommée nationale, un diplomate au talent consommé, un homme politique de grande sagesse, un brillant stratège militaire, un maître des armes de guerre, un théologien qui définit les bases de la pensée juive, et un inventeur des pratiques et institutions religieuses du judaïsme.5 »

Jusque là, pas un seul mot sur ses nombreux assassinats, pillages, traitrises et autres gentillesses qui l'ont amené au pouvoir.

  1. Naissance

Selon la Torah écrite(DEU 23:3), ce descendant de « Ruth, une Moabite » (cf. V. Hugo) produit de l'union de Loth avec l'une de ses filles, n'aurait pas pu devenir roi d'Israël ; mais c'était compter sans la Torah oralebien connue des savants, qui permit de régler le problème.

Bayle rapporte son origine :« Le père de David aimait sa servante, et après l’avoir cajolée plusieurs fois, il lui dit enfin qu’elle eût à se tenir prête à coucher cette nuit-là avec lui. Elle, n’ayant pas moins de vertu que de beauté, se plaignit à sa maîtresse qu’Isaïe ne lui donnait nul repos dans ses sollicitations. L’épouse légitime va discrètement prendre la place de la servante pendant 3 nuits de suite. chose fréquente dans la Torah.

Quand l’épouse se révéla enceinte, alors qu’il ne couchait plus avec elle depuis longtemps, le mari l’accusa d’adultère et envoya son rejeton parmi les pâtres à la campagne. » [p. 403].

« Son père avait l'intention d'épouser son esclave femelle préférée, mais sa femme prit la place de cette esclave : le résultat de cette union fut David, considéré comme le fils de l'esclave, raison pour laquelle il fut berger au lieu d'être élevé avec ses frères. »[Jencyclo]

Le thème du roi "berger" de son peuple était un motif passablement éculé à l'époque du supposé roi David. "Vrai berger" (sipa.zi) était un titre commun des rois sumériens puis mésopotamiens ; on trouve des traces de cette expression dans les plus anciennes inscriptions : En-sipa-zi-ana, est le sixième roi antédiluvien de Sumer. On peut citer aussi "Dumuzid, le berger... Etana, le berger... Lugalbanda, le berger...6" , mentionnés dans la Liste royale sumérienne. Voir aussi Jésus"Je suis le bon berger..." [Jean 10:11].

Contrairement à Wiki.fr qui évoque son « corps sculptural, » Dom Calmet rapporte que « les docteurs juifs du Talmud disent qu’il avait une physionomie peu avantageuse... qu’il était roux comme Esaü... Ils accusent ce prince d'avoir donné dans les folies de l'astrologie et dans la magie, et même dans l'idolâtrie, et d'avoir désespéré de son propre salut. »

D’après les “maîtres”, David « était pauvre et parfait, il naquit circoncis » (LeDavid mikhtam). Une loi obligeant obstétriciens et sages-femmes à déclarer de tels cas permettrait de gagner du temps.

Ses pouvoir divins étaient cependant reconnus : « Quand David regardait quelqu'un de travers, il le rendait lépreux : c'est ainsi qu ['il regarda] Goliath et le front de ce géant fut aussitôt couvert de lèpre.7  »

Dans la littérature rabbinique8, on apprend que, « en un jour, David étrangla de ses mains quatre lions et trois ours. Il fut une fois en grand danger quand il tomba sur un unicorne [?] endormi tellement gigantesque qu’il le prit pour une haute montagne et essaya de l’escalader, » confirmation scientifique de l'extinction de certaines espèces animales. Pour lui permettre d'en descendre, Yahweh envoya un lion, roi des animaux devant lequel l'énorme bête se prosterna.

D'après le Midrash Tehillim xxii. 22, un cerf est venu, que le lion a immédiatement poursuivi, de sorte que David s'est échappé à la fois du monstre et du lion.

Pour les ignares, les midrash sont « une méthode d'exégèse herméneutique, comparative et homilétique, et sont longuement cités par le Talmud,le fondement de la loi juive. »

David consacrait beaucoup de temps à l'étude de la Torah et à la prière car il se contentait d’un sommeil d’environ4 minutes [“soixante respirations”]. Réveillé par le son de sa harpe – fabriquée avec les boyaux du bélier qu’Abraham avait sacrifié à la place d’Isaac, d'après les “savants talmudistes” –, il commençait à étudier la Torah.

Interdit de rire devant la science rabbinique !

Dieu lui envoya plusieurs fois de l’aide sous forme d’animaux (araignée, grenouille, lion) mais il lui envoya aussi Satan déguisé en oiseau et en cerf.

On notera que c'est vers l'époque où son histoire fut créée, que Platon inspirait des ouvrages beaucoup moins comiques que ces fables... Récement, BHL proposa aux Musulmans un Talmud, preuve de l'importance que ce riche « homme de gauche » accorde à ce livre…

  1. David et le roi Saül

Le roi Saül – tiré au sort – était tombé dans une noire mélancolie, dont le démon se servait pour l'agiter (1Sam16:15-16) : « Que tes servants cherchent un habile joueur de harpe, et quand le mauvais esprit d’Elohim sera sur toi, il jouera, et tu iras bien. »

Par son talent, David guérit Saül, au point que celui-ci lui proposa une de ses filles comme épouse, mais à une condition. Lorsque le roi Saül exigea de David qu'il lui ramène 100 prépuces d'ennemis en échange de la main de sa fille, le vaillant petit soldat lui en amena 200. [Foreskin Follies]
À cette époque, pour compter les ennemis tués, les cruels Égyptiens faisaient couper en général leur main droite, ou leur phallus pour dénombrer les étrangers non circoncis. Dans les textes de Medinet Habu9, par exemple, on relève sur une inscription : “Total phalli : 12 535” et “12 860”. Le délicat travail de coupe des prépuces était donc un net progrès, mais le texte ne dit pas si David anesthésia préalablement les amputés.

  1. David et Jonathan

« La description de la première rencontre en 1 Samuel 18 est quelque peu surprenante. Imaginons un prince héritier qui spontanément se dépouille de tous les attributs de son rang, puis de tous ses habits pour les offrir à un jeune et bel inconnu [...]Selon la conception du Proche-Orient ancien, un homme de haut rang ne peut en aucun cas se dénuder.... Le geste de Jonathan révèle du coup un sentiment personnel et dans doute érotiqueà l'égard de David.10"

À la mort de son ami Jonathan, fils de Saül, David s'écria :« Jonathan mon frère ! Je suis dans l'angoisse pour l'amour de toi ; tu faisais tout mon plaisir ; l'amour que j'avais pour toi était plus grand que celui qu'on a pour les femmes. »[2SAM1 :26]

  1. La soif de pouvoir

Voici un passage qui donne un aperçu des amis de david : « Un joueur de harpe pour qui l'Eternel avait pris une tendre affection, s'est fait sacrer roi pendant que Samuel vivait encore ; il se révolte contre son souverain, il ramasse quatre cents malheureux, &, comme dit la sainte écriture, tous ceux qui avaient de mauvaises affaires, qui étaient perdus de dettes & d'un esprit méchant. »11 

  1. « La » faute de David

Très courageusement, wiki.fr évoque un seul épisode malheureux du héros : l'histoire de Bethsabée, l'épouse de Urie, un soldat très pieux (bien que hittite). Décidé à voler cette jolie femme, David envoya son mari au front pour le faire tuer : « Placez Urie au plus fort du combat, et retirez-vous de lui, afin qu'il soit frappé et qu'il meure. »
De nos jours, une telle abjectionvaudrait à son auteur de passer le reste de sa vie derrière les barreaux, et toute carrière politique future lui serait définitivement interdite.
La suite va montrer que cet exploit fut loin d'être le seul de notre roi.

  1. Biographie sous un autre angle

    1. Historicité

Dans l'un de ses nombreux livres, l'auteur du Dictionnaire amoureux du judaïsme écrit : « David et Salomon, dont l’existence historique est établie12... » Personne ne saurait douter une seconde de la fiabilité des informations dont dispose Attali, qui se déclare « croyant ».

Côté biblistes et archéologues, le constat est un poil différent.

