lundi 27 avril - par rosemar

La terre ne nous appartient pas...

JPEG

C'est l'écrivain Kamel Daoud, interrogé lors de l'émission La grande Librairie, qui a fait cette belle déclaration emplie de sagesse :

"Le virus nous ramène à notre condition humaine... nous sommes une espèce menacée, cela nous oblige à penser notre condition humaine, et pas seulement notre condition nationale ou notre condition ethnique ou religieuse... La peste est là, à nouveau. Le confinement est une fulgurante rétractation de l'humanité : nous sommes interdits de l'espace.

 

Nous avons subi plusieurs secousses : nous avons été dégagés de l'idée que nous sommes le centre de l'univers, puis dégagés de l'idée que nous sommes le centre de la terre, et maintenant, nous sommes reclus dans nos espaces, la terre ne nous appartient pas... nous ne sommes pas propriétaires du monde, même l'idée d'appréhender, de saisir, de toucher se trouve remise en cause : nous ne pouvons plus toucher les choses de la même manière, après cette épidémie, la notion même de s'approprier en touchant est remise en cause.

 

Nous sommes dans une phase de dépossession qui doit nous pousser à la réflexion."

 

"A quelque chose, malheur est bon", dit le proverbe.

 

Nous devons sans doute repenser notre rapport à la terre, et à tous les êtres vivants qui la peuplent. Nous ne sommes pas les maîtres du monde, nous ne sommes pas des dieux.

Publicité

 

Ne sommes-nous pas dans l'hybris quand nous épuisons notre planète et toutes ses ressources ?

Nous avons oublié que nous nous devons de respecter la nature : les anciens Grecs l'avaient bien compris, eux qui voyaient dans chaque plante, dans chaque arbre, dans chaque fleuve, dans chaque source la présence du divin.

 

L’homme d’aujourd’hui perd de plus en plus le contact avec la nature et ses trésors : il est entouré d’objets comme le portable, la tablette, l’e-book et il en oublierait presque les réalités qui l’entourent…

Il faudrait presque réapprendre à l’humain le monde et ses richesse infinies.

 

Pollutions, dévastations de forêts, pesticides, notre planète est exsangue : nous consommons trop, nous gaspillons, nous jetons sans arrêt, et nous épuisons la terre qui nous abrite.

Nous sommes sans cesse à la poursuite de la croissance, comme si nous pouvions croître indéfiniment sur une planète limitée.

Croissance, compétition, tels sont les maîtres mots de notre monde voué à l'économie.

 

D'ailleurs, les hommes politiques ont-ils encore un quelconque pouvoir ?

Publicité

Ce sont les marchés qui font la loi...

Ainsi, c'est un homme d'affaires, un homme d'argent qui est arrivé au pouvoir aux Etats-Unis : Donald Trump. On en voit les résultats désastreux.

Saurons-nous vraiment tirer les leçons de cette crise inédite ? Saurons-nous ralentir et ne plus nous vouer à l'argent et à la croissance ?

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2020/04/la-terre-ne-nous-appartient-pas.html

 

Vidéo :

 



43 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 27 avril 18:51

    « Saurons-nous vraiment tirer les leçons de cette crise inédite ?  »

    Comment tirer ces leçons ?

    En votant ?

    Trump a été élu, Macron aussi,

    Ceux qui « font la loi » comme vous dites, ne sont pas élus, mais ils ont plus que le pouvoir : ils ont la puissance.

    Comment allez-vous les affronter ?

    Avec vos petits bras musclés ?

    Votre pistolet à amorces ?

    Les prières, les incantations et les leçons de morale ne servent qu’à endormir les enfants, pas à changer le monde.

    Donce, je vous pose la question directement : « que faire ? »

    et ne me dites pas : « c’est l’affaire de tous », parce que celle-là on me l a déjà faite et quand c est comme ça, c est l’affaire de personne.


    • rosemar rosemar 27 avril 19:03

      @Séraphin Lampion

      La crise prouve que nous avons tout faux : délocalisations qui nous pénalisent (on ne dispose même plus du matériel nécessaire pour répondre à une épidémie), hôpitaux à l’abandon, manque de personnel, même chose pour les ehpad.

