mercredi 22 mars 2017 - par Pierre JC Allard

Liberté chérie… Celle vieille flamme qui n’a plus la cote ? 

Combien de quidams se sont laissés ouvrir les veines ou ont défié des tirs nourris de mitraille pour cette petite menteuse de Liberté qui racontait qu’il suffit de le vouloir très fort pour être capable de tout ? Autant de gens sans doute sont morts pour la Liberté que pour Dieu lui-même, qui avait pourtant l’avantage de séduire sous une multitude de pseudos.... C’est que ca commence jeune la passion pour la liberté ! Avec l’enfant qui se sent tout fier de dire NON et le Lucifer en chacun de nous qui refuse de servir … On trépigne et on tape du pied longtemps avant d’avancer… De sorte que l’Homme, vieux de tant de millénaires, n’a appris à lire qu’il y a 5 ou 6 mille ans…. Un élève bien lent.

Lent, têtu, mais on ne peut pas rester éternellement un gamin… on comprend peu à peu qu’il faut SAVOIR pour FAIRE, qu'il apprendre pour savoir, et que ça commence par un acte d’humilité qui est un aveu à soi-même et aux autres de sa propre ignorance.  On a résisté longtemps avant de s’admettre que chacun n’arriverait pas seul à tout faire mieux que tout monde, et qu’il vaudrait mieux que décident en chaque domaine ceux qui savent de quoi il retourne…

On a résisté, mais on y est venu. On a accepté, en presque tout, la dictature de la compétence. Ce faisant, l’humanité est à sortir de l’adolescence. Elle en sort quand elle comprend que la liberté n’est pas un absolu, mais un petit plaisir que l’univers offre rarement et dont il faut jouir en le savourant, avec modération.

Un signe qu’on a compris, c’est que si en politique, aujourd’hui, on écrit toujours des poèmes à la Liberté…. Ce n’est plus avec elle maintenant, mais avec sa rivale l’AUTORITÉ qu’on se prépare à aller au plumard…. C’est ce qu’on appelle la dérive vers la droite.

Dans un article récent je disais que le fascisme n’était plus une menace…, mais que l’autoritarisme avait le vent en poupe. En fait, on se voile la face pour ne pas voir que la demande séculaire des individus pour plus de liberté a été remplacée depuis peu par une demande pour plus d’autorité. Je vais ici, en trois (3) points : a) dire pourquoi cette volte-face s’est produite, b) en tirer les conséquences immédiates, et enfin c) suggérer une réaction appropriée à ce changement de paradigme.

Je vais le faire très brièvement, car je vieillis et je ne voudrais pas que la brunante me surprenne entre deux gites d’étape. Mon but n’est pas d’épuiser les sujets que j’aborde, mais plutôt d’indiquer des pistes que j’espère que d’autres exploreront comme elles le méritent.

 

1. Pourquoi l’AUTORITÉ est-elle devenue plus séduisante que notre vieille maîtresse la Liberté ?

D’abord, parce que la Liberté nous a déçus. Elle a couché avec tout le monde et surtout avec les plus offrant. 

Ceux qui voyaient la liberté main dans la main avec la justice se sont donc aperçus que, pour Homo sapiens, la liberté qu’il préfère est celle qui lui permet d’abuser en totale injustice de toute sa force contre la faiblesse des autres. Le libéralisme en a fait la preuve. Et eux qui croyaient qu’une société plus libre conduirait a une couverture plus large du potentiel humain ont vu que les inégalités croissantes qui en découlaient NECESSAIREMENT menaient plutôt à une auto-censure de chacun pour optimiser son rang, dans un structure d’autant plus « conformisante » qu’elle se veut obéissante à toutes les majorités.

Ensuite, parce que la gratification qu’apporte l’accolade de l’autorité, d’un « supérieur » - Dieu, roi, père, maitre, groupe de ses pairs, etc – nous a cruellement manqué depuis qu,on a voulu s.en passer. Nul n’est plus sûr d’être sur la bonne voie. La liberté qui augmente, et qui a fait de chacun son propre juge, nous a privé de l’indulgence qu’on ne peut s’accorder soi-même … Comme l’on compris - en en abusant ! - toutes les religions.  Les peuples ne veulent donc plus d’une liberté/responsabilité qui leur pèse. Les grenouille se meurent d’avoir un roi … Et dire qu’elles ont tort n’y change rien.

