vendredi 28 décembre 2018 - par Nicole Cheverney

La guerre des classes n’a pas cessé, c’est sûr ! Volet n° 2

Mondialisation Heureuse ? Parlons-en justement.

« En ce début de millénaire les oligarchies capitalistes transcontinentales règnent sur l'univers. Leur pratique quotidienne et leur discours de légitimation sont radicalement contraires aux intérêts de l'immense majorité des habitants de la terre ».1

Pourquoi les pauvres seront de plus en plus pauvres et les riches de plus en plus riches ? Selon les économistes libéraux qui ne croient pas un seul mot de ce qu'ils avancent mais le propagent malgré tout, ce sont les riches qui créent les richesses et les « redistribuent ». Par exemple : le riche devra augmenter d'autant les salaires de ses employés à mesure qu'il s'enrichit, car il existe une « limite objective à l'accumulation des richesses, selon les deux théoriciens Ricardo et Smith.2 Pour ces deux théoriciens, il serait absolument amoral que la richesse des individus ou sociétés dépasse la satisfaction des besoins, même les plus « coûteux et extravagants ».3

D'après ces deux économistes célèbres du XVIIIe/XIXe siècle, les riches devraient procéder dans un société économique développée à cette fameuse redistribution des profits. Mais Ricardo et Smith étaient avant tout des hommes de leur temps, animés par une foi religieuse, ils avaient des principes. Bien évidemment, ils se sont trompés sur toute la ligne quant aux mentalité des possédants, croyant connaître la nature humaine.

Le riche accumule. Certains ignorent le montant de leur fortune, à tel point celles-ci – surtout de nos jours – peuvent atteindre des niveaux vertigineux ! Tout a été entrepris par les capitalistes pour permettre à des gens avides, de se goinfrer d'autant plus que les nouvelles technologies leur permettent toutes les extravagances, avec la spéculation au niveau mondial !

Et c'est là que cela devient intéressant, sociologiquement et psychologiquement parlant : Ricardo et Smith avaient misé sur la sagesse de « lier les besoins (de l'individu) à l'usage ».

Sauf que, grâce à la spéculation boursière, l'argent – cet instrument de valeur d'échange – prend une valeur intrinsèque et va servir à produire : de l'argent ! Ce qui est un non sens absolu ! Puisqu'il ne répond plus à satisfaire les besoins primaires de tout individu : se chauffer, se loger, se nourrir, être éduqué, accéder à la culture. Non ! L'argent va aller à la production de l'argent et le cumul éhonté de véritables fortunes qui vont s'accumuler – pour les ultra-fortunés, rajoutant aux besoins primaires humains, celui plus sensuel de « posséder » et en possédant, de dominer ses congénères, et d'étaler leur pouvoir. Cette « volonté de domination est inextinguible. Elle ne rencontre pas de limites objectives ».

Il me revient à l'esprit l'extrait d'une émission télévisée consacrée aux milliardaires et à leur style de vie, dans laquelle l'on découvre un milliardaire américain, grand patron de nouvelles technologies – se prélasser sur son immense yacht, en compagnie de ses invités. A midi, ils avaient bien mangé, bu et digéraient tranquillement sur leur transats en discutant entre eux. L'après-midi était passé sous la douceur estivale des embruns du Pacifique. Après le repas du soir, chargé, ils se prélassaient toujours, lorsqu'à minuit, le milliardaire – malgré un repas copieux, ressentit le besoin capricieux de manger... japonais ! Il réveilla son personnel de cuisine qui se mit immédiatement en quête – à une telle heure tardive d'un traiteur de la ville qui se dépêcha d'aller satisfaire les besoins primaires du milliardaire qui avec ses amis se gobergeaient sur le yacht pendant que les domestiques et le traiteur, tombaient de sommeil et fatigués par une très longue journée au service de ces seigneurs capricieux se prenant pour des dieux. Journée qui se termina vers 4 heures du matin. Eh bien, cela est insupportable pour qui possède un peu de sens commun !

Les prédateurs ? Aucun état d'âme.

Dans « Mille milliards de dollars  », nous voyons également le jeune journaliste joué par Patrick Dewaevre manifester son inquiétude sur la marche inexorable du capitalisme dans le monde et l'accaparement des richesses par quelques centaines de multinationales. Et il prognostique que le nombre de ces multinationales se réduira de plus en plus avec le temps, mais posséderont la presque totalité des richesses de la planète, tandis que les populations pauvres seront de plus en plus nombreuses sur la planète. Cela est « effrayant » !

Au début des années 2000, 225 fortunes privées sont répertoriées, détenant à elles seules ce chiffre astronomique - de « 1000 milliards de dollars ». Revenu annuel cumulé de 2,5 milliards d'individus les plus pauvres de la planète : 47 % de la population mondiale.

