jeudi 15 novembre 2018 - par Dr. salem alketbi

Le Sort du Régime des Mollahs sous les Sanctions américaines

Quelques mois après que le gouvernement Trump s’est retiré de l'accord nucléaire iranien de 2015, le deuxième train de mesures plus sévère sur les exportations de pétrole iranien est entré en vigueur cette semaine. Les États, les sociétés étrangères et les entités qui continuent à acheter du pétrole ou à faire affaire avec des banques iraniennes seraient bannis des marchés américains.

Cette décision suffirait à étrangler toute économie ou asservir toute entreprise liée aux secteurs pétroliers ou bancaire iraniens, en la privant de toute possibilité réelle de participer à l'économie mondiale.

Malgré la volonté de l'UE de maintenir l'accord sur le nucléaire iranien, les entreprises européennes auront du mal à rester en contact avec l'Iran car les lois de protection en vigueur ne suffisent pas à préserver leurs intérêts. Ils sont bien conscients que la perte des marchés transatlantiques pourrait entraîner leur effondrement.

Exclus des sanctions car "ils ont démontré des réductions significatives de leur pétrole brut", huit pays pourront temporairement continuer à importer du pétrole iranien. Deux d’entre eux ont promis de couper les importations de pétrole iranien à l’avenir, tandis que d’autres comme la Turquie ont "coopéré sur de nombreux autres fronts" avec les États-Unis.

La liste des pays exclus pourrait inclure des pays que les États-Unis devaient exclure des "sanctions les plus sévères de l'histoire", afin de ne pas gêner les relations avec eux ; de toute façon, ils ne resteraient pas attachés aux sanctions.

La décision des États-Unis devrait avoir des effets très douloureux sur l’économie iranienne. Par anticipation, Téhéran a récemment procédé à un remaniement proactif du Cabinet, impliquant principalement un changement au niveau du ministère de l'Economie. Il va sans dire que les paiements facilités aux exportations iraniennes par les Européens, qui entreront en vigueur en même temps que les sanctions, ne feront pas grand chose pour protéger son économie.

Les sanctions sévères qui ont survenues après le Plan d'Action global commun vont faire pression sur les mollahs, qui souffrent déjà de l'indignation croissante du public face à la hausse des prix, l'inflation et le chômage. Il va également mettre fin au financement des entités terroristes soutenues par l'Iran en Syrie, au Liban et au Yémen.

Le but des sanctions est de contraindre le régime, d’encourager les manifestations internes et de forcer les mollahs à se mettre à la table des négociations, à l’instar du scénario nord-coréen. La question est cependant de savoir si les sanctions peuvent avoir les mêmes conséquences dans la situation iranienne. Un exemple typique est que les sanctions historiques n'ont pas réussi à faire dialoguer les régimes.

Connaissant le régime iranien, pour que les sanctions soient efficaces, le régime lui-même doit être en jeu. En d'autres termes, la possibilité de son effondrement sous un tollé général constituera une motivation forte pour amener les mollahs à la table des négociations. Mais si les sanctions n'aboutissaient qu'aux souffrances du peuple iranien, le régime survivrait, de même que ses projets expansionnistes au Moyen-Orient.

Les sanctions imposées par les États-Unis influeront sur le sort du régime, car elles le privent de la majeure partie des revenus pétroliers, qui sont non seulement le nerf de l'économie iranienne, mais également la source du financement des projets interventionnistes du régime dans la région arabe. Après l'entrée en vigueur des sanctions américaines dans quelques mois, le régime autoritaire risque d'être étranglé.



24 réactions


  • papat 15 novembre 2018 18:57

    les ennemis d’israel sont nos ennemis, j’ai bon la ?

    je peux avoir ma subvention ? j’ai bien gagné un petit billet !


  • Sergio Sergio 15 novembre 2018 21:18

    Le sort des Molards sous les componctions américaines !


  • samy Levrai samy Levrai 15 novembre 2018 21:33

    L’Iran n’est il pas un pays souverain ? L’ONU a t elle donné un mandat ? Ne s’agit il pas tout simplement d’ingérence  ? 


