mardi 10 novembre 2020 - par Kalman SCHNUR

Sainte Laïcitude ! 

 

La laïcitude dans son acception actuelle fait perdre son identité à la France et donc sa raison d’être.

Elle devra choisir : être laïque ou être française. Rapidement.

Sainte Laïcitude !  K.Schnur novembre 2020.

 

La loi de 1905 (dont le mot laïcité est d’ailleurs absent) fut promulguée dans une France monochrome et uniforme qui ignorait son homogénéité comme un poisson ignore l’eau ; pour laquelle mondialisation et migrations étaient inconcevables ; qui n’avait aucune idée de sa nature chamarrée et diverse à venir ; qui considérait, conditionnée par la « Révolution » de 1789, le christianisme comme une ingérence extérieure malvenue et non comme un ciment identitaire vital à sa civilisation et à sa raison d’être.

 

Tout ça a mal vieilli ; périmé, cela ne signifie (plus) rien. Faut-il préciser à quel point la France actuelle est différente ? N’en serait-il pas temps de cesser de sauter comme un cabri en psalmodiant « sainte laïcitude » ?

 

D’autant que le mot, galvaudé et mit à toutes les sauces, ne veut plus rien dire puisqu’il n’y a pas deux personnes qui le comprennent à l’identique dès qu’il s’agit de le mettre en œuvre dans la pratique.

Chaque fois cela déclenche des débats sémantiques houleux ; c’est qu’il n’a aucun sens commun… c’est qu’il n’a aucun sens…

En conséquence, au lieu d’éclairer il brouille ; au lieu d’unir il déchire.

Et mal nommer les choses augmente le malheur du monde (merci Camus qui ignorait si bien dire).

 

Rappelons que des pays qui n’ont pas de leçons de démocratie à recevoir en France ont d’autres conceptions et une attitude beaucoup moins agressive à l’égard de la chose religieuse que le dogmatisme jacobin français.

Pour faire bref, entre autres :

– L’Allemagne salarie ses « ministres du culte » de toutes les religions (la France aussi ; en Alsace-Moselle, terre d’influence germanique ; sans oublier Mayotte…).

– En Grande-Bretagne la reine est simultanément chef de l’Etat et celui de l’église (anglicane).

– Le Président des USA prête serment une main sur la bible et termine par « So help me god ». Idem pour tous les hauts responsables civils et militaires US. Des billets de banque et des frontons de bâtiments officiels y portent l’inscription « In God We Trust ».

 

Soyons cohérents. Croit-on vraiment que la Marseillaise, l’hymne national le plus martial, revanchard et sanguinaire au monde, est « laïque » ?

D’où provient cette sanctuarisation de la Laïcitude ? Oublie-t-on que les pires horreurs, rappeler le vingtième siècle suffirait, furent commises par des régimes ayant effacé Dieu ? (Nazis, soviétiques, khmer rouges…).

 

Sachant que cette sacrosainte laïcitude « à la française » ne satisfait personne, finalement.

Des musulmans la considèrent comme véhicule, voire synonyme, d’islamophobie.

D’autres la considèrent comme le cheval de Troie par lequel tout entre ici comme dans un moulin, l’Islam radical « politique » en premier ; puisqu’elle érode les fondements identitaires de la France.

Puisque la France en est pieds et poings liés. S’obligeant à l’amnésie, s’interdisant de proclamer haut et fort ce qu’elle est et les racines (judéo ?) chrétiennes de sa civilisation, elle ne sait plus d’où elle vient et en conséquence ignore où elle va.

Faut-il encore rappeler la définition gaullienne d’après Peyrefitte ? « Peuple européen, de race blanche, de religion chrétienne, de culture grecque et latine »….

 

Mais l’Islam militant « politique », n’oubliant rien et ne s’interdisant rien puisqu’il rejette la laïcitude avec force et dégoût, sait d’où il vient et où il veut aller.

 

Face à une France mollassonne qui a peur de dire son nom il est en position de force et cela se constate chaque jour davantage.