200 plus puissantes sociétés transnationales privées les plus puissantes du monde dépassent la totalité des exportations de l'ensemble des 120 pays les plus pauvres. (Ces chiffres sont extraits du « rapport sur le développement humain – Report Dévelopment Report » année 20004

En 2016, une étude Odoxa donne les indications suivantes : "100 personnes possèdent la moitié des richesses du globe" 62 plus grandes fortunes mondiales possèdent désormais autant de richesses que la moitié la plus pauvre - 3,5 milliards de personnes tout de même. En 2010, il fallait additionner 388 super-riches pour représenter la moitié des richesses du globe... ».

Ces données chiffrée sont tout bonnement vertigineuses. Le champ d'action des ultra-libéraux dans tous les domaines politiques, économiques et sociétaux, s'est démultipliée avec le remplacement d'une économie de marché régulée autrefois, qu'ils font en sorte de remplacer par une dérégulation des marchés, la planche à billets qui tourne 24 h sur 24 heures, permettant au dollar de se maintenir à flots : nous ne sommes plus dans une économie réelle, mais bien virtuelle, une jungle économique. Cependant, ce genre de système artificiel, combien de temps résistera-t-il au principe de réalité ?

La mondialisation heureuse de A. Minc ?

Un leurre pour tous ceux qui ont cru en la sincérité des thuriféraires du « fractionnement de la société ». A tous les maux que je viens d'énoncer jusqu'ici, rajoutons également celui d'une spéculation immobilière sauvage et assassine imposée partout où le modèle occidental financier détruit l'homme, la nature et l'environnement. Ces bulles immobilières ont enrichi des centaines de trader, de spéculateurs, de grands patrons, d'hommes et de femmes politiques, d'escrocs, jusque dans les couches les plus impénétrables des institutions, avec la prévarication, la corruption active la plus crasse à tous les étages, où des gens suffisamment puissants – politiques et autres – échapperont, malgré leur actes délictueux – à la justice du fait même de leur puissance et de leurs relations. Ce milieu, quoiqu'on en dise est solidaire en tous point, selon le vieil adage : je te tiens, tu me tiens par la barbichette ! Pourtant la guerre économique entre Etats et multinationales fait rage : ces oligarques autant sont-ils en guerre perpétuelle contre le peuple, autant le sont-ils aussi entre eux.

Voici pour illustrer mes propos, deux portraits de deux dirigeants, brossés dans « The New Republic  », dont l'un est plus connu que l'autre mondialement. Il s'agit de Bill Gates et de Larry Ellyson, le premier à la tête de Microsoft et le deuxième à la tête d'Oracle.

M. Kertzman a étudié les profils de ces deux personnalités emblématiques du monde des affaires. Un monde de requins et de piranhas où « Tuer ou être tué, dévorer ou mourir, telle est leur devise  », « Posséder les marchés, anéantir les concurrents ».

Tout leur vocabulaire tourne autour des termes de guerre et de destruction. Ainsi M. Kartzman enfonce le clou les concernant : « Au fond, toutes les entreprises de haute technologies toutes celles qui sont parvenues en haut de l'échelle, sont dirigées par des assassins sanguinaires... Pour parvenir à ce niveau, vous devez être un parfait requin  ».

D'après les employés de ces « requins », leur témoignage sur le comportement de leur PDG est effarant et donne le frisson, si bien que « l' expression capitalisme de la jungle » leur va comme un gant et s'applique parfaitement à cet univers, à côté duquel celui de Dallas, célèbre saga américaine des années 80 fait pâle figure, du point de vue de la scélératesse comportementale des grands dirigeants de société.

Par exemple, chez Oracle, témoigent-ils, pendant les séances de motivation, nous avons droit aux cris de guerre et rugissements du personnel imposés par les formateurs : « On va les tuer ! On va les tuer  » !

Tuer qui ? Le concurrent. Chez Oracle, les dirigeants ne cherchent pas simplement à battre un concurrent en rapportant des marchés, cela ne leur suffit pas : « nous voulions le détruire... Il fallait continuer à le frapper, même lorsqu'il était à terre. Et s'il remuait encore le petit doigt, il fallait lui écraser la main

 D'après cette étude sur les mœurs entrepreneuriales américaines, Ellyson cache moins sa férocité en affaires que Bill Gates. Pourtant tous deux « ont adopté la même stratégie de destruction de masse. Mais tandis que Gates est simplement très efficace, Ellyson donne l'impression d'assouvir un besoin ».  5

Bourses et maisons de courtages.

Les jeunes trader qui y rentrent sont littéralement fascinés par ce monde-là où l'argent est facilement gagnable, du moment que vous ayez un don pour les affaires et la rapidité d'esprit nécessaire pour saisir les bonne occasions de vous enrichir avec la spéculation. Il faut avoir simplement du nez, et surtout aucun scrupule. Nous sommes chez les prédateurs, un microcosme de « killers », où la vélocité extraordinaire même si elle apparaît comme plutôt répugnante pour qui a des principes moraux, philosophiques ou tout simplement de l'empathie pour ses semblables, le système dans lequel ils sont en immersion totale, leur permet toutes les dérives comportementales. Chez les oligarques, leur capacités d'adaptation, rapides, instinctifs, ces gens-là ignorent toutes les règles de loyauté, de respect d'autrui et n'ont aucune parole à tenir, ils sont impavides et « apathiques face à ce qui se passe autour d'eux ». Ils sont en dehors de la raison, presque déshumanisés où ni « l'angoisse, ni la panique, ni l'obsession du gain immédiat », ne leur fait perdre le fil de leur stratégie pour gagner des marchés. Ils opposent souvent des physionomies extrêmement calmes, pour la plupart. Ils ont été formés à cette capacité d'anticipation des événements et peut-on dire qu'ils s'y préparent, en secret, même au pire ? Évidemment, cela vient se rajouter à leur côté « élitiste » appris, soit dans leur milieu social conventionnel ou simplement de petit parvenu, mais tous tiennent le reste de l'humanité pour un troupeau de bestiaux à mener où ils veulent, y compris à l'abattoir s'ils le décident.

