jeudi 17 juin - par Le Cri des Peuples

La différence entre les régimes totalitaires et les démocraties du ’monde libre’

JPEG

Par Caitlin Johnstone ; le 13 juin 2021

Source : caitlinjohnstone.com

Traduction : lecridespeuples.fr

Les régimes totalitaires perpètrent des massacres et des guerres. Les démocraties libres mènent des « interventions humanitaires ».

http://www.twitter.com/lecridespeuples/status/1403410734743277569

Les régimes totalitaires recourent à la torture. Les démocraties libres utilisent des « techniques d'interrogatoire améliorées ».

Les régimes totalitaires financent des groupes terroristes pour créer l'instabilité. Les démocraties libres financent des groupes de « rebelles modérés » pour « créer la stabilité ».

Dans les régimes totalitaires, des dictateurs malfaisants bombardent leur propre peuple. Dans les démocraties libres, nous le faisons pour eux.

http://www.twitter.com/lecridespeuples/status/1403298358404464641

Dans les régimes totalitaires, un parti unique maintient et applique le statu quo. Dans les démocraties libres, deux ou trois partis interchangeables maintiennent et appliquent le statu quo.

Dans les régimes totalitaires, le gouvernement contrôle la presse et détermine à quelles informations le public est autorisé à avoir accès. Dans les démocraties libres, ce sont les milliardaires qui font cela.

Les régimes totalitaires mènent une répression brutale et violente contre les manifestants pour réprimer la dissidence. Les démocraties libres le font aussi, mais s'agenouillent en portant des écharpes en kente.

Congressional Democrats criticized for wearing Kente cloth at event  honoring George Floyd | KTLA

Dans les régimes totalitaires, vous savez exactement qui vous gouverne. Dans les démocraties libres, les vrais dirigeants se cachent derrière de faux gouvernements fantoches.

Dans les régimes totalitaires, toutes les élections sont truquées et les candidats sont triés sur le volet par les autocrates. Dans les démocraties libres, les dirigeants truquent les élections et choisissent les candidats, et ils le font également dans d'autres pays.

http://www.youtube.com/watch?v=lIbU2PLJ-wk

Les régimes totalitaires emprisonnent des journalistes pour avoir révélé des vérités dérangeantes sur les puissants. Les démocraties libres emprisonnent les journalistes pour avoir révélé des vérités dérangeantes sur les puissants, et tous les autres journalistes bondissent sur les réseaux sociaux pour dire qu'ils le méritaient [cf. les articles infâmes du Monde et de Mediapart sur Assange].

Les régimes totalitaires ne laissent pas parler les dissidents politiques. Les démocraties libres refusent simplement aux dissidents toute plate-forme influente et utilisent des algorithmes pour empêcher les idées révolutionnaires d'être entendues par un nombre important de personnes.

http://www.twitter.com/mbompard/status/1403829289833963529

Voir Chaînes d’info : l’extrême droite en croisière

Les régimes totalitaires encerclent la planète avec des bases militaires, mènent des guerres sans fin qui tuent des millions de personnes et s'efforcent de détruire toute nation qui désobéit à leur gouvernement. Oups, désolé, ce sont en fait les démocraties libres qui font cela.

The Armored Archipelago

Les bases militaires américaines à travers le monde

Dans les régimes totalitaires, le discours politique est fortement réglementé par le gouvernement. Dans les démocraties libres, le discours politique est fortement réglementé par le gouvernement via la Silicon Valley.

Dans les régimes totalitaires, les citoyens restent pauvres tandis que les dirigeants vivent somptueusement avec plus d'argent que ce qu'ils pourraient jamais dépenser. Dans les démocraties libres, les citoyens restent pauvres tandis que les dirigeants vivent somptueusement avec plus d'argent que ce qu'ils pourraient jamais dépenser.

Dans les régimes totalitaires, il y a des pénuries. Dans les démocraties libres, il y a des pénuries artificielles.

Dans les régimes totalitaires, l'agence d'espionnage gouvernementale dit aux médias quelles histoires diffuser, et les médias les publient sans poser de questions. Dans les démocraties libres, l'agence d'espionnage gouvernementale dit « Mon pote, j'ai un scoop pour toi ! » et les médias d'information le publient sans poser de questions.

http://www.twitter.com/lecridespeuples/status/1403093084292980736

Dans les régimes totalitaires, des bandes de voyous armés patrouillent dans les rues pour imposer l'obéissance à l'autorité. Dans les démocraties libres, des bandes de voyous armés et en uniformes de police patrouillent dans les rues pour imposer l'obéissance à l'autorité et Hollywood fait des films sur leur héroïsme.

stains

Dans les régimes totalitaires, les étudiants apprennent à adorer sans réfléchir une image du dictateur malfaisant. Dans les démocraties libres, les étudiants apprennent à adorer le drapeau sans réfléchir.