 

Il serait peut-être donc temps de cesser de tourner le dos à l’inéluctable ; on ne se débarrasse pas du « fait religieux » et on ne le cantonne pas dans un enclos qui nous arrange.

Trouvons, malgré le (et à cause du) vacarme assourdissant du quotidien, la sérénité et le recul nécessaires pour mettre tout ça à plat.

 

Soit on a une identité, soit on ne l’a pas.

La laïcitude dans son acception actuelle fait perdre son identité à la France et donc sa raison d’être.

Elle devra choisir : être laïque ou être française. Rapidement.

 

  K.Schnur  Novembre 2020



49 réactions


  • Pierre Régnier Pierre Régnier 10 novembre 2020 20:04

    Oui, il faut radicalement modifier la laïcité.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 10 novembre 2020 20:09

      J’ai déjà dit, sur Agoravox, ce que je souhaite voir au moins dans sa nouvelle définition :

      1/ que soit confirmée la séparation des religions et de l’État

      2/ que celle-ci soit étendue à l’Alsace Moselle

      3/ que soit affirmée la liberté des religions de faire connaître leurs conceptions exactement comme sont libres de le faire les autres communautés de pensée

      4/ que soit affirmé clairement que la séparation et le droit de pratiquer un culte religieux n’autorisent nullement les religions à faire, « à côté de l’État », la promotion d’une prétendue « bonne violence » prétendument commandée par le Dieu des croyants


    • rogal 11 novembre 2020 10:24

      @Pierre Régnier
      Je crois aussi qu’un besoin de clarification serait souhaitable.
      Évitons néanmoins de mélanger définition (séparation, etc.) et application (Alsace-Moselle).


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 11 novembre 2020 10:35

      @rogal

      Vous avez raison. C’est le genre de correction importante pour la préparation de la nouvelle loi quand elle sera enfin reconnue nécessaire.


    • Pere Plexe Pere Plexe 11 novembre 2020 20:40

      @Pierre Régnier
      Soyez heureux c’est déjà le cas !
      (Sauf le point 2 qui est assez anecdotique)


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 12 novembre 2020 09:04

      @Pere Plexe

      Je vois qu’on n’a pas les mêmes sources.


    • L'apostilleur L’apostilleur 12 novembre 2020 23:54

      @Pierre Régnier 
      « ...que soit confirmée la séparation des religions et de l’État ... »

      Pas partout.

      L’Etat admet des écarts que l’histoire des territoires expliquent. 
      « ...En Guyane, seul est reconnu le culte catholique. Les ministres du culte catholique sont des salariés du conseil général de Guyane. L’évêque a un statut d’agent de catégorie A, les 29 prêtres sont des agents de catégorie B... »

      https://mobile.agoravox.fr/tribune-libre/article/en-2017-le-conseil-d-etat-ose-ce-198404


    • Kalman SCHNUR 13 novembre 2020 07:40

      @L’apostilleur
      Merci pour l’info. J’ignorais.
      Dans l’article je ne mentionne que l’Alsace et Mayotte.


  • Clocel Clocel 10 novembre 2020 20:17

    Plus de christianisme... Plus de laïcité...

    C’est offrir la gorge des moutons aux méchants musulmans...

    In EU we trust ! smiley


  • Octave Lebel Octave Lebel 10 novembre 2020 21:11

    A part la première et la dernière, vous avez mélangé des phrases dans un shaker en faisant confiance à la providence ?

    Peut-être ne le savez-vous pas mais c’est une très ancienne technique. Qui donne à réfléchir quand on pense à varier les sources de découpage.


  • L'apostilleur L’apostilleur 10 novembre 2020 22:04

  • L'apostilleur L’apostilleur 10 novembre 2020 22:44

     « ..une France monochrome et uniforme qui ignorait son homogénéité comme un poisson ignore l’eau ; pour laquelle mondialisation et migrations étaient inconcevables ; qui n’avait aucune idée de sa nature chamarrée et diverse à venir ; qui considérait, conditionnée par la « Révolution » de 1789, le christianisme comme une ingérence extérieure malvenue et non comme un ciment identitaire vital à sa civilisation et à sa raison d’être. »


    Analyse partagée. 


