samedi 9 septembre - par Robert Bibeau

La politique du « Chaos » et la tactique pour la contrer

Le vadémécum de la théorie politique du « chaos » (ne pas confondre avec le chaos quantique) tient dans cet extrait d’un article de Thierry Meyssan publié récemment sur le Réseau Voltaire basé à Damas.

 

La théorie politique du « chaos ».

Le vadémécum de la théorie politique du « chaos » (ne pas confondre avec le chaos quantique) tient dans cet extrait d’un article de Thierry Meyssan publié récemment sur le Réseau Voltaire basé à Damas.

« Barnett affirmait que pour maintenir leur hégémonie sur le monde, les États-Unis devaient « faire la part du feu », c’est-à-dire le diviser en deux. D’un côté, des États stables (les membres du G8 et leurs alliés), de l’autre le reste du monde considéré comme un simple réservoir de ressources naturelles. À la différence de ses prédécesseurs, il ne considérait plus l’accès à ces ressources comme vital pour Washington, mais prétendait qu’elles ne seraient accessibles aux États stables qu’en passant par les services des armées états-uniennes. Dès lors, il convenait de détruire systématiquement toutes les structures étatiques dans ce réservoir de ressources, de sorte que personne ne puisse un jour ni s’opposer à la volonté de Washington ni traiter directement avec des États stables » (1).

 

Nous verrons plus loin les mesures de rétorsion que propose Thierry Meyssan pour contrer ces visées machiavéliques. Pour commencer, décortiquons ce condensé de la nouvelle tactique de la puissance impérialiste étatsunienne dévoilée par Barnett et Meyssan après Noam Chomsky, Michel Collon et Naomi Klein (2).

Le monde capitaliste ayant atteint le stade du développement impérialiste ne serait plus un monde de confrontation entre des classes sociales antagonistes et obsolètes (capitalistes vs prolétaires), mais un monde bipolaire composé d’un pôle stable, unifié, dirigé par les États-Unis d’Amérique, les autres nations du G8 et leurs alliés, formant un bloc monolithique. À l’opposé un pôle instable, formé des pays de ressources naturelles aux nations dominées, exploitées, dont le « néo-impérialisme » américain détruirait systématiquement les structures étatiques et sociales. Pour connaitre l’identité des pays constituants chacun de ces blocs, nous référons le lecteur à la carte apparaissant à cette adressehttp://www.les7duquebec.com/7-au-front/le-projet-militaire-des-etats-unis-pour-le-monde/

Observant cette carte on se demande comment l'auteur apu considérer le Mexique et ses cent meurtres quotidiens, le Brésil des favelas, l’Argentine et ses Barrios, et l’Inde de la misère pour ne nommer que ceux-là comme des pays stables. Et que dire des États-Unis d’Amérique, ce pays en faillite économique, un véritable baril de poudre social, administré par un barnum incapable de faire adopter ses projets de loi et ses budgets par le Congrès au point que la faction de la « gauche progressiste » du grand capital rêve de l’assassiner ou de le démettre. Et ne parlons pas de la France où l’agitation sociale prend une telle ampleur que la banque Natixis recommande aux investisseurs de se méfier du marché financier parisien (3). Les autres pays d’Europe sont incapables d’enrayer l’affluence d’immigrants provenant justement de ces pays où les armées occidentales sèment le chaos, la guerre, le terrorisme au point où l’exploitation des ressources naturelles commence à poser problème aux multinationales du pillage.

 

La chaotique région du Moyen-Orient.

Monsieur Meyssan prend appui sur le Moyen-Orient pour étayer sa théorie à propos de la destruction des États nationaux dans les régions ressources. Or, le Moyen-Orient est une région où les états libanais, turc, syrien sont parvenus à se maintenir à flot et à se consolider malgré les assauts des mercenaires djihadistes impériaux. L’Irak, le Yémen et l’Afghanistan sont effectivement trois États démembrés et inefficaces, mais il suffirait que les puissances occidentales cessent leur couteuse occupation pour que la paix et l’unité s’y rétablissent sous la direction des talibans, qui contrôlent effectivement l’Afghanistan, et sous le patronage de l’Iran pour les autres pays de cette fratrie, la nouvelle puissance stabilisatrice dans cette région du monde.

