vendredi 12 septembre 2014 - par C BARRATIER

Offensive intégriste généralisée

Les USA mobilisent plusieurs armées pour tenter de stopper l’invasion des djihadistes d’Irak et de Syrie. J’observe que dans la coalition figurent des Etats opposés à la liberté de conscience et à l’égalité Hommes Femmes comme l’Arabie saoudite. Est - il pertinent de nous mêler de cela, nous Français, alors qu’il s’agit de la suite logique et prévue de la déstabilisation de l’Irak, puis de la Syrie, par les USA quelques années plus tard organisateurs de la contre croisade.

Nous avons fort à faire chez nous avant de jouer les gendarmes du monde. Une manifestation clairement politique et anti républicaine, avec ses tracts et slogans mensongers, a facilement mobilisé l’extrême droite catholique du Front national et d’une partie de l’UMP. Voir en table des news :

Manip pour tous, rôle de PCD et des associations parents cathos

http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=24

 

L’idéologie de la supériorité des garçons sur les filles est chez les fondamentalistes identique à celle des intégristes musulmans. En France elle mobilise des familles catholiques intégristes qui ont pourtant leurs écoles, collèges, lycées chargés de formater les consciences. Mais ils sont furieux de voir des millions de familles catholiques choisir les établissements publics. Ces ennemis de l’égalité hommes/femmes ont prétendu que l’ABCD était l’enseignement d’une théorie du genre à l’école publique, théorie qui pourtant n’existe pas dans les programmes.

 Il y a bien longtemps que « Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage ».

Dans notre pays l’église catholique s’est permis d’interdire des écrits, a brûlé des livres qui ne concernaient pas ses fidèles à qui il suffisait de s’en tenir aux livres recommandés par leur directeur de conscience auquel les non fidèles n’avaient aucune raison de se référer. Les héritiers de ces sales époques ont maintenant la prétention de s’opposer aux enseignements de l’école publique, ouverte à tous et où ils n’envoient d’ailleurs pas leurs enfants. Ils veulent imposer leurs vues rétrogrades à des familles qui leur sont totalement extérieures.

Notre pays de la liberté de l’enseignement finance largement les écoles catholiques , c’est le public qui les boude.

Voir en table des news :

 Ecoles privées et fonds publics injustement répartis

http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=234

 

« Dans une lettre adressée à des centaines d’enseignants de Loire-Atlantique, un collectif issu de la « manif pour tous » (vigigender 44) vient s’ingérer et faire pression sur l’École avec l’intention de « surveiller » ouvrages et projets pédagogiques, manuels scolaires et livres de jeunesse dans et hors de l’école.

Les temps périscolaires sont aussi cités. Il est affirmé que des parents « volontaires » se mobiliseront. La guerre comme en Irak ?

Ce courrier reprend les fantasmes et théories du complot déjà utilisés contre les « ABCD » de l’égalité. Voir manip pour tous ci-dessus.Il s’agit d’une offensive politico catholique qui ne concerne pas les catholiques en fait, lesquels s’opposent partout à leur reprise en main, laissant des traditionnalistes s’exciter entre eux. La FAPEC « fédération autonome de parents d’élèves courageux » est une nouvelle fédération de parents d’élèves qui s’est créée dans le prolongement des journées de retrait des écoles (JRE) pour protester contre la mise en place de l’ABCD de l’Egalité. Selon ses propres termes elle « rassemble des pères et mères déterminées à protéger leurs enfants etconvaincus, en dépit des pressions contraires, que l’idéologie du genre introduite malgré eux à l’école est un danger incommensurable pour leurs enfants » Sa présidente, Farida Belghoul, est proche des milieux d’extrême droite qui gravitent autour de Dieudonné et d’ Alain Soral.

En menaçant les chefs d’établissement de collège, les directions d’écoles, par effet induit les structures éducatives périscolaires, ce collectif témoigne d’un obscurantisme sur les droits et devoirs d’égalité, sur le nécessaire respect des diversités inscrites dans le cadre républicain. Il est de la responsabilité de l’Ecole à tous les niveaux, dès la « formation des maîtres », de sensibiliser et apprendre toutes dimensions de notre socle républicain construit sur la laïcité.

