vendredi 10 avril 2020 - par Dr. salem alketbi

Le coronavirus va-t-il changer l’avenir de Trump ?

Le coronavirus va-t-il changer l'avenir de Trump ? {JPEG}

Devant le vécu de la crise du coronavirus qui frappe de plein fouet aux États-Unis, toutes les questions politiques sont mises de côté. En vedette figure le coronavirus, avec toutes ses implications ; mais la politique n’est pas complètement absente de la scène pour beaucoup, notamment les personnalités qui seront en lice pour les élections et les électeurs au cours du second semestre de cette année.

D’après les estimations, la crise pourrait se résorber et s’atténuer, voire commencer à se cicatriser de ses effets désastreux sur les économies et les populations. Aux États-Unis, par exemple, les élections présidentielles sont prévues pour novembre prochain.

Bien qu’il soit encore difficile de prévoir la tenue de ces élections dans les délais impartis (étant donné la situation actuelle et que les élections primaires des démocrates pour le choix du candidat aux élections contre le président républicain Donald Trump ont été reportées), en tout cas, on peut dire que la crise a fait chuter les indicateurs de performance très positifs de l’économie américaine, un des paris du président Trump pour gagner un second mandat présidentiel.

La crise a fait des dégâts économiques énormes. Le taux de chômage post-crise peut atteindre des niveaux records allant jusqu’à 13 %, estiment plusieurs institutions américaines. Il me semble tout de même que la scène électorale américaine, peu importe si les élections sont tenues à temps ou si elles sont reportées, n’a pas beaucoup changé.

Deux scénarios sont envisageables.

Dans le premier, l’électeur américain aurait tendance à punir le président Trump pour sa tiédeur, voire sa mauvaise performance au début de la crise de l’épidémie du COVID-19, en choisissant le candidat démocrate comme remplaçant.

Publicité

Dans le second cas, la crise provoquerait un état général d’anxiété, d’incertitude, de confusion générale chez le public américain, si bien qu’il serait difficile de penser à remplacer le président Trump, afin de maintenir la dynamique nationale face à la crise.

Bien que le deuxième scénario soit plus probable, à mon avis, les chances qu’il se réalise dépendent dans une large mesure des voies et des conséquences de la crise au cours des prochains mois, des pertes économiques qui en résulteront, du niveau de satisfaction des électeurs américains quant aux performances du président Trump pendant le reste de la crise et de sa capacité à diriger la nation dans ces conditions, à réduire les pertes, formuler des plans, et concevoir des politiques correctives efficaces qui garantissent une maîtrise rapide de leurs impacts économiques et sociaux.

À priori, le président Trump a commis de graves erreurs dans les premiers jours de la crise. Il a fait perdre aux États-Unis deux mois de plus par rapport à des pays comme la Corée du Sud et l’Allemagne dans leur réponse à l’épidémie. Les autorités américaines avaient attendu la mi-mars pour prendre les premières mesures nationales de lutte contre l’épidémie de virus. La Corée du Sud, pour sa part, avait lancé ses plans de prévention au niveau de la santé et de la recherche le 20 janvier.

Autrement dit, pour les Etats-Unis, ce n’était pas trop tôt. Le retard a donc perturbé les capacités et augmenté le nombre d’infectés et de décès, hissant les États-Unis au sommet de la liste mondiale pour cette épidémie. 

Cela a entraîné des répercussions non seulement sur le plan humain et économique, mais aussi stratégique, compte tenu de la position des États-Unis en tant que pôle mondial non contesté par d’autres forces en matière d’influence, de puissance, et de progrès scientifique et technologique.

La lenteur des États-Unis à faire face à la menace est loin d’être un échec institutionnel. Cela tient plutôt à la vision du président Trump. Celui-ci s’est peut-être appuyé, au début de la crise, sur des estimations personnelles erronées.

Il a fait confiance à ses proches collaborateurs, a ignoré les rapports des services de renseignement américains et a laissé de côté tous les mécanismes du travail institutionnel dans la gestion des crises mondiales.

Il a formé une fausse perception fondée sur la sous-estimation de l’ampleur de la crise, qu’il a considérée comme un canular de chez ses rivaux démocrates. « C’est en fait bon pour l’Amérique », a-t-il déclaré dans l’un de ses commentaires, en faisant référence aux pertes que le virus pourrait causer à la Chine.

Publicité

Avant ça, fin février, il avait sous-estimé le risque de propagation du virus aux États-Unis. Il l’a jugé « très faible ». Le temps plus chaud résoudrait le problème, a-t-il dit, en plus d’autres déclarations désastreuses qu’il souhaitait absolument voir disparaître des réseaux sociaux et de l’histoire à part entière.

