mercredi 10 juin - par Sandro Ferretti

« Repos », soldat Cova…

C’est toujours étrange de parler de quelqu’un qu’on n’a jamais vu, fut-ce en photo, ni dont le son de la voix n’a effleuré son répondeur téléphonique. Mais qui pourtant, par on ne sait quel mystère de la cybernétique appliquée aux âmes, a toujours paru proche, familier. Asinus, alias Covadonga 722, sniper des causes perdues, soldat sans joie dont la compagnie a déguerpi, était de ceux-là et il a posé son paquetage. « Dans la lunette arrière, notre fuite en avant » (1), comme chantait Nevché, poète /slameur marseillais, qui fut un de nos derniers sujets de conversation à tous deux.

Je me souviens d’un type avec un avatar improbable de moine copiste qui, dans les années 2008/2010, commentait sobrement mes premiers articles par des « yep, Sandro, yep »….

Je sentais déjà de l’étrangeté et de la densité dans ce commentaire minimaliste.

Je me souviens aussi que certains moquaient sur Internet sa syntaxe approximative, son verbe court, sa ponctuation aléatoire, ce Céline du pauvre qui venait néanmoins salement dynamiter notre raison raisonnable et la petite musique du politiquement correct, des discours convenus.

Et puis Asinus, qui n’avait pas choisi pour rien le moine copiste comme avatar, s’est appliqué sur sa copie. A longtemps tenu, ailleurs qu’ici, un album de citations. A remis l’ouvrage sur le métier, jusqu’à livrer quelques morceaux étincelants de sa vie d’homme et de soldat des causes perdues. Des textes découpés au rasoir, comme par l’éclat du coupe-chou d’un barbier de Barbès (« Zam, zam » sur une passante brûlée vive à Djibouti, ou encore « Garnier ? Chef ! quelqu’un ? » sur la boucherie de l’attentat contre le camp du Drakkar des paras français à Beyrouth.)

 

 

Il avait une énorme soif d’apprendre le côté livresque de la vie, de se cultiver, de s’enivrer des mots des autres.

Pour autant, il n’avait pas besoin de comprendre, ayant déjà presque tout compris de ce qu’un homme debout doit savoir.

 

Il aimait les haïkus, les aphorismes du sage Omar Khayyâm, et les poètes couillus des alcools forts et du fuel lourd. Il aimait Bruce Springsteen et Mark Knopfler, sans doute parce qu’eux aussi avaient démonté l’envers du décor des guerriers à trois balles. Et bien sûr « l’homme en noir », celui qui paie Cash.

Il passait tard le soir ou tôt le matin sur Agoravox. Il nous gratifiait d’une fulgurance, d’une élégance de l’âme. Et puis il repartait comme il était venu.

 

On pouvait parler de tout avec Asinus ( beaucoup ici ne l’ont jamais su). De Frida Kahlo comme de Marina Tsvetaieva, qu’il m’avait fait découvrir.

Il y avait de la densité dans ses interventions. Parlait peu, disait beaucoup. Greffier implacable de l’absurdité des guerres, il parlait sans honte de la peur (comme les vrais hommes), de son odeur d’urine mélangée à la cordite, du sifflement des 7.62 Nato semi-chemisées, de l’incroyable Loto qui fait, à cinq centimètres près, un mort d’un vivant.

Il fuyait le lyrisme guerrier. N’en retenait que l’absurde, la contingence, les âmes foutues, le vomi.

 

« Souchien » malmené par les années, il refusait pourtant, revenu à la vie dite « civile », de verser dans le sanglot long de l’homme blanc.

 

Sniper des corniches de Beyrouth, de la plaine de la Bekaa, il a connu VAB, blindage, cartons.

Tout cela pour, revenu à Marseille, passer des années dans une cartonnerie de la Joliette. Fenwick. Foulards.

Mais la vie est une traînée, on le sait bien.

 

Tous ceux qui ont eu une vie agitée ou un métier dangereux le savent : on pense toujours à la fusillade de trop, à la grenade qu’on te lance comme un citron improbable, à la 11.43 entre les deux yeux.

Mais c’est plus souvent un papy à contresens sur l’A7 qui te remet le compteur à zéro, une crise cardiaque qui te tire le rideau.

Ou un crabe qui te joue du tambour d’un peu trop près.

 

Cova, il sentait bien, ces dernières années, qu’il était suivi.

Il se retournait souvent, dans les ruelles du Panier, à l’Estaque, à la Joliette, aux Arnavaux. Mais rien, personne.

C’est sans doute en rentrant d’une après-midi insouciante sur la plage de galets des Goudes qu’il l’a ramené à son insu, cette petite tafiole de crabe.

Le Cova, il se retournait, mais l’ennemi était dans la viande du dedans, tourteau vorace. Celui contre qui tu ne peux pas lutter, quoiqu’en disent des générations de colloques hospitaliers et de séminaires lointains à Singapour qui nous promettent le Graal pour demain ( ou après-demain, me disent-ils dans l’oreillette).

 

Alors ce fut la Timone, les veilleuses bleues. Antoinette «  la fée piquouze  » fut sa suprême infirmière, son ultime vision de la femme inaccessible.

Il n’y a pas eu de coups de canons. Le blindage n’a servi à rien, cette fois-ci.

