mercredi 25 janvier - par VICTOR Ayoli

Marchandages nucléaires : « Tu fermes Fessenheim ou je te plombe l’EPR ! »

Comme d’habitude, la magouille a prévalu concernant la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. EDF et l’État ont marchandé comme des margoulins : c’est Fessenheim contre l’EPR de Flamanville.

On se souvient que la fermeture de Fessenheim (Haut-Rhin) était une promesse du candidat François Hollande, qui argumentait ainsi : « Fessenheim est la plus ancienne centrale, elle était prévue normalement pour trente ans et aura quarante ans d’âge en 2017. De plus elle est proche d’une zone sismique, ce qui est quand même un risque. » Il oublie de dire qu’il se fait pousser au cul par les voisins allemands et suisses qui tremblent devant les risques que leur font prendre les Français, et donc gueulent en conséquence !

La chose était cause d’une embrouille au niveau gouvernemental entre Ségolène Royal qui voulait fermer Fessenheim et Manuel Vals qui ne voulait pas. Cazeneuve a tranché. Et donc le conseil d’administration d’EDF a approuvé le mardi 24 janvier le protocole d’indemnisation du groupe par l’État français pour la fermeture anticipée de la centrale. Les employés et les élus locaux doivent l’avoir en travers… Qu'ils se rassurent, la bête bougera encore longtemps.

Mais derrière cette saine décision il y a des tractations de marchands de tapis : c’est Fessenheim contre Flamanville ! En effet, le décret de création de l’EPR de Flamanville donne 10 ans à EDF pour finaliser la construction du réacteur. Et cette autorisation arrive à échéance en avril prochain. Or les nombreux problèmes de réalisation de ce monstre font que, de retard en retard, il n’entrera en service, au mieux, que fin 2018.

EDF dit avoir envoyé en temps utile – le 11 octobre 2015 – une lettre au ministre en charge de l’énergie (Ségolène Royal) demandant une prolongation de cette autorisation de 18 à 20 mois. C'est une procédure qui s’est déjà faite, notamment pour les réacteurs de Civaux (Vienne) et de Chooz (Ardennes).

EDF mettait donc comme condition à l’arrêt de Fessenheim la prolongation de l’autorisation de l’EPR. Mais ce n’est pas tout. EDF a également obtenu l’assurance de pouvoir redémarrer le réacteur n° 2 de la centrale de Paluel (Seine-Maritime), à l’arrêt depuis mai 2015 alors que la loi de transition énergétique prévoit qu’un réacteur à l’arrêt depuis plus de deux ans devrait être considéré comme en arrêt "définitif". « La ministre chargée de l’Énergie donnera suite positivement aux demandes que le conseil d’administration vient d’exprimer », a indiqué Ségolène Royal. Autrement dit, elle accepte la combine d'EDF. On peut toujours s’arranger pour qu’une promesse électorale, au moins une, soit tenue ! Encore que...

Encore que l’article L.593-13 du code de l’environnement dit que si une installation nucléaire de base (INB) n’est pas mise en service dans le délai fixé par son autorisation de création, « il peut être mis fin à l’autorisation de l’installation, après avis de l’ASN ». Et l’avis de l’ASN n’est pas obligatoirement celui que voudrait EDF…

Si la demande de modification du décret déposée par EDF constitue une modification notable, EDF devra compter avec une nouvelle procédure d’autorisation comprenant la réalisation d’une enquête publique. C’est donc au gouvernement qu’il reviendra de décider si la demande de prolongation constitue une modification notable ou non.

Corinne Lepage l’avocate spécialiste du droit de l’environnement, explique que « les faits, comme la législation, ont évolué depuis 2007, ne serait-ce qu’à cause de la catastrophe de Fukushima et des défauts à répétition de l’EPR, ce qui impose de refaire un dossier et de le soumettre aux citoyens ».

Ce décret devrait être pris un mois avant la présidentielle. Est-ce que ce sera le cas ? Car cette demande de prolongation d’autorisation sera vraisemblablement attaquée devant le Conseil d'État et fera probablement l’objet d’une QPR (question prioritaire de constitutionnalité). Tout ça prend du temps. Quel sera alors le gouvernement qui aura à trancher ?

« Ouate Inde Scie  ». On verra bien.

Photo X - Droits réservés

 



118 réactions


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 25 janvier 11:16

    De plus elle est proche d’une zone sismique, ce qui est quand même un risque.....

    Si hollande a dit ça, c’est vraiment de la fumisterie ....
    Toutes les centrales nucléaires ont besoin d’un gros volume d’eau facilement accessible pour faire fonctionner le refroidissement . Donc elles sont construites au plus près des fleuves. Les lits des fleuves sont souvent des failles sismiques.
      https://www.eccorev.fr/IMG/pdf/geologues_180_bellier.pdf
    Quand ils ont construit cette centrale ils savaient qu’elle se trouvait sur une faille .....
    La fumisterie est énorme .............
    Les écolos sont des gros connards(ne pas oublier de mettre au féminin) .


    • Jean Pierre 25 janvier 14:09

      @SPQR Sono Pazzi Questi Romani
      Dans le cas de Fesseinheim, la centrale est construite en dessous d’un canal important. En cas de secousses, les berges de ce canal peuvent céder et l’eau envahir la centrale.

      La catastrophe de Fukishima a montré la fragilité des centrales aux risques d’inondations.
      Ces éléments (dont certains sont nouveaux) interviennent dans le débat.
      Vous dites « quand ils ont construit cette centrale » et vous enchaînez en disant que « les écolos sont des gros connards ». Ce ne sont pourtant pas les écolos qui ont décidé la construction de cette centrale dans une zone à risque. Au contraire, leurs alertes ont été ignorées
      Un peu plus de cohérence et un peu moins d’insultes (si vous le pouvez) ne nuirai pas.

    • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 25 janvier 19:31

      @Jean Pierre

      Vous êtes de mauvaise foi( pauvre type)....L’état,les politiciens(gouvernement Giscard), EDF, les chercheurs et les autres étaient informés( dés le début) des risques qu’ils prenaient à l’époque..
      L’électricité nucléaire et ces centrales ont été entièrement financés par les abonnés EDF...
      Les écolos c’est de la m.. de. Tous les français sont propriétaires des centrales(info EDF), les français ont le droit de dire ce qu’ils pensent de cette fumisterie....
      Si vous n’êtes par content changer de pays, déménagez , faites du large, bon vent... 

      Y en a raz le bol, des « je sais tout » arrogant qui nous enfument en permanence.
       
         


    • baldis30 25 janvier 20:59

      @SPQR Sono Pazzi Questi Romani
      Strasbourg est sur le rift qui va de Coblence à Valence en Espagne , tout comme toute la vallée du Rhône avec des sols liquéfiables, Montpellier, Nîmes plus au Sud Barcelone.

      Curieux que les zécolos ne s’attaquent jamais aux raffineries ... c’est pas dangereux les raffineries ... surtout en pleine ville ... meuh non cela n’existe pas !

      les suisses sont moins c.... ils font construire leurs centrales nucléaires à l’étranger, en principe par des français .... puis ils importent ... surtout en plein hiver ...


    • Alibaba007 Alibaba007 26 janvier 10:51

      @baldis30  « les suisses sont moins c.... ils font construire leurs centrales nucléaires à l’étranger, en principe par des français .... puis ils importent ... surtout en plein hiver ... »



      La Suisse possède 5 centrales nucléaires qui sont malheureusement bien en Suisse. 

      Les générateurs de vapeur de 3 centrales qui ont été forgés en partie en France, en Allemagne et au Japon sont soupçonnés d’anomalies dans le suivi de fabrication de nombreux composants et matériaux.

      La Suisse a pourtant pris la décision de sortir du nucléaire pour 2050 alors que ses centrales étaient prévues pour 40 ans. Aujourd’hui Beznau1 a déjà 47 ans ... 

       smiley


    • Paul Leleu 27 janvier 17:59

      @SPQR Sono Pazzi Questi Romani


      Dans le genre « sisimique », il y a les 450 ouvriers sans-papiers employés sur l’EPR par un sous-traitant de Bouygues... pas vraiment rassurant de se dire que on fait bosser des mecs non-contrôlés sur un chantier nucléaire... 

  • Pascal L 25 janvier 12:05

    De toutes façons, le décret de fermeture de Fessenheim sera pris en 2018, donc probablement avec une autre majorité qui peut avoir d’autres priorités... Cet accord permet juste à tout le monde de sauver la face.


    • gglegeron 25 janvier 15:04

      @Pascal L
      Sauver la face ???? moi je trouve pas... Plus ridicule que Hollande et son ex épouse, c’est difficile à trouver ! Néanmoins, comme il vont définitivement disparaître de la vie politique dans quelques semaines, espérons qu’ils ne feront pas d’autres idioties d’ici là .


    • Attilax Attilax 25 janvier 22:29

      @gglegeron
      C’était pas son épouse. Il n’a jamais voulu s’engager, même pas dans ce domaine, même pas en devenant président.


  • sarcastelle sarcastelle 25 janvier 12:50
    C’est rudement intéressant, ces considérations de droit administratif. A défaut de trouver tous les jours un nouveau motif apocalyptique pour fermer ou ne pas construire une centrale, on se rabat sur la chicane.
    .
    C’est d’ailleurs logique dans une civilisation dont les gouvernements sont constitués par plus de quatre cinquièmes, voire pour les neuf dixièmes, de juristes, de sociologues, d’historiens et de toute sorte de gens dont la moindre phrase à prétention technique fait rire un ingénieur. 