Ce retour à « l’index » surgit à n,ouveau, réussi un temps par PETAIN, puis vainement tenté par SARKOZY, sera-t-il mis en échec ?

Des catholiques s’y emploient fort heureusement.

La revue Golias numéro 349 du 10 septembre 2014 raconte la tentative avortée de création « d’une école hors contrat au Bourg-sous-la-roche (Vendée), avec la bénédiction de Mgr castet, évêque de Luçon (cf. « golias Hebdo » n° 341). Des chrétiens, très justement, s’opposaient à son installation dans le centre paroissial Saint-Pierre, installation autorisée par le curé de la paroisse, le P. Lubot, sans aucune concertation et en dépit du droit.

Afin de trouver une solution (car les catholiques opposés avertissent nonciature, officialité régionale, évêques, medias…), une médiation est nommée fin juin dernier par Mgr Castet. Il la confie à l’un de ses vicaires généraux, le P. Bondu, et à Éric de Labarre, ancien secrétaire général de l'Enseignement catholique et actuel président de l'ICES (Institut catholique d’études supérieures de Vendée). Éric de Labarre est proche de la Fraternité Saint-Pierre (lefebvristes ralliés à Rome), dans laquelle un de ses fils officie comme prêtre.

 Les chrétiens opposés à ce projet d’école dénoncent – à juste titre mais vainement – cette médiation qu’ils jugent un peu trop partiale. Néanmoins, les médiateurs n’ont pas chômé car début juillet dernier ils ont fait connaître leurs conclusions dans un rapport de neuf pages. 

Après avoir rappelé les faits et analysé la situation, le P. Bondu et Éric de Labarre ont « élaboré » des « préconisations sans chercher le compromis à tout prix et n’importe quel prix au risque de voir ressurgir les difficultés à moyen terme »…

L’association des parents éducateurs de Vendée (qui souhaitait créer cette école hors contrat) a momentanément renoncé – nous l’apprenons dans ce rapport rendu public sur le site du diocèse de Luçon – à son projet en raison de l’opposition d’une partie de la paroisse du Bourg-sous-la-Roche. Mais les médiateurs « reconnaissent leurs demandes comme légitimes : ils doivent être intimement associés à l’œuvre de l’école » ! C’est en ce sens que le P. Bondu et Éric de Labarre « préconisent » aux parents tradis de « poursuivre le dialogue » avec la Direction de l’enseignement catholique et son directeur Christophe Geffard, tout en les assurant que leurs demandes restent « éminemment minoritaires »

… C’est mal connaître ces ultras qui font fi de ce genre d’arguments et ne désarment jamais. D’ores et déjà, Golias souhaite un bon courage aux enseignants vendéens des écoles catholiques sous contrat qui devront gérer dans les mois qui viennent ces thuriféraires de l’Eglise préconciliaire… Néanmoins, s’ils décidaient de poursuivre leur projet d’ouvrir une école, les médiateurs leur demandent de « veiller à éviter toute confusion en s’abstenant de chercher l’usage de locaux paroissiaux, de ne pas utiliser pour nom un vocable pouvant laisser croire que l’école appartient à l’Enseignement catholique, à plus forte raison lorsqu’une école du réseau de l’Enseignement catholique porte déjà ce nom, de s’abstenir de toute sollicitation auprès d’un prêtre du diocèse et d’une communauté religieuse sans un accord exprès et écrit de l’évêque ».

 Mais ils ne sont pas les seuls à qui le P. Bondu et Éric de Labarre « préconisent » de rentrer dans le rang.

Les chrétiens opposés au projet d’école sont invités à « rechercher le dialogue » avec les parents tradis car « les incompréhensions résultent largement d’une méconnaissance de l’autre et de ses intentions ». D’autre part – et c’est là que l’on constate que cette médiation n’a rien compris au monde tel qu’il fonctionne aujourd’hui –, elle « préconise d’éviter d’utiliser les médias comme caisse de résonance, cette pratique ayant pour effet d’amplifier d’éventuels désaccords et de risquer de rompre la communion de fidèles aux sensibilités diverses ». Eglise et Armée, même combat ? Cette Eglise caporalisée et qui se tait, « préconisée » par les médiateurs de Mgr Castet, ne correspond plus à notre société du XXIe siècle, où tout est communication. Les tradis et les intégristes l’ont bien compris : ils sont omniprésents sur Internet et les réseaux sociaux !