 

L'Oligarchie est très puissante... Pour le moment !

Elle dispose de puissants relais, d'énormément d'argent pour se payer des milices privées de mercenaires armés jusqu'aux dents ! Ils sont riches au point d'acheter même les médias... de masse : les mainstream. Ils ont tout raflé en moins de 20 ans, 9 milliardaires français détiennent la quasi totalité des médias, ce qui leur permet de diriger l'information, dans le sens de leurs affaires et de la doxa.

« Toute résistance à la privatisation du monde est frappée d'anathème... Quiconque met en danger la richesse exceptionnelle des riches se met hors du monde civilisé. L'idéologie néo-libérale comble d'aise les nantis. Elle met leurs richesses en sûreté. »

 

A suivre...

1Jean Ziegler – Les Nouveaux Maîtres du Monde – et ceux qui leur résistent – Editions Fayard - 2002

2D. Ricardo : né en 1772 mort en 1823 – Economiste anglais.

A. Smith : né en 1723 mort en 1790 – Economiste écossais.

3Opus déjà cité.

4Opus déjà cité. Jean Ziegler.

5 Opus déjà cité. Jean Ziegler – Les nouveaux maîtres du monde –

+ Courrier International – 25 31 mai 2000



33 réactions


  • JL JL 28 décembre 2018 10:58

    ’’L’Oligarchie est très puissante... Pour le moment !’’

     

    « Les Oligarques avaient réussi à inventer une machine gouvernementale aussi compliquée que vaste, mais qui fonctionnait, en dépit de tous nos efforts pour l’entraver et la saboter. » Jack London (« Le talon de fer »)

     

     Pourquoi les riches et les puissants ont-ils besoin de toujours plus d’argent et de pouvoir ?*

     

    La réponse nous est peut-être fournie par La Bruyère : « Je crois pouvoir dire d’un poste éminent et délicat qu’on y monte plus aisément qu’on ne s’y conserve » (« Les caractères »)


    • Fergus Fergus 28 décembre 2018 11:45

      Bonjour, JL

      La Bruyère était lucide. Et c’est pour cela qu’il faut aux oligarques du fric pour acheter des soutiens en réseau et du pouvoir pour écarter ceux qui aspirent à prendre ledit pouvoir. 


    • lloreen 29 décembre 2018 11:55

      @JL
      " Pourquoi les riches et les puissants ont-ils besoin de toujours plus d’argent et de pouvoir ?

      « .
      Précisément parce que l’argent n’existe pas.Sauf sous la forme de minerai bien sûr, qui n’est plus utilisé depuis longtemps...Au plus tard en 1970 lorsque Nixon a mis fin à la parité du dollar avec l’or.
      Posez-vous les bonnes questions pour trouver les bonnes réponses.
      Les foules ont été programmées pour des croyances complètement insensées comme celle, la plus répandue, de la prétendue »valeur" de l’argent.
      La seule valeur est l’humain puisque lui seul est potentiellement créateur.

      Le fait de déverser des tonnes d’or sur un champ ne donne pas une récolte de brindilles.


    • biquet biquet 30 décembre 2018 10:15

      @JL

      Sur mon dernier post et son titre :

      Agoravox est-elle devenue la Pravda soviétique ?

      Je remercie les lecteurs d’agoravox, d’avoir par leurs réponses, répondu à près de 100% oui à cette question.



    • JL JL 30 décembre 2018 10:26

      @biquet
       
       alors je fais partie du 1% qui a répondu non !
       
       smiley


    • JL JL 30 décembre 2018 11:37

      @lloreen
      bonjour,
       
       ’’l’argent n’existe pas ’
       
       
       Qu’est-ce que la monnaie ? Pour Michel Aglietta et André Orléan, ce n’est pas un phénomène économique ; c’est beaucoup plus que cela, c’est, selon l’expression de Marcel Mauss, un fait social total.

       
      « Pourquoi l’euro a-t-il suscité l’engouement des Français ? Pourquoi la parité du peso et du dollar a-t-elle déchaîné la violence des Argentins ? A ces questions, l’économie traditionnelle est en mal de réponses. Peut-être parce que la monnaie n’est pas uniquement un phénomène économique... Michel Aglietta et André Orléan montrent comment elle constitue la clé de voûte des sociétés humaines, comment elle les fait passer tour à tour de la violence mimétique à la confiance institutionnelle ; et comment son histoire depuis les temps les plus reculés est celle de la dissolution et de la constitution du lien social. »
       
      En même temps, comme dirait quelqu’un.


