lundi 14 septembre - par CHALOT

La pauvreté n’est plus à nos portes, elle est chez nous !

 

Vaux-le-Pénil n'est plus cette ville « tranquille » , une sorte d'oasis de paix et de bien être.

Comme dans les autres villes de l'agglomération, de nombreuses familles connaissent des difficultés.

Elles ont du mal à boucler leurs budgets, certaines sont en surendettement, d'autres sont menacées d'expulsion locative.

Il y a aussi des SDF qui cherchent un abri ici et là dans un recoin supposé protégé .

N'importe qui peut, un jour, aller à la rue alors qu'il avait une vie confortable. Il suffit d'un accident de la vie, d'un licenciement couplé à une séparation par exemple.

Cela est ignoré de beaucoup de nos concitoyens qui en restent aux images d'épinal sur le : « ils l'ont voulu » !

Personne n'a projeté ou choisi un tel devenir !

Je pourrais très bien, faire un point de situation précis sur les sept ou huit personnes en frande difficulté et en grand danger dans notre ville.

Je ne le ferai pas, par respect pour les personnes, elles n'ont pas besoin d'être connues et identifiées mais d'être aidées.

Publicité

Mais que fait la Ville ?

Que font les élus ?

Je n'ai pas à me plaindre des trois maires successifs avec qui j'ai oeuvré.

Il y a quelques jours, une femme avec enfants s'est retrouvée à la rue, elle a été prise en charge, tout a été fait par le maire et par le CCAS et très vite, la famille s'est retrouvée à l'abri et elle est aidée.

Ensemble, chacun à sa place, nous avons fait ce qu'il fallait.

Le problème, à ce jour c'est qu'il y a plus de situations tendues, difficiles que de possibilités d'hébergement.

Des personnes n'ont pas seulement besoin d'être hébergées et d'ailleurs parfois elles ont du mal à accepter le cadre proposé, elles doivent être accompagnées par des travailleurs sociaux.

La question de la mise à l'abri doit être posée.

Quand une famille appelle le 115, elle se retrouve dans la très grande majorité des cas, envoyée à des dizaines de kilomères de l'entroit où elle vivait : ses enfants doivent se scolariser ailleurs et rien ne garantit qu'elles vont rester longtemps au même endroit.

Ces familles vont connaître le nomadisme et si elles refusent l'affectation proposée, elles n'ont plus de recours.

Le partenariat a bougé avec le confinement, le CCAS de Vaux et la Maison départementale de la solidarité ont agi avec le DAL dans un partenariat réel : les professionnels accompagnent et les bénévoles apportent l'aide alimentaire immédiate.

Publicité

Malheureusement , face à la situation de personnes survivant dans la rue, ni les assistantes sociales, ni les villes n'ont les moyens de faire face.

Il est urgent que les acteurs locaux puissent travailler avec les autorités départementales, avec les associations qui gèrent l'hébergement, avec l'ARS ( l'agence régionale de Santé) pour réfléchir et agir afin de trouver des réponses adaptées de mise à l'abri de personnes menacées de mise à la rue ou n'ayant déjà plus de domicile.

Il y a là une urgence sociale et humaine.

J'espère que le recrutement d'un travailleur social pour notre ville se fera très rapidement et ne sera pas envoyé à un avenir plus ou moins éloigné.

On ne peut plus attendre

J'espère que les quelques propositions faites ici trouveront des réponses.

Jean-François Chalot

 

JPEG



17 réactions


  • bonnot 14 septembre 12:06

    Le livre : « l’hébergement d’urgence » fourmille d’informations sur la question, vous avez là une présentation :

    http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/56428


    • Ruut Ruut 16 septembre 08:49

      Le business de la précarité et de la pauvreté a de beaux jours devant elle.

      Triste époque.

      Notre appartenance a l’UE a visiblement enrichie tout le monde (Humour noir)...


  • bonnot 14 septembre 12:07

    Je l’ai eu par Chalot et je le trouve intéressant pour les informations qu’il donne.


  • La pauvreté est chez nous, et nous connaissons tous des proches qui ont des difficultés à se loger. Alors comment peut-on accueillir encore des migrants ? Par masochisme ?


    • Le421 Le421 14 septembre 16:46

      @France Républicaine et Souverainiste
      Eux, souvent, ce sont des difficultés.. à ne pas prendre une balle perdue !!
      Un choix de vie.


    • foufouille foufouille 14 septembre 17:38

      @Le421

      voui en tunisie ou au maroc .......


    • HELIOS HELIOS 15 septembre 10:15

      @France Républicaine et Souverainiste

      ... masochisme ? non, mais par une chape de plomb bien pensante.

      De nos jours, il faut que tout le monde puisse accéder à tout.
      Notre culture chrétienne nous fait devoir d’aider notre prochain.

      Du temps où notre prochain était dans la ville, tout était possible. Aujourd’hui que notre prochain est le monde entier, évidement que l’éthiopien qui n’a pas notre niveau de sécurité humaine passe devant les malheurs de nos familles qui vont se plaindre de faire changer d’école nos enfants.

      Alors que faire ? 
      Je pense qu’il faut recalibrer nos ambitions d’universalité. On ne peut pas aider le monde si nous sommes pauvres, il faut être riche pour le faire et ainsi, non pas « partager » mais aider... et pour être riche, il faut d’abord circonscrire notre développement à nous même.....

      Ce n’est pas tout, hélas, il faut inspirer le respect a ceux qui nous demandent de l’aide.
      Ce dernier point n’est pas neutre ou de faible importance. si notre pays n’inspire pas le respect, il est normal que ceux qui n’ont rien  ou si peu  tente de le dépouiller. ils ne demandent pas, ils prennent.