Dans les régimes totalitaires, les étudiants apprennent à ne jamais remettre en question l'autorité. Dans les démocraties libres, les étudiants apprennent à ne jamais remettre en cause les journalistes.

Les régimes totalitaires commettent de mauvaises actions que les démocraties libres ne pourraient jamais commettre. Les démocraties libres s'arrangent pour que des régimes totalitaires commettent ces crimes à leur place.

http://www.twitter.com/Babar_le_Rhino/status/1402667754931601413

Dans les régimes totalitaires, le peuple est trop brutalisé et intimidé pour se soulever contre ses dirigeants. Dans les démocraties libres, les gens sont trop soumis à la propagande et au lavage de cerveau pour se soulever contre leurs dirigeants.

Dans les régimes totalitaires, les puissants déterminent ce qui se passe indépendamment du désir du peuple. Dans les démocraties libres, les puissants déterminent ce que le peuple désirera qu'il se produise.

Dans les régimes totalitaires, tout le monde est l'esclave des puissants. Dans les démocraties libres, tout le monde est Esclave® des Puissants®.

Dans les régimes totalitaires, vous êtes obligé d'obéir. Dans les démocraties libres, vous êtes entraîné à penser que votre obéissance était votre propre idée.

Dans les régimes totalitaires, vous n'êtes pas libre et vous le savez. Dans les démocraties libres, vous n'êtes pas libre et vous ne le savez pas.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur TwitterFacebook et VKontakte.



49 réactions


  • Lonzine 17 juin 18:06

    « Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. » ce qui est faux comme d’habitude


  • Trelawney Trelawney 17 juin 18:26

    Un régime totalitaire est obligé de fermer ses frontières, car tous ses habitants cherchent à fuir vers une démocratie libre. Mais lorsqu’un régime totalitaire est obligé d’ouvrir ses frontières, aucun des supporters de ce régime qui en parle librement dans la démocratie libre ne cherche à quitter sa démocratie libres pour vivre dans ce régime totalitaire qu’il vante tant. Etrange !


    • Fanny 18 juin 12:35

      @Trelawney
      « Un régime totalitaire est obligé de fermer ses frontières, car tous ses habitants cherchent à fuir vers une démocratie libre. »

      C’est aujourd’hui totalement faux. Les réfugiés politiques sont une infime minorité en comparaison des mouvements de populations pour motifs économiques.

      Mise à part peut-être les Coréens du Nord, les Chinois, les Russes, les Turcs, les Africains au sens large ... ne cherchent pas à s’enfuir de chez eux massivement pour motifs politiques, ils cherchent à monnayer leurs compétences dans les pays riches.
      Ce qui a pour conséquence de vider les pays pauvres en voie de développement de médecins, ingénieurs, techniciens ... et de les appauvrir.


    • Trelawney Trelawney 18 juin 12:53

      @Fanny
      C’est aujourd’hui totalement faux. Les réfugiés politiques sont une infime minorité en comparaison des mouvements de populations pour motifs économiques.
      Parce que vous pensez qu’il est facile de quitter un pays comme l’Iran, la Bielorussie, la Corée du Nord, voir même certaines régions de Chine

       ne cherchent pas à s’enfuir de chez eux massivement pour motifs politiques, ils cherchent à monnayer leurs compétences dans les pays riches.
      Pourquoi la Russie et la Chine ne sont pas des pays riches ? Combien d’occidentaux cherchent à monnayer leur compétences dans des pays comme la Russie, la Chine où c’est le plein emploi ?
      La raisons pour laquelle l’attrait pour ces pays est très faible est unique : Ce sont des pays totalitaire ! Et le totalitarisme n’intéresse personne d’autre que les dictateurs.

      Et faire l’amalgame entre ces deux système politique relève du domaine de la psychiatrie. Et oui le marxisme n’est rien d’autre qu’une secte


    • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 18 juin 17:55

      @Trelawney

      Ce qui n’est pas étrange, c’est de répéter des clichés qui ne prouvent absolument rien car dans les « régimes totalitaires » la très grande majorité des gens restent dans leurs pays, et se sauvent ceux qui par leurs égoïsmes espèrent en profiter ailleurs.
      Ces ordures ne pensent qu’à attaquer leur pays, à appeler au secours l’Empire FASCISTE, pour leur faire un BLOCUS économique, financier médiatique.

      les connards incultes le savent et ne pourront jamais réfuter cette explication
      Ces connards se savent archi nuls, imbu de leur nullité et de leur puissance médiatique

      Au point qu’ils font des conférences de presse en interdisant Sputnik et RT de leurs poser des questions.

      par contre le Dictateur et totalitaire POUTINE se fait le plaisir d’inviter` les journalistes connards du monde libre, pour qu’¡ils poussent débiter à la face du monde les CONNERIES à la Trelawney et leur faire manger leur merde par les réponses de Putine

      PÔVRE TRELAWNEY vous aller mourir idiot

      Mon pauvre , si une personne dit quelque chose de faux selon vous, et que vous vous sentez morveux, alors il fait essayer de réfuter ses dires, avant de présenter vos commentaires qui prouvent votre dépit, votre désespoir., de voir que le communisme gagne sur toute la ligne depuis 1917 au moins.