    Aveuglé par un anticléricalisme justifié pour une part, les révolutionnaires ont fait table rase un temps. Après réflexion, convaincu de la nécessité d’un ciment spirituel, Robespierre inventera l’Etre Suprême.


    La présence négligeable du judaïsme n’a pas influencé les considérations révolutionnaires. Qu’en aurait—il été avec une présence islamique comme aujourd’hui ? La laïcité serait-elle restée lettre morte ?




  • Jonas Jonas 11 novembre 2020 01:46

    La laïcité est à la base issu du terme religieux « laïc » de l’Église catholique.
    Dans les sociétés chrétiennes catholiques, il y a séparation des clercs (soumis au droit canon), des laïcs (soumis au droit civil).
    Cependant, les laïcs sont soumis au Divin, car Dieu est Créateur de toutes choses.
    C’est comme ça que l’Europe occidentale a fonctionné pendant plus de 1200 ans.

    Au XVIIIème siècle, les francs-maçons ont perverti le message du Christ pour faire de la laïcité une religion maçonnique anticatholique, comme l’explique Vincent Peillon, ancien ministre de l’Éducation Nationale.
    L’autorité divine est niée, et remplacée par celle de l’homme qui se croit seul tout puissant. N’étant plus guidé par Dieu, l’homme se permet de détruire la Création Divine : culture intensive sous serre, sols sous perfusion aux pesticides dont on a ôté toute trace de vie, nourriture transformée et contaminée (arômes artificiels, émulsifiants, colorants, édulcorants, épaississants, gélifiants, exhausteurs de goût, conservateurs, polyphosphates,...), pollution des nappes phréatiques, destruction des paysages naturels et des océans par la mise en place de parcs éoliens sous la bénédiction des écologistes (des millions de tonnes de béton injectés dans les sols et les fonds sous-marins détruisent des écosystèmes par milliers)....


    • babelouest babelouest 13 novembre 2020 08:37

      @Jonas je ne suis pas d’accord : voyez ma réponse au-dessus à Kalman Schnur.

      Nul Français n’est obligé de croire en un ou plusieurs dieux. Quant à « croire en soi », c’est aussi aberrant. Le verbe croire est déjà une erreur. Il suffit de se considérer comme membre de l’humanité, elle-même hôte d’une planète qui jusqu’à présent l’a accueillie. Hélas, comme le reste les planètes sont mortelles, et si certains humains poussent trop loin leur exploitation des ressources, la nôtre mourra, et par contrecoup l’humanité aussi. A l’échelle de l’univers, c’est plus que minuscule.


  • Francis, agnotologue Francis 11 novembre 2020 09:39

    Citer Camus pour écrire : ’’(merci Camus qui ignorait si bien dire)’’

     

     C’est affligeant.

     

     Mais nous savons bien que la bêtise insiste toujours.

     


  • Octave Lebel Octave Lebel 11 novembre 2020 09:44

    Désolé de déranger votre univers douillet et bien protégé de la bienpensance agacée par des réalités qui la dérangent. Samuel Paty faisait avec application et méthode son travail dans la tradition de l’école publique et laïque. Il enseignait une discipline exigeante qui dévoile l’étendue des motivations et des croyances des hommes au-delà de leurs justifications et croyances. Il pensait que chacun pour devenir pleinement citoyen et exercer sa liberté de conscience a besoin de savoirs, d’esprit critique et de libre arbitre et contribuait à apporter ces clefs aux générations d’élèves. Il ne pensait pas avec ses collègues qu’ici en France en 2020 il risquait sa vie.