2. Quelles sont les conséquences immédiates de cette « demande pour une autorité » qui prime désormais sur la demande pour plus de liberté ?

La plus grave – parce qu’universelle – est la montée en puissance de l’Islam qui semble créer un alternative à la civilisation occidentale. Conséquence liée à cette montée de Islam, une inquiétude chez nous vient justifier l’autoritarisme déjà séduisant et en augmente la pression sur la société. L’oligarchie, qui contrôle depuis longtemps nos pseudo démocraties en en manipulant discrètement les banques et les medias, peut désormais s’affirmer davantage et avancer à visage découvert.

Dans notre quête d'autorité. sommes tout près de dénoncer, non plus les failles ou les insuffisances de nos démocratiries, mais la notion même de démocratie, à laquelle il est facile de trouver des tares et des incohérences en plus d’en constater les échecs évidents. La simple existence légitimée de la gouvernance de l’U.E - qui n’est en aucune façon démocratique ! – est une victoire de l’autoritarisme sociétal que voile un respect ostentatoire des libertés de l’individu. 

Des lbertés qui sont celle de l’écureuil dans sa cage…Libre sur une roue qu tourne de gauche à droite. Voyez la campagne présidentielle en France. Un frexit changerait des choses, bien sûr, mais il faudra du temps ; le moment de vérité immédiat pour l’autoritarisme, ce sera le programme que se fixera la majorité, quelle qu’elle soit, qui dominera l’Assemblée en juin et qui pourra modifier la législation au quotidien. On saura vite....

3. Quelle est la réaction appropriée à ce changement de paradigme vers l’autoritarisme ?

On comprend le défi que peut présenter à la France - ou a toute nation de « démocratie à l’occidentale - le choix de politiques qui, paradoxalement, viseraient à imposer plus de démocratie que le peuple démocratiquement aurait choisi de s’en garder…. ou, alternativement, accueilleraient des mesures liberticides dont la légitimité tout entière reposerait sur le fait qu’une majorité les a exigées.

Je ne tenterai même pas de résoudre ce dilemme. Le seul espoir me semble que les dissonances cognitives qui lui sont inhérentes obligent les citoyens à se questionner et aboutissent à un consensus si large, dans une direction ou l’autre, qu’il serait futile de vouloir s’y opposer. Ma proposition bien pragmatique est de ne pas contrarier la volonté populaire si elle réclame par exemple, des mesures plus autoritaires que ce que la législation actuelle juge compatible avec les droits des minorités. Recréer plutôt, simultanément à ce dérapage qu'on voudra contrôlé, un soutien plus fort pour la démocratie, en en changeant les deux aspects qui la rendent indéfendable, voire odieuse.

Quels sont ces deux (2) aspects ? Le premier est le choix de la représentativité qui est une contradiction de la notion même de démocratie. Ca ne passe plus. Il existe des propositions de démoccratie directe. J’en cite ici une, il y a en a d’autres. Il faudrait en choisir une et l’appliquer.

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/nouvelle-gouvernance-en-direct-172017

Le deuxième est l’inégalité des moyens qui font du processus électoral une fumisterie. Il y a aussi des moyens de pallier cette inégalité. Il faudrait y recourir.

https://nouvellesociete.wordpress.com/2007/06/17/memoire-aux-etats-generaux/

Attention. Rien ne dit que ces mesures arrêteront la marche vers l’autoritarisme. Mais je ne crois pas qu’on puisse en faire plus sans contribuer à l’avènement de celà justement que certains d’entre nous voudraient éviter.... Je ne crois pas qu’on DEVRAIT en faire plus… Car qui sait si nous n’avons pas tort de le vouloir ?

 

PJCA



17 réactions


  • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 22 mars 2017 11:47

    Ce qui n’a plus la cote, c’est l’idéologie du renard libre dans le poulailler libre. Les poules on internet, maintenant.


    • Parrhesia Parrhesia 22 mars 2017 12:07
      @Jeussey de Sourcesûre

      Good shoot !!!

    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 22 mars 2017 15:47

      @Jeussey de Sourcesûre

      Faut pas oublier le plus important : enfermer le renard une bonne fois pour toute et laisser les poules courir librement. Elles ont le wifi de toute façon.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 mars 2017 16:12

      @Jeussey de Sourcesûre


      Bien sûr. Il suffit d’élargir le vieux principe méditerranéen que l’amour libre c’est bon pour moi, mais pour ma soeur... non.. La fin de l’adolescence, c’est de comprendre que nous nous sommes « mis en société » - comme on se met en ménage - justement pour baliser la liberté qui est hautement désirable,,,mais dangereuse. On a laissé la liberté sans surveillance et on a un retour du pendule.. C"était prévisible.