«  Historiquement, nous n'avons pas la moindre preuve archéologique ou textuelle contemporaine de David montrant que lui et son fils Salomon aient même jamais existé. Ni David, ni Salomon, ni le royaume d'Israël sur lesquels ils régnaient, n'apparaissent dans l'une des inscriptions récupérées de l'époque de leur règne, pas plus en Canaan que chez les nombreux peuples et nations avec lesquels ils interagissaient ou sur lesquels ils auraient régné. » « Aucune découverte archéologique ne peut avec certitude être mise en relation avec lui,13 » affirme le professeur Steven Mckenzie, spécialiste réputé auteur d'une biographie.

Au lieu «  des découvertes archéologiques » de wiki.fr, une seule, la stèle de Dan, évoque une bytdwd ("maison de dwd"). Au maximalisteYosef Garfinkel, affirmant que la stèle de Dan prouve l'existence du célèbre roi, un spécialiste remet les pendules à l’heure en précisant que la stèle ne mentionne que bytdwd, expression qui ne se rencontre nulle part ailleurs dans les langues sémitiques de l'ancien Proche-Orient (pas plus que le nom dwd). On peut au mieux en déduire que cette maison était une chefferie14(à cette époque, Jérusalem n'était qu'une petite bourgade), opinion partagée entre autres par Niels Peter Lemche : « On ne peut pas avoir ensemble “le grand roi” de la Bible et un chef de bandits errant dans les montagnes de Juda. »

Quant à son fils Salomon, aucune découverte archéologique n'est venue confirmer l'existence de cet important personnage, dont le « royaume » s'étendait du Nil à l'Euphrate.

Tout ce qui concerne ces deux personnages ne repose que sur des hypothèses.

Mais admettons qu'un personnage de ce nom ait existé...

  1. Crimes de masse contre les civils

C'est un épisode assez sombre de la vie du héros que Wiki.fr a choisi d'ignorer alors qu'il est mentionné sans ambiguïté dans laTorah. Voici comment le résumait un célèbre écrivain : «  Chez les alliés de son bienfaiteur Achis, […] à la tête de six cents bandits, [...] [David] pillait tout, il égorgeait tout, vieillards, femmes, enfantsà la mamelle. Et pourquoi massacrait-il les enfants à la mamelle ? “C’est, dit le texte [1SAM 27:9-11], de peur que ces enfants n’en portassent la nouvelle au roi Achis”... David s’empare de tout le royaume ; dans la ville de Rabbath, il fait mourir tous les habitants par des supplices assez extraordinaires ; on les scie en deux, on les déchire avec des herses de fer, on les brûle dans des fours à brique. [2SAM12-31]

Après ces belles expéditions, il y a une faminede trois ans dans le pays. Pourquoi ? La réponse était fort aisée : dans un pays qui à peine produit du blé, quand on a fait cuire les laboureurs dans des fours à briques et qu’on les a sciés en deux, il reste peu de gens pour cultiver la terre.
David dit aux Gabaonites qu’il est juste de 
punir la race de Saül ; et il donne aux Gabaonitesseptpetits-fils de Saül à pendre, lesquels furent pendus parce qu’il y avait eu famine.15 »

Le verset 2SAM 12:31rapporte que David ne se limita pas à la seule ville de Rabbath :« il traita de même toutes les villesdes fils d'Ammon. »

  1. Falsification de la Torah

Bien que les « exploits » de David soient connus depuis longtemps, comme le montre Voltaire, certains « traducteurs » ont cru bon de les déformer totalement.

Voici la version Louis Segondde la Bible en français traduite entre 1874 et 1880 : 

« Il fit sortir les habitants, et il les plaça sous des scies, des herses de fer et des haches de fer, et les fit passer par des fours à briques. »

Publicité

On trouve le même sens pour les versions anglaises de la 21st Century King James Version(KJ21), et l'American Standard Version (ASV), entre autres. 

Mais ces descriptions d'exactions répétéespiresque celle d'Oradour sur Glane ont dérangé quelques pieux traducteurs religieux qui ont cru bon de « corriger » le texte.

Exemples :

– 2 Samuel 12:31 version Segond 21après 1945 « éditée par la Société biblique de Genève et publiée à partir de 2007 » :

« Il déporta ses habitants et les affecta au maniement des scies, des pics de fer et des haches de fer, ou encore les fit travailler au moule à briques. »

– La Bible du semeur, parue en 1992, « s'attache à traduire le sens des phrases plutôt que de respecter une correspondance exacte entre les mots du texte original et ceux du texte traduit » :

« Quant aux habitants, il les emmena et les affecta à diverses corvées pour manier la scie, les herses de fer et les haches de fer[a]. Il en établit aussi comme mouleurs de briques. »

Il est donc bon de corriger ces abjectionsen donnant une versionqui expose le texte hébreu, le sens des mots, et la traduction anglaise :

« He also brought out the people who were in it, and set [to put, place] [them] under saws, sharpiron instruments and iron axes, and made them pass through the brickkiln. »

Ce qui donne :

« Il a également amené les gens qui s'y trouvaient, les a placés sous des scies, des instruments de fer tranchants et des haches de fer, et les a fait passer à travers le four à briques. »

À ma demande, des professeurs de latin et de grec ont traduit les passages de la Septante (ca–270)et la Vulgate(vers 400)  : le résultat est quasiment identique à celui de Voltaire.

Dans la biographie16qu'il lui consacre, Jonathan Kirsch rappelle que David« était aussi capable de grande tromperie et de violence sanguinaire » (« Saül a tué des milliers, Et David des dizaines de milliers » [1Sam:18-7])

Greenberg (op. cit.) se fait évidemment un plaisir de souligner ses nombreux crimes. 

« Dans un nouveau roman biblique par l'auteur israélien Yochi Brandes, Kings III, David est décrit comme un guerrier sanguinaire...qui massacre sans pitié ses ennemis.17  »

Bien que ces massacres soient décrits dans la Torah,non seulement Wiki.fr n'évoque pas une seule fois ces atrocités qui rappellent celles commises par les nazis, mais « la référence » fait encore mieux en présentant deux fois ce criminel de masse comme un... «  maquisard  ». mot qui évoque en France un opposant aux nazis… 

Yaweh ne reprocha pas ces crimes atroces à l'homme qu'il avait« choisi selon son coeur »[1SA 13:14] :« David avait fait ce qui est droit aux yeux de l'Éternel, et il ne s'était détourné d'aucun de ses commandements pendant toute sa vie, excepté dans l'affaire d'Urie, le Héthien. »[1RO 15:5] Donc encore une preuve que l'Éternel approuve les crimes contre l'Humanité.

À la décharge du roi David, Calmet déclarait qu'il lui arrivait d'être « abandonné de l'esprit de la grâce » ; mais en dehors de ces moments d'égarement, il relevait chez lui « un cachet de douceur, de tendresse, de générosité qu’on chercherait vainement [ailleurs]. »

Le très respectable site Lamed écrit de ce pillard criminel sadique : « c’est surtout sa grandeur spirituelle qui resplendit. »

Il faut reconnaître que Yahweh, le “maître” de David, avait de quoi inspirer son élève :

« Je suis toujours étonné de voir combien de fois ce Dieu ordonne le meurtre de personnes innocentes même après que les dix commandements aient dit « Tu ne tueras pas ». Par exemple, Dieu tue 70 000 innocents parce que David a ordonné un recensement du peuple (1Ch 21). Dieu ordonne également la destruction de 60 villes pour que les Israélites puissent y vivre. Il ordonne le meurtre de tous les hommes, femmes et enfants de chaque ville, et le pillage de tous ce qui a de la valeur (Deut 3). Il ordonne une autre attaque et le meurtre de “toutes les créatures vivantes de la ville : hommes et femmes, jeunes et vieux, ainsi que des bœufs, des moutons et des ânes” » (Josué 6). Dans Juges 21, Il ordonne le meurtre de tous les habitants de Jabesh-gilead, à l'exception des filles vierges qui ont été emmenées pour être violées de force et mariées. Quand ses sbires voulaient plus de vierges, Dieu leur disait de se cacher le long de la route et quand ils voyaient une fille qui leur plaisait, la kidnapper et la violer de force et en faire leur femme ! Presque toutes les autres pages de l'Ancien Testament évoquent Dieu tuant quelqu'un ! Dans 2Rois 10:18-27, Dieu ordonne le meurtre de tous les adorateurs d'un dieu différent dans leur propre église ! Au total, Dieu tue directement 371 186 personnes et ordonne le meurtre de 1 862 265 personnes supplémentaires.