Il est parti, Monsieur Asinus, dans le bruit du dehors et le silence du dedans. Lui et ce que cela voulait dire. Le dos courbé sous le poids des vies de merde et des merdes de la vie, mais la tête bien droite et l’œil clair pour tenter de voir ce qu’il pouvait bien y avoir au dessus.

Epicétou. 

« On est reparti dans l’hiver. On est reparti dans l’été »(2)

 https://www.youtube.com/watch?v=lJ5XWLhV03Y

Sur les plages de Marseille, il y a nettement plus de Prophètes que de Catalans.

Bien sûr, à Marseille ou ailleurs, on relancera les dés. D’autres décolletés s’ouvriront sur la corniche Kennedy, il y aura des yeux graves et impatients pour mater sur la Corniche des miches à la garçonne, on boira du Perrier sur le boulevard du même nom.

 

Et le cagnard blanc, celui qui écrase tout, aura encore une fois raison, puisque c’est le seul qui nous survivra.

 

« Repos, soldat Cova ».

 

Vous pouvez fumer.

 

 

(1) Extrait de « Vas-tu freiner ? » par Nevché

(2) Extrait de « Marseille », par Nevché

 

PS : Mais peut-être le soldat Cova nous a-t-il fait une farce ( puisque la vie elle-même en est une…).

Peut être est-il juste allongé dans la grotte de Covadonga. C’est peut être juste qu’il dort, et que dans son sommeil, il a pris la position du tireur couché...

 



77 réactions


  • Cadoudal Cadoudal 10 juin 16:44

    Moi, c’est la fin que je préfère...

    PS : Mais peut être le soldat Cova nous t-il fait une farce ( puisque la vie elle-même en est une…).


  • Jean Guillot le retour Oncle-Paul 10 juin 16:56

    Merci , il pensait tout voir péter dans ce monde avant de partir mais la vie ne lui a pas laissé le temps

    Repose en paix


  • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 10 juin 17:12

    @ tous,

    Il y a bien longtemps, fin 2006, avant d’être rédacteur sur ce site, avant même d’être un simple commentateur, je suis resté près d’un an lecteur anonyme et silencieux.

    C’est un article du même genre que celui-ci qui m’avait séduit et m’a fait venir au site.

    Celui-ci :

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/requiem-pour-un-catalan-ombrageux-16641

    Une belle plume de l’époque (Marsupilami, dit Marsu) y faisait l’hommage funèbre d’un autre auteur d’Avox un peu connu à l’époque je ne l’ai jamais cyber-fréquenté-, Patrick Adam.

    Le fait que deux personnes ne se connaissant pas dans la vraie vie soient suffisamment proches pour écrire un hommage m’avait fait croire que ce site n’était pas comme les autres, et qu’il valait la peine de s’y arrêter.

    Je mets ce lien car pour moi, la boucle est bouclée : je suis venu sur ce site à cause d’une belle nécro d’un auteur disparu, et je le quitte sur celle de Cova, le cyber ami.

    J’espère qu’un mec ou une fille bien lira ces lignes, dira « ça a l’air de se tenir debout ici », et deviendra un bon auteur du site, et ainsi de suite, jusqu’à ce que mort s’ensuive.

    Je mets aussi ce lien pour que chacun mesure qu’à l’époque, malgré un trafic et une diversité d’intervenants bien supérieurs, personne ne s’était permis d’y aller de son crachat. Ceux qui n’appréciaient pas Patrick Adam (et il y en avait pas mal, apparemment, il n’était pas consensuel), ayant la décence de passer leur chemin, comme je l’avais fait moi-même sous une nécro de Paul V.

    On peut espérer (ou rêver) qu’il en ira de même ici.

    Merci d’avance.


    • dimitrius 10 juin 18:17

      @Tall
      Merde alors moi qui voulais faire ton oraison funèbre pour mon premier article , bon ben je vais me contenter de Fergus alors.


    • myrrhe-lit-on Cyrus de cylonie 10 juin 19:02

      @dimitrius

      Ouep si ça avais été la tienne , ca aurais été un peut plus vachard mais je serais quand même passé présenter mes respect presenter ton oeuvre architectural digne de numerobis .

      chouette on va pouvoir t’ asticoter encore un peut ,
      bise a ta fille au moins un truc que tu as réussit smiley


    • myrrhe-lit-on Cyrus de cylonie 10 juin 19:05

      @Shaw

      salut a toi shaw shaw , 
      Tu vois c’ est toujours les meilleur qui partent les premier
      numerobis et toi vois etes encore la pour un bon moment smiley 


    • HELIOS HELIOS 11 juin 11:25

      @Tall

      ... plus c’est bon, plus on en veut.

      ... Partir, est toujours une petite démission, un petit renoncement et surtout se retrouver comme la crème du lait lorsqu’il sort de la casserole.

      ... cette épisode « médico-politique » de cette dernière période me convainc de plus en plus : l’inéluctable est devenu obligatoire, volontairement ou non, et on s’y plie.

      ... comme ce petit insecte, je m’accroche jusqu’au bout, et parfois, je me demande quel choix je dois prendre lorsque je vois la chasse tout nettoyer.

      ... au fond, le monde change, la nourriture de l’esprit ayant apporté sa contribution, ses restes, tels de vils déchets, s’évacuent oubliant la qualité du menu et des efforts consentis pour ces agapes.