    Pour vous déranger un peu plus.

    https://www.marianne.net/agora/nous-navons-pas-su-proteger-votre-pere-des-fatwas-criminelles-de-parents-deleves?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&Echobox=1603019689&fbclid=IwAR2gzvu7HYPvp_zhxGxDBTWOkYOY2bhc98GhKoNN9HLP6AdrntSpEkpAZRg#xtor=CS2-4

     


    • Francis, agnotologue Francis 11 novembre 2020 10:12

      @Octave Lebel
       
       merci pour ce lien vers cet article si juste et si émouvant.
       
       Puisse la bêtise qui règne ici, auteurs et pas que, s’en trouver meurtrie. Mais la bêtise en est-elle capable ? J’en doute.
       
       ps. Dans l’article il est écrit : ’’Il paraît que la colère est mauvaise conseillère’’
       
       Je dirais que la colère n’est mauvaise conseillère

      qu’en matière de décisions. Pas de réflexions.
       


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 11 novembre 2020 10:29

      @Octave Lebel

      Apparemment vous avez, comme Macron, les informations qui faisaient de Samuel Paty un enseignant exemplaire. Pouvez-vous nous dire où on peut en prendre connaissance ? Avez-vous, plus précisément, une description de son cours sur la liberté d’expression, et sur la place que prenaient, dans ce cour, les dessins de Charlie Hebdo ?

      Le lien que vous déposez dans votre commentaire renvoie à une très belle indignation parfaitement justifiée, mais elle ne nous dit rien de précis concernant les cours de Samuel Paty sur la liberté d’expression.


    • Kalman SCHNUR 11 novembre 2020 11:01

      @Octave Lebel

      Bien d’accord avec Pierre Régnier ici-même. Faire parler les morts (en l’occurrence Samuel Paty) fait appel au viscéral larmoyant mais PAS au cérébral. En chemin ça permet pas mal d’escroqueries.

      J’aimerais bien connaitre le contenu précis de son cours et surtout, était-il en phase avec le programme de l’Education Nationale ou prenait-il des libertés avec ? Eventuellement à l’insu de sa hiérarchie ?

      Montrait-il UNIQUEMENT les caricatures dites « de Mahomet » (d’ailleurs de mauvais goût, grossières, primitives, limite porno, sans aucun trait d’humour) ?

      Montrait-il, par exemple, en guise de d’équilibrage et de liberté d’expression, une caricature de Marie-Madeleine en train de « sucer » Jésus (ce qui aurait peut-être été conforme à une vérité historique) ? De Moïse en posture équivoque avec son jeune disciple Josué ? Se limitait-il à une description dégradante et ridiculisante de Mahomet, ce qui est une curieuse liberté d’expression ?

      Etait-il, sommes-nous, aussi parfait(s) que ce qu’on nous raconte ? A l’abri de tout reproche ? 

      J’en arrête là pour ne pas déflorer mon prochain papier.


    • Octave Lebel Octave Lebel 11 novembre 2020 11:33

      @Kalman SCHNUR

      Ah bon parce que vous dissertez et donnez des leçons sans vous être renseigné sur un sujet de cette nature ?

      Juste pour savoir ce qu’enseigner veut dire loin du bruit médiatique.C’est un métier qui demande beaucoup d’humilité et de travail.

      Pour respirer un meilleur air : "Comment enseigner Mahomet au collège"

      http://bernard-gensane.over-blog.com/2020/10/comment-enseigner-mahomet-au-college.html

       Témoignage d’un professeur sur son expérience et sa pratique. Où l’on comprend ce qu’instruire et éduquer veulent dire et à quel point c’est important. A quel point nous avons besoin de personnes formées et d’autorités à la hauteur de leurs responsabilités vis à vis des enseignants. L’importance aussi des enjeux autour des programmes et de leurs contenus .L’importance d’une école publique, gratuite, laïque et obligatoire. 

      Il y a visiblement des gens et des pratiques qui sont en dessous des radars médiatiques et de ceux des responsables politiques. Notre pays est plein de richesses et de ressources.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 11 novembre 2020 16:20

      @Octave Lebel

      Je ne sais si le texte de l’enseignant que vous nous invitez à lire est conforme au programme de l’Éducation Nationale. Je suis par ailleurs bien incompétent pour estimer l’exposé sur Mahomet dans le contexte de son époque.