    • Jean Pierre 25 janvier 14:13

      @sarcastelle
      On remarque quand même que les centrales de Tchernobyl et de Fukushima ont été conçues et construites par des savants , des ingénieurs et des techniciens. Pas par des juristes, des sociologues ou des historiens.


    • JC_Lavau JC_Lavau 25 janvier 14:29

      @Jean Pierre. Tout ce qui te dépasse doit être haï et détruit... Et ta môman ? Elle aurait toléré que ton cerveau devienne adulte ? Tu en fournis l’évidence, hélas.


    • gglegeron 25 janvier 14:45
      @Jean Pierre
      Construire est une chose, conduire et maintenir en est une autre.

      Tchernobyl est un réacteur militaire dont l’objet principal est de fournir du plutonium. Il est conduit par des gens manifestement incompétents. Je ne vois pas la ressemblance avec Fesseinheim dont le reacteur est purement civil et pilotée par EDF.

      Fukishima est une centrale à bas prix pour laquelle on n’a pas pris soin de mettre une enveloppe de protection (enceinte de confinement). Elle est pilotée par une société privée qui a des intérêts sur la vente de l’électricité et donc, préfère ne pas noyer les réacteurs avec de l’eau de mer dès que les alarmes ont signalées le problème de refroidissement (espérant sauver ces réacteurs ???).

      Fessenheim. à une enceinte de confinement et cette centrale est pilotée par EDF... Définitivement, vouloir opposer Fukushima ou Tchernobyl au nucléaire Français est techniquement idiot.

    • sarcastelle sarcastelle 25 janvier 15:57

      @Jean Pierre

      .
      les centrales ont été conçues par des savants...
      .
      Peut-être. C’est à voir. Qui a décidé que Tchernobyl se passerait d’enceinte de confinement ? Qui a décidé que Foukouchima de passerait de digues assez hautes ? Des savants ? Peut-être. Des dirigeants politiques avec leur budget et autres critères de dirigeants ? Bien possible. Faudrait voir. 
      .
      Vous noterez que dans tous les domaines cent pour cent des catastrophes d’origine humaine surviennent sur ce qu’ont inventé les savants, et aucune à l’occasion de discours de juristes, sociologues et historiens. Ah, oui, on était bien tranquilles dans la Rome antique, riche en juristes, etc. 
      (encore que parfois les insulae s’écroulassent sur leurs locataires populaires.)



    • baldis30 25 janvier 21:02

      @Jean Pierre
      Pour Kukishima ce sont des financiers qui ont choisi l’emplacement en refusant de voir que la situation catastrophique s’était déjà produite et était repérée sur le terrain et inscrite dans les archives ...


    • Trelawney Trelawney 26 janvier 08:16

      @gglegeron
      Tchernobyl ....conduit par des gens manifestement incompétents.
      Je ne suis pas spécialement un pro Russe, mais dire que les russes ne sont pas des spécialistes du nucléaire, prouve à l’évidence que vous n’y connaissait rien.Tchernobyl a constitué un progrès technologique pour l’industrie du nucléaire. Il a permis de savoir comment se comporte un réacteur en fusion. Avant on n’en savait rien. De plus les « ruses incompétents » ont mis en place, pour limiter le plus possible la propagation des radiations, un sarcophage qui résiste encore aujourd’hui (30 ans après) et dont les spécialistes français essaie sans succès depuis 20 ans de le remplacer.


      Fukishima est une centrale à bas prix
      C’est connu du monde entier, en matière de produits technologiques, les japonais sont des petits bras qui fabriquent de la cammelotte smiley

    • Layly Victor Layly Victor 26 janvier 20:38

      @sarcastelle
      La technologie et l’architecture romaines, en particulier l’urbanisme et l’adduction d’eau, étaient remarquables par rapport à ce que nos politiques seraient capables même d’imaginer.


    • Layly Victor Layly Victor 26 janvier 20:42

      @Trelawney
      Quand on est totalement ignare, on se tait.

      Il n’y a pas eu de fusion du cœur à Tvhernobyl mais un accident de réactivité.

      Le seul accident dans un PWR avec fusion du coeur fut celui de TMI. Activité lelâchée dans l’environnement : zéro.
      Gros ignare !

  • JMBerniolles 25 janvier 14:24
    L’épisode d’hier au conseil d’administration de l’EDF montre que même sous la pression politique (il est vrai de la part de gens dont l’expulsion du pouvoir est en cours) l’EDF n’arrêtera pas les réacteurs de Fessenheim cet hiver. Pour les raisons de leur intermittence, de leur rigidité vis-à-vis du réseau, particulièrement en l’absence de stockage de masse de l’énergie, les EnR éolien et PV ne sauraient remplacer l’électronucléaire, pour assurer le socle de notre production d’électricité.

    Dans les situations tendues de cet hiver, si l’on regarde la production journalière de courant, on constate que l’éolien et le PV produisent peu et rarement aux moments
    de tension maximum. On voit même que la notion de renouvelable ne s’applique pas toujours à l’hydraulique, notamment si on est obligé de l’utiliser à mort comme c’est le cas et que la puissance de pompage n’est parfois pas disponible.

    Considérant cet apport très marginal de l’éolien et du PV, on ne voit aucune raison de faire financer par les consommateurs des surcoûts qui deviennent exorbitants (5 milliards d’euros par an en ce moment) et qui vont dans les poches du privé. A vrai dire la seule vraie justification dans le système actuel des EnR éolien et PV réside dans le financement d’une bulle financière de grande ampleur (1000 milliards d’euros en Allemagne et légèrement moins en France).

    Libre aux naïfs de penser que la centrale de Fessenheim dont les réacteurs ont l’autorisation de fonctionner encore au moins 10 ans va fermer (la décision appartiendra de toute manière au futur gouvernement) va être fermée.

    Ce qui est clair dans le communiqué d’hier c’est que l’EPR de Flamanville va bien être achevé, et que Paluel 2 va redémarrer.




    • gglegeron 25 janvier 14:55
      @JMBerniolles
      Oui... C’est affolant de constater que cet été, EDF était obligé de racheter l’ ENR éolien à 82€ du MWh alors que dans le même temps, ce MWh était disponible sur le marché EPEX à 15€ ??? Or au final ce sont tous les foyers Français qui payent via la CSPE (environ 170€ pour les 28 millions de foyers Français)...

      Le deuxième aspect est que lorsque l’on diminue la durée de vie d’une centrale comme bêtement proposée par Hollande et son ex épouse, on diminue la part de financement prévue pour le démantèlement et le traitement des déchets.

      Je pense qu’après les élections, le bon sens l’emportera et qu’on redonnera au techniciens de l’ASN le choix d’arrêter ou non cette centrale sur des critères autres que politique...

    • Jean Pierre 25 janvier 18:06

      @JMBerniolles
      Comme vous avez quelques notions techniques vous avez remarqué a propos de l’hydraulique, qui est souple et rapide à démarrer, « que l’on est parfois obligé de l’utiliser à mort ». L’hydraulique a 2 limites : la puissance installée et la capacité en eau des barrages, capacité en eau qui est virtuellement un stock d’électricité (c’est d’ailleurs un problème dans une année sèche). A chaque fois que le solaire, l’éolien, la biomasse produisent du courant, ils donnent la possibilité d’économiser le stock d’eau. Ils augmentent donc les possibilités de l’hydraulique. C’est l’alternance renouvelables/hydraulique qui fait l’intérêt de ces deux sources d’énergies. Séparément, elles présentent moins d’intérêt.


    • biquet biquet 25 janvier 18:42

      @gglegeron
      « ce MWh était disponible sur le marché EPEX à 15€ »
      Si ce que vous dites est vrai, alors c’est bien là qu’est le problème. Même l’hydraulique, l’électricité la moins chère est à 25 - 30 € le MWh. Ce qui veut dire qu’on vend à perte, notamment le nucléaire qui est à 40 € le MWh.


    • baldis30 25 janvier 21:04

      @JMBerniolles
      « Oui... C’est affolant de constater que cet été, EDF était obligé de racheter l’ ENR éolien à 82€ du MWh alors que dans le même temps, ce MWh était disponible sur le marché EPEX à 15€ ??? Or au final ce sont tous les foyers Français qui payent via la CSPE (environ 170€ pour les 28 millions de foyers Français)... »

      et en fournissant à la fois le synchronisme, le réactif ( qui n’est pas gratuit ), et la stabilité du réseau ...

      Comme escroquerie l’éolien est du niveau d’Enron ...


    • Trelawney Trelawney 26 janvier 08:24

      @biquet
      « ce MWh était disponible sur le marché EPEX à 15€ »
      Si ce que vous dites est vrai, alors c’est bien là qu’est le problème. Même l’hydraulique, l’électricité la moins chère est à 25 - 30 € le MWh. Ce qui veut dire qu’on vend à perte, notamment le nucléaire qui est à 40 € le MWh.


