vendredi 28 avril 2017 - par Thierry SALADIN

Le fabuleux destin d’Emmanuel Macron (raconté aux enfants sages)

Voici une très belle histoire. Une de celles qui ne peuvent que faire rêver les enfants.

Seulement les enfants ?

Quand on écoute certains journalistes, notamment à la télévision, qui parlent de pari fou, et de pari insensé en passe d'être gagné en seulement quelques mois, et même d'homme providentiel, on peut en effet se poser la question...

Écoutons donc cette maman conter à son enfant cette belle histoire, avant le baiser maternel vespéral inducteur d'un sommeil parsemé de jolis rêves...

Il était une fois, un petit garçon prénommé Emmanuel.

Il était très sage, très poli, et travaillait très bien à l'école. Or, un jour qu'il était au lycée, il tomba amoureux de son professeur de théâtre. C'était une dame belle et très gentille. Elle s'appelait Brigitte, et elle lui plut tout de suite. Et ils s'aimèrent tellement, qu'ils finirent par se marier. Et depuis, ils sont très heureux.

Et puis, il termina ses études et devint un petit employé dans une banque.

Et, un jour qu'il travaillait, et alors qu'il était encore tout jeune — tu te rends compte : il n’avait que 35 ans — il entendit brusquement une voix, comme venue d'outre-tombe, qui lui dit :

« Emmanuel ! Emmanuel ! »

Alors Emmanuel alla vite se cacher au-dessous du comptoir de la banque. Il avait très peur.

Mais la voix reprit : « Emmanuel, je te vois. Sors de là, lève-toi et marche. Allons ! Et surtout sois un homme, n'aie pas peur. »

« Mais, mais... que me voulez-vous, la voix ?  » répondit Emmanuel encore tout effrayé.

«  Emmanuel ! Emmanuel !, il faut que tu deviennes président de la République française ! »

« Mais pourquoi..., et pourquoi moi ? » bégaya Emmanuel.

« Emmanuel, ton peuple souffre et il faut que tu sauves la France. Et il n'y a que toi qui puisses le faire. Je t'ai choisi, tu seras l'élu.  »

« Mais je ne sais pas comment faire pour devenir président, je ne suis qu'un simple employé de banque » répliqua Emmanuel très étonné. »

Et la voix lui répondit : « N'aie crainte, Emmanuel, je veillerai sur toi, et je te conseillerai tout le long du chemin qui te mènera un jour jusqu'au Palais de l'Élysée ».

Et puis la voix disparut.

Revenu à la maison, le soir, Emmanuel raconta à Brigitte ce qui lui était arrivé.

Et celle-ci lui raconta alors l'histoire de Jeanne d'Arc.

Tu connais l'histoire ?

Jeanne d'Arc était une pauvre petite bergère de Lorraine ... Elle avait quinze ans.

Or, un jour qu'elle gardait ses moutons, elle entendit des voix. Des voix célestes, qui lui dirent :

« Jeanne, il faut que tu boutes les Anglais hors de France. Et pour cela, tu partiras dès demain pour aller voir le dauphin de France à Bourges. »

Ce qu'elle fit. Et cela permit au futur Charles VII, qui n'était encore que le dauphin, d'être sacré roi de France à Reims et ainsi de délivrer la France des Anglais : c'est ce qu'on appelle depuis cette époque, le Brexit.

Quelque temps après, la voix se manifesta de nouveau : « Emmanuel, Emmanuel, tu vas d'abord devenir secrétaire général adjoint de l'Élysée. »

Publicité

Tu sais, mon chéri, l'Élysée, c'est la maison du Président de la République.

Alors, Emmanuel l'annonça à son directeur et à tous ses collègues de travail. Et ils firent une grande fête le jour de son départ de la banque. Et on lui offrit beaucoup de cadeaux, parce que tout le monde l'aimait bien.

Devenu secrétaire général adjoint de l'Élysée, un jour on lui demanda d'écrire, avec d'autres personnes, un rapport. Tu sais, un rapport politique, c'est un livre qui permet de donner plein de conseils au Président de la république.

Et la voix, qui était toujours là, dit un jour à Emmanuel :

« Emmanuel, comme tu as très bien écrit ce rapport, tu vas devenir maintenant ministre de l'Économie. »

« Mais je ne sais pas comment on fait... » répliqua Emmanuel.

Et la voix de lui répondre : « Va, obéis, suis ce chemin, et n'oublie pas que je suis toujours avec toi. »

Et il devint ministre de l'Économie.

Et tu sais ce qu'il a fait ? Eh bien il a fait deux lois :

On les appelle les cars Macron, et la Loi Travail

Les cars Macron, c'est très très bien, car il est écrit dessus, qu'on peut aller de Paris à Marseille, ou de Toulouse à Paris, pour un euro seulement. Tu te rends compte ?

Et puis la Loi Travail, c'est une loi qu'il inventa afin d'aider les ouvriers à trouver plus facilement du travail. Et aussi pour que le patron de chaque entreprise accepte de recevoir dans son bureau ses employés afin de discuter ensemble des nouvelles lois sociales.

Auparavant, c'était très compliqué : on parlait de négociations syndicales-patronales, il fallait des accords de branches... Les ouvriers n'y comprenaient rien.

Désormais, tout ça, c'est fini. Si un ouvrier veut travailler plus pour gagner plus, il n'a qu'à le demander directement à son patron. Tout simplement. C'est chouette, n'est-ce pas ? Et c'est Emmanuel qui a eu cette idée.

Et les ouvriers, dès qu'ils eurent connaissance de ce projet de loi, descendirent en masse dans la rue, afin de manifester et dire combien ils étaient contents de cette loi. Et ils le firent dans toutes les villes de France, et ce pendant des mois et des mois. Et tout ça pour aider Emmanuel. Super, n'est-ce pas ?

Mais au Parlement — on appelle ça l'Assemblée nationale — il y avait des grincheux : des jaloux et des méchants, des gens qui n'aimaient pas Emmanuel.

Alors, ils refusèrent de voter la Loi Travail.

Et Emmanuel était très inquiet. Il se demandait comment faire pour aider tous ces pauvres Français qui étaient dans la rue.

Mais la voix, qui savait tout et qui entendait tout, apparut un soir à Emmanuel pour lui dire :

« Emmanuel, Emmanuel, n'aie crainte, il y a le 49-3 ! »

Le 49-3, c'est un tour de magie. C'est fait pour embêter les méchants députés, on les appelle les frondeurs. Et avec ce 49-3, on vote la loi quand même. Sans eux. C'est bien, tu ne trouves pas ?

