mardi 4 décembre 2018 - par Taverne

Parlons du Sens !

En ces temps de troubles et de colère, j'ai eu envie de vous parler du sens. Dans le premier volet de cette série de quatre articles, j'ai montré comment le sens dépend en premier lieu de l'orientation que l'on subit ou que l'on choisit dans l'existence, la mémoire étant associée à cette action en tant que créatrice de sens. L'autre "fabrique de sens" est l'instinct vital de préservation de l'Essentiel. Préserver sa vie, sa propre intégrité physique et celle de nos pareils, voilà en quoi consiste d'abord l'Essentiel. Mais nous allons voir que ce sujet philosophique n'est pas sans lien, loin de là, avec l'actualité brûlante, avec le mouvement des Gilets jaunes.

[ Cet article est le volet n°3 de la série "Le Sens et la Vie" ]

1 - Le sens est d'abord lié à l'orientation (je vous renvoie à l'article sur ce thème : "Le Sens et la vie : la mémoire créatrice de sens")

2 - Le sens est indissociablement lié ensuite à l'Essentiel : c'est la seconde source du sens et ce que nous allons aborder.

Différence notable de degré entre les deux sources de sens : la première est basique : nous la partageons avec la souris de laboratoire. La seconde en revanche relève d'une exigence bien plus élevée.

La loi du Sens

1er point : Le sens, c'est de l'Essentiel qui devient signifiant. Je protège ma vie, celle de mes proches. Mais le sens de l'essentiel va au-delà du simple instinct vital, il touche aussi à l'idée de dignité : rester digne est une tendance partagée par tous les humains mais aussi en partie par les animaux.

2ème point : la dignité est liée à l'idée de valeur (étymologiquement aussi).

3ème point et conclusion de cette démonstration : si le sens repose sur la notion de ce qui essentiel et que l'essentiel est ce qui est vital ainsi que ce qui est digne, les valeurs en découlent. La dignité et les valeurs forment un couple.

Enfin, ce qui cimente le tout (le sens, l'essentiel, les valeurs), c'est la confiance. C'est parce que nous croyons au respect premier de la vie que nous érigeons ce comportement de préservation et de protection en valeur suprême et sacrée. J'ai dit "sacrée" ? Cest parce que ces valeurs ont pris dans l'histoire de l'Humanité une tournure religieuse. La confiance devient alors la foi, la croyance. Petit schéma pour résumé ce premier point :

L'Essentiel => le sens (c'est de l'Essentiel élevé au rang de sens) => La dignité (c'est de l'Essentiel qui touche à ce qui est vital mais qui est aussi étendu au-delà, c'est le supplément apporté par l'être humain) => Les valeurs : elles sont scellées par la confiance. Rappelons brivèement que jadis "sceller" avait un sens fort ; il fallait prêter serment sur sa vie : serment de fidélité, d'obéissance, de respect des valeurs de la cité ou du pays. Le mariage aussi est une institution qui incarnait le sens et les valeurs et requérait un engagement très solennel devant Dieu. La confiance ainsi assurée couronnait l'ensemble de l'édifice, fondé sur l'essentiel, le sens et les valeurs qui en découlent.

La dignité est une revendication légitime

En ce moment, nous voyons comment les gens en France se soulèvent pour défendre cette légitimité fondamentale. La légitimé est multiple : volonté de gagner sa vie par soi-même sans avoir à solliciter l'aide de sa famille ou à demander des aides sociales, volonté de se faire entendre et comprendre par le Pouvoir, volonté de faire respecter le principe sacré et constitutionnel de la liberté. Porter atteinte à la libre circulation en voiture est tout simplement une attaque frontale de la liberté (la voiture étant associée à la liberté).

Il est parfaitement légitime pour tout être humain de veiller à ce que les autres et l'Etat ne portent pas atteinte à sa dignité. Contraindre les gens à vivre dans des conditions humiliantes, exténuantes, sans visibilité de sens, sans devenir, sans un minimum de confiance et de stabilité, c'est les traiter de façon indigne. Pousser les gens au désespoir et parfois à l'acte irréparable, les diminuer dans le regard de leur progéniture, cela est délétère et disons-le plus clairement : parfaitement injuste.

Il convient de préciser néanmoins que l'état de victime ne saurait être le seul fondement de la légitimité. Trop souvent, les médias et le monde politique ont tendance à véhiculer pourtant cette idée que la dignité se limite à l'état de victime. Si bien que de plus en plus de gens se victimisent pour mettre en avant leur dignité. Ceci est aberrant. En effet, la dignité existe de facto, sans qu'il y ait besoin de cette réduction à l'état de victime. Une société qui pousse les individus à se victimiser pour obtenir le minimum de considération et obtenir les droits les plus élémentaires, est une société dont les rouages sont forcément injustes. La voie de la dignité ne doit pas passer par l'abaissement !