      Vous venez de toucher du doigt le grand problème de l’énergie électrique. D’année en année on en consomme moins. Et oui la réglementation thermique mis en place fait que l’on a de moins en moins besoin d’électricité pour fonctionner. En fait la France va fermer quelques uns de ces réacteurs et les remplacer par rien du tout

      Et le gros problème d’EDF est qu’elle a besoin de plus en plus d’argent pour assurer sa transition, alors que ses prévisions de CA sont à la baisse. Elle a donc besoin de temps et la prolongation de durée de vie des réacteurs et pour elle une question de survit financière.

      L’ASN et EDF doivent gérer cette problématique qui est d’assurer la survit d’EDF tout en limitant tant que faire se peut les risque de catastrophes nucléaires

    • biquet biquet 26 janvier 10:49

      @Trelawney
      Pourtant si l’on regarde sur une période assez longue (40 ans) la consommation d’électricité a plus que doublée pendant que celle des hydrocarbure a stagné malgré l’augmentation du parc automobile


    • Trelawney Trelawney 26 janvier 11:30

      @biquet
      Il ne faut pas regarder sur 40 ans, car EDF pour pouvoir vendre ce qu’elle produisait a créé un marché du « chauffage électrique par convection ». Aujourd’hui le chauffage électrique par convection est proscrit. les lampes électriques consomment 10 fois moins, et les appareil électro ménagers sont moins énergivores. Ce qui fait que le montant de nos factures EDF en KWh se réduit.

      Dans moins de 5 ans on pourra fermer 5 réacteurs car on aura besoin de moins d’électricité

    • JC_Lavau JC_Lavau 26 janvier 11:35

      @Trelawney. La « transition » dont tes marionnettistes te font rêver est architecturée par des soûlographes ignares. Mais à qui les marionnettistes ouvrent grand les portes des médias qu’ils possèdent.


    • Trelawney Trelawney 26 janvier 12:12

      @JC_Lavau
      La transition pour EDF est comment gérer financièrement l’arrêt des réacteurs en fin de vie. Car même si Fessenheim fonctionne encore pendant 5 ans, il faudra bien l’arrêter un jour. A l’heure actuelle EDF doit faire face à une série de réacteurs de la même génération qui devront être démantelés. Donc elle doit intégrer dans son financement le coût de ces arrêts (indemnisation des régions, coût de licenciement, démolition etc).

      Que ce réacteur soit remplacé par des moulins à vent ou des panneaux solaires n’est pas le problèmes, car comme je l’ai dit on a besoin de moins en moins d’électricité et ce réacteur de Fessenheim sera remplacé par rien du tout mais coutera trés cher à EDF qui n’a pas les moyens pour se payer un démantèlemement de réacteur. Et c’est ce qui causera sa perte

    • Onecinikiou 26 janvier 22:43

      @Trelawney


      Foutaise : la consommation a augmenté en 2016 comparativement à l’année passée, et elle ne cesse d’augmenter d’année en année, au point que RTE prévoit une augmentation de 10TWh supplémentaire d’ici 2020.

      Nous consommons 480TWh annuel, balayer d’un revers de la main le mix énergétique en charge d’assurer la production, au motif d’une équivalence des systèmes énergétiques, est proprement irresponsable. 

      Evidemment que la question - en particulier pour les partisans de la sortie du nucléaire - de savoir par quoi de crédible le remplacer, est LA question fondamentale. 

      Et vous êtes bien en peine de dire par quoi, en commençant par fixer des ordres de grandeur. 

    • Trelawney Trelawney 27 janvier 11:50

      @Onecinikiou

      Nous consommons 480TWh annuel

      Il ne faut pas confondre production et consommation. La consommation d’électricité en France a diminué de 5,7% en 2014 pour atteindre 415 térawattheures (TWh), et avait déjà baissé de 6,4% en 2013. En fonction des aléas climatique et pour être optimiste, ça stagne depuis 2010. Les commerciaux EDF font plutôt bien leur boulot en proposant des offres alléchantes pour les industries, mais chez le particulier la consommation d’électricité diminue.
      Et il serait difficile de prétendre le contraire, lorsque le fait de changer une lampe de 60W par une autre de 5W vous donne le même nombre de lux.
      Dans un logement, l’appareil électrique qui consomme le plus d’énergie est la borne Wi Fi, mais même là ça change.
      De plus l’Allemagne, la Suisse réduisent leurs importation. L’Espagne, l’Italie n’importe plus d’électricité. Le phénoméne n’est pas que français

    • JC_Lavau JC_Lavau 27 janvier 11:52

      @Trelawney. Wi ! Réjouissons-nous de la désindustrialisation de la France ! une France en ruines.


    • sarcastelle sarcastelle 27 janvier 12:33

      @Trelawney

      .
      L’Italie n’importe plus d’électricité
      .
      C’est tout nouveau. Donnez-nous une source puisque votre propension romanesque est indéniable. 

    • Onecinikiou 27 janvier 12:40

      @Trelawney


      Et vous il faudrait éviter de raconter n’importe quoi !

      Chiffres RTE (en TWh) :

      - 2015 : Production 546,8 / Consommation 480,6
      - 2014 : Production 540,3 / Consommation 478,3
      - 2013 : Production 550,4 / Consommation 480,2
      - 2012 : Production 541,5 / Consommation 483,0

      Où voyez-vous une tendance à la baisse tant de la production que de la consommation électrique je vous prie ? Elle n’existe pas. 

      Encore une fois RTE prévoit une augmentation de 10 TWh de la consommation d’ici 2020.

      La consommation en Allemagne se maintient (elle a même été plus forte en 2015 qu’en 2014) et la production n’a jamais été aussi importante qu’aujourd’hui. Parler dans ces conditions des interconnexions n’a strictement aucune pertinence pour en déduire quoi que ce soit sur les tendances générales de production/consommation (outre qu’elle tendrait de mettre en évidence une autosuffisance croissante de nos voisins frontaliers, ce qui n’est pas en soi une mauvaise chose). 

    • Trelawney Trelawney 27 janvier 14:54

      @Onecinikiou
      Les chiffres entre la RTE et la CRE ne sont déjà pas les même, parce que la RTE qui diffuse le courant intêgre l’exportation dans les chiffres de la consommation.

      Il faut donc répartir cela sur 3 postes :
      les particuliers où ça baisse régulièrement d’environ 5% par an.
      l’industrie où ça fluctue en fonction de la croissance
      les exportations
      Pour ce qui est des exportation où j’ai dit que l’Italie importé de moins en moins, je fais mon méaculpas, car les exportation vers l’Italie passe pour une grande partie par la Suisse. Idem pour les importations allemande qui ne font pour une partie que transiter en France pour repartir en Suisse.

      Pour ce qui est de la balance exportation importation, elle est positive partout sauf pour l’Allemagne qui exporte 13.9 TWh (dont une partie probablement pour la Suisse) pour une importation de 5.2 (dont aussi une partie de la Suisse vers l’Alemagne

      De plus RTE tient compte du droit de l’eau. Lorsque vous fabriquez de l’électricité à partir d’une rivière qui repart dans un pays étranger, ce pays perçoit une partie de cette électricité au prorata de ce qui lui ait du. Alors que le CRE n’en tient pas compte. C’est compliqué d’avoir les bon chiffres.

      Ce qui est certain, c’est que le particulier consomme de moins en moins de courant et ca se généralise pour tous les pays d’Europe

  • JC_Lavau JC_Lavau 25 janvier 14:25

    La priorité demeure, dans l’esprit des grands marionnettistes qui financent et dirigent les maîtres-à-ne-surtout-pas-penser-mais-juste-trembler qui dirigent ce qui sert d’intellect à Victor, de détruire tout commencement d’indépendance énergétique partielle de la France.

    Une indépendance ? Plus jamais ça !

    • gglegeron 25 janvier 14:59
      @JC_Lavau

      Oui... on peut voir cela comme ça.... mais on peut aussi l’imaginer avec le concourt de charpentiers et autres métallurgistes...


    • Trelawney Trelawney 26 janvier 12:14

      @gglegeron
      Indépendance énergétique partielle de la France.

      D’où vient le combustible des réacteurs nucléaires ? Ce n’est pas le nucléaire qui assure l’indépendance de la France en matière d’énergie

    • Onecinikiou 26 janvier 22:46

      @Trelawney


      Au coût actuel de l’uranium sur les marchés (le plus faible depuis plus de dix ans) le combustible vaut pour environ 5% dans le prix final du KWh payé par le consommateur, a contrario du gaz/charbon/pétrole où nous sommes plus proches des 80%. 

      De ce point de vue, la dépendance au nucléaire est infiniment moindre (16X moins en toute logique) que celle qui nous lie aux fossiles, qui représente toujours les 2/3 du total de l’énergie consommée en France (et dans le monde). 

      Et la priorité selon cet aspect serait de sortir du nucléaire ?

  • sls0 sls0 25 janvier 16:15

    On se souvient que la fermeture de Fessenheim (Haut-Rhin) était une promesse du candidat François Hollande.

    Il n’a tenu aucune de ses promesses à part peut être des promesses en privé à ses amis du CAC40.

    Et il connait quoi en sûreté nucléaire ce brave homme ?
    L’ASN est là pour prendre des décisions de cette ordre, le monde politique à changé, avant c’était des hommes d’état, leur échéances se comptaient en générations, maintenant l’unité c’est le mandat électoral, ce sont des hommes politiques et non d’état.