  • njama njama 15 novembre 2018 22:37

    @ Dr salem alketki

    Vous ne pourriez pas nous pondre un nartic sur le nucléaire israélien ?

    Vous savez (ou non ?), ... Dimona, cela ne vous dit rien ?

    Israël est la première puissance nucléaire au Moyen-Orient...


    • JC_Lavau JC_Lavau 15 novembre 2018 22:43

      @njama. Même que JFK voulait soumettre Dimona à des visites de contrôle internationales. Aussi le Mossad l’a descendu, au profit de LBJ.


    • Massada Massada 16 novembre 2018 08:37

      @njama
       
      Le nucléaire israélien a joué un rôle d’accélérateur dans le processus de paix, et dans la signature des accords de paix entre Israéliens et Egyptiens. Pour lui, la visite de Sadate à Jérusalem et sa décision de se rendre en Israël ont été motivées, en partie, par le facteur nucléaire.
       
      Le nucléaire aux mains des « fous de Dieu » menace le monde entier.
      La République islamique d’Iran dont vous etes complice est l’un principaux pourvoyeur du terrorisme dans le monde.
       
      Trump a fait mordre la poussière à l’Iran, maintenant il va la lui faire manger


    • Christian Labrune Christian Labrune 16 novembre 2018 11:29

      @Massada

      L’objectif d’Israêl a toujours été d’étendre sa domination à l’ensemble du monde, en utilisant s’il le faut les pires armes de destruction massive, son éternelle obsession étant d’imposer partout la conversion au judaïsme. Cette ambition belliciste vient encore de s’observer dans le conflit avec le Hamas : profitant du prétexte donné par un petit envoi de seulement 460 roquettes (de simples pétards de feu d’artifice) sur Sdérot et Ashkelon, Netanyahou, comme on a pu le voir, s’est empressé d’envoyer les chars occuper Gaza afin d’y massacrer cruellement les populations civiles en même temps que les gentils membres du Hamas. Après Gaza, il n’en faut pas douter, ce sera le tour de l’Egypte et du Soudan, du Liban, de la Syrie, de toute la péninsule arabique. Comme tous les chrétiens et les Arabes d’Israël, l’auteur de cet article, dans son Emirat, sera bien forcé lui aussi, de se convertir au judaïsme s’il ne tient pas à être empalé ou décapité.

      L’Europe aussi est menacée. Des sous-marins israéliens munis d’armes nucléaires croisent probablement dans la Manche à l’heure qu’il est, et Paris sera probablement vitrifié à la première occasion si Macron ne s’empresse pas de faire acte d’allégeance. Il reste que la politique du Quai d’Orsay étant toujours aussi furieusement antisioniste, je n’en dors plus la nuit.


    • JC_Lavau JC_Lavau 16 novembre 2018 11:53

      @Christian Labrune. Sûr que Fafa, quand il occupait le 37 quai d’Orsay, a grenouillé tout ce qu’il pu pour envoyer les soldats français faire la guerre aux syriens pour le compte d’israël, a proclamé qu’Assad ne méritait pas de vivre, et qu’Al Nosra faisait du bon boulot.

      Plus discrets, ses successeurs ont du mal à faire mieux que lui.


  • berry 15 novembre 2018 22:40

    C’est l’ambassade des émirats arabes unis qui place sa propagande ici ?

    Ce petit pays larbin des USA et d’israël ferait mieux de s’occuper de ses affaires et d’arrêter la guerre d’agression qu’il mène avec l’Arabie Saoudite au Yémen. Les émiratis n’ont rien à faire au Yémen.

    Les civils yéménites crèvent de faim à cause de cette guerre et apparemment c’est fait exprès, pour faire pression sur les combattants.

    Vous n’avez pas honte ?

    "Dès le début de la guerre des Saoudiens / Émirats arabes unis contre le Yémen, la stratégie saoudienne visait à affamer les hauts plateaux. Leurs attaques aériennes ont été concentrées sur les sources d’approvisionnement en eau, les fermes, les usines agricoles, la pêche et les voies de transport. Ils ont bloqué les itinéraires de contrebande et entravé le ravitaillement humanitaire. Ils ont pris le contrôle de la banque centrale du Yémen et ont délibérément provoqué une hyperinflation."

    http://lesakerfrancophone.fr/yemen-tenir-hodeidah-est-la-derniere-chance-des-houthis


    • berry 15 novembre 2018 22:46

      Et puis vos articles à deux balles sur l’iran, vous pouvez vous les garder, ils n’intéressent personne.
      Occupez-vous de la démocratie chez vous, aux émirats, il y déjà de quoi faire.