      PJCA






  • JL JL 22 mars 2017 14:35

    L’autorité n’est jamais séduisante autrement qu’en se présentant comme porteuse de sécurité.

     
    Macron se pose comme garant de la sécurité des riches,
     
    Mélenchon se pose comme garant de la sécurité des défavorisés,
     
    Marine le Pen se pose comme garant de la sécurité des xénophobes,
     
    etc ...
     
     En politique, tout le monde est populiste.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 mars 2017 16:33

      @JL


      Oui. La mere, le pere... puis on invente tout le reste. Periodiquemen,t ca devient plus important que tout le reste. Aujourd’hui nos sommes dans cette phase.  Un populiste, c’est un démocrate avec qui on n’est pas d’accord. Et vice-versa, naturellement

      PJCA

  • Jeekes Jeekes 22 mars 2017 14:39

    « On a résisté, mais on y est venu. On a accepté, en presque tout... »
     
    Sans doutes.

    Mais ce faisant, ON est complice !


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 mars 2017 16:40

      @Jeekes


      Nous sommes tous responsables de l’evolution vers une dictature de la competence. On peut en être fier ou en demnder pardon, c,est un autre débat. Mais on ne peut plus tolérer la bêtise de ne pas l’assumer ’

      PJCA

  • cevennevive cevennevive 22 mars 2017 14:56

    Bonjour Pierre,


    Excellente vue de la liberté, mais seulement à travers la politique et la gouvernance d’un Pays ou d’une institution, quelle qu’elle soit.

    Cependant, d’un point de vue strictement humain et personnel, la LIBERTE n’est possible qu’accouplée à la solitude. On ne peut être libre, vraiment libre que seul, dans sa maison, dans sa vie, dans la nature.

    Je suis bien consciente que mes propos doivent paraître tristes à la plupart, mais avec l’âge, je m’aperçois avec clairvoyance qu’ils sont exacts.

    Quant à la sensation de liberté, l’on peut se sentir libre n’importe où et n’importe quand si l’on n’a pas d’aspirations démesurées, et si l’on ne prend pas d’engagements à la légère sans en mesurer la lourdeur.

    Pourtant, cette sensation de liberté est éphémère, elle est comme le bonheur. Elle ne peut durer longtemps. Et c’est lorsqu’elle disparaît momentanément que l’on sait qu’elle était là, hier ou le mois dernier, ou l’année dernière...

    Bien à vous.




    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 mars 2017 16:46

      @cevennevive


      «  mes propos doivent paraître tristes à la plupart, mais avec l’âge, je m’aperçois avec clairvoyance qu’ils sont exacts ».

      Or comme je suis trèss vieux.... smiley

      PJCA







  • BA 22 mars 2017 15:42

    Les 16 et 17 mars 2017, l’institut de sondage IPSOS a fait une enquête sur le thème : « La place de la religion et de la laïcité dans l’élection présidentielle. »


    1000 personnes ont été interrogées.


    Une question EXPLOSIVE leur a été posée sur la compatibilité entre la religion musulmane et la société française :


    Résultat :


    - Pour 39 % des personnes interrogées, la religion musulmane est compatible avec les valeurs de la société française.


    - Pour 61 % des personnes interrogées, la religion musulmane n’est pas compatible avec les valeurs de la société française.


    C’est à la page 10 :


    http://www.ipsos.fr/sites/default/files/doc_associe/religions_et_laicite_ma rs2017.pdf



    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 mars 2017 17:09

      @ BA


      J’a déja expliqué courtoisement et sans fanatisme pourquoi on ne peut bon et loyal citoyen d,ietrea la fois un bon Musulman pratiquant et un loyal citoyen d’un état occidental moderne laîque, democratique et de sensibilité chrétienne. L’incompatibilé est IRRECONCILIABLE

      N.B Je veux inserer ici une note. J’ai écrit depuis des années une douzaine de livres, des centaines d’articless et des milliers de commentaires. Pour chaque commentaire que je fais je pourrais référer 
       a un texte qui le developperait et l’expliciterait. J’ai choisi de ne plus le faire. Ça distrairait du propos. Mais si vous me cherchez sur Google en ajoutant un theme, vous verrez combien j’ai été bavard sur tout smiley

      PJCA


  • epicure 22 mars 2017 22:24

    liberté, que de choses dit on en ton nom.....

    liberté = mot bateau, on lui fait dire tout et son contraire, au final de quoi parle-t-on ?