Dans notre société, la dignité ne va plus de soi. On lui substitue même la "valeur travail" (or, philosophiquement, le travail n'est pas en lui-même une valeur).

Le conflit des légitimités

Si chacun reconnaissait que la dignité (avec le respect de la vie même) est une chose précieuse et supérieure en tous points à tout le reste (les statuts, les classes sociales, les désirs, les querelles...), tout irait pour le mieux. Hélas, ce n'est pas le cas et la dignité est reléguée par les élites du Pouvoir à un rang inférieur à celui de la dignité acquise par l'élection (parlementaires) ou le mérite (les fameux "premiers de cordée"). Nous assistons alors à un dialogue de sourd sans fin entre les gens traités indignement qui se battent pour faire reconnaître leur légitimité et les élus qui leur rappellent leur propre légitimité tirée des élections démocratiques. Nous avons bien affaire à un conflit de légitimité de sources différentes. Seulement, si vous avez bien suivi tout mon raisonnement, la dignité tirée de l'Essentiel et de la Vie est supérieure. Les autres formes de légitimités sont en-dessous. La dignité est une légitimité qui vaut pour toute la durée de la vie (et même au-delà : on doit respecter aussi les défunts) alors que la légitimité de l'élu n'est que temporaire et, de surcroît, de plus en plus fragile et contestée en raison du fort taux d'absentéisme.

Voilà pourquoi, je résume en une formule la situation : le raisonnable est du côté des élus (du moins ceux qui sont sérieux, compétents, libres et de bonne volonté), la sagesse est du côté du Peuple. La sagesse n'empêche pas la colère quand la colère est suscitée par un excès de sentiment d'indignité. Fondamentalement d'ailleurs, colère et sagesse ne se rejettent pas l'une l'autre. Par exemple, les chrétiens admettent que le Dieu de l'Ancien Testament, bien que souvent colérique, est aussi un être de sagesse. Il ne faut pas toutefois confondre la colère (dont la source est une atteinte sérieuse à la dignité) avec la haine qui est une rage mêlée de passions négatives et destructrices.

En conclusion, j'en appelle au retour au Sens et à l'Essentiel ainsi qu'au renversement de la pyramide des légitimités qui doit avoir à son sommet la dignité humaine. J'en appelle à une convergence entre la sagesse du Peuple et les positions raisonnables des élus qui sont à la hauteur de leurs mandats et de la confiance que les électeurs leur ont confiée. Cela ne peut se faire que sur l'échelle du pays entier et par exclusion au préalable des éléments radicaux (les violents et ceux qui revendiquent le renversement pur et simple de la république) ainsi que des élus incompétents, inconsistants ou affligés d'autres défauts incompatibles avec une telle concertation de qualité.

Aujourd'hui, un homme seul défie son peuple au nom de sa seule dignité (refus de céder pour ne pas perdre la face, pense-t-il) et ce faisant il dénie la dignité de tous les Français qui contestent ses décisions. "Ma dignité d'abord !" semble-t-il dire sans vergogne. Cette situation est intolérable et ne peut durer sans risque de recourir au droit constitutionnel du Peuple à l'insurrection.

 



17 réactions


  • Jean 4 décembre 2018 11:31

    Comptes tenus de vos précédentes prises de position, j’ai du mal avec votre article...


    • gueule de bois 4 décembre 2018 19:55

      @Jean
      Comme tous les grands auteurs mitoyens, Taverne récolte Mélusine. c’est un critère de qualité.
      Le gars, après avoir encensé Macron, se masturbe avec sa propre prose.


    • Taverne Taverne 4 décembre 2018 21:15

      @gueule de bois

      Trop de gueules de bois finissent par laisser des séquelles irrémédiables. Vous en êtes la preuve. Quant à la pratique de l’onanisme compulsif qui semble vous obséder, vous vous trompez d’adresse. Vous ne trouverez pas ici de quoi satisfaire vos penchants...


    • Taverne Taverne 4 décembre 2018 21:37

      @Jean

      Cela s’appelle l’esprit critique. L’esprit critique ne reste pas cramponné à des opinions : il pense en permanence et il développe des idées. Il ne vous a pas échappé que normalement le MoDem et Bayrou devaient participer au gouvernement et tempérer la politique libérale de Macron. Or, c’est un juppéiste (Edouard Philippe) et deux sarkozystes (Lemaire et Darmanin) qui décident de tout ce qui est budget. De plus, Macron devient chaque jour de plus en plus con et qui le lui dira mieux que le peuple rassemblé toutes tendances politiques et classes sociales confondues ?


