mercredi 29 avril 2015 - par J.MAY

Réflexion sur la violence en Corse

Un récent ouvrage de Pierre Péan sur la mafia corse me contraint à "sortir des tiroirs" une réflexion personnelle sur la " violence en Corse ". J'espère pouvoir l'actualiser, si j'ose dire, à partir des contributions et commentaires des lecteurs d'Agoravox.

REFLEXION SUR LA VIOLENCE EN CORSE 

 

PROPOS LIMINAIRE 

JPEG Le thème de la violence caractérise notre île dans l'actualité médiatique. 

Nul n'ignore en effet que la Corse est en proie, depuis bientôt trois décennies, à une violence politique, dont le fondement idéologique a pour justification une revendication nationaliste qui oppose la notion de "peuple corse" à celle de peuple français. 

Cette violence politique s'accompagne également d'une violence dite "maffieuse" dont le développement prend désormais des proportions qui amènent à parler de "sicilianisation" de la Corse ou de "syndrome palermitain", voire calabrais. 

Le point de départ de ma réflexion sur la violence est une interrogation personnelle sur les raisons de ma "non adhésion" aux théories qui la légitiment. 

D'autres, dans mon entourage, et dans l'île, épousent volontiers la revendication nationaliste et trouvent parfaitement logique l'utilisation de la violence comme moyen de parvenir aux fins assignées, celles d'une indépendance arrachée par la lutte clandestine. 

En ce qui me concerne, je ne partage pas l'idée que la violence puisse servir de support aux revendications identitaires. Mais cela ne doit pas m'empêcher de tenter d'en comprendre les causes. 

Lorsqu'une revendication s'exprime, quel que soit le support qu'elle se donne, elle a toujours un fondement ou une justification. 

S'agissant de la revendication qui s'exprime aujourd'hui en Corse, même si on ne la soutient pas, il convient d'en examiner les causes en faisant un effort de tolérance et d'objectivité. 

Certes, une réflexion exhaustive sur la violence locale mériterait une double approche 

- Une première approche d'ordre général, pourrait-on dire, réalisée en termes d'universalité, car l'homme est toujours égal à lui-même sous toutes les latitudes. Cette approche s'efforcerait de retrouver ici les instincts multiséculaires, voire multimillénaires, qui caractérisent l'espèce humaine. Elle ferait obligatoirement référence à la violence qui a toujours ponctué l'histoire des civilisations, depuis les plus archaïques jusqu'à celles de notre époque. 

Les horreurs nazies ne sont pas loin de nous, non plus que celles du goulag stalinien, non plus que celles des luttes qui ont marqué certaines décolonisations. Mais il ne s'agit pas, ici et maintenant, d'épiloguer sur ces données. 

- Mon approche est circonscrite au contexte local, approche que je vais tenter d'effectuer en faisant apparaître les éléments principaux de sa "spécificité". 

 

LA GENÈSE HISTORIQUE DE LA VIOLENCE EN CORSE. 

 Historiquement parlant, la Corse a toujours subi des invasions et des dominations. Chacune des invasions a laissé, plus ou moins profondément, des traces qui constituent le substrat de ce que l'on pourrait appeler la "culture traditionnelle corse". 

Placés dans une telle perspective, les problèmes de la violence prennent une dimension originale, dans la mesure où ils s'inscrivent comme des rejets ou des refus, ou comme l'ultime combat entre un droit coutumier séculaire et le droit écrit de la dernière nation conquérante. 

La violence trouve sans doute de nombreuses racines dans l'histoire tragique de la Corse. Agresseurs, envahisseurs, colonisateurs successifs, ont apporté avec eux leur cortège de massacres, de viols, de pillages, de rapines et de féroces répressions. 

Face aux lois de l'occupant, face à ses juridictions civiles, face à la force de ses armes, la Corse a sans cesse opposé sa propre légalité ou sa propre légitimité. 

Mais, territoire géographiquement morcelé, la Corse s'est également de tout temps divisée en factions rivales pactisant d'ailleurs alternativement avec les dominateurs du moment. 

Cela s'est traduit par une suite millénaire de turbulences, de luttes intestines, d'exactions, de règlements de compte, de trahisons et d'assassinats. De la lance au poignard, en passant par l'escopette, le pistolet ou le fusil, la panoplie des armes de la violence nous conduit tout droit au bâtonnet de plastic actuel. 

Terre d'anarchie, terre de violence, terre où la force et la ruse ont longtemps primé le droit, terre où le port d'armes est considéré comme un honneur ou une banalité, la Corse d'aujourd'hui retrouve ses démons éternels... 