Et tu te rends compte, le 49-3 fut utilisé pendant que les Français étaient partis en vacances, en plein mois de juillet. Et tout ça, rien que pour leur faire plaisir. Il est gentil, Emmanuel...

Et à la rentrée, la loi étant votée, les Français n'avaient plus besoin d'aller dans la rue pour manifester.

Mais au mois d'août, un mois après le 49-3, Emmanuel avait démissionné du gouvernement. 

Parce qu'il faut que je te dise aussi que, quatre mois plus tôt, alors qu''Emmanuel ne s'y attendait pas du tout, La Voix était revenue vers lui :

Publicité

« Emmanuel, Emmanuel, l'élection présidentielle approche. Quand la Loi Travail sera votée, tu démissionneras de ton poste de ministre, cet été au mois d'août. Mais auparavant, tu vas fonder un mouvement politique que tu vas appeler En marche !  »

«  Mais, je suis tout seul et je n'ai pas d’appuis politiques... » répondit aussitôt Emmanuel.

« De plus, comment pourrais-je faire, alors que je n'ai pas d'argent et que l'élection présidentielle aura lieu en France dans un an seulement ? »

Et la voix répondit :

« Emmanuel, tu iras à Londres pour faire des conférences, et aussi un peu partout. Et tu ne parleras jamais une autre langue que l'anglais. Même en Allemagne. Je vais te faire rencontrer plein de gens qui ont de l'argent, et qui vont t'aider. Va. »

Et Emmanuel s'exécuta. Il partit.

Et alors qu'en France tout s'effondrait, il s'en allait vers l'inconnu...

Finalement, il fut reconnu outre-Manche. Quelqu'un lui aurait dit : «  Je vous reconnais, Emmanuel, je vous reconnais tout seul ! » — et aussitôt plein de gens l'invitèrent, et lui donnèrent de l'argent, c'était des gens originaires de plein de pays, et surtout très riches.

Et quand il revint en France, on ne parla plus que de lui.

À la télévision, à la radio et dans tous les journaux, il n'y en avait que pour Emmanuel. Et immédiatement les instituts de sondages révélèrent que les Français souhaitaient qu'Emmanuel soit le prochain président de la République. Et pourtant, très peu avaient entendu son appel de Londres.

Et puis beaucoup de jeunes gens en France comprirent combien il fallait aider Emmanuel. Alors, ils abandonnèrent tout, et ils se mirent à marcher. Et ils marchèrent, marchèrent, partout en France. Et ils allèrent de ville en ville, de maison en maison, afin de rencontrer les Français et d'annoncer la bonne nouvelle : un sauveur nous était promis : Emmanuel.

Et c'est ainsi que la légende prit corps. Emmanuel avait un destin. Il devenait l'homme providentiel, celui qui pouvait sauver la France du désastre annoncé.

D'autant qu'à la surprise générale, François Hollande, le Président en exercice, décidait de ne pas se représenter à l'élection présidentielle.

Dès lors, la voie était libre.

Il obtint bien sûr beaucoup de parrainages, et fut déclaré officiellement candidat à la présidence, et ce avec dix autres personnes.

Oh, bien sûr, les autres candidats à la présidence n'étaient pas très gentils avec Emmanuel, mais il tint bon. Contre vents et marées, il continua les réunions politiques, au cours desquelles on voyait plein de gens agiter des drapeaux et applaudir très fort, tous ensemble et au même moment : un peu comme s'ils s'étaient donné le mot.

Et finalement, les Français décidèrent de le récompenser : ils furent tellement nombreux à voter pour lui, lors du premier tour, qu'il arriva en tête. Et tu sais contre qui il doit être au second tour ? Contre une vilaine sorcière, elle s'appelle Marine.

Mais comme désormais tout le monde aime bien Emmanuel : les journalistes, les hommes politiques de presque tous les partis, les patrons, les banquiers, et même certains candidats qu'il a pourtant battus au premier tour, etc. : et aussi parce que tout le monde continue à ne parler que de lui, à la télé, à la radio et dans les journaux, eh bien il va être élu président de la République française, le 7 mai 2017. C'est une belle histoire, n'est-ce pas mon chéri ?

Allez, mon poussin, maintenant au dodo. Et fais de beaux rêves. Emmanuel veille sur toi. Et sur la France.

 

P.S. : Pour celles et ceux qui ne croiraient plus aux contes de fée, voici quelques liens utiles. Parmi d'autres.

http://www.les-crises.fr/video-presidentielle-2017-tout-savoir-ou-presque-sur-le-parcours-de-macron/

https://changera.blogspot.fr/2017/04/presidentielle-2017-le-coup-detat-de.html

 



48 réactions


  • BA 28 avril 2017 17:41

    En France, qu’est-ce que la nouvelle aristocratie ?

    Réponse :

    C’est la caste formée par les hommes politiques européistes, les grandes banques françaises, les grands patrons, les journalistes de la presse papier, les journalistes de la radio … et bien sûr les journalistes de la télévision.

    Cette solidarité entre les membres de la nouvelle aristocratie se dévoile parfois, involontairement, devant les caméras de télévision.

    Dernier exemple en date :

    La journaliste Ruth Elkrief fait un check passionnel avec Emmanuel Macron sur BFM TV.

    Une « rapide poignée de main »  : le soir qui suit son intervention à l’usine de Whirlpool d’Arras, le mercredi 26 avril 2017, Emmanuel Macron tenait un meeting dans la ville même.

    Surpris par le direct, Emmanuel Macron prend discrètement mais affectivement la main de Ruth Elkrief alors qu’il passe près des caméras.

    https://www.youtube.com/watch?v=6MkgJ9AJjVA


  • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 28 avril 2017 17:44

    En fait, la fée Brigitte avait trouvé un tétard dans une mare, et elle lui avait fait un baiser pour qu’il se transforme en prince charmant.


    Il suffira que la vilaine sorcière lui fasse un autre baiser pour qu’il redevienne un crapaud à pustules.

    Il le sait bien, le petit asticot : c’est pour ça qu’il ne veut pas faire de baiser à la vilaine sorcière.