      ... doit on faire des efforts pour soigner l’indigestion ?

      je regrette tous ceux qui partent... appelés a d’autres horizons grâce à la vie hélas mortelle.


  • Fergus Fergus 10 juin 17:33

    Bonjour, Sandro


    « On peut espérer (ou rêver) qu’il en ira de même ici »

    Espérons-le. Je croise les doigts pour qu’il en soit ainsi.


    Même si je n’ai pas toujours été d’accord sur tout avec Asinus  le contraire eût été ennuyeux —, j’ai le plus souvent apprécié nos échanges.

    Je lève un verre de pastis à sa mémoire, et je lui souhaite sincèrement bonne route, où qu’il soit allé...


    Merci pour ce texte.


  • dimitrius 10 juin 18:02

    Merci Sandro pour l’info , je sais qu’il n’aimait pas ma façon de troller et qu’il ne m’aimait pas moi non plus , mais j’ai toujours apprécié ces posts chargés de ses convictions. RIP COVA et mort au crabe , finalement c’est toi qui l’a eu cet enfoiré.


  • myrrhe-lit-on Cyrus de cylonie 10 juin 18:54

    Superbe hommage bien mérité , je suis sur qu ’il en serait fier .

    A mes devoir général covadonga 


  • pemile pemile 10 juin 20:07

    Ambigu l’article, Cova n’est pas venu sur avox depuis le 17 avril, c’est la seule information validée ?


  • In Bruges In Bruges 10 juin 20:07

    « Yep, Sandro, yep »,

    aurait-il dit.


  • The Old Snoop The French Badger 10 juin 20:10

    Salut Sandro

    Je sais que tu as des sources que nous n’avons pas et cette nouvelle que nous redoutions tous me bouleverse au plus haut point.

    Je perds un vieux complice et un homme que j’aimais et respectais, un garçon avec qui j’avais à la fois tant et si peu un commun ...

    Nous avions porté le même béret, lui beaucoup plus longtemps que moi et dans des circonstances beaucoup plus difficiles...Il me faisait souvent penser au Willsdorf de la 317 ° section.

    Je repasserai plus tard car il y a beaucoup à dire sur cet éloge, certes magnifique et sur les commentaires qui le suivent dont beaucoup , par leur seule présence , passent largement les bornes de l’indécence ...


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 10 juin 20:36

    Repose en paix vieux Cromwell.


  • Clouz0- Clouz0- 10 juin 20:47

    Tant de gens ont « déserté* » ce site sans plus de façon, lassés de ce qu’il est devenu, que je préfère penser que, comme eux, il aura tout simplement préféré tirer sa révérence, en silence, pour se consacrer à des lectures plus poétiques.
    Je n’y crois pas mais je m’y accroche et quoi qu’il en soit sa voix si singulière manque terriblement.
    * évidemment déserter dans son cas est totalement inapproprié. La seule chose qu’il aurait pu déserter dans la vie c’est bien la médiocrité ambiante.


    • The Old Snoop The French Badger 10 juin 21:03

      @Shaw

      Tu n’as pas compris que dans un pareil moment ce que tu aurais de mieux à faire c’est de fermer ta gueule !
      Nous sommes quelques uns à savoir ce qu’il pensait de toi !


  • The Old Snoop The French Badger 10 juin 21:00

    Je ne crois pas qu’il aurait aimé que son éloge funèbre, aussi bien écrit soit-il ; fut publié ici ...

    Je ne crois pas non plus qu’il eut apprécié de lire des intervenants pour lesquels il n’avait que mépris ...


    • The Old Snoop The French Badger 10 juin 21:03

      @Shaw

      Oui, sans aucun doute !


    • Cadoudal Cadoudal 10 juin 21:17

      @The French Badger
      Le vieux lion est peut-être juste parti chercher des munitions anti-clowns dans le maquis...

      Ça urge...

      Ou qu’il soit, laissons le distribuer son mépris à sa guise...


    • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 10 juin 21:25

      @The French Badger
      Bonsoir,
      Tu poses une vraie question. Je me la suis posée aussi, évidement.
      « Là bas », j’avais aussi déposé ce texte ( ou une version approchante), il y a quelques mois, au cas où « la nouvelle » arriverait d’abord, voire exclusivement. 
      Ou arriverait lors d’une absence à l’étranger.
      Ce n’est apparemment pas arrivé.
      Sur le fond, tu as peut être raison, mais je n’en suis pas sur.
      Avant que les choses ne dégénèrent ici, en qualité comme en quantité d’intervenants, je sais qu’il avait tout de même un semblant d’intérêt à y être, à défaut de fierté. Il vivait aussi, comme nous tous, sur le mirage des Argo, des Massoulier, des Marsu, des Forest. Ceux qui faisaient le site. Je n’en étais pas, du reste, ou si peu.
      Le problème, c’est que tout le monde aurait voulu un hommage à cette période, sous ces plumes là. Mais elles sont parties.

      Et cela n’a pas rendu le « ailleurs » plus crédible ni diversifié, même s’il y est allé , comme d’autres, de bon cœur et sans calcul-. Mais c’est devenu le désert des tartares que l’on sait.
      Cova était de toutes façons l’antithèse des comparatifs pour savoir qui a la plus grosse, ni revendiquer « mon Cova à moi que j’ai ».
      Je ne le revendique pas non plus.
      Si tous ne l’ont pas compris, je le dis très clairement.
      Pour le reste , il m’est agréable de croire que c’est Clouz0 qui a raison.


    • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 10 juin 21:27

      @Shaw
      Si tu pouvais te calmer, toi et tes éjaculations spontanées mal contrôlées, ce serait pas mal.
      C’est pas un concours de post, ici.
      S’il n’y a que 4 réactions, ca me va. Tout dépend de qui.
      Je croyais que tu comprendrais tout seul.


    • The Old Snoop The French Badger 10 juin 21:46

      @Sandro Ferretti

      Tu sais très bien que celui avec qui tu entretiens une querelle est aussi celui qui apportait une dernière main aux magnifiques textes d’Asinus et les rendait publiables ...
      J’aurais aimé que pour l’occasion et en son honneur vous signiiez la « paix des braves »
      D’autant que Léon nous a quittés aussi


  • ZenZoe ZenZoe 10 juin 21:05

    Excusez-moi, j’ai du mal à comprendre. Il est vraiment mort, et comment le sait-on si oui, ou on suppose qu’il l’est ?

    Je l’apprécie beaucoup moi aussi (le verbe est au présent, j’y tiens), et j’aimerais savoir.


    • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 10 juin 21:28

      @ZenZoe
      « demande à la poussière ».
      John Fante.


    • pemile pemile 10 juin 22:02

      @Sandro Ferretti « « demande à la poussière ». John Fante. »

      Réponse à la question de ZenZoe ?

      Pour le massacre de crabes, c’est le Bandini de ’La route de Los Angeles" qui aurait été plus à propos.


  • foufouille foufouille 10 juin 21:09

    Condoléances


  • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 10 juin 22:55

    Asinus était de Marseille, je n’y ai vécu que trois ans. Il n’aimait plus Marseille , nous en avions parlé souvent. J’avais tenté de les réconcilier via la finesse de Fred Nevchéhirlian , alias Nevché., ex. prof de lettres à Marseille ayant tout plaqué pour être auteur / compositeur / interprète

    En vain, je crois. Je l’avais pas convaincu.

    Reste qu’à force de regarder dans le rétroviseur,

    https://www.youtube.com/watch?v=olUnPD2OTgk

    on oublie de freiner.

    https://www.youtube.com/watch?v=xW61kcHa8I0


    • pemile pemile 10 juin 23:54

      @Sandro Ferretti « Il n’aimait plus Marseille »

      C’est peu d’le dire, obsessions et caricatures, non ?


  • popov 11 juin 03:29

    @Sandro Ferretti

    Merci pour ce texte. J’aimais bien Cova.


  • Aimable 11 juin 08:16

    La mort c’est notre destin a tous et personne ne peut y échapper .

    Bel hommage .


  • Wald 11 juin 09:26

    ce Céline du pauvre qui venait néanmoins salement dynamiter notre raison raisonnable et la petite musique du politiquement correct, des discours convenus.


    En effet, ce type m’a personnellement traité d’escroc à l’Allocation Adulte Handicapé, d’erreur de la nature et autres joyeusetés. Il parait que j’avais fait un dossier d’AAH bidon, que j’avais escroqué les finances de l’Etat.


    Ce type faisait partie d’une bande de trolls en ligne, qui a sévi ici pendant des années, agressive, odieuse et violente verbalement. Bande dans laquelle il se reconnaissait complètement. Morceaux choisis de la bande (sur des articles sur lequel je n’intervenais d’ailleurs pas) :


     « au diable les minables petites économies », comme commentaire sur un problème qu’avaient des bénéficiaires d’un complément de ressources pour handicapés, le « minables » en question étant le fait que ces personnes perdaient l’intégralité de la ressource pour 3 euros d’intérêt sur un livret A.

    -« les autistes sont le plus souvent des boulets insupportables pour leur famille. »


    Et c’est à ça qu’il faut rendre hommage ?


    Je ne vais pas le regretter, en effet, et quoique totalement athée, ayant appris la disparition confirmée d’un autre des membres de la bande il y a quelques jours, je ne peux pas m’empêcher de penser à une forme de justice immanente. 


    C’est lui qui pensait que pour ses contradicteurs, quatre murs c’était trois de trop ? Qui se revendiquait ouvertement hostile à la liberté d’expression ? 


  • Wald 11 juin 09:31

    Je passe évidemment sur la déshumanisation de tous ceux qu’il considérait comme n’allant pas dans son sens, que ce soit des individus ou des groupes entiers de personnes, qui devenaient sous sa « plume » juste bon à violenter, expulser, emprisonner, voire exécuter. Maghrébins, pauvres, « gauchistes » et on en passe. Parce que j’étais l’un d’eux, mais je n’étais pas le seul.


    • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 11 juin 09:43

      @Wald
      C’est bon à présent. Votre ressentiment est sorti. C’est fait.
      Vous n’allez pas faire comme d’autres ici qui, comme des gosses oisifs, ne savent pas s’arrêter ? Si ?
      A vous de voir.


    • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 11 juin 11:22

      @Wald
      Les gens qui ont un problème de cerveau et ne savent pas comprendre les avertissements, ben.. on est obligé d’aider leur cerveau.
      Désolé de bloquer, mais vous êtes au même niveau que Shaw et quelques autres : vous ne savez pas comprendre quand « ça va comme ça ».
      On vous laisserait faire que vous y seriez encore dans 8 jours et 70 post plus tard.
      Ça s’appelle les obsessionnels.
      Ça se soigne peut être, mais je ne suis pas psychiatre.
      Bonne journée.