    • Fanny 18 juin 22:20

      @Trelawney

      Parce que vous pensez qu’il est facile de quitter un pays comme l’Iran, la Bielorussie, la Corée du Nord, voir même certaines régions de Chine

      Bonne question. Je n’en sais rien car je n’ai jamais tenté l’aventure. Mais je suis à peu près sûr que quelqu’un décidé à quitter le Belarus peut le faire, et probablement aussi un Iranien décidé à quitter l’Iran. Les millions de touristes chinois qui circulent dans Paris prouvent que l’on peut sortir de Chine si on est vraiment décidé. Votre vision date de l’avant mondialisation et de la guerre froide, quand je passais la frontière Est-Ouest à Berlin dans les années 60 et que les frontaliers est allemands en uniforme genre Wehrmacht passaient dans le compartiment du train avec des chiens, des bergers allemands qui nous reniflaient.

       

      Pourquoi la Russie et la Chine ne sont pas des pays riches ?

      Non, ce ne sont pas des pays riches au sens où les salaires y sont très inférieurs aux nôtres. Je m’étonne que vous l’ignoriez

       

      La raisons pour laquelle l’attrait pour ces pays est très faible est unique : Ce sont des pays totalitaire !.

      La présence d’une forte immigration de travail en Arabie saoudite (qui est quand même un peu plus totalitaire que la Russie, pays multi religieux et multiethnique où le président est élu : l’ignorez-vous ?,) contredit votre propos. Immigration et totalitarisme font très bon ménage, pourvu qu’il y ait l’argent.

       

      Et oui le marxisme n’est rien d’autre qu’une secte

      Cela confirme mon impression, vous en êtes resté au temps de l’URSS. Comme c’était une époque plus heureuse en France qu’aujourd’hui, je peux comprendre votre immobilisme. 


    • Trelawney Trelawney 21 juin 09:06

      @MAUGISMICHEL
      de voir que le communisme gagne sur toute la ligne depuis 1917 au moins.
      Je pense que là on a atteint un niveau de pensée que je déconseille à n’importe qui d’essayer de l’atteindre sous peine de sombrer dans une folie inguérissable.

      Je vais donc (pour les autres) essayer d’expliquer par l’exemple, la différence entre un pays totalitaire et un pays communiste.
      La Russie : Lorsqu’un pays possède autant de milliardaires qui détiennent essentiellement des ressources minières. Et que ces derniers développent leurs sociétés à l’étranger sans chercher à développer leur pays, la Russie n’est plus un pays communistes mais reste un pays totalitaire.
      La Chine : Lorsqu’un pays développe des sociétés en exploitant ses salariés par l’intermédiaire d’un régime totalitaire, dans le but de fabriquer des produits qui seront exportés à bas cout pour le bénéfice de ses oligarques, ce n’est plus un pays communiste mais ca reste un pays totalitaire.
      La Corée du Nord : Lorsqu’un pays propose à son pays voisin (la Chine) ses habitants comme esclaves pour produire encore plus à bas cout pour l’unique bénéfice de la famille régnante, ce n’est plus un pays communiste, mais c’est un pays totalitaire
      Le Vietnam : Lorsqu’un pays accepte sur son sol, l’implantation d’usine de sociétés capitalistes telles que Sony, Nike, Lewis, Adidas etc, ce n’est plus un pays communiste
      etc etc
      Le communisme ne gagne pas ou ne perd pas. Il a simplement disparu. Mais malheureusement, les régimes totalitaires sont toujours là.


    • Fanny 21 juin 19:54

      @Trelawney

      Et que ces derniers développent leurs sociétés à l’étranger sans chercher à développer leur pays, la Russie n’est plus un pays communistes mais reste un pays totalitaire.

      En suivant votre remarquable argumentaire, depuis que les Arnault, Pinault, de La Charrière … investissent en Chine, en Amérique du Nord et du Sud en laissant l’industrie française péricliter, la France serait devenue un pays totalitaire. Vous devriez publier un manuel qui n’existe pas encore LE TOTALITARISME POUR LES NULS


  • leypanou 17 juin 18:40

    Un défecteur nord-corréen arrivé récemment aux États-Unis dans une Université Ivy League ne s’attendait pas à y voir autant de lobotomisés : c’est pour çà que l’expression American Pravda¹ a tout son sens.

    ¹ : pour ceux qui ne connaissent pas encore American Pravda, allez sur le site de Ron Unz.