      On ne peut pas continuer à exploiter et à détruire la planète comme nous le faisons : sinon, nous courons à la catastrophe... il faut ralentir... certains ont des solutions :

      https://france.attac.org/nos-publications/les-possibles/numero-3-printemps-2014/dossier-l-ecologie-nouvel-enjeu/article/comment-penser-une-prosperite-sans


    • Pic de la Mirandole Pic de la Mirandole 27 avril 19:34

      @Séraphin Lampion

      Contre les puissants de ce monde, à toutes les époques, il y a eu des hommes politique pour rétablir peu ou prou la balance : c’est le rôle des politiques, de défendre le peuple décent (comme disait N Farage) contre les puissants. C’est le cas de N Farage, de B Johnson, de V Orban, et même paradoxalement de D Trump.

      Or notre caste politique, dans l’Etat Français avec sa francisque, s’identifie avec les puissants. Ce sont les exécutants des basses oeuvres du MEDEF, de Soros, des milliardaires etc.

      La solution passe par le FREXIT.

      Comme en Grande Bretagne, où le Brexit permet au peuple de se faire entendre, de reprendre la main sur certains sujets (immigration, sécurité sociale, pêche, éducation, pour ne citer que quelques uns)

      C’est donc le vote UPR qui permettrait de changer les choses, et c’est bien pour cela que l’UPR est INTERDIT dans les meRdias du Système.

      Mais le peuple de France est sans doute trop con, avec sa religion de l’Absolutisme, pour le faire.


  • La terre est féminine, Gaïa. Il faut faire avec elle comme avec les femmes. on peut les maîtriser, mais pas les tuer ou les détruire.


  • Le mieux@ MissRose c’est de faire de votre mieux .

    Quand viendra le moment de ne plus rien faire, vous serez heureuse d’être arrivée au bout de votre tâche .


  • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 27 avril 19:48

    On pourrait dire que l’homme est une tumeur cancéreuse qui s’ignore et le virus un tranquillisant produit par dame nature, dans le cas d’hypothèse d’une origine naturel bien entendu.


  • JC_Lavau JC_Lavau 27 avril 21:20

    Les femmes sont à qui détient la terre, le territoire et le pouvoir.


    • dimitrius 27 avril 21:26

      @JC_Lavau
      Je sais pourquoi maintenant , t’es un adepte d’Achelino.


    • JC_Lavau JC_Lavau 27 avril 21:48

      @jailinot. Allo ? Je voudrais parler à Bernadette Soubirous !
      — Elle est dans la grotte.
      — Jusqu’où ?


    • rosemar rosemar 28 avril 11:21

      @JC_Lavau

      Hors sujet...


    • velosolex velosolex 28 avril 11:32

      @JC_Lavau
      C’est la pensée du jour.
      On la devine accrochée dans le salon de votre grand père, juste à coté d’une autre : « Avec l’âge, les raideurs se déplacent ! »


    • JC_Lavau JC_Lavau 28 avril 13:33

      @rosemar. Je répète qu’une femme qui cherche à se reproduire recherche le mâle qui détient la terre, le territoire et le pouvoir. Avant de prendre tous les territoires et tous les pouvoirs pour elle-même, animale territoriale.
      Alors les sentences hors-sol de la sentencieuse hors-sol, ça intéresse qui ?
      Il a déjà été précisé que le schtroumpf à lunettes est un bête schtroumpf.


  • Aimable 28 avril 06:58

    Ma maison qui date du début du19é a eu x « propriétaires » , qui sont tous dans le cimetière , ce qui prouve que la fin de vie est également la fin de la « propriété » donc une maison tant qu’elle est debout n’appartient a personne , perso , je n’ai acquis que le droit d’y vivre ma vie durant en respectant cette vielle dame et ceux après moi qui voudrons y vivre devront s’acquitter du même droit .

    Pour la planète , l’homme , cet animal cruel a décrété qu’il n’avait qu’a la conquérir pour en être propriétaire , avec le droit de vie ou de mort sur tout ce qu’il y a dessus ce qui fait qu’il courre a sa propre perte .


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 28 avril 08:35

      @Aimable

      « Le premier qui, ayant enclos un terrain, s’avisa de dire : « Ceci est à moi », et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misères et d’horreurs n’eût point épargnés au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à ses semblables  : "Gardez-vous d’écouter cet imposteur ; vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la terre n’est à personne". J-J Rousseau

      Comment les possédants ont-ils réussi à faire passer leur utilité particulière pour une utilité commune, et la protection de leurs propriétés pour de la justice ? En énonçant le principe suivant : "Unissons-nous pour garantir de l’oppression des faibles, contenir les ambitieux et assurer à chacun la possession de ce qui lui appartient." (JJ Rousseau). Et ça marche toujours.


    • Aimable 28 avril 09:33

      @Aimable
      un coup de règle sur les doigts pour apprendre a courir .