      Mais j’ai trouvé cet exposé particulièrement enrichissant et j’invite, moi aussi, l’auteur du présent article et tous les commentateurs à le lire.

      Et alors, justement, il ne me paraît pas inutile d’en reproduire ces quelques lignes concernant la conception de l’enseignant face à ses élèves :

      Par contre je ne ferais  jamais de chose de style “projeter des caricatures de Mahomet“ : l’idée est de déconstruire le bourrage de crâne qu’ils ont reçu, pas d’essayer d’opposer ses idées à leurs idéologies
      .


    • Octave Lebel Octave Lebel 11 novembre 2020 16:33

      @Pierre Régnier

      Je pense que maintenant  nos lecteurs intéressés savent à quoi s’en tenir. Il suffit de croiser les liens les plus tardifs pour avoir de l’information fiable. Quelques remarques. Indécence de ceux qui se sont précipités comme s’il y avait un scoop à faire avec une thèse quelle qu’elle soit en singeant ce qu’il a de pire dans le fonctionnement de la presse actuelle et en nous présupposant être de leur clientèle. Indécence d’un raisonnement implicite qui laisserait entendre qu’une insuffisance pédagogique vaudrait décapitation et compréhension pour l’auteur, les commanditaires, et ceux qui approuvent par défaut comme on dit maintenant. D’après ce que j’ai pu croiser et ce que je sais de la maison, je n’ai pas de raison de douter de Samuel Paty. Ce dont je ne suis pas sûr c’est que dans la chaîne d’informations et d’alerte, le niveau de risque ait été bien évalué par tous. Mais c’est très facile de dire cela après coup sans connaître tous les détails que je n’ai pas à connaître.


  • rogal 11 novembre 2020 10:07

    La laïcité fait désormais partie de l’identité de la France, même si c’est récent à l’échelle de son histoire.
    Sinon, qu’entendre par identité ?


  • CN46400 CN46400 11 novembre 2020 11:45

    En France 60% des adultes ne sont pas, ou plus, croyants (juste derrière la Tchéquie en Europe), et un bon tiers se déclarent athées. Avant de remettre le bénitier au centre de la politique, il faudrait inverser cette tendance, vous ne croyez pas ?


  • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 11 novembre 2020 11:52

    Avec COVID19 puis l’année prochaine COVID21 et pourquoi pas ensuite COVID23 toujours plus costaud....

    Peutete ben que la religion va reprendre du poil ?

    Quand les moutons ont PEUR ils finissent par appeler le berger !

     smiley


  • zygzornifle zygzornifle 11 novembre 2020 12:37

    On devrait interdire les religions et récupérer les églises, les moqués, temples etc pour les utiliser pour la soupe populaire car au rythme de la progression de la pauvreté on en aura bien besoin... 


  • Réflexions du Miroir AlLusion 11 novembre 2020 13:15

    @Kalman SCHNUR,

      Bien d’accord avec vous.

      En 2007, j’écrivais l’article « Laïc, c’est le hic ».

      Il est même passé sur cette antenne.

      On peut être athée, mécréant et laïque.

      Athée, c’est le statut de celui qui n’accepte pas une autorité divine. 

      Mécréant, c’est ne pas croire et donc aller même plus loin. 

      


    • Réflexions du Miroir AlLusion 11 novembre 2020 13:19

      Aux Etats Unis, on pose sa main sur la Bible pour prêter serment. 
      Les bénédicités sont encore pratiquées avant un repas.
      Les chrétiens y sont majoritaires.
      Cela va plus loin jusqu’aux évangélistes.
      Trump a été très bien soutenu pendant les élections par ces derniers.


    • Réflexions du Miroir AlLusion 11 novembre 2020 13:21

      God bless America.