Le Dieu de la Bible autorise également l'esclavage, y compris la vente de sa propre fille comme esclave sexuelle (Exode 21:1-11), la maltraitance des enfants (Juges 11:29-40 et Ésaïe 13:16) et le fait de tuer les bébés en les frappant contre des rochers (Osée 13:16 & Psaumes 137:9). [Evil Bible]

On pourrait ajouter aux exploits de David :
– deux histoires contradictoires dans la Bible, sur la mort du roi Saül, toutes deux tentant de surmonter le fait que David a été trouvé en possession de preuves incriminantes le liant à la mort de Saül.
– David devint roi de Juda alors que Saül était encore roi d'Israël, et allié de Juda avec les Philistins contre Israël.
– David est devenu roi d'Israël seulement après avoir mené une guerre civile de deux ans contre, le fils de Saül et le roi légitime d'Israël après la mort de Saül.
– Une rébellion militaire populaire contre le roi David l'a temporairement retiré du trône et une seconde rébellion populaire a menacé de faire la même chose. [Greenberg, op. Cit.]

D’après la Kabbale et l'école de rabbi Rashba (“l'un des savants les plus remarquables de la communauté juive médiévale”), le démon Asmodée serait né de l’union du roi du David et de la succube Agrat Bat Mahlat.

  1. David exorciste

Cet aspect plus amusant, mais pas trop raconté, est indiqué dans la Torah. Contrairement à wiki.fr affirmant que « l'esprit de [Saül] se troublait, » le saint Livre affirme qu'il était victime d'un sort envoyé par Yahwehlui-même. Flavius Josèphe décrivait Saül, « envahi par des démons,... tourmenté par les mauvais esprits,... trouble où le jetaient les démons, chaque fois qu’ils s’emparaient de lui.18 »Muni de sa lyre ou de sa harpe, David chassait ces mauvais esprits par la musique.

  1. Goliath

Comme avec tous les ennemis réels ou supposés des Hébreux, les “docteurs” du Talmud ont recours à l'insulte : d'après R. Johanan, «  il était fils de 100 pères et d'une mère »(donc d'une prostituée) : d'après R. Rab, un autre “savant”, tous les hommes avaient des rapports avec la mère de Goliath par derrière [Soṭah 42b]. Afin de montrer le sérieux de ces docteurs, on peut citer R. Ḥanina, pour qui l'équipement de Goliath pesait 60 tonnes, alors que, d'après R. Abba bar Kahana, il pesait 120 tonnes. [JENC].

« Dès que David regarda le géant Goliath ce dernier fut frappé par la lèpre et ancré au sol de sorte qu'il ne pouvait pas bouger. Lorsque David lui dit ”je donnerai ta chair aux oiseaux du ciel,” Goliath leva la tête, ce qui permit à David de frapper le front exposé du géant. »

Les savants musulmans divergent sur l'origine des pierres utilisées par David pour tuer Goliath : pour certains, ce serait celles qu'Abraham jeta sur le diable qui voulait l'empêcher de tuer Isaac...

L'exploit le plus connu du berger David abattant d'un coup de fronde le champion philistin Goliath commence à être sérieusement mis en doutepar les spécialistes, car un verset très connu (2 SAM 21:19) prétend qu'un certain Elchanan fut le vainqueur de Goliath. Après avoir longuement étudié cette affaire et les rivalités entre différents clans de prêtres au cours des siècles, un historien de la Bible à l'Université de Tel-Aviv conclut : « Ainsi, il est clair que 2Sa 21:19 représente la couche la plus ancienne et la plus précisede la tradition, et donc Elhanan de Bethléem fut probablement le guerrier qui tua Goliath.19 »

  1. Qui a rédigé les Psaumes ?

David est surtout connu pour ces textes qui occupent les livres des Psaumes. Mais là encore, patatras ! « Bien que de nombreux savants pensent qu'au moins quelques-uns, voire peut-être beaucoup de psaumes, datent de la période préexilique (avant –586), aucun ne peut être daté, sur des bases linguistiques, au 10e siècle BCE, la période de David.20 »

Le Psaumes 68:21-23 aurait été parfaitement en accord avec cet homme plein de douceur :

« Oui, Dieu brisera la tête de ses ennemis, Le sommet de la tête de ceux qui vivent dans le péché. Le Seigneur dit : Je les ramènerai de Basan, Je les ramènerai du fond de la mer, Afin que tu plonges ton pied dans le sang, Et que la langue de tes chiens ait sa part des ennemi » [Psaumes 68:21-23]

  1. La curieuse étoile de David

De tous les pays dont le drapeau s’orne d’étoiles, Israël est incontestablement celui qui affiche en plus gros ce symbole. Or, d’après Jonathan Kirsch (déjà cité), « le terme hébreu pour idolâtre est oved kochavim =serviteur des étoiles. » (On rencontre aussi l’expression contemplateur des étoiles). L’étoile serait donc le symbole-type des adeptes d’“abominations” !

D’après Wikipedia hébreu, cette étoile à six branches « apparaît aux côtés du sceau de Salomon et d’une croix gammée dans un certain nombre d’antiques synagogues en Israël pendant la période du Second Temple... » [Wiki.he]

L’Encyclopédie Juive précise qu’elle n'est pas mentionnée dans la littérature rabbinique, et qu’elle semble avoir été utilisée comme amulette ou talisman  ; elle aurait pris dans certains groupes juifs une importance telle que le “savant” Yehuda Ben Eliyahu Hadassi (XIIe s.) aurait dénoncé « ceux qui ont fait de l'étoile de David un culte. » [Wiki.he]

Cette étoile pourrait être aussi un lointain souvenir de « Kiyyun, votre idole, l’Étoile de votre Dieu que vous vous êtes confectionnée »[AMO 5:26] (Kiyyun était un dieu des païens.)

Quelle que soit son origine – on la trouve à Sumer et en Inde –, elle relève incontestablement de l’idolâtrie, ce qui pourrait incommoder Yahweh qui n’avait déjà pas dû apprécier de voir « un petit-fils du divin Moïse – juste Dieu ! – premier chapelain d’une tribu idolâtre !21, » et encore moins Mical, l'épouse de David, se promener avec un théraphimidole de taille humaine.

Pour clore cette parenthèse,l’origine des couleurs du drapeau israélien (blanc et bleu) se trouve dans le livre d’Esther [8:15], où Mardochée sort de chez le roi « avec un vêtement royal bleu et blanc. » Ces couleurs d’Israël ont donc été empruntées aux Perses. Si l’on ajoute que l’hymne national israélien est emprunté à la célèbre Moldau du Tchèque Bedrich Smetana, cela fait beaucoup d’emprunts pour un peuple auquel Yaweh ordonna de n'en point faire.

  1. Richesse de David

Dans une vidéo22rendue célèbre par les deux histoires juives qui l'introduisent (la première rappelant le principal critère de jugement, la deuxième pouvant être qualifiée d'antisémite si elle était racontée par un non-Juif), Jacques Attali note un invariant de la Torah : tous les patriarches hébreux se sont enrichis. Des chapitres précédents ont montré que ces enrichissements résultaient de pratiques peu recommandables : prostitution, vol, escroquerie, assassinats, pillages.

David ne manqua pas de respecter cette tradition en laissant quelques économies de ses pillagesà son fils Salomon :3 000 tonnes d’or(plus que les réserves de la France) et 30 000 tonnes d’argent [1Ch 22:14], ce qui permettrait de bâtir une modeste masure d'environ 400 m2 sous 4 m de plafond avec des murs, cloisons et plafond en or massif, dans un parc entouré d'un mur en argent massif de 3 mètres de haut sur 5 kilomètres de long (environ 200 hectares). 

  1. Punition divine

Yahweh s'irrita contre David, mais pas à cause de ses crimes (Yahweh est miséricordieux). Le roi avait ordonné un recensement des Hébreux, ce qui déplut à l'Éternel qui lui laissa le choix entre « trois fléaux que je vous prépare ; ou votre pays sera affligé de la famine pendant sept ans, ou vous fuirez durant trois mois devant vos ennemis, ou la peste désolera vos états pendant trois jours. David choisit la peste ; et dès le lendemain ce fléau commença, et il mourut pendant les trois jours soixante et dix mille personnes. » [2SAM24.15]

Au lieu de perdre de l'argent à analyser et combattre les prétendus virus du Sida ou de la Covid19, ne serait-il pas préférable d'invoquer le pardon de Yahweh ?