Le jugement porté sur elle par ses occupants successifs n'a jamais été bien tendre. A tout le moins, la Corse a toujours suscité un sentiment d'incompréhension, sentiment qui génère souvent, comme chacun sait, des réactions agressives. 

Sénèque disait des Corses : " ... Leur première loi est la vengeance, la seconde la rapine, la troisième le mensonge, la quatrième la négation des dieux..." 

Tite Live n'était guère plus indulgent : "...Les habitants sont grossiers, sauvages, et à peine plus intraitables que les bêtes qui les nourrissent. Réduits en esclavage, on a grand peine à les apprivoiser, car ils renoncent à la vie plutôt que de se rompre au travail, où, par leur obstination ou leur stupidité, ils deviennent insupportables à leurs maîtres." 

Beaucoup plus près de nous, en 1794, Sir George ELLIOT, Vice-Roi de l'île durant l'intermède anglais, ne parvenait pas à comprendre la réalité corse : "Ce peuple est une énigme dont personne ne peut être sûr de posséder la clef." 

Au XIX ° siècle, Paul Borghetti pouvait écrire : "Il est impossible que l'on puisse s'imaginer combien la Corse est ignorée par l'universalité des habitants de la France. Les pays les moins explorés, les régions les plus lointaines ne sauraient l'être davantage. Et ce qui est étonnant, c'est que tout le monde croit la connaître parfaitement. " 

Jugements négatifs, incompréhension, déni de culture, oppression et domination : tel a été le lot séculaire de la Corse. Comment, dès lors, s'étonner d'une propension à la violence chez ce petit peuple meurtri par l'histoire ? 

 

APPROCHE ETHNOPSYCHOLOGIQUE DE LA VIOLENCE EN CORSE. 

Peuple, culture, ces termes reviennent souvent lorsqu'il s'agit de parler de la Corse, que ce soit à travers l'histoire ou à travers l'actualité. 

Aussi, plutôt que de mener une réflexion sur la violence en Corse en abordant successivement les aspects sociologique, psychologique, culturel ou socio-culturel, je grouperai sous le même terme d'ethnopsychologie tous les éléments de ma réflexion. 

Certes, il eût été préférable de bien discerner chacun de ces domaines afin de mener une analyse rigoureuse et scientifique. Mais je n'aurai pas la prétention de réaliser un tel travail, qui requiert des compétences que je ne possède pas. 

Publicité

La violence que je m'attacherai à "décrypter" sera essentiellement la violence dite politique, même si, ce faisant, je serai amené à parler, accessoirement, des faits de violence rangés dans la rubrique des délits de droit commun. 

A ce propos deux observations s'imposent : 

- la première a trait au fait que souvent, les Etats ou les gouvernements ont tendance à systématiquement parler de violence de droit commun alors même qu'il s'agit incontestablement de violence politique. (cf. la guerre d'Algérie, cf. le Chili de Pinochet, cf. la Palestine occupée par Israël, etc.) 

- la seconde a trait au fait qu'un climat de violence politique entraîne toujours un développement de la violence crapuleuse, quand celle-ci n'est pas elle-même une dérive de la violence politique. (cf. en France la collaboration et l'épuration). 

 

La revendication nationaliste mère de la violence politique "organisée". 

Le mouvement nationaliste corse aime à plonger ses racines dans l'histoire, en faisant apparaître les incessantes révoltes menées par les habitants de l'île contre les occupants successifs. 

La France, dernière puissance occupante, a dû réprimer des rebellions jusqu'en 1814. Depuis, si l'on excepte l'apparition, dans l'entre deux guerres d'un mouvement régionaliste exaltant la culture locale, mouvement quelque peu influencé par l'Italie fasciste, la présence française semblait ne plus devoir être contestée. 

Or, à partir des années soixante, nous avons assisté à la résurgence d'une revendication "corsiste" qui s'est peu à peu radicalisée pour se transformer depuis 1975 (évènements d'Aléria) en revendication nationaliste. 

N'épiloguons pas sur les évolutions de la lutte nationaliste et ses péripéties internes, voire sur les luttes fratricides de ses différentes mouvances ou composantes. 

En ce début d'année 2010 le mouvement nationaliste corse est divisé en deux composantes bien distinctes : 

- Une composante qualifiée par les médias de nationaliste modérée, qui se donne pour objectif l'accession de la Corse à une véritable autonomie et rejette l'usage de la violence. 

