mardi 12 février - par Dr. salem alketbi

Le Dilemme des Rapatriés en Provenance de Syrie

JPEG

Après avoir tourné les pages du Jihad afghan et du retrait de l'ancienne Union soviétique d'Afghanistan en 1989, un problème complexe s'est posé concernant le sort de milliers de personnes retournant de ce conflit après avoir été engagées dans des guerres et des conflits sur des fronts non traditionnels. Ces personnes ont été appelées « Les Arabes afghans. » Et comme l'ignorance et le manque de coopération internationale ont été de mise face à ce problème, nombre d'entre eux ont déjà joué un rôle clé dans la naissance de nombreuses organisations terroristes dans le monde arabe. La plupart ont été impliqués sous le drapeau d’Al-Qaïda en Afghanistan, alors que d’autres ont exercé le terrorisme à différents niveaux.

Ce phénomène est maintenant au premier plan de la fin du conflit en Syrie, et de nombreux pays occidentaux pensent quant au sort de leurs ressortissants qui se sont rendus en Syrie pour participer au conflit sous le drapeau de Daech et Al-Qaïda et d'autres organisations moins importantes et moins efficaces. Les Etats-Unis ont recommandé aux pays occidentaux, conduits par la France, d’accueillir leurs citoyens qui ont rejoint les rangs des combats en Syrie et ont été arrêtés par les forces kurdes.

On sait que le nombre de combattants occidentaux dans les rangs des organisations terroristes en Syrie varie selon les estimations des services de renseignement et de sécurité occidentaux, mais le reste de ceux-ci correspond au moins aux estimations moyennes de quelques centaines de combattants. Le problème ne réside pas seulement dans le nombre, mais dans le sujet lui-même, parce que l’extrémisme, est tel un germe, peut être transmis dans une propagation similaire à une mosaïque terrible d’un individu à des dizaines et des centaines d’individus, en particulier sous l’influence des médias sociaux et de la facilité de communication et de transfert des idées.

Les pays européens qui ont fait l'objet d'attaques terroristes au cours des dernières années sont les plus inquiets du sort des rapatriés en provenance de Syrie. La Belgique, la Grande-Bretagne et la France sont en tête ici vu l'arrestation par les Kurdes d'environ 130 djihadistes portant les nationalités de ces trois pays européens.

La France a déclaré qu'elle envisageait « toutes les options » pour éviter l'évasion et la dispersion de ces personnes, sans exclure leur retour. La vérité est que la vision française paraît logique car des expériences antérieures indiquent que le pire scénario pour faire face à cette menace est d'abandonner d’y réfléchir et d’abandonner ces citoyens à leur sort, où ils pourraient être le noyau d'organisations terroristes plus dangereuses ciblant leurs pays d’origine.

La vérité aussi est qu’il s’agit là d’un problème pour l’ensemble de la communauté internationale, car les organisations terroristes ne représentent pas une menace pour un pays en particulier, mais constituent une menace mondiale qui exige le plus grand degré de coopération internationale pour la combattre.

Les pays occidentaux, pour la plupart, traitent ces terroristes par le biais de programmes « d'intégration » ou d'autres mesures visant à éviter leur retour au terrorisme, mais le danger réside dans la difficulté de surveiller leur comportement et ce, 24 heures sur 24.

Il est naturel que l’idée du retour des terroristes dans leur pays s’oppose aux différents courants politiques dans leurs pays. Toute personne qui a goûté à l’amertume du terrorisme et qui a été brûlée par son feu doit être prudente face au traitement de ses éléments et de ses auteurs, mais la fuite des terroristes retenus par les forces kurdes ou leur libération est le pire scénario pour ces pays, et les autres pays ne devraient pas porter la responsabilité de traiter avec ces terroristes.

Depuis quelque temps, nous avons écrit pour mettre en garde contre le dilemme des rapatriés en provenance de Syrie, mais il semble que les pays concernés ne se soient pas préparés à ce scénario et aient apparemment parié sur la possibilité de leur assassinat ou de leur arrestation en Syrie, mais la réalité et les expériences passées confirment que certains de ces éléments resteront en vie et libres et leurs pays devront être prêts à trouver une issue à ce problème.

Si le problème concerne des ressortissants occidentaux, le sort des citoyens de certains pays arabes impliqués dans le terrorisme en Syrie est également discutable. Des milliers d’Arabes sont allés se battre au sein des organisations terroristes en Syrie et il est difficile de reproduire le scénario des Afghans arabes., ou d’ignorer le sort de ceux qui en restent ou encore de les laisser en Syrie constituant une menace par leur poursuite attendue de poursuivre leur activité clandestine ou leur latence pendant un certain temps pour reprendre l’activité de l'organisation Daech dans certaines régions de la Syrie !