  1. ­Mort de David

D'après les “docteurs” cités par Calmet, à la fin de sa vie – « soixante-dix ans, âge qui lui fut assigné par Adam »–, il obtint de Yahweh de ne mourir que le soir du sabbat, à la suite de quoi il se plongea dans la lecture édifiante de la Torah« Le diable attendait le moment qu'il cessât de lire la Loi pour le frapper de mort ; mais comme il n'en discontinuait pas la lecture, Satan s'avisa, pour le distraire, d'aller abattre des pommes dans le jardin du roi : David accourut au bruit ; et comme il descendait précipitamment par une échelle de bois pour découvrir le voleur, le diable tira l'échelle, le roi tomba et se tua.23 »

Sic transit...

  1. Conclusion au choix

Voici la version de Greenberg [op. cit.], basée sur la simple lecture du texte et quelques éléments empruntés à des spécialistes : « David était un mercenaire corrompu et ambitieux qui trahit Israël en travaillant avec ses ennemis pour s’emparer du trône du roi Saül ; un politicien ambitieux et impitoyablequi a initié, approuvé, ou toléré le meurtre et l’assassinat comme moyen d’éliminer ses rivaux politiques, royaux ou autres ; un vassal des Philistins qui utilisa une armée de mécontents pour terroriser et conquérir le royaume de Juda quand Saül était encore sur le trône ; un usurpateur qui est allé en guerre contre Israël après la mort de Saül et s’est imposé comme roi sur la nation d’Israël par la force militaire ; un tyran cruel et injuste qui utilisa des mercenaires étrangers pour centraliser le pouvoir sous son contrôle direct et qui opprimait le peuple d’Israël avec des impôts élevés et le travail forcé ; un militaire impérialiste qui mena des guerres de conquête contre ses voisins et exposa les Israélites pacifiques à des contre-attaques militaires faisant de nombreux morts, blessés, ou veuves ; et le bénéficiaire de contes et légendes qui ont fait de lui l’auteur de faits héroïques d’autres personnes, comme la fausse allégation selon laquelle le jeune David tua le géant philistin Goliath. » 

Noter que les critiques de David sont anciennes : Tertullien(ca 200), « considéré comme le plus grand théologien chrétien de son temps, »reconnaissait déjà que «  David,ce prince “selon le cœur de Dieu”[1 Sam. 13:14.] est souillé du double crime d'adultère et d'homicide24 »

Il manque à ces jugements le qualificatif d'auteur de crimes de guerre, qui l'enverrait de nos jours devant le TPI.

Le personnage dont il est question, est celui dont les victoires « consacrent la suprématie du peuple d’Israël sur l’ensemble de la Terre d’Israël, » ce qui explique le soin mis par les éditeurs de wikipedia.fr à rédiger une fiche d’une honnêteté scrupuleuse destinée à corriger l’opinion défavorable qu’un innocent pourrait avoir à la simple lecture de ses exploits.

– Le regroupement d'Israël en une nation est exclusivement son œuvre, car il fut le premier à unifier ce qui jusqu'alors n'était qu'un conglomérat de clans et de tribus.

– David «  est présenté dans le récit biblique, avec son fils Salomon, comme l'un des deux fondateurs de l'ancien État israélite. »

– « La Bible, selon Ben Gourion, était la troisième composante de la “sainte trinité” juive : peuple, terre et réserve. »[SHA. A25]

Publicité

– «  Ben Gourion reconnaissait la revendication biblique sur Israël […] La Bible est notre mandat » [NYTimes, 8/1/1997] 

– Le fabuliste Elie Wiesel (suivant Alexandre Cockburn) félicitait les colons « qui nous rejoignent dans la Cité de David » [Mondoweiss]

Alors, lisez les notices accompagnant les produits qui vous sont vendus, afin de ne pas vous faire piéger par les publicités mensongères qui ont la vie dure !


 

 

KIRSCH, Jonathan, King David : The Real Life of the Man Who Ruled Israel, p. 4.

ANNET, Peter, Review of The Life of David, The History of the Man After God's Own Heart,1766

BAYLE, Pierre, Dictionnaire historique et critique, p. 135.

“Royal Baby Circumcision : Will Prince George Be Circumcised ?”, Huffington Post30/07/2013.

The Electronic Text Corpus of Sumerian Literature, The Sumerian king list.

DOM CALMET, “David”.

Article “David”, Jewish Encyclopedia.

BREASTED, J. H., “Historical Records of Ramses III”, in Studies In Ancient Oriental Civilization, p. 13-14.

10 Römer Thomas, Bonjour Loyse, L'homosexualité dans le Proche-Orient ancien et la Bible, pp. 69-70.

12 ATTALI, Jacques, L’Homme nomade, p. 174.

13 MCKENZIE, Steven L., Le roi David : le roman d’une vie, p. 25.

15 VOLTAIRE, article “David” dans Questions sur l’Encyclopédie, 1775, t. III, p. 243.

18 FLAVIUS JOSÈPHE, Antiquités Judaïques,VIII, 2.

19 NA'AMAN, Nadav, “In Search of the Ancient Name of Khirbet Qeiyafa”, p. 4-5.

20 BERLIN A., BRETTLER M. Z., The Jewish Study Bible : Jewish Publication Society Tanakh Translation, p. 1282.

21 VOLTAIRE,Œuvres complètes, Vol.5., p. 139.

22 ATTALI, Jacques, Le capitalisme peut-il être moral ?,Akadem.

23 DON CALMET, article Davidin Dictionnaire Historique, etc.p. 240.

24 Tertullien, Prescriptions contre les hérétiques, .III

25 Anita Shapira, The Bible and Israeli Identity, Cambridge University Press



50 réactions


  • Laconique Laconique 2 janvier 11:11

    Quand la société sécularisée, féminisée, individualiste, juge des textes de l’âge du bronze en leur imposant son propre prisme. Des pages et des pages et des pages pour lire l’Ancien Testament avec l’œil moralisateur des valeurs d’aujourd’hui. Tout cela a été fait mille fois. Avez-vous lu l’Iliade et l’Odyssée ? Qu’avez-vous à dire sur les « exploits » d’Achille, d’Hector, d’Ulysse ? Est-ce « moral » ? Que de contresens... Quelle perte de temps... Dehors les oiseaux chantent. Et jam summa procul villarum culmina fumant, Majoresque cadunt altis de montibus umbræ...


    • facta non verba 2 janvier 12:17

      @Laconique
      Je m’attendais à l’intervention du comique qui se prend pour Platon, raison pour laquelle j’ai brièvement mentionné ce philosophe.
      À ma connaissance, les héros de l’Iliade et de l’Odyssée n’ont jamais été considérés comme des modèles ayant existé, contrairement à ce David qui fait se pâmer des millions (milliards ?) de gens comme vous encore aujourd’hui.
      Allez réviser votre Talmud !


    • Laconique Laconique 2 janvier 13:13

      @facta non verba

      Lol. Vous feriez bien de lire davantage Platon, ça vous apprendrait l’ironie socratique, et l’art de répondre avec un peu plus d’esprit. Vous avez fait un travail de qualité au niveau des sources et de l’iconographie. Mais sur le fond rien de nouveau. Vous recopiez les textes et les jugez de façon littérale sans le moindre travail critique ou exégétique. Vous vous inscrivez en cela dans une longue lignée d’articles sur Agoravox, des plus primaires (P.-A. Teslier) aux plus aboutis (JP Ciron, qui a au moins l’intelligence de répondre courtoisement). Mais tout cela revient au même, sur le plan de la pensée et de l’exégèse c’est nul, puéril. Je vois que vous avez publié votre premier article ici en décembre 2020. Détendez-vous, c’est un site de trolls et de semi-trolls, les gens s’amusent, vous n’allez pas révolutionner la théorie biblique ici (et avec de tels articles).


    • facta non verba 2 janvier 13:32

      @Laconique
      « Vous recopiez les textes »
      Les textes que récitent des millions de fidèles, mais surtout, ceux qu’ils ne lisent pas.
      Quant à faire un « travail critique ou exégétique » sur le récit de crimes de masse, de pillages, ou de traitrise, je ne sais pas faire, et j’attends que vous m’expliquiez la démarche intellectuelle nécessaire.
      Vous mentionnez JP Ciron, dont je ne lis pratiquement que ses articles, toujours avec plaisir. Vous y trouverez certains de mes commentaires, toujours flatteurs. Il parle surtout du zoroastrisme, sujet qu’il maitrise mieux que moi. En revanche, sur Sumer, il admet que mes connaissances sont plus approfondies.