    • JC_Lavau JC_Lavau 25 janvier 20:14

      @sls0. Si Hollande a tenu sa promesse électorale aux homosexualistes.

      Il a donc mis en garde à vue les familles d’officiers qui protestaient.
      Toutefois, on ne les a pas vues en service dans l’Adrar des Ifoghas, ces militantes féminazies et homosexualistes. Pour se battre dans les coins les plus pourris contre les brigands les plus durs, on ne peut compter que sur ces officiers de tradition sabre et goupillon. Mais ça ne compte pas : c’est rien que des mâles, aucune importance !

    • sls0 sls0 26 janvier 05:09

      @JC_Lavau
      promesse électorale aux homosexualistes

      Bon sujet polémique, comme écran de fumé c’est pas mal pour masquer la paupérisation des français à marche forcée. Ca ou autre chose.... Du moment que ça occupe l’esprit du peuple c’est tout ce que l’on demande.

      Pour se battre dans les coins les plus pourris contre les brigands les plus durs
      Les brigands les plus durs ont été armés grâce à nos conneries en Libye, sans la France, la France n’aurait pas du intervenir. Ils n’y aurait pas eu tous ces morts ça aurait eu un coté comique.

      on ne peut compter que sur ces officiers de tradition sabre et goupillon.
      Déjà dans les années 70, le goupillon n’était plus trop à la mode, les officiers que j’ai connu avaient fait officiers de liaison en Allemagne, ils faisaient le même boulot que Poutine à l’époque.
      Quand il fallait s’enterrer pour observer, la pelle et la pioche ils maitrisaient, vu la taille de l’équipe le tutoiement était de rigueur. C’est eux qui m’ont fait apprécier la culture russe, ils avaient un grand respect pour ceux d’en face car ils les connaissaient bien.
      Je n’ai pas connu l’image d’Epinal de l’officier de tradition sabre et goupillon, je crois pas que ça dû s’améliorer depuis.

      Par contre j’ai parmi mes relations des personnes qui ont perdu des compagnons d’arme parfois pour des choix politiques idiots, ils s’en foutent du grade du compagnon mort, je n’ai pas vraiment entendu style sabre et goupillon.


    • ENZOLIGARK 26 janvier 05:23

      @JC_Lavau ... , ... HellOOOO ... , ... $how Mu$t Go On ( Music / video .... by Queen ... ) . ... АФФ ИСС ... 


    • JC_Lavau JC_Lavau 26 janvier 09:21

      @sls0. Du côté Corlieu de ma famille, il y en avait, à commencer par mon grand-père, Louis de Corlieu.

      Voir d’autres dynasties, Quièvrecourt par exemple.

    • JC_Lavau JC_Lavau 26 janvier 11:31

      @sls0 : « Les brigands les plus durs ont été armés grâce à nos conneries en Libye, sans la France, la France n’aurait pas du intervenir. » 
      En Libye, les militaires français ont été exécutants, pas décideurs.

      Les U.S.A. ont fourni l’incitation médiatique, la logistique, et ont pulvérisé la DCA libyenne.

    • sls0 sls0 26 janvier 20:07

      @JC_Lavau
      J’ai aussi eu des militaires à l’ancienne dans la famille fin 19ème mi 20ème OK le style c’était un peu ça (pas anti clérical mais un peu athée), au Mali le style a dû changer.
      Officier morts ? Je me rappelle des discussions avec le lieutenant, on passait assez de temps sous terre à se faire chier. De mémoire des 92 ou 93 morts du régiment c’était 1 capitaine, un lieutenant et un sous-lieutenant, ça laisse 89 ou 90 non officiers morts face à l’ennemi comme ils disent.

      Ce suis bien content de savoir qu’on était que des exécutants, sorte de gardes suisses pour
      défendre l’occident face à.... Face à quoi au fait ?
      A Nuremberg, il y en avait aussi des exécutants.


    • sls0 sls0 26 janvier 20:29

      @Jade4230
      Архангельск bientôt en vue ?

      Dans le coin je ne connais que Mourmansk où je ne suis allé qu’une fois et St Pétersbourg où j’ai 2-3 points de chute et c’est une ville que j’apprécie depuis 95. Mon point de chute local c’est Tallin* normalement, quand je vais en Europe je n’y manque pas d’y faire un saut.

      Bien visé, je ne crois pas avoir parlé de ce coin sur agoravox.

      *Contrairement à ce que l’on veut faire croire il y a pas mal d’estoniens qui apprécient la Russie.


    • sarcastelle sarcastelle 26 janvier 21:40

      @sls0

      .
      Je ne connais pas Tallinn, mais pas très loin il y a Tartu dont je recommande la visite de l’observatoire de style néoclassique début XIXe (l’ancien, celui qui est en ville), avec sa lunette de 24 cm équatoriale motorisée par horlogerie, la lunette de plus gros diamètre au monde en 1824. 

    • JC_Lavau JC_Lavau 26 janvier 22:19

      @sls0. Pour exécuter tout l’appareil d’état libyen.


    • sarcastelle sarcastelle 26 janvier 22:22

      @sls0

      .
      il y a pas mal d’Estoniens qui apprécient la Russie
      .
      Pas les Estoniens informaticiens. 

  • JMBerniolles 25 janvier 18:19
    Cette affaire montre clairement le moment où les fantasmes et lubies idéologiques, les magouilles politiciennes, se heurtent aux réalités. En l’occurrence physique.

    Lors des débats à l’Assemblée nationale sur la LTE, transition énergétique, une aventure définit de manière bancale par ailleurs, ce nul de Denis Baupin avait déclaré que l’on pouvait arrêter immédiatement les centrales nucléaires. 

    D’une part il y a le chemin administratif qui prend du temps, et qui en laisse aussi pour traiter les nécessaires reclassements des travailleurs, mais il y aurait obligatoirement des laisser pour compte chez les sous traitants. Ce sont des étapes de l’arrêt qu’il faut encadrer correctement : l’arrêt froid, puis le déchargement du combustible, .... 

    Mais surtout, dans la mesure où l’on sait que les réacteurs de Fessenheim peuvent encore fonctionner au moins 20 ans, il y a la question de savoir si on en a besoin ou pas.

    Il se trouve que l’on en a besoin à deux niveaux :

    * leur apport de courant dont on ne peut se passer. Notamment en ce moment
    * les économies que l’on fait en prolongeant leur vie de 20 années. Puisque ces deux réacteurs fournissent un courant stable et fiable, à des coûts marginaux. 

    • biquet biquet 25 janvier 18:46

      @JMBerniolles
      Denis Baupin sort de Centrale, à mon avis il a dû sécher des cours pour draguer les filles.


    • JMBerniolles 25 janvier 20:57
      @biquet

      C’est vrai ?
      Cela me parait incroyable...
      J’ai beaucoup de respect pour cette école d’ingénieurs.



    • baldis30 25 janvier 21:08

      @JMBerniolles
      ce que je souhaite c’est que les syndicats décident d’une bonne grève, mettent les centrales au minimum technique ... accessoirement on évite de fournir à l’Allemagne, à la Suisse au Luxembourg et à des pays plus septentrionaux ... quelques heures après le problème sera réglé !

      ensuite on interroge tous les militants écolos sur leurs connaissances en physique ...


    • Debrief 26 janvier 11:07

      @baldis30
      Ah ouais, c’est comme le vélo, faut être calé en physique : pression de l’air dans les pneus, résistance du cadre carbone, tension sur les câbles et freins etc... D’ailleurs les vainqueurs du tour de France sont tous diplômés MP.

      Et vous, les gros fortiches en physique, pas encore trouvé le moyen de réduire en vapeur la merdasse radioactive résultante ?

      Quand même ! Comme dirait l’autre.


    • Layly Victor Layly Victor 26 janvier 12:20

      @Debrief
      ça, c’est du très haut niveau, compliments


      ce que veulent dire mes amis, c’est que l’Ecole Centrale est une des plus grandes écoles d’ingénieurs du monde, et donc on peut être surpris de la pauvreté intellectuelle de ce salopard.
      Moi, je ne suis pas surpris car l’idéologie, la trahison, l’appât du gain, peuvent conduire à la mise hors circuit du cerveau, désormais inutile.

      Ce que veulent dire mes amis, c’est qu’on peut être surpris de voir quelqu’un qui est premier prix du conservatoire de Paris en piano déclarer que la musique de Chopin ne sert à rien. On se dira qu’il y a un problème. Le satyre Baupin nous dit que faire appel à son cerveau ne sert à rien. Il y a un problème.

      D’autre part, nous ne sommes pas « fortiches en physique ». Nous sommes des gens qui avons accepté de faire les efforts que vous avez refusé de faire. J’ai parlé d’efforts : pardon pour ce gros mot.

    • Trelawney Trelawney 26 janvier 12:34

      @JMBerniolles
      Il faut remettre à jour votre logiciel.