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 28 avril 10:16

      @Aimable

      Le terme « chasse à courre, à cor et à cri » ne fait qu’utiliser la forme du verbe courir (jusqu’au treizième siècle). Un archaïsme désuet est-il une faute ?


  • Spartacus Lequidam Spartacus 28 avril 11:22

    Un discourt d’occidental bobo moyen qui vit dans un environnement artificialisé depuis des siècles, et qui n’a hélas aucune idée de la dangerosité de la nature à l’état réel et de quoi il parle.

    La planète terre étant fermée tout est recyclable à l’infini. Rien n’est fini.

    Et la croissance n’est pas liée aux ressources, mais à l’imagination de nos besoins. Et notre imagination est renouvelable à l’infini.


    • rosemar rosemar 28 avril 11:25

      @Spartacus

      La nature est dangereuse, mais l’homme l’est aussi...


    • JC_Lavau JC_Lavau 28 avril 13:35

      @rosemar : « La nature est dangereuse, mais l’homme l’est aussi...  ». Tandis que la femme ne saurait être dangereuse, ni assassine ?


    • Abou Antoun Abou Antoun 28 avril 17:44

      @rosemar
      La nature est dangereuse, mais l’homme l’est aussi...
      Pourquoi opposer l’Humanité à la Nature. L’Homme est une partie de la Nature, sans doute amenée à disparaître comme les dinosaures, peut-être plus tôt que prévu.


  • Steph87 28 avril 11:59

    Moi je veux bien croire qu’il ne faut pas trop saccager etc...

    Supposition : La terre ayant une durée de vie limitée, prenons l’hypothèse où l’homme arrive à survivre jusqu’à une époque où la fin est proche.

    Que fera l’homme à ce moment si il s’est contenté de ménager les ressources et n’a pas développer des technologies nécessaires à sa fuite avant l’extinction de la terre ?

    Respecter la vie est-ce tout faire pour la prolonger parce qu’on l’aime ou est-ce que respecter la vie c’est vouloir en accepter la fin ?


    • rosemar rosemar 28 avril 12:04

      @Steph87

      « Les technologies nécessaires à sa fuite ? » Vous y croyez ?


    • Gollum Gollum 28 avril 12:06

      @Steph87

      Au fond vous voudriez que l’espèce humaine devienne immortelle..

      C’est un refus de la mort des espèces. Assez équivalent au refus de la mort de bien des modernes.

      Et rassurez vous tout de suite il y a probablement d’autres entités ailleurs qui ont et auront leur destin aussi.

      Et cela ne s’arrêtera jamais vu l’immensité du cosmos.

      Donc il n’y a pas besoin de tout faire pour prolonger notre existence surtout au dépend d’autres espèces..


    • rosemar rosemar 28 avril 12:06

      @Steph87

      Fuir vers une autre planète ? Encore une prétention humaine peu crédible !


    • Steph87 28 avril 12:16

      @rosemar
      C’était une hypothèse, je me demande que dirions-nous à nos descendants si il constate que nous n’avons rien fait alors que nous savions ? Au même titre que l’on peut se poser la question pour ce qui est du saccage de l’environnement.


    • Steph87 28 avril 12:18

      @Gollum
      Je ne veux pas spécialement qu’elle devienne immortelle, je pose des questions.
      Donc pour vous l’homme n’a pas à espérer et faire une quête pour sauver sa peau ? Mais pourtant c’est bien ce que tout animal fait de sauver sa peau ?


    • Gollum Gollum 28 avril 12:20

      @rosemar

      D’autant plus que si ce scénario se réalise, ce sera juste une petite équipe de milliers de personnes à tout casser en supposant que le vaisseau soit assez grand, et ce aux dépends de tous les autres... qui seront abandonnés à leur sort.

      Et donc on aura créé du spatial, et massacré la planète, au profit d’une caste de privilégiés..

      C’est bien, au fond, la tournure que commencent à prendre les événements..

      La course à l’immortalité au profit de quelques uns fait aussi partie du programme.

      La raison profonde de tout ce cinéma : un refus pathologique de la mort.

      Je ne suis pas contre le spatial. Mais à la condition expresse qu’on s’occupe de notre bonne vieille planète d’abord.


    • eau-pression eau-pression 28 avril 12:37

      @Gollum

      un refus pathologique de la mort c’est aussi le refus d’envisager que d’autres modes d’existence existent sur terre et au delà.
      C’est l’individu qui veut figer la représentation du réel au stade ultime qu’il a pu atteindre lui. Peur d’être enseveli sous les générations futures ?