Incidemment, il n’y a rien de nouveau dans cette théorie du « chaos » d’un monde bipolaire dominé par une superpuissance arrogante, semant la guerre et la désolation. Faut-il rappeler que depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale pas moins de 200 conflits locaux ou régionaux ont éclaté à commencer par la guerre de Corée, la guerre d’Indochine, la révolte cubaine, les conflits en Afrique (où la guerre civile sévit sans discontinuée depuis soixante-dix années) et en Amérique latine en crescendo, jusqu’à la folle équipée bushienne au Moyen-Orient où la machine de guerre étatsunienne s’est enlisée et d’où elle ne parvient pas à s’extirper, alors que le pays n’a plus les moyens financiers pour payer son armée surdimensionnée dont le Pentagone défraie la solde à crédit – avec de l’argent de Monopoly – empruntés aux alliés excédés ?

 

Les mesures de rétorsion pour contrer le « chaos ».

Dans un deuxième article, monsieur Meyssan résume la tactique que le Président Bachar al Assad a imaginée pour contrer cette stratégie criminelle du Pentagone. Meyssan s’explique dans l’article intitulé Interprétations divergentes au sein du camp antiimpérialiste.

« Les élites sud-américaines se trompent en poursuivant le combat des décennies précédentes pour une plus juste répartition des richesses. La lutte principale n’est plus entre la majorité du peuple et une petite classe de privilégiés. Le choix (…) est de défendre la patrie ou de mourir. L’impérialisme contemporain ne vise plus prioritairement à faire main basse sur les ressources naturelles. Il domine le monde et le pille sans scrupules. Aussi vise-t-il désormais à écraser les peuples et à détruire les sociétés des régions dont il exploite déjà les ressources. Dans cette ère de fer, seule la stratégie Assad permet de rester debout et libre » (4).

 

Pour l’heure il n’y a pas de camp antiimpérialiste mondial conséquent. Et ce camp ne pouvait, ne peut, ni ne pourra regrouper les bourgeoisies nationalistes des pays pauvres, des pays « émergents » ou des puissances impérialistes concurrentes, toutes intéressées à se placer sous la tutelle d’une autre puissance hégémonique prospère et qui livrera des dividendes plutôt que de les rançonner et les accabler de dettes comme le font les US. Le camp antiimpérialiste est d’abord un camp anticapitaliste et ne peut rassembler que les forces qui ont un intérêt économique vital à sortir du mode de production capitaliste. C’est ce que nous ont enseigné les luttes de « libération nationale pour le droit des peuples à disposer de leur liberté » (sic), une pseudo liberté politique sans liberté économique. Jamais aucun peuple n’a obtenu sa libération nationale et les puissances impérialistes dominent toujours ces pays néocolonisés comme nous l’expliquons dans notre dernière publication Question nationale et révolution prolétarienne sous l’impérialisme moderne (5).

De fait, cette théorie de la résistance paysanne et bourgeoise nationaliste à l’impérialisme a été imaginée il y a plusieurs années. Les paysanneries et les prolétaires en ont fait les frais en tant que chair à canon au service des bourgeoisies nationalistes chauvines et gauchistes. À l’époque cette théorie avait pour nom « Mouvement de libération nationale des peuples du tiers-monde », puis Mao renomma ce galimatias la « Théorie des Trois-mondes » sortie de « l’esprit de Bandoeng » (6). Ce sont les gauchistes socialistes et les communistes qui dans nombre de ces pays menèrent l’assaut pour détruire les États fantoches érigés par les colonisateurs trop pressés de néocoloniser. Une fois au pouvoir, les gauchistes ont construit de nouveaux États fantoches appelés « socialistes », mais capitalistes dans les faits. Cela est si vrai qu’aujourd’hui dans tous ces pays ce sont des descendants capitalistes de ces leaders « socialistes » qui dirigent les affaires et vendent à vil prix à l’impérialisme mondial la force de travail national « debout et libérer » (sic) (7).

 

Le cas syrien.

La seule originalité du cas syrien ne tient pas au drapeau national étoilé dans lequel s’est drapé Bachar al-Assad, ce que Milosevic, Kadhafi, Gbagbo, Moubarak, Ben Ali et Maduro ont fait avant lui, mais au fait que Bachar se soit jeté dans les bras d’un autre camp impérialiste, qui lui a sauver la mise contre remise qu’on se le dise. 