  • Loatse Loatse 11 juin 09:32

    Aucune vedette du show biz ni homme politique n’a jamais reçu de si bel hommage. M’enfin ce n’étaient pas eux qu’on envoyait aux fronts. Celui aussi du quotidien que vivent ceux qui sont livrés au chaos, un quotidien que nous racontait cova ici.

    Ses écrits étaient précieux et certains m’ont profondément marqué au point que je pourrais presque mot pour mot les restituer...

    Il est parti, cet homme qui ne voulait pas se voiler la face, avant que le factuel ne soit plus possible à décrire si celui ci en vient à heurter quelque sensibilité.

    Il était devenu sans le savoir mon compagnon de galère. Chacun à notre façon nous ramions entre les écueils..

    et je ne saurais jamais pourquoi celui ci commencait tous ses posts par « Yep ! ».. :)


    • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 11 juin 09:50

      @Loatse
      Merci pour lui.
      Oui, la force de Cova, qui que nous soyons, était de faire écho à des choses connues et subies par tous, sans insister.
      D’allumer des petites lumières ici ou là, sans vouloir refaire le monde.
      Comme lui avait dit une fois SB : « Cova, vous passez, vous éclairez ».

      PS : pour « Yep », je ne sais pas non plus, hormis que c’est une expression familière raccourcie du « Yes » chez les américains ( comme nous disons « ouais »).
      Je pense qu’il faisait un clin d’œil critique (pour s’en moquer) à tous ces films de guerres amerloques où le soldat viril dit sans cesse Yep, avec son paquet de Marlboro scotché au casque lourd.Une carte postale.


  • Abou Antoun Abou Antoun 11 juin 12:34

    Quel hommage Sandro !

    J’applaudis des deux mains ce beau texte. Merci pour Cova.

    Nous avons fait connaissance via ce site parce qu’il se trouve que nous avons connu le Liban à peu près à la même époque, et que c’était ’quelque chose’, difficile à comprendre pour qui ne l’a pas vécu.

    Lavigue, dans son blog, m’a donné l’occasion d’évoquer quelques images de ce temps là, et Cova a bien connu tout ça il fait ici partie des rares intervenants.

    Le crabe m’attend aussi au tournant, je peux comprendre ce qu’il a vécu.


  • Stupeur Stupeur 11 juin 12:58

    Jeanne-Christophe-Charles-Bruno smiley :

    « Elle ira dans l’enfer avec les morts damnés,
     Avec les condamnés et les abandonnés,
     Elle ira dans l’enfer avec les morts damnés ;
     Quand la paille en enfer s’envolera légère,
     Ton corps s’envolera pour que le feu l’embrase,
     Alors commencera l’éternité sans bord ;
     Dans les hurlements fous des embrasés vivant,
     Dans les hurlements fous des écorchés vivant,
     Dans les folles clameurs des damnés affolés,
     Dans les hurlements de tous les tourmentés ;
     Et les hurlements fous d’éternelle souffrance,
     Et les hurlements fous d’éternelle prière,
     Seront comme un silence au flot de la souffrance,
     Noyée comme un silence au flot de la souffrance ;
     Comme ta mort éternelle est une mort vivante,
     Une vie intuable, indéfaisable et folle,
     Et l’éternité sera comme un silence »


  • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 11 juin 13:54

    Merci aux derniers intervenants.

    Merci à Stupeur (dont je n’attendais pas moins) d’avoir tiré dans le cœur d ela cible : ceux qui connaissaient Cova ( ici ou ailleurs) savent que c’est précisément ce genre de poésie noire et dense qu’il appréciait depuis quelques années.

    Merci à vous.

    Jelena , votre hommage est singulier et ferait sens pour lui, je le pense. Quelque chose comme la paix des braves. Malgré tout et malgré tous.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 juin 14:01

      @Sandro Ferretti

      Salut. Je ne peux le faire du haut de mon Smartphone...si tu peux mettre le lien musical « brothers in arms » ...


  • eau-pression eau-pression 11 juin 14:39

    Est-ce de n’avoir jamais franchi les portes du jardin, dont il était l’IP-sentinelle, qui m’a valu de la part de Cova le galon de chef d’escadrille ? Récemment, prenant des nouvelles d’un ami qui fréquente lui aussi la Timone, je souriais d’imaginer qu’il me le remette en sa présence quelque part entre la Corniche et le Garlaban, nous trois si différents.

    Aux acteurs toujours présents, à tout hasard et histoire de me déconnifier, je demande : à notre époque individualiste, est-il encore possible de servir sans être utilisé ?


  • Lord WTF ! Lord WTF ! 11 juin 14:52

    Yep...

    RIP Asinus... 


    De mortuis aut bene aut nihil...


  • The Old Snoop The French Badger 11 juin 15:11

    @ Sandro

    Je t’avais bien dit que ce n’était pas le lieu

    Après avoir vu défiler quelques tarés ( fort heureusement pas seulement ) n’éprouves-tu pas comme moi quelque amertume ?


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 juin 15:20

      @The French Badger

      Le vain mauvais.


    • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 11 juin 15:42

      @The French Badger
      Oui, mais comme tu le dis, il n’y avait pas que les baltringues de service.
      Et puis approche un peu : c’était ça ou quoi ?
      Le silence ?
      J’aime le silence des cathédrales, où cela sent l’encens.
      Je n’aime pas les chaisières et les 2 pièces / cuisines fétides où ça sent le renfermé et les obsessions récurrentes.
      Et puis enfin, qu’est ce qui empêche de lui rendre hommage ailleurs ? Hein ?
      A vos plumes, messieurs.
      Je pense sincèrement que cela lui plairait, et tout autant qu’ici.Car je sais qu’il a beaucoup donné et laissé de choses de lui « là-bas ».

      Et puis je me garderais bien de parler à sa place, mais je pense que Cova a / aurait apprécié l’hommage de quelques uns / unes versé ici (et je ne parle pas du mien d’hommage - je le précise parce qu’il y a tout de même des moments où je me demande si j’écris en français et si cette langue est encore parlée bas Poitou, quand je vois comment on y ré-écrit l’histoire pour échapper à la solitude).
      De toutes façons, au cas où tu ne l’aurais pas compris, je n’ai pas de plan de « carrière » ou de« popularité » ( comme disent les ado boutonneux des réseaux sociaux) à soigner ici .
      Je me retire sur la pointe de la plume.
      « Nafoutre, mort aux cons » , comme il disait.

      PS 1 : le Poitevin ( et très récemment Buster) sait très bien ce qui fut une erreur impardonnable et personnelle à mon endroit. Et qui, étant impardonnable, ne sera donc pas pardonnée.
      Point barre. Renseigne-toi.
      PS 2 : pour Aita : oui, je le fais ce soir, de cet ordi je ne peux pas.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 juin 16:06

      @Tall

      Totalement.


    • The Old Snoop The French Badger 11 juin 16:50

      @Sandro Ferretti

      Je sais très bien que tu ne recherches ni la popularité ni le buzz ...

      Je sais très bien aussi qu’il était tout comme moi capable d’assumer des amitiés qui te semblent incompatibles tout comme au webmaster acariâtre ...

      Je t’en veux néanmoins d’avoir laissé s’exprimer ici quelques demi-monstres aux chromosomes tordus dont la lecture l’a sûrement conforté dans ses convictions eugénistes et a sérieusement renforcé les miennes ...

      Merci quand même à ceux qui ont su mettre un peu de dignité dans ce qui tournait au cloaque ( John, Nono, Loatse et 2/3 autres )

      Je n’en pense pas moins qu’il eut préféré que cela se passe dans l’intimité et que nous restions entre « frères d’armes » , ce que nous étions un peu devenus sur ce site de merde ...


    • myrrhe-lit-on Cyrus de cylonie 11 juin 17:38

      @Sandro @tall

      +1 , j’ avais déjà des doutes , cela confirme bien .
      https://www.agoravox.fr/commentaire5778340
       

      La meilleur preuve etant l’ edition il y a 18 minute du message compromettant que tu cite .


    • The Old Snoop The French Badger 11 juin 17:54

      @Tall

      Es-tu vraiment sûr que ce soit le moment pour ce genre de commentaires

      Comment peux-tu croire que tu aies une relation privilégiée avec moi ?

      Sandro pourra aisément vérifier qui je suis ...


    • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 11 juin 18:25

      @Tall
      Je crains que ça ne soit bien Snoop.
      On ne peut pas être au niveau tout le temps.Il l’a été souvent, dans bien des domaines.
      Je ne juge pas. J’ai tant à faire.
      Et puis l’auteur de ce gâchis, c’est l’éleveur de salades.
      PS@ Snoopy : dernier point : le temps que tu signales un abus et que tu demandes une suppression, cela prend environ 1. 00 pour que la modé réagisse. Pendant ce temps là, le genre de malades qu’il y a ici ont eu le temps de cracher 20 posts.
      Sache-le


    • Bernd Rainauer 11 juin 18:32

      @Sandro Ferretti

      Ces malades opèrent avec la complicité du site et Tall en fait partie

      The French Badger c’est bien moi et le compte a été entretemps interdit d’accés comme celui d’avant

      Te rends-tu compte de quoi tu te fais involontairement complice ?


  • John  John 11 juin 15:28

    Salut Sandro !

    Un bel hommage j’espère que tu trompes sur ce dénouement et qu’il puisse te lire !

    Comme d’autres, je tiens aussi à saluer la mémoire de Cova ... Malgré parfois des accrochages virulent c’était un gars droit, il restait lui même ! S’il a vraiment quitté ce monde alors qu’il repose en paix ! Et vu que je suivais souvent ses interventions, ce que j’ai lu de lui, ce qu’il racontait de sa vie ... Ces enfants peuvent être fier de leur père ... Adieux Cova !

    Snoopy salut ... Je peux comprendre que tu sois touché ... Car si tu avais un binôme ici c’était bien lui ... Tu perds un frère ! Respect !


    • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 11 juin 15:49

      @ John
      Vous me donnez l’occasion de crever un abcès.
      Si le 1% qui reste était finalement plus fort que les 99% , non seulement j’en serais heureux bien sur (comme d’autres), mais surtout cela aura servi à ce qu’il sache et voit cela « de son vivant ».
      Une femme me disait il y a quelques années que notre putain de pudeur masculine nous fait garder pour nous des choses qui auraient tant été utiles à certains ( nes) pour le temps qui leur reste. Et qu’après, bien sur, on regrette que cela « ne soit pas sorti à temps », qu’il s’agisse d’un père, d’une mère, d’une femme, d’un ami.
      Voilà, c’est tout.