    • JBL1960 JBL1960 29 avril 2017 22:44

      @Jeussey de Sourcesûre Pourtant, le petit asticot explique aux enfants, lors de l’émission « Tous au tableau » qu’avec Brigitte il avait décidé de ne pas avoir d’enfants et de s’occuper des siens, et sans rire de rajouter qu’ils avaient déjà 7 petits enfants, à 39 ans, tétard s’est reproduit comme une amibe...
      Tenez, dans cette vidéo du Macaron « Tous au tableau » il explique aussi, vu de sa marre pourquoi la mer est bleue et raconte n’importe quoi, plutôt que de dire je ne sais pas ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/04/29/je-ne-sais-pas/ Alors il y a un peu plus, comme la parole Zapatiste, et le communiqué de la Fédération Anarchiste qui précise que « Changer le monde ne passe pas par le changement des dirigeants » qui revient à dire, que si voter changeait quelque chose... Notons que François Ruffin appelle à voter Macron, devant les salariés de Whirlpool et à le combattre dès le 8 mai au matin... Wouahhh ! Normal, Ruffin, est candidat aux législatives...
      Tenez, vous qui suivez la résistance à Sioux Standing Rock, le dernier article de Mohawk Nations News, traduit par Résistance71 et dont l’illustration est issue de l’article original et la légende est traduite dans le corps de mon billet ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/04/27/la-strategie-de-linutile-par-mohawk-nation-news/
      Peut-être qu’on pourrait également rappeler à ceux qui l’ignorent que Wall Street a financé et la Révolution Bolchévik, et la montée en puissance d’Hitler par exemple ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/04/23/pr-antony-c-sutton-en-francais-par-resistance71-versions-pdf-par-jbl1960/ Comme candidat anti-système on fait mieux !


  • Piere CHALORY Piere CHALORY 28 avril 2017 17:52

    Le fabuleux destin d’E.M raconté en 3d par les taiwainais, video 1mn 47s, sous titrée en anglais mais facile à suivre rien qu’avec les images ;




  • BA 28 avril 2017 18:32

    Depuis que les élections existent en France, tous les candidats ont TOUJOURS dit aux Français qu’ils allaient défendre leurs intérêts.

    Or, pour la première fois dans l’histoire de France, un candidat aux élections (Macron) prononce cette phrase incroyable devant les caméras de télévision : « Mais je ne vais pas dire aujourd’hui aux Françaises et aux Français que je vais défendre leurs intérêts face à Berlin. »

    C’est du pétainisme.

    Le pétainisme, c’est quand un homme politique français refuse de défendre les intérêts des Français.

    Le pétainisme, c’est quand un homme politique français fait la politique favorable aux intérêts des Allemands.

    Emmanuel Macron incarne l’éternel pétainisme des élites françaises.

    Jeudi 27 avril, sur TF1, Emmanuel Macron prononce ces phrases ahurissantes :

    Question de la journaliste :

    « Vous allez être face à Angela Merkel. La France sera en position de faiblesse. Comment vous allez réussir à vous imposer ? »

    Réponse d’Emmanuel Macron :

    « D’abord je ne suis pas face à Berlin, je suis avec Berlin. Qu’on le veuille ou non. Parce que notre destin est là. Nous avons des différences. Nous aurons des désaccords. Mais je ne vais pas dire aujourd’hui aux Françaises et aux Français que je vais défendre leurs intérêts face à Berlin. Non. »

    TF1 Le JT

    ✔ @TF1LeJT

    @EmmanuelMacron  : « Je ne suis pas face à Berlin. Je suis avec Berlin. » #Elysee2017

    10:27 PM - 27 Apr 2017

    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/04/28/emploi-terrorisme-second-tour-ce-qu-il-faut-retenir-de-l-emission-sur-tf1-d-emmanuel-macron_5118975_4854003.html


    • mmbbb 28 avril 2017 21:25

      @BA Macron a dit la France n a pas de culture, il brade notre pays Il est etonnant que Fillon ait demande a voter Marcron Fillon est une grosse pute et ce cretin n’a pas encore assez recu de beignes de la gauche Pourriture cette classe poltique


    • vesjem vesjem 28 avril 2017 21:34

      @BA
      jamais entendu des réponse d’abruti pareil !


    • Piere CHALORY Piere CHALORY 29 avril 2017 09:33

      @BA


      « D’abord je ne suis pas face à Berlin, je suis avec Berlin. Qu’on le veuille ou non. Parce que notre destin est là. Nous avons des différences. Nous aurons des désaccords. Mais je ne vais pas dire aujourd’hui aux Françaises et aux Français que je vais défendre leurs intérêts face à Berlin. NON ! »

      Donc pour ceux qui n’ont pas encore compris, il s’agit d’un virage sémantique à angle droit. Une manière d’assumer en parole le mépris du peuple qu’il entend représenter bientôt.

      Dans le fond et dans la mesure ou on accepte déjà que le président de la république française fasse précisément le contraire de ce qu’il dit ( hollande et son ’mon ennemi c’est la finance’ qui nomme ensuite comme ministre de l’économie le pondeur de la loi ’’el komri’’ ; Emmanuel Macron, employé de la banque Rotschild, (sarkozy qui bafoue le référendum de 2005 puis qui raye de la constitution le délit de haute trahison) ; dans la mesure ou les mougeons se contentent de lancer quelques oeufs à la face de leur futur tyran, celui-ci passe un cap dans la soumission de la ressource humaine dite populaire.

      Plus besoin de baratin, je suis aux ordres du reich allemand (made in USA), je collabore, non, je ne collabore pas, je suis un néo-con (nazi new age) qui va tous vous mettre à l’amende avec mes ordonnances ; vous tous, abrutis de français, qui n’avez pas de culture, êtes illettrés en majorité, et qui êtes des criminels contre l’humanité...

      Alors n’oubliez pas ;

      Le 7 mai, pensez printemps !

       smiley





  • Jeekes Jeekes 28 avril 2017 19:20

    « Si un ouvrier veut travailler plus pour gagner plus, il n’a qu’à le demander directement à son patron. »
     
    Et si un patron veut qu’un ouvrier travaille plus pour gagner moins, il n’a qu’à le demander directement à l’ouvrier.
    Et si l’ouvrier veut pas, ben le patron le vire.

    C’est le miracle selon saint micron...

    Elle est pas belle la vie ?
     
     :->
     


  • Taverne Taverne 28 avril 2017 19:57

    Allez ! Combien y a-t-il des articles diabolisant Macron par jour sur ce site ? 8 ou 10 ?

    Moi aussi, j’ai une petite histoire à conter  :

    Un matin, une petit rédacteur en mal de notoriété s’aperçoit qu’il peut se faire choyer par les lecteurs d’Agoravox en faisant lui aussi un article traînant le candidat dans la boue. Il vit que n’importe qui pouvait écrire - même avec ses pieds ! - un article anti Macron et que la modération les publiait en toute hâte, aussi mal écrit soit l’article (celui-ci n’est pas le pire).

    Et ce fut le succès immédiat  ! Depuis, l’auteur devint le héros qu’il rêvait d’être : un véritable résistant ! Il eut beaucoup de commentaires élogieux et tout plein de votes positifs.

    Finalement, c’est facile, se dit-il, il suffit de se conformer à la tendance à la mode : le lynchage.