- Une composante qui excuse ou légitime la violence clandestine et se donne pour objectif à moyen ou long terme l'indépendance de la Corse. 

La revendication nationaliste alimente donc actuellement en Corse une violence qui se veut organisée, stratégiquement ou tactiquement conduite, et qui aurait pour fondement une idéologie de libération contre le "colonialisme français", fossoyeur de l'identité culturelle locale et responsable du sous -développement de l'île, si ce n'est de son dépeuplement. 

Mais à côté de cette violence existe une violence de plus en plus inquiétante, laquelle plonge également ses racines dans l'histoire, mais peut, comme le phénomène "maffieux" en Italie, s'expliquer par des considérations économiques. 

 

La violence relevant du banditisme. 

Deux formes de violence peuvent être rangées sous cette rubrique. 

- La première, très inquiétante, est celle qui s'est développée assez récemment sous la forme de bandes structurées, ayant comme hommes de main des sortes de "professionnels". Cette violence trouve une de ses sources immédiates dans la relative expansion économique de l'île liée au phénomène touristique. Cette expansion, qui va de pair avec la spéculation foncière et immobilière, les investissements dans l'industrie du loisir, la prolifération des "night clubs", engendre des vols à main armée de grande envergure, la pratique du "racket" , les luttes d'influence pour le contrôle des machines à sous, les règlements de compte sanglants et autres mœurs relativement nouvelles en Corse. 

En effet, autrefois, ces "activités" étaient exercées par des Corses expatriés sur le continent qui, conformément à la logique qui prévaut chez nombre d'immigrés, constituaient un "milieu" homogène lié par les origines et pratiquant la solidarité dans le délit ou le crime en territoire "étranger" ( cf. les Italiens en Amérique, les Maghrébins à Marseille ou les Juifs pieds-noirs à Paris etc.) 

Désormais, comme le disait fort bien un journaliste du "Monde", les adeptes de la criminalité "organisée" semblent avoir choisi pour devise "vivre et braquer au pays". 

- La seconde criminalité, plus diffuse mais aussi inquiétante, est celle qui est exercée par de nombreux jeunes grisés par les mirages de la société de consommation et enclins à prendre des raccourcis expéditifs pour satisfaire leurs désirs de belles motos, voitures "haut de gamme", drogue, etc. 

La violence politique précédemment évoquée, bien qu'elle proclame son ardent désir de combattre le fléau de la violence "crapuleuse" favorise indirectement le développement de cette dernière, dans la mesure où, dans un climat général de violence, tout devient plus "facile". 

La violence politique peut même "dériver", chez certains de ses adeptes, en violence moins "noble" lorsque ces derniers décident de "travailler à leur compte". 

 

Les facteurs culturels de la violence en Corse. 

Trois éléments constitutifs de la géographie corse paraissent fondamentaux : il s'agit d'une île essentiellement montagneuse située en Méditerranée. Un géographe allemand (Ratzel) l'a excellemment définie comme "une montagne dans la mer". Mais cette définition ne fait pas suffisamment apparaître les caractères relevant de son "iléité". 

Les éléments géographiques, étroitement associés à l'histoire (et souvent même la déterminant), ont forgé, à n'en pas douter, le caractère des habitants de l'île et ont engendré une culture spécifique, ou si l'on préfère, une culture "traditionnelle". 

Abordés sous l'angle culturel, les problèmes de la violence font rapidement apparaître une notion très présente en Corse, celle de l'honneur. 

C'était autrefois la justification de ceux qui pratiquaient la vendetta pour venger l'honneur familial bafoué, ce fut la justification de ceux qui s'appelaient eux-mêmes "bandits d'honneur", c'est toujours la justification de nombreux criminels ayant fait eux-mêmes acte de justice pour réparer leur "honneur" bafoué. 

Cette référence constante à l'honneur, à la dignité blessée, à la "réparation" violente, semble être une caractéristique du bassin méditerranéen. 

Mais, en Corse, s'y ajoute, je pense, le poids de l'histoire et des incessantes dominations subies, qui ont dû amener les "indigènes" à se faire justice eux-mêmes plutôt que d'accorder leur confiance à celle de l'occupant, suspecte de parti-pris en faveur de ses "serviteurs", souvent corrompue (notamment sous l'occupation byzantine et la domination génoise), et en tout cas peu encline à tenir compte du droit coutumier local. 

Or, chacun sait que le sentiment de l'injustice subie alimente souvent les conduites agressives. 

Une autre caractéristique de la violence locale réside dans son aspect parfois "clanique ". 