      Ca s’est stabilisé en 2015 et en 2016, l’Allemagne a exporté plus de courant vers la France, que la France en a envoyé en Allemagne. Et cela pour une seule raison : le courant allemands vaut moins cher que le courant français. Comme dirait Hollande, la courbe s’est inversée.
      Si le courant allemands est moins cher que le français, ce n’est pas grâce aux éoliennes, c’est tout simplement du à la sur capacité de production électrique dans ce pays et que les centrales à charbon amorties depuis des lustres fournissent un courant à bas coût (et polluant) alors que les réacteurs français vieux de 30 ans ne sont pas encore amortis.
      Pour ce qui est de la Suisse, elle baisse sa consommation d’environ 8% par an et diminue ses importations en continuant ses exportations

      Donc EDF en surcapacité de production et ne pouvant plus exporter son électricité se trouve à devoir fermer prématurément ses réacteurs. Elle tente de négocier une rallonge budgétaire avec l’état. Mais ce dernier va laisser pourrir les négociations, car ce n’est pas dans son intérêt de refinancer une planche pourrie

    • JMBerniolles 26 janvier 15:36
      @Trelawney

      Vos commentaires sont souvent des affirmations non fondées.... Cela m’intéresse toujours de discuter pour mettre à l’épreuve mes arguments et en découvrir d’autres. Mais il faut qu’ils soient solides.

      Allez dire aux allemands que le courant est moins cher chez eux. Ils le paient près de deux fois le prix qu’il nous coûte.

      Ce qui est moins cher et plombe le marché européen de l’électricité, qui marche sur le principe de l’offre et de la demande, c’est le déversement, quand on n’en a pas besoin de courant allemand à prix négatifs. D’où l’EPEX est souvent inférieur à 40 euros par MWh...
      Mais en période de pointe le courant importé peut être très cher. On a cité en 2012 des prix allant jusqu’à 2000 euros par MWh.

      Ce que vous ne voulez pas voir, parce que cela touche les autres, c’est qu’il y a une grande exclusion des pauvres, notamment des jeunes, de l’énergie et de l’électricité. Linky va encore améliorer le principe de coupure de courant individualisée.

      J’ai regardé net je n’ai trouvé aucun élément qui montre que la RT2012 fait de l’effet.
      Si on regarde la consommation de gaz naturel, on voit qu’elle baisse. Toujours à cause de l’exclusion...







    • sarcastelle sarcastelle 26 janvier 16:10

      @JMBerniolles

      .
      Trelawney n’est pas ennemi des analyses audacieuses. J’ai déjà rappelé sa condamnation de la filière thorium au motif que l’importation de ce métal serait trop chère pour l’électricité française. 

    • JC_Lavau JC_Lavau 26 janvier 16:29

      @Layly Victor. Tiens ? Déjà lu ce gag dans Gaston Lagaffe :

      « - Sensationnel : ce gars là est allergique au mot effort .
      Effort !
      - Atchi !
      - Effort.
      - Atchi ! 
      - Effort.
      - Atchi !
      ... »

    • Onecinikiou 26 janvier 22:52

      @JMBerniolles


      Drôlatique l’histoire du KWh allemand inférieur au français, quand on connait effectivement le prix qu’il en coute aux consommateurs outre-Rhin !

      N’écoutez pas le propagandiste M. Trelawney : tout ce qu’il raconte jusqu’à présent sont des fadaises non sourcées, pas un seul de ces chiffres et tendances - et donc raisonnements sous jacents - ne sont corrects. On est face à un mythomane. Et il en est fier le bougre.

    • Debrief 27 janvier 07:25

      @Layly Victor
      Ah monsieur le mérite de l’effort de sa petite prépa qui par conséquent soutient dans une solidarité communautariste les experts en équations mathématiques prônant le nucléaire parce que ça relève de la « science » !
      Qu’est-ce que vous savez de mon cursus scolaire que je n’étalerai pas ici. Et qui êtes vous pour prétendre vous différencier par l’effort ?
      Quelle fatuité !


    • Trelawney Trelawney 27 janvier 08:11

      @JMBerniolles
      Il ne faut pas tout mélanger. Il y a le prix du courant que paie le particulier français ou allemand et aussi l’impact de cette énergie dans la vie courante des français et des allemands. Et il y a aussi le coût du courant produit par les sociétés allemandes et EDF pour la France.

      Vous savez comme moi que le coût de l’électricité produit par un barrage est inférieur au coût de cette électricité produit par un réacteur, qui lui est inférieur à celui produit par l’éolien etc etc etc.
      On fait la somme de l’électricité produit par tous ces moyens d’énergie et on fait la moyenne avec les différents coûts et c’est comme cela que l’Allemagne a un cout d’énergie produit moins cher (et comme je l’ai dit plus polluant) que la France.
      Si EDF veut réduire ce prix de revient, pour pouvoir s’assurer une marge par rapport au prix imposé, elle achête du courant allemand (un peu comme une entreprise fait appelle à la sous traitance).

      Le rapport de l’allemand avec l’électricité n’est pas le même que le français, car le particulier allemand consomme moins de courant que le français.
      Depuis 2010, la consommation d’électricité en France va en diminuant car elle est directement impactée par la réglementation thermique et le aides faites pour l’isolation des logements. Depuis 2002 on ne construit plus de logements qui se chauffent à l’électricité par convection. En matière de chauffage électrique c’est les pompes à chaleur qui se développe, mais pas tant que cela et c’est dommage. le gaz ne bouge pas, mais observez ce que consomme une chaudière gaz en 2000 et ce que consomme une chaudière gaz aujourd’hui et vous comprendrez pourquoi le volume gaz ne bouge pas. Comme la durée de vie d’une chaudière gaz c’est 15 ans maxi, à chaque fois que l’on change de chaudière on réduit sa consommation en gaz
      L’allemand ne se chauffe pas à l’électricité donc consomme de moins en moins de courant car les appareils d’éclairages et électro ménagers sont moins énergivores. De plus comme le gouvernement allemand met volontairement le prix du courant allemands assez cher, il incite les allemands à réduire leur consommation électrique

      En France l’énergie qui est en plein développement est la biomasse. les bailleurs sociaux ne construisent plus de logements avec chaudière individuelle, mais chaudière collective à pellé

      En matière d’énergie renouvelable, la France a pris le problème à l’envers avec le photovoltaïque et l’éolien au détriment de l’énergie marine, le solaire thermique et la géothermie. Et c’est la biomasse qui prend de plus en plus de place. Actuellement le moyen de chauffage le plus économique est la chaudière ou le poêle à pellé

      Quoiqu’il en soit l’EPR va certainement fonctionner, mais ce sera le seul en France, car EDF va fermer des réacteurs sans les remplacer puisque sa part de marché en matière d’énergie électrique va aller en diminuant et les voitures électriques ne seront pas suffisantes pour augmenter cette part

    • Trelawney Trelawney 27 janvier 08:26

      @JMBerniolles
      Transition énergétique :

      L’écolo de base veut absolument remplacer l’électricité nucléaire par de l’électricité renouvelable. et la discussion se fait toujours sur cette problématique. L’écolo de base qui est trés trés « fonctionnaire dans l’âme » pense qu’en imposant les choses, les français, mais aussi EDF vont suivre.
      EDF a une problématique qui est de vendre du courant et le plus possible pour que l’entreprise perdure. Cette problématique n’est pas intégré par l"écolo de base. C’est pour cela qu’il ne se comprennent pas.
      Il n’empêche que les énergie renouvelable progresse en France et pas pour produire du courant, mais produire de l’énergie qui sert au chauffage et donc remplace l’électricité utilisée pour cela.
      Vous parlez du pauvre qui a du mal à payer son électricité. Combien de ces gens se chauffe avec un poêle à bois ou (et là c’est dramatique) un poêle à pétrole et réduise d’autant leur consommation d’électricité. Ca n’est pas anodin
      EDF doit aussi développer son marché sur les énergies renouvelables et les vrais comme le solaire thermique, le marémotrice, la géothermie et laisser les autres s’étoufer avec les moulins à vent (j’ai des infos perso, ca commence à être galère en angleterre). En faisant cela elle aura une chance de développer son marché vers l’export

    • Layly Victor Layly Victor 27 janvier 09:43

      @Debrief

      Ceci n"a rien à voir avec les diplômes, et d’ailleurs je n’ai jamais parlé du mien dans cette discussion. Dans tous les domaines, je soutiens les gens intelligents et qui font un effort de réflexion contre les imbéciles.
      Il n’y a pas de solidarité communautariste des maths. Les mathématiques, c’est le trésor de toute l’humanité, qui appartient à toute l’humanité, et qui est gratuit pour toute l’humanité. C’est pour ça que les franc-maçons et les marchands veulent le détruire.
      Je soutiens le nucléaire français parce que sa destruction est un crime de plus concocté par le criminel Hollande.

    • JMBerniolles 27 janvier 10:03
      @Debrief

      Une des choses qui caractérise ce site, c’est que l’on ne prend pas en compte les diplômes.
      On s’intéresse plutôt à la qualité des commentaires. Et on oublie aujourd’hui que pour apprendre et pour exprimer des idées intéressantes, il faut faire des efforts. L’anéantissement de cette condition clé de l’effort fait partie de la démolition de notre système éducatif.

      Il est évident que le choix du nucléaire est avant tout de nature scientifique et technologique.
      Avec obligatoirement des considérations économiques. Il se trouve que l’économie est loin d’être défavorable au nucléaire.



    • biquet biquet 27 janvier 11:05

      @Layly Victor
      « C’est pour ça que les franc-maçons et les marchands veulent le détruire. »
      Pas du tout d’accord avec vous sur les franc-maçons. A l’origine les franc-maçons sont les maçons qui ont construit les Cathédrales. Pour monter les charges très lourdes en hauteur, ils ont utilisé un système d’engrenages réducteurs afin de réduire l’effort au soulèvement car ils ne disposaient que de la force musculaire. C’est encore le système utilisé avec les palans manuels. Comme quoi avec peu de moyens mais en utilisant bien son cerveau, l’homme peut faire de grandes choses.