    Alors Dieu lui parla, juste à lui et dit ceci :« Merci d’avoir participé à l’élection de Marine Le Pen ». Puis il entendit un grand rire sardonique. « Mais, mais, et si ce n’était pas dieu, se dit-il ». Mais trop tard.


    • Taverne Taverne 28 avril 2017 21:12

      @♫♪ Ridipayass ♫♪

      Oh zut alors ! J’ai été moinssé par un autre héros. Mais que va-t-on faire de tous ces braves ? Il n’y aura jamais assez de médailles pour tous.


    • PiXels PiXels 28 avril 2017 21:13

      @Taverne
      .

      Comment dire ?

      Ben en fait je sais pas !

      Moi habituellement si volubile, face à tant de pleutrerie... je ne sais que répondre.

      A part peut-être : va lui faire une petite fellation avant qu’il te la mette profonde !
      (mais c’est peut-être un peu osé, non ?)

    • mmbbb 28 avril 2017 21:28

      @Taverne Vous qui etes un intello, Macron a dit que la France n a pas de culture Je sais tres bien que les intellos peuvent etre tres con et je m arrête la Vous comprendrez aisément le syllogisme


    • Taverne Taverne 28 avril 2017 21:28

      @PiXels

      Non, chacun doit assumer lui-même ses fantasmes. Alors, faites donc...

      P.S :
      Grossier personnage !


  • pallas 28 avril 2017 21:10
    Thierry SALADIN

    Il est malheureux que je doive faire cours sur de sujet qui ne le devrais pas.

    Bon je m’en tape.

    Monsieur Macron, le voila face au « Concert des Nations », je lui souhaite bienvenu.

    Vous allez comprendre que cela n’est pas un simple jeu, en tout cas, il vous ferait grief de vous ressaisir, car ça n’ai pas l’échauffement, juste une mise en bouche pour touriste.

    Notre Sieur Président Macon va ce faire «  »« Laminer »«  »«  ».

     :

    Salut


  • franc tireur 28 avril 2017 21:36

    Il logiquement bénéficié du « tous dehors » des francais ,qui ne voulaient plus de la gauche , ni de la droite et ne sont pas encore prets a oser l’election MLP ( les francais ont 3000 milliards d’épargne a protéger )


  • pallas 28 avril 2017 21:47


    Thierry SALADIN

    C’est l’heure de la guerre.Vous ne pouvez rien autre, voir regarder, nous y voila.

    Monsieux, de choix il en a pas

    Cela n’est qu’un prélude, le fort survie et le faible disparait

    Soyez à la hauteurs de vos prétentions, je n’est pas de pitié :

    Salut


  • egos 28 avril 2017 21:58

    Franchement, la photo du sherpa préféré de Mitterrand gâche tout le palis attendu de la lecture de cet ’article prometteur.

    Il faut espérer que la sensibilité des patients du docteur soit abordée avec une approche plus précautionneuse.
    A déconseiller aux enfants.

  • egos 28 avril 2017 21:59

    plaisir/palis


  • lloreen 29 avril 2017 07:57

    C’est excellent.
    Et la maman de rajouter en lui donnant un baiser :« Emmanuel, mon ange, signifie l »envoyé de Dieu"...


  • lloreen 29 avril 2017 08:00

    Du « Dieu » Rothschild...duquel il est l’associé-gérant.
    Pour ceux qui ne connaîtrait pas ces satanistes, voici leur histoire.
     https://newsofscs.wordpress.com/2015/09/14/la-dynastie-des-rotschild-comment-ses-banquiers-satanistes-nous-gouvernent/


  • lloreen 29 avril 2017 08:08

    Un ex-banquier hollandais illuminati dévoile l’horreur des sacrifices rituels dans la haute finance dirigée par les Rothschild & consorts.
    https://www.dailymotion.com/video/x5jyq7e_luciferisme-et-sacrifices-rituels-dans-la-haute-finance-temoignage-d-un-insider_school


  • BA 29 avril 2017 08:30

    Dimanche soir, pour fêter la victoire d’Emmanuel Macron, trois banquiers de la banque Rothschild étaient au premier rang.

    Lisez cet article du Canard Enchaîné :

    Macron et ses groupies de la banque Rothschild.

    Dimanche 23 avril, deux associés gérants de la banque d’affaires Rothschild, avec lesquels Emmanuel Macron a travaillé durant près de quatre ans (de septembre 2008 à mai 2012), se pressent au premier rang du QG du Parc des expositions, porte de Versailles, pour filmer avec leurs téléphones portables l’arrivée du vainqueur du premier tour.

    Accompagné de Laurent Baril, star des fusions-acquisitions de la banque d’affaires, Olivier Pécoux, co-président du comité exécutif du groupe Rothschild & Co, est un brin gêné d’être repéré par une journaliste du Canard Enchaîné.

    « Je suis ici incognito », insiste le bras droit de David de Rothschild, alors qu’il fait partie des récidivistes. Le 13 juillet 2016, Olivier Pécoux avait déjà assisté au premier meeting parisien d’Emmanuel Macron.

    Ce 23 avril, Baril et Pécoux retrouvent un ancien camarade de la maison Rothschild : Lionel Zinsou, ex-conseiller de Laurent Fabius à Matignon et ex-premier Ministre du Bénin.

    Les trois banquiers s’émerveillent à l’idée que Macron, qu’ils ont connu « bébé », puisse l’emporter. Il serait le second Rothschild, après Georges Pompidou, à gravir sous la Ve République les marches de l’Elysée.

    L’Histoire – et les vraies gens – en marche …

    Source : Le Canard Enchaîné, mercredi 26 avril, page 2.


  • Papybom Papybom 29 avril 2017 10:10

    Bonjour Thierry SALADIN

    Pour le deuxième tour, un bulletin Macron-Trogneux ?

     

    « Si demain je suis élu, ou quand demain nous serons élus, [Brigitte] aura à ce moment-là ce rôle, cette place, cette exigence. [Elle ne sera pas] placée derrière, pas dissimulée, pas derrière ou un tweet ou une cachette ou autre. Elle sera à mes côtés parce qu’elle a toujours été à mes côtés ! » Afin d’apporter à son époux, dixit l’intéressé, « son regard (...), ses valeurs, sa volonté, et son exigence ». 

    Source

    Pas d’emploi fictif, emploi affectif. C’est un style d’assistante maternelle.

    Cordialement.


  • BA 29 avril 2017 10:39

    Toi aussi, vote pour la collaboration avec l’Allemagne.

    Toi aussi, vote pour faire la politique de l’Allemagne.

    Toi aussi, vote pour l’Europe allemande.

    Dimanche 7 mai 2017, Jean Lemierre, le président de la banque BNP Paribas, votera pour Emmanuel Macron.