La Corse, comme nombre de pays méditerranéens, a longtemps connu le phénomène des clans, sorte "d'invariant historique ". Ce phénomène clanique perdure et fait même de nos jours l'objet d'une vigoureuse dénonciation de la part des nationalistes, qui affirment (à juste titre en l'occurrence), que les clans se sont toujours appuyés et continuent de s'appuyer sur la puissance dominante du moment), laquelle à son tour les utilise pour maintenir ou conforter sa présence. L'origine des clans correspondrait, selon certains, à une dérive du système romain de la "clientèle". L'historien Francis Pomponi la situe plus scientifiquement lors de l'apparition des petits chefs, seigneurs, nobliaux et potentats locaux au Moyen Age. 

Au départ, selon F.Pomponi, le chef, choisi parmi les plus riches (car la richesse est souvent synonyme d'autorité et de puissance), est investi du pouvoir de justice. Mais il s'agit alors d'une justice plutôt arbitrale. Cette justice, par une dérive tout à fait classique, deviendra vite, parfois, une justice plutôt arbitraire. 

Publicité

Par une dérive non moins classique, le fondement même du clan, à savoir l'échange de services entre un protecteur et des protégés aboutira avec la même célérité à des rapports de domination du type oppresseur-oppressés... sans pour autant que les oppressés remettent en cause l'allégeance au chef de clan. 

En effet, s'instaure assez rapidement le sentiment d'appartenir à une vaste famille à laquelle on est fier d'appartenir, ou qui procure un sentiment de sécurité, et dans laquelle apparaissent des liens de solidarité. On est prêt, dès lors, à défendre les intérêts du clan dès qu'on les sentira menacés, et pour cela ... à faire usage de violence. 

Quoiqu'il en soit, l'habitude s'est perpétuée chez de nombreux Corses de faire en quelque sorte acte d'allégeance politique à tel ou tel "chef" plutôt que d'effectuer ses choix politiques ou électoraux en fonction des clivages idéologiques nationaux. 

A ce comportement, que l'on n'ose pas appeler "civique ", s'ajoute le témoignage usuel d'une solidarité élargie, au delà du cercle familial habituel, à toute une parenté, et parfois même au clan politique familial traditionnel. 

En fonction de ce devoir de "solidarité", celui qui se veut vraiment "Corse" adoptera donc toute une série de comportements et d'attitudes devant la loi, une loi, de plus, suspectée d'avoir été importée ou imposée par le pouvoir dominant. 

Pour terminer sur le chapitre des clans, il faut préciser que le terme "clan" est d'importation française et d'origine irlandaise. En Corse, le terme utilisé pour désigner le groupe en question est plutôt celui de "partitu" (du latin " parure", qui signifie entre autres "partager", et qui évoque assez bien l'idée d'échanges, de partage des valeurs ou des biens communs, si ce n'est des intérêts communs). 

Dans la société française actuelle, le terme de "parti" reflète également (et de plus en plus) cette idée. Aussi, la traduction littérale du terme de "partitu" pourrait être celle de "parti", moins péjorative que celle de "clan", et d'origine latine identique. Subsisterait cependant pour la Corse le fait que l'allégeance à un "chef" (charismatique ou non) est bien plus courante ou banalisée. C'est ici que nous retrouvons le poids de l'histoire, l'originalité profonde de l'île de Corse, peut-être aussi les influences méridionales et quelques uns des traits de caractère propres à l'Italie voisine, à la Sardaigne encore plus proche, voire même à la Sicile, si bien décrits par Dominique Fernandez dans "Mère Méditerranée ". 

A l'issue du voyage que nous accomplissons en compagnie de Dominique Fernandez en Italie, nous découvrons un pays tragique et tourmenté. 

C'est la même découverte que font ceux qui ont le courage d'explorer la Corse et l'âme de ses habitants. 

En effet, la Corse se caractérise par ce que j'appellerai, paraphrasant Patrick Baudry, une "sociologie du tragique". 

Dans un ouvrage qui porte ce titre, l'auteur analyse le rapport permanent de la violence et du pouvoir. Or, le pouvoir, en Corse, est toujours venu de l'extérieur, et n'a jamais été celui des autochtones. Au mieux, certains de ceux-ci, relais ou serviteurs de l'occupant du moment, ont ils exercé par délégation une partie du pouvoir. 

Aussi, comment parler de violence en Corse sans faire référence à l'histoire et à la culture ? Comment ne pas rappeler la lutte multiséculaire entre un droit coutumier local et le droit coutumier ou écrit de la puissance dominante ? 