  • Depuis Platon, il y a une grande confusion entre peuple comme corps uni et démocratie. La démocratie n’était pas le pouvoir des peuples mais des CITOYENS. Et avait le droit de voter, les personnes qui avait fait la preuve de leur citoyenneté. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents. Relevons ces deux derniers points : vertus et talents. Exemple : Sarkozy qui écope de 6 mois fermes ne devrait plus avoir le droit de voter.... A l’époque de Périclès, tous citoyens étaient sensés avoir fait ses preuves en tant que citoyen participant à l’ensemble du bien-être de l’ETAT. 


  • Conditions de base pour avoir le droit de voter : 

    • De répondre aux aspirations des populations à vivre dignement
    • De simplifier le quotidien de chaque citoyen
    • De permettre à chacun de trouver son meilleur choix de vie
    • De libérer les énergies grâce à une garantie financière continue
    • De redonner du sens à l’administration en supprimant les tâches absurdes et ingrates (calculs de «  droits  ») et en les remplaçant par des activités sociales
    • De rendre plus justes et plus transparents les rapports sociaux
    • De supprimer les tentations de tricheries qui gâchent la vie
    • De favoriser la consommation de produits intérieurs sans fâcher nos partenaires
    • De favoriser l’environnement par une transition vers une économie plus sobre
    • De mettre fin à la guerre entre le socialisme et le capitalisme
    • Et finalement d’apaiser une société devenue trop agressive.

  • babelouest babelouest 18 juin 04:06

    @Mélusine

    Déjà, il faut savoir que nous n’avons dans « notre démocratie libre » PAS le droit de voter, mais d’élire des gens qui feront bien ce qu’ils voudront, ou ce que des sponsors leur diront de faire. La nuance est colossale. Ce n’est pas pour rien que ce qui nous est distribué, c’est une carte d’électeur, pas une carte de votant.

    .

    En 2005 le Peuple a voté (peut-être pour la dernière fois sous ce régime-ci), et comme il n’a pas voté comme le souhaitaient les OLIGARQUES, son vote est passé à la trappe. On appelle cela un coup d’État, mais il ne faut pas le dire trop fort. C’est bien pourquoi dans le tableau que j’avais fait, en 2008 est indiqué « Fin de la France » puisqu’elle devenait de force (on appelle cela une annexion, mais il ne faut pas le dire trop fort) une simple province de l’Empire de l’Argent, celui qui a son siège à la City de Londres, et qui manœuvre Washington-aux-gros-biscotaux.

    .

    Voter, c’est possible quand enfin est instaurée une vraie démocratie. Quand aucune voix n’est supérieure à une autre. Cela implique bien entendu que chacun sans exception parmi les citoyens est convaincu de son importance, et participe avec joie à la gestion de la vie COMMUNE. Cela veut dire aussi que L’ARGENT n’a pas le droit de vote, et cela a une terrible importance.

    .


    • @babelouest
       C’est un sujet très difficile. Je suis Tocquevillienne ou Spinozienne. Ne devrait être élu que des personnalités qui méritent leur place. Je sais qu’il s’agit d’un rêve irréalisable. C’est mon droit de n’avoir que peu confiance dans les choix d’un peuple qui ne connaissent rien de la politique que leur rancoeur. La démocratie athénienne n’a rien à voir avec l’actuelle, c’est tout. Dire que Hitler fut mis au pouvoir démocratiquement...Comment donner crédit au choix du peuple...


    • @babelouest C’est bien ce que je développe, Depuis que l’humain est descendu au stade d’homo-oeconomicus, il vote avec leur porte-monnaie. Sans aucun idéal citoyen : éducation, culture, participation à la vie démocratique, spiritualité, respect de l’environnement qui appartient à tout le monde. C’est parfaitement décrit dans : le Traité de vertus démocratique de Raymond Queneau.....qui avait déjà pris ses distance avec le stalinisme,...


    • Trelawney Trelawney 18 juin 09:52

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Ne devrait être élu que des personnalités qui méritent leur place.
      Et sur quels critères on établit le mérite ? Parce que l’expérience Covid nous a bien démontré que ceux qui « savaient » finalement ne savaient pas grand chose.


  • Trelawney Trelawney 18 juin 07:04

    PAS le droit de voter, mais d’élire des gens qui feront bien ce qu’ils voudront, ou ce que des sponsors leur diront de faire. 

    Votre interprétation des faits est pour le moins réductrice et vous omettez de dire qu’il y a moins de 2 ans et contre toute attente, des personnes que l’on attendait pas ont été élu dans des grandes villes comme Bordeaux, Lyon, Strasbourg, Annecy, Poitiers, Tours et j’en oublie.

    De plus en 2002 et contre tout attente un certain JM Lepen est arrivé au second tour d’une élection présidentielle et ça non plus ça n’était pas écrit.