    • Layly Victor Layly Victor 28 janvier 10:27

      @biquet

      je pense que vous avez compris que je ne parle pas du tout des franc-maçons et compagnons des origines, ni des artisans et de ceux qui créent quelque chose de leurs mains, ce qui n’a jamais été opposé au développement de la pensée abstraite (contrairement à ce que veulent faire croire les dirigeants franc-maçons actuels comme la Najat).
      Je parle des gangsters actuels qui dirigent en sous main le monde.
      Pourquoi détestent-ils les mathématiques ? Parce que c’est gratuit, que c’est un trésor de tous les peuples, et que c’est un apprentissage de la liberté et de la conscience : un théorème mathématique ne peut être imposé par aucun pouvoir.

      Si vous voulez, dans les débats, déconsidérer le point de vue de quelqu’un, vous dites que c’est un salopard qui a fait des études scientifiques, au lieu de faire comme tout bon citoyen des études en management ou en sociologie, voire mieux en sociologie du comportement ou, comme ce brave Victor, des études en apérologie.

    • Onecinikiou 28 janvier 12:12

      « des études en apérologie »


      HAHAHA ! Comme Cabanel !

  • JP94 25 janvier 18:45

    On parle souvent du lobby pro-nucléaire quand on veut s’attaquer à ce moyen de production énergétique économe, en constante amélioration : le rendement des centrales nucléaires a progressé de façon spectaculaire depuis les années 70 : c’est donc un moyen de plus en plus économique et par ailleurs, le plus surveillé.

    On n’entend jamais parler, en revanche, des lobbies anti-nucléaires ni de qui les finance... Si les anti-nucléaires se réduisaient à une poignée d’écolos ex soixante-huitards devenus libéraux, comment auraient-ils les moyens de bénéficier d’un tel écho dans les médias, les partis au niveau européen, des affiches, etc ...
    Apparemment, le Capital ne semble guère indisposé par leur action... Gattaz, ni Valls ne fulminent jamais contre ces gens...capables d’imposer à l’Etat des lois pour démanteler un des pans les plus performants de notre économie, garants d’indépendance énergétique.

    Pour chaque MW potentiel en éolien ou en solaire et à prix d’or ( le prix du kWh en Allemagne a plus que doublé de 2004 ) 2010 avec la transition énergétique si vantée ici), on installe une centrale thermique au charbon ( en Allemagne) de façon à assurer continuité énergétique et ... profits ( les centrales à charbon sont fort rentables et c’est leur raison d’être en Allemagne).
    L’éolien sans le thermique n’est bon qu’à faire tourner des moulins à eau.

    On s’inquiète des dégâts humains potentiels pour le nucléaire civil. Mais a-t-on une idée des dégâts humains actuels dans le charbon, gaz, pétrole, et même le solaire ( qui nécessite des terres rares... C’est déjà en dizaines de milliers de morts par an. Sans que le fameux lobby pronucléaire, omnipotent, ne semble le dénoncer... Etrange contradiction pour ceux prompts à flinguer les atomes lourds. !

    • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 25 janvier 21:00

      @JP94
      Excellent


    • baldis30 25 janvier 21:14

      @JP94

      Lorsqu’on fait une VERITABLE étude d’impact .... sur tous les plans le nucléaire l’emporte mêm sur l’hydraulique au fil de l’eau de forte puissance ...

      Faut-il encore savoir ce qu’est une véritable étude d’impact ... si j’ai une certitude c’est qu’aucun écolo n’est capable de savoir sur quoi elle porte et comment on l’aborde. Je ne vais surtout pas donner le minimum d’indication là-dessus ...

      Quant à la sécurité ... allez ... chiche on applique ALARA aux raffineries ou à bien des industries chimiques ou électrochimiques .... CHICHE, pas sûr que les conseils d’administrations des pétroliers apprécient ....

      Au fait vous connaissez le Port Edouard Herriot et la raffinerie de Feyzin .... je préfèrerais cent fois y voir une centrale nucléaire !


    • Layly Victor Layly Victor 26 janvier 12:46

      @baldis30

      Les écolos, c’est fort curieux (en fait non), ne parlent jamais de l’incendie de Bâle, la nuit du 31 Octobre 1986, catastrophe qui a été surnommée Tcherno-Bâle : des milliers de tonnes de poisson morts retrouvés sur des centaines de kilomètres en aval, toute vie détruite dans le Rhin pendant trois ans.
      Ils ne parlent jamais, c’est fort curieux (en fait non), des victimes de la catastrophe de Bohpal qui ne sont toujours pas soignées ou indemnisées et qui continuent à vivre sur un sol qui n’est toujours pas décontaminé. Ceci montre assez la différence entre les efforts des responsables du nucléaire pour réhabiliter un endroit après une catastrophe et l’ irresponsabilité d’un des « patrons » de Greenpeace, Union Carbide.

      Les écolos n’ont pas levé le petit doigt quand il a été décidé d’immerger les navires amiantés de la flotte US au large de la Floride, et pour cause, Greenpeace était favorable au projet ! Bien sûr, on ne voit pas en quoi immerger les navires amiantés est dangereux, mais quand il s’est agi du Clemaceau, Greenpeace a poussé des hurlements. Dailleurs, maintenant que le réacteur US AP1000 est prêt à se positionner sur le marché, Greenpeace US est devenu pro-nucléaire.

  • biquet biquet 25 janvier 18:51

    « le rendement des centrales nucléaires a progressé de façon spectaculaire depuis les années 70 »
    Rendement des centrales 0,3 ! Ce qui a été amélioré c’est la modulation de la production. Dans les années 70, le réacteur tournait uniquement à pleine puissance. Maintenant, en fonction des besoin, on peut faire varier la production d’une centrale nucléaire. C’est une très grande avancée mais cela n’a rien à voir avec le rendement.


    • baldis30 25 janvier 21:16

      @biquet
      ne jouez pas sur les mots..... j’ai quand même entendu que « Quand mon parti sera au pouvoir le principe de Carnot n’aura plus court »

      Alors ou vous êtes ignare pour parler de rendement ou vous êtes de mauvaise foi pour créer un peu plus le trouble ...


    • biquet biquet 27 janvier 11:14

      @baldis30
      C’est justement d’après le principe de Carnot que tout rendement énergétique issu de la thermodynamique est forcément inférieur à 1. L’avantage de l’hydraulique et de l’éolien est de ne pas dépendre de la thermodynamique mais de la mécanique des fluides où évidemment le principe de Carnot basé sur la transformation de chaleur en travail ne s’applique pas.


    • Layly Victor Layly Victor 28 janvier 10:45

      @biquet
      Bien sûr que si vous considérez une quantité d’eau qui suit un cycle fermé, le principe de Carnot s’applique : l’énergie qu’elle a reçu du soleil pendant le cycle ne pourra jamais être convertie intégralement en travail. Ne mélangeons pas tout.

      Justement, la notion de rendement n’intervient pas puisque c’est gratuit. Mais l’énergie récupérée ainsi est une partie infime de l’énergie impliquée dans le cycle de l’eau sur terre. Heureusement !

      Pour l’éolien, il ne s’agit pas d’un cycle fermé, l’a puissance captée par les éoliennes étant négligeable devant les flux thermiques de l’atmosphère.
      Comme vous dites, c’est un problème de mécanique des fluides, dont le résultat est que la puissance d’une éolienne varie comme le cube de la vitesse du vent. C’est à dire qu’elle s’écroule très vite dès que le vent faiblit.

  • Patrick Samba Patrick Samba 26 janvier 00:12

    Bonsoir,

    la promesse de la fermeture de Fessenheim aura été une des grandes arnaques de ce quinquennat.
    Yannick Jadot dénonce « une grosse opération d’enfumage »,


    • JMBerniolles 26 janvier 09:29
      @Patrick Samba

      Mais il a entièrement raison monsieur Samba.
      Lui-même étant une arnaque, il sait de quoi il parle.

    • sarcastelle sarcastelle 26 janvier 09:38

      @Patrick Samba

      .
      Hollande arnaque Jadot ? Ah le salaud. 

    • Layly Victor Layly Victor 26 janvier 12:53

      @sarcastelle

      C’est la faute à Jadot.. Croire que qui que ce soit sur cette planète peut arnaquer Hollande, c’est de la folie.
      Comme ce pauvre Victor qui s’étonne et re-pompe un article du Canard , alors que Hollande veut tout simplement faire le plus de mal possible à la France avant la fin de son mandat, car il brigue le poste de président du conseil européen, et donc il doit donc montrer patte blanche au reich allemand.

    • Onecinikiou 26 janvier 22:55

      @Layly Victor


      Hollande mérite le goudron et les plumes. Et sinon la corde.

  • Debrief 26 janvier 00:56

    A écouter nos X-mines ici postant, il n’y aurait donc qu’une seule voie du salut. Fessenheim toujours et encore, pour l’éternité, jusqu’à ce que ça pète, se désagrège ou se noie dans l’eau.
    Le reste n’étant que du pipi de chat d’idéaliste chevelu n’ayant pas fait l’X ou Centrale (quand même tolérée par JMB, enfin Paris seulement je suppose :) . Donc pas d’autre option !