Ce qui nous amène à aborder un autre aspect de la théorie du « chaos ». Cette thèse s’appuie sur deux allégations mensongères. La première stipule que la puissance étatsunienne serait triomphante et capable d’imposer militairement sa volonté au monde entier. La réalité est toute autre, au point que la faction militaire du grand capital américain a été contrainte d’appeler un milliardaire saltimbanque pour diriger la Maison-Blanche en déliquescence. Depuis lors ce polichinelle politique n’a réussi qu’à paralyser la gouvernance et ostraciser l’establishement. Contrairement à ce que soutient l’auteur, depuis la Guerre de Corée, sauf pour occuper Grenade et attaquer le Panama afin de capturer un président narco trafiquant, l’armée américaine malfaisante a été incapable de gagner un conflit militaire. 

La seconde allégation erronée stipule que les pays du G8 font tous partie de la même alliance impérialiste hégémonique, ce qui est faux. Au moins trois alliances impérialistes se disputent l’hégémonie sur ce monde politique « multipolaire » où les États-Unis n’ont déjà plus la mainmise absolue. L’Alliance américaine (États-Unis, Canada, Japon, Australie, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, Israël, Taiwan, etc.) alliés que Donald Trump s’ingénie à malmener. L’alliance européenne autour de l’Allemagne et de la France dont les intérêts économiques les éloignent progressivement du navire amiral Atlantique. L’Alliance des pays du BRICS (Chine, Russie, Inde, Brésil, Afrique du Sud et bientôt Iran) qui se voit déjà devenir calife à la place du calife. Ces pays se déchirent entre eux et il est hors de question pour la Chine de se soumettre au dictat des empereurs de Wall Street pour exploiter directement les pays des autres continents. La Chine est déjà le premier investisseur en Afrique. Donald Trump qui sait qu’une guerre militaire commence toujours par une guerre économique a récemment déclaré que « l’Amérique ne comptait pas rembourser les 1 700 milliards de dollars de bons du trésor américain que les capitalistes chinois lui ont prêté  ». Les incidents à la frontière de la Corée sont des faits divers comparés à cette menace venue du fond de l’enfer.

 

Les Think tanks de l’enfumage.

Pour conclure, la théorie du « chaos » comme tactique politique et militaire pour soi-disant détruire les peuples et les sociétés nationales est un clone de la théorie du « complot » qui voudrait faire croire que les « idées et les idéologies » mènent le monde et que des Think tanks secrets sont chargés d’élaborer des idéologies (théories et tactiques) machiavéliques ; idées que les flibustiers politiques sont chargés d’exécuter ; alors que l’économie fournit les ressources pour la mise en œuvre de ces tactiques démagogiques. Le monde va dans l’autre sens. L’économie – les intérêts et les forces économiques titanesques – dirige l’orchestre des exécutants politiques dont les théoriciens et les idéologues rédigent la partition selon les commandes des milliardaires qui les stipendient. Qui paie les théoriciens du « complot » et ceux du « chaos » et vous saurez quels intérêts économiques ils servent et desservent. 

 

L’ARTICLE EST DISPONIBLE SUR http://www.les7duquebec.com/7-au-front/la-theorie-du-chaos-et-une-tactique-pour-la-contrer/

 

 

NOTES

 

  1. http://www.les7duquebec.com/7-au-front/le-projet-militaire-des-etats-unis-pour-le-monde/
  2. Michel Collon La stratégie du chaos : impérialisme et islam, (en collaboration avec Mohamed Hassan, Grégoire Lalieu), Éditions Couleur Livres asbl, 2011, (ISBN 2870035721 et 9782870035726) Naomi Klein https://fr.wikipedia.org/wiki/Naomi_Klein
  3. http://mai68.org/spip2/spip.php?article664 et http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs/france-23-aout-2017-natixis-pense-que-le-pays-est-au-bord-de-la-revolution/
  4. http://www.voltairenet.org/article197445.html
  5. Robert Bibeau (2017)

QUESTION NATIONALE ET RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE SOUS L'IMPÉRIALISME MODERNE

 

COMMANDER SUR AMAZONCommander l’Harmattan http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=52914&motExact=0&motcle=&mode=AND

  1. http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMEve?codeEve=48
  2. Robert Bibeau (2017) Question nationale et révolution prolétarienne sous l’impérialisme moderne. L’Harmattan, Paris. 135 pages. http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=52914&motExact=0&motcle=&mode=AND

 



26 réactions


  • Le421 Le421 9 septembre 16:24

    Le Vénézuela est un exemple type de pays disposant de ressources où il est nécessaire d’organiser le bordel pour remettre la main sur ces ressources...