L’Eglise ne peut plus continuer de demander aux chrétiens d’intérioriser les conflits et de souffrir en silence sous prétexte de ne pas déchirer davantage « la tunique sans couture » de Jésus-Christ. Si les chrétiens du Bourg-sous-la-Roche s’étaient tus et n’avaient pas saisi les media, alors cette école aurait vu le jour ! Les médiateurs se moquent du monde mais ils peuvent aller plus loin dans la plaisanterie.

En effet, le P. Lubot – qui n’avait même pas eu la présence d’esprit de mettre au courant ses paroissiens de ce projet d’école qu’il autorisait à ouvrir dans les locaux du centre paroissial ! – se voit quasiment félicité d’avoir favorisé « le dialogue avec les conseils paroissiaux et les fidèles ayant permis une clarification du dossier » ! Quand on sait qu’en bon pompier-pyromane, le P. Lubot – voyant monter la contestation d’une partie des fidèles – rétropédala et se montra moins chaud pour l’ouverture de cette école, on se demande si les médiateurs ne prennent pas les Vendéens pour des quiches… On comprend aussi aisément que les parents tradis n’aient eu que pour seule résolution que d’abandonner leur projet ! S’attendaient-ils à pareille défection ? Qu’ils se réjouissent, malgré tout ! Car les médiateurs « encourage[nt] [le P. Lubot] à soutenir les parents de l’association dans un travail commun avec l’Enseignement catholique diocésain pour que les demandes des parents soient reconnues comme légitimes dans leur principe et que la cohésion de l’Enseignement catholique et du diocèse soit assurée »… Mais le P. Bondu et Éric de Labarre persistent et signent . …

 « Enfin, il faut souligner que la mobilisation des diocésains opposés à ce projet d’école et leurs doléances relayées par les médias (qu’ils soient locaux ou nationaux, comme Golias) ne furent pas vaines et, légitimement, les chrétiens du Bourg- sous-la-Roche ont obtenu que leur centre paroissial le reste, en dépit des soutiens de l’évêque de Luçon et d’une partie de son clergé à ce projet délirant.

La preuve que les évêques et les tradis ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent s’ils trouvent devant eux des chrétiens unis ayant à cœur de voir l’Eglise continuer à « converser avec le monde ».

 

J’en retire quant à moi l’idée que les citoyens de France doivent se préparer à entrer en résistance, et ceci plus fortement que ne résistent les peuples occupés par les djihadistes d’irak et de Syrie.



16 réactions


  • claude-michel claude-michel 12 septembre 2014 10:47

    C’est marrant...Les USA mettent le bordel partout (Afghanistan-Pakistan-Irak-Libye-Syrie-etc) et après ils font la gueule de voir des rebelles leur déglinguer des tours.. ?


    • files_walQer files_walQer 12 septembre 2014 16:34

      @Claude Michel


      Les 19 arabes n’ont pas « déglinguer » les tours de New York. C’était un false flag.

      En revanche, vous avez raison sur le premier point : ils sont effectivement expert pour mettre le bordel partout. C’est d’ailleurs pour cela que les marionnettistes avaient besoin d’influencer fortement l’opinion publique avec le 11 septembre.

  • Rounga Rounga 12 septembre 2014 11:00

    Mais ils sont furieux de voir des millions de familles catholiques choisir les établissements publics. 


    En réalité c’est plutôt l’Etat qui est fumasse de voir que l’afflux vers les écoles privées augmente sans cesse depuis quelques années, signe de l’impéritie de l’école publique. Aujourd’hui, il faut inscrire son enfant dans certaines écoles privées plus d’un an avant la rentrée, car la liste d’attente est longue comme le bras, ce qui n’était pas le cas il y a dix ans.
    Mais que C. Barratier se rassure : ces écoles, si elles sont dites « catholiques » ne sont pour la plupart pas confessionnelles. L’enseignement religieux n’y est bien souvent pas obligatoire, et des enfants en sortent sans même savoir qui était Jésus. Vous pouvez souffler, les consciences de nos chères têtes blondes sont préservées !