    • ASTERIX 19 février 10:51

      @Fergus

      dans un monde de lobbyisme gouvernemantal

      il RESTE A ESSAYER LE smic a 1500 PUIS 2000 EUROS

      COMMENT PAYER  1°°) REDUIRE DE 90% LE nombre des ELUS ET HAUTS FONCTIONNAIREE DES COMITES THEODULE EN 1ER  
       2°) SUPPRIMER L’ ARME ATOMIQUE DE DISSUASION QUI N’EST PAS EFFICACE PAS DU TOUT CONTRE LES DJIHADIISTES  !!!!!!!!!!!!!!!!
      car quelle FAMILLE PEUT VIVRE AVEC 1100 EUROS NET PAR MOIS C EST LA CLEF QUILS NE VEULENT PAS TROUVER SURTOUT A MARCHARRIERE


  • Arogavox 28 décembre 2018 11:31

    « 225 fortunes privées sont répertoriées, détenant à elles seules ce chiffre astronomique - de « 1000 milliards de dollars ». Revenu annuel cumulé de 2,5 milliards d’individus les plus pauvres de la planète : 47 % de la population mondiale. »

    >>>  l’idée fausse, que même les zélus et incarneurs français qui se voulaient « De Gauche » ont cautionnée et mise en oeuvre, c’est que ponctionner par l’impôt la richesse des riches ne pourrait permettre qu’une redistribution insignifiante pour ’la masse’ des indigents.

    (les apparatchiks du tout-état résonnent eux-aussi le plus souvent comme des pantoufles !)

      Nous avons là la preuve que ces pourfendeurs de « l’obscurantisme » sont soit atteints d’une grave cécité, soit nuls en mathématique élémentaire :

     car si l’on redistribuait les « 1000 milliards de dollars » aux 47 % des plus pauvres de la population mondiale, alors cela doublerait (au moins pour un an) leur revenu annuel.

      (Certes, pour rester humains, on devrait alors laisser de quoi vivre à ces 225 privés. Mais il est facile de ce rendre compte que même en leur accordant à chacun le revenu médian des 47% des plus pauvres, cela ne change quasiment rien au calcul. 
     Pour ce qui est du pshitt des activités économiques de ces 225 fortunes privées, bien malin qui saurait prouver que cela aurait nécessairement un impact négatif pour notre planète ! ...)


  • Abou Darbrakam Saint Rata de l’himalaya 28 décembre 2018 11:44

    merci pour l’article

    Et pendant ce temps là

    http://www.mortsdelarue.org/spip.php?article14

    L’hiver dernier, Julien Denormandie, secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires, affirmait au micro de RTL que « 13.000 places d’hébergement d’urgence » supplémentaires allaient être mises en place. 

    Cela n’a pas pourtant empêché les plus de 140 000 SDF visibles partout en France et les 406 de mourir depuis le 1er janvier.

    Le président de la République Emmanuel Macron avait pourtant aussi promis l’an passé  : "Je ne veux plus, d’ici la fin de l’année, avoir des hommes et des femmes dans la rue, dans les bois ou perdus" déclarait-il le 27 juillet 2017.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 28 décembre 2018 19:37

      @Saint Rata de l’himalaya

      Bonsoir, les promesses de Macron, il en a fait beaucoup, n’ont jamais été tenues pour vraiment sérieuses par la population, peut-être les 15 % d’inscrits qui ont voté réellement pour lui et ont été éblouis par l’éclat de son sourire Golgate. Il avait dit également qu’il s’occuperait des « handicapés » ! Macron n’est tenu d’appliquer que le programme imposé et par l’UE et par ses promoteurs : les banques.


    • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 28 décembre 2018 22:08

      @Saint Rata de l’himalaya

      Sarkozy en son temps avait fait la même promesse ... Hollande en avait parlé ... Mieux vaut s’occuper des riches, il y a plus de retombées pour les campagnes électorales.


  • Abou Darbrakam Saint Rata de l’himalaya 28 décembre 2018 11:56
    Illustration parfaite ...
    les tours de la Défense, avec les sans-abri

    La Défense est un Janus. En surface, le plus grand quartier d’affaires européen abrite plus de 500 entreprises dont des fleurons du CAC 40. Sa forêt de tours, ses galeries commerciales géantes offrent les symboles spectaculaires du libéralisme triomphant.

    Mais ce royaume opulent a son revers. Sous la dalle, un autre monde se cache, beaucoup plus sombre. Dans le dédale des voies souterraines, des locaux techniques et des parkings, au moins une centaine de sans-abri se réfugient, protégés du froid. Pendant deux semaines, accompagnés par Titwane, illustrateur, nous avons choisi d’aller à leur rencontre.