 

CONCLUSION. 

 Replacés dans un contexte historique et culturel, les phénomènes de violence prennent une dimension moins strictement "délictuelle" ou "criminelle". En effet, ils se posent en termes d'atteinte à un ordre public ...défini ou imposé par le pouvoir dominant. 

Certes, comme l'explique Patrick Baudry, "la domination prend (de nos jours) le visage d'une gestion pacifiée de la vie". La violence d'Etat est de mieux en mieux "camouflée". Elle est subtile et "invisible", et l'appareil répressif n'existe qu'en second recours, lorsque la manipulation idéologique, la "décomposition du social en masse atomisée", la "culpabilité généralisée", le chantage à l'insécurité et autres procédés n'ont pu empêcher les explosions individuelles ou collectives. 

"Le pouvoir fait disparaître sa propre violence et fige celle qui s'exerce contre lui..." 

A partir de là, toute manifestation de violence, fût-elle relativement légitime, se trouve condamnée. Elle est logiquement condamnée par le pouvoir, mais aussi, ce qui devrait être moins évident, par la majorité de la population (du moins lorsque celle-ci est encore sous l'emprise d'une aliénation). 

Une analyse plus poussée de "l'énigme corse" actuelle ferait apparaître aussi, en dehors du poids de l'histoire, en dehors de la violence d'Etat (sournoise ou déclarée) à laquelle prétend répondre la violence terroriste, une violence assez peu imputable au pouvoir politique. 

Il s'agit de la violence qu'exerce la "structure perverse de la société marchande, qui réduit l'homme à l'état de producteur-consommateur, voire à l'état de marchandise". 

La Corse n'échappe pas à la règle. 

La civilisation agro pastorale traditionnelle avait déjà subi le choc d'une civilisation industrielle venue du Nord. Elle avait néanmoins subsisté, quoique frappée d'archaïsme, jusque vers les années soixante. Mais depuis cette date ont déferlé sur nos rivages la société de consommation puis l'invasion touristique. 

Du coup, toutes les structures ancestrales ont été balayées, les mœurs et les usages relevant de la tradition ont perdu leur force normative, et l'insulaire est devenu en quelque sorte un déraciné sur son propre territoire, ou un "immigré de l'intérieur". 

Dans pareil bouleversement, la crise d'identité, génératrice comme chacun sait, de comportements délictuels, frappe aussi bien les adultes que les adolescents, et la Corse de 2010 s'accroche à des valeurs mythiques d'honneur, de solidarité, d'esprit communautaire, de dignité, de justice ... tout en sombrant dans les délices du consumérisme le plus effréné et le plus standardisé. 

Désormais, le verbe dément sans cesse la pratique, ou l'inverse. Et tandis que l'argent, le profit, le plaisir deviennent les moteurs de toute activité, les vertus traditionnelles sont exaltées en termes passionnels. 

Sous l'effet conjugué des médias, de l'invasion touristique et de la société marchande, les insulaires naviguent entre les séquelles de la culture traditionnelle locale, les charmes de la culture française, et ceux, moins évidents, d'un "american way of life" qui se mondialise. Rien d'étonnant, alors, à voir se développer une violence délictuelle. 

Cette violence là ne peut être cautionnée ou excusée. 

En va-t-il de même de la violence politique, celle qui se veut "libératrice" ? Les exemples abondent, dans l'histoire, des excès où l'idéologie de la violence libératrice a mené ses partisans. Les guerres de décolonisation en sont un témoignage. 

Il permis de s'interroger aussi sur la valeur du terrorisme comme moyen d'expression, d'action ou de persuasion. La condamnation portée par les pays à dominante chrétienne ou "judéo-chrétienne" à propos des procédés utilisés par la mouvance intégriste islamique révèle qu'en ce domaine il est plus facile d'incriminer les pratiques de l'ennemi supposé (ou décrété) que les siennes propres. 

Pour revenir à la Corse et conclure, je dirai simplement qu'expliquer n'est pas approuver, comprendre n'est pas légitimer. J'ai tenté pour ma part de mener une réflexion non partisane sur les fondements de la violence en Corse, mais, respectueux des idées d'autrui, je laisse à chacun la responsabilité de ses propres engagements. A ce titre, je livrerai ici deux observations que mon petit écrit a suscitées chez l'un de mes proches, engagé pour sa part dans la mouvance indépendantiste de Corsica Libera : 

 

J'estime qu'une lutte armée ne perdure que si elle a une quelconque légitimité, une forme de soutien populaire ou une acceptation, et une existence légitimée par le contexte... 