À mon avis, un consensus international devrait exister sur la création d'un tribunal international placé sous les auspices des Nations Unies pour traiter des terroristes de différentes nationalités impliqués en Syrie, ainsi que sur l'établissement de prisons spéciales dotées de fonds internationaux dans certains pays ou régions. C’est une responsabilité internationale partagée qui implique donc de traiter de tous les éléments de la crise, y compris du sort des terroristes actuellement détenus ou persécutés sur le territoire syrien.



20 réactions


  • sls0 sls0 12 février 13:11

    Qu’ils aillent chez les gens pour qui ils ont bossé, chez vous ou aux USA.


    • hunter hunter 12 février 17:49

      @sls0
      Déchéance immédiate de nationalité par décret, publication au JO ;Sortie des listes électorales, annulation des cartes vitales, création d’une base de données interdisant l’accès à la moindre petite aide sociale ( avec données biométriques, prélèvements recueillis sur place, voire juste numérisation à distance).
      Interdiction à vie de résidence sur le territoire, pour eux et leurs descendants biologiques !

      Valable pour tous les individus : mâles, femelles, et juvéniles !

      Ainsi ils ne sont plus français, ils restent sur place, kurdes, irakiens et syriens sauront s’en occuper...au bout d’un moment, ils reviendront trop cher, mais les déserts sont vastes !

      Adishatz

      H/


    • Julyo Julyo 12 février 18:25

      @sls0
      Israël qui soignait les blessés djihadiste est une option.
      Je propose aussi la Turquie par là où ils sont passés, sous la bienveillance du gouvernement pour accéder à la Syrie.
      Par contre, je ne leur recommande absolument pas d’aller demander l’hébergement chez les Iraniens.


    • JulietFox 13 février 12:28

      @hunter
      Pas envie de payer pour les allocs de ces pondeuses djihadistes, qui, interviewées, regrettent que Daesh soit battu à plate couture.


    • hunter hunter 13 février 14:33

      @JulietFox

      Moi non plus, nous sommes bien d’accord.

      Mais malheureusement, l’actuel CEO de la start-up nation, va adorer ces gens, et s’empresser de les rapatrier, surtout qu’il s’agit d’un ordre de la maison-mère, à Washington DC !

      Et nous paierons, pour que les petits djihadistes en formation, bien endoctrinés et maintenus dans la haine ( de nous, de la France) par leurs chères Momans, puissent d’ici quelques années, nous éliminer en masse !

      bienvenue en macronie !

      Adishatz

      H/


  • Christian Labrune Christian Labrune 12 février 16:10

    Qu’un certain nombre de ressortissants français se soient fait ratatiner du côté de la Syrie ou de l’Iraq, ça m’est complètement égal. Ils nous avaient déclaré la guerre, ils n’auront eu que ce qu’ils méritaient. Le problème qui se pose actuellement aux états européens n’est pas simple puisque la durée des peines de prison encourues par ces terroristes, dont aura du mal à évaluer la gravité des agissements, ne seront pas à la hauteur de ce qu’il faudrait souhaiter pour garantir la sûreté de l’état.

    A plus long terme se pose la responsabilité de l’islam. Les plus hautes autorités de cette religion, qu’elles soient soient sunnites ou chiites, n’ont jamais été avares de fatwas, lesquelles ont souvent frappé de paisibles intellectuels qui n’avaient fait que leur boulot critique. En revanche, je ne sache pas qu’il y ait jamais eu une seule condamnation solennelle des agissements du Califat, Seulement quelques protestations pour la forme quand un pilote jordanien a été brûlé dans une cage de fer arrosée d’essence : imposer un tel supplice à un musulman, c’était haram. En revanche, massacrer des Yézidis ou des chrétiens d’Orient, c’est licite, c’est prévu par le Coran au verset 5 de la neuvième sourate.

    Aussi longtemps que des imbéciles rongés par la crédulité pourront se croire autorisés par le Coran à massacrer leurs semblables, on n’en aura pas fini avec le terrorisme. Les théologiens musulmans qui ont naguère rencontré le pape aux EAU feraient bien d’y réfléchir de toute urgence et de prendre les dispositions qui s’imposent s’ils veulent pouvoir en finir un jour avec une logique partout mortifère.


  • popov 12 février 16:47

    Ces gens sont des mercenaires. Un mercenaire, quand on l’attrape, on le fusille. S’il a agit au nom de l’islam, on l’enterre dans une peau de cochon et on envoie la facture de la balle et de la peau de cochon à la mosquée qu’il fréquentait.


    • Seudoo 14 février 12:24

      @popov

      La France est en guerre contre daesh.
      Ils se battent ou se sont battus pour daesh = atteintes aux intérêts fondamentaux de la nation en temps de guerre.
      "Lorsqu’ils sont commis en temps de guerre, les faits de trahison ou d’espionnage incriminés aux articles 411-2 à 411-11 du code pénal sont punis de la réclusion criminelle à perpétuité et de 750 000 euros d’amende.

      " art. 476-1 .
      Les faits sont là, la loi existe, nul besoin d’alimenter la barbarie.
      Des peines incompressibles dans des locaux réservés.


