mercredi 26 février 2014 - par Jean-Paul Foscarvel

La démocratie méta-totalitaire

L'Occident, le bloc occidental constitué de l'axe USA-UE, est le lieu même de la Démocratie, des Droits de l'Homme, de la Liberté.

Les journalistes s'expriment sans crainte, les citoyens sont représentés par des élus renouvelés périodiquement, la politique est discutée partout, notamment dans les médias, dont l'indépendance est garantie par les constitutions.

Les citoyens ont le droit de manifester, de contester, de s'exprimer, et les minorités sont reconnues dans leurs droits, qu'elles soient religieuses, ethniques, culturelles, sexuelles.

Bref, nous sommes partie intégrante du monde libre, et la Statue de la Liberté trône en Grand à New York et en petit à Paris, prouvant à chaque citoyen combien ce principe nous fonde. Aucun pays hors de ce bloc (étendu aux autres pays occidentalisés) ne peut s'enorgueillir d'un tel bilan, d'une telle réussite.

Cette réussite incontestable, ce bilan honni par d'autres du fait même de sa réussite, pose l'Occident comme l'en-soi de la Démocratie. L'Europe, par son statut fort sur les principes, mais ouvert aux hommes de bonne volonté, laisse aux peuples le choix de leurs dirigeants, en totale liberté.

La même Europe définit les règles indispensables à son bon fonctionnement. La Démocratie ne pouvant être dans un univers économique non démocratique, dirigé, l'Europe promeut la libre initiative, le libre marché, la libre concurrence.

Libre concurrence et démocratie sont donc concomitantes, ne peuvent être dissociées, la suppression de l'une entraînant automatiquement celle de l'autre. La sauvegarde de la démocratie implique celle de la libre concurrence, libre et non faussée par des mécanismes correcteurs faussant la libre expression de la concurrence.

Puisque l'Occident est par essence démocratique et libre, la contestation de ses fondements représente une contestation de la démocratie même, est un danger pour la démocratie. Ce sont soit les radicaux, soit les extrémistes, soit les pays dictatoriaux qui contestent l'Occident, en voulant étendre le lieu de l'anti-démocratie.

Ces éléments sont une menace contre l'Occident, menace que l'Occident se doit d'éradiquer, ceci par tous les moyens lorsque la menace devient trop pressante.

Les USA, la NSA, l'OTAN, le FMI, l'UE, contribuent par leur action à protéger l'Occident des forces antidémocratiques, Soit en éliminant les dictateurs, à l'extérieur, soit en maîtrisant les forces de contestation antidémocratiques à l'intérieur. Le programme de surveillance généralisée étant là pour détecter les foyers de contestation antidémocratique et antilibérale.

Par ailleurs, l'ensemble des médias contribue à influencer durablement des populations qui pourraient être manipulées par des éléments antidémocratiques, ou qui viendraient à douter du bien fondé des hommes politiques librement choisis par les citoyens, et dont la tâche est de renforcer le système démocratique.

C'est pourquoi une manifestation, qui peut être légitime dans un pays non démocratique, hors de l'axe occidental, ne peut être tolérée à l'intérieur de l'espace démocratique, car elle va à l'encontre de l'intérêt du système.

Le contrôle de la population, l'information ciblée en vue de maintenir la stabilité du système, la détection des déviances anti-démocratiques, l'intervention directe ou indirecte dans les pays tiers, sont des éléments qui contribuent à notre bien être, à la prospérité, à la préservation de notre mode de vie. L'ouverture de camps de regroupement pour les infiltrés venant de l'extérieur, ou pour les radicaux menaçant notre mode de fonctionnement, est une garantie que les éléments négatifs sont maîtrisés.

L'interdiction de propos indignes d'une démocratie, d'idées contestant le fondement de la société, à savoir la libre concurrence et la libre expression du citoyen, est indispensable au cas où elle menacerait notre fragile équilibre.

Et c'est dès le plus jeune âge que les valeurs de liberté, de démocratie, de libre concurrence, doit être inculquée dans les têtes des futurs citoyens libres de leurs choix.