En Corse, "le clan" était armé, parce qu'il était corse tout simplement, dirigé par des gens "intéressés" et soutenu par des voyous. La revendication corse d'alors n'aurait pas tenu un an si elle ne s'était pas armée elle-même. On oublie vite ce qu'était la Corse d'il y a 30 ans : dure dans ses rapports humains, fermée, violente au quotidien. D'une violence sourde portée par des gens "durs" ! 

Je me souviens, au village, du plasticage contre […….] et des "réunions" de la CFR chez un voyou local lié à la droite, qui hissait à ces occasions le drapeau français sur le toit en tirant au pistolet par la fenêtre. Je me souviens aussi de l'attentat qui avait rasé la maison (habitée) de mon ami R……. 

Un autre petit reproche : tu utilises alternativement les mots terrorisme et violence politique pour définir la violence corse. Mais penses tu que l'on puisse mettre sur le même plan une voiture piégée devant un supermarché basque, un avion lancé sur une tour New-Yorkaise et un attentat contre une résidence secondaire ? Pour moi ce débat n'est pas anodin, car le terrorisme est institué pour terroriser une population et créer une situation de prise d'otage généralisée ; la violence politique corse, violente certes, illicite bien sûr, ne se situe pas à mon sens sur ce terrain. 

La volonté de ses adeptes est-elle de se situer sur un plan de terreur ou sur un plan de Résistance (résistance à la dépossession foncière, résistance à la chute de la langue, résistance contre les sociétés multinationales, Veolia, Vinci etc.) ? 



23 réactions


  • Diogène diogène 29 avril 2015 16:52

    Vous soulevez des voiles, mais vous les remettez en place avant que la lumière ait pu atteindre le secret caché...


    Le mal de la Corse n’est pas le tourisme en lui-même, mais la spéculation foncière qu’il induit en faisant exploser le prix de certains terrains. Les enchères montent vite, les moyens pour s’approprier un terrain intéressant importent peu, le délit d’initié n’est pas considéré comme un délit et les bénéficiaires sont bien des Corses, discrets...

    Ce phénomène n’est pas spécifique à la Corse, mais il prend des proportions plus importantes que dans d’autres régions parce qu’il amène à utiliser des leviers spécifiques à cette île qui, au contraire de la Sicile, ne bénéficie pas d’un statu de région autonome. Ce sont :

    - un clientélisme plus prononcé que partout ailleurs en France. Les notables ont l’habitude de manipuler leurs gens en faisant miroiter des bénéfices occultes ou affichés comme des subventions, des aides et des protections (qui ont été réels depuis Napoléon jusqu’aux lois sur la "continuité territoriale).

    - une tradition de silence (omerta) qui rend opaques des réseaux relationnels et engendre des vengeances sans fin, l’affront n’étant lavé et l’honneur retrouvé que si la perte subie par l’autre est au moins aussi grande que celle qu’il est censé vous avoir fait subir.

    La régionalisation a facilité la corruption partout sur le territoire français, mais elle se développe mieux là où le climat est favorable et le terrain riche.


    • J.MAY MAIBORODA 29 avril 2015 17:55

      @diogène


      Merci pour votre contribution.
      J’assume le fait de ne soulever que ....quelques voiles. 
      N’étant ni un scientifique, ni un spécialiste de l’investigation, je m’efforce simplement de décrire un contexte en conservant une certaine distanciation.
      Je souhaite par ailleurs bénéficier de commentaires me permettant d’affiner mon propos, de le compléter, voie de l’amender.

    • J.MAY MAIBORODA 29 avril 2015 18:27

      @Alex

       

      Une visite sur « u zinu » vous permettra une exploration plus « dense » de l’île de Corse.

      http://www.wmaker.net/u-zinu/

      Je me permettrai de vous conseiller notamment dans la rubrique " LETTRES DE CORSE« , les »LETTRES D’UN PAUVRE IMMIGRE SEJOURNANT ET TRAVAILLANT EN L’ILE BENIE DE CORSICA".

      Elles traduisent d’une certaine manière quelques réalités insulaires.

      Pour les invasions barbaresques, il existe un ouvrage fort bien documenté dont je vous communiquerai les références si vous le désirez.