    • John  John 11 juin 16:04

      Sandro,

      Oui je comprends tout a fait ce que tu veux dire ... Des fois nous regrettons ce que nous avons dit, et des fois nous regrettons ce que nous n’avons pas dit parce qu’il est trop tard pour le dire !


    • John  John 11 juin 16:10

      Sandro je rajoute que si je comprends ce que tu veux dire c’est parce sous un de tes articles Corona’s bleues je lui ai fait par de mon ressenti ...

      Voilà Sandro !


  • nono le simplet nono le simplet 11 juin 15:50

    je n’avais pas l’intention de faire un commentaire qui aurait été à la con ...

    mais, par hasard, je viens de me souvenir avoir annoncé dans un forum, il y a quelques années la disparition de mon copain Gégé ... Gégé était un gros con de droite autant que je suis un gros con de gauche ... un briviste et moi tulliste ...chauffeur et garde du corps d’un ancien maire de Bordeaux ... mais le cœur sur la main ... croisés sur un forum on est devenus copains, amis même, en virtuel puis en vrai avant que cette saloperie de crabe l’emporte ... alors si Cova était comme Gégé ...


  • S.B. S.B. 11 juin 17:42

    Je pense à sa femme et à ses enfants. Peut-être qu’ils ne savaient rien de ses déambulations sur le Net, que c’était sa vie secrète à lui.

    Gentleman Cova.

    Il se rabaissait souvent devant les « éduqués » et les « sachants », rappelant qu’il n’avait pas fait d’études. Je ne sais pas si c’était de l’ironie ou une blessure, une colère secrète. Alors que le vrai poète ici, c’était lui. 

    Ainsi va la vie. Les prétentieux et les moulins à parole ne voient pas leur vacuité, ceux qui arrivent à exprimer quelque chose de façon unique et précieuse ne le savent pas, ou ne veulent pas le savoir même si ça crève les yeux. 

    Je crois que Cova avait peu ou pas connu sa mère. Les gens qui arrivent à faire quelque chose avec le rien qu’ils ont reçu, sans s’échouer sur ce récif mortel, ne sont pas comme les autres. Cova n’était pas comme les autres. 

    Marseille, tais-toi Marseille, tu cries trop fort...


  • xana 11 juin 18:10

    Ah Covadonga, que tu étais grand, beau et sensé !

    Voila ce qu’il faut écrire ici pour ne plus être censuré...


  • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 11 juin 18:13

    Je ne suis qu’à moitié chez moi, ici.

    Mais ce serait bien qu’après ces paroles sages de Sabine, nous en restions là.

    Les aigreurs mal ravalées, les consanguinités mentales et les émois solitaires ne m’ont jamais intéressé : alors c’est dire ce soir...

    Et j’observe qu’hormis Argo (nous nous tutoyions pour d’autres raisons, qui datent de l’affaire Yvan Colona), tant Cova que Sabine (qui étaient les deux personnes dont j’avais toujours le plus de plaisir à lire les lignes ici) sont des personnes avec qui nous nous sommes toujours vouvoyés. Pendant plus de 12 ans pour Cova.

    Bien que nous nous soyons confiés des choses intimes d’hommes, comme bourrer de papier journal le reste de boite crânienne d’un cadavre, avant de le bander pour que ça ressemble à quelque chose pour la famille. Nous l’avons fait moi en jean’s blouson cuir, lui en treillis.

    Et bien d’autres choses.

    Pas des histoires de PEGC , c’est sûr.

    Je suis content d’avoir vouvoyé Cova jusqu’au bout, malgré la tentation du « brother in arms ». Et je crois qu’il avait deviné le respect qui chez moi allait avec.

    Bonne soirée.


  • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 11 juin 18:40

    Dernière chose.

    Le dernier post de Cova fut sous mon article sur la mort de Christophe.

    Comme souvent, il fait sens.

    J’y ai même lu une pointe de reproche à peine voilé à mon endroit, sur le fait que j’avais dit (— excès évident, « obésité de mémoire » aurait dit mon ami Jean Fauque-) que Bevilacqua était un grand et un mec bien. Il y dit aussi que celui qui viendra juger les vivants et les morts, ce n’est ni lui ni moi. Je copie ce post ici. Il est une réponse à tous ceux qui sont venus cracher sur sa tombe.

    https://www.agoravox.fr/commentaire5733665


    • Patrick Samba Patrick Samba 12 juin 14:03

      @Sandro Ferretti

      « ...sur sa tombe. »
      Vous êtes sûr qu’on habite le même pays ? En France on enterre les gens seulement après leur mort assurée !

      Et comment peut-on « cracher » sur une tombe qui n’existe peut-être pas ?

      D’autant que si je vous lis ici : Pour NINA, la tendre, la révoltée... - AgoraVox le média citoyen, vous n’êtes vous-même pas très sûr de vous :

      "Sauf que quand c’est pas sûr, c’est pas sûr.
      Voilà le problème. Surtout dans ces cas-là.
      Je ne voudrais pas rééditer le coup du nain bleu et son hommage ( un peu trop précoce) à Had.
      Même si je pense que nous ne sommes pas dans le même cas de figure
      ."