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 décembre 2018 11:35

    Un peu de psychologie. LE CHAOS ou l’impossible SENS. Le but de la situation actuelle comme le dit très bien Emmanuel Todd : c’est le chaos. C’est le monde à l’envers. Exemple : Macron ne peur être une soutien des Rothschild, des Rockfeller et d’Israël. Pour le le Peuple Elu (Schmuel Trigano), le Roi ne peut descendre que des juifs. Simple précaution : Relisez l’excellent polar : la patience du diable de Maxim Chattam. Pour introduire le chaos dans le psychisme il suffit de créer des double-bind : Exemple : un feu vert sur lequel est posé un panneau : interdit de passer. C’est exactement ce qui se passe.Le but est bien de rendre les humains : FOUS. Le mieux : regarder tout cela avec beaucoup de distance. Ne pas avoir peur car c’est : LE BUT. 


  • troletbuse troletbuse 4 décembre 2018 11:38

    On parle plutôt d’essence en ce moment. Mais ce qui m’inquiète le plus aujourd’hui ce serait les sens du président, qui seraient pour la plupart interdits.


    • Taverne Taverne 4 décembre 2018 15:53

      @troletbuse
      Soit ! Parlons d’essence !

      Devinette 1 : qu’est-ce qu’un gilet jaune de la dernière heure ? Réponse : un gilet fluo récent.

      Devinette 2 : qu’est-ce qu’un gymnaste asiatique qui manifeste ? Réponse : un manifestant agile et jaune.


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 décembre 2018 11:40

    A propos de l’impossible sens, revoir le film : Mon Oncle d’Amérique et l’analyse en laboratoire de rats ou souris placés face à un double-bind : survivre et perdre mon âme ou mourir et rester digne. https://fr.wikipedia.org/wiki/Mon_oncle_d%27Am%C3%A9rique. Extrait de Laborit : 

    Il reprend la théorie de Paul D. MacLean des trois niveaux cérébraux (ou « cerveau triunique », qui guidait la réflexion neuroscientifique à l’époque) :

    • Un cerveau reptilien, commun à tout le règne animal, qui assure nos réflexes de survie et qui dirige notre comportement de consommation ;
    • Un deuxième « cerveau », le cerveau limbique, commun à tous les mammifères, celui de la mémoire, qui guide notre comportement de récompense : il nous fait fuir les expériences que l’on a connues douloureuses (Chat échaudé craint l’eau froide) et agir pour rechercher le plaisir. Si toutes les issues sont bouchées, l’inhibitionde l’action provoque le stress et déclenche des maladies ;
    • Notre troisième « cerveau », le néocortex, plus développé chez l’espèce humaine, permet d’associer des idées provenant d’expériences différentes plus abstraites. Il ne nous sert hélas bien souvent qu’à tenir un discours qui permet de justifier nos deux premiers comportements.

    Le néocortex devrait nous permettre de comprendre que ces deux premiers cerveaux n’instaurent que des comportements de domination entre les hommes. Or l’homme n’est fait que de son contact avec les autres hommes. Ne pas être conscient qu’il faut au moins canaliser les instincts de domination (puisque nous ne pouvons les éliminer) ne peut conduire qu’au malheur individuel et collectif. Ainsi, selon Laborit qui conclut le film, connaître ces mécanismes ne permettrait certes pas de les éliminer, mais au moins de les utiliser pour faire autre chose, de même que l’étude patiente des lois du mouvement n’a nullement supprimé la gravité, mais nous a permis néanmoins d’aller sur la Lune ! Contrairement à ce qui est généralement admis :« le cerveau n’est pas le centre de la pensée mais celui de l’action ».


    • Taverne Taverne 4 décembre 2018 12:03

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Pour ce qui est de votre premier exemple « un feu vert sur lequel est posé un panneau : interdit de passer. » Peut-être suffit-il de consulter le code de la route pour voir s’il s’y trouve une réponse en termes de priorités à donner en ce cas. Il reste aussi la raison humaine : on peut dire que l’interdiction est absolue alors que le feu ne donne que des autorisations limitées. A priori, l’interdiction absolue l’emporte.

      Pour le second exemple, celui du rat de laboratoire soumis au stress du fait de l’incapacité de faire un choix. J’ai déjà eu l’occasion d’expliquer dans mes articles et dans mon essai qu’il s’agit là d’un cas d’angoisse physique. A savoir que le sujet est soumis à une pression vitale d’agir sans délai mais il en est empêché car aucun choix n’est satisfaisant ou possible, il est comme prisonnier de la situation et de son angoisse.