      Rétablissons les clefs du respect qui nous est dû et nous retrouverons la relation nécessaire a l’humanité que nous souhaitons montrer aux peuples moins favorisés... tout en respectant notre et leurs identités.
      Comment ne pas comprendre que ceux qui violent en rentrant en France illegalement, nos lois, soient acceptés, ils sont délinquants immediatement.

      Par exemple : n’envoyons pas de saucissons pour nourrir des pays pauvres majoritairement musulmans... mais ne leurs envoyons pas non plus des burqua made in France.

      Si nous voulons restaurer notre dimension française, il faut rétablir notre organisation sociale et economique, il faut que chez nous, le malheur social soit de moins en moins possible et la solidarité soit effective... et que le développement economique ne soit pas une prédation sur l’ensemble de la citoyenneté.
      C’est comme cela que nous seront de nouveau respectables et respectés.


    • Kapimo Kapimo 15 septembre 12:58

      @HELIOS

      « il faut recalibrer nos ambitions d’universalité. »

      Oui, et même les faire disparaitre.
      Cette idée (républicaine) d’universalité est une arnaque qui a permis à notre classe possédante d’aller coloniser le monde (la « mission civilisatrice » de la France) tout en faisant progressivement disparaitre le sentiment national français.
      Une aubaine pour ceux muni d’un agenda de dissolution des Nations (il y en a).
      Utiliser en plus le fond de charité chrétienne français pour porter ce concept nocif s’apparente à de la perversité.


    • HELIOS HELIOS 15 septembre 13:03

      @Kapimo

      ... vous aurez bien noté que je pale de « charité bien ordonnée... » etc... dans tout mon texte !


  • zygzornifle zygzornifle 15 septembre 13:11

    Depuis plusieurs décennies elle est « en marche » ....


  • Jonas 15 septembre 15:47

     Pauvre Charlot , vous êtes l’archétype de l’extrême gauche, qui vit dans les nuées. La pauvreté est à nos portes dites-vous , cela ne vous empêche pas de manifester pour dénoncer , cette pauvreté et l’après -midi , d’aller faire de même pour davantage immigrés et la régularisation des sans papiers . 

    Où est votre cohérence ? 

    Ceux qui traversent au péril de leur vie les océans, connaissent mieux , la situation de nos pays occidentaux , car la plupart sont connectés sur divers supports et peuvent mesurer , la situation des milliers des « Charlot » qui pleurnichent et la leur. Dommage , qu’il n’existe pas des échanges, entre des gens comme vous et ceux qui fuient leur pays ,pour pouvoir manger a leur faim. 

    Vous « Charlot » vous avez l’Etat nounou qui veille sur vous, sans vous en rendre compte.


    • Traroth Traroth 15 septembre 18:09

      @Jonas
      La cause de la pauvreté, ce ne sont pas les sans-papiers, les réfugiés ou les immigrés, mais les dividendes des actionnaires.


    • foufouille foufouille 15 septembre 18:13

      @Traroth

      non ce sont les bourgeois comme toi bien plus nombreux. et ceux qui acceptent 4€/h chez nous.


    • Jonas 15 septembre 22:36

      @Traroth

      Sans actionnaires , il n’y a pas d’investissements et sans investissements , pas d’entreprises .et sans entreprises pas d’emplois. Vous allez d’ailleurs le constatez , dans quelques mois , avec les faillites en cascades et le chômage , sans parler des 400 000 jeunes , a la recherche du premier emploi. 

      Il faut demander aux immigrés pourquoi, ils fuient leur pays , où ils meurent de faim et sans soins a cause d’un Etat failli , qui cherche des actionnaires pour investir et ne les trouve pas ,  de ce fait , il s’adresse au FMI et la Banque mondiale , pour obtenir des prêts ou se vendre a la Chine. 40% des dettes des pays africains est détenu par la Chine , c’est un actionnariat étatique. 

      Le Liban aux abois , est le meilleur exemple, ne trouvant plus d’actionnaires privés , se vend au FMI, avec des contraintes significatives sur le plan politique et avec un regard sur la conduite de l’Etat. 


    • Ruut Ruut 16 septembre 12:10

      @Jonas
      Pas besoin d’actionnaires si tu as accès au crédit National...


    • mmbbb 16 septembre 20:01

      @Traroth les RCM autrement les revenus de capitaux mobiliers sont taxes en france Le PFU , soit le prelevement forfaitaire unique est de 30 % dont 17 , 2 de prelevements sociaux . Les prelevements sociaux qui alimentent en l occurrence la CAF . La France est un pays les plus genereux concernant les prestations sociales l Et pourtant nous avons de la pauvrete et de la pauvrete et nous accueillons encore de la pauvrete . Et les francais de base ne cesse de cracher sur les rcihes et le migrant de base ne cesse pas de dire que le francais est raciste . Il n est pas etonnant que beaucoup choisissent le evasion fiscal notamment les footbaleurs En te lisant , je les approuve .
      Etonnamment Chalot ne cite jamais la fraude sociale Un rapport d un magistrat vient de sortir . Dans ce rapport par exemple est mis en exergue la fraude de la carte vitale .
      une broutille !!! 


    • Ruut Ruut 17 septembre 08:48

      @mmbbb
      Si fraude, il y a complicité et couverture a haut niveau.
      Visiblement la Fraude est bien dissimulé par ceux qui sont censés la combattre....
      Pourquoi ?


Réagir