    Frédéric Oudéa, le patron de la banque Société Générale, votera Macron.

    François Pérol, le patron de la banque Banque Populaire - Caisse d’Epargne, votera Macron.

    Dominique Lefebvre, le patron de la banque Crédit Agricole, votera Macron.

    Bernard Arnault, le patron de LVMH, votera Macron.

    Jean-Paul Agon, le patron de L’Oréal, votera Macron.

    Martin Bouygues, le patron de Bouygues, votera Macron.

    Serge Dassault, le patron de Dassault, votera Macron.

    Arnaud Lagardère, le patron de Lagardère, votera Macron.

    Tous les banquiers, tous les grands patrons du CAC 40 voteront Macron.

    En plus de tous ces collabos, la grande patronne de l’Union Européenne Angela Merkel votera Macron.

    La chancelière allemande Angela Merkel a indiqué dans un entretien à des journaux allemands qu’elle souhaitait l’élection du candidat centriste Emmanuel Macron en France, qui serait un « président fort ».

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/04/28/97001-20170428FILWWW00322-merkel-confiante-que-macron-sera-un-president-fort-s-il-est-elu.php


  • lloreen 30 avril 2017 08:48

    Un proche de Macron impliqué dans une affaire de pédocriminalité.
    http://stopmensonges.com/un-proche-de-macron-implique-dans-un-enorme-scandale-de-reseau-pedophile-dans-un-centre-pour-enfants/

    Beaucoup parlent de pédophilie mais ce mot est employé à mauvais escient pour décrire ces criminels.
    Un pédophile aime les enfants (francophile,bibliophile,...).Or, quelqu’un qui aime les enfants ne leur fait pas de mal !


    • Taverne Taverne 30 avril 2017 11:58

      @lloreen

      Lisez les faits. Il a été condamné pour autre chose que ce que le titre annonce en gros caractères. Vous vous faites manipuler. Pour ce qui est des faits odieux dénoncés dans le titre, il n’a pas été mis en cause par la justice. Comme le montre une analyse objective des choses : ni Wikipedia ni Libération, le journal qui en avait parlé en 2006, n’a reparlé de cette affaire, ce qui est normal puisque en France, du moins tant que Le Pen n’est pas présidente, on ne condamne pas sans aucune preuve ni sur la foi de simples on-dits. Ecrire « Il est mêlé de près à l’affaire Megel » onze ans après cet article est donc un mensonge et une manipulation peu élégante des esprits. C’est même une affirmation qui pourrait entraîner des actions en justice pour diffamation.


  • lloreen 30 avril 2017 15:14

    « Lisez les faits. Il a été condamné pour autre chose que ce que le titre annonce en gros caractères. »
    J’ai bien lu les faits. Qui se ressemble s’assemble.


  • lloreen 30 avril 2017 15:23

    «  Il est mêlé de près à l’affaire Megel » onze ans après cet article est donc un mensonge et une manipulation peu élégante des esprits. »

    Onze, quinze, vingt-trois ou quarante sept ans, les crimes sont imprescriptibles. La manipulation des esprits consiste plutôt à faire croire qu’après dix ans on passe l’éponge.
    Quant à tout le reste, il existe aussi des conventions. Les mafieux ne s’en tireront pas à si bon compte et les faits les rattraperont tôt ou tard. Il ne manque plus que de plus en plus de gens de bien commencent à dénoncer ces criminels et à appuyer les quelques-uns qui s’engagent et l’effet boule de neige fera le reste.

    http://www.ohchr.org/FR/ProfessionalInterest/Pages/WarCrimes.aspx


  • Lengage Lengage 30 avril 2017 15:57

    Des personnalités du monde entier appellent à faire barrage à Macron !


    • Taverne Taverne 30 avril 2017 16:09

      @Lengage

      Que des gens qui prônent la haine enver les Juifs.

      matrice juive«  ??!!

      Je ne savais pas que le IIIème Reich avait un site occulte. Avec un appel aux mélenchonistes ! Mélenchonistes hésitants, allez-y voir, Marine vous tend les bras et ses belles idées dont la principale à retenir selon ce site : »Adolf n’a pas terminé le travail".

      Ils sortent du bois et aboient en pleine lumière. Le 14 juillet, ils défileront sur les Champs ! 


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 30 avril 2017 16:50

    «  »Voici une très belle histoire. Une de celles qui ne peuvent que faire rêver les enfants.«  »

    Oui, mais fallait-il réduire Bagdad en poussières au lieu juste de démonter les perfides histoires des Milles et Une Nuit ? 


    Car nul doute qu’un mauvais choix appelait à « Delenda Francia » ! 

    -------------

    Les faussaires récolteront ce qu’ils auront semé.


    FRANÇAISES, FRANÇAISES FAITES LE BON CHOIX ET LE CIEL VOUS AIDERA ...


  • lloreen 1er mai 2017 10:21

    Les français ont le choix de prouver qu’ils ne veulent ni de la peste, ni du choléra.
    Ils ont à leur disposition un outil de droit reconnu par le droit international, crée par un collectif de français, conformément aux dispositions de l’ article 35 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. C’ est le conseil national de transition, un outil juridique qui a déjà été utilisé à plusieurs reprises dans différents pays du monde.

    Les français peuvent opter pour un destin à l’islandaise, occulté -faut-il s’en étonner- par tous les médias européens de masse en 2009.
    Rappel des faits.
    http://www.wikistrike.com/article-revolution-loin-des-medias-l-islande-reecrit-entierement-sa-constitution-99142021.html

    Depuis que les islandais ont chassé leurs politiciens corrompus, la dette hypothécaire des ménages a été annulée par deux fois.
    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20131202trib000798843/l-islande-va-effacer-une-partie-de-la-dette-des-menages.html
    https://fr.express.live/2014/11/20/lislande-annule-encore-une-fois-une-partie-des-emprunts-immobiliers-des-menages-exp-209361/

    Ils ont aussi l’option canadienne, qui consiste à intenter une action en justice contre la loi Rothschild de 1973 et en obtenir l’annulation pour inconstitutionnalité comme cela fut le cas le 26 janvier 2015.
    https://lesbrindherbes.org/2015/05/02/economie-mais-oui-on-peut-il-faut-juste-le-vouloir/


  • biquet biquet 1er mai 2017 10:30

    J’ai déjà écrit 2 articles dans AV qui ont été refusés tous les 2. Je viens d’en écrire un troisième qui va subir le même sort. Pourtant la référence historique de Delanoë a été relayée par tous les médias.
    Le titre de l’article est : Delanoë, grand manipulateur de la vérité historique

    Pierre Delanoë a déclaré que si Hitler était arrivé au pouvoir c’était parce l’extrême gauche allemande (traduire « le parti communiste ») avait refusé de s’opposer à Hitler en ne participant pas à un front commun, avec le SPD (sociaux-démocrates), anti-Hitler. La réalité est exactement inverse.