Toutes ces erreurs seront certainement le fer de lance des flèches et des coups politiques que son adversaire, le candidat démocratique attendu lors de la prochaine campagne électorale présidentielle, lancera vers lui.

Toutes ses erreurs ne passeront pas inaperçues. Elles seront utilisées par son adversaire démocratique lors des prochaines campagnes électorales présidentielles. Sans vouloir tirer des conclusions hâtives sur les chances du président Trump lors des prochaines élections et sur la gravité de la crise qui pourrait les affecter, je peux dire que la question n’est pas absente des priorités du président Trump. Il a sous-estimé le risque du virus pendant deux mois afin de maintenir l’économie américaine à flot. Il est maintenant sous le feu des critiques. Certains rapports de presse l’accusent d’utiliser la crise mondiale au profit de ses alliés commerciaux qui le soutiennent lors des prochaines élections. Il aurait invité des représentants de ces entreprises à des réunions et aurait fait l’éloge de leur rôle national dans la lutte contre la crise en produisant ou en donnant du matériel médical pour répondre aux besoins les plus urgents des États-Unis. Selon le Guardian, l’unité de mise à jour quotidienne de la Maison Blanche sur les coronavirus est devenue notoire pour avoir loué le leadership de Trump.

D’autres rapports indiquent que les gouverneurs des États se plaignent d’un manque de respirateurs artificiels, de masques faciaux et de nombreux équipements médicaux de base, en violation du contenu du discours médiatique de la Maison Blanche.

En d’autres termes, la question dépasse les politiques de la Maison Blanche et n’est pas oubliée en ce moment délicat. Il ne fait aucun doute qu’en fin de compte, les chances du président Trump de remporter les élections de novembre soient toujours importantes, malgré toutes les erreurs qui ont été commises dans la lutte contre la crise du coronavirus et l’exposition des États-Unis au niveau mondial d’une manière qui n’est pas à la mesure de leurs capacités et de leurs ressources.

Cela dépendra de facteurs spécifiques, dont le scénario de fin de crise, l’efficacité du marketing politique et médiatique de l’équipe de campagne Trump, l’efficacité de l’utilisation des erreurs par les démocrates, et leur capacité à persuader les électeurs de leur rhétorique.

Plus important encore, c’est l’identité de celui qui choisira le Parti démocrate pour concurrencer un président qui ne négligera pas facilement ses chances de remporter un second mandat présidentiel.



14 réactions


  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 10 avril 2020 19:34

    On semble prendre pour acquis que des élections libres et honnêtes se dérouleront en novembre aux USA. Je crois, au contraire, que les vrais décideurs qui contrôlent ce pays prendront la décision qu’ils jugeront la meilleure, la feront appliquer et confieront aux médias de nous livrer par étapes le roman feuilleton qui rendra tout ça limpide, cohérent et inspirant...

    Et pour tout vous dire, je ne crois pas que quiconque pourrait nous faire un meilleur avenir que ces gens ... qui ne veulent plus que notre bonheur et notre obéissance, puisqu’ils ont déjà tout ce que la richesse et le pouvoir peuvent offrir et que le reste ne dépend pas de nous.

    Bien sûr, çà se discute... mais après s y avoir longtemps réfléchi candidement, je ne pense plus qu’à cultiver mon jardin

    PJCA


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 avril 2020 20:54

      @Pierre JC Allard

      "Le monde est stable, à présent. Les gens sont heureux ; ils obtiennent ce qu’ils veulent, ils ne veulent jamais ce qu’ils ne peuvent obtenir. Ils sont à l’aise ; ils sont en sécurité ; ils ne sont jamais malades ; ils n’ont pas peur de la mort ; ils sont dans une sereine ignorance des passions et de la vieillesse ; ils ne sont encombrés de nuls pères ni mères ; ils n’ont pas d’épouses, pas d’enfants, pas d’amants, au sujet desquels ils pourraient éprouver des émotions violentes  ; ils sont conditionnés de telle sorte que, pratiquement, ils ne peuvent s’empêcher de se conduire comme ils le doivent. Et si par hasard quelque chose allait de travers, il y a le soma."

      Aldous Huxley - Le meilleur des Mondes

       


  • PASCAL LE PRO Jean Guillot 10 avril 2020 19:58

    il faut savoir qu’aus USA il y a trois pouvoirs : LE PENTAGONE , LA CIA et L’ETAT PROFOND SIONNISTE , les médias et hollywood sont dirigés pat l’état profond et ce sont eux qui font élire le président .