    • J.MAY MAIBORODA 11 août 2015 12:00

      @Alex


      Moins accueillantes que les ..... parisiennes.
      Lire à ce propos dans « u zinu » - Rubrique LETTRES DE CORSE - article " LETTRES D’UN PAUVRE IMMIGRE SÉJOURNANT ET TRAVAILLANT EN L’ÎLE BÉNIE DE CORSICA"

  • Le p’tit Charles 30 avril 2015 07:11

    De la violence en Corse.. ?
    Mais..non...juste des voyous qui profitent du continent.. !


  • Iren-Nao 30 avril 2015 12:19

    J’ai trouve cet article excellent.

    Je connais pas mal de corses corsicans, ils sont tout de même generalement bien plus chiants avec leur chauvinisme que les bretons par exemple, un peu comme les basques que je connais moins, mais eux ne sont pas dans une ile.
    Malheureusement, la Corse est effectivement superbe, mais c’est quand même plus l’œuvre de dame nature que des habitants, et malheureusement ils ont la plaie du tourisme, qui quand même aide bien a vivre mais est a mon sens une calamite mondiale.
    Sur des sujets comme le nationalisme je trouve les corses passablement schizophrènes, et en vérité je serais comme eux si j’étais du coin, ce que je ne suis pas.
    En tout cas, article excellent

    Iren-Nao


    • J.MAY MAIBORODA 30 avril 2015 15:23

      @Iren-Nao


      Merci pour votre jugement concernant l’article.
      Pour le reste, je laisse à chacun la responsabilité de ses impressions .... et de ses commentaires.

  • soi même 30 avril 2015 13:19

    @MAIBORODA, l’on pourrait définir les Corses avec un humour tout de plus british ,

    Non seulement l’Angleterre, mais tout Anglais est une île."

    Friedrich Novalis .


    • J.MAY MAIBORODA 30 avril 2015 15:14

      @soi même


      définition que ( « plussée » ) que je retiens volontiers.

    • J.MAY MAIBORODA 30 avril 2015 15:17

      @soi même

      vous voudrez bien supprimer un « que » ..... de trop.

    • soi même 30 avril 2015 15:30

      @MAIBORODA, « que » ?

      A vous de répondre !


    • J.MAY MAIBORODA 30 avril 2015 15:35

      @soi même

      il s’agissait de rectifier ma propre réponse, qui comportait un « que » de trop.
      La fonction « éditer » n’existe pas, en effet, sur Agora.

    • soi même 1er mai 2015 20:16

      @MAIBORODA, il est visible que cela se Corse, certains n’aiment pas être prit pour une île  !

       smiley


    • soi même 1er mai 2015 22:16

      @sampiero, non je crois pas , que se soit la réponse de MAIBORODA qui gène, mais bien cela : Non seulement l’Angleterre, mais tout Anglais est une île." Friedrich Novalis .

       smiley


  • Jean Keim Jean Keim 30 avril 2015 13:39

    L’argent partout mène la danse, en Corse également avec les spécificités insulaires.

    Ces spécificités ne sont dues qu’à un milieu culturel et éducatif.
    Il est également important de comprendre que s’identifier à une particularité telle que je suis corse, juif, chrétien, socialiste etc., ne peut générer que du désordre dans nos relations avec les autres. 

    • J.MAY MAIBORODA 30 avril 2015 15:16

      @Jean Keim


      Assez d’accord.

    • L'enfoiré L’enfoiré 30 avril 2015 16:55

      @MAIBORODA,


       Est-ce que la France aurait eu le même retentissement en Europe sans le petit corse, Napoléon ?
       Nous allons bientôt fêter le 200ème anniversaire de Waterloo. Un avocat d’Orléans va jouer son rôle.

       Je viens d’acheter notre Vif-Express hors série avec pour première page « Napoléon, le héros absolu ».
       Pas moyen de confondre 1815 avec la boucherie de 14-18 dont on a fêté le centième anniversaire l’année passée..

    • L'enfoiré L’enfoiré 30 avril 2015 18:31

      J’ai trouvé ce lien adéquat de l’auteur comme complément à cet article.


    • J.MAY MAIBORODA 1er mai 2015 08:18

      @L’enfoiré

       

      Pour Napoléon, en dehors des écrits dithyrambiques qui lui sont régulièrement consacrés, il est bon aussi de lire et d’écouter ce qu’en pensait l’historien Henri Guillemain.

      Cf. :

      Napoléon - rts.ch - Henri Guillemin - Radio Télévision Suisse

      www.rts.ch/archives/dossiers/henri-guillemin/3477989-napoleon.html

      Henri Guillemin raconte l’épopée napoléonienne dans une collection de quinze documents captivants. Avec passion et sans renier son sens critique, l’historien ...