  • Rémi Mondine 28 avril 13:44

    Je commence à me lasser de lire :

    « Nous sommes sans cesse à la poursuite de la croissance, comme si nous pouvions croître indéfiniment sur une planète limitée. »

    Il ne faut pas oublier que l’économie c’est le gagne pain et le niveau de vie de la population. Je peux comprendre qu’un occidental né dans la période la plus riche de l’histoire de l’humanité trouve qu’il serait bon d’arréter la roue, mais il ne faut pas oublier tous ceux qui n’ont rien.

    Trainez dans les bidon ville, voyez les fontaines á eau payantes. La croissance ce serait aussi la possibilité pour les pauvres d’avoir un toit sur la tête et pas une plaque de tole ondulée. Ce serait aussi la possibilité d’avoir l’eau courante et le tout à l’´égoût.

    Le calcul avait éte fait que le bonheur maximal était atteint avec un revennu de 60K dollars par tête. En france c’est 40K$ et donc bien évidement on se plaint de la pauvreté. 

    Dans le reste du monde c’est pire.

    L’ONU nous annonce que l’humanité devrait se stabiliser autour de 11 miliards d’individus.

    Pour leur assurer ce niveau de vie il faudrait multiplier l’économie par 14. On ne parle pas de croissance infinie on parle de stabiliser l’humanité à un niveau correct qui ne nous donne pas honte d’être humain.

    Cela veux dire effectivement accélérer sur les ressources renouvelables ou synthétiques. Cela veux dire la fusion ou un solaire réellement performant ce qui veux dire une solution de stockage d’énergie efficace.

    Cela implique probablement une maitrise de la transmutation ou des nano matériaux á bas prix qui remplacent massivement les métaux.

    Bref au lieu de pleurer mettons nous au travail. 


    • joletaxi 28 avril 13:52

      @Rémi Mondine

      ref au lieu de pleurer mettons nous au travail. 

      pas sur que ce message( criant de réalisme) soit recevable par une enseignante, surtout pour le moment,
      vous voulez qu’ils se mettent en grève ?


    • rosemar rosemar 28 avril 14:20

      @Rémi Mondine

      Bien sûr, il est normal que les pays pauvres veuillent accéder à plus de croissance et de richesses, mais ce qui est indécent, c’est le décalage entre les plus pauvres et les plus riches... ce qui est indécent, ce sont les gaspillages de nos sociétés.


  • xana 28 avril 14:56

    Rosemar, d’habitude j’aime assez ce que tu écris.

    Mais pas cette fois.

    Non pas que je soutienne que la Terre nous appartient : Vaine prétention, car elle est à qui veut la prendre, et surtout à qui est capable d’y rester. Les dinosaures aussi ont peut-être eu cette prétention imbécile.

    Et si d’autres veulent s’en emparer, elle sera à eux, le temps qu’ils existeront. Puis eux aussi seront oublié, comme les dinosaures, comme nous...

    Non, je ne suis pas d’accord avec ton idée qu’un petit virus comme celui de la grippe pourrait nous déposséder, c’est une idée idiote. Il peut, comme ses cousins, tuer quelques centaines de milliers des nôtres. Ce n’est RIEN par rapport à notre prolifération. Ca ne changera pas la face du monde. Ce n’est d’ailleurs pas le virus qui nous menace actuellement, mais la réaction stupide de tout bloquer, enfin pas tout puisque des imbéciles en uniforme paradent encore dans nos rues et nos villages, soi-disant pour empêcher les autres de s’infecter entr-eux. Si quelque chose menace notre « civilisation » démente, ce n’est pas le virus, mais les décisions de quelques élus qui craignent d’être plus tard mis en cause s’ils ne font rien.

    Nous avons d’autres soucis, que cette soi-disant crise nous permet d’oublier. Le premier est notre incapacité à nous gouverner sagement, nous préférons toujours les pourris avec une bouche d’or, nous ne comprenons pas que ces gens-là nous emmènent vers le gouffre. Ils exploitent aussi bien les hommes que les ressources de la Terre, sans soucis des autres ni du futur. Le second est que nous sommes des animaux comme les autres, avec un taux de reproduction prévu pour un environnement dangereux, et nous ne savons toujours pas à quel niveau la population humaine devrait se stabiliser, et encore moins comment y parvenir sur une planète dépourvue de prédateurs.