    Ces ennemis de l’égalité hommes/femmes ont prétendu que l’ABCD était l’enseignement d’une théorie du genre à l’école publique, théorie qui pourtant n’existe pas dans les programmes.

    Ce qui est enseigné, c’est que les différences que l’on constate entre les filles et les garçons ne sont pas naturelles, mais purement culturelles. Or, c’est tout à fait cela la théorie du genre. Et pour « déconstuire » ces stéréotypes, il est recommandé de faire jouer des petits garçons à la poupée. Donc non seulement on enseigne bel et bien la théorie du genre, mais en plus on la met en pratique !

    Dans notre pays l’église catholique s’est permis d’interdire des écrits, a brûlé des livres

    Pour ce que j’en sais, la mainmise de l’Eglise sur la production culturelle relève davantage du mythe que d’autre chose. Il y avait bien un index, mais il faut savoir que, comme la censure aujourd’hui, la mise à l’index faisait de la pub à l’auteur de l’oeuvre en question. Je vous encourage donc à déconstruire ce cliché, à moins que vous n’ayez des exemples précis à m’apporter de censure suivie d’autodafé par l’Eglise en France. Et j’ai bien dit par l’Eglise, pas par la Sorbonne, hein.



    •  C BARRATIER C BARRATIER 12 septembre 2014 13:47

      Cette fédération annonce sa couleur, Constant, en prétendant qu’il y a une idéologie du genre à l’école. Une idéologie n’est pas une réalité. Il n’y a rien dans les programmes qui se réfère à une idéologie. Quant à l’égalité des garçons et des filles qui est une réalité qui avance, une conquête des gens civilisés, elle ne concerne pas du tout leur anatomie, leurs sécrétions glandulaires, mais uniquement leurs droits.

      Je vous propose de consulter les avancées vers l’égalité, surtout en France, en sélectionnant l’article qui vous tentera dans la table des news, article commençant par « femmes ».
      Les parents ne sont pas plus compétents en pédagogie que je ne le suis pour piloter un avion. Ou opérer un genou...Les enseignants le sont, consultez les sur ce sujet..Les associations de parents ne réprésentent que très peu les parents...LA PLUPART SAVENT QUE LES COMPETENCES RESULTENT DE FORMATION POINTUES ET DU TRAVAIL QUOTIDIEN, pas des idéologies.

  •  C BARRATIER C BARRATIER 12 septembre 2014 13:17

    L’Etat est fumasse de la stagnation de l’enseignement privé. Malgré des pubs, des placards, des portes ouvertes, ça ne vient pas. Dans ma commune l’école privée recrutait mieux au temps où lorsque la commune donnait 1 euro pour un enfant de l’école publique, elle en donnait 3 pour l’école privée qui pouvait faire des choses spectaculaires par rapport à l’école publique. Depuis que la commune a été contrainte d’appliquer la loi (1 euro dans le public, 1 euro dans le privé en dépenses matérielles d’enseignement

     PEILLON a un peu réussi à grossir les effectifs privés avec son cirque de rythmes scolaires, et les mairies qui torpillent les activités péri scolaires ont informé à l’avance les ecoles privées qui font un argument de recrutement la cacophonie municipale. Aucune école privée n’applique la réforme, c’était prévu, elles étaient libres même sous contrat d’association.
    Ce que j’entends c’est que les parents ne font pas la confusion entre la classe et les activités péri scolaires municipales. 
    ça se retournera contre les maires bien sûr.
    Question à Rounga : comment expliquez vous que les effectifs par classe soient très inférieurs nationalement dans le privé sinon du fait qu’il n’arrive pas à remplir ? Autour de mon village, c’est en tout cas bien le cas à l’école primaire. Au collège et lycée, on agrandit et on construit dans le public, cependant que les classes correspondantes ne sont pas pleines dans le privé. Le nombre de places (occupées) dans le public a doublé, le privé s’agite toujours pour recruter. Les statistiques nationales confirment cela.
    Que va faire l’état socialiste, qui, comme dans le passé, fait tout ce qu’il peut pour privatiser l’école ?

    Ceci dit, mon article porte plutôt sur le problème de l’intégrisme.