    • Laconique Laconique 2 janvier 14:12

      @facta non verba

      On a eu ces polémiques mille fois, je vais pas y revenir. La base, le point de départ de tout travail philologique devrait être de comprendre le contexte socio-culturel de l’émergence des textes. Autrement dit de ne pas plaquer nos valeurs sur des textes tri-millénaires. Rien qu’à un siècle de distance les textes patriotiques de la fin du dix-neuvième vous feraient frémir. Et les paroles de la Marseillaise... La Bible, l’Ancien Testament n’est pas un livre d’édification, c’est un livre historique. Des villes étaient vouées à l’anathème, c’est comme ça, on le voit encore chez Thucydide, chez Salluste. Les qualités d’un chef n’étaient pas celles que l’on peut attendre d’un dirigeant moderne. On ne devrait pas avoir à le rappeler. Et sur le plan théologique, David n’est pas un modèle indépassable, c’est un pécheur, personne ne rend un culte à David ou à Salomon, personne ne cherche à les imiter (sinon sur le plan la foi). L’imitation de Mahomet est en revanche préchée en Islam, mais c’est bizarre ni vous ni JP Ciron ni P.-A. Teslier n’avez écrit le moindre article sur le sujet... Derrière tout cela, on sent la même haine envers un petit État qui ne change pas avec le sens du vent et qui tient à son héritage plus qu’aux lanternes sans cesse renouvelées des idéologies mondialistes.


    • facta non verba 2 janvier 16:06

      @Laconique

      Assalâm ‘Alaykum

      « les paroles de la Marseillaise » ont été rédigées en 1792, donc en plein guerre contre l’Autriche. C’était « une exhortation au combat contre la tyrannie et l’invasion étrangère. »

      « l’Ancien Testament est un livre historique »
      Absolument ! En cette période de sècheresse, je cherche à provoquer un Déluge qui recouvrirait l’Himalaya ; ou comment faire tomber le mur de mon voisin avec ma trompette ; et comment « honorer » mes 1000 épouses une fois par semaine.

      « Personne ne rend un culte à David, » mais c’est le personnage le plus cité de la Bible : si ce n’est pas un culte, c’est un trou du...

      « C’est bizarre ni vous ni JP Ciron ni P.-A. Teslier n’avez écrit le moindre article sur Mahomet... »

      Bismillah ar-Rahman ar-Rahime
      Al hamdou lillahi rabi al alamine
      Ar-rahman ar Rahime
      Maliki yaoumiddine

      J’ai commencé par le commencement, par ordre chronologique, avec le Déluge, Moïse, etc. Avec David et Salomon, je termine ce premier cycle qui a inspiré le christianisme (moyennement) et l’Islam (beaucoup), qui reprend plusieurs dizaines de prohètes juifs et de fables juives à son compte. Saviez-vous que David avait été fait calife par Allah lui-même...
      Mais le tour de l’Islam viendra, in châ’a Allah
      Quant à vos méditations platoniciennes, on les attend avec impatience.


    • Laconique Laconique 2 janvier 16:53

      @facta non verba

      Ben on attend vos articles avec impatience alors.
      D’un point de vue strictement poétique, le Coran est un très beau texte. Il a été traduit par des poètes comme Jean Grosjean. La traduction d’Étienne Savary est une merveille de français classique. Ce qui fait que j’ai lu le Coran plusieurs fois en entier, avec beaucoup de plaisir.
      J’ai écrit plein d’articles sur Platon, vous pouvez les trouver sur mon blog. Il y en a même un ou deux sur Agoravox si ça vous intéresse.
      Merci pour cet échange en tout cas. Avec un peu moins d’agressivité et de vulgarité ça aurait été parfait. See ya.


    • facta non verba 2 janvier 20:58

      @Laconique
      Dans un article précédent, je citais Tabari dont j’ai lu la Chronique en entier – en le traitant de comique pour les fables qu’il colporte. Mais j’ai placé sa description de la naissance de Bilqis (la Reine de Saba) car je la trouvais poétique.
      J’ai lu 2 fois le Coran en entier (il faut en vouloir !) sans y trouver rien de tel. D’autre part, je vis depuis 50 ans au milieu de gens nés musulmans – qui ne le sont plus depuis belle lurette – mais qui m’aident dans certaines lectures.
      Je vous conseille les hadiths, beaucoup plus drôles.


    • Gollum Gollum 3 janvier 09:35

      @facta non verba

      J’ai lu 2 fois le Coran en entier (il faut en vouloir !) sans y trouver rien de tel.

      Je ne l’ai lu qu’une fois et ce fut un calvaire. Et j’ai mis du temps... smiley

      Et je ne compte pas recommencer évidemment.

      Les Contemplations de Hugo sont infiniment supérieures en richesse sur tous les plans....

      L’AT est assez rasoir aussi. 

      Quant à la fameuse contextualisation tant vantée par Laconique elle sert juste de cache sexe.

      Autrement dit c’est du tortillage de cul pour ne pas voir l’évidence.

      Mais bon je l’ai déjà dit mille fois tout ça, c’est du réchauffé.. 


    • Laconique Laconique 3 janvier 13:11

      @Gollum

      « Les Contemplations de Hugo sont infiniment supérieures en richesse sur tous les plans... »
      Vous avez du goût en poésie au moins, à défaut d’autres types de sensibilité.


    • Gollum Gollum 4 janvier 09:59

      @Laconique

      Ah bon ? En quoi serai-je déficient ? Par curiosité...


    • Laconique Laconique 4 janvier 10:45

      @Gollum

      Ben considérer l’Ancien Testament, sur lequel s’est bâtie une bonne partie de la culture occidentale, comme un tissu d’absurdités, ce n’est pas très faire preuve d’une grande subtilité. Par exemple. D’ailleurs Hugo cite beaucoup l’Ancien Testament.


    • Gollum Gollum 4 janvier 11:37

      @Laconique

      C’est un tissu d’absurdités mais ce n’est pas qu’un tissu d’absurdités..

      Ceci dit ça nous fait une belle jambe. Ce qui était valable à une époque ne l’est plus forcément aujourd’hui... Je pense même que le biblisme c’est mort.

      Les mythes grecs aussi c’était à la fois un tissu d’absurdités et ce n’était pas que cela... 

      Mais je suis prêt à parier que pour vous Zeus, Arès, tout ça, c’est des conneries non ?

      Ben pas pour moi.. comme quoi..

      D’ailleurs Hugo cite beaucoup l’Ancien Testament.

      Il ne risquait pas trop de citer autre chose vu le totalitarisme mythologique de l’époque..

      Fallait avoir un esprit sacrément rebelle pour ne serait-ce qu’envisager d’aller voler sous d’autres cieux.. (exemple  que vous détestez et pour cause  Nietzsche)


    • Laconique Laconique 5 janvier 08:04

      @Gollum

      Non, les mythes grecs ne sont pas des absurdités. Je lis beaucoup la littérature grecque antique (Homère, les tragiques). Je ne suis pas un spécialiste pour autant. Mais la vision du monde qui découle de la mythologie grecque est tout sauf un humanisme : c’est une vision déterministe, dans laquelle l’homme est séparé radicalement de la divinité. Il y a une vraie cohérence dans tout cela, et je peux comprendre que l’on s’y retrouve sous certains aspects.


  • Étirév 2 janvier 11:13

    « Je suis publicitaire : eh oui, je pollue l’univers. Je suis le type qui vous vend de la M...... Jamais crétin irresponsable n’a été aussi puissant que moi depuis 2000 ans... N’est-il pas effarant de voir à quel point tout le monde semble trouver normale cette situation ? » (F. Beigbeder, 99 Francs)
    Un des drames de nos temps de la fin est cette banalisation de notre quotidien, cette tolérance extrême pour toutes ces anormalités qui désormais, en se multipliant et en se juxtaposant, sont arrivées à créer une atmosphère chaque fois plus irrespirable, du fait même de leur propension à « pomper l’oxygène » nécessaire à toute cohabitation sociale.

    Le mensonge n’a été introduit dans le monde qu’avec l’usurpation et pour la justifier.