    • berry 15 novembre 2018 22:59

      Bon, je comprends, c’est pas facile pour vous de critiquer l’arabie saoudite.
      Ben Salmane pourrait vous faire empaler ou découper vivant.
       


  • Oceane 16 novembre 2018 07:35

    « Dr », vous avez dit « Dr » ? En quoi, en mauvaise foi ?


  • Christian Labrune Christian Labrune 16 novembre 2018 11:06

    Il va sans dire que les paiements facilités aux exportations iraniennes par les Européens, qui entreront en vigueur en même temps que les sanctions, ne feront pas grand chose pour protéger son économie.

    ====================================

    Tout ce que l’Europe peut espérer en s’opiniâtrant dans cette politique imbécile où elle a tout à perdre et rien à gagner, c’est que le régime criminel de Téhéran puisse continuer quelques mois encore à persécuter sa population et à affermir son emprise sur les pays voisins. Très belle perspective !

    La plupart des grandes entreprises françaises qui ont des intérêts en Amérique ont déjà pris leurs distances avec l’Iran, qu’il s’agisse de Total et même de Peugeot-PSA pourtant faiblement implanté aux Etats-Unis, et Air France a déjà suspendu ses vols vers Téhéran.

    L’obstination des Macron-Moghérini-Merkel-May est un mystère que les historiens, dans quelques dizaines d’années, seront peut-être en mesure d’éclaircir. Mais pour l’instant, cela ressemble trait pour trait à la collaboration avec une Allemagne nazie totalitaire elle aussi obsédée, à la fin des années 30, par l’extension de son Lebensraum et rêvant d’une domination mondiale. Sauf que l’Allemagne nous avait attaqués et ratatinés, et que l’Iran n’est pas encore en état de le faire. La collaboration, ici, précède la défaite, et c’est le signe d’une lâcheté encore bien plus atroce.

    On pense à la phrase de Churchill : « vous avez voulu la paix au prix du déshonneur ; vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre »

    Le citoyen français crétinisé par la propagande d’état (et on le voit bien en parcourant quelques réactions sur cette page) est totalement incapable de se rendre compte de ce qui se passe et de comprendre quelque chose aux enjeux de la situation internationale. Si demain, lorsque la population iranienne se soulèvera, Macron envoyait quelques compagnies de CRS à Téhéran pour y aider à réduire au grand silence des prisons la masse des opposants, il se trouverait probablement en France une grand nombre d’imbéciles pour applaudir.

    Tout cela donne la nausée.


  •  Christian Saint Rata de l’himalaya 16 novembre 2018 13:56
    La Chine décrète l’islam comme « maladie mentale » et « virus » à éradiquer

    La chine a déclaré que la religion islamique est une maladie mentale, et que tous ses adeptes doivent être soignés et internés dans des asiles psychiatriques.

    La radio du parti communiste chinois, PPC, qualifie les musulmans de personnes infectés d’une maladie idéologique et d’extrémisme religieux. Une idéologie que le média officiel parlant au nom du Parti au pouvoir qualifie de violente, en précisant que ses adeptes doivent subir un traitement tels des malades dans un asile psychiatrique.

    « Les membres du public qui ont été choisis pour la rééducation ont été infectées par une maladie idéologique. Ils sont infectés par l’extrémisme religieux et une idéologie terroriste violente et doivent donc subir un traitement dans un hôpital comme des patients. Cette idéologie religieuse extrémiste est un médicament empoisonné qui trompe le peuple. Si nous n’éradiquons pas l’extrémisme religieux à la racine, les incidents terroristes violents se multiplieront et se répandront partout comme une tumeur maligne incurable » a déclaré la radio du PCC.