    Aux USA où d’après vous tout est sous contrôle un Trump a déjoué toutes les prévisions

    Alors peut être que vous etes déçu que vos représentants ne soient pas présent dans l’échiquier politique de cette démocratie libre. Mais ça n’est pas une raison pour ne pas savoir faire la différence entre une nation libre et un état totalitaire


    • babelouest babelouest 18 juin 07:14

      @Trelawney la France n’est pas devenue un État totalitaire ? Grâce aux moyens suggérés par Edward Bernays, beaucoup ne s’en rendent pas compte.


    • chantecler chantecler 18 juin 09:12

      @Trelawney
      "De plus en 2002 et contre tout attente un certain JM Lepen est arrivé au second tour d’une élection présidentielle et ça non plus ça n’était pas écrit.

      "
      C’est exact que ce n’était pas écrit mais c’était prévisible , car voulu par ceux qui détiennent les commandes , le pouvoir et entendent bien le conserver .
      Le but étant naturellement de faire élire le représentant de leurs intérêts .
      ....
      Tout du moins , tout avait été organisé , pensé pour que cela devienne possible .
      ...
      Je ne pense pas que cela soit complotiste de penser qu’il y a des stratèges au niveau du pouvoir , qui avec le fric et les médias , font que les élections débouchent toujours sur les m^mes résultats.
      ..
      Et la preuve c’est que 20 ans plus tard nous en sommes toujours au même point : tout est fait pour que le RN soit au second tour .
      Et qu’il ne puisse pas l’emporter , car entre les deux tours , la machine à broyer les esprits travaille en sens inverse .


    • Trelawney Trelawney 18 juin 09:38

      @chantecler
      Jean Marie Lepen a fait sa campagne électoral avec son parti le Front National qui se revendiqué et était raciste de d’extrême droite. Pendant ce temps un certain Jospin assuré de sa présence au second tour et pourquoi pas sa victoire n’a pas fait campagne et a laissé faire des Taubira et Chevènement pour éparpiller ses voix.
      On connait le résultat qui n’était pas écrit et voulu d’avance.
      En 2012 on attend tous DSK pour remplacer Sarkozy et on connait la suite. Contre toute attente c’est Hollande qui gagne les primaires (là on se dit c’est encore rapé pour la gauche) et malgré les millions dépensés dans la campagne Sarkozy, il gagne quand même.
      2017 on attend Juppé ou Sarkozy (Hollande déclare forfait) et c’est Fillon qui pointe le bout de son né. Ensuite Macron joue le météorite et profite des déboires de Fillon pour l’emporter.
      Mitterrand et ses bires (Joffrin, Lang etc) ont tout fait pour sortir Lepen de la marginalité en pensant que ca serait un caillou de le soulier de la droite. Maintenant on en est à se demander qui serait capable de battre M Lepen. Car le front républicain s’est disloqué avec les idéaux socialistes. Et vous verrez dans les régionale que le troisième ne se désistera pas pour pouvoir être présent en tant qu’élu et même si c’est le RN qui passe en tête.

      Chaque élection a ses surprises et rien n’est écrit d’avance. 


    • Trelawney Trelawney 18 juin 09:49

      @babelouest
      Edwards Bernays ou pas la civilisation fonctionne pareil, car c’est simplement une question de dopamine. Il est certain que sans un « esprit critique » et donc le renoncement à l’égo, l’intelligence humaine ne va pas très loin. 
      Il ne faut pas oublier que la civilisation est « la somme de toutes les individualité » et le « choisit ton camp camarade » et la plus grande ânerie que l’esprit humain a créé pour se perdre.


    • @Trelawney hier de lire un article très "complotiste sur THOT HERMES et la fameuse tribu de Dan (dite du serpent) qui dirigerait le monde. Quand il y a Dieu, le diable n’est pas Loin. Freud et Bernays. L’hermétisme et le fameux ALEISTER CROWLEY et son Abbaye de Thélème en Sicile. Le monde a toujours marché ainsi. Quand il y a du blanc, il y a du noir...Depuis qu’Hitler a sali le symbolisme divin de la Croix gammée (qui peut être dextrogyre ou sénestrogyre) faut-il jeter toutes vos statues hindoues ??? Gardez votre libre arbitre. Il y aura toujours quelqu’un pour vous détourner de votre voie. Rose-Croix, gnose, paf, on vous sort : ALEISTER CROWLEY. Ce n’est pas ainsi que l’on chemine. En s’arrêtant aux appâts rances...Jung, on vous sort : nazisme. C’est oublier qu’HANNAH ARENDT était la maîtresse d’HEIDEGGER. 


    • chantecler chantecler 18 juin 10:13

      @Trelawney
      Rebonjour,
      Oui, faut croire par exemple que F.Hollande était plus fiable et moins détesté que N. Sarkozy pour arriver premier .
      La suite l’a démontrée :« mon ennemi c’est la finance » a été géré en sorties scooter et en dérision .