      Cap’tain Haddock qui donc n’était pas mort.

      Et donc j’avoue ne pas bien comprendre vos attaques contre ceux qui seraient venus « cracher sur sa tombe », quand personnellement je n’ai rien lu de tel. Rapport à la réalité éminemment dissemblable ? Ou bien tout autre chose ?


    • pierre 12 juin 17:23

      @Tall
      « demain j’arrête de boire », c’est mal barré


    • Patrick Samba Patrick Samba 12 juin 18:48

      @Tall

      « ...positives même. »
      Rocla aurait été très touché ?
      Qui sait, peut-être même un peu trop...
      On ne le voit plus...


  • S.B. S.B. 12 juin 16:35

    Sandro,

    Vous allez me manquer.


    • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 12 juin 23:15

      @S.B.
      Je suis repassé vous dire au revoir, maintenant que les Bac moins 12 et autres échappés de l’asile sont endormis.
      J’ai apprécié nos échanges au long de ces X années , toujours dans la finesse et la qualité, avec pudeur sur les non-dits et les nuances de gris.
      Vous êtes la seule à avoir compris qu’une fille de Birmingham n’était pas pour moi qu’une chanteuse à belle voix et que nous avons un peu cheminé ensemble.

      Pour le reste, je crois que nous nous sommes « confrontés » la première fois sur Hugues Pagan, sa noirceur, la mienne.
      Aussi, je vous laisse un petit « testament » .

      Olivier Marchal, je le connais un peu, sans plus. Nous avions surtout deux amis communs( il n’en reste qu’un, merci au crabe).Je sais ses limites, ce qui fait qu’on ne se ressemble pas autant que certains le disent (sans même parler de l’âge ou du physique).

      Et pour autant, Dieu m’est témoin ( et quelques femmes qui s’étaient sans doute trompé d’adresse) que je ne suis pas gay, mais quand il a encore les larmes aux yeux 40 ans après sur ce passage ( entre 1.15 et 2.45) , j’ai envie de l’embrasser.
      Il avait 21 ans et c’était le soir de Noel pour lui, j’en avais 26 et aussi « la nuit, le jour et toutes les autres nuits » (selon le beau titre de Michel Audiard du livre à la mémoire de son fils) , mais cela ne sort pas de nos mémoires, à nous qui avons connu cela.
      https://www.youtube.com/watch?v=En5Zl_Nb27s

      J’ai honte pour quelques petites crevures, PEGC à la retraite ou gardien de buvette de stade de foot de la Bretagne profonde, de s’en être gaussé, du haut de leurs toutes petites vies.
      Je suis heureux de quitter cet asile et celui, encore plus fétide, de « là bas ».

      Vous concernant, je ne chercherai pas à minimiser l’ampleur de nos différents sur Bruce Springsteen et Rodolph Burger...( ..).
      Il fallait donc que ça cesse...
      Je vous souhaite plein soleil sur votre vie. Et du vent. Qu’il vous emmène là où c’est le mieux.
      Il sait où c’est, le bougre. C’est un malin. Il n’est pas tombé de la dernière pluie.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 juin 23:28

      @Sandro Ferretti

      Salut.


    • S.B. S.B. 13 juin 21:32

      @Sandro 

      Peut-être qu’il n’y a pas, dans la vie, que les frères d’armes pour mesurer l’étendue de certains désastres, et le courage qu’il faut pour continuer et rester debout dans l’indifférence générale, comme Olivier Marchal, Cova, vous et d’autres anonymes. 
      Peut-être qu’il y a des gens qui vous connaissent mieux que vous ne le supposez.

      Je penserai à vous.

      SB


    • In Bruges In Bruges 13 juin 22:52

      @Sandro Ferretti
      Bon...
      Un petit cadeau de départ, alors...

      https://www.youtube.com/watch?v=qqF2vldk5D8


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 juin 23:14

      @In Bruges

      Elle force sa voie ...je dis ça je dis rien...


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 juin 23:18

      @Aita Pea Pea

      Zut x bien sur ...pan sur les dents !


    • arthes arthes 14 juin 15:24

      Sa@S.B.

      Non, mais , faut pas pleurer , vous savez, je suis certaine qu’il va reviendre, l’Etalon des z’Abruzzes, pour pour inonder, encore et encore, les spectateurs de sa divine prose, mais oui, mais ouiiii !!!!


    • arthes arthes 14 juin 17:18

      @Daniel ARG Oliver
      A c’t heure ci, je ferai têter les puces, quoique....On sait pas...Si j’y suis et que t’y es pas, yaura tarpé gravos au prochain « devil open minc » !!!! smiley 


  • arthes arthes 12 juin 16:44

    Tiens, le dernier post de Patrick Samba a été supprimé...Voici qui est sûr.


  • Patrick Samba Patrick Samba 14 juin 12:44

    Et ben décidément l’éthique d’Agoravox laisse désormais sérieusement à désirer.

    Republication le dimanche d’un texte qui se veut être un hommage funèbre réel, et non de fiction,... de quelqu’un qui n’est peut-être pas décédé !

    D’une personne bien réelle donc et non pas d’un personnage de fiction.

    Grosse responsabilité...


Réagir