    Rappelons que l’on n’impose que les erreurs, la VÉRITÉ se laisse toujours discuter.


    • sylvain sylvain 2 janvier 11:45

      @Étirév
      Un drole de type beigbeder . Très lucide sur ce qu’il fait, moins sur ce qui l’anime profondément . Il a bien expliqué a quel point il avait le comportement d’un connard fini, pour mieux continuer à l’avoir, comme une sorte de camé .

      C’est ce qu’il ne semble pas avoir bien compris . Avant d’être un publicitaire, c’est un toxicomane . Il aurait du conclure « n’est il pas effarant qu’après m’être si bien analysé, je sois si impuissant à me changer de quelque manière que ce soit » . et c’est d’ailleurs en cela qu’il est le parfait emblême de nos sociétés


    • Gollum Gollum 2 janvier 12:28

      @Étirév

      Rappelons que l’on n’impose que les erreurs, la VÉRITÉ se laisse toujours discuter.

      C’est sans doute pour ça que vous ne répondez jamais quand on vous interpelle sur vos posts...

      Curieuse façon de discuter de la vérité... hein vérité à l’envers ?


    • sylvain sylvain 2 janvier 12:40

      @Seul le contenu compte
      oui, or sa confession a été son plus gros succès commerciale . En vendant si bien son livre, il a transformé sa repentance en arnaque, en coup commercial, tel le scorpion sur la grenouille, lui expliquant qu’il ne peut pas s’en empêcher .

      D’une certaine manière, ça a du le désespérer et en même temps le rassurer


    • @Étirév Etirev ou rétive. La psychanalyse a commencé par une histoire de NEZ. L’interprétation du rêve (tirer les rêves de leurs artifices,...) : l’injection faites à IRMA. rien à voir avec tirer les vers du nez sauf d’en faire une tirade (Ah ! non ! c’est un peu court, jeune homme !
      On pouvait dire… Oh ! Dieu ! … bien des choses en somme… ). Il a un verre dans nez, c’est le moment de faire accoucher,.... Mais il est masqué. Suffit de la faire éternuer et dans l’ivresse de l’orgasme nasal, il vous livrera d’un jet s’il est vraiment covidé. Et Bernays le rusé, d’emporter les artifices en délaissant la vérité. Pauvre Freud qui fut pris à son propre piège, lui qui voulait connaître la vérité n’avait même pas vu clair qu’en épousant Martha il avait fait un pacte avec Lucifer. Qui n’est que le porteur de lumière, pas celui qui la détient. Bernays ou l’art de berner...Sa grande erreur fut de rompre avec le Bernois (JUNG). il lui aurait au moins appris le jeu de l’OIE. https://www.mmsh.univ-aix.fr/jeudeloie/3-5.html


    • sylvain sylvain 2 janvier 14:14

      @Seul le contenu compte
      va savoir . Il me semble qu’il y avait tout de même un constat désepéré dans ce livre . Mais il me semble que la plupart des cyniques sont des désepérés qui ont appris a faire avec


  • gardiole 2 janvier 11:41

    @L’auteur

    Ne pas confondre « flegme » et « flemme ».

    Billet trop long, je lirai plus loin une autre fois.


    • facta non verba 2 janvier 11:59

      @Seul le contenu compte
      J’ai vu la remarque, mais je reconnais avoir hésité, connaissant « LE flegme », avec « flemme » qui devrait se prononcer comme dans « une femme ».
      Mais c’est noté.


    • xana 3 janvier 10:07

      @gardiole
      C’est une faute d’ignorance.


  • sylvain sylvain 2 janvier 11:50

    La propagande religieuse comme ancêtre de la pub, pourquoi pas . Le publicitaire moderne est surement un melange de fabricants de mythes et de colporteur .

    On peut quand même se dire que la « veritable » histoire de david relatée ici est aussi une sorte de mythe passé au filtre de nos croyances actuelles


    • facta non verba 2 janvier 12:02

      @Seul le contenu compte
      L’auteur choisit des FAITS, pas des interprétations.
      Quant aux auteurs, vous n’avez peut-être pas remarqué le nombre de Juifs cités.
      Mébon, la Talmud n’est pas assez mentionné...


    • sylvain sylvain 2 janvier 12:46

      @facta non verba
      les faits d’il y a trois mille ans ?? Vous n’avez pas remarqué qu’on arrivait pas à se mettre d’accord sur la réalité d’une pandémie mondiale qui est censé affecter tout le monde aujourd’hui ??

      Tout n’est pas égal dans l’histoire, il y a bien des histoires qui correspondent mieux à ce qui s’est passé, et surement la votre est elle plus crédible qu’un roi semi divin, mais de là a parler de faits


    • facta non verba 2 janvier 13:02

      @sylvain
      Je me suis mal exprimé : par « faits », je voulais dire ce que les « savants » ont écrit, et qui figure toujours dans les textes réédités. Donc pas des opinions personnelles.


    • xana 3 janvier 10:13

      @facta non verba
      Les textes anciens ne peuvent en aucun cas être qualifiés de « FAITS ».
      Ce sont au mieux des histoires invérifiables pour glorifier des « rois » (ou chefs de bande). Le seul point est ici le rapprochement avec la publicité : Peu importe la réalité historique (on s’en fout) il s’agit seulement d’influencer les ignorants.


  • Jonas Jonas 2 janvier 12:02

    « Au lieu « des découvertes archéologiques » de wiki.fr, une seule, la stèle de Dan, évoque une bytdwd ( »maison de dwd« ). Au maximaliste Yosef Garfinkel, affirmant que la stèle de Dan prouve l’existence du célèbre roi, un spécialiste remet les pendules à l’heure en précisant que la stèle ne mentionne que bytdwd, expression qui ne se rencontre nulle part ailleurs dans les langues sémitiques de l’ancien Proche-Orient (pas plus que le nom dwd). »

    Vous ne pouvez pas être aussi affirmatif.

    La stèle de Tel Dan mentionne que le roi Hazael d’Aram-Tsova se vante d’avoir tué 70 rois, y compris celui d’Israël et de la « Maison de David », les trous dans la pierre n’obstruent ni ne cachent l’inscription “BeiT DaViD”, « Maison de David », qui reste « absolument intacte et claire » a déclaré Ira Spar, professeur d’histoire antique au Ramapo College du New Jersey et chercheur spécialiste de l’Assyrie au sein du Met.

    Selon Spar, les spécialistes et les historiens de la Bible sont presque unanimes par rapport à ces lettres qui signifient « Maison de David ».

    D’autant que d’autres découvertes archéologiques ont été mises à jour, comme une forteresse fortifiée qui pourrait être identifiée comme étant le Palais du roi David.


    • facta non verba 2 janvier 12:22

      @Jonas
      Je me doutais que toucher à votre idole vous donnerait des boutons.
      Il n’y a pas d’autres découvertes archéologiques avérées, ce qui vous oblige à utiliser le conditionnel.
      Mais pour un roi qui régnait sur une aussi vaste contrées avouez qu’il a laissé bien peu de traces en dehors de ses fables.


    • Jonas Jonas 2 janvier 15:02

      @facta non verba « Mais pour un roi qui régnait sur une aussi vaste contrées avouez qu’il a laissé bien peu de traces en dehors de ses fables. »

      Le roi David vivait il y a 3000 ans, dans une société où l’écriture était peu utilisée, il n’y avait pas d’imprimerie, et surtout que les guerres, les pillages, les massacres, les dévastations ont éliminé les vestiges des royaumes.
      Mais vous ne pouvez pas affirmer pour autant de manière aussi péremptoire que le roi David n’a jamais existé.


    • facta non verba 2 janvier 16:19

      @Jonas
      Les hiéroglyphes et les tablettes en cunéiformes, dont plusieurs milliers ont été retrouvés, portent l’estampille « Gutemberg SARL », société créée il y a 5000 ans.
      Sinon, je n’affirme rien : je rapporte l’avis de spécialistes, et je m’étonne que sur une surface presqu’aussi grande que la France, il ne reste qu’un seul mot concernant le plus grand roi d’Israël, et rien pour son fils, 2 « rois » dont le Saint Coran parle avec tant d’admiration.