    Autour des petits cafés partagés à La Maison de l’Amitié ou à l’église Notre-Dame de Pentecôte, beaucoup ont accepté de nous confier des bribes de leur histoire. Certains nous ont fait découvrir leurs abris dérisoires, parfois juste un carré de béton, parfois un squat. Emmenés par quelques guides, nous avons découvert, en descendant peu à peu dans les entrailles de La Défense, une multitude inattendue. Des hommes seuls, des jeunes en errance, des femmes, et même une famille.

    Dans cet univers fracturé, des salariés bénévoles et des riverains retraités nous ont impressionnées par leur engagement pour créer des ponts, inventer des moments de partage. Un véritable voyage, jalonné de hauts et de bas.

    « Bienvenue chez les rej’tés  ! »

    Lundi, 7 heures. Les tours fantomatiques de La Défense sont encore noyées dans la nuit. Sur le parvis désert, des silhouettes filent, droites comme des « i ». Gwenaël, lui, n’a pas dormi. Arrivé la veille, avec son gros sac et sa tente sur le dos, ce Savoyard de 36 ans a tourné toute la nuit dans les sous-sols, sans trouver où se poser. Il serre entre ses mains un bol de café chaud  : « J’ai vu des trucs de dingue, que je n’imaginais même pas. Un véritable enfer  ! »

    Dans les sous-sols de l’église Notre Dame de Pentecôte, nichée entre les gratte-ciel, des bénévoles s’activent pour offrir le premier petit-déjeuner de la semaine à des dizaines de sans-abri. La distribution des crêpes, préparées par Hélène, allume les premiers sourires parmi les hommes attablés, un peu hagards. Claude (1), un géant Guadeloupéen en treillis de camouflage, se lève et apostrophe Gwenaël  : « Bienvenue chez les rej’tés  ! » Puis il se ravise, inspiré  : « En fait, nous sommes les graciés. C’est les autres, là-haut dans les tours, qui sont les esclaves et qui travaillent pour nous nourrir  ! ».

    Par quel paradoxe, La Défense, le quartier d’affaires le plus grand d’Europe avec ses 180 000 salariés, cette adresse prestigieuse des grandes banques et sociétés d’assurance, de fleurons du CAC 40 comme Total ou Saint-Gobain, abrite-t-elle, comme un revers inavouable, discrètement caché sous sa dalle, tout un peuple d’exclus  ?

    En 2017, une étude commandée au cabinet Fors Recherche sociale par l’établissement Paris-La Défense, gestionnaire du site, a évalué à une centaine le nombre de sans-abri dormant dans les sous-sols. Une estimation basse, sans doute très inférieure à la réalité, tant cette population mouvante, dissimulée dans des replis improbables, échappe à tout comptage…

    https://services.la-croix.com/webdocs/pages/longform_ladefense/index.html


  • symbiosis symbiosis 28 décembre 2018 11:58

    Voici à quoi travaille la ploutocratie entre autres moyens qu’elle utilise pour consolider sa suprématie.

    Il est grand temps de se réveiller :

    https://www.rts.ch/info/monde/9103928-un-court-metrage-choc-imagine-l-avenir-terrifiant-des-robots-tueurs.html


    • Christian 28 décembre 2018 15:59

      @symbiosis
      Est-ce pire que la tactique actuelle, datant de la Seconde Guerre mondiale, consistant a bombarder une ville entière parce qu’il s’y trouve quelques ennemis cachés ? Toujours le cas en Syrie.
      Après tout pourquoi pas lâcher quelques robots cela épargnera les civils innocents.


    • Abou Darbrakam Saint Rata de l’himalaya 28 décembre 2018 22:19

      @symbiosis

      LES NOUVELLES ARMES DE RÉPRESSION ANTI ÉMEUTES OU AUTRES

      --------------------------------------------------------------------------

      POUR NOËL, LE GOUVERNEMENT COMMANDE DES CENTAINES DE FUSILS « MULTI-COUPS » POUR MATER LA POPULATION

      Alors que des dizaines de personnes ont été défigurées par des tirs policiers ces dernières semaines, dans le cadre du mouvement des Gilets Jaunes, le gouvernement met les grands moyens pour offrir une nouvelle panoplie aux CRS.

      En effet, Macron n’a pas seulement offert une grosse augmentation de salaire aux forces de l’ordre qui ont massacré les manifestants depuis un mois. Il a décidé de débloquer du budget pour acheter encore plus d’armes pour réprimer. Un appel d’offre a été publié pour « l’acquisition de lanceurs multi-coups », tout récemment sur le Bulletin Officiel des Annonces des Marchés publics.

      Dans cet appel, le gouvernement compte acheter 450 nouveaux fusils qui permettent de tirer des munitions en rafale. Autrement dit, ce sont des « super Flash-Balls », avec un barillet, qui permet de shooter 6 cartouches en quelques secondes sur des manifestants. Le calibre du barillet permet de tirer aussi bien des balles en caoutchouc que des grenades lacrymogènes ou explosives. Et tout ça sans avoir à recharger, comme c’est le cas sur les lanceurs « classiques », déjà très destructeurs.

      Ce type de fusil, baptisé « Penn Arms », est utilisé par des polices très démocratiques, comme celles des USA, d’Israël, de Russie ou du Brésil.