    Aux élections présidentielles de mars 1932, le parti social démocrate allemand (SPD) a soutenu Hindenburg pour faire barrage aux nazis, alors que le DKP (parti communiste) a présenté son candidat. Hindenburg a obtenu 49,53 %, ne passant pas dès le premier tour pour quelques milliers de voix. En janvier 1933, c’est le même Hindenburg qui nomme Hitler chancelier. Le parti nazi était alors en totale déconfiture, aux élections municipales de décembre 1932 en Thuringe, le parti nazi perd 40 % de son électorat par rapport aux législatives de juillet. De nouvelles élections législaves ont lieu en novembre 1932 et le parti nazi perd 34 députés par rapport à celles de juillet. C’est donc Hindenburg, soutenu par les sociaux-démocrates et les bourgeois conservateurs, qui a installé Hitler au pouvoir en janvier 33. Hitler n’ayant pas de majorité, il décide de nouvelles élections législatives le 5 mars 1933. En fait les dernières élections libres en Allemagne vont être les élections législatives de novembre 1932, où le parti nazi était en net recul. Dans la nuit du 27 au 28 février, les nazis dirigés par Göring, manipulent un communiste d’origine hollandaise pour incendier le Reichtag. Le parti communiste est mis hors la loi et ne peut participer aux élections alors qu’il était le seul parti en réelle progression. C’est la fin de la démocratie en Allemagne jusqu’en 1945.

    Dans la réalité les sociaux démocrates allemands sont indirectement responsables de l’accession au pouvoir d’Hitler en ayant refusé le Front populaire avec les communistes et en ayant soutenu Hindenburg aux présidentielles. Certes le SPD a bien soutenu Hindenburg pour faire barrage à Hitler et Delanoë a raison à ce moment de l’Histoire, mais bien sûr il oublie de dire que c’est la personne qu’ils ont soutenue, qui par la suite a ammené Hitler au pouvoir.

    Heureusement Macron n’est pas Hitler, même si dans son discours d’Arras il lui empreinte la gestuelle et surtout l’hysthérie vocale. Le meilleur vote anti-fn c’est le vote blanc : c’est la seule façon de montrer qu’on ne se laissera pas faire avec Macron, qu’il ne sera pas le marche-pied de Marine Le Pen pour permettre son élection en 2022. De toute façon Macron sera élu, grâce aux électeurs manipulables qui respectent les consignes de vote ; mais si le vote blanc est important, cela montrera à Macron que la bataille des législatives est loin d’être gagnée.

    Pour voter blanc il suffit de ne rien mettre dans l’enveloppe ou de prendre une feuille blanche format A4 et prendre le quart de sa surface (dimension du bulletin de vote).


  • Francis, agnotologue JL 1er mai 2017 11:16

    Bravo pour cette très distrayante histoire.

     
     Macron c’est notre Obama à nous.
     
    Le vieux clivage Droite gauche alias lutte des classes est mort et sera bientôt enterré. Il est de plus en plus évident que Macron est en train de ramasser à la petite cuillère le PS et le LR pour en faire un parti qui sera bientôt nommé Parti Démocrate (PD) ; et en même temps,MLP est en train de faire une OPA sur les classes de gauche (et non pas les partis, la nuance est importante (*)) pour créer le futur Parti Républicain (PR). 
     
    Exit la gauche : RIP !
     
    Et tout ça en live sous nos yeux ébahis et sous les yeux concupiscents du CAC40 et de la Finance internationale.
     
    Dimanche prochain, aucune voix de gauche ne devrait cautionner le choix scélérat qui lui est imposé.
     
     (*) exit avec la gauche, les syndicats et la FI. Les autres partis de gauche n’avaient plus de gauche que le nom.

  • lloreen 1er mai 2017 16:43

    Le conseil natonial de transition lance un appel au ralliement de tous les français le 6 mai place de la république à Paris.
    L’appel des membres du CNTF aux français.
    https://www.youtube.com/watch?v=aGbp9n35_1w
    https://www.youtube.com/watch?v=cwE_f-eS2mQ
    https://www.youtube.com/watch?v=z6BbNMV7-_Y

    Annulation des élections présidentielles.
    https://www.youtube.com/watch?v=I-2XUcOW3iA

    Mandat d’arrêt contre messieurs Sarkozy, Valls et Hollande lancé par le conseil national de transition de France.
    http://www.conseilnational.fr/haute-trahison-et-atteinte-a-la-surete-de-letat/


  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 mars 2020 16:55

    Pour montrer le médiocrité de Macron au vu de son parcours je propose mieux que la vidéo dont vous donnez le lien. N’étant pas particulièrement modeste, je propose ni plus ni moins le chapitre « Du lycée à l’Elysée » de mon livre « Macron démission Révolution ». Je l’envoie en 2 parties pour qu’il puisse passer

    =-=-=-=-=-=-= 1 ère Partie =-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

    Emmanuel Macron a suivi une scolarité de bon élève sans plus. Ceux qui l’ont suivi dans les deux lycées qu’il a fréquentés puis à l’université témoignent qu’il avait une relation à l’autorité assez singulière. Nous observons cela dans le reportage du 21 novembre 2016 sur France 3, intitulé « Macron, la stratégie du météore ». Les citations qui suivent sont extraites de ce reportage qui se trouve sur YouTube. Il cherchait sans cesse à avoir une relation individuelle avec les profs et les autres adultes de l’établissement en commençant par les appariteurs. Il se comportait en lèche-bottes par instinct cherchant à discuter seul à seul avec chacun d’eux. Cela lui a d’ailleurs valu d’avoir une relation amoureuse avec sa prof de théâtre qu’il épousera plus tard. Celle-ci dépeint son comportement avant leur rencontre amoureuse :

    « Il discutait toujours avec les profs (…) Il avait un rapport à l’adulte, à tous les adultes, aux autres profs, au directeur... d’égal à égal ».

    Aurélien Lechevallier qui l’a connu à Sciences-Po et qui deviendra son conseiller aux affaires internationales après avoir été le conseiller diplomatique d’Anne Hidalgo raconte  :

    « On allait saluer les appariteurs et là, Emmanuel, il passait cinq à dix minutes – c’est long. Hein ! – à discuter avec eux et sincèrement il avait développé des relations amicales. (…) Il s’adressait aux autres exactement de la même manière, avec la même gentillesse et la même bienveillance que ce soit notre grand professeur d’université très connu, l’appariteur (…) ».