    Dans ton article, il y a plusieurs versions de la liberté qui cohabitent, mais qui n’ont pas la même signification au fond, c’est la faute aux habitudes de langage., et aux manipulations et propagande. Dans le dernier cas je pense à ceux qui nous vendent comme liberté, ce qui n’est en fait le fait d’exercer son pouvoir sur d’autre ... au détriment de leurs libertés.
    Et comme disait Orwell, si les mots ne veulent plus rien dire (la guerre c’est la paix, etc... ), il n’est plus possible de penser.
    En nous refourguant comme liberté, des choses qui s’éloignent de ce devrait être une définition honnête, de la liberté, les gens n’arrivent plus à penser correctement la liberté, et donc deviennent moins libre, au point de se réfugier dans l’autorité.

    Il y a des mots pour décrire des concepts différents, encore faut il les connaitre, et les utiliser.
    Par exemple l’hybris désigne la volonté de puissance, qui amène souvent à la destruction de la liberté des autres,mais ceux qui en sont animés vont parler de liberté comme motivation à leur volonté de puissance sur les autres.
    Sa sœur la licence, c’est le fait de pouvoir tout faire si on en a la volonté et les moyens, sans restriction, cela inclus donc de pouvoir agir au détriment de la liberté des autres, donc cela ne peut s’appeler la liberté non plus. l’hybris et la licence vont main dans la main, en fait de liberté, les porteurs d’hybris demandent en fait la licence pour eux.
    La liberté du renard libre dans le poulailler libre, relève bien sûr de la licence.

    En fait depuis plus de 30 ans ont nous vend de la licence pour certains agents économiques comme de la liberté.
    C’est ce qui fait que la liberté est devenu moins attractive.

    La liberté privilège est aussi une fausse liberté, c’est une pseudo liberté attribuée à certaines personnes en fonction de certaines particularités, ceci est bien évidemment compatible avec la licence : c’est à dire la licence pour une certaine catégorie de personne, surtout si ce privilège permet d’exercer un pouvoir sur les autres ( patron, actionnaire, etc.... ). Mais ce n’est pas une liberté puisqu’elle n’est pas accordée aux autres.

    Par exemple la liberté de licenciement, c’est une grosse arnaque sémantique, on ne pourrait parler de liberté de licencier que si tout le monde pouvait l’exercer sans restriction, et donc les employés sur leur direction. Mais bizarrement nos pseudo hérauts de la liberté n’en veulent surtout pas, c’est du communisme, c’est staline et ses goulags, etc.... ( en fait historiquement les libéraux sont contre la vrai démocratie, et c’est libéraux en personne qui l’affirment )

    Mais si la liberté c’est le fait de pouvoir exercer un pouvoir sur les autres, la liberté ne signifie plus rien. Et si on n’est plus capable de penser la liberté, par conséquent on n’est plus libre.
    De plus le développement de la licence, de l’absence de règle commune rend la société moins sécurisante, brise les liens sociaux, ce qui favorise le besoin d’autorité, de quelque chose de rassurant.

    Il y a aussi la « liberté soumission », qui est un peu le propos inverse, ici on n’applique pas un pouvoir sur les autres, mais on se soumet à un pouvoir, mais en faisant de cette soumission quelque chose de personnel. Mais on est bien dans un oxymore, c’est à dire en fait affirmer son absence de liberté, en appliquant ce que d’autres ont décidé pour soi, au nom de la liberté. Marx parlerait d’aliénation.
     Le plus courant actuellement ce sont des revendications religieuses, ou aussi chez les drogués qui ne font qu’exprimer leur aliénation, leur dépendance face à leur drogue ( utiliser sa drogue quand je veux, où je veux, etc.... ).