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 9 septembre 19:17

      @Le421


      nON MONSIEUR, QUAND VOUS AFFIRMEZ « pour remettre la main sur ces ressources » QUI veur REmettre la main sur les ressources ??? 

      Ce  QUI a-t-il un seul instant PERDU LA MAIN sur ces ressources pour devoir la REMETTRE ??

      NON, en aucun temps la bourgeoisie et le grand capital vénézuellien n’ont perdu la main sur les ressources vénézuelliennes, pas davantage que les Démocrates aux USA perdent le contrôle sur les ressources américaines parce que les Républicains prennent le pouvoir politique.

      Identique en France entre Socialiste et Macroniste et Républicains. 

      Au Venezuela une clique de gauche a pris le pouvoir POLITIQUE et une clique de droite tente de le lui reprendre en usant des méthodes propres aux pays sous développées. Ces méthodes sont différentes en France et au Canada ou le grand capital veut que les choses se passent sereinement quoique avec Donald Trump on approche du pas serein du tout.

      Merci de votre intervention 



    • Aristide 9 septembre 23:15

      @Le421


      Comme cela fait de prendre une leçon de plus insoumission ?

    • Le421 Le421 10 septembre 09:31

      @Robert Bibeau
       ???
      Ah bon.
      Le Vénézuela, donc, n’exportait pas son pétrole vers les USA, sous la direction d’EXXON et compagnie... C’est bien. Je viens d’apprendre quelque chose.
      Je vous ferais gentiment remarquer que dans mes écrits, je n’ai cité personne, c’est vous qui citez.
      Personnellement, je ne suis pas premier degré.
      Dans toutes ces histoires, je regarde toujours A QUI profite le crime.
      Par exemple, vous m’expliquerez, du haut de votre science visiblement infuse, que les accords TAFTA sont tout bénèf pour l’UE, non ???


    • Le421 Le421 10 septembre 09:32

      @Aristide
      Oh là là !!
      J’en suis tout retourné.

      Et à part se foutre de la gueule du monde, vous avez une idée sur le sujet ??

      Cordialement...  smiley


    • Aristide 10 septembre 12:10

      @Le421

      Une idée sur ce sujet précis ? Le grand capital et tout ça ? Non, je suis sur que « el leader maximo » des insoumis saura vous dire ce qu’il faut dire, et vous ne manquerai pas de le recopier avec talent.




    • Le421 Le421 10 septembre 13:39

      @Aristide
      Mais bien sûr !!
      Ca vous plairait, hein, qu’on fonctionne à la mode facho.
      Ben dommage, c’est raté.
      On est tous indépendants de parole, je sais, c’est con.
      Par contre, on se retrouve dans un discours structuré autour d’un programme écrit COLLECTIVEMENT (ça aussi, c’est con pour les autres !!) qui s’appelle L’Avenir en Commun.

      Mais bon.
      Je sais que vous le savez déjà.
      C’est pour « causer ».

      Et puis si ça vous plaît d’appeler JLM « leader maximo » ou autre appellation débile, je vous laisse à vos idées.
      Je n’essaierais pas de faire boire un âne qui n’a pas soif.
      Et j’en ai entendu d’autres...
      Un argument peut-être ??  smiley


    • Aristide 10 septembre 14:53

      @Le421


      Allons, FI est Mélenchon et Mélenchon est FI, le reste ce sont des politiques pour la plupart anciens PS et autres qui n’ont jamis pu trouvé la moindre responsabilité dans leurs anciens partis.

      Sur le fond, que dire ? Difficile d’argumenter autour de propos de tribunes, de compromis avec les écolos et les nucleocrates, des positions intenables sur l’UE, nos alliances internationales, ... En politique interne c’est incroyablement populiste, une simple énumération de mesures irréalisables. Quand à la prise en compte de la parole des militants, cela me rappelle les AG de la Fac avec les gars en bas qui laissaient parler des heures les étudiants pour finir à sortir le communiqué qu’ils avaient préparé en etit comité. Vous savez, l’avant garde prolétarienne ou bolivarienne qui sait et met de l’ordre dans la « richesse » des propositions des militants.