    Mais surtout, notre espèce si prétentieuse, qui se croit « maître » de la planète mais qui ne l’est pas d’elle-même, cette espèce qui, sans rire, se prétend « fils de Dieu » (pourquoi pas, après tout), n’a jamais été le couronnement de la « création ». Elle n’en a plus pour longtemps, et d’autres viendront.

    Et quelle importance ?


    • rosemar rosemar 28 avril 15:02

      @xana

      Vous êtes donc opposé au confinement ?


    • xana 28 avril 17:05

      @rosemar

      AH OUI ! Et je n’ai pas peur de le dire !

      mais je suis surtout opposé à la PANIQUE organisée sous prétexte de pandémie. PANIQUE qui arrange bien certains...

      Le corona existe, il est mortel (dans certains cas...), peut-être plus que la grippe, mais peut-être pas. Le confinement est mortel pour beaucoup de monde, mais n’attendez pas que les médias s’attardent sur les nombreux morts causés par cette stupidité : Morts de faim (beaucoup de vieux n’osent plus sortir), suicides, morts de maladies qui n’ont pas été soignées (coronavirus prioritaire !!!) etc.
      J’ai un cancer. Je ne peux pas me déplacer. Mon chirurgien me dit qu’il ne peut pas m’opérer en ce moment, because épidémie. Je ne sors plus, bien que je ne craigne pas le virus, mais je crains les flics et leur arbitraire. je refuse de me soumettre et de remplir leur ausweiss. Heureusement j’arrive à me débrouiller avec mes voisins puisque je vis à la campagne et dans un pays où la solidarité existe encore...
      Et je pense au suicide. A me faire arrêter et me vider un bidon d’essence sur la tête devant les flics.
      Tout ça parce qu’un virus de grippe se balade !


    • rosemar rosemar 28 avril 17:40

      @xana

      si on n’avait eu recours au confinement, que se serait-il passé ? Aux USA, déjà 56 000 morts. Ceci dit, il est inadmissible que des opérations importantes soient retardées. Les conséquences économiques sont aussi terribles, il faudra mettre en place des aides pour ceux qui sont en difficulté.


    • JC_Lavau JC_Lavau 28 avril 17:44

      @rosemar. Totalement soumise à la propagande déversée par sa tévé.


    • xana 28 avril 18:14

      @rosemar
      Je vous aime bien, Rosemar, mais vous ne voulez pas entendre qu’on s’est payé votre tête.
      « Si on n’avait pas confiné, on compterait les morts par millions ». Ca me fait penser à la poudre anti-éléphants. Vous savez, j’en met chaque soir autour de mes tomate pour que les éléphants me marchent pas dessus.
      Mais, il n’y a pas d’éléphants ici ! Ben, vous voyez, ca prouve que la poudre a de l’effet !

      Sans blague. On a « confiné », mais on n’a confiné que les gens comme vous et moi. Il y a plein de gens qu’on n’a pas confinés pour tout un tas de raison, comme le flic qui vous dresse contravention ou les chauffeurs routiers pour nos approvisionnements, etc. Vu la capacité infective du virus, c’est très largement suffisant pour que le flic infecté passe le virus à sa femme, celle-ci à la boulangère et ainsi de suite (surtout sans masque !) et donc c’est comme si PERSONNE n’avait été confiné. Donc le nombre de morts reste ce qu’il aurait été avec ou sans coronavirus, avec ou sans confinement. Mais les suicides, les morts de faim dans leur maison, les malades morts en salle d’attente, tous ces morts qui ont été causés DIRECTEMENT par le confinement, vous n’en entendrez pas parler, parce que ce n’est pas le message que les médias veulent nous faire passer.


  • xana 28 avril 17:56

    La propriété est peut-être une notion purement humaine. Aucun extra-terrestre ne nous demandera si la terre est NOTRE planète parce que la réponse est évidente : C’est NOUS qui appartenons à la Terre.

    Ah bien sûr si tu crois encore qu’un Dieu s’est penché sur ton berceau en te susurrant à l’oreille « Cette planète et ses habitants, je te les donne », alors prépare-toi à un réveil pénible. Comme dit Rosemar, même le virus pourrait te demander des comptes...


  • xana 28 avril 23:14

    Il y a peu de chance que des extra-terrestres (s’ils existent) parlent notre langue. D’autre part s’ils sont capable de venir chez nous alors que nous ne sommes pas capables d’aller chez eux, il y a de fortes chances que leurs désirs deviennent des ordres pour nous. Dans tous les cas, votre idée d’une terre nous appartenant n’aura aucune importance...

    Quelle idiotie, et je réponds pourtant à cela...


Réagir