      C’est précisément pour fuir l’angoisse (au sens plus large cette fois) que l’être humain a développé le Sens. Il va même jusqu’à donner un sens à la mort (héroïsme, sacrifice, croyance en un Au-Delà).

      Il faut admettre aussi que, bien plus souvent qu’on ne le croit, il existe des issues aux situations mais les individus dans leurs querelles d’égos ou de principes créent l’impasse.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 décembre 2018 12:15

      La douche écossaise c’est Macron. Le ruissellement et les taxations. Non je ne suis pas adepte. Et d’ailleurs. Pour moi Macron est un avatar du Bilderberg. Je suis bien plus fine mouche que vous ne le pensez,.....Macron ne pas fait « une seconde » illusion,...
      « Garde à vue », cela ne marche pas avec moi,...un pseudo reste un pseudo. 


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 décembre 2018 12:25

      il n’y a que vous qui avez mis une étoile à Taverne alors que ses propos sont sensés. Une manière de vous dévoiler. Mais vous pouvez encore changer de « pseudos ». comme le disait un journaliste hier, les individus aujourd’hui ne font plus confiance qu’à eux-même. C’est déjà cela,.... et à quelques personnes de mon entourages qui ME font confiance,....


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 décembre 2018 12:35

      Oui, mais vous avez longtemps joué, et d’autres aussi. Et parfois on se prend les pieds dans le tapis. Nabum a compris et rectifié le tir. Voir que Macron lui a volé la vedette comme « Bonimenteur », il a dû avoir un sursaut de prise de conscience. Mais « Mélusine ou la Robe de Saphir » est et est restée la même depuis le début. Je ne prends pas le risque d’écrire un article parce que chaque jour, de par mes lectures je fais des découvertes et crains de d’être obligée de revenir sur certains propos tenus,...


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 décembre 2018 12:55

      @Self con troll

      je suis hélas, nulle en informatique et m’en revendique. J’ai assez détesté cet objet de malheur. Je l’utilise comme un enfant de quatre ans. Et je n’en ai pas honte. Mais il se fait que pas mes relations amicales je suis directement impliquée par ce qui se passe actuellement. Alors, disons comme le dit Taverne, que mon sixième « sens » me dit d’intervenir...malgré tout et très très maladroitement. Voyez-moi un peu comme l’inspecteur Colombo qui débarque de sa vieille Peugeot. Minute papillon....


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 décembre 2018 12:57

      @Self con troll

      Alors vous aussi êtes « maladroit dans vos propos ». Aimez les douches chaudes et froides n’est pas un compliment. Excepté peut-être pour les suédois....


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 décembre 2018 14:32

      @Self con troll

      De la difficulté d’écrire (relire Barthes : le degré zéro de l’écriture). Combien de sens au mot sens : direction, sensualité, étymologie, intuition ???? Je ne prends pas le risque et le temps de définir chacun de mes mots qui pourraient être mal interprétés. Surtout à l’ère du politiquement correct. Rien à voir avec l’immodestie mais l’expérience des lectures de textes et de leur double sens. Je « sens » que je vais faire une sieste


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 décembre 2018 12:45

    Nous nous trouvons dans la situation exceptionnelle où aucune direction politique n’est possible et même envisageable. Le hasard seul décidera de l’avenir...


  • Taverne Taverne 4 décembre 2018 21:10

    La rencontre du raisonnable et de la sagesse n’aura pas lieu. Macron a décidé d’ignorer la dignité et la souffrance des gens. Sa propre dignité, pour lui, vaut 65 millions de fois plus que celle du citoyen.

    Voici le pot-aux-roses : gel des taxes pendant 6 mois.

    Puis reprise des hausses. Sur ce premier point, François de Rugy l’a admis lui-même sur LCI en expliquant que la perte de recette serait moindre que ne l’affirmait le journaliste puisque dans 6 mois sans le moindre doute, de sa part, la hausse reprendra (et en cas à quoi bon dialoguer ?).

    Ensuite (et là c’est la cerise sur le maigre gâteau) : il y aura un rattrapage des 6 mois suspendus. En effet, comme l’a rappelé Olivier Faure, le Conseil d’Etat statuera en ce sens comme il l’a déjà fait sous le quinquennat précédent, car i lne fait que dire le Droit qui interdit à l’Etat de renoncer à une recette qui a été votée.

    Gilets jaunes ! Par respect des convenances, je ne vous dirai pas où Macron vous la met, mais vous aurez deviné...


Réagir