      Un exemple ? La limitation des salaires, voyez la nuance entre salaires et revenus. Déjà, il renonce à limiter les revenus du capital, de l’immobilier, ... Il fait rêver l’ouvrier en lui désignant le cadre de son entreprise qui gagne trop, ... C’est marrant de voir comment il suffit de désigner de fausses cibles pour extasier l’insoumis de passage.

      Vous parlez d’argument mais vous ne faites qu’énoncer ou répéter ce que vous avez appris de votre leader maximo.

    • Robert Bibeau Robert Bibeau 10 septembre 18:46

      @Le421


      Ce que je dis c’est ceci 

      1) L’économie mène le politique JAMAIS L’INVERSE 
      2) LES accords de libre échange sont des tractations diplomatiques et politiques qui ne viennent pas avant le développement des échanges - du commerce - mais surviennent après le fait - après le développement des échanges afin de cristalliser le rapport de force économique.
      3) Il en est des TAFTA comme de tous les autres 
      4) Trouvés les puissances économiques impliquées - comparez leur puissance économique - monétaire - boursier et militaire et vous saurez lequel a fait le plus de compromis et lequel a fait le plus de gain via les accords 
      5) Trump n’abolit pas les accords = il les renégocie croyant pouvoir arracher de nouvelles concessions contre ses allié - partenaires et concurrents (tout à la fois) 
      6) L’Union européenne n’est pas faible et démunie avec un PIB plus important que les USA et l’Allemagne qui commerce plus que les gros États-Unis l’Allemagne est une des rares puissances a avoir un bilan commercial excédentaire sur terre 

      7) OUI l’UE est capable de se défendre contre les USA en faillite 

      8) Pour les prolétaires aucun intérêt dans ces affaires de gros sous 



  • bob14 bob14 11 septembre 09:20

    l’humanité est dans le chaos permanent..relisez l’histoire de l’homme !..d’ailleurs comme le reste de l’univers ou tout n’est que chaos...


  • Christian Labrune Christian Labrune 11 septembre 11:05

    Il aurait peut-être été bon de signaler, au début de l’article, que Thierry Meyssan est l’un des meilleurs commentateurs de la vie politique internationale. Il serait vain de chercher, où que ce soit, une contestation sérieuse de l’une quelconque de ses thèses : elles sont très rigoureusement étayées et universellement admises.

    Ce remarquable auteur se sera surtout illustré dans l’analyse de ces pathologies conspirationnistes constitutives de l’espèce de vérole intellectuelle qui est en train de faire crever AgoraVox. Il est le premier, en particulier, à s’être attelé à une démolition des délires paranoïaques qui s’étaient emparés de beaucoup d’esprits faibles, y compris parmi les journalistes chargés pourtant d’informer, après l’effondrement des Twin Towers, le 11 septembre 2001.

    Si on veut comprendre quelque chose à l’ahurissante imbécillité du complotisme ordinaire, la lecture de Thierry Meyssan est, comme on dit, incontournable.


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 11 septembre 15:57

      @Christian Labrune

      Pas tout à fait d’accord avec vous monsieur Christian quand vous écrivez « elles sont très rigoureusement étayées et universellement admises. » 


      1) Universellement admises ?? NON mon texte présente justement une contestation de la théorie du Chaos - qui est un clone de la théorie du « complot » qui est une suite de la théorie de la franc maconnerie et de la juiverie internationale et de toutes ces fadaises qui tentent de faire croire que l’histoire de l’humanité est l’oeuvre de démoniaques conspirateurs luttant contre des anges justiciers 

      2) La personne de M. Meyssan ne me préoccupe nullement - et en effet certains de ses textes sont fort intéressant mais quand m. Meyssan propage la théorie du chaos et qu’il présente Bachar al-Assad comme un nabab de la politique mondiale - je crois qu’il utilise sa notoriété pour remercier son sponsor 

      3) Noté par ailleurs qu’en aucun cas je ne souhaite nier le droit de Bachar al-Assad de résister aux agressions de la pseudo « communauté internationale » contre son pouvoir. La Présidence de la Syrie est l’affaire des syriens et de personne d’autres. 

      Merci de votre intervention m. Labrune



    • phan 11 septembre 16:11

      @Robert Bibeau
      Don’t feed the troll !


  • phan 11 septembre 14:02

    Et comment expliquer aux simples d’esprit qu’il y avait une 3ème tour qui s’effondre.
    2 avions = 3 tours qui s’effondrent : Un enseignant « complètement vérolé » qui nous a appris un jour à compter.
    ATTENTION : Vache qui rit !