    Il a par la suite bluffé sur ses performances. Il n’a rien du génie que ses laudateurs ont voulu décrire. Il n’a jamais fait quoi que ce soit qui ressemble à une « thèse » de philosophie. Il a évoqué un travail sous la direction du professeur Etienne Balibar qui, pour sa part, n’en a gardé aucun souvenir. Bref ! il a menti pour se faire mousser ou a laissé courir, sans les démentir, des rumeurs qui lui étaient favorables. Cela n’est assurément pas une marque de grande intelligence.

    Dès le lycée, il se plait à éblouir, à épater ses copains. Voici ce que raconte Jean-Baptiste Froment qui était avec lui en classe prépa à Henri IV.

    « Macron donnait un peu le sentiment que sa vie, ou une partie de sa vie, était ailleurs ce qui, quand on est en classe prépa, notamment à Henri IV, est quelque chose de très baroque, enfin qui n’a pas beaucoup de sens parce qu’on est censé travailler à 100% du temps. Moi, il m’expliquait qu’il était en train d’écrire un grand roman. Donc, quand même, écrire un roman ça prend un peu du temps. (…) C’était un grand roman qui avait lieu en Amérique du Sud. C’était ce qu’on appelle un roman picaresque : l’époque du XVIIème siècle, la conquête espagnole. Il y avait des histoires d’indiens d’Amérique du Sud… Je ne sais pas des Mayas, des Incas. Voilà, on n’était pas dans un petit récit d’autofiction du quartier latin. C’était un truc avec un peu du souffle à l’ancienne. »

    Evidemment, personne n’a vu le livre. Mais, apparemment Jean-Baptiste Froment s’est laissé bluffer puisqu’il raconte que seule Brigitte l’a lu et que, puisqu’ils n’étaient pas satisfaits, il en a écrit un autre.

    Il était certainement beau parleur, hâbleur, un tantinet fabulateur voire même mythomane mais au moment venu de passer des concours, il a bien fallu qu’il laisse tomber ses oripeaux.

    Il a tenté deux fois d’entrer à l’ENS. Mais, il a été recalé les deux fois. Comme quoi, il ne faut pas confondre ambition et prétention. Il avait dû suivre des filières littéraires car il ne brillait pas en mathématiques et cela restait un handicap. Jean-Baptiste de Froment raconte encore :

    « A l’oral, il avait toujours de bonnes réactions. Même voilà… Il se trouve qu’on faisait des mathématiques dans cette prépa… et, en mathématiques, il avait… il était pas très très bon mais, à l’oral, il donnait le sentiment d’avoir un peu l’intuition de la façon dont il fallait résoudre le problème. Typiquement, en mathématiques, il n’y a pas 36 cas de figure : soit vous avez la solution, soit vous l’avez pas. Ben lui, il trouve la troisième voie entre celui qui n’a pas la solution et celui qui l’a qui est : celui qui a l’air d’avoir compris quelque chose et qui va vous emmener quelque part en vous embobinant alors que malgré tout, la solution n’est pas là.  »

    Vraiment, quel talent ce Macron qui n’est certes pas bon en mathématiques mais qui sans avoir la solution donne le sentiment d’avoir un peu l’intuition de la façon dont il faudrait s’y prendre et a, malgré tout, l’air d’avoir compris quelque chose ! Il est vraiment doué pour le baratin.

    Seulement voilà, dans un concours, les mathématiques sont une épreuve écrite. Il n’est pas possible de bluffer et Emmanuel Macron n’avait pas le niveau pour ce concours. Il a dû se rabattre en 2002 sur l’ENA de Strasbourg. Il en sort en 2004 pour prendre un poste à l’inspection des finances où il rencontre Jean-Pierre Jouyet et comprend très vite l’intérêt qu’il peut y avoir à se placer dans son sillage. Bingo ! Il sait se faire remarquer et Jean-Pierre Jouyet va le cornaquer. Cet homme, assez peu connu du grand public, est en fait un des plus puissants hommes politiques français des dernières décennies. Il occupe des postes clefs auprès de tous les gouvernements de gauche et de droite où il s’assure et contrôle que la politique décidée par les commissaires européens est bien appliquée. Il a tout particulièrement œuvré à inhiber le résultat du référendum de 2005.

    En 2007, Jean-Pierre Jouyet envoie son protégé dans la « commission Attali » mise en place à la demande de Nicolas Sarkosy. Dans cet organisme, qui est en fait au service des banquiers et des patrons du CAC40, le zèle qu’Emmanuel Macron déploiera le fera remarquer par Attali lui-même qui sera désormais son protecteur. Ces deux grands-kapos que sont Jean-Pierre Jouyet et Jacques Attali lui font rencontrer François Hollande dès cette époque c’est-à-dire avant même l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la république. A ce moment personne ne pense encore que François Hollande pourrait être Président de la République mais Emmanuel Macron entame néanmoins une stratégie de séduction envers lui. Il se fait également remarquer par les cadres de la banque Rothschild mais il pense aussi un moment se faire embaucher chez Morgan Stanley, la fameuse banque américaine. Il y rencontre un certain Bernard Mourad qui s’occupe notamment des affaires de Patrick Drahi. Bernard Mourad lui fait d’ailleurs passer un entretien d’embauche et les deux hommes sympathisent. Bernard Mourad lui conseille plutôt d’aller chez Rothschild ce qu’il fera. Emmanuel Macron restera très lié avec Bernard Mourad. S’agira-t-il vraiment d’une amitié ou vise-t-il tout l’intérêt qu’il y aurait à entrer en relation avec Patrick Drahi si son nouvel « ami » lui en donnait l’occasion ? Emmanuel Macron s’intéresse en effet beaucoup aux milliardaires et fait tout ce qu’il peut pour se faire bien voir par eux. Toutes les pistes qui peuvent mener vers eux l’intéressent. D’ailleurs, à la même époque, précisément le 8 mai 2007, sa compagne Brigitte Trogneux entre comme prof de français au lycée privé jésuite Saint-Louis de Gonzague dans le XVIème arrondissement. Ce lycée est plus connu sous le nom de « lycée Franklin ». Il accueille bien évidemment les enfants de la bonne bourgeoisie. Brigitte Trogneux y a enseigné jusqu’en juin 2015. Elle a eu pour élèves les trois fils cadets de la plus grosse fortune de France : Bernard Arnault. De là à faire la connaissance du papa et de toute la famille il n’y a qu’un pas.