    • Rounga Rounga 12 septembre 2014 13:57

      Qu’un établissement soit privé ne constitue pas à tous les coups un gage d’excellence. Il existe bien sûr des écoles privées médiocres. Vous raisonnez à partir de l’école de votre village, peut-être est-elle de cet acabit. En ce qui me concerne, de ce que j’ai pu glaner ici ou là en parlant avec diverses personnes de plusieurs endroits en France, le son de cloche que j’entends correspond plutôt à une ruée vers le privé, avec le phénomène de listes d’attente dont je vous ai parlé. 


    •  C BARRATIER C BARRATIER 12 septembre 2014 14:05

      Non Rounga, l’école privée de mon village fait du bon travail pédagogique. L’école publique aussi qui accueille 85% des enfants de la commune scolarisés. Mais j’observe que les parents de l’école privée de Chessy se sentent un peu à part, à l’écart des rencontres quotidiennes de parents de toute philosophie qui sont un plaisir pour les aprents de l’école publique. A l’école privée plus de la moitié des élèves viennent d’autres communes.

      Ce que je note sur les évolutions de scolarisés vient des statistiques officielles, très décevantes pour les pouvoirs, les parents massivement, catholiques inclus, plébiscitent l’école publique.

  • César Castique César Castique 12 septembre 2014 16:10

    Quand une khmère rose sans qualification, qui dit :



    «  La théorie du genre, qui explique « l’identité sexuelle » des individus autant par le contexte socio-culturel que par la biologie, a pour vertu d’aborder la question des inadmissibles inégalités persistantes entre les hommes et les femmes ou encore de l’homosexualité, et de faire œuvre de pédagogie sur ces sujets.  »


    ...succède à un fou furieux qui écrivait, en 2008 : 


    « La révolution est un événement méta-historique, c’est-à-dire un événement religieux. La révolution implique l’oubli total de ce qui précède la révolution. Et donc l’école a un rôle fondamental, puisque l’école doit dépouiller l’enfant de toutes ses attaches pré-républicaines pour l’élever jusqu’à devenir citoyen. Et c’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi.  »


    ... les parents ont plus que le devoir, l’obligation impérative de mettre leur nez dans les programmes scolaires, s’ils ne veulent que les traditionnels diplômes de l’Education nationale ne soient remplacés par un modèle unique d’entonnoir.

  • OMAR 12 septembre 2014 16:27

    Omar33

    Bonjour BARRATIER  : « Est - il pertinent de nous mêler de cela,.... ? ».

    Il existe en Syrie et en Irak (et pas seulement dans cette contrée) des bandes de crapules qui détruisent, pillent, assassinent, violent et mutilent en criant « Allah Akbar » tout en s’agenouillant devant le dollar...

    Au delà des prétextes invoqués pour la sauvegarde des minorités chrétiennes, yézedis et même musulmanes, il faut mettre, d’une façon ou d’une autre, un terme aux agissements de ces hordes barbares.

    Il ne sert plus à rien de se lamenter sur les conditions qui ont prévalus pour l’apparition de ce cancer et de ses métastases à travers le monde.
    Il y a urgence dans cette assistance à peuples en danger...

    Et, viendra le jour où cet axe du Mal, les USA, Israël et l’Arabie-Saloperie paieront pour tous les malheurs vécus par l’Humanité


  • vesjem vesjem 12 septembre 2014 18:29

    @baratier
    en matière d’intégrisme , tu te poses en leader ; bravo


  • septikettak septikettak 12 septembre 2014 19:03

    Ces salopards comme Hollande et Fabius, petits caniches merdeux des Etats-Unis vont aller aider les Ricains en Irak et bien sûr en Syrie(contre Assad) afin que des attentats aient lieu en France, histoire d’oublier la crise. Les américains sont à l’abri des attentats, sauf évidemment de ceux fomentés par leurs dirigeants.


  • Christian Labrune Christian Labrune 12 septembre 2014 22:10

    "’en retire quant à moi l’idée que les citoyens de France doivent se préparer à entrer en résistance, et ceci plus fortement que ne résistent les peuples occupés par les djihadistes d’irak et de Syrie."