  • mmbbb 2 janvier 12:24

    " Son profil grec fut immortalisé par un Michel-Ange distrait quioubliade le circoncire dans sa célèbre statue de taille “goliathesque” (4,3 m de haut). 

    remarque assez conne ; je suis en train de lire la vie ardente de Michel Ange d Irwing Stone et et je consulte les livres d art aussi . La démarche de M Ange etait autre, votre raisonnement est assez petit . Si votre article a autant de raccourcis il ne vaut pas la peine d etre lu Deja l articulation entre la PUB et ce recit me parait assez hasardeux ! 


    • facta non verba 2 janvier 12:59

      @mmbbb
      Lisez donc cet article du Hufpost :
      « The Cut That Divided Jews and Christians — and the Mystery of the Missing Circumcision in Artworks
      Ironically, despite the great effort to establish Jesus’ messianic credentials by connecting him to the Davidic line, in Michelangelo’s famous sculpture David is conspicuously uncircumcised. »

      Ou cherchez dans google images « uncircumcised david »
      Je n’ai rien inventé...


    • mmbbb 2 janvier 14:28

      @facta non verba j aime l art , Michel Ange a eu un coup de genie en reprenant ce bloc de marbre précédemment mal taille ! Et ce fut un défit . Cet artiste s est servi de cette légende biblique mais ne s est pas cantonné a la stricte interprétation L esprit est ailleurs . Cette statue represente la republique de Florence . Votre lien du Hupost est misérable ,, La n est pas l essentiel ! Comme d autres artistes ont donné une libre interprétation de scenes bibliques Je pense au genial Caravage ! a Veronese notamment les noces de Cana au Louvre et d autres 


    • facta non verba 3 janvier 21:43

      @mmbbb
      Vous avez écrit « remarque assez conne... votre raisonnement est assez petit ».
      En matière d’art je suis peut -être moins qualifié que vous, bien que j’ai prénommé ma première fille Florence et que l’art italien, je vais le voir sur place (Florence et Venise) de préférence aux livres.
      Mais votre remarque était vraiment « conne » car vous devriez savoir que le seul critère imposé par yahweh pour être juif est d’être circoncis :
      « C’est ici mon alliance : tout mâle parmi vous sera circoncis. » [GEN 17:11]
      Que le « roi » préféré des juifs ne l’ait pas été montre que vous êtes ignare et que votre remarque était d’une petitesse remarquable.
      Dans les peintres que vous évoquiez, citez-en un qui montre ce chef de bande à poil.


  • Gollum Gollum 2 janvier 12:46

    Très intéressant votre texte.

    Comme d’hab on voit sortir du bois ceux qui n’apprécient pas trop l’étalage sur la place publique de la réalité crue des textes...

    On comprend mieux pourquoi il a fallu attendre si longtemps la traduction en langue vulgaire de textes qui étaient avant sous total contrôle...

    Ce qui est dingue c’est qu’il faut encore informer sur des choses qui devraient être évidentes pour tous.


    • Laconique Laconique 2 janvier 14:13

      @Gollum

      Bonne année Gollum.


    • Gollum Gollum 2 janvier 14:27

      @Laconique

      Bonne année à vous aussi. smiley (Cela n’empêchera pas de nous confronter encore & encore... smiley )


    • V_Parlier V_Parlier 2 janvier 18:35

      @Gollum
      D’un côté on dit que David n’a pas existé, et d’un autre on dénonce des soi disant adoucissements du récit. Donc finalement où serait le problème ?


    • V_Parlier V_Parlier 4 janvier 23:47

      @Gollum
      « On comprend mieux pourquoi il a fallu attendre si longtemps la traduction en langue vulgaire de textes qui étaient avant sous total contrôle. »
      Peut-être. D’ailleurs était-ce une si mauvaise décision ? Il y a bel et bien des horreurs absolues dans ce qui est rapporté dans l’A.T. mais, au risque d’enfoncer les portes ouvertes, je rappelle que :
      La plupart de ces horreurs (en dehors des guerres, 2e point) sont le fait de ceux qui les commettent et qui s’inspirent d’ailleurs très souvent de la culture païenne envoronnante que les hébreux décadents adoptent régulièrement (El et Bal, le code de Hammurabi et autres trucs d’Amorrites, de Cananéens et Philistins). Certains personnages clés viennent aussi à commettre des forfaitures assez catastrophiques mais, même quand ça n’est pas clairement mentionné, les conséquences sont toujours mauvaises et punitives, à plus ou moins long terme.
      Lorsqu’il est écrit que Dieu livre à Israel ses ennemis et que ces derniers seront « passés par l’épé » juste pour se saisir de leurs villes, même les recherches historiques montrent que les dits ennemis sont loin d’être plus sympas que les assaillants, questions habitudes de vie et cruauté.
      Donc, comme livre de départ permettant de découvir le christianisme, l’A.T. n’est en effet pas du tout approprié. Il faut la maturité et toute l’analyse pour ça.


  • zygzornifle zygzornifle 2 janvier 13:23

    Vous achetez un produit d’un très bel aspect, au goût agréable.

    Comme lors d’une campagne présidentielle, ensuite vous vous apercevez que vous vous êtes fait roulé, que la pub était mensongère mais la le produit vous ne pouvez pas le jeter a la poubelle, il n’est pas recyclable et il faut se le coltiner jusqu’au bout .....


  • Michel-Ange manifestement avait un penchant très homosexuel. Son David est bien plus grec que juif. Et il s’agissait probablement de l’un de ses modèles. En général les artistes homosexuels sont plutôt esthétisants (raison pour laquelle on les retrouve dans les domaine de la mode, de tout ce qui consiste à cacher, camoufler, ce sont souvent d’excellents faussaires). Le contraire d’un Picasso et son Guernica...Concernant la « malfaisance » des juifs, c’est assez complexe. Le jour du shabbat et le samedi. Jour de SATURNE (les nombreuses représentation de Saturne dévorant ses enfants atteste de la "monstruosité du personnage), mais paradoxalement, ils sont aussi les seuls a pouvoir transformer le vil plomb saturnien en or. Originellement, Saturne intervient peu avant le solstice d’hiver, moment où les jours atteignent leur durée minimale, où « le cosmos entier [...] est menacé », mais en même temps, moment de « régénérescence du monde par ce retour bénéfique à l’état originel ». Ces aspects de destruction de l’ordre actuel permettent d’expliquer les Saturnales. Saturne est présenté comme un roi civilisateur, inventeur des lois et de l’agriculture5

     Pourquoi, parce que saturne n’est pas le mal incarné qu’aime dénoncer les catholiques (qui se sont appropriés le dimanche : jour du soleil). Primo, il sauve sa mère des assauts d’Uranus et introduit avec le temps, les saisons, la civilisation. Ses enfants, ils ne les dévorent pas mais les gardent enfermés en lui (confinement), le temps de leur maturation. La preuve, Jupiter sauvé de l’épreuve réussit faire régurgiter ses frères. Ils étaient encore vivants, juste enfermés. Saturne, n’est pas le grand méchant loup, il aide juste les immatures à grandir à se verticaliser (donc à accepter l’épreuve du temps). Il n’est vu méchants que par ceux qui veulent jouir tout de suite de la vie (Voltaire, épicurien misogyne était aussi volage et souvent « intéressé ».). C’est ainsi que le juif est souvent « saturnien », mais peut paradoxalement être le meilleur et supérieur à nombreux d’entres-nous. Citons : l’ère du vide : Lipovetsky (d’origine juive), Freud (qui n’est pas Bernays), Bauman : La société liquide. Janine Chasseguet-Smirgel (le corps comme miroir du monde). On dit que comme la tribu de dan, il serait peu du signe du scorpion : Souvent le pire génère le meilleur. Comme les plus belles roses poussent sur le charnier.......Voilà pourquoi, je ne serai JAMAIS antisémite. 


  • Copain 3 janvier 04:18

    Franchement j’ai adoré votre article, ça casse du talmud. Amen

    Ingrid Israël-Anderhuber

    Vous dites : « Si cette découverte n’accrédite pas matériellement le récit des Evangiles..."
    Or…
    Or la foi messianique (grec : chrétienne) ne se base pas sur des découvertes ou preuves archéologiques pour exister mais sur l’oeuvre de rédemption du Messie, Yeshoua (grécisé Jésus), mort à la croix de Golgotha pour le pardon de nos péchés et ressuscité pour notre justification.
    La foi messianique repose donc, EST FONDEE sur le témoignage des Ecritures ou Bible (Genèse à Apocalypse) inspirées par l’Esprit de Dieu, parole de Dieu éternelle qui, par conséquent, résiste au temps, échappe à son influence et à tous ses effets destructeurs....
    Jésus a dit à des Juifs de son époque qui cherchaient par tous les moyens à le contrecarrer : « Vous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : CE SONT ELLES QUI RENDENT TEMOIGNAGE DE MOI. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! (Bonne Nouvelle – ou Evangile – selon Yohanan-Jean, chap. 5 v. 39-40).
    La Bible est donc le premier témoin du Messie Yeshoua (ou Jésus).