    • symbiosis symbiosis 12 septembre 10:47

      @phan
      À propos du 11 septembre 2001encore. Le site les crises publie une série d’articles sur cette thématique. Nous n’avons pas fini d’en parler !!
      Dans le premier épisode de la série sur dix épisodes annoncés, Berruyer déclare ceci dans un commentaire :
      "Avec Trois tours en acier ravagées par des incendies qui s’écroulent ainsi, vous avez donc la preuve expérimentale de la façon dont s’écroulent ce type d’immeuble. Vous comprendre mieux à la fin de la série le pourquoi. "
      Réponse lui a été faite qu’aucune des innombrables vidéos diffusant ces incendies ne montraient les tours ravagées par les incendies, mais seulement les quelques étages au niveau des impacts avec les avions.
      La demande a donc été faite à Berruyer de fournir les documents attestant ses allégations.
      Non seulement aucun document n’a été fourni par Olivier Berruyer, mais ce dernier comme à son habitude a supprimé le commentaire. Berruyer censure systématiquement ce qui le dérange.
      On peut donc légitimement se demander pourquoi Berruyer annonce que les tours ont été ravagées par des incendies. Il semblerait qu’il vise à défendre la thèse de l’effondrement spontané des tours en acier du fait de la chaleur qui a fait ployer les portants en acier sous le poids de la structure, ce qui tendrait à nier la thèse pourtant évidente de l’effondrement programmé.
      Berruyer demande d’attendre les parutions de ses 10 articles avant de se prononcer définitivement sur ce qu’il va y annoncer.
      En attendant, rien n’explique pourquoi ce dernier affirme que les tours ont été ravagées par des incendies alors que tout démontre le contraire et que tout le monde sait qu’il n’en a rien été.
      Va-t-il aussi nous dire que la tour 7 s’est effondré sans l’intervention de son propriétaire qui a pourtant dit publiquement le jour même du 11/9 qu’il avait pris la décision d’effondrer la tour suite aux incendies.
      Mal lui en avait pris d’ailleurs, car suite à cette grossière bévue, il avait à l’époque déclenché le soupçon sur les causes et les commendataires de cet attentat, tout le monde là aussi sachant très bien que l’on effondre pas une tour en l’espace d’une demi-journée et qu’il s’agit d’une entreprise délicate qui demande une préparation sur plusieurs mois impliquant une armada d’ingénieurs, de fonctionnaires, d’artificiers et d’exécutants divers, suite aux permis de démolir et autres tracasseries administratives.


    • phan 12 septembre 13:58

      @symbiosis
      A travers ces articles j’ai cru lire Jérome Quirant : ils se ressemblent non ?
      OB n’est pas arrogant, ni prétentieux, a droit a sa liberté d’expression et le site les-crises.fr mérite le détour, par contre le site bastison.net est un site d’abrutis (du moment qu’il traite les gens qui se posent de vrais questions de conspis, c’est normal c’est un abruti par la fable des 19 barbus top gun).
      Il y a 2 articles intéressants sur Agoravox.tv
       Voici la preuve scientifique irréfutable que la démolition contrôlée a bien été utilisée pour détruire les 3 tours du World Trade Center (les Twin Towers et le WTC7) le matin du 11 septembre 2001.
       Interrogé par Channel 9 le 11 septembre 2001, Donald Trump donnait son avis d’entrepreneur du bâtiment sur la cause réelle de la destruction des tours du World Trade Center à New York.


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 12 septembre 17:24

      @symbiosis


      Quel intérêt pour la classe ouvrière de débattre de cet attentat dans le détail ?

      Dtes-moi en quoi cela fera reculer Macron et sa réforme du code du travail - contre les emplois aidés etc.

      Ces débats mystiques sur les tours jumelles ne visent qu’a exciter la polémique sur un sujet obsolète 

      Faisons face aux problèmes du jour SVP 



    • phan 14 septembre 09:56

      @Robert Bibeau
      Ces débats mystiques sur les tours jumelles ne visent qu’a exciter la polémique sur un sujet obsolète.