  • Julot_Fr 12 février 17:34

    Il s’agit de mercenaires envoyes par nos oligarques europeens (de France, Allemagne et RU).. ils avait le support des Francs Macon Francais tel Fabius disant d’eux « ils font du bon boulot » (contre Assad).

    Comment est-on sense traites ces gens la sachant qu’une fois rentres en France ils serviront d’excuse au gouvernement pour TOUS nous surveiller, soit disant pour notre securite ? (en plus de servir de main d’oeuvre pour les prochains attentat)


    • eddofr eddofr 12 février 17:48

      @Julot_Fr

      Un mercenaire est un soldat de fortune qui travaille sciemment pour l’argent et rien que pour l’argent.

      Ces gens étaient/sont peut-être manipulés, ou pas, mais ce ne sont pas des mercenaires.

      Un mercenaire, ça se soudoie, ça finit par prendre sa retraite et ça ne souhaite rien tant que de sa la couler douce au soleil.

      Un mercenaire c’est presque toujours un ancien militaire qui ne sait faire que ça mais qui en a eu marre de se faire tuer pour une solde de misère et une totale absence de reconnaissance (sans compter les phrases du genre « ils sont payés pour ça », « il ont signé », ...).

      Généralement, un mercenaire est un sociopathe de base, bien dans sa tête (juste il s’en fout de tuer pour du fric)

      Ces gens là sont des fanatiques, ces gens la sont violents, agressifs, excessifs, perturbés, méchants (tout simplement méchants). Ce sont des psychopathes. Et un psychopathe ont l’enferme jusqu’à ce qu’il soit guéri (dans leur cas, probablement jamais).


    • JulietFox 13 février 13:35

      @Julot_Fr
      Instituer au niveau Européen, un Nuremberg, pour les nazis islamistes
      Et lzes pendre comme il fut fait
      Quant à leur pondeuses et marmaille, les refiler à l4arabie Saoudite d’oùest venue la peste wahabiste.


    • hunter hunter 13 février 14:41

      @JulietFox

      Bah la potence, c’est un peu vieux-jeu non ?

      Une bonne balle de 11.43 ou 9 mm dans la nuque, et c’est réglé !

      Et même traitement pour les pondeuses et pondus, ça diminuera les coûts d’élimination.

      Adishatz

      H/


  • aimable 12 février 17:58

    Les responsables gouvernementaux qui vont prendre la décision de rapatrier ces djihadistes , se rendrons responsables devant la justice de la république des morts et des blessés dans les attentats perpétrés par ces djihadistes ou par des élèves radicalisés par leurs soins pour commettre des attentats .


    • Dom66 Dom66 12 février 20:15

      @aimable

      Salut aimable,

      Petite nuance... "se rendrons responsables devant la justice de la république"

      Mais non, mais non....jamais coupable, ni responsable, et justice, comme si la justice existait en France.... ???? Une femme vole un peu de nourriture dans un super marché ; 3 mois avec sursit, voir de la tôle ! Balkany et autres voleurs (la liste est longues) toujours libres.

       


  • troletbuse troletbuse 12 février 18:45

    Vous ne pensez quand même pas que les gvts européens vont se séparer d’un excellent outil crée par le CIA et auquel ils ont adhéré comme le morpion sur sa c.... Demandez à Sarko, Hollanouille et aujourd’hui Micron. « Is sont avant tout Français », une excellente raison pour les rapatrier.


  • phan 12 février 21:43
    Pour les djihadistes français, pour leur bon boulot, travail, frais de bouche, logement et voiture de fonction avec mutuelle pour toute la famille au Conseil Constitutionnel de France. Exonération de timbre fiscal pour les passeports diplomatiques et de service.
    Pour les djihadistes non français, prendre immédiatement RDV au Consulat Saoudien à Istanbul dès le retour.

  • ZenZoe ZenZoe 13 février 11:06

    Franchement, on se fait des noeuds au cerveau.

    On met les gosses en sécurité, puis on ouvre les portes des camps, on laisse s’échapper les prisonniers adultes, ils ne sont plus considérés comme prisonniers de guerre mais comme fugitifs, et de ce fait peuvent être éliminés conformément au droit international. Et hop !


  • JulietFox 13 février 13:40

    Voila le traitement a adopter

    https://www.youtube.com/watch?v=QyTYVpWwkcs


    • hunter hunter 13 février 14:38

      @JulietFox

      C’est bien, mais il faut penser à réduire les coûts : procès, salle, avocats, rémunération des juges, frais de justice.....tout ça coûte cher, et on a plus les moyens !

      La signature de décrets optimise les coûts, et est plus rapide !

      Les quelques manips’ dans les systèmes pour annuler les droits de prestations sociales, ne coûtera pas cher non plus.

      Adishatz

      H/


    • pierre 14 février 12:29

      @JulietFox
      oui mais non, n’oubliez pas que seules 12 personnes furent pendues, des milliers d’autres ont été échangées entre différents pays....


Réagir