    La radio qui parle au nom du pouvoir dans le pays à également expliquer que cette « pathologie mentale » est à soigner, même si les « musulmans » n’ont commis aucun acte de violence, le risque pèserait toujours sur le public et « ce virus » les a déjà infectés, d’où la nécessité d’une rééducation.

    « Bien qu’un certain nombre de personnes ont été endoctrinées par cette idéologie extrémiste n’ont pas commis de crimes, elles sont déjà infectées par la maladie. Il y a toujours un risque de voir la maladie se manifester à n’importe quel moment, ce qui pourrait blesser gravement le public. C’est pourquoi ils doivent être rééduquer dans des hôpitaux à temps afin de traiter et nettoyer le virus de leur cerveau et de les ramener à leur état normal » ajoute la radio du Parti Communiste Chinois.

    Durant cet été, la chine avait interdit le jeûne durant le mois de ramadan à ses citoyens, et avait même lancé des poursuites judiciaires contre les musulmans qui avaient transgressé cette loi.

     mode déconnage ON.... !!!

    Brave chinois

    et pas fainéant en plus,z’on du boulot sur ce coup la.

    revoilà le bon temps des asiles psy .. smiley


  • papat 16 novembre 2018 14:14

    Depuis le succès de sa révolution islamique en 1979, l’Iran a été sujet à une agression américaine continue, dont les formes varient mais qui se perpétue dans son essence et sa nature, et centrée sur un seul objectif : renverser un système politique libérationniste et indépendantiste fondé sur l’idée de briser l’obédience et la tutelle exercées par les puissances colonialistes sous commandement et planification américains.

    Cependant, en dépit de l’enchaînement des attitudes agressives ciblées contre lui, et en dépit de la mobilisation américaine des forces régionales et internationales pour l’affronter, l’Iran a été en mesure, au cours des quatre dernières décennies, d’atteindre quatre objectifs stratégiques majeurs que l’agresseur ne pensait pas l’Iran capable d’accomplir. L’Iran a été capable de stabiliser sa révolution, de protéger le régime islamique issu de cette révolution, de préserver l’unité nationale, la sécurité intérieure et la paix publique, et de parvenir à un degré avancé d’autosuffisance dans les domaines militaire et économique. Mais le plus grave et le plus dangereux pour la politique hégémonique américaine est le succès iranien à établir un espace vital stratégique régional à dimension internationale globale, fortifié par un système combiné et complexe d’éléments politiques et militaires et d’alliances stratégiques, ce qui signifie que l’agression américaine prolongée n’a pas réussi à faire plier l’Iran et n’a pu atteindre ses objectifs stratégiques pendant 40 ans.


    • papat 16 novembre 2018 15:19

      @papat
      un colonel de la colonie s’est fait trucider dans les rues de gaza !
      apparemment c’est plus facile de bombarder les populations depuis 2000 mètres de haut que de rentrer les armes à la main dans le camp de concentration !
      quelle branlée ! les temps changent pour les 2 zinzins massada et labrune.


  • phan 16 novembre 2018 16:03
    Le sort du régime des Mollahs sous les sanctions américaines : OSEF !
    Les prix énergétiques flambent, il ne reste que les gilets jaunes pour se réchauffer pendant cet hiver, comme dirait l’autre Canard Laquais : Allons ratatiner les Mollahs !

  • zygzornifle zygzornifle 16 novembre 2018 16:27

    Si ça chie trop pour les Mollahs le France les accueillera avec leurs fatmas et tous leurs moutards en tant que réfugiés politique, on imprime déjà les cartes vitales a la sécu ....


  • papat 16 novembre 2018 17:00

    toujours les mêmes à la manœuvre ! c’était Mossadegh qui gênait à l’époque.

    c’était pas un mollah

    Nelson Rockefeller put affirmer à Eisenhower en 1962 : « Nous avons pu nous assurer le contrôle total du pétrole iranien... A l’heure actuelle, le Chah ne saurait entreprendre le moindre changement dans la composition de son gouvernement sans consulter notre ambassadeur accrédité auprès de lui » 


  • Mylène 16 novembre 2018 17:55

    l’iran c’est le binôme ou le miroir de l’Arabie à une nuance près ou à un verset près... c’est beau de dévoyer ses propres pratiques, les projeter sur l’autre pour justifier l’injustifiable... j’ai toujours pensé que la troisième guerre mondiale arriverait de cette région ! inutile de culpabiliser l’autre, les gourous sont tous pareils !