    Chers atomistes, n’étant pas spécialiste de la question pour argumenter les pros & cons (arguments de toutes manière inutiles dans une guerre de tranchée), je dois dire que vos perspectives sont assez déprimantes. Car comment penser que l’accumulation massive de déchets ingérables et l’exploitation à ciel ouvert de ces bombinettes exposées aux vents des conflits potentiels et des caprices de la nature puisse toujours bien se terminer.

    Allez, je remets un peu de fuel dans mon poêle. Au moins le CO² c’est réversible.


    • sarcastelle sarcastelle 26 janvier 09:31

      @Debrief

      .
      Fessenheim toujours et encore, pour l’éternité, jusqu’à ce que ça pète, se désagrège dans l’eau.
      .
      C’est mon gros souci. Je suis très sensibilisée par les gravures des artistes écologistes qui nous montrent Fessenheim recouvert de bouts de sparadrap. 


    • sarcastelle sarcastelle 26 janvier 09:40

      @Debrief

      .
      au moins le CO² c’est réversible.
      .
      Oui. Voici un moyen : vous chauffez du carbonate de calcium naturel à haute température, et du four vous sortez de la chaux vive qui mise en présence de l’air absorbe son gaz carbonique. 

    • Debrief 26 janvier 11:16

      @sarcastelle
      Pffffff ! Misère !


    • Layly Victor Layly Victor 26 janvier 13:13

      @Debrief

      Maintenant, le coup des déchets ! On voit que vous lisez bien les journaux « indépendants ».
      Le nucléaire, c’est un gramme d’uranium 235 par an et par habitant.
      De plus, le retraitement que la France est la seule au monde à pratiquer, recycle une partie du combustible usé.
      De plus, l’utilisation des réacteurs à neutrons rapides, filière dans laquelle la France excellait, était de loin au premier rang, et qui a été détruite par la « gauche plurielle », filière qui se développe dans le monde sans nous, pour cause de dictature idéologique, permettrait d’incinérer une partie importante des déchets radioactifs.

      Vous mettez toujours en avant vos histoires de qui a fait des études scientifiques et qui n’en a pas fait. Ce n’est pas le problème. On peut toujours se refuser à dire n’importe quoi même si on n’a pas fait d’études. C’est ce qu’on appelait autrefois l’honnêteté, qui n’était pas l’apanage des gens diplômés. 
      Et il y a en ce moment beaucoup de scientifiques diplômés qui trahissent leur pays, et au plus haut niveau : sans quoi la Ségolène et la Lepage ne pourraient pas débiter leurs mensonges.

      La terre étouffe sous les déchets de la consommation, les plastiques qui asphyxient les océans. Les grandes villes africaines sont cernées par des poubelles à ciel ouvert sur lesquelles meurent des enfants. Le problème des déchets nucléaires sera résolu bien avant tout ceci.

    • Debrief 27 janvier 07:41

      @Layly Victor
      Je ne parle pas de diplômes. Je respecte infiniment les scientifiques et ceux qui par leur grande intelligence et parfois leur génie ouvrent les portes de la connaissance. Je parle d’un lobby, d’une caste dont l’influence pervertit la politique et les choix nucléaires et énergétiques de la France.

      Et toute un catégorie de dézinigueurs d’écolo profs de physique chimie en retraite qui ne réduisent le CO² qu’avec de la chaux et de bénéficiaires du bidule qui suivent le mouvement.


  • JMBerniolles 26 janvier 09:51
    En Février 2012, le 12 exactement, nous avons eu en France une pointe de demande de puissance électrique de 102 Gigawatts électriques

    Le 18 janvier 2017 dernier dans des conditions climatiques équivalentes, la pointe n’a été que de 93 Gigawatts électriques

    Après analyses, cette chute conséquente de consommation à l’heure où on a le plus besoin d’électricité traduit deux faits désastreux :
    * l’exclusion énergétique, qui a sans doute provoquer quelques décès ce jour là.
    * la récession industrielle et économique qui frappe notre pays.

    Cela traduit la faillite de la politique gouvernementale sous le mandat Hollande, mais qui n’a fait que prolonger les orientations précédentes en les aggravant.

    Si l’ASN avait maintenu son blocage criminel des réacteurs nucléaires, (qu’une action d’anciens du nucléaire a fait échouer), il y aurait eu au moins de très grands délestages, si ce n’est un Black out.
    Cet Hiver nous avons besoin de tous nos réacteurs nucléaires, y compris ceux de Fessenheim, pour assurer la continuité de la distribution de courant électrique.

    De même une relance de notre industrie et de notre économie, exigerait des investissements en réacteurs nucléaires, parce que leur courant est fiable, stable, et à prix maitrisés (Le sabotage du chantier de l’EPR de Flamanville, qui a aussi ses problèmes propres, par l’ASN se traduit par une dérive des coûts qui n’est pas représentative)

    Cela fait des années que l’on entretient la peur avec un accident nucléaire grave qui arriverait demain. Alors que les incidents sur les réacteurs REP n’ont jamais dépassé le niveau 2.
    Et que l’on vient d’investir dans des mesures, redondantes souvent, pour assurer la sûreté de ces réacteurs.




    • nadi nadi 26 janvier 14:03
      @JMBerniolles

      J’apprécie beaucoup vos diverses interventions que ce soit dans le domaine politique ou énergétique.
      Vous défendez le nucléaire, vous semblez très pointu sur le sujet. Sur le plan technique je ne vous me permettrais pas de vous contredire, n’y connaissant strictement rien. Mais j’aimerais votre point de vu sur les catastrophes déjà arrivées ou possibles (j’ai cru comprendre que nous aurions déjà pu frisé la catastrophe par exemple à la centrale de Blaye). Admettez que nous sommes un petit pays avec beaucoup de centrales, ce qui implique que tout le territoire est susceptible de subir les conséquences d’une catastrophe. Alors Tchernobyl, Fukushima, ou pire, le jeu en vaut-il la chandelle ?

    • JMBerniolles 26 janvier 17:57
      @nadi

      Merci

      Oui « Tchernoblaye » le mot de Noël Mamère. J’avoue que c’est amusant, mais l’accident a été classé au niveau 2 de l’échelle INES [Tchernobyl et Fukushima Daiichi sont au niveau 7]

      On était loin de l’accident grave. Vous remarquerez que Mamère se garde bien de demander la fermeture de la centrale du Blayais à corps et à cri. Son fond de commerce électoral est plus important que tout.

      En près de 40 années de fonctionnement de nos REP on n’a pas dépassé le niveau 2 sur les incidents.

      Ceci est du à la maitrise du fonctionnement par les personnels d’EDF, à la sûreté intrinsèque des réacteurs de type PWR, à la sûreté, recherche et contrôle, ainsi qu’à la qualité de notre industrie, notamment sur la métallurgie.

      L’accident de référence pour nos REP n’est pas du tout Tchernobyl, ni Fukushima Daiichi, mais TMI. Où le tiers du cœur a fondu sans impact extérieur, l’enceinte réacteur ayant joué son rôle.
      Pour ceux qui prétendent que l"’on ne sait pas démanteler un réacteur, à fortiori accidenté, je précise que le cœur endommagé de TMI a été extrait de la cuve primaire en 1986.

      L’EDF investit 100 milliards d’euros dans une grande remise à niveau de la sûreté. Ceci pour permettre le prolongement de la vie des réacteurs de 20 années au moins.

      Le côté incontournable de l’électronucléaire en France vient d’être prouvé avec la remise en services des réacteurs nucléaires bloqués par l’ASN sur une base non fondée techniquement (ce qu’on fait remarquer des anciens du nucléaires dont Victor Layly, moi-même et d’autres)
      .Sans cela on courait vers des grands délestages et même un Black out sérieux.

      Pour un pays développé l’électronucléaire est une solution de base. L’Angleterre s’y remet sérieusement et en France nous aurons aussi une relance à un moment donné si l’on veut rétablir l’économie du pays et re développer son industrie.

      La vraie solution d’avenir étant la maitrise de la Fusion. 

    • JC_Lavau JC_Lavau 26 janvier 18:14

      @nadi.
      On voit que jamais, jamais, jamais tu n’as eu à assurer la sécurité et le service d’une usine et de ses processus.

      Ou d’un hôpital, mais tous les hostos ont dû investir en onduleurs, batteries et diesels.
      Tu te contentes de faire confiance à la presse aux ordres, la même qui te serine tout ce qui convient à ses maîtres.

    • nadi nadi 26 janvier 18:49
      @JC_Lavau

      Je ne fais confiance à personne en particulier, j’essaie juste de me renseigner, c’est grave docteur ?

    • nadi nadi 26 janvier 18:59
      @JMBerniolles

      Ok, sur un plan économique je comprends vos arguments. Mais ma question peut-être un peu simpliste est : accident type Tchernobyl, Fukushima ou autre n’est-elle pas possible en France avec toute une région dévastée pendant de siècles, la votre ou la mienne par exemple ? Dans ce cas ne jouons nous pas avec le feu ?

    • JC_Lavau JC_Lavau 26 janvier 19:29

      @nadi. On te l’a déjà expliqué combien de fois ?