    • Réflexions du Miroir AlLusion 11 novembre 2020 13:31

      Décidément, parler de cela est comme parler de la tarte à la crème en donnant les ingrédients dans la rubrique « Cuisine »... « Un peu de sel, un peu de poivre, un peu d’amour et un peu de miel » chantait Tonia en 1966 à l’Eurovision. 
      Ne serait-ce pas utile de supprimer le « i » dans le mot laïcitude ?
       


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 11 novembre 2020 16:41

      @AlLusion

      Un grand merci pour le renvoi à votre article de 2007, lui aussi très important, et que je n’avais pas lu.


    • babelouest babelouest 13 novembre 2020 09:13

      @AlLusion et ne jamais utiliser le verbe croire parce qu’il ne sert à rien, qu’est-ce ?


  •  C BARRATIER C BARRATIER 11 novembre 2020 18:05

     La laïcité n’a pas d’appartenance, des athées, mais ils ne sont pas forcément tous laïques. Penna Ruiz l’est. Des membres de communautés religieuses, en particulier des chrétiens, protestants :

    Les protestants ont retrouvé dans la Républiquembrese une règle de fonctionnement commune, celle de la démocratie représentative. C’était en effet aussi leur règle.

     Les responsables de la Fédération protestante de l’enseignement et le directeur gaulliste de l’hebdomadaire Réforme, le pasteur Albert Finet, face à l’émotion suscitée par le projet de la loi Debré, en 1959, ont apporté leur soutien au Comité national d’action laïqque

    Il y a des musulmans qui le sont comme Isabelle Adjani, ou Djemila Benahbib, il y a une multitude de catholiques, tous les francs maçons, croyants et non croyants.

    J’ai assisté à un colloque à LYON sur le thème de la laïcité, avec deux orateurs à la tribune Monsieur Pena Ruiz et Monsieur Barbarin, Monsieur Barbarin et Monsieur Pena Ruiz ont exprimé tous deux leur confiance dans la laïcité lors du débat avec le public

    Au fait, le mot laïcité est dans tous les dictionnaires, « laïcitude » dans aucun, vous voulez nous embrouiller, est ce bien honnête ?..


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 12 novembre 2020 09:02

      @C BARRATIER

      Surpris de voir dans votre commentaire Isabelle Adjani présentée comme une musulmane, j’ai cherché en vain une source qui la définirait ainsi.


    •  C BARRATIER C BARRATIER 12 novembre 2020 20:28

      e@Pierre Régnier
      C’est une bonne chose qu’on ne demande pas la religion des gens. Je la crois d’origine musulmane et j’ai aimé la « journée de le jupe ». Je me trompe peut être.Je ne saurais d’ailleurs pas la présenter comme musulmane, elle est d’abord une remarquable actrice...et je la crois laïque, mais là encore, ce ne saurait être sa « présentation ». La super actrice m’a fait interprêter sa philosophie, mais croire au personnage, m"a probablement conduit à interprêter...


    • babelouest babelouest 13 novembre 2020 09:28

      @C BARRATIER ne pensez-vous pas que les termes « démocratie » et « représentative » ne peuvent cohabiter ? La seule démocratie qui se justifie est la démocratie délibérative avec relativement peu de membres (200 ou 300), où chacun donne sa voix à ce qu’il considère comme juste dans sa vie en commun, quitte à en discuter afin de se séparer sur un consensus.
      .

      Quand un dossier est trop vaste pour être étudié dans une agora, alors seulement sera nommé un délégué, porteur de la décision collégiale, et qui sera chargé de défendre celle-ci dans une assemblée des assemblées. Si les délégués ne peuvent s’entendre, il leur reste à revenir devant leurs mandants, pour leur expliquer la situation. En fonction de quoi, soit une nouvelle décision collégiale est prononcée,soit le projet élargi est abandonné par cette communauté-là. Bien entendu, sur un autre dossier ce sera un autre délégué qui sera mandé, pour qu’il n’y ait pas une caste de délégués.