Car en définitive, ce n'est qu'en contrôlant parfaitement dès le berceau la tête et les idées de chaque citoyen, que la libre démocratie pourra être préservée sans avoir recours à des moyens coercitifs néanmoins indispensables lorsque ces têtes risquent de dévier de la droite ligne démocratique et libérale.



7 réactions


  • Alpo47 Alpo47 26 février 2014 09:24

    Excellent 2e degré.
    D’accord avec vous, c’est bien cela le message que l’on essaie de nous inculquer (implanter) : « nous vivons dans le meilleur des mondes et tout est fait pour notre bien ».
    Heureusement, partout les yeux s’ouvrent et nous sommes dans une course de vitesse entre un système qui accélère sa mainmise pour éviter tout retour en arrière et ... des millions d’individus qui voient que « le roi est nu » et que le système est oppresseur au seul profit d’un tout petit nombre.

    « Ils » ne sont forts que parce que nous vivons à genoux.


    • Shawford43 26 février 2014 09:28

      C’est la bonne position pour me permettre de me relaxer pendant que je m’affaire au petit dej’ smiley smiley smiley


      (Faut encore que je m’assure que la marchandise est Half Al ou cash cher)

    • Alpo47 Alpo47 26 février 2014 09:51

      Étonnant comme certains sujets attirent les trolls ... Et un type de troll en particulier qui vient s’essayer à envoyer un écran de fumée, pour que l’on évite de regarder QUI est derrière le système prédateur.


    • Agor&Acri Agor&Acri 26 février 2014 17:16

      @ l’auteur,
      Merci pour cet exercice assez réussi.

      @ Alpo47
      votre commentaire complète parfaitement l’article.

      Alors que le procédé de l’auteur consiste à nous montrer la perception primaire du mouton endormi, bercé par la douce musique que lui diffuse en continu le « système »,
      vous formulez clairement, en une phrase, la perception de ceux pour qui cette musique ne trouve plus de résonance, ceux qui sont sortis de la léthargie ambiante et dont le nombre ne cesse de s’accroître.
      " Heureusement, partout les yeux s’ouvrent et nous sommes dans une course de vitesse entre un système qui accélère sa mainmise pour éviter tout retour en arrière et ... des millions d’individus qui voient que « le roi est nu » et que le système est oppresseur au seul profit d’un tout petit nombre.
      « Ils » ne sont forts que parce que nous vivons à genoux."

      Je revisiterai simplement votre dernière phrase :

      « Ils » ne sont forts que parce que le seuil critique, au-delà duquel il ne leur sera plus possible de circoncire l’épidémie d’éveil, n’est pas encore atteint.
      Ensuite, si ce seuil est atteint, « Ils » ne seront plus que des tortionnaires en fuite et des parias marqués du sceau de l’infamie, ex-collabos d’une idéologie nourrie par la folie d’une caste de psychopathes.


    • Alpo47 Alpo47 26 février 2014 19:10

      Je le crois aussi. Partout, des hommes s’éveillent et regardent le monde ...tel qu’il est. Capacité d’analyse, perspicacité, intégrité, sens du collectif ... sont les changements les plus communs.

      La vie ne peut décidément pas être seulement « ça », cette fuite vers toujours plus de consommation, de pa-r-aitre, de futile ... Non, il y a assurément autre chose à découvrir, peut être ... ce qu’il y a de plus profond et de meilleur en nous, notre « Etre profond », nous reconnecter les uns aux autres ... libérer ainsi une immense force collective.

      Les acteurs-manipulateurs du système en place le savent bien. Les dernières gesticulations sont là pour essayer de créer une situation irréversible, mais ... il est trop tard, « ils » ont déjà perdu.

      Les hommes s’éveillent.


    • Androm60 Androm60 27 février 2014 23:23

      Au nom de la Démocratie, je vous ordonne de vous rendormir !

      Bravo pour votre texte mais le conditionnement éducatif et culturel est plus épais que les parois de notre patience. Le changement, c’est pas maintenant, j’en ai bien peur...

  • claude-michel claude-michel 3 mars 2014 08:21

    USA-UE...Les pires terroristes de la planète...Nous en avons encore la preuve avec l’Ukraine ces temps ci...Quand à la démocratie..j’ai cherché dans les poubelles de l’histoire et je n’ai rien trouvé.. !


Réagir