      Tour Grenfell à Londres : L’incendie s’est déclaré le 14 juin 2017, vers 1 h heure locale et a duré jusqu’à l’après-midi. Deux cents pompiers et 40 camions d’incendie de la brigade des pompiers de Londres ont été mobilisés. L’appel a été reçu par les pompiers à 0 h 54 heure locale et le premier camion est arrivé sur les lieux 6 minutes plus tard. La tour a été gravement endommagée par l’incendie mais ne s’est pas effondrée.
      Vu que vous êtes professeur en économie : le feu ou la démolition contrôlée est low cost ?
      Le drame de la Tour Grenfell a coûté la vie à 80 personnes, pouvez vous me citer le nom d’une victime « prolétaire » ?


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 14 septembre 16:02

      @phan


      lA QUESTION N’EST pas de savoir s’il est bien ou mal d’incendier des édifices et de bruler des gens ni de savoir le nom et la profession des incendiés 

      LA question est de savoir = une fois que vous aurez fait la démonstration éclatante de la responsabilité de tel ou tel criminel de guerre et que vous saurez qui a programmer le meurtre de Kenedey etc. etc. vOUS FAITES QUOI AVEC CES RENSEIGNEMENTS  et en quoi cela vous aidera à empêcher le prochain meurtre collectif par ces gens de pouvoir qui savent mieux que vous qu’ils sont coupables.

      C’est que vous vous illusionnez que si la populace sait et connait elle se soulèvera contre ces crimminels enfin démasqués 

      Erreur monsieur - la populace sait mais une insurrection populaire ne viendra pas de cette façon malgré l’horreur des crimes que vous démasquerez 

      Désolé la révolution viendra autrement 


       

    • phan 14 septembre 17:40
      @Robert Bibeau
      La Vérité rend libre non ?
      Faire une révolution sans connaître la nature, les méthodes et la propagande de son ennemi de classe, Camarade, vous prêchez dans le désert !

  • symbiosis symbiosis 12 septembre 14:29

    je ne prétends pas que OB est arrogant ou prétentieux, bien que je puisse avoir des doutes à son sujet. Je me dis donc dans le doute, abstiens toi.
    Je pose en gros la question de ses intentions réelles. Que défend-t-il et qui ?
    Par contre, j’affirme que OB est un censeur pathologique et totalement arbitraire à cet égard.
    Je ne suis pas le seul.
    La question reste en suspend : pourquoi relait-il la fausse information des tours ravagées par un incendie et pourquoi rejette-t-il d’une manière aussi grossière le débat ?


    • phan 12 septembre 15:51
      @symbiosis
      OB comme Eric Laurent ont encore besoin du « système », franchir le Rubicon ce n’est pas à la portée de tout de monde. Le système a utilisée la « démolition contrôlée » en même temps utilise la « fausse » opposition contrôlée pour semer le trouble et pour diviser le mouvement pour la Vérité. 54 ans plus tard, l’assassin de JFK court toujours ! Lisez Michael Collins Piper et vous trouverez la réponse à la question JFK et 911 : CUI BONO ?


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 12 septembre 17:01

      @phan


      De débattre de ce sujet aujourd’hui constitue en soit un manège de contrôle de l’opinion = QUI SE CALICE de savoir qui a tuer Kenedey de nos jours ???

      Un tueur probablement 

      et on fait quoi quand on aura le nom du tueur ??? 

      Pour préparer la révolution prolétarienne ca nous sert à quoi ???



    • phan 12 septembre 18:27
      @Robert Bibeau
      J’ai bien posé la question CUI BONO ?
      et ce n’est pas moi QUI va préparer la révolution prolétarienne, peut être c’est Monsieur Bibeau ???
      Peut être Hollywood va tourner un film sur la Commune de Paris, sur la Révolution Bolchévique, sur la révolution d’Espagne (1931,1936).
      Connaissez vous Pierre Monate ?

    • Robert Bibeau Robert Bibeau 13 septembre 17:58

      @phan

      non JE NE CONNAIS PAS CE MONSIEUR SORRY 



    • phan 13 septembre 20:36

      @Robert Bibeau
      Pierre Monatte, né le 15 janvier 1881 à Monlet et mort le 27 juin 1960 à Paris est un correcteur d’imprimerie et militant politique français, anarchiste puis syndicaliste révolutionnaire, figure majeure du syndicalisme en France.
      En 1909, il est parmi les fondateurs du journal La Vie ouvrière et, en 1925, de La Révolution prolétarienne.
      Moi, j’attends toujours l’arrivée du Beaujolais Nouveau, Sorry !


Réagir