      En dehors de cette référence, il est bien sûr question de lui sur le site de l’Association CORSE-RUSSIE

      http://www.kalinka-machja.com/

       

      Enfin, ce que beaucoup de Français ignorent, c’est qu’il eut un ennemi implacable : Charles André Pozzo Di Borgo, présent dit-on à Waterloo.

       Cf. le site kalinka , menu déroulant, " LES TROIS CARRIERES DE CHARLES ANDRE POZZO DI BORGO.


  • Elliot Elliot 30 avril 2015 18:27

    Je voudrais saluer le travail érudit de Jean Maitoboda.

    Je n’ai guère de titres à faire valoir pour me prononcer sur différents aspects de la culture corse ( j’en suis resté à Prosper Mérimée et à Colomba ) et je ne sais dans quelle mesure subsiste encore le système clanique avec les dérives qui lui seraient liées notamment l’esprit de vengeance qui lave l’affront supposé ou réel par la vendetta.
    Quand on parle de la Corse, c’est - si l’on fait abstraction des mérités dithyrambes sur l’île de beauté - souvent de manière exagérément négative en sous-entendant des emprises mafieuses que certains voudraient consubstantielles à l’âme corse.

    Il y a la violence de droit commun et la violence politique et, paraît-il, en Corse  on est accoutumé à dénoncer un certain degré d’osmose ( comme sous Vichy pour les continentaux qui auraient la mémoire courte voire au début de la Ve république avec les fameux SAC ).
    Ce n’est donc pas si singulier que cela.

    Si l’on replace le nationalisme corse dans un contexte plus général à l’échelle de l’Europe, on s’apercevra qu’il y a une énorme différence entre la résurgence de revendications autonomistes gagées davantage sur un égoïsme de nantis comme en Flandre ou en Italie du Nord, voire dans une moindre mesure en Catalogne, nantis lassés de supporter des transferts financiers vers des régions plus déshéritées et le nationalisme corse qui a, semble-t-il, des fondements plus sains : les Corses se voient, me semble-t-il, en tant que peuple qui revendique les singularités de ses multiples métissages ( la tête de Maure sur le drapeau ! ) quand d’autres essaient de masquer derrière des revendications culturelles un projet essentiellement basé sur la cupidité.

    En s’inventant, par exemple, comme la grotesque Ligue du Nord italienne une ascendance lombarde mythique.

    D’un autre côté, il y a le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, donc le droit d’affirmer sa volonté d’autonomie et c’est estimable mais je relève que ce sentiment n’est pas majoritaire en Corse justement sans doute parce que la viabilité de l’île dépend grandement des perfusions continentales et que les manifestations de violence sont donc contre-productives et apparemment en net recul comme les malades infantiles ...

     


  • J.MAY MAIBORODA 1er mai 2015 08:30

    Elliot,


    Merci pour votre commentaire, équilibré et, « comme dab », rédigé en un français aussi agréable que rigoureux. 
    Vous trouverez sur le site que vous commencez à bien connaître, dans la RUBRIQUE « Lettres de Corse » quelques compléments utiles, notamment dans les « Lettres d’un pauvre immigré exilé en Corsica » http://www.wmaker.net/u-zinu/
    Quant à Napoléon, je vous confierai que j’appréciais plutôt, à son sujet, les conférences d’Henri Guillemain. 

  • niellu leca niellu leca 6 mai 2015 12:13

    Je complèterai votre intéressant exposé de cette citation de Brecht : " On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent."
    Si je peux me permettre, et sans vous faire quelque procès d’intention immérité, attention toutefois à ne pas faire écho à la sentence abrupte d’un certain ministre « La violence est enracinée dans la culture corse. » en disant : “ Terre d’anarchie, terre de violence, terre où la force et la ruse ont longtemps primé le droit, la Corse d’aujourd’hui retrouve ses démons éternels... “ La violence et la ruse n’ont “primé le Droit“ que lorsque celui-ci était absent voire bafoué. La violence en Corse n’a ainsi jamais été ni culturelle ni atavique mais bien défensive et conjoncturelle.


    • J.MAY MAIBORODA 6 mai 2015 15:56

      @niellu leca


      Je pourrais, par une sorte de pirouette, vous dire que la phrase « incriminée » ne vise pas à traduite l’existence d’une tare génétique, mais qu’elle exprime la rémanence d’un invariant historique ou culturel. 
      Mais je préfère vous remercier pour m’avoir signalé les dangers présentés par ma formulation, que je changerai en tenant compte de votre pertinente remarque.
      Cordialement.


Réagir