      Mais le gouvernement ne s’arrête pas là. L’appel d’offre comprend aussi l’achat de « 1280 lanceurs mono-coups » supplémentaires ! Il s’agit des désormais célèbres LBD 40, ces fusils dotés d’un viseur, ces « Flash-Balls » très puissants et précis qui ont éborgné et blessé des centaines de manifestants.

      Ce pouvoir, en pleine radicalisation, trouve toujours plus d’argent pour frapper sa population. Et la répression se militarise à une vitesse vertigineuse.

      Lien vers l’appel d’offre officiel :
      https://www.boamp.fr/avis/detail/18-179674/1


    • lloreen 29 décembre 2018 12:56

      @Saint Rata de l’himalaya

      Ce armes doivent équiper leur milice privée.
      http://rustyjames.canalblog.com/archives/2013/08/20/27859801.html
      "

      La nouvelle milice paramilitaire privée européenne s’est mise en place dans le plus grand secret dont le but est de n’alerter sous aucun prétexte la population – Le citoyen européen d’ailleurs n’en connaît pas l’existence – laissant penser qu’il s’agit d’une police du pays concerné – détrompez-vous le nom a été inventé de l’innovation intellectuelle des Français (Europe gendarmerie force) à s’appelant aussi « Force de gendarmerie européenne » (FGE).

       

      Sachez le cela ne restera pas ainsi. Plus les gens sont poussés dans la misère par la politique de gestion désespérée et erronée de la crise, plus cette troupe nantie de pouvoirs illimités devra « régler » la situation. Son quartier général se tient à Vicence en Italie et comprend plus de 3000 hommes

       

      EuroGendFor est à la fois police, police judiciaire, armée et services secrets.

       

      Les compétences de cette unité sont pratiquement illimitées. Elle doit, en coopération étroite avec les militaires européens, garantir la « sécurité en territoires de crise européens ». Et comme vous avez pu vous apercevoir elle consiste surtout à réprimer les rebellions les plus légitimes.

       

      De plus en plus d’Etats membres de l’UE adhèrent à « EuroGendFor » dans le seul but de ne pas devoir utiliser leurs propres armées contre les citoyens du pays – en clair ils s’en lavent les mains du peuple. L’Espagne – la Grèce – l’Italie et même le Portugal y ont déjà malheureusement gouté – rappelez-vous ces ‘policiers’ équipés de casque bleu – oui ce sont eux – aujourd’hui il semblerait qu’il préfère le noir histoire de tromper un peu plus le peuple !!"

    • lloreen 29 décembre 2018 12:58

      @symbiosis
      Ils ont déjà leurs robots parleurs...
      https://www.youtube.com/watch?v=6r5y4bsVUt8


  • Jason Jason 28 décembre 2018 15:13
    Je pense qu’on n’y changera rien pour l’instant. On a beau s’étrangler de rage et trépigner devant ces chiffres vertigineux, la capital migrateur et prédateur va continuer à faire des ravages.

    Car, et c’est essentiel, il n’y a pas de gouvernance mondiale pour, ne serait-ce qu’infléchir la domination du capital sur le monde. Ni les G7, les G20, les GXXL n’y pourront rien sinon éviter ou limiter les conflits armés ou commerciaux et tenter d’arrimer, avec des discours soporifiques, quelque peu les économies nationales à des rivages plus soucieux des populations.

    Veut-on commencer à faire des lois plus sociales et réguler la finance dans un pays ? Cette dernière migre vers d’autres cieux, plus cléments fiscalement, plus tolérants sur les normes et les lois travail, dans un esprit de concurrence débridée, quitte à abriter les paradis fiscaux. Car le malheur des uns fait le bonheur des autres.

    Même si la morale entre aujourd’hui dans l’esprit de beaucoup d’économistes, ils n’ont pas le pouvoir d’intervention nécessaire.

    Et nos vitupérations n’y changeront rien. Tout au plus les gouvernements les plus sous pression tenteront d’apaiser les misères et les colères, sans rien changer à la marche d’un monde qui échappe à tous. 

    Par exemple, en France il est surtout question de fiscalité et des mécanismes démocratiques, mais jamais de la finance, ni des de la consommation et des dépenses contraintes des ménages (61% des revenus les plus faibles selon un article récent du Monde).  Tout gouvernement qui voudrait réguler l’économie est voué à l’échec et à l’asphyxie ; voir le rétro-pédalage de Mitterrand en ’83, qui mit fin aux nationalisations et ouvrit la porte au libéralisme économique, illustré par la politique de droite d’un Strauss-Kahn ou d’un Jospin, sans parler des autres.

    Pour les populations prises dans cette immense nasse, c’est la fuite en avant et la révolte pour éviter la noyade.

  • Mooney 29 décembre 2018 08:41

    L’oligarchie occidentale a pour l’instant remporté la première bataille de la lutte des classes - elle possède presque tout -, mais elle est en train de perdre la seconde bataille : celle des idées - le néolibéralisme est partout remis en question par le peuple et le mouvement ne fait que s’accélérer. A cet egard, le mouvement des gilets jaune en est une excellente représentation.