      Et pendant ce temps incubait au ministère des finances , un certain E. Macron qui s’est retrouvé propulsé par les néolibéraux .
      ...
      Quant à L.Jospin et l’électorat PS , ils se sont bien fait niquer par les sondages d’opinions .
      "Chaque élection a ses surprises et rien n’est écrit d’avance. 

      « 
      Surprise pour les électeurs certes , parfois pour le candidat pensant remporter à coup sûr le jackpot et patatras : J Chirac ....
      ...
      Mais sous jacent, je le crains pas beaucoup de hasard .
      Et encore dans les deux cas nous évoquons des candidats systèmes .
      ...
      On peut en discuter à l’infini .
      Je pense que nos deux points de vue se défendent.
      Par contre j’ai des doutes sur le fait que des élections dans notre démocratie puissent changer quoi que ce soit : bonnet blanc blanc bonnet , car en gros les décisions et la direction des affaires sont décidées ailleurs ...
       »si les élections pouvaient changer quoi que ce soit , elles seraient interdites"
      ....
      Je n’ai pas de certitude et à la limite je souhaiterais que tu aies raison .
      Mais en tous cas beaucoup d’abstentionnistes pensent que c’est un piège à noc .


    • troletbuse troletbuse 18 juin 10:23

      @chantecler
      mon ennemi c’est la finance » a été géré en sorties scooter

      Ouais, sans oublier ATTENTATS


    • chantecler chantecler 18 juin 10:29

      De fait il y a une petite part d’aléatoire qui ne change pas grand chose car la politique est kif kif cad néolibérale .


    • Trelawney Trelawney 18 juin 11:13

      @chantecler
      Lorsque j’avais 14 ans j’étais dans un orphelinat et je disais « la politique c’est la cause de toutes les guerres ». Un surveillant m’a répondu : « s’il n’y avait pas de politique il y aurait le clan des riches dominants et le clan des pauvres asservis ». Et pour démontrer ce qu’il disait, il nous a proposé de l’accompagner à un meeting d’un parti politique. Nous l’avons accompagner au meeting du PSU avec un discours de Michel Rocard. Rocard m’a réellement donné une conscience politique.
      Le lendemain je faisais mes bagages et m’évadais de cet orphelinat pour travailler sur des bateaux en Norvege et Alaska et ensuite m’engager dans la légion en trichant sur mon âge, pour défendre la liberté et mon pays.
      Cette conscience politique ne m’a jamais quitté. L’histoire d’apprendre à pécher plutôt que de donner un poisson c’est de la politique.
      Si je ne vote pas, c’est que l’offre ne me plait pas, car de Melenchon à Lepen on a des personnages politique qui naviguent au gré des opportunités et ont tout sauf une conscience politique. Et s’ils sont là c’est qu’ils ont joué des coudes pour y arriver et ce n’est pas un quelconque pouvoir qui les a mis là.
      Voyez le courage de De Gaule le 18 juin 1940, le courage de Veil sur l’avortement, les Vincent Auriol pendant l’occupation, Mendela en Afrique du sud.
      La démocratie doit pourvoir nous permettre de détecter des personnes comme cela. C’est à nous de faire l’effort d’attacher plus d’importance à des Ruffin, Delli, Carriou et j’en oublis, plutôt que de se gaver de ce qui est annoncé par les médias.


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 18 juin 17:58

      @Trelawney

      Je salue votre courage physique (il en faut pour entrer dans la Légion) et c’est pourquoi je me permets de vous suggérer de ne pas désarmer trop vite en matière politique. Rocard a éveillé votre conscience politique, c’est une bonne chose sans doute mais il faisait partie du système, donc vous ne pouvez vous assoir sur vos lauriers. Une fois votre conscience éveillée, la marche commence et elle n’est pas facile. Car tout nous porte au relâchement. Par exemple, Simone, avec sa gueule d’ange à qui on donnerait le Bon Dieu sans confession, a quand même promu la mise à mort de millions d’êtres qui n’ont jamais vu le jour et dont l’absence a motivé les politiques immigrationnistes. 

      Bref, l’ennemi est partout et c’est à chaque instant que la conscience doit s’éveiller à ce qui menace la nation France.

      Ainsi, par exemple, quand elle s’est trouvée sinistre de la santé vers 93 je crois, Simone a organisé le transfert d’organes de donneurs français vers Israël qui se trouvait en grand besoin à l’époque. C’est généreux en apparence, mais criminel du point de vue de la nation car combien de français sont morts faute d’avoir reçus les organes dont ils avaient besoin ?

      L’éveil de la conscience politique est un exercice qui n’est ni circonstanciel, ni occasionnel, même pas seulement quotidien, mais, en fait, incessant, car il consiste à ne jamais fermer les yeux !


    • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 18 juin 18:06

      @Trelawney

      « Mendela en Afrique du Sud » ?