    Donc wait and see

     smiley


  • PASCAL LE PRO Jean Guillot 10 avril 2020 23:10

    Le « confinement » n’a pas pour « but d’endiguer » la propagation de l’épidémie, mais de freiner celle-ci afin que les services hospitaliers puissent accomplir correctement leur travail.

    Un vaccin fiable ne sera pas disponible avant 2021 ; c’est pourquoi seule la contamination massive de la population mais à un rythme relativement contrôlé grâce aux mesures drastiques de confinement, permettra d’assurer à la fois une efficacité hospitalière et de traitement des patients en même temps que le développement d’une immunité collective, qui seule peut garantir une sécurité sanitaire durable à grand échelle pour la population.

    Dr Jean Guillot


  • BA 11 avril 2020 10:01

    Samedi 11 avril 2020 :


    Coronavirus : les chiffres s’affolent aux Etats-Unis : 18 586 morts (18 849 morts pour l’Italie).


    Les Etats-Unis sont désormais le deuxième pays le plus endeuillé par le coronavirus et pourraient même rapidement dépasser l’Italie, jusqu’à présent devant eux. Selon les dernières statistiques diffusées par l’université Johns Hopkins, le nombre total de morts dues au Covid-19 outre-Atlantique est de 18.586 (18.849 pour l’Italie). Au cours des seules dernières 24 heures, 2.108 personnes sont décédées, un record mondial absolu en la matière.


    Le nombre de cas approche désormais les 500.000, après la découverte de 35.000 cas au cours de la dernière journée. Les autorités ont exhorté la population à continuer de respecter les règles de confinement durant le week-end de Pâques.


    https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/en-direct-le-11-avril-coronavirus-le-point-sur-la-situation-en-france-et-dans-le-monde-1194210


  • BA 11 avril 2020 10:07

    Vendredi 10 avril 2020 :


    Retour au Moyen Age.


    Retour aux fosses communes.


    Coronavirus : les enterrements en fosses communes se multiplient à New York.


    http://video.lefigaro.fr/figaro/video/coronavirus-les-enterrements-en-fosses-communes-se-multiplient-a-new-york/6148524712001/


  • caillou14 rita 11 avril 2020 10:55

    C’est fort possible vu la calamiteuse gestion de la crise ?

    Idem pour Macron !


  • vachefolle vachefolle 11 avril 2020 11:38

    Dans votre article vous oubliez la possibilité d’au moins 6 evenements majeurs qui changeraient complétement cette crise pour les US !!

    NOVEMBRE EST TRES TRES LOIN

    • Biden va t-il attrapper la Maladie et sera t-il en Vie en Novembre ?
    • Trump va t-il attrapper la Maladie er sera t-il en vie en Novembre ?
    • Un traitement sera t-il trouvé d’ici la relancant la machine economique ?
    • Un Vaccin US sera t-il disponible ?
    • Le petrole de schiste US va t-il s’effondrer ?
    • La bourse US va t-elle s’effondrer ?

    Les évenements s’enchainent dans cette période, et toute futurologie politique est bien trop aléatoire.

     Si vous cherchez, vous trouverez de nombreux autres évenements aléatoires possibles.


  • BA 11 avril 2020 18:09

    Samedi 11 avril 2020 :


    Les Etats-Unis dépassent l’Italie et deviennent le pays le plus touché au monde avec 18.860 morts, selon le décompte de l’université Johns Hopkins.


    https://www.20minutes.fr/monde/2759063-20200411-coronavirus-direct-covid-19-deja-fait-plus-100000-morts-monde


    Dans le monde entier, 104 938 morts dus au coronavirus.


    Etats-Unis : 18 860 morts dus au coronavirus

    Italie : 18 849 morts dus au coronavirus

    Etats-Unis : 18 586 morts

    Espagne : 16 353 morts

    France : 13 197 morts

    Royaume-Uni : 9 875 morts

    Iran : 4 232 morts

    Belgique : 3 019 morts


    https://coronavirus.jhu.edu/map.html


  • BA 12 avril 2020 01:14

    Samedi 11 avril 2020 :


    Coronavirus : plus de 20.000 morts aux États-Unis.


    La pandémie de nouveau coronavirus a franchi le cap des 20.000 morts aux Etats-Unis, selon un bilan samedi de l’université Johns Hopkins, qui fait référence.


    L’épidémie de Covid-19 a tué au moins 20.071 personnes aux Etats-Unis, où se trouve également le plus grand nombre de cas de contaminations (519.453), selon la célèbre université basée à Baltimore.


    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/coronavirus-plus-de-20-000-morts-aux-etats-unis-20200411



Réagir