    Si donc les éléments archéologiques terrestres (par conséquent périssables) peuvent être effectivement, parmi de nombreux autres, UN témoignage intéressant apporté en soutien aux récits bibliques ils n’en constituent cependant en aucun cas la base fondamentale sur laquelle repose la foi messianique, base qui est la parole éternelle de Dieu, inspirée et impérissable, contenue dans la Bible. C’est là toute la différence...


    Eden de Jérusalem

    tu sais bien que Mohamet ou Mohamed ou Mahomed ou Mahomet n’est qu’une incarnation. Tu sais bien que ce sont les ébonites avec quelques nazaréens de passage qui l’on silhouetté à partir de plusieurs personnages historiques ; et qu’avec la vie d’Omar ils se sont livrés à un véritable copié-collé. Les sectes avaient ces arabes sous la main, elles en ont profité. Elles leur ont raconté un truc à dormir debout pour qu’ils aillent se battre pour elles, pour qu’ils virent les byzantins hors de Jérusalem. Les arabes venaient de sortir de leur désert parce qu’ils n’avaient plus rien à bouffer. Ils se sont laissés manipuler d’autant plus rapidement que pour eux ça a été du gâteau de battre les Perses et les byzantins vu que les deux armées, qui se mettaient sur la figure depuis plusieurs siècles, étaient épuisées. Après des dizaines d’heures de recherche dans les archives, aucun contemporain, personne, kloum, blèch, ne parle de ce prophète de l’humanité. Aucun parchemin et D.ieu sait comme les moines copistes étaient plutôt bavards. Je ne parle même pas de Sophrone, le Victor Hugo de l’époque en première place quand ils sont arrivés à Jérusalem. On quand même pas n’est pas obligé d’entrer dans le narratif musulman ! Tiens, j’écris un poème, ou une chanson – au choix- au premier qui m’apporte une preuve archéologique de l’existence d’un Mohamet ou Mohamed ou Mahomed ou Mahomet. Je signale à tous qu’on a quand même de cette époque la trombine de Dagobert avec une couronne perlée sur des pièces d’or. Et je signale encore que je ne tomberai pas dans le piège de ceux qui se feront appeler comme ça après que la légende s’est installée… ni dans celui de feuillets ajoutés plus tard à la fin des bouquins de moins copistes.



    • Copain 3 janvier 04:19

      @Copain

      Géraldine la Douce

      Je vous ai lue avec intérêt car, comme vous, je cherche vainement depuis des années que l’on m’apporte la preuve historique de l’existence du dénommé Mahomet !

      De ce personnage analphabète, dont la description des pseudos contacts avec un soi-disant archange Gabriel ressemble à s’y méprendre à celle des symptômes de l’épilepsie, …… (ce qui n’est pas très valorisant quand on prétend à cette époque au leadership d’une horde guerrière), …… on aurait tiré les milliers de hadiths de la sunna qui constitueraient les paroles prononcées mot à mot par le zigoto, …… et tout cela, un bon siècle après les événements, … et rapporté par des gens qui, forcément, n’ont pas pu les entendre en direct !

      Et je ne parle pas du coran, … livre prétendument « incréé », … donc DICTÉ directement par un démiurge, sorti de je ne sais quelle imagination, dont il n’est pas question de modifier le moindre signe sans sombrer dans l’apostasie, … avec touts les conséquences que l’on sait sur la »santé » de l’imprudent qui s’y aviserait !

      Selon certaines sources, Mahomet aurait interdit à son entourage qu’après sa mort on toucha à sa dépouille : un archange, … (peut-être même son « copain » Gaby) … lui aurait promis de venir, accompagné de toute une cohorte d’anges, de séraphins et autres subalternes célestes, afin d’emporter son corps en l’élevant dans les cieux afin de le déposer directement dans le paradis du nommé allah !

      Sauf que, … Paris-Match n’ayant pas encore été inscrit au registre de la presse , … on ne possède à ma connaissance aucun récit de cette « Élévation surnaturelle » ! … Est-ce que Gaby a loupé la page »nécrologies » ce jour là ? … Si c’est le cas, en plein désert, ça a du sentir assez vite la charogne et les copains ont du l’ensevelir vite fait bien fait pour ne pas gerber leur « quatre heures » !

      Comme vous, et jusques à preuve du contraire, j’ai tendance à penser qu’un collectif exotique de petits malins, experts en maniement de l’arme blanche et nantis de leur permis de conduire un vaisseau du désert, a du inventer toute cette fable, vers le septième siècle de l’ère chrétienne, afin de s’assurer un pouvoir temporel quasi sans partage !

      C’était assez bien imaginé : les décérébrés sous les ordres des potentats qui, eux, s’abritaient derrière les textes sacrés, avaient la divine permission de piller, tuer, violer, enlever les femmes des autres, et ravager tout, … pourvu qu’ils le fissent en « marchant dans le sentier d’allah » ! …… moyennant quoi leur insatiable lubricité se voyait promettre la perspective d’avoir, de l’autre côté du miroir, … (celui d’où personne ne revient pour raconter) … soixante dix accortes personnes à leur entière disposition, pour la satisfaction de leurs plus indicibles fantasmes !

      Quoi de plus génial, pour un tyran, que d’adosser son système politique totalitaire à un prétexte religieux ? … Il fallait y penser ! … les Arabes l’ont fait ! … Il suffit ensuite de maintenir les sujets dans un état d’abrutissement savamment entretenu dès le berceau et le tour est joué ! …… et ça dure depuis quatorze siècles ! …… « Ils » ne voient donc pas pourquoi ça devrait s’arrêter ! …… et ce d’autant plus que les princes des cités à conquérir leur ouvre grand les portes des lieux ; … même plus besoin de se battre !

      Sauf que, … ils n’ont plus de Saladin ! … et il n’est pas exclu que la fille aînée de l’Église trouve un jour en son sein son ou sa Jeanne d’Arc, … Élue du Seigneur, … secouant elle aussi son Charles VII du moment, afin qu’il se ressaisisse et bouscule enfin définitivement le cours des événements !

      « L’Esprit souffle où il veut ! » – Saint Jean.

      Bien cordialement.


  • Parce que notre passé était paisible et sans guerre ou haine.... L’intérêt pour l’enfance remonte seulement au 19ème siècle (avant, ils étaient souvent maintenus dans un carcan de tissus et sur une planche en bois pendus au plafond.. Alexandre, Napoléon : des ères sans charcutage. La bible : faites ce que je dis, mais pas ce que je fais,,, on parlera d’hypocrisie, maintenant de perversion ? Description du pervers-narcissique : 25. Son discours paraît logique et cohérent alors que ses attitudes répondent au schéma opposé : https://suivezlezebre.com/30-caracteristiques-de-personnalite-perverse-narcissique/# : :text=Il%20reporte%20sa%20responsabilit%C3%A9%20sur,besoins%2C%20ses%20sentiments%20et%20opinions.&text=Il%20change%20ses%20opinions%2C%20ses,logiques%20pour%20d%C3%A9guiser%20ses%20demandes.


  • Saturne, c’est la décroissance. Qui peut juger s’il s’agit d’un bien ou mal ?? https://www.cairn.info/le-sourire-de-promethee—9782707190970-page-57.htm. Même le Papa François prône la décroissance... Voltaire détestait les peuple. Mais n’est-ce pas justement les moins instruits qui se reproduisent le plus. Film : IDIOCRACY. https://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19376902&cfilm=109539.html. Covid 19. Dans le tarot de Thoth, 19 c’est saturne. Cessons de juger : l’enfer est pavé de bonnes intentions..


  • Simone Weil une juive a défendu le droit à l’avortement. Hannah Arendt (juive) est à la source du mouvement de la Décroissance. Des monstres ou des saintes... ???


  • Michel-Ange et Léonard de Vinci, la haine absolue. Il est vrai que Chambord à coté du David...


Réagir