      Ce communiste qui s’est permis de visiter Fidel, ce totalitaire, communiste, dictateur etc... puis Khadafi , dès sa première sortie en tant que Président.
      Vous êtes d’une hypocrisie et inculture politique crasses.

      Un Pôvre type en quelque sorte, 


    • chantecler chantecler 19 juin 13:32

      @Trelawney
      Ton témoignage m’est très précieux : merci .


  • karim 18 juin 07:54

    Quelque soit le régime, nous avons toujours une classe de privilégiés qui vivent dans le luxe et qui défendent leurs privilèges. Un chien aussi petit soit-il, si tu lui enlève son os, il te mord. 


    • Jeekes Jeekes 18 juin 09:45

      @karim
       
      ’’Un chien aussi petit soit-il, si tu lui enlève son os, il te mord.’’
       
       
      Je sais bien que c’est une image, mais c’est faux.
       
      Tout dépend de la relation qu’on développe avec son chien.
      Le mien et il est loin d’être petit, me laisse faire ce que je veux avec sa gamelle. Je peux y mettre la main, je peux la lui retirer pendant qu’il mange.
      Même chose avec un os, évidemment.
       
      Il me regarde et il attend en toute confiance.
      Parce qu’il sait que je vais la lui redonner !
       

       


    • sirocco sirocco 18 juin 13:58

      @Jeekes
      « Parce qu’il sait que je vais la lui redonner ! »

      Eh ouais !... Sinon il te boufferait la main !... smiley


    • Jeekes Jeekes 18 juin 14:26

      @sirocco
       
      Ben non, absolument pas !
       
      Mon chien, c’est quelqu’un. Comme disait l’autre...
       
       smiley
       
       


    • sirocco sirocco 18 juin 17:14

      @Jeekes

      Comme son maître, hein !


    • Jeekes Jeekes 18 juin 17:23

      @sirocco
       
      S’teuplé, pas de flatteries...
       
      Encore que, réflexion faites, j’aime bien !
       
       smiley
       
       


  • Inquiet 18 juin 08:40

    Les régimes autoritaires « classiques » peuvent faire appel eux aussi à des techniques de propagandes modernes comme fabriquer une image positive les gouvernants.

    A mon sens la différence avec la dictature libérale, c’est le donneur d’ordre qui est la finance dans cette dernière. La dirigeant affiché, étant interchangeable et leur homme de paille.

    Pour ce qui est du niveau d’autoritarisme, cela dépend des « besoins » du moment.

    N’en doutons pas, si le peuple arrivait à un niveau de conscience tel qu’il puisse distinguer ce qui relève de la vrai démocratie et de ce qui relève de son ersatz libéral, la répression exercée par les thuriféraires du système renverrait les exactions des plus grands dictateurs à de simples giffles.


  • ... le nombre de militaires !

    18/06/2021
    « Org.Nation  », notre seul espoir et réponse réels, pour 2022 et ensuite

    https://wp.me/p4Im0Q-54P

    Rien de tels que de bons amuse-gueules pour démarrer un bon banquet-fait-tard !


  • Bertrand Loubard 18 juin 09:48

    N’est-ce pas Coluche qui disait déjà : Le dictature c’est « Ta gueule ! », tandis que la démocratie c’est « Cause toujours ! » ?


    • karim 18 juin 13:39

      @Bertrand Loubard
      Autrement dit, en dictature si tu parles tu meurs et en démocratie, parle jusqu’à ce que tu meurs.


  • pipiou2 18 juin 13:00

    Vu que l’auteur trouve qu’un pays totalitaire c’est mieux qu’une démocratie il aurait probablement fui en Allemagne de l’Est à l’époque du Mur.

    Qu’il se dépêche d’émigrer en Bielorussie ou en Corée du nord : c’est encore possible de s’échapper de la France ... peut-être moins d’entrer dans les paradis susnommés.


    • Inquiet 18 juin 14:37

      @pipiou2

      Niveau zéro du commentaire.

      C’est comme affirmer qu’un unijambiste aurait préférer devenir cul-de-jatte.
      Non, il voudrait retrouver sa jambe.

      Un amoureux de la démocratie ne souhaite pas s’enfuir dans un pays totalitaire, il veut que son pays soit réellement démocratique et pas faire semblant de l’être.

      Je ne souhaite pas être torturé par le bourreau qui fait moins mal, je ne souhaite pas être torturé du tout.

      Compris ?


    • Trelawney Trelawney 18 juin 17:51

      @Inquiet
      Ce n’est pas vraiment ce que pense l’auteur qui s’évertue à nous dire qu’il n’y a pas de différence entre un pays totalitaire et une démocratie libre.
      Ce que pipiou lui répond est « si c’est si bien que cela, il faut émigrer là bas, comme aurait du faire tout bon communiste le jour de l’ouverture des frontières des pays du bloc soviétique »


    • pipiou2 18 juin 18:27

      @Inquiet
      Avant de commenter les commentaires lis mieux ce que dit l’auteur : que c’est pire dans notre démocratie que dans un pays totalitaire.