  • papat 16 novembre 2018 18:26

    En mars 1951, le Parlement, à l’initiative de Mossadegh, adopta une recommandation réclamant la nationalisation du pétrole. En avril, les ouvriers du Khouzestan firent une nouvelle grève générale ; des grèves-de solidarité et des manifestations de rues eurent lieu à Téhéran et dans plusieurs grandes villes.

    Le Chah appela Mossadegh comme Premier ministre, le 29 avril, et la crise se concentra sur la question du pétrole.

    Le 30 avril, sa nationalisation fut votée à l’unanimité, et la Compagnie Nationale Iranienne des Pétroles fut créée.

    Mossadegh déchaîna l’enthousiasme. Pour les masses, la nationalisation représentait une victoire sans précédent, une revanche sur des décennies d’humiliation nationale. La population clamait : « Le pétrole, c’est notre sang ». Mossadegh fut considéré comme un héros : il osait défier cet État dans l’État qu’était l’Anglo-Iranian, avec ses jardins, ses piscines, ses logements, ses restaurants, etc., réservés à l’usage exclusif des Anglais. Certains bâtiments affichaient même, paraît-il : « Interdit aux chiens et aux Iraniens ».


  • RveAround 17 novembre 2018 02:26

    Ce qu’il y a d’étonnant dans nombre de propos, c’est que PERSONNE ne parle du rapport fait par l’AEIA sur le nucléaire. Ce rapport indique que l’IRAN suit de façon exacte son désarmement nucléaire. Le problème vient de TRUMP. Comme ce n’est pas lui qui a ratifié l’accord de Vienne, il en refuse l’application... L’hégémonie des USA dans le monde politique et économique ne date pas d’hier. Il a commencé dans les années 1960 en forçant d’une manière souterraine nombre de pays à s’endetter afin de les avoir sous son aile (cf Les confessions d’un assassin financier de John Perkins). Aujourd’hui, ce personnage ne supporte pas que l’IRAN soit assis sur un matelas sans fonds de dollars. Car le pétrole n’est qu’une des nombreuses ressources du sous-sol de ce pays. Il y a du gaz, du fer, du cuivre, métaux rares... et c’est cela que les USA veulent récupérer. Ce fut bien la raison de l’invasion de l’IRAK, qui ne détenait aucune arme de destruction massive afin de pouvoir prendre leur pétrole. Ce fut le détonateur et la création de l’EI... Merci les américains de nous avoir fourni cette armée de fanatisme !!! Pour être allé en IRAN, et dans de nombreux pays musulmans, je puis vous dire ici que les femmes ont les mêmes droits que les hommes : députés, femme d’affaires, chauffeurs de taxi, peuvent se promener seules... la seule contrainte est qu’elles sont obligées de porter un foulard. Regarder ce qui se passe dans les autres pays musulmans, le statut offert à la femme. Il n’y a pas photo... Depuis toujours, on sait que l’Arabie Saoudite, et ses voisins sont des pourvoyeurs de mollahs intégristes. Comment se fait-il que les USA n’est pas rompu les relations avec eux ? Tout simplement : ils on besoin de leur pétrole et de bases militaires. Donc ce sont des gens sans foi ni loi... Demandez donc à Angela MERKEL ce qu’elle en pense ? Elle attend toujours ses tonnes d’or que l’ALLEMAGNE avait confié aux USA à la fin de la 2ème guerre. Une fois, les USA en ont envoyé, mais ce n’était pas les bons et la pureté était très faible. d’autres pays sont dans le même cas. Et vous voudriez que nous suivons ce pays de voyous qui veut régenter la planète entière. Je dis NON et NON. 


  • papat 17 novembre 2018 10:11

    Pour la première fois depuis 1979, l’Iran a exporté du riz au Canada et en Europe par trois vols depuis la province du Mazandéran et ce malgré l’embargo énergétique et alimentaire imposé au pays par les États-Unis.


Réagir