  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 mars 2020 16:56

    =-=-=-=-= 2ème partie =-=-=-==-=-=

    Le fait qu’Emmanuel Macron connaisse très bien Bernard Arnault est connu. Lors de l’entretien Macron-Bourdin-Plenel du dimanche 15 avril 2018 sur BFM-TV. (Voir sur YouTube la vidéo intitulée  : « Macron, un an après : le grand entretien en intégralité  ») le journaliste Bourdin a rappelé qu’ils sont « amis ». Nous lui laissons la responsabilité de cet adjectif car il n’est pas certain que les relations entre un lèche-bottes et ses « appuis » relèvent réellement de l’amitié. On se souvient qu’Emmanuel Macron avait botté en touche en disant « Je n’ai pas d’amis… Je suis le Président ». Tout le monde a surtout compris qu’il n’a pas nié cette réalité.

    Le fait qu’Emmanuel Macron connaisse Xavier Niel est également connu car cela a été publié plusieurs fois dans la presse. On trouve d’ailleurs facilement sur internet des photos du couple des Macron avec Xavier Niel et sa compagne qui s’appelle Delphine Arnault. Eh oui ! Il s’agit tout simplement de la fille ainée de Bernard Arnault. Ils ont d’ailleurs eu ensemble la petite Elisa Arnault née le 17 août 2012 qui est, à ce jour, l’unique petite-fille de Bernard Arnault. Cette naissance scelle donc un lien indissoluble entre Bernard Arnault et Xavier Niel. C’est dire qu’il n’est guère possible de fréquenter assidument l’un des deux sans connaître l’autre.

    Nous avons la certitude que les deux couples ont sympathisé au moins à partir de l’été 2014 puisqu’ils ont déjeuné ensemble à Los Angeles à cette époque. En 2016 le couple dîne « chaque semaine ou presque » chez Bernard Arnault (« Les Macron », Fayard, 2017 de Caroline Derrien et Candice Nedelec). La presse people rapporte d’ailleurs largement que la garde-robe de Brigitte Macron est gérée par la maison « Louis Vuitton » dont la patronne, nous l’avons déjà mentionné, n’est autre que Delphine Arnault. Autant dire que Brigitte Macron est vêtue par LVMH. Nous savons aussi que Xavier Niel a fait visiter son école 42, créée en 2013, à Emmanuel Macron. Les deux couples ont aussi assisté ensemble à l’inauguration de « station F » qui veut être « le plus grand incubateur de start-up du monde ». Nous trouvons sur le web plusieurs photos prises à cette occasion. Xavier Niel a par ailleurs accompagné le Président de la République lors de son voyage officiel en Algérie puis en Tunisie. Les liens sont donc étroits entre les deux hommes et aussi entre les deux couples.

    Mais reprenons l’ordre chronologique du parcours d’Emmanuel Macron. Nous en sommes au moment où il entre dans la banque Rothschild. Il rencontre dès 2009 François Henrot le directeur de cette banque qui le recrute. Emmanuel Macron sera ainsi pendant plus de trois ans banquier d’affaires. François Henrot explique avec un peu d’embarras et d’hésitations ce qu’Emmanuel Macron a appris dans cette banque : (voir sur YouTube la vidéo intitulée : « Quand Rothschild avoue avoir appris à Macron la manipulation de l’opinion »). C’est bien François Henrot qui apparaît sur la vidéo et non pas Rothschild comme le laisse entendre le titre.

    « L’art de la négociation… On est amené aussi beaucoup…et ça c’est… j’allais dire heureusement ou malheureusement utile en politique… à communiquer. C’est-à-dire à raconter des hist… une histoire… donc on y apprend d’une certaine façon aussi des techniques de… comment… j’allais… euh… pas de manipulation de l’opinion… mais de… un petit peu ».

    En effet cet apprentissage était d’un grand intérêt pour Emmanuel Macron. Nous en avons encore aujourd’hui la confirmation tous les jours. Il est par ailleurs certain qu’il avait déjà de bonnes dispositions pour réussir ce genre d’exercice. Nous avons vu en effet qu’il était capable de bluffer à l’oral pour compenser sa faiblesse en mathématiques. Dans la banque Rothschild, il n’a pris à ce sujet que des cours de perfectionnement et il nous gratifie maintenant de sa parfaite maîtrise dans cette discipline.

    Au cours de son passage chez Rothschild, il exploitera au mieux toutes les occasions pour tisser la toile de son réseau de soutien auprès des plus fortunés. Il sait que ce sont eux qui ont réellement les clefs du pouvoir et il entend bien faire la preuve de son talentueux dévouement à l’oligarchie financière. Il rencontre notamment Arnaud Lagardère en 2010, à un moment où celui-ci cherche à vendre quelques titres de presse pour faire face à des difficultés financières. Il le conseille pour la vente de ses magazines internationaux au groupe américain Hearst. C’est pour Emmanuel Macron un contact d’un grand intérêt car le « poids médiatique » du groupe Lagardère est considérable. Il aura, peu de temps plus tard, l’occasion de lui rendre un grand service. Nous en reparlerons.

    En décembre 2010, Emmanuel Macron devient associé-gérant de la banque Rothschild. Il aurait été d’ailleurs largement récompensé pour son dévouement puisqu’il aurait perçu 2,8 millions d’euros entre 2009 et mai 2012. On se demande alors comment il se fait que, plus tard, en tant que candidat à l’élection présidentielle, il déclarera l’un des plus petits patrimoines. On se demande surtout à quel moment il ment.

    Il quitte la banque en 2012 pour entrer à l’Elysée au service de François Hollande toujours poussé sur le devant de la scène par Jacques Attali et Jean-Pierre Jouyet tout en bénéficiant aussi de l’appui de François Hollande lui-même. Nous avons vu qu’Emmanuel Macron le connaît depuis 2006.

    « Il se met très vite au service de François Hollande. Il le croise une première fois en 2006 autour d’un verre chez l’ami de toujours, Jean-Pierre Jouyet. Immédiatement, le courant passe. Ils se revoient épisodiquement. Puis très régulièrement à partir de 2010. » (Article de Grégoire Biseau de 17 septembre 2012 dans Libération).

    Sa démarche va payer puisqu’il rejoint l’Elysée en mai 2012 en tant que secrétaire général adjoint de la présidence, juste après l’élection de François Hollande. Il fait donc ses tout premiers pas en politique directement à l’Elysée sans pour autant être connu du public.

    Cette ascension fulgurante est surtout due à sa capacité à se faire remarquer par les "bonnes personnes", sa capacité à servir les puissants et à se faire apprécier par eux. Nous ne voyons dans tout cela nulle trace de la manifestation d’une grande intelligence ni d’un quelconque mérite. Emmanuel Macron n’est qu’un lèche-bottes ordinaire qui réussit un parcours d’arriviste.

     

     


Réagir