    • nadi nadi 26 janvier 19:46
      @JC_Lavau

      Excuses moi de ne pas avoir tes compétences intellectuelles. J’ai besoin d’une personne intelligente capable de se mettre à mon humble niveau, ce qui n’est pas ton cas !

    • JMBerniolles 26 janvier 20:45
      @nadi

      Il n’y aura ni Tchernobyl, ni Fukushima Daiichi en France.

      A ce propos je voudrais que l’on respecte un peu plus les japonais.

      30% du Japon est en zone sismique. Le 11 mars 2011 les tremblements de terre ont été provoqués par l’affrontement de plaques tectoniques sur une distance de 1000 kms environ. La surface marine concernée par ces tremblements de terre a été de 500x200 kms. ..
      Nous sommes épargnés par ce genre de phénomène cataclysmique, alors respectons ceux qui y sont soumis. Ce 11 mars, 13 réacteurs nucléaires étaient concernés par ces catastrophes naturelles sur trois sites de centrales nucléaires : Onagawa, Fukushima Daini et Fukushima Dai-ichi.
      Il n’y a pas eu d’accidents graves à Onagawa et Fukushima Daini.

      A Fukushima Daiichi 4 réacteurs, en fait trois puisque le n°4 a été victime de l’accident du n°3, ont été accidentés avec fusion du cœur et formation d’un corium, tndis que les réacteurs 5 et 6 ont pu être maitrisés par la poignée d’ingénieurs, de techniciens, de pompiers et de policiers qui sont restés sur le site. Si l’environnement n’avait pas été dévasté, surtout par le tsunami, des camions transportant des groupes électrogènes seraient arrivés à temps sur le site pour permettre de maitriser plus rapidement la fusion des cœurs.

      Donc il faut considérer que dans des conditions apocalyptiques la majorité des réacteurs nucléaires ont pu être contrôlés. L’impact environnementale terrestre et marin a été important mais finalement limité. L’espace marin a pu être à nouveau livré aux pêcheurs, hormis une zone limitée devant la centrale depuis déjà un certain temps (avec un contrôle des poissons) .

      Avant les travaux de décontamination, les doses biologiques maximum qui auraient été intégrées pour une personne restant immobile aux points les plus chauds pendant une année, ont été de 35 millisieverts. Ce qui reste largement dans le domaine des petites doses.
      Compte tenu de cela il avait été prévu, notamment par le MIT américain, que l’impact biologique sur les populations serait très limité. Dans le période la plus critique des 5 années après les accidents cela s’est bien vérifié. Il n’y a eu essentiellement qu’un nombre limité de cancers de la Thyroïde chez les jeunes de la zone contaminée que l’on peut attribuer clairement à l’irradiation et plutôt à la contamination, notamment par de l’Iode radioactif à l’état gazeux. Pas de Leucémies liées aux irradiation. Chez les travailleurs et techniciens qui ont travaillé sur le site, particulièrement pendant les accidents, - Deux techniciens de la Tepco ont intégré des doses d« un peu plus de 600 millisieverts-, il n’y a eu que un ou deux cas de Leucémie qui pourrait être liée aux irradiations. 

      Après une période de flottement au gros des accidents, un suivi sanitaire très complet et fréquent a été mis en place dans les Préfectures touchées. Notamment 360.000 jeunes de la Préfecture de Fukushima ont été suivis de très près. Ce qui a permis de déceler très tôt les cancers de la Thyroïde.

      Je prends la peine de vous donner cette information qui résultent technique que j’ai fait depuis le jour de l’ accident initial, quasiment jusqu’à maintenant, pour vous prendre conscience des réalités sur ces accidents et leurs impacts sanitaires, parce que vous ne la trouverez nulle part dans nos médias et partiellement sur le site de l’IRSN.

      Pour que vous compreniez notamment que Fukushima Daiichi n’a rien à voir avec l’impact d’une bombe atomique.

      Or aujourd »hui malheureusement, un feu atomique en Europe est plus probable qu’un accident nucléaire grave en France.





















    • nadi nadi 26 janvier 22:26
      @JMBerniolles

      Merci beaucoup de votre réponse. J’avoue que je reste dans le floue concernant ces questions.

      « l n’y aura ni Tchernobyl, ni Fukushima Daiichi en France. »

      Je veux bien vous croire, mais après Tchernobyl auriez vous pensé qu’un Fukushima soit possible ? Il est fort probable qu’un jour, peut-être chez nous, un nouvel accident grave arrive avec une cause différente des 2 accidents précédents et on dira oui mais c’est parce que... Après vous semblez minimiser les conséquences, peut-être avez vous raisons, les avis divergent comme on dit smiley

      « Or aujourd »hui malheureusement, un feu atomique en Europe est plus probable qu’un accident nucléaire grave en France. » Je crains hélàs que vous n’ayez raison.

    • Layly Victor Layly Victor 27 janvier 10:37

      @nadi

      Vous avez tout à fait raison de dire qu’il peut se produire un jour un type d’accident que l’on n’aura pas imaginé. L’enchaînement des événements ou des défaillances lors d’une séquence accidentelle est très complexe.
      Mais Monsieur Berniolles a raison de dire qu’il n’y aura ni Tchernobyl ni Fukushima en France.

      Tchernobyl était un réacteur de type graphite-gaz sans confinement et ce fut un accident de réactivité (montée exponentielle de la puissance) suite à un concours de circonstances très particulier et une série incroyable d’erreurs de l’opérateur. Quand on suit le scénario, on comprend pourquoi ce drame est attribué beaucoup plus à la déchéance et l’irresponsabilité du système soviétique qu’aux défauts du réacteur. Certains disent même que ce drame est ce qui a convaincu Gorbatchev de jeter l’éponge.
      Nous n’avons pas ce type de réacteur en France.

      Fukushima, ce sont des réacteurs à eau bouillante. Ces réacteurs ont parfaitement tenu le séisme, qui était un des plus importants de l’histoire du Japon, et sans commune mesure avec ce qui peut se produire en France sur les sites nucléaires. Les réacteurs ont été très peu endommagés. C’est le blackout électrique suite au tsunami et la submersion des systèmes électriques de secours qui a empêché le fonctionnement des pompes de circulation du liquide de refroidissement (eau borée).
      Il y avait donc plusieurs erreurs de conception qui n’auraient jamais du être faites : positionnement trop bas des systèmes électriques de secours qui a conduit à leur submersion, et absence de confinement.

      En France, nous avons des réacteurs à eau pressurisée (PWR) qui assurent une barrière de confinement supplémentaire dans le cœur lui-même et qui en plus disposent d’une enceinte de confinement extérieure avec des systèmes de sauvegarde : aspersion, recombineurs d’hydrogène, dépressurisation à travers des filtres.Le seul accident grave d’un réacteur PWR a été celui de TMI aux USA. une partie importante du cœur a fondu (3/4), mais il n’y a eu aucun rejet de radioactivité dans l’environnement.
      L’accident de TMI a été analysé dans tous les détails et de nombreuses améliorations ont été apportées.

      Mais vous avez raison, on ne put jamais exclure qu’il n’y ait pas un scénario que l’on n’a pas identifié. Ce qu’on peut dire, c’est que la probabilité d’un accident grave en France est extrêmement faible et que, même dans ce cas, la probabilité de défaillance des systèmes de sauvegarde est aussi très faible. Dans l’EPR, ces systèmes de sauvegarde sont considérablement renforcés, et c’est pour ça que c’est un réacteur qui est cher. Mais les écolos sont contre l’EPR !

    • Trelawney Trelawney 27 janvier 12:23

      @JMBerniolles

      * l’exclusion énergétique, qui a sans doute provoquer quelques décès ce jour là.
      S’il y avait eu des morts du au froid, la presse en aurait fait des choux gras. Le fait est qu’en période de grand froid, le particulier n’utilise plus l’électricité pour se chauffer
      * la récession industrielle et économique qui frappe notre pays.
      Oui mais pas que, car une usine aujourd’hui consomme beaucoup moins qu’il y a 10 ans. La première recherche d’économie pour les entreprises sont les économie d’énergies. Même sur de l’outillage portatif le rapport consommation puissance a considérablement baissé, imaginez cela pour des machines
      J’ai une grande maison 350m² habitable et je viens de remplacer mon ancienne chaudière HPE par un éco-générateur qui me procure du chauffage, de l’eau chaude et de l’électricité par micro cogénération. Cette électricité produite fait fonctionner une pompe à chaleur pour chauffer l’eau de ma piscine intérieure. résultat 50% d’économie de gaz d’un mois sur l’autre.
      Pour l’électricité j’ai des panneaux voltaïque avec un bon contrat de vente à EDF que ne me rapporteront que le coût de l’investissement (donc mauvais calcul)
      J’ai aussi un poêle à pelé avec 3 sorties air pour lés périodes de grand froid (c’est un plus coté confort)
      Electricité plus gaz, je consomme 75 euro par mois compteur compris pour 350m²

    • JMBerniolles 27 janvier 15:16
      @Trelawney

      Je suis d’accord que les pompes à chaleur (dans le sol) couplées à des chaudières à haut rendement sont une solution très bonne pour des maisons individuelles qui disposent d’un terrain (je crois que pour une solution horizontale de pompe à chaleur dans le sol il faut environ 100 m2)

      Mais cela n’est en général pas possible pour l’habitat collectif.



Réagir