    à l’auteur,
    Vous avez tout à fait raison. Je suis athée autant qu’on peut l’être, mais j’ai un faible pour l’architecture religieuse et il n’y a pas une seule église de Paris où je ne sois entré bien des fois pour lire (de préférence des libertins du XVIIIe siècle) ou pour méditer. Ce que j’ai pu remarquer, c’est que dans celles qui comportent une crypte, il est très rare que l’accès en soit tout à fait libre. Pour une raison très simple : c’est là que sont entreposées les armes et les explosifs que l’Eglise catholique prévoit d’utiliser dans son combat contre la République. L’accès aux clochers est également impossible le plus souvent : des batteries de roquettes sont déjà installées à tous les étages. Enfin, la plupart des orgues récemment restaurés comportent beaucoup plus de tuyaux qu’il ne serait nécessaire  : les gros tuyaux correspondant aux notes basses du pédalier ont à peu près la même hauteur (trois ou quatre mètres) qu’un missile de moyenne portée. Les naïfs croient donc voir un orgue, mais le moment venu - et ça ne devrait pas tarder- le buffet de l’instrument, qui jusque-là dissimulait ses missiles en les exhibant en façade (l’art du camouflage porté à son maximum de raffinement pervers !) se transformera quasi instantanément en orgue de Staline.
    Ce matin, j’étais au Louvre. Je me suis arrêté un peu plus longtemps que d’habitude devant le retable de Saint-Denis de Henri Bellechose. Ca me rappelait des images de décapitations que la télévision nous a récemment montrées. Il y a beaucoup de ces choses-là au Louvre, qui ne sont à vrai dire assez horribles et cruelles. Je ne serais pas étonné que l’Eglise catholique verse au Louvre des sommes importantes pour favoriser l’exposition de peintures qui nous préparent à endurer les massacres qu’elle se propose de réaliser dans un proche avenir.
    A part ça, je vais bien. La seule différence entre un fou et moi, comme aurait dit Salvador Dali, c’est que je ne suis pas fou. Vous êtes à ce que je vois un adepte de la méthode paranoïaque-critique ; eh bien, moi aussi.


    • soi même 13 septembre 2014 00:40

      ( il est très rare que l’accès en soit tout à fait libre. Pour une raison très simple : c’est là que sont entreposées les armes et les explosifs que l’Eglise catholique prévoit d’utiliser dans son combat contre la République. )

      Je ne sais où tu as pécher cela, il y a pas à dire continue à lire Sade, tous où tard tu te retrouveras à la Bastille ! smiley


    • Christian Labrune Christian Labrune 13 septembre 2014 15:43

      « Je ne sais où tu as pécher cela »

      @soi-même

      C’est dans mon imagination que j’ai « péché » cela. Il n’y a pas que les conspirationnistes qui disposent de cette faculté, elle est commune à tous les hommes.
      Cela dit, la plupart sont quand même capables de faire clairement la différence entre ce qui sort de leurs rêveries les plus délirantes et la réalité des choses ; je suis de ceux-là.
      Les religions monothéistes procèdent de textes textes très anciens, d’une époque où la violence était partout. La plupart se sont fort heureusement assagies. Elles sont comme des volcans éteints, comparables à ceux de la chaîne des Puys qui n’inquiètent plus guère les Auvergnats. 
      Comparer le catholicisme (ou même l’islam du CFCM !) au jihadisme de l’EI, c’est comme se chatouiller pour essayer de se faire rire. Pour l’heure, une telle comparaison m’attriste tellement que j’envierais presque ceux qui usent d’une pareille méthode (se chatouiller) pour se rendre heureux ne fût-ce qu’un moment (voir ce que Pacal dit de la puissance de l’imagination) mais il y aurait quand même fort peu de chance qu’elle pût réussir sur un rationaliste. Je crains donc fortement que le conspirationnisme ne continue à me désespérer.


  • Doume65 13 septembre 2014 00:13

    « Est-il pertinent de nous mêler de cela, nous Français, alors qu’il s’agit de la suite logique et prévue de la déstabilisation de l’Irak, puis de la Syrie, par les USA quelques années plus tard organisateurs de la contre croisade. »

    Pertinant, je ne sais pas, mais logique, oui. Car dans votre liste d’états déstabilisés, vous oubliés la Libye, où les français ont particulièrement « brillé ».


Réagir