      .
      Là, il s’agit vraiment de démocratie.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 13 novembre 2020 10:00

      @C BARRATIER

      Voilà. Vous avez interprété, c’est-à-dire, dans le cas présent, encore plus précisément, inventé, puis rendu publique votre invention.

      Nous pouvons tous commettre une telle faute, surtout dans ce monde où l’information et la communication sont devenues n’importe quoi, au service du fric.

      En prendre conscience est plus que jamais nécessaire.


  • Pere Plexe Pere Plexe 11 novembre 2020 20:51

    La France est une république laïque depuis plus de deux cents ans.

    C’est devenu un trait fort de son identité.

    Si la France tient à son identité elle doit défendre cette laïcité


  • Alain Alain Alain Alain 12 novembre 2020 11:59

    Je suis agnostique se rapprochant de plus en plus de l’athéisme.

    Je rappelle que l’agnosticisme est le caractère de ce qui ne peut être prouvé, vérifié, validé. Vu l’évolution de la paléontologie, de l’histoire, des sciences, de la génétique, de l’astrophysique, etc., il apparait de plus en plus que l’existence d’un dieu et de tout ce qui va avec, relèvent d’une croyance fondée sur une entité imaginaire.

    Donc au nom d’une croyance, pratiquée par un minorité en France, toutes religions confondues, vous voulez imposer des règles à tous et surtout à la majorité qui ne croit à rien ou qui s’en fout !

    Qui ou quoi vous permet à vous,

    de leur imposer la moindre règle ?

    Faites ce que vous voulez, comme vous voulez dans votre pratique privée c’est tout ce qu’on vous demande : c’est ça la laïcité !!!


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 12 novembre 2020 14:37

    Je ne commente pas. Je vous dis juste que ce mot « laicitude », je l’ai moi-même inventé sur les réseaux sociaux... 


    • Kalman SCHNUR 12 novembre 2020 18:51

      @Mohammed MADJOUR
      Possible. MAIS je suis très peu sur les « réseaux sociaux » et je croyais avoir été le premier à l’utiliser. 


  • eddofr eddofr 12 novembre 2020 14:55

    C’est une manie ces néologismes.

    C’est à croire qu’il y a un concours.

    Ou alors ça flatte l’égo ...


  • Marius Morin Marius Morin 12 novembre 2020 16:53

    LA LAÏCITÉ À LA FRANÇAISE SERAIT-ELLE EN TRAIN DE PAVER LA VOIE À L’ISLAMISATION !


    • Kalman SCHNUR 12 novembre 2020 18:52

      @Marius Morin
      C’est à craindre. 


    • Pere Plexe Pere Plexe 13 novembre 2020 10:42

      @Marius Morin
      Clairement NON.
      Et pour commencer il faut s’entendre sur ce que serait cette islamisation.
      Le développement de la religion musulmane (sens habituel) ou celui de l’islamisme, sens donner par quelques manipulateurs ?
      Ensuite il suffit de voir comment ce sont les brèches faites à la laïcité qui facilite la vie des intégristes de tous poil.
      A commencer par l’école confessionnelle qui favorise le replis, le rejet du vivre ensemble, voir la radicalisation. 


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 13 novembre 2020 15:24

      @Marius Morin

      L’application actuelle de la laïcité, à coup sûr oui. Elles est très mauvaise et il faut la changer.


  • tashrin 13 novembre 2020 10:11

    Soit on a une identité, soit on ne l’a pas.

    Elle devra choisir : être laïque ou être française. Rapidement.

    L’identité française est indissociable de son histoire, et son histoire témoigne du rejet visceral par une population majoritaire de ce que vous nommez le fait religieux. Rejet dans l’espace public, assorti d’un tolérance quasi illimitée dans la sphère privée : la laïcité à la française.

    Ne pas comprendre ce point central de notre organisation sociale (ou faire semblant du moins) est assez paradoxal

    Votre conclusion est donc un non sens absolu et temoigne de votre propre incomprehension de ce concept


Réagir