    La seule conception de la liberté valable c’est celle qui préserve la liberté de chacun, c’est celle dont les définitions se complètent celle définie par les philosophe :
    « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres », « la liberté c’est ce qui ne nuit pas à autrui », « la liberté c’est l’absence d’oppression » etc.... définitions que ne respectent pas les fausses libertés, et donc que ne respectent pas ceux qui n’arrêtent pas de clamer la liberté pour nous refourguer des moyens à certains d’avoir du pouvoir dans la société.
    Ici être libre c’est donc à la fois être libre des contraintes externes, mais aussi de ne pas être prisonnier de ses passions ( en premier lieu pour le pouvoir, la reconnaissance sociale, etc.... ), de son égo, de ses peurs, pour laisser aux autres leur propre liberté, qui en retour vous permettront d’être libre.

    Pour ce qui est de la représentativité, dans la pratique, il s’agit d’une licence de décision pour le représentant, qui prive les électeurs de leur volonté, si le représentant décide de n’en faire qu’à sa tête. Par exemple se présenter comme l’ennemi de la finance pour être élu, et une fois élu devenir l’ami de la finance. On n’est plus dans la liberté.

    Les libéraux et les conservateurs ont tout fait pour cadenasser la démocratie. Par exemple aux états unis, le président est élu par des grands électeurs, qui ne sont pas issus du tout venant, permettant à un candidat d’être élu par une minorité de votant, mais une majorité de grands électeurs, comme cela vient d’être le cas pour trump. La démocratie libérale, c’est une démocratie cadenassée par les bourgeois, et permet toutes les dérives.
    Ce n’est pas fait pour permettre l’expression du l’égal libre choix entre les citoyens, mais pour orienter les résultats, en faisant en sorte que le groupe qui a le vrai pouvoir de décision soit à majorité bourgeoise. Comme par exemple un gouvernement avec beaucoup de milliardaires, qui représentent moins de 1% de la population, et sont obsédés par leur intérêt privé.
    Oui il y a beaucoup de choses à changer pour combattre les dérives vers l’autoritarisme.


    • andromerde95 29 mars 2017 00:31

      @epicure
      « « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres », « la liberté c’est ce qui ne nuit pas à autrui », « la liberté c’est l’absence d’oppression » »

      -bref le contraire du collectivisme bolchevique, de la coercition socialiste et de l’extorsion du contribuable.

      « Par exemple la liberté de licenciement, c’est une grosse arnaque sémantique, on ne pourrait parler de liberté de licencier que si tout le monde pouvait l’exercer sans restriction, et donc les employés sur leur direction. »
      - le licenciement est une liberté, le patron lest libre de payer qui il veut quand il a envie, comme tu es libre d’acheter ou pas acheter. 

      « Il y a aussi la « liberté soumission », qui est un peu le propos inverse, ici on n’applique pas un pouvoir sur les autres, mais on se soumet à un pouvoir, mais en faisant de cette soumission quelque chose de personnel. Mais on est bien dans un oxymore, c’est à dire en fait affirmer son absence de liberté, en appliquant ce que d’autres ont décidé pour soi, au nom de la liberté. Marx parlerait d’aliénation »
      - donc pour toi la liberté, c’est interdire aux gens de se fixer des règles (donc c’est obliger les gens à vivre comme des libertins pour toi) et de servir volontairement d’autres personnes (ce en quoi consiste la charité d’ailleurs). 

  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 23 mars 2017 03:01

    @ Épicure


    Votre commentaire dit des choses essentielle, dont la plus importante de toutes. qui est que le débat a sciemment évacué toute confrontation directe des idées pour la remplacer par une opposition de parfait mauvaise entre des glossaires distincts, le choix des mots et du sens des mots révèlant dès le départ les préjugés qu’on veut faire accepter comme articles de foi. ... Mais vous comme moi sommes nous vraiment totalement à l’abri de ce travers ?


    PJCA

  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 23 mars 2017 03:06

    Je reprends mon texte précédent en corrigeant les coquilles


    Votre commentaire dit des choses essentielles, dont la plus importante de toutes qui est que le débat a sciemment évacué toute confrontation directe des idées, pour la remplacer par une opposition de parfaite mauvaise foi entre des glossaires distincts, le choix des mots et du sens des mots révèlant dès le départ les préjugés qu’on veut faire accepter comme articles de foi. ... Mais vous comme moi, sommes nous vraiment totalement à l’abri de ce travers ?

    PJCA





  • Crab2 23 mars 2017 13:01

    Vouloir très fort la liberté, des femmes de plus-en plus nombreuses ont toujours et toujours-été en première ligne car

    contre les dieux, ce que femme veut, elle le prend pour le rendre à toutes les femmes – CRAB

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/contre-ce-que-femme-veut-tous-les-dieux.html


Réagir