  • zygzornifle zygzornifle 18 juin 15:44
    La différence entre les régimes totalitaires et les démocraties du ’monde libre’

    Depuis l’élection de Macron la barrière ne tient plus qu’a un fil ....


  • Xenozoid Xenozoid 18 juin 15:50

    Le mythe de la normalisation

    L’homme bourgeois dépend de l’existence d’un courant mythique pour justifier son mode de vie. Il a besoin de ce courant parce que ses instincts sociaux sont aussi biaisées que la démocratie elle-même : il pense que quel que soit ce que veut ou fait la majorité, cela doit être vrai. Rien ne pourrait être plus terrifiant pour lui que de sentir aujourd’hui : qu’il n’y a plus une majorité, si toutefois elle ait une fois vécue

    Notre société est tellement fragmentée, si divers, qu’à ce stade, il est absurde de parler d’une « majorité ». C’est un mythe en partie créée par l’anonymat de nos villes. Presque tout le monde que nous croisons dans la rue est un étranger : on relègue mentalement ces chiffres anonymes à la masse sans visage que l’on appelle le grand public, à laquelle on attribue quelque propriétés on pense à des étrangers comme possédant. Ils doivent faire partie de la majorité silencieuse, cette force invisible qui fait que le monde est ce qu’il est, on suppose que ce sont les mêmes « gens normaux » vus dans des publicités télévisées.
    Mais le fait est, bien sûr, que ces publicités font référence à un idéal inaccessible, afin de garder tout le monde exclu et insignifiant. Le « grand public » est analogue à cet idéal, car il tient tout le monde en laisse sans jamais faire une apparition, et possède le même degré de réalité que la famille parfaite dans la dernière réclame du dernier dentifrice.
    Personne ne se soucie de cette masse absente, plus que les enfants bohème de la bourgeoisie. Ils se chamaillent sur la façon d’orchestrer leurs manifestations pour rallier " la masse » a leurs idées radicales, comme s’il y avait toujours une masse à appeler !
    Leur société est désormais composé de nombreuses communautés, et la seule question est quelle communauté ils devraient approcher ... et s’habiller conforme, parler correct, n’est probablement pas la meilleure façon de faire appel aux éléments les plus potentiellement révolutionnaire de la société.
    En dernière analyse, la soi-disant audience « grand public » qu’ils s’imaginent, pour déguiser leurs manifestations et événements politique n’est probablement que le spectre de leurs bourgeois de parents, gravée au fond de leur inconscient collectif comme un symbole d’adolescent en manque d’estime et de culpabilité qu’ils n’ont jamais quitté. Ils feraient mieux de couper leurs liens avec la bourgeoisie tout en se sentant libre d’agir, de regarder, et de parler, peu importe qui les regarde, même quand ils essaient de faire avancer une cause politique : sans objectif politique atteint avec des militants en tenue de camouflage, il pourrait être plus important de commencer la lutte pour un monde dans lequel les gens n’auront pas à déguiser pour être pris au sérieux.

    Cela ne veut pas dire pardonner ces bohémiens en manque d’estime qui utilisent leur activisme non comme un moyen de tisser des liens avec les autres, mais plutôt comme un moyen de se démarquer : en désespoir de cause ils s’achètent une identité, ils croient qu’ils doivent payer pour cela et pour se définir contre les autres. Vous pouvez les reconnaître par leur propre justice, leur spectacle pompeux de certitude idéologique, la manière ostentatoire de se déclarer, « activistes » à chaque occasion. Cet « activisme »politique est presque exclusivement leur sphère aujourd’hui, et « exclusif » est le mot clé ... tant que cela ne changera pas, le monde restera ce qu’il est.



  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 18 juin 18:03

    « Dans les régimes totalitaires, vous savez exactement qui vous gouverne. Dans les démocraties libres, les vrais dirigeants se cachent derrière de faux gouvernements fantoches. »


    Tout est dit.

    Le mensonge s’est installé en Russie quand on a commencé à parler de Glasnost (transparence).

    Cela me rappelle l’idée taoiste de la vertu perdue quand la politesse en devient une.


    • Xenozoid Xenozoid 18 juin 18:09

      @Luc-Laurent Salvador

      deng xaio ping, l’avait dit « le capital doit tomber,on va l’aider »...lol


  • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 19 juin 00:48

    A chaque succès du communisme, en Chine et en Russie, les faux culs s’étranglent de rage.

    Ils sont absolument incapable de voir que se sont toujours les communistes qui sont en charge en Russie, et c’est heureux. 


  • yvesduc 19 juin 07:44

    Génial !! Merci pour l’article. smiley 


Réagir