    Autre point : je vous conseille le reportage ´le monde selon Xi Jin Ping’ sur le replay d’Arte. La Chine est en train de batir un empire mondial sur les ruines laissées par le néolibéralisme. Empire ou la notion de liberté est absent. Il serait temps que les malades mentaux addicts a l’argent soient écartés sinon nous finirons tous en dictature, les oligarques y compris (même s’ils se croient plus malins que les autres...)


    • CN46400 CN46400 29 décembre 2018 11:56

      @Mooney
      « Empire ou la notion de liberté est absent. »
      Parceque la notion de « liberté » serait présente dans ce que vous appelez le « néo-libéralisme » ? En fait les bourgeois imposent les mots qui leur conviennent, pour camoufler derrière les dérivés de « la liberté » qui sonnent bien mieux que la réalité recouverte par ceux du « capital », lesquels sous-entendent le profit et l’exploitation du travail d’autrui.
       Ainsi la bourgeoisie, sans même être nommée, fait la loi, en toute liberté (sic), jusque dans les posts de AG....


    • Mooney 30 décembre 2018 07:39

      @CN46400

      Je suis globalement d’accord avec vous, la liberté dans le dogme néolibéral est souvent celle du renard dans le poulailler... Néanmoins, il faut également convenir que la liberté d’expression est plus présente chez nous qu’en Chine. Un site comme agoravox serait immédiatement fermé en chine et tous les contributeurs emprisonnés...


    • CN46400 CN46400 30 décembre 2018 08:19

      @Mooney
      « la liberté d’expression est plus présente chez nous qu’en Chine. »
      C’est effectivement possible qu’il soit plus facile, ou moins risqué, de dire du mal de Macron en France que de Xi Jinping en Chine, mais lequel des deux mérite-t-il, objectivement, le plus de critiques ?..... Où le niveau de vie des prolos s’améliore, et où périclite-t-il ? Où les capitalistes sont-ils sous contrôle de l’état, et où contrôlent-ils l’état ?
      En clair, le « cause toujours tu m’intéresses.. » est-il le nec+ultra de la démocratie ?


  • gerard JOURDAIN 29 décembre 2018 11:32

    Article interressant comme point de vue.

    Mais le titre est dangereusement faux.

    Il ne s’agit pas de lutte de classe quand on parle de 200 à 300 personnes , face à 7,4 milliard d’individus.

    Car la lutte des classes, c’est opposer des personnes qui souhaitent s’épanouir en réussissant à créer des entreprise et de la richesse pour tous, et d’autres qui aspirent à vivre heureux, tranquillement , sans aspirer à se bagarrer sur les marchés.

    Il est normal qu’il y ai des différences parfois importantes de revenus.

    Voyez-vous, je préfère être en bonne santé que mourant avec des milliard sous mon lit, moi.

    Faut-il encore accepter de comprendre que la jalousie est nocive pour soi même.

    La vrai richesse est le bonheur.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 29 décembre 2018 18:20

      @gerard JOURDAIN

      Bonsoir, effectivement le titre est « faux » ! J’aurai dû écrire : la guerre « de »classe ! Pourquoi ? Parce que c’est bien UNE SEULE CLASSE qui est entrée en guerre contre l’autre : celle des riches contre celle des pauvres. Et on le voit bien avec les gilets jaunes désarmés contre les forces de l’ordre engagées pour protéger le pouvoir en place et la déferlante de propos nauséabonds délivrés par les médias !
      Il s’agit bien d’une guerre inégale car la « violence des riches » n’a d’égale que le désarroi des désarmés humiliés et spoliés en permanence par une classe de ploutocrates sans foi ni loi.


  • lloreen 29 décembre 2018 11:39

    Juan Branco désosse Macron et le système...illico presto la vidéo a été censurée sur youtube...Elle est visible ici et vaut le coup d’être vue et partagée !

    https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/Juan-Branco-desosse-Macron


  • lloreen 29 décembre 2018 12:27

    Le fond du problème est, à mon humble avis, moins une question de lutte de « classe » que celle contre le crime organisé qui sévit sous plusieurs masques, dissimulé très longtemps sous les acronymes et les cellules servant au maintien du monde dans la division , condition sine qua non à sa mainmise internationale.

    Au plus tard avec monsieur Macron il faudrait avoir compris ceci tant les preuves sautent au visage.Cette faune criminelle étant parvenue à la cime de quasiment tous les états, ses larbins royalement appointés ainsi que leur courtisans serviles sont si sûrs de leur impunité qu’ils s’affichent ouvertement dans la mesure où ils ont étouffé la voix de la dissidence en s’étant approprié les médias, qu’ils ont infiltré leurs agents à la tête de toutes les institutions ainsi noyautées de l’intérieur, l’affaire Sarkozy, le coup d’état du 5 décembre 2016, l’usurpation du pouvoir par l’associé-gérant des Rothschild et plus récemment l’affaire Benalla étant des cas d’école.

    La France est encore sous contrôle dans la mesure où l’associé-gérant de l’escroc de la dette (Rothschild et sa clique de prédateurs) sévit encore toujours à la tête de l’état français d’où il nargue les français, appuyé par la milice privée de ses commanditaires, créée par une ex-ministre de la défense (de leurs intérêts), madame Alliot-Marie.

    http://rustyjames.canalblog.com/archives/2013/08/20/27859801.html

    La solution au problème est surtout et avant tout le rétablissement le l’état de droit en France, bafoué par monsieur Sarkozy lors de la remise en cause du REFUS de l’adoption de la constitution européenne (traité de Lisbonne) par le referendum du 29 Mai 2005 à 55% des voix.

    La France dispose d’un atout : la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui se situe à la plus haute place dans la hiérarchie des lois.


  • lloreen 29 décembre 2018 12:49

    Bon nombre de pays ont identifié la véritable cause du problème en évinçant les instituts bancaires appartenant à la caste de prédateurs à la tête du système financier qui saccagent les nations et mettent le monde à feu et à sang depuis des siècles.

    L’Islande a organisé sa révolution pacifique en 2009.

    http://www.wikistrike.com/2015/07/l-idee-choc-etudiee-en-islande-et-si-on-retirait-aux-banques-la-capacite-de-creer-de-la-monnaie.html

    https://lesmoutonsenrages.fr/2012/01/23/apres-son-refus-de-payer-sa-dette-l%E2%80%99islande-fera-le-triple-de-la-croissance-de-l%E2%80%99ue-en-2012/

    La fédération de Russie a mis la banque Rothschild à la porte, causant la fureur de tous leurs associés et autres larbins qui ne cessent depuis lors de le diaboliser par l’intermédiaire des médias qu’ils se sont approprié et qui sont devenus leur outil de propagande principal, le second étant la censure de toute voix discordante.

    https://newspunch.com/putin-bans-rothschilds-from-russia/

    Quant à monsieur Trump qu’ils transforment allègrement en « idiot du village », il est aussi en train de s’attaquer à ces vautours en se débarrassant lentement mais sûrement des « experts, conseillers » et autres parasites infiltrés par ses prédécesseurs.

    Ceci reste une lutte de clans et d’influences entre les castes qui supervisent le

    monde et il ne faut pas perdre de vue que la victoire finale doit être celle de la souveraineté individuelle.


  • EL Yagoubi 31 décembre 2018 02:47

    "Le riche accumule. Certains ignorent le montant de leur fortune, à tel point celles-ci – surtout de nos jours – peuvent atteindre des niveaux vertigineux !

    "

    Merci Nicole de cette belle contribution sur le fonctionnement des prédateurs.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 31 décembre 2018 18:44

      @ El Yacoubi

      Merci beaucoup d’avoir apprécié mon article, je prépare le volet n° 3 que je mettrai en modération, dans lequel je détaillerai un peu plus les moyens utilisés par les prédateurs en question.


  • Attila Attila 31 décembre 2018 07:01

    Déferlante de haine envers les pauvres chez les lecteurs du IMonde :

    "Interrogé par Le Monde sur cette méprisante déferlante, le directeur de l’Observatoire des inégalités y voit l’expression d’une "haine sociale". Les lecteurs du Monde se recrutent en effet dans la classe supérieure. 

     . . .

    Ainsi fonctionne aujourd’hui en France la lutte des classes théorisée par ce bon vieux Marx. Et comme le montrent les lecteurs du Monde, elle s’exerce dans toute sa splendeur du haut vers le bas. "

    Quand les lecteurs du Monde se lâchent sur les salauds de pauvres

    .


    • CN46400 CN46400 31 décembre 2018 09:59

      @Attila
      Pour être plus complet, il faudrait ajouter qu’il n’est pas sûr que ces « riches » soient vraiment riches. Je pencherais plutôt pour de la valetaille classique que la bourgeoisie utilise couramment pour que le moindre changement ne change vraiment rien, une variété de Dupont la joie qu’on trouve couramment dans les écoles de tous niveaux et dans les régiments, au plus près de tous les manches...


  • lloreen 31 décembre 2018 11:03

    Pour 2019, ayons un objectif commun:La divulgation complète.

    Voici un trésor à partager.

    https://vimeo.com/304030726


  • Hervé Hum Hervé Hum 1er janvier 10:09

    Votre article est le triste reflet de votre crédulité, car les milliardaires d’aujourd’hui, ne font que succéder à ceux d’hier et d’avant hier, où seule la forme change.

    Ainsi, la prédation d’aujourd’hui n’est ni différente, ni supérieure à celle qui existait au XIXème siècle et avant. Suffit de voir les conditions d’existences de l’époque pour en faire la preuve. La lutte des possédant entre eux est une constante, que l’on retrouvait autrefois dans les familles régnantes et de leur noblesse. Mais cette lutte ne trouve libre cours que lorsque la canaille prolétarienne est docile et soumise.

    Bref, rien de nouveau et les solutions que vous envisagez ne consiste pas à changer cet état de fait, mais au contraire, à les sauver. Et c’est là le drame, de voir des gens supposément intelligent, se faire aussi facilement manipuler et